Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Troisième partie. Frère et sœur : le cœur du Kainga

Conclusion de la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La relation unissant un frère et une sœur est fondée sur des principes qui structurent l’ensemble de la parenté. La sœur est une aînée « absolue ». Combiné avec le principe de séniorité des lignées et répercuté de génération en génération, ce critère hiérarchise les relations internes au kainga, lui procurant ses chefs naturels, le père, le tamai, et sa sœur, la mehekitanga. L’un et l’autre assurent, mais dans des registres différents, la pérennité du kainga.

Chaque groupe local, construit sur une base patrilinéaire en raison du mode de résidence, attribue, par la pensée, à ses femmes — les sœurs de chaque génération — un pouvoir considérable sur sa propre destinée : du fait de leur pouvoir symbolique de veto sur les lignées fraternelles, ce sont elles qui sont censées contrôler les moyens de reproduction du kainga. Paradoxalement, ces groupes kainga, constitués localement autour d’un noyau d’hommes, paraissent se concevoir vis-à-vis des enfants de sœur, élevés ailleurs, comme une co...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540