Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fête-spectacle

 | 
Gérard Toffin

6. Aux sources du théâtre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Théâtre et danses sacrées font partie de la fête. Au Bengale et dans les provinces voisines, le mot yâtrâ (littéralement « procession ») – qui a donné jâtrâ, « fête » – désigne des formes de théâtre dévotionnel krishnaïte très anciennes, remontant aux premiers siècles avant l’ère chrétienne, avec un grand nombre d’acteurs, de chanteurs, de danseurs et de musiciens (Sliwczynska, 1998 : 207-209). C’est une occasion de réjouissance et de récréation. La procession a conduit ici au théâtre (id. : 208). Pareillement, au Népal, ainsi que l’écrit Sylvain Lévi : « La yâtrâ [procession], qui commémore un épisode de l’histoire religieuse ou légendaire, et qui prétend l’évoquer à l’imagination des fidèles, portait un embryon d’art dramatique que les croyances du tantrisme ont vivifié. » (1985, vol. 2 : 40.) Entre procession, fête-spectacle et rite, il y a donc un lien organique, qui change radicalement la vision que l’on se fait d’habitude de tels événements festifs. Le paradigme du rituel d’in...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540