Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers fruits

 | 
Françoise Douaire-Marsaudon

Première partie. Les unités sociales contemporaines

Chapitre 3. Le domaine noble

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

LE SYSTÈME DE TENURE FONCIÈRE

Le roi, maître du sol

Selon le système moderne de tenure foncière tongien, le roi est le seul propriétaire légal de l’ensemble des terres qui constituent le royaume (Latukefu 1974 : 208). On a dit que le roi Taufa’ahau Tupou Ier (180 ?-1893) avait introduit, avec les nouvelles lois constitutionnelles concernant la terre, un véritable bouleversement du système foncier tongien. Pourtant certains principes présidant à ces réformes sont en fait directement inspirés de ceux qui sous-tendaient le système traditionnel. En effet, la maîtrise du roi sur le sol est rattachée à une idée qui date d’avant l’arrivée des Européens : celle de l’origine divine du chef suprême, le Tu’i Tonga qui, dès lors, assumait le contrôle de l’ensemble de la terre, les droits d’accès à cette terre dérivant ultimement de lui (Lawry 1851 : 35 ; Thomson 1894 : 291 ; Herda 1988 : 55 ; Latukefu 1974 : 3 et 1975 : 8, 99).

Avant l’imposition de la Constitution, la terre tongienne était censée...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540