Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Première partie. Les unités sociales contemporaines

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La société tongienne contemporaine est constituée d’unités sociales s’emboîtant les unes dans les autres, à la manière des poupées russes : curieusement, chacune d’elles, peut, dans certaines circonstances, être appelée du terme unique de kainga. Le mot kainga possède donc un champ sémantique particulièrement vaste puisqu’il désigne des groupes qui varient considérablement par leur morphologie, leur échelle ou même leur structure. A ce caractère récurrent de la notion de kainga, s’ajoute un trait tout à fait singulier puisque dans trois contextes kainga différents, les acteurs sociaux impliqués accomplissent entre eux le même geste symbolique de l’offrande des premiers fruits : entre un chef et ses « gens », entre un frère et une sœur, entre l’ensemble des Tongiens et leur chef suprême. Pourquoi l’offrande rituelle polopolo se fait-elle dans ces trois contextes et dans ceux-là seulement ? Pourquoi chacun de ces contextes est-il appelé kainga, terme qui sert par ailleurs à désigner l...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable