Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cosmos, magie et politique

 | 
Vladislav Sissaouri

III. Les conceptions philosophiques de la musique en Chine et au Japon

7. Les conceptions philosophiques et esthétiques de la musique au Japon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La musique dans la littérature à l’époque de Heian

Image img01.jpg

Les conceptions musicales chinoises ont pénétré au Japon où elles sont devenues la base du système philosophique et esthétique. A l’époque de Heian elles forment un ensemble complexe, composé d’éléments divers par leur origine. La pensée musicale reflète la complexité de l’idéologie où se rencontrent la doctrine bouddhique, les philosophies confucéenne et taoïste. La tradition shintoïste n’exerça pas d’influence sur l’élaboration des conceptions. Le Japon ne présente qu’une variante du système philosophique chinois. Les mêmes éléments y furent combinés en des systèmes différents de ceux de la Chine et l’originalité du système japonais consiste en ce nouvel agencement.

La formation des conceptions musicales au Japon montre avec évidence qu’il n’y a aucun système inné de la perception de la musique, qui soit propre à la société dès son origine. Non seulement la musique est le produit d’une élaboration intellectuelle, mais son esthétique...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540