Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Quatrième partie. Tonga Comme Kainga

Conclusion de la quatrième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mythe de création tongien parle d’un temps d’avant le temps des hommes. En ce temps-là les êtres, les choses et les événements étaient énormes, formidables, démesurés. La bisexualité d’Hikuleo relève de cette démesure. Inscrite dans son corps, elle requiert un contrôle surhumain, divin. Après le temps du mythe voici venu celui du rituel. Là existe la représentation de la bisexualité maîtrisée, mais au prix d’un sacrifice, d’une déchirure : non plus deux sexes en une personne mais une personne de chaque sexe, un frère et une sœur, le Tu’i Tonga et la Tu’i Tonga Fefine, auxquels l’union sexuelle est interdite. Ainsi désormais vivra la société des hommes. Dans le temps du mythe, l’inceste est non seulement permis aux dieux, il est nécessaire à la création du monde, des espèces, des dieux. De très nombreux mythes de Polynésie racontent comment tel ou tel pays s’est peuplé à partir d’un inceste frère/sœur. Mais dans le temps des hommes, l’ordre social requiert la prohibition de l’ince...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540