Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cosmos, magie et politique

 | 
Vladislav Sissaouri

II. Histoire de la musique japonaise

5. L’évolution de la musique continentale au Japon et la création de la musique nationale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le gagaku à l’époque de Heian

Image img01.jpg

Le système musical chinois subit plusieurs modifications au Japon. Mais même dans le gagaku actuel les liens avec la musique continentale se révèlent assez clairement. Il faut d’abord souligner qu’au Japon, comme en Chine, on n’utilisait pas en pratique toutes les conceptions théoriques. Cependant, le système théorique lui-même fut modifié par les Japonais.

Les Japonais connaissaient le système des vingt-huit modes chinois (jap. chô). Sans que l’on en sache la raison les Japonais n’utilisaient pas les mêmes noms que les Chinois pour les degrés du lülü (jap. ritsu-ryo). Seule faisait exception le nom de la « cloche jaune » (jap. ôshiki), qui toutefois ne correspondait pas au huangz-hong (premier degré) chinois, mais désignait le huitième degré du ritsu-ryo. Le premier degré du système s’appelait ichikotsu-chô, et c’est sous ce nom qu’on désigne le mode organisé à partir de cette note.

En pratique à l’époque de Nara les Japonais n’utilisaient que huit modes,...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540