Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Deuxième partie. Le Kainga

Chapitre 10. Le kaiga à Futuna

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’ÎLE ET LA SOCIÉTÉ FUTUNIENNE1

Le contexte géo-écologique

C’est une île d’environ 130 km2, située à 170 km à l’ouest de Wallis. Comme sa voisine, elle est d’origine volcanique ; contrairement à cette dernière, c’est une île surélevée (makatea), entourée d’un récif frangeant qui ne laisse apparaître qu’un étroit plâtier. Le mont Puke culmine à 760 mètres, donnant à l’île l’allure d’un morceau de montagne jeté au milieu de l’océan.

La ligne de partage des eaux s’allonge du nord-ouest au sud-est, le long de l’arête principale d’où descendent quelques cours d’eau (carte 11). Les hautes pentes, livrées à la forêt ou à la pelouse herbeuse du toafa (désert)2, sont appelées vao matua ou vieille brousse. Plus bas, s’étagent les plantations en culture sèche : cocoteraies, ignames, manioc, arrow-root, taros géants, curcuma ou ago (Curcuma longa)3. A la limite de la roche volcanique et des formations coralliennes, des sols noirs et humides permettent de produire des taros en culture submergée (fi...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540