Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Troisième partie. Frère et sœur : le cœur du Kainga

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on examine la signification commune du terme de kainga dans les trois sociétés considérées, on constate qu’il y revêt les acceptions suivantes :

  • Tous ceux qui ont des parents en commun ;
  • Tous ceux qui sont issus d’une même terre (à Futuna) ou d’un même village (à Tonga et à Wallis) par opposition à ceux qui viennent d’une autre terre ou d’un autre village ;
  • Tous ceux qui sont issus de Tonga, de Wallis ou de Futuna par opposition aux étrangers.

Le concept de kainga opère donc une dichotomie entre une catégorie « entre soi » et une catégorie « les autres », dans différents contextes, parental ou local. Si on regarde maintenant à quoi sont tenus ceux qui relèvent de la catégorie « entre soi », on remarque que :

  • Tous se doivent des services réciproques qui consistent en une assistance mutuelle dans toutes les circonstances et plus spécifiquement au moment des rites de passage 
  • Tous sont collectivement responsables de la fatongia (redevance en nature et en services) due au chef ;
  • Enfin, to...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540