Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification biométrique

 | 
Ayse Ceyhan
, 
Pierre Piazza

IV. Police et biométrie

Chapitre 11

Le projet INES aboutira-t-il ?

La carte nationale d’identité électronique en France : une solution à la recherche de problèmes

Clément Lacouette-Fougère

Note de l’auteur

Cet article est issu d’un mémoire de recherche réalisé en 2008 dans le cadre du master recherche Politiques publiques de Science Po, sous la direction de Pierre Lascoumes. Pour assurer au mieux l’anonymat des personnes interrogées, nous avons fait le choix de garder en clair les noms des personnalités et des organismes publics ayant joué un rôle dans le projet INES. Pour les autres personnes impliquées dans le dossier, l’anonymat redevient complet, cette technique étant la plus à même de concilier le droit au secret des interlocuteurs et le droit à l’information de l’enquêteur. Précisons enfin que n’ayant obtenu de nihil obstat d’aucun de nos interviewés, il va de soi que l’exploitation des entretiens que nous ont accordés la plupart des personnes citées ci-dessous n’engage que nous.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’absence d’une carte nationale d’identité électronique et biométrique constitue actuellement l’un des traits les plus marquants de la diffusion des techniques biométriques en France. C’est aussi le résultat d’une vaste entreprise durant laquelle le projet a pris corps, évolué, changé de cap, a été déclaré prioritaire, puis mis en sommeil, réactivé et sur le point d’aboutir, avant d’être finalement laissé en friche après dix années d’hésitations et d’investissements, de micro-décisions et de tâtonnements. L’enjeu de cette contribution est donc de retracer l’histoire tortueuse et inaboutie de ce programme public innovant. Sans contredire ici le double apport, d’une part, du terrain qui montre que l’on assiste aujourd’hui à la relance du projet de carte d’identité électronique, et, d’autre part, de l’abondante littérature de policy analysis ayant montré l’importance des processus de « recyclage » dans l’action publique1, l’intérêt heuristique de la démarche consiste à donner à voir le...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540