Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Première partie. Les unités sociales contemporaines

Chapitre 5. Les groupes de parenté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’UNITÉ DOMESTIQUE OU ‘API

Si l’on excepte celui de famili (de l’anglais family), d’un usage récent, le terme tongien courant pour désigner le foyer domestique est celui de ‘api. Le mot ‘api est probablement d’origine fort ancienne. Selon le dictionnaire des Pères maristes, il faisait référence, au xixe siècle, à la fois à : la maison avec ses dépendances, la demeure ; la plantation, le champ ; une localité ou un village non fortifié ; un ménage formé de deux époux (Missions maristes 1890 : 34). Aujourd’hui, le terme de ‘api désigne à la fois les différentes parcelles de l’exploitation domestique et l’ensemble des gens qui vivent sur et de cette exploitation1.

En tant qu’exploitation, le ‘api se compose de deux parties distinctes. Le api’uta est la plantation, située dans la brousse, par opposition au api kolo, le jardin, implanté dans l’espace villageois et sur lequel s’élève la (ou les) maison(s) d’habitation (fale) ainsi que ses annexes. Selon la loi, la superficie des ‘api est la ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540