Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Deuxième partie. Le Kainga

Conclusion de la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les trois sociétés de Tonga, Wallis et Futuna, le terme de kainga définit un rapport multiforme entre trois éléments : un groupe de gens qui se considèrent comme des parents, des terres, un chef. Dans les trois sociétés, on se reconnaît d’abord comme parents si on descend des mêmes ancêtres. En tant que groupe de parents, le kainga est soumis à une loi fondamentale : le partage et l’aide mutuels. Etre kainga, c’est participer aux rites de passage des membres du kainga, c’est partager ses ressources, c’est donner accès à sa terre. Etre kainga c’est peut-être surtout partager la même nourriture. Le partage de la même nourriture, poussée sur une même terre et cuite au même four enterré peut aussi transformer des non-parents en parents1. Partager des ressources c’est donc devenir parents, devenir kainga ; et si l’on est parents, on doit partager les ressources du kainga.

Mais si le partage est la note idéologique dominante du groupe kainga, un type de partage demeure néanmoins exclu...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540