Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cosmos, magie et politique

 | 
Vladislav Sissaouri

II. Histoire de la musique japonaise

4. L’histoire du gagaku jusqu’à la fin de l’époque de Heian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pénétration de la musique continentale au Japon

Image img01.jpg

Au ve et au vie siècle la musique continentale commence à pénétrer au Japon. A cette époque le pays, encore barbare et isolé, s’initie progressivement à la civilisation de l’Est asiatique. Les emprunts se font surtout à la culture chinoise et coréenne et pour une moindre part à l’Inde et à d’autres pays.

L’emprunt de la musique continentale par le Japon fait partie de ce processus d’ouverture culturelle.

La première audition de musique continentale date de la mort du dix-neuvième empereur du Japon, Ingyô (en 460 selon le Nihon-shoki ou en 453 d’après certaines sources historiques chinoises). Ayant appris la mort de l’empereur, le prince du royaume coréen de Silla (en japonais Shiragi) ordonna d’envoyer quatre-vingts musiciens au Japon.

Ils débarquèrent dans la baie Naniwa1. Tous revêtirent des habits de deuil et rendirent les derniers honneurs à l’empereur défunt. Ils sortirent divers instruments de musique. De la baie Naniwa, ils se r...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540