Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Troisième partie. Frère et sœur : le cœur du Kainga

Chapitre 13. Le complexe relationnel du fahu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

UN TERME MULTIFONCTIONNEL

Le terme de fahu est déjà apparu à plusieurs reprises. Si l’on considère ses divers emplois, on voit que son sens varie suivant les contextes. Aujourd’hui le terme est utilisé surtout pour désigner une fonction cérémonielle au moment des rites de passage, laquelle est attribuée à la personne qui a le plus haut rang dans la hiérarchie parentale, généralement à la tante paternelle ou mehekitanga. Le terme de fahu peut aussi désigner la position des enfants de sœur vis-à-vis de leur oncle maternel.

A la fin du siècle dernier, le dictionnaire des Pères maristes proposait la définition suivante : « Enfant de la sœur, celui ou celle qui descend de la sœur, neveu. Il avait autrefois le droit de prendre tout ce qu’il voulait chez son oncle maternel et ses descendants » (Missions maristes 1890 : 44). Voici une autre définition du début du siècle :

« Le terme fahu indique en gros des droits fondés sur la supériorité du rang domestique. Un tabou peut être supprimé par qu...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540