Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Deuxième partie. Le Kainga

Chapitre 9. Le kaiga à Wallis1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

WALLIS2

Le contexte géo-écologique et la population

C’est une île de 125 km2, d’origine volcanique, cernée par un récif-barrière qui enclôt un large lagon circulaire (cf. carte de Wallis). Elle forme un plateau peu élevé, parsemé de quelques collines qui ne dépassent pas 170 m (mont Lulu) et creusé de cinq cratères inactifs, dont quatre sont occupés par des lacs d’eau douce (Burrows 1937 : 8)3. Sauf sur certaines pentes rendues infertiles par la présence d’une croûte latéritique, la plupart des sols sont propices à l’agriculture4.

Wallis compte un peu plus de 8 000 habitants. Les villages sont établis sur la côte est/sud-est, soumise aux vents frais5. Quant aux plantations, elles se situent de l’autre côté de l’île, dans la partie ouest, la partie sauvage, règne des temonio (« esprits » ou « démons »).

Structure de la chefferie

La chefferie est aujourd’hui couronnée par un « roi », terme par lequel les missionnaires ont traduit le mot de hau. Le roi porte le titre de Lavelua. Il est assi...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540