Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Quatrième partie. Tonga Comme Kainga

Chapitre 15. La question de la dyarchie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

TU’I TONGA ET HAU

Un souverain rituel et un champion guerrier

« Avec la mort de Laufîlitonga, le 39eTu’i Tonga, le 9 décembre 1865, la suprématie de ceux qui furent appelés “rois-prêtres” de Tonga arriva à son terme. » (Gifford 1929 : 49.)

Le personnage du Tu’i Tonga a fasciné nombre d’anthropologues et d’historiens. Frazer en parle à plusieurs reprises dans les deux premières parties du Rameau d’or, consacrées au « roi magicien dans la société primitive » (1981 : 497, 553, 561, 565, 631). L’historien M. Bloch y fait allusion dans son ouvrage Les rois thaumaturges (1983 : 53, 59).

Il semble que cette fascination ait quelque chose à voir avec l’ambiguïté même de l’autorité attachée à la fonction de Tu’i Tonga. En effet, le Tu’i Tonga reçoit les plus grands honneurs et tout témoigne du poids considérable des rituels dont sa personne est l’objet mais simultanément son pouvoir réel apparaît comme très limité. Voici ce qu’en dit J. Frazer qui connaît bien les sources de l’histoire tongienn...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540