Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cosmos, magie et politique

 | 
Vladislav Sissaouri

III. Les conceptions philosophiques de la musique en Chine et au Japon

6. Les conceptions philosophiques de la musique en Chine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La crise des conceptions confucéennes

Image img01.jpg

Les conceptions philosophiques de la musique jusqu’à l’époque des Tang forment un ensemble complexe, composé d’éléments très divers par leur origine. La pensée musicale se nourrit de la doctrine confucéenne, des sciences naturelles, des légendes et des mythes, de la philosophie taoïste et du bouddhisme. Cette hétérogénéité reflète la complexité du contexte idéologique.

Nous avons déjà parlé dans cet ouvrage des idées confucéennes sur la musique. Officiellement elles maintinrent leur prédominance pendant toute la durée de l’empire. L’institut de la musique sacrée existait encore au début du xxe siècle. Cependant, les conceptions formées à l’époque archaïque avaient peu à peu perdu leur sens.

L’idée de la musique élevée se forma sur la base des observations des rites magiques. Son élaboration signale l’apparition d’une mentalité nouvelle. Mais pour ce qui est des fonctions du rituel et de la musique, les confucianistes étaient fidèles aux principes d...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540