Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Quatrième partie. Tonga Comme Kainga

Chapitre 20. L’oblation des premiers fruits : le temps du rite

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

UN RITUEL HOLISTE

« Une fois par an, avait lieu un rassemblement religieux général en l’honneur du dieu Hikuleo. On l’appelait Inaji. On soufflait dans la conque sacrée et une personne de chaque district devait s’en aller à pas très mesurés, tenant un bâton de marche dans sa main et criant d’une voix lente et solennelle :
Nofe-ki-lalo, tabu-gane
Nofe-ki-lalo, tabu-gane
(« Tout le monde assis, on cesse le travail »)
La toute était ensuite dégagée. De toutes parts, les gens se dirigeaient vers le lieu de rassemblement à Mua, tous chantant en marchant. Aucun ne pouvait s’en aller dans une autre direction ; aucun ne pouvait se tenir dans le passage. L’objet de ce rassemblement était d’assurer de fructueuses récoltes. » (Farmer 1855 : 129.)

Le ïnasi était, selon tous les témoignages, le plus solennel des rituels célébrés au cours de l’année tongienne (Gifford 1929 : 345). Il avait pour objet de faire au Tu’i Tonga représentant du dieu Hikuleo, l’obladon des prémices (polopolo), afin, comme le ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540