Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Deuxième partie. Le Kainga

Chapitre 8. Le kainga aristocratique tongien dans la société traditionnelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

UN CHEF, UN DOMAINE HÉRÉDITAIRE, DES SUJETS

Le témoignage de l’archéologie

L’existence, aux xviiie et xixe siècles, de groupes locaux appelés kainga obéissant à un chef ne fait guère de doute comme l’a montré E. Bon (1982 : 69). Les récentes découvertes archéologiques paraissent confirmer cette hypothèse. En effet, elles montrent qu’à partir du xviie siècle se met en place une nouvelle forme de regroupement de population, associée à l’intensification de la politique hégémonique des chefs : « La terre se segmenta en domaines (estâtes) héréditaires délimités sur lesquels les chefs et leur suite s’établirent » (Burley 1994 : 402). Chacun de ces domaines comportait un site funéraire, des puits coniques, des buttes en terre pour la chasse aux pigeons ainsi que des fortifications (Burley 1994 : 400 et suiv.). Selon Burley, ce type de regroupement en domaines spacieux, aux limites bien marquées, parfois fortifiées, se généralise au xviiie siècle et devient la forme dominante de la structure ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540