Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'un au multiple

 | 
Viviane Alleton
, 
Michael Lackner

II. Des traducteurs d'envergure

Le marquis D’Hervey-Saint-Denys et les traductions littéraires. A propos d’un texte traduit par lui et retraduit par d’autres

The marquis D’Hervey-Saint-Denys and literary translations

Angel Pino et Isabelle Rabut

Résumé

The Marquis D’Hervey-Saint-Denys (1832-1892), elected to the Collège de France in 1873, is known to a wide readership in France for his translations from the Jingu qiguan, the classical anthology of huaben. In spite of their public success, these translations, published in three volumes between 1885 and 1892, were harshly criticized by contemporary sinologists. The present essay reconstructs the views on literary translation that D’Hervey felt compelled to formulate in reply to his critics, and examines, by means of a case study, the extent to which he was true to his theoretical maxims in his practical work.
D’Hervey regarded literary translation as a special case of translation due to its aesthetic dimension. As such, it appears as an intermediary norm between literal translation and free adaptation. According to D’Hervey, the literary nature of a translation, at least from the Chinese, depends neither on the character of the text to be translated nor on that of the translated text, but on the readership at which it is directed. Writing for a wide audience, the literary translator must ensure that his or her text is easily readable and in no way shocking. He or she is therefore justified to modify or abridge the original wherever it seems necessary. Fidelity towards the taste of the readership outweighs a certain degree of infidelity to the original.
D’Hervey’s translation of
Jin Yunu bang da boqinglang reveals that he is not always able to hold on to his ideal intermediary norm. Although the Marquis’ intention to serve and please the French audience of his day does not entirely overrule his scruples and his conscience as a professional sinologist, his rendering is closer to an ornate adaptation than a translation in the strict sense. All in all, it is thus indeed a belle infidèle, as his contemporary critics charged. A comparison with other translations of the same text – all closer to the original but also not fulfilling scientific criteria – indicates, however, that with regard to literary translation the very notion of literal “fidelity” may have to be called into question. Sinology has demands that literature does not know.

Texte intégral

Il n’y a certes de bonne traduction que fidèle, mais il en est des traductions comme des femmes : la fidélité, sans autres vertus, ne suffit pas à les rendre supportables...
Marguerite Yourcenar

D’Hervey-Saint-Denys théoricien de la traduction

  • 1 . Sur D’Hervey-Saint-Denys (1823-1892), voir Luppé, Pino, Ripert & Schwartz 1995. Sur le spécialist (...)

1En trois occasions, le marquis D’Hervey-Saint-Denys1 a précisé comment il concevait son rôle de traducteur.

2Avant d’examiner les propos qu’il a tenus alors, il nous faut toutefois dire un mot des conditions dans lesquelles D’Hervey s’est exprimé. Car l’on doit savoir que D’Hervey, à proprement parler, n’a pas vraiment produit une théorie de la traduction. Il eût fallu pour cela qu’une intention délibérée l’animât. Or c’est à son corps défendant, du moins nous semble-t-il, qu’il a été contraint de formuler son opinion sur le sujet, et ses interventions lui furent dictées par les circonstances.

Volonté théoricienne ou auto justification ?

  • 2 . Au total, D’Hervey aura adapté douze des quarante contes, répartis en trois livres (les référence (...)
  • 3 . Comme on supposera que c’est encore le cas pour les lignes qui concluent l’étude sur « l’art poét (...)
  • 4 . Dans les divers recensements qu’il a établis des traductions occidentales du Jingu qiguan, et où, (...)
  • 5 . La liste avait été dressée à l’intention de D’Hervey par Henri Cordier (1849-1925), comme nous le (...)
  • 6 . On notera, au passage, que D’Hervey se soucie assez peu d’instruire son lecteur sur l’origine des (...)

3Le premier texte où D’Hervey aborde la question figure dans un livre paru en 1885, sous le titre de Trois nouvelles chinoises (D’Hervey-Saint-Denys 18856), et dans lequel il propose la traduction française de trois contes tirés du Jingu qiguan, l’anthologie classique de huaben2. Il faut lire ce texte – en fait les deux derniers paragraphes de l’avertissement – en sachant que D’Hervey tente de prévenir, implicitement, d’éventuelles critiques. Car les précautions dont il s’entoure pour présenter son travail ne relèvent pas tout à fait de la clause de style qu’on invoque habituellement pour livrer le fruit de ses peines à la publicité3. Et sur quoi porteraient ces critiques ? Sur son ignorance présumée de la langue chinoise. Souvenons-nous qu’en 1873, lorsqu’il a été appelé à succéder à son maître, Stanislas Julien (1797-1873), au Collège de France, D’Hervey a été l’objet des attaques virulentes d’un de ses confrères qui convoitait le poste, Paul Perny (1818-1907) (Pino 1992). Dans un factum anonyme, Perny, entre autres insinuations, donnera à entendre que D’Hervey ne comprend pas le chinois, et que pour cette raison il limite son explication du Jingu qiguan à ceux des contes qui ont déjà été traduits – D’Hervey fondait une partie de son enseignement au Collège de France sur ladite œuvre, et il continuera ainsi jusqu’à sa mort, soit pendant vingt ans environ4. D’Hervey s’applique donc à montrer par avance que les récits qu’il a confiés à l’impression sont inédits, et pour cela il dresse une liste des traductions qui ont été réalisées des pièces extraites du célèbre recueil (D’Hervey-Saint-Denys 1885b : xii-xvii5). Mais il s’empresse aussitôt d’avouer qu’il s’est autorisé certaines licences avec l’original6.

  • 7 . Même si nous savons qu’il se renseignera auprès de Cordier sur l’état des traductions du Jingu qi (...)

4Ce premier volume sera suivi, quelques années plus tard, en 1889, d’un deuxième, présentant trois autres contes, détachés du même Jingu qiguan (D’Hervey-Saint-Denys 1889). Cette fois D’Hervey n’éprouve ni le besoin de prouver la nouveauté de son travail7, ni celui de s’expliquer sur ses principes de traduction. L’accueil réservé par la profession au précédent ouvrage – en l’occurrence, son absence de réaction – était de nature à calmer l’appréhension du marquis.

  • 8 . Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 5460.

5Or, ce deuxième volume à peine sorti des presses, une note critique lui est consacrée dans le T’oung pao, sous la signature de Gustave Schlegel (1840-1903). Schlegel fait grief à D’Hervey des coupures opérées ici ou là et déplore que sa traduction ne soit pas « aussi exacte et littérale » qu’on était en droit de l’espérer d’un « sinologue aussi distingué » (Schlegel 1890 : 79-86). D’Hervey ne répliquera pas publiquement à ces allégations. Mais à Cordier, qui lui a communiqué copie de l’article en sa qualité de codirecteur de la revue, D’Hervey transmet une longue missive où il s’emploie à réfuter son contradicteur batave. Ce document porte la date du 12 juin 1890, et c’est le deuxième texte où D’Hervey expose sa conception de la traduction8.

  • 9 . Cf. la lettre qu’il adresse à Cordier le 28 juin 1890.
  • 10 . En plus des brèves considérations émises dans son livre sur les Poésies de l’époque des Thang, ma (...)

6En 1892, peu de temps avant de mourir, D’Hervey publie un troisième et dernier volume, six nouveaux récits (D’Hervey-Saint-Denys 1892) empruntés, derechef, au Jingu qiguan. Cette fois, D’Hervey, qui auparavant, comme à l’accoutumée, aura pris soin de vérifier qu’il ne propose que de l’inédit9, revient sur ses principes de traduction, en des lignes dont il est difficile de ne pas penser qu’elles sont dirigées contre Schlegel et où il prétend vouloir « éviter tout malentendu de la part de quelques purs linguistes qui voudraient chercher dans [son] livre autre chose que ce qu’on y doit trouver » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : vi). Cette mise en garde est le troisième texte de lui que nous possédions sur la question10.

7Nous allons maintenant reprendre ces trois textes — du moins les passages qui regardent notre sujet – et tenter d’interpréter le discours de D’Hervey en matière de traduction. Ces textes, reproduits plus loin, en annexe, seront référencés de la façon que voici : le sigle HSD (correspondant aux initiales de D’Hervey-Saint-Denys), suivi du numéro d’ordre, le tout entre crochets.

La traduction littéraire selon D’Hervey

8La traduction littéraire au sens de D’Hervey peut être définie en quatre points.

9La traduction littéraire comme cas particulier de la traduction

10Les principes de traduction énoncés par D’Hervey ne valent que dans un cas précis, celui de la traduction littéraire :

... je me place au point de vue littéraire... [HSD II.]

11Laquelle est implicitement envisagée comme un cas particulier de la traduction :

Il est deux manières de traduire [...], quand il s’agit d’œuvres littéraires... [HSD I.]

12La traduction littéraire est une norme de traduction intermédiaire entre la version et l’adaptation

13La traduction littéraire n’oblige pas seulement à rendre le sens littéral, mais le sens littéraire. Il entre dans cette activité une dimension esthétique, et de ce point de vue, on attend du traducteur non pas qu’il connaisse bien la langue de départ mais qu’il maîtrise parfaitement la langue d’arrivée. Inversement, l’effet esthétique ne doit pas s’accomplir au détriment de l’exactitude : adapter n’est pas traduire. Conséquemment, la traduction littéraire apparaît comme une norme intermédiaire entre la version et l’adaptation :

Il est deux manières de traduire également fâcheuses à mon avis, quand il s’agit d’œuvres littéraires : l’une qui consiste à porter la liberté de l’interprétation jusqu’à dépouiller, en quelque sorte, l’auteur étranger de son costume national et de ses allures propres, au grand détriment de la couleur locale ; l’autre qui s’attache à serrer étroitement le mot à mot littéral et qui, par cela même, s’éloigne fort souvent de l’exactitude qu’elle vise...
Je me suis efforcé de garder le milieu entre ces deux extrêmes, dans l’espoir que ce milieu soit le point le plus rapproché de la vérité. [HSD I.]
En reproduisant ces peintures de mœurs, je m’attache à conserver leur couleur, à n’altérer aucune physionomie, à n’omettre aucun trait significatif ; mais je me garde soigneusement du mot à mot servile, fort dangereux en chinois par le défaut d’équivalences, et qui, loin de fournir toujours une version fidèle, donne souvent à certaines phrases un tour grotesque ou grossier qui n’est point dans l’esprit du contexte original. [HSD III.]

14Étant bien entendu que la sinologie ne saurait admettre, pour D’Hervey, que deux attitudes : la transposition littérale ou la norme intermédiaire. La libre adaptation est inacceptable pour le spécialiste des études chinoises et se situe au-delà de son système de références. Même si, entre la traduction scolaire et celle qui reçoit les faveurs de D’Hervey, la différence, du propre aveu de celui-ci, est marquée :

... je me place [...] à cent lieues d’un mot à mot ad usum scholarum... [HSD II.]

15La traduction littéraire s’adresse au grand public

16Pour D’Hervey, ce qui décide du caractère littéraire d’une traduction, ce n’est pas la nature du texte à traduire (traduction d’un texte littéraire) ou la nature du texte traduit (traduction littéraire d’un texte). La traduction littéraire est celle qui s’adresse au grand public (plus généralement, on dira que pour D’Hervey c’est la nature du public qui caractérise la traduction) :

... faire connaître ces curieuses peintures de mœurs au grand public. [HSD II.] ... en un mot, je m’adresse surtout au grand public, curieux d’ethnographie orientale... [HSD III.]

17Or s’adresser au grand public suppose le respect de certaines conditions :

[... le] grand public, vis-à-vis duquel il est de certaines restrictions à observer, de même qu’au théâtre il est des règles à garder pour la mise en scène. [HSD II.]

18Lesquelles conditions sont au nombre de deux. D’abord, une traduction littéraire doit se lire facilement :

... si l’on veut donner un peu de mouvement et se faire lire sans fatigue. [HSD II.].
je désire être lu par [le lecteur européen] sans trop d’effort. [HSD III.]

19Ensuite rien n’y doit surprendre ou choquer :

... les mots, les locutions, les tours de phrases n’ayant pas toujours une valeur égale dans les deux langues, si bien qu’une image gracieuse ou touchante, ainsi rendue, peut quelquefois revêtir une tournure bizarre ou s’offrir sous un jour grossier. [HSD I.]

20Les principes de la traduction littéraire ne valent que pour la littérature de langue chinoise

21Enfin, il convient de remarquer que les principes de la traduction littéraire définis par D’Hervey ne sont pas universels. Ils ne valent que pour la langue chinoise. Et D’Hervey semble d’autant plus compétent pour en apprécier la spécificité que lui-même s’était précédemment spécialisé dans une autre langue, la langue castillane :

[Les formules] sont toujours les mêmes en chinois. [HSD II.]
[Le mot à mot servile est] fort dangereux en chinois par le défaut d’équivalences... [HSD III.]

La traduction littéraire et ses accommodements

22Les principes de traduction littéraire auxquels se tient D’Hervey induisent à des aménagements de deux ordres : modifications et coupures. Les modifications se justifient à ses yeux pour deux raisons :

23Une raison morale

24S’agissant de propos ou de descriptions qui pourraient choquer le lecteur français, il faut préférer la périphrase à la traduction littérale :

... avancer par des périphrases des détails répugnants pour le lecteur européen. [HSD IL]

25Une raison esthétique

26La langue française, au contraire du chinois, s’effraye des répétitions. Il faut donc chercher à les éviter, quitte à ne pas traduire une expression deux fois de la même façon. Et pour ce faire, varier les formules :

... pour les transitions d’un paragraphe à un autre, il est nécessaire, dans une traduction française, de varier un peu les formules... [HSD IL]

27Quant aux coupures, elles sont légitimées diversement :

28Une raison morale

29Quand on ne peut atténuer le texte par la périphrase, on recourt à la suppression pure et simple :

On a reproché au Kin kou ki kouan de renfermer des passages licencieux, absolument intraduisibles ; mais il est d’autant plus facile de retrancher ces rares passages qu’ils ne font presque jamais partie du texte courant, au milieu duquel ils paraissent avoir été jetés et intercalés comme des citations tirées de poèmes érotiques, amenés avec plus ou moins d’à-propos. Le récit ne perd rien à de telles coupures... [HSD I.]
... j’aurais eu une bien singulière idée, si j’avais choisi la Tunique de perles en vue d’en donner une version littérale qui devienne pour les étudiants un instrument de travail, leur permettant de suivre pas à pas le texte, qui est bourré de passages ultra-pornographiques du premier numéro. [HSD II.]

30Une raison esthétique

31Il s’agit de rendre le récit plus vivant ou plus enlevé :

... retrancher des longueurs fastidieuses... [HSD II.]

Je ne me fais, non plus, aucun scrupule de retrancher çà et là [...] des répétitions fatigantes... [HSD III.]

32Mais il peut aussi s’agir, en même temps, de le rendre plus « lisible », en gommant les indices qui trahissent l’origine orale de ces textes :

Le récit ne perd rien à de telles coupures, non plus qu’à celles de certaines longueurs, pour nous incolores, et de fréquentes redites provenant de l’usage qu’ont ordinairement les conteurs chinois de faire répéter à un personnage tout ce que le lecteur sait déjà de ses aventures, chaque fois qu’il doit exposer sa situation à quelqu’autre personnage supposé n’être encore au courant de rien. [HSD I.]

33Une raison pratique

34Éviter de recourir à une note :

... je me garde d’embêter le lecteur avec des noms qui ne lui disent rien et je préfère donner le sens général, d’une façon intelligible, sans avoir besoin de couper le récit par de longues notes en bas de page. [HSD II.]

... retrancher çà et là [...] des citations poétiques banales, incomplètes ou remplies d’allégories qui exigeraient de longs commentaires pour le lecteur européen. [HSD III.]

35D’Hervey se fait l’avocat d’une idée forte : peu lui chaut que le texte d’arrivée ne soit pas fidèle au texte de départ, dès lors que son lecteur français est frère du lecteur chinois. Une traduction savante, truffée de notes d’érudition, distinguant les emprunts, les allusions et les influences, éclairant le contexte historique, ou bien encore les subtilités du texte, n’atteindrait qu’un public cultivé et non le petit peuple auquel ces contes étaient destinés en Chine.

  • 11 . A en croire Henri Cordier : « J’aurais aimé que le texte, même pour les gens du monde auxquels il (...)

36L’infidélité du texte a pour contrepartie la fidélité au lecteur. Même si l’on doit nuancer l’affirmation : les traductions de D’Hervey, croit-on savoir, auraient rencontré leurs lecteurs plutôt parmi les « gens du monde11”, l’univers dans lequel évoluait le marquis, alors que l’original était connu, en Chine, de toutes les couches de la société. (Lévy 1981 : 77.)

D’Hervey-Saint-Denys praticien de la traduction

37Ces principes, comment D’Hervey les applique-t-il ? Et les applique-t-il rigoureusement ? En d’autres termes, et comme l’aurait dit un autre marquis célèbre, mais à propos d’un exercice beaucoup moins littéraire : « Je l’ai démontré théoriquement. Convainquons-nous maintenant par la pratique... » (Sade 1973 : 259.)

  • 12 . Pour le détail : Davidson 1952 : 38 ; Lévy 1978 : 275-276.
  • 13 . Ces traductions ne reposent pas toutes sur le même texte de départ. Certaines ne retiennent que l (...)
  • 14 . Après que ce travail a été achevé, une nouvelle traduction française nous est arrivée, par Rainie (...)

38Puisqu’il n’était pas possible de passer au crible les douze contes traduits par D’Hervey – sur les quarante que compte le Jingu qiguan –, nous en avons sélectionné un. Notre choix s’est porté sur Jin Yunu bang da boqinglang [Jin Yunu donne des coups de bâton au sans-cœur], inséré par D’Hervey dans le troisième de ses ouvrages sous le titre : « Femme et mari ingrats » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 1-45). Non que ce conte nous ait semblé particulièrement représentatif de l’entreprise, mais tout simplement parce que c’est celui des contes du Jingu qiguan qui se trouve avoir été le plus traduit12. Ce qui nous permettra de confronter la version de D’Hervey à cinq autres versions, parmi lesquelles une version latine et deux versions anglaises13. On notera que deux de ces versions sont antérieures à celle de D’Hervey, la première étant la version latine, la seconde une adaptation française de cette version latine. Nous dressons, ci-après, la liste de ces textes14 :

    • 15 . Cette version, D’Hervey avait des raisons de la bien connaître, l’œuvre de Zottoli ayant été cour (...)

    « Inhumanus maritus » (Zottoli 1879 : 483-511)15 ;

  • « Le mari sans cœur » (Bussy 1891 : 168-182) ;

  • « The Beggar Chief s Daughter » (Yang 1957 : 157-170) ;

  • « The Lady who was a Beggar » (Birch 1958 : 15-36) ;

  • « Tzinn Yu-nou, la fille du mendiant, donne la bastonnade à l’infidèle » (Reclus 1970).

39Pour la translitération des termes chinois, nous utilisons le système dit pinyin. En revanche, lorsque nous sommes amenés à citer D’Hervey ou les autres traducteurs, nous conservons la transcription adoptée par eux.

En quoi D’Hervey a-t-il été fidèle à ses principes de traduction, dans le cas particulier du conte qui nous intéresse ?

40Les principes de traduction énoncés par D’Hervey l’ont conduit à remanier le texte original à trois niveaux différents – nous ne tiendrons pas compte ici des erreurs caractérisées qu’il commet ici ou là.

Suppression ou simplification des détails qui réclameraient des notes d’érudition

41Dans le souci de rendre le texte immédiatement parlant, le traducteur sacrifie souvent la lettre à l’esprit, renonçant aux métaphores les plus exotiques. Par exemple, l’expression idiomatique you yan bu shi Taishan [avoir des yeux et ne pas reconnaître le mont Tai], traduite littéralement par Reclus avec note à l’appui (Reclus 1970 : 3), et présentée entre guillemets sous forme de citation par Birch (Birch 1958 : 19), est rendue chez lui par le simple verbe « méconnaître » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 4).

42Pour éviter une note, il retranche la métaphore des « six voleurs tourmentant le Bouddha » (Reclus 1970 : 32), liu zei xi Mituo, où les « voleurs » symbolisent les tentations (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 39), et simplifie la phrase : « Mon épouse, qui est sage et vertueuse, n’a commis aucune des sept fautes qui me permettraient de la répudier » (Reclus 1970 : 20), bu fan qi chu zhi tiao, sous la forme : « Elle ne me donne aucun sujet de plainte qui m’autorise à la répudier » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 26).

43Dans le même esprit, il élimine, quand elles ne sont pas indispensables, des allusions à des personnages historiques, tel Gan Luo, talent précoce qui entra en fonction dès l’âge de douze ans. La phrase : « Si j’ai du retard sur Gan Luo » (Reclus 1970 : 5) est alors remplacée par : « Quelque tardif que cela paraisse » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 8).

Suppression ou modification des passages susceptibles de choquer le goût du lecteur français

44Ces aménagements concernent autant la forme que le fond.

45On note que D’Hervey évite l’image du remâchage dans l’expression lang song jujue [réciter à haute voix et remâcher] et traduit : « Il lisait en marchant, il chantonnait en lisant » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 5), alors que Reclus garde l’expression chinoise (Reclus 1970 : 3), Birch préférant pour sa part : « Rolling the phrases round his mouth » (Birch 1958 : 19).

46Pareillement, il écrit : « Il fut traîné, presque porté » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 39), en escamotant la précision, qu’il juge sans doute bizarre ou incongrue : « par les bras et les oreilles » (Reclus 1970 : 33).

47L’expression Yunu tuo qi mian – traduite par : « Yunu cracha à la figure [de Mo Ji] » (Reclus 1970 : 33), ou par : « Jade Slave spat in Mo Chi’s face » (Birch 1958 : 34) – se fait plus décente chez D’Hervey en devenant « lui jetant l’injure à la face » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 39).

48Sans doute pour des motifs de convenance, les quatre professions déshonorantes citées dans le conte, celles de prostituée, d’acteur, de serviteur de yamen et de militaire, sont réduites aux trois premières, les militaires disparaissant de la liste (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 15).

49Signalons aussi la suppression – à moins que nous n’ayons affaire à une divergence de texte – du passage où Maichen se moque du deuxième mari de sa femme, prosterné à ses pieds : « Un homme comme ça, je ne vois pas en quoi il est supérieur à Zhu Maichen » (Reclus 1970 : 9). Si cette omission est bien délibérée (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 11), ne manifeste-t-elle pas le désir de D’Hervey d’effacer un détail de comportement qui risquerait de rendre le personnage moins sympathique au public français, dont la morale réprouve en principe l’esprit de vindicte ?

50On remarquera enfin une tendance à gauchir les notions chinoises, consciemment ou non, de façon à les plier à nos cadres mentaux et au vocabulaire qui les exprime. C’est ainsi que la notion très confucéenne de fu jie, « vertu féminine » (« the true virtue of womanhood » [Birch 1958 : 32]), est ramenée au « respect de [moi]-même » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 35), expression qui relève d’une conception plus personnelle et moins sociale de la morale.

Élimination, au moins partielle, des détails de présentation propres à l’art du conteur

  • 16 . Et puis l’on observera, plus simplement, que D’Hervey désigne ces récits sous le nom de nouvelles (...)

51Le « je » oral du conteur (“ laissez-moi plutôt vous conter l’histoire » [Reclus 1970 : 3] ; « let me tell you now of » [Birch 1958 : 19]) est supplanté par le « nous » de l’écrivain : « Nous parlerons maintenant de » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 12), cependant que la deuxième personne du singulier désignant le lecteur (« si tu me demandes quel fut ce ministre » [D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 4]) instaure une relation d’individu à individu, à la différence du « vous » qui interpelle la foule des auditeurs (“ vous me demandez » [Reclus 1970 : 3]). On observera que dans le texte chinois, le ton du conte procède non d’un jeu sur les pronoms (le « je » du narrateur n’apparaissant pas explicitement et le pronom ni pouvant aussi s’entendre au sens de nimen), mais de formules consacrées, du type qie shuo [pour le moment on parlera de] (Reclus 1970: 2 et 12)16.

52Par ailleurs, beaucoup de passages au style direct (Reclus 1970 : 29) sont transcrits en style indirect (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 34), ce qui restreint d’autant la part du dialogue et répond au goût français pour les phrases complexes.

Dans quelle mesure D’Hervey a-t-il dérogé à ses principes ?

53Néanmoins, D’Hervey ne s’est pas montré en tout point fidèle à sa philosophie de la traduction, laquelle lui imposait, simultanément, de renoncer à toute érudition, et de serrer au plus près le texte. Nous nous proposons d’examiner ci-après trois de ces « écarts ».

Les termes chinois transcrits

  • 17 . Comme pour sihu (transcrit sous la forme sse-hou), le fonctionnaire chargé, entre autres, du rece (...)
  • 18 . Le chef des mendiants nommé touan-teou (terme que Birch traduit par « tramp-major » et Reclus par (...)

54La transcription pure et simple d’un terme chinois, éventuellement accompagnée d’une note, peut être une solution commode pour résoudre le problème que pose au traducteur l’inexistence, dans sa langue, d’un équivalent stricto sensu. Cette solution, pourtant, n’est que très rarement retenue. Des six traducteurs, seul D’Hervey, paradoxalement, y a recours plusieurs fois. Les motifs d’un tel choix restent conjecturaux, et sans doute multiples : ignorance de la signification réelle du mot17 ; respect à l’égard de quasi-noms propres18 ? Mais on n’exclura pas l’hypothèse que D’Hervey ait voulu par là, en dépit de ses principes, ajouter à sa version une touche d’exotisme, voire étaler quelque peu sa culture sinologique, par exemple quand il préfère la transcription Tchun-tsieou à la traduction « Printemps et Automnes » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 15), ou qu’il évoque les « années chao-hing » de la dynastie des Song (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 13).

Les notes d’érudition

55La version de D’Hervey ne comporte pas moins de treize notes infrapaginales, destinées les unes à justifier ou à compléter la traduction d’un terme, les autres à éclairer un nom propre ou une allusion historique, et d’autres, encore, à prévenir la perplexité du lecteur : la phrase « il chantonnait en lisant » est ainsi le prétexte à un long développement sur la musique de la prose chinoise. (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 5.)

56Certes, la répartition des notes obéit dans l’ensemble à une logique implicite conforme aux principes d’économie énoncés par D’Hervey. Ainsi les anecdotes sur des personnages historiques ne donnent-elles pas lieu à note dès lors qu’elles ne comportent aucun détail jugé obscur, par exemple dans le passage suivant : « Kiang Taï-kong avait quatre-vingts ans et, pour se nourrir, pêchait à la ligne des petits poissons dans la rivière de Ouei, lorsqu’il rencontra Ou-ouang, des Tcheou, qui le prit avec lui et qui en fit son ministre » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 7). Dans cet autre passage, en revanche : « Aux siècles dont le Tchun-tsieou renferme l’histoire, ne vit-on pas Ou Tse-siu, fugitif, jouer de la flûte et tendre la main dans les marchés », on peut supposer que l’histoire de ce « fugitif » devenu « mendiant par circonstance », n’eût pas été claire sans le commentaire qui l’accompagne : « Ou-tse-siu était un ministre qui, tombé en disgrâce et menacé de mort, s’enfuit dans un royaume voisin » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 15).

57Est-ce à dire que toutes les notes sont indispensables ? Comme pour le cas des transcriptions, on émettra ici quelques réserves, et l’on se demandera si D’Hervey n’a pas, çà et là, profité de l’occasion qui lui était offerte de faire valoir sa connaissance de la langue et des réalités chinoises. Était-il bien nécessaire, par exemple, d’indiquer, au moment où un personnage s’adresse avec le titre de « bachelier » au jeune Moki, qui vient d’être admis au Collège impérial : « Les élèves admis au Collège d’État, appelé Koue-tse-kien, en sortaient bacheliers comme les élèves de Saint-Cyr sortent officiers. Donné ici par courtoisie, ce titre de bachelier est anticipé » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 19). Au lieu de préciser que « le kiai-youen est le premier reçu dans une promotion de licenciés » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 24), n’eût-il pas été plus simple de supprimer le mot dans la phrase : « A vingt-trois ans, il fut proclamé kiai-youen », et de le remplacer par un équivalent plus clair ? Et l’anecdote de Song-Hong refusant de répudier sa femme pour épouser une parente de l’Empereur réclamait-elle neuf lignes de commentaire ? (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 40.)

58A l’inverse, D’Hervey passe sans s’y arrêter sur certains détails à tout le moins déconcertants pour le lecteur français. Il en va ainsi de l’expression « celui pour qui j’ai noué mes cheveux demeurera l’unique époux de toute ma vie » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 35), répétée plus loin : « au temps où je nouai mes cheveux pour devenir ta femme » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 40), et qui est la traduction du chinois : ji yu Mo lang jie fa. Cette formule énigmatique, suggérant quelque rite de mariage, procède d’une mauvaise interprétation des caractères jie fa – « se nouer les cheveux (à sa majorité) » –, lesquels évoquent en fait la jeunesse des époux lors d’un premier mariage, et se traduiraient plutôt par : « j’ai été épousée en premières noces » (« puisque j’ai été mariée à Mo Ji » [Reclus 1970 : 29]). Là encore, il est difficile de savoir si D’Hervey a laissé l’expression en l’état faute de la comprendre, ou s’il a cédé – à mauvais escient – au charme trompeur de l’exotisme.

D’Hervey et la traduction ornée

59Bien que D’Hervey prétende rapprocher le texte du lecteur français sans pour autant trahir l’original, il lui arrive d’outrepasser les bornes qu’il s’est assignées. En certains endroits, sa version s’apparente davantage à l’adaptation qu’à la stricte traduction. Les exemples abondent, et nous n’en citerons que quelques-uns, parmi les plus représentatifs :

– Qu’elles se gardent de mesurer l’affection pour le mari au bien-être qu’il procure, l’aimant s’il est riche ou le méprisant s’il est pauvre. C’est ce qu’on appelle avoir le cœur double et c’est une perversité que le Ciel punit (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 4). (Qu’elles se gardent de convoiter la richesse et de refuser la pauvreté, qu’elles se gardent d’être inconstantes, sous peine d’avoir à s’en repentir plus tard [Reclus 1970 : 3] ; Unless you wish to lay up repentance in store, do not scorn poverty and covet riches, do not let your affections wander [Birch 1958 : 19]).
– En voyant la beauté de Yunou, Mo-ki avait ressenti la joie pénétrante d’un homme servi par le destin au-delà de ses plus chères espérances (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 20). Il découvrit une fois marié que les talents et la beauté de Yu-nou dépassaient ce qu’il avait imaginé [Reclus 1970 : 17] (et tout le passage entourant cette phrase, qui est une recomposition de l’original chinois).
– Sous peine d’avoir à compter plus tard avec de cuisants regrets et de longs repentirs (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 26) (traduction quelque peu délayée des quatre caractères zhong you hou hui [on finit toujours par se repentir]).

  • 19 . C’est ainsi que la jugera la profession (Cordier 1893 : 234).

60Chez D’Hervey, cette histoire de mari ingrat est somme toute une « belle infidèle19 », mise au goût français de l’époque, y compris par son style. Mais si le parti de D’Hervey est de soumettre au lecteur français une version de l’œuvre immédiatement intelligible, et non de la restituer avec une exactitude scolaire, il n’est pas dans la position de celui qui réécrirait une histoire après se l’être fait raconter. Sa traduction part de la lettre du texte, même si elle prend des libertés avec elle. Par ailleurs, sa volonté de se mettre au service du lecteur n’efface pas entièrement ses scrupules et sa conscience de sinologue. Cette position difficile explique qu’il n’ait pas toujours su se tenir à cette norme intermédiaire qu’il érige en idéal : tantôt il sacrifie à l’érudition, tantôt il cède à la tentation de la libre adaptation.

61Voyons à présent ce qu’il en est des autres traducteurs du conte, qui ignorent les principes de D’Hervey.

La fidélité illusoire

62Aucune des traductions examinées ne saurait être qualifiée de scientifique. Seule celle de Reclus, élaborée dans un cadre universitaire, est véritablement scolaire. A l’autre extrême, celle des Yang, dépourvue de notes, vise le grand public. Toutes cependant ont en commun, à la différence de celle de D’Hervey, de se tenir au plus près du texte. En cela, elles relèvent de l’espèce des traductions « littérales », non de celle des traductions « littéraires » selon la définition du marquis. Ce parti pris devrait théoriquement garantir une plus grande fidélité à l’œuvre originale. On constatera néanmoins ci-dessous que cette fidélité est relative, tout comme est relatif ce qui oppose ces traducteurs à la méthode de D’Hervey.

La littéralité infidèle

63Il n’est pas rare qu’une traduction proche de la lettre du texte se révèle moins éclairante, et en cela moins « fidèle », qu’une traduction en apparence lointaine. C’est le cas pour beaucoup de termes désignant des titres ou fonctions anciens, par exemple la fonction de zhuanyunshi : les traductions littérales de « commissaire aux transports » (Reclus) ou de « Transport Commissioner » (Yang et Birch) sont en réalité beaucoup trop étroites pour la fonction qu’elles désignent. Sous les Song, le zhuanyunshi concentre entre ses mains le pouvoir financier dans un ou plusieurs lu (à peu près l’équivalent d’une province) et a autorité sur les fonctionnaires locaux, comme ici sur le sihu Mo Ji. Peu à peu ses attributions s’étendent même à la défense, à la sécurité, à la police, à l’impôt sur les terres cultivées. En un mot, le zhuanyunshi est un haut fonctionnaire provincial dont l’autorité dépasse le niveau de la préfecture. Le décalage entre le terme et la fonction qu’il désigne est analogue à celui qu’on observe pour le terme sihu, que D’Hervey renonçait à traduire : « commissaire aux subsistances » pour Bussy (d’après le latin « curator annonae »), « chef du recensement » pour Reclus, « census officer » pour les traducteurs anglais, sont des traductions littéralement correctes, mais qui ne représentent pas toute l’étendue des tâches assumées par ce personnage, puisque, outre le recensement, le sihu s’occupait aussi, entre autres choses, des mariages, des terres, de la corvée et de la voirie.

64Face à cette difficulté terminologique, la traduction littérale se heurte à un dilemme : ou bien elle traduit le terme littéralement et sans note, au risque de donner au lecteur une idée insuffisamment claire de ce dont elle parle, ou bien – et c’est le choix de Reclus – elle complète la traduction littérale par une note qui corrige en quelque sorte les faiblesses de la traduction : (“ Le chef du recensement s’occupait aussi de la trésorerie du district » [Reclus 1970 : 38, n. 17] ; « Commissaire aux transports, chargé du ravitaillement et de la solde des troupes, également de la défense du territoire, des affaires judiciaires et du fisc » [Reclus 1970 : 38, n. 19]), ce qui revient à reconnaître implicitement que la traduction ne se suffit pas à elle-même. D’Hervey – à moins qu’il ne soit servi ici par une information approximative – règle le problème autrement. S’il déclare forfait sur le terme de sihu, la solution qu’il avance pour celui de zhuanyunshi parvient à approcher le mieux l’extension réelle du terme : bien que sa traduction par « censeur provincial », inspirée de l’organisation administrative de la Rome antique, soit discutable dans la mesure où elle mêle des réalités appartenant à des civilisations différentes, elle a du moins le mérite de faire prendre conscience au lecteur de l’importance de la fonction considérée. D’Hervey suggère d’ailleurs en marge une autre traduction, tout aussi « parlante » : le zhuanyunshi serait une sorte d’» intendant ». (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 29.)

Où la traduction littérale emprunte les principes de la traduction littéraire

65S’il est vrai que D’Hervey a parfois poussé ses principes à l’extrême, leur application semble, dans certains cas, incontournable, quand bien même la philosophie du traducteur l’inclinerait dans le sens opposé.

Simplification

66D’Hervey n’est pas le seul à élaguer le texte quand des termes trop spécifiques en compliqueraient la lecture. Dans la première partie du conte, il est question notamment d’une institution appelée gongju (prononciation indiquée par Reclus sous la graphie kong-kiu [Reclus 1970 : 38, n. 6]) chargée sous les Han d’accueillir les candidats à un poste officiel. Le nom de cet office n’apparaît dans aucune des trois traductions, si l’on excepte une note de Reclus, qui traduit toute la phrase par « il attendit une nomination » (Reclus 1970 : 9). Dans le même esprit, on lit sous la plume de Birch : « Took his place among those awaiting appointaient » (Birch 1958 : 22). Quant à D’Hervey, il sacrifie, une fois de plus, la précision à l’élégance : « Mai-tchin attendit, plein de confiance, que le maître jetât les yeux sur lui » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 10).

67Le parcours académique de Mo Ji, héros de la deuxième partie du conte, a été également simplifié dans la moitié des traductions. Le texte nous apprend que Mo Ji a réussi à l’examen qui le qualifie pour entrer à la Taixue ou Collège impérial. D’après les explications de Zottoli – lesquelles semblent toutefois concerner davantage le système en usage sous les Qing – tous les trois ans un « bachelier stipendié » [subventionné par l’État] ou linsheng, était, à l’issue de l’examen intitulé suishi, élu gongsheng, c’est-à-dire présenté à l’entrée au Collège impérial (Zottoli 1879 : 492, n. 1). Paradoxalement, D’Hervey est le seul, avec Zottoli et les Yang, à traduire fidèlement : « Tout récemment, il a passé des examens qui lui ont ouvert les portes du Collège d’État » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 18) (« recently he passed the examination qualifying him to join the Imperial College » [Yang 1957 : 159]), alors que le traducteur de Zottoli élague la traduction latine – « proximis diebus examine successit, receptusque magnae scholae alumnus » (Zottoli 1879 : 487) – en : « Il a dernièrement été reçu bachelier » (Bussy 1891 : 170). Reclus écrivant pour sa part : « Récemment reçu bachelier, il poursuit ses études » (Reclus 1970 : 13), et Birch : « He had graduated recently » (Birch 1958 : 25). Ainsi, peut-être par souci d’éviter des détails fastidieux, les traducteurs ont été amenés à réduire à sa plus simple expression une procédure très complexe, qui eût exigé une note fournie.

Adaptation à la langue et à l’univers mental du lecteur

68Même si le traducteur n’en a pas toujours conscience, sa traduction n’est souvent qu’une adaptation à la terminologie de sa propre langue, seule alternative à l’expédient qui consisterait à transcrire tout mot étranger sans référent dans notre culture. On examinera ici, puisque le thème du conte s’y prête, le cas des termes désignant la hiérarchie des examens impériaux.

69Bien que le Dictionnaire chinois-français publié à Pékin en 1990 aux éditions Shangwu se refuse à traduire xiucai et s’en tienne à la transcription assortie d’une définition entre parenthèses, il est devenu depuis longtemps usuel, dans les traductions françaises, de rendre ce terme par « bachelier » (traduction à laquelle se rallie le dictionnaire Ricci) : D’Hervey l’emploie (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 19), Bussy (Bussy 1891 : 170) et Reclus (Reclus 1970 : 16) également. Les traductions anglaises, ne disposant pas d’un équivalent aussi commode, choisissent « young scholar » (Yang 1957 : 159) ou « graduate » (Birch 1958 : 25). La série se continue, sur le modèle de nos grades universitaires, avec le titre de licencié (“ master’s degree » en anglais), puis de docteur. Elle se voit concurrencée par deux autres séries, la première numérotant les degrés (Reclus dit par exemple : « Il passa les examens du second degré », soit la licence [Reclus 1970 : 21]), la seconde distinguant les niveaux d’examens selon le lieu où le candidat subit les épreuves : « At the age of 33 he passed the provincial examination and the highest examination in the capital », écrivent les Yang (Yang 1957 : 162). Si ces deux dernières séries de dénominations définissent le terme plus qu’elles ne le traduisent, la première propose de vraies traductions, mais en forme de métaphores, notre système d’examens n’ayant rien en commun avec celui des examens impériaux, hormis l’existence d’une hiérarchie. Toutes ces traductions, si approchées soient-elles, ont cependant le mérite de souffler au lecteur, même ignorant des réalités chinoises, l’idée essentielle : celle d’une échelle académique à gravir laborieusement, degré par degré.

  • 20 . Les traductions anglaises disposent d’un autre mot, d’origine latine : « literati ». Mais ce mot (...)

70Nous ferons une place à part au terme rusheng, pour lequel nous disposons en français d’une traduction consacrée, suffisante à elle seule pour évoquer ce mélange de culture et de valeurs confucéennes qui caractérisent le rusheng. Il n’est pas indifférent de signaler, en effet, que le dictionnaire de Littré distingue pour le substantif « lettré » une acception propre à la Chine : « Particulièrement. Classe d’hommes qui, à la Chine, cultivent les lettres et exercent les emplois publics. » Et d’invoquer Montesquieu et Voltaire, dont les citations attestent l’ancienneté de cet usage. Ici, l’adaptation n’est plus à faire, puisque le français jouit d’un terme qui s’est en quelque sorte approprié toutes les connotations du mot rusheng. L’anglais, en revanche, ne semble posséder aucun mot comparable, puisqu’il doit généralement recourir à une association du type « Confucian scholar ». On notera que Birch traduit par « Confucian » (Birch 1958 : 20) ce que Reclus rend par « lettré » (Reclus 1970 : 3)20.

Intégration de l’interprétation à la traduction

71La traduction littérale ne devrait, en principe, pas déborder de la lettre du texte. Tout ce qui relève de l’explicitation ou de l’interprétation, donc de la glose, devrait, en bonne logique, être refoulé dans les notes, la traduction littéraire se réservant au contraire le droit de rendre le texte d’emblée plus clair, comme il le serait, suppose-t-elle, pour un lecteur indigène. Or, c’est une pratique générale chez les traducteurs que d’intégrer au texte même des éléments relevant de la glose, avec, en outre, les risques d’interprétation hasardeuse qu’ils comportent. En voici un échantillon :

  • chi yi fu ren : l’expression signifie « se rendre à son poste rapidement en empruntant les relais (mis à la disposition des fonctionnaires se rendant à la capitale ou dans les provinces) ». Ajoutant une précision qu’il a peut-être dénichée ailleurs, mais qui n’est pas incluse dans l’expression elle-même, Reclus traduit : « Il se hâta, dans un attelage à quatre chevaux, d’aller prendre son poste. » (Reclus 1970 : 9.) Traduction pas moins interprétée que celle de D’Hervey, qui écrit : « voyageant avec tout le cérémonial prescrit » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 11), mais plus libre en revanche que celle de Birch : « He rode off to take up his appointment » (Birch 1958 : 22).

  • chuan de you hao yi [il portait de beaux habits] est interprété par Reclus sous la forme « ses habits étaient de soie » (Reclus 1970 : 13), vraisemblablement en fonction d’un réflexe qui conduit à assimiler, dans un contexte chinois, beaux habits et habits de soie. D’Hervey réunit beaux habits et bonne nourriture sous une expression unique : « le confort parfait de son intérieur » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 16), tandis que les traductions anglaises suivent scrupuleusement le texte : « handsome clothes » (Yang 1957 : 158) ; « dressed well » (Birch 1958 : 24).

  • zhi zhongfu : porter le deuil lourd (zhifu signifiant vêtement de deuil). On négligera, ici, la traduction de D’Hervey, qui commet un contresens bizarre en parlant d’un « double cercueil » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 43). La traduction effectuée à partir du latin, « Yunou prit le grand deuil », est la plus neutre, son auteur s’étant contenté d’une expression française usuelle (Bussy 1891 : 181). Mais comme notre grand deuil n’a pas le même contenu que dans la tradition chinoise, les autres traducteurs ont préféré expliciter ce que le terme évoque dans le cadre du rituel confucéen : « Elle prit le deuil pendant trois ans » (durée prescrite pour le deuil des parents) (Reclus 1970 : 37) ; « Yunu mourned for them like a daughter » (Yang 1957 : 169-70) ; « wore the heaviest mourning of coarse linen » (Birch 1958 : 35-36). Dans ce dernier cas, le commentaire s’ajoute à la traduction littérale au lieu de s’y substituer.

  • zhi ye bu fei yi zhang : cette expression fait l’objet de deux interprétations divergentes, dont la seconde conduit les traducteurs à recourir à une glose. Selon les uns, l’expression signifie simplement : « On ne vous demandera même pas une feuille de papier » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 19 ; Bussy 1891 : 171 ; Yang 1957 : 160). Pour Reclus et pour Birch au contraire, le papier en question est celui destiné à l’échange des horoscopes au moment du mariage : « Vous n’aurez même pas à dépenser le papier de l’horoscope » (Reclus 1970 : 17) ; « you will not even be called on to supply so much as the paper for the exchange of horoscope » (Birch 1958 : 26).

72Ainsi les traducteurs éprouvent-ils souvent le besoin de rendre leur traduction plus limpide en mettant à contribution leur connaissance du contexte culturel. Ce procédé permet d’alléger d’autant les notes infra-paginales, et d’assurer une lecture plus facile et plus homogène.

73Cette tendance pousse même très souvent les traducteurs à introduire dans leur texte des renseignements qui, à moins d’artifice, ne devraient pas s’y trouver : l’exemple le plus typique est celui des dates d’ère dynastique glissées entre parenthèses, comme, dans ce conte, pour l’ère Shao Xing des Song (Reclus 1970 : 11 ; Birch 1958 : 23 ; Yang 1957 : 157). Seul avec Zottoli, D’Hervey renvoie l’indication dans une note, ce qui cadre avec sa volonté de respecter l’allure naturelle du texte.

Le traducteur au service du lecteur

74En réalité, il n’y a pas de fidélité abstraite au texte, et le traducteur ne saurait en aucun cas oublier son lecteur. Si les traductions que nous avons examinées obéissent à certaines contraintes communes, malgré les différences de méthode qui les opposent, c’est que toutes s’adressent – ou feignent de s’adresser, dans le cas de l’exercice scolaire supervisé par Reclus – à un public moyen, qu’il s’agit d’initier à une œuvre étrangère sans l’accabler sous l’érudition qu’elle réclame. Pour ce faire, on écarte parfois l’intraduisible, et l’on rend immédiatement transparentes, fût-ce au prix d’une impropriété, des expressions qui, prises à l’état brut, demeureraient obscures. Mais le traducteur s’appuie également, pour alléger sa traduction, sur deux postulats :

  1. On suppose au public un savoir minimum : les noms des grandes dynasties (Han, Song) ou certains noms de lieux (Hangzhou) pourront ainsi figurer sans autre explication. L’appréciation de la compétence du lecteur est cependant relative et cette compétence même sujette à variation (D’Hervey rappelle en note : « La dynastie des Han nous reporte à deux siècles avant notre ère » [D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 4]).

  2. On suppose que certains détails du texte n’ont qu’une importance secondaire, et participent plus de la couleur locale que de l’intrigue elle-même. C’est ce que nous allons vérifier avec le traitement des noms de lieux dans la traduction de notre conte.

75Celui-ci évoque deux lieux très précis, qui témoignent de la situation administrative du temps des Song :

  1. Huaixi : un des lu de la Chine des Song, qui en comporta d’abord quinze, puis dix-huit (le Huaixi est, avec le Huaidong, issu d’une subdivision d’un lu unique dénommé Huainan).

  2. Wuweijun, c’est-à-dire le jun de Wuwei, le jun étant l’une des subdivisions du lu, à côté du zhou, du fu et du jian, ces circonscriptions (à peu près l’équivalent d’une préfecture) ayant elles-mêmes sous leur dépendance des districts ou xian.

76La topographie du conte est parfaitement cohérente : Xu Dehou, futur « beau-père » de Mo Ji, occupe le poste de zhuanyunshi dans la province du Huaixi, ce qui fait de lui le supérieur hiérarchique de Mo Ji, lui-même sihu dans la préfecture de Wuwei, qui dépend de la province. Or la plupart des traductions, quand elles ne sont pas fautives, demeurent trop vagues pour rendre compte de l’importance respective des deux lieux :

    • Birch : « Census Officer at Wu-wei-chün » ; « Transport Commissioner for Western Huai » (Birch 1958 : 28 et 30).

    • Yang : « the Wuwei Prefecture » ; « Transport Commissioner of Huaihsi » (Yang 1957 : 162 et 164).

    • D’Hervey : « sse-hou du gouvernement de Ou-ouei » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 27) ; le nom de la province de Huaixi n’apparaît pas, D’Hervey traduisant simplement « au siège de ses nouvelles fonctions » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 30).

    • Reclus : « district de Wou-weh-kiunn, Ann-hoeh » ; « commissaire aux transports du Hoai-hsi » ; « le district occidental de la Hoaï où Hsu Tô-how devait prendre son poste » (Reclus 1970 : 23, 25 et 27).

    • Bussy : « à Ou wei kiun » ; « à Hoai-si » (Bussy 1891 : 174 et 175).

77Cette dernière traduction est, avec celle de D’Hervey, la moins précise. Il est vrai que Bussy travaillait à partir du latin qui, comme le chinois, ne connaît pas l’usage des articles et fort peu celui des prépositions. La traduction des Yang est excellente en ce qui concerne Wuwei et plus ambiguë pour ce qui est de Huaixi. Celle de Birch est sans conteste la plus fidèle dans la mesure où elle permet d’imaginer le rapport de grandeur entre les deux lieux, encore qu’on ne sache pas bien si le premier est une ville ou un district, et ce que recouvre le second. Quant à Reclus, il se rend coupable de deux incohérences : la première en traduisant « Huaixi » de deux façons différentes (se fiant sans doute à la perspicacité de son lecteur), la seconde en confondant les deux lieux sous la dénomination de « district », alors que l’un est une subdivision de l’autre.

78On s’étonnera enfin qu’aucun des traducteurs n’ait cru bon d’expliquer à quoi correspondent ces deux lieux. Tout se passe comme si le traducteur s’investissait peu dans l’interprétation des noms propres, épousant en cela le point de vue du lecteur, qui suit le déroulement de l’histoire sans s’inquiéter des toponymes qui la jalonnent. En l’espèce, les sonorités l’emportent sur le sens : il s’agit avant tout de créer chez le lecteur, par l’énoncé même du nom, l’illusion d’être transporté dans la Chine des Song.

79Un dernier exemple, tiré de la première moitié du conte, illustre la propension des traducteurs à manquer de vigilance dans la traduction des noms géographiques et des titres qui s’y rapportent : lorsqu’il considère Guiji [le caractère hui se prononce ici gui] comme une ville, ce qui était effectivement le cas à partir des Sui, Reclus ignore visiblement qu’à l’époque des Han, ce nom désignait un jun, ou commanderie, soit l’équivalent d’une province (s’étendant sur le Fujian et sur une partie du Zhejiang et du Jiangsu) (Reclus 1970 : 37, n. 2). D’Hervey se montre à cet égard mieux informé (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 4, n. 1). Entraîné par son erreur, Reclus parle du « préfet de Guiji » (Reclus 1970 : 22), alors que le terme de taishou, désignant celui qui dirige un jun, serait mieux traduit, comme l’a fait D’Hervey, par « gouverneur ». Birch opte lui aussi pour la traduction « Prefect of Hui-chi » (Birch 1958 : 22), bien qu’il évoque précédemment « the region of Hui-chi in the south-east » (Birch 1958 : 19). En tout état de cause, il semble que D’Hervey ait raison d’écrire : « l’Empereur le nomma gouverneur de cette province » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 10). Où D’Hervey, le traducteur infidèle, marque, une fois de plus, des points sur ses successeurs.

Conclusion

80A moins que de nouveaux documents ne nous éclairent sur l’homme, nous ne saurons jamais de quel poids ses faiblesses de sinologue ont pesé sur la mise en pratique, voire sur la conception, de la méthode de traduction de D’Hervey. Une chose est sûre, il a repéré avec clairvoyance et souvent esquivé avec doigté les principaux écueils de la traduction. Et le lecteur qui prend ces contes pour ce qu’ils sont, de jolies pièces à savourer, ne lui tiendra pas rigueur d’avoir privilégié la liberté du style sur les servitudes du mot à mot.

81Au-delà du débat traduction littérale/belle infidèle, c’est la notion même de fidélité que cette enquête nous oblige à réviser ou du moins à relativiser, surtout lorsqu’il s’agit de textes éloignés dans le temps.

82Eu égard à la quasi-impossibilité de transposer tels quels les faits de langue et de civilisation contenus dans le texte original, la seule traduction fidèle serait celle qui se doublerait d’une glose perpétuelle, destinée à lever les doutes ou les malentendus suscités par les équivalents proposés. Mais du même coup elle cesserait d’être une traduction pour s’orienter vers l’exégèse ou la paraphrase. C’est à cet inconvénient que D’Hervey a voulu parer en débarrassant le texte de toutes ses aspérités, même s’il ne suit pas toujours sa méthode jusqu’au bout, et laisse subsister de loin en loin quelque îlot d’exotisme. Les autres traducteurs s’en tiennent pour leur part à une position médiane, usant des notes de manière non systématique, et recourant parfois à d’autres procédés, tels que la simplification du texte ou l’approximation. Qui plus est, leur rigueur accuse des faiblesses, par exemple pour la traduction des noms de lieux.

83C’est que le traducteur n’est pas un historien : à supposer même qu’il possède, sur la période à laquelle a été écrit le texte, un savoir sans faille – ce qui est peu fréquent –, il ne saurait être question pour lui de le faire passer intégralement dans sa traduction. Ce qu’exige le lecteur, en effet, c’est qu’on lui rende l’histoire accessible et qu’on lui dessine le cadre dans lequel elle se déroule. Autrement dit, il importe à la fois de donner l’impression de l’éloignement et de fournir une certaine intelligibilité. La traduction agit comme un trompe-l’œil et le lecteur, même averti, n’est pas sensible aux petites imprécisions de détail. En conséquence, qui voudra s’immerger dans la lettre du texte, sans sacrifier aucune image, aucun trait de langue, et profiter sans la moindre déperdition de la mine d’informations qu’il renferme sur les institutions ou la société de l’époque, n’aura guère d’autre choix que de retourner à l’original. La sinologie a ses exigences que la littérature ne connaît pas.

Bibliographie

Birch, Cyril (éd. et trad.). 1958. Stories from a Ming Collection : Translations of Chinese Short Stories Published in the Seventeenth Century. London, The Bodley Head.

Bussy, C. (trad.). 1891. Cursus litteraturœ sinicœ, neo-missionariis accom-modatus, auctore P. Angelo Zottoli SJ, e missione Nankinensi, traduction française du premier volume. Zi-Ka-Wei, Imprimerie de la mission catholique.

Cordier, Henri. 1893. « Bulletin critique », T’oung-pao, 4 : 233-235.

– 1906-1907. « Bibliotheca sinica » : Dictionnaire bibliographique des ouvrages relatifs à l’Empire chinois, deuxième édition, revue, corrigée et considérablement augmentée, vol. 3. Paris, E. Guilmoto.

Davidson, Martha. 1952. A List of Published Translations from Chinese into English, French, and German, Part I : Literature, exclusive of Poetry. Ann Arbor (Michigan), Tentative Edition, J. W. Edward.

D’Hervey-Saint-Denys, M.J.L. (éd. et trad.). 1862. Poésie de l’époque des Tang (viie, viiie et ixe siècles). Paris, Amyot (rééd. : 1977, Paris, Champ libre).

– 1885a. Compte rendu. Mémoires de la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indo-chinoises, 4, 3 : 252-254.

– (éd. et trad.). 1885b. Trois nouvelles chinoises. Paris, Ernest Leroux (Bibliothèque orientale elzévirienne, 45).

– (éd. et trad.). 1889. La Tunique de perles, Un serviteur méritant et Tang le Kiaï-Youen, trois nouvelles chinoises. Paris, E. Dentu.

– (éd. et trad.). 1892. Six nouvelles nouvelles. Paris, J. Maisonneuve (« Les littératures populaires », 30) (rééd. : 1967, Paris, G.-P. Maison-neuve & Larose).

Lanselle, Rainier (éd. et trad.). 1996. Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan). Paris, Gallimard, La Pléiade.

Lévy, André. 1978. Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises (Mémoires de l’Institut des hautes études chinoises, 8-1).

– 1981. Le conte chinois en langue vulgaire du xviie siècle. Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises (Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises, 25).

Luppé, Olivier (de), Angel Pino, Roger Ripert & Betty Schwartz. 1995. Léon D’Hervey de Saint-Denys, 1822-1892. Préface de Claude Roy. Île Saint-Denis, Oniros.

Pelliot, Paul. 1925. « Le Kin kou k’i kouan », T’oung pao, 24 : 55-56.

Pino, Angel. 1992. « Un escroc de la sinologie ? L’élection du marquis D’Hervey-Saint-Denys au Collège de France », communication présentée lors de la célébration du centenaire de la mort D’Hervey-Saint-Denys (1892-1992) organisée par l’association Oniros, Association française pour l’étude du rêve, au Collège de France, à Paris, le 31 octobre 1992. Première publication : Oniros, 37-38 : 10-14 ; repris maintenant in Olivier de Luppé, Angel Pino, Roger Ripert & Betty Schwartz (1995) : 221-229.

– 1995a. « Léon D’Hervey sinologue : repères bio-bibliographiques (1849-1894) » in Olivier de Luppé, Angel Pino, Roger Ripert & Betty Schwartz (1995) : 155-211.

– 1995b. « Abrégé dûment circonstancié de la vie de Marie Jean Léon Le Coq, baron D’Hervey, marquis de Saint-Denys, professeur au Collège de France et membre de l’Institut, sinologue de son état, onironaute à ses heures : une enquête à l’usage, non exclusif, des futurs biographes », in Marie-Claire Bergère & Angel Pino (éd.), Un siècle d’enseignement du chinois à l’École des langues orientales, 1840-1945, Paris, L’Asiathèque : 95-129.

Reclus, Jacques et al. (éd. et trad.). 1970. Tzinn Yu-nou, la fille du mendiant, donne la bastonnade à l’infidèle. Hong Kong, Wo Kee Printing Co. (texte bilingue).

Sade, Donatien, Marquis de. 1973. Histoire de Juliette ou les prospérités du vice (1797), in Sade, Œuvres complètes, vol. 8. Paris, La Tête de feuilles.

Schlegel, Gustave. 1890. « Bulletin critique », T’oung pao, 1 : 79-86.

Yang, Hsien-yi & Gladys Yang (éd. et trad.). 1957. The Courtesan’s Jewel Box : Chinese Stories of the Xth-XVIIth Centuries. Pékin, Editions en langues étrangères.

Zottoli, Angelo (éd. et trad.). 1879. Cursus litteraturae sinicae, neo-missionariis accommodatus, auctore P. Angelo Zottoli SJ, e missione Nankinensi, volumen primum pro intima classe : lingua familiaris. Chang-hai, ex typographia missionis catholicae (texte bilingue).

Annexes

 

Trois textes de D’Hervey-Saint-Denys à propos des traductions littéraires

I

On a reproché au Kin kou ki kouan de renfermer des passages licencieux, absolument intraduisibles ; mais il est d’autant plus facile de retrancher ces rares passages qu’ils ne font presque jamais partie du texte courant, au milieu duquel ils paraissent avoir été jetés et intercalés comme des citations tirées de poèmes érotiques, amenées avec plus ou moins d’à-propos. Le récit ne perd rien à de telles coupures, non plus qu’à celles de certaines longueurs, pour nous incolores, et de fréquentes redites provenant de l’usage qu’ont ordinairement les conteurs chinois de faire répéter à un personnage tout ce que le lecteur sait déjà de ses aventures, chaque fois qu’il doit exposer sa situation à quelqu’autre personnage supposé n’être encore au courant de rien.

Il est deux manières de traduire également fâcheuses à mon avis, quand il s’agit d’oeuvres littéraires : l’une qui consiste à porter la liberté de l’interprétation jusqu’à dépouiller, en quelque sorte, l’auteur étranger de son costume national et de ses allures propres, au grand détriment de la couleur locale ; l’autre qui s’attache à serrer étroitement le mot à mot littéral et qui, par cela même, s’éloigne fort souvent de l’exactitude qu’elle vise, les mots, les locutions, les tours de phrases n’ayant pas toujours une valeur égale dans les deux langues, si bien qu’une image gracieuse ou touchante, ainsi rendue, peut quelquefois revêtir une tournure bizarre ou s’offrir sous un jour grossier.

Je me suis efforcé de garder le milieu entre les deux extrêmes, dans l’espoir que ce milieu soit le point le plus rapproché de la vérité.

(Trois nouvelles chinoises, traduites pour la première fois par le marquis D’Hervey-Saint-Denys, Ernest Leroux éditeur, « Bibliothèque orientale elzévirienne », vol. xlv, Paris, 1885 : x-xi.)

II

... je me place au point de vue littéraire et à cent lieues d’un mot à mot ad usum scholarum.

... pour les transitions d’un paragraphe à un autre, il est nécessaire, dans une traduction française, de varier un peu les formules (qui sont toujours les mêmes en chinois), si l’on veut donner un peu de mouvement et se faire lire sans fatigue.

... je me garde d’embêter le lecteur avec des noms qui ne lui disent rien et je préfère donner le sens général, d’une façon intelligible, sans avoir besoin de couper le récit par de longues notes en bas de page.

... j’aurais eu une bien singulière idée, si j’avais choisi la Tunique de perles en vue d’en donner une version littérale qui devienne pour les étudiants un instrument de travail, leur permettant de suivre pas à pas le texte, qui est bourré de passages ultra-pornographiques du premier numéro.

[…]

M. Schlegel [...] conclut en disant qu’il faut attribuer ces inexactitudes à une traduction faite trop à la hâte.

En cela, il se trompe du tout au tout, et montre précisément qu’il ne comprend pas du tout le point de vue auquel je me suis placé pour faire connaître ces curieuses peintures de mœurs au grand public, vis-à-vis duquel il est de certaines restrictions à observer, de même qu’au théâtre il est des règles à garder pour la mise en scène.

Dans une de ses lettres à sa fille, Madame de Sévigné disait : « Je n’ai pas le temps de vous en écrire moins long, étant forcée de vous écrire à la hâte. » Ce serait justement mon cas, si j’avais tout donné in extenso sans retrancher des longueurs fastidieuses et avancer par des périphrases des détails répugnants pour le lecteur européen.

(Lettre à Henri Cordier, en date du 12 juin 1890, à propos de la critique faite par Gustave Schlegel de l’un de ses livres, dans le T’oung pao. Bibliothèque de l’Institut de France, papiers Cordier, Ms 5460.)

III

... un point sur lequel je ne crains pas d’insister, afin d’écarter tout malentendu de la part de quelques purs linguistes qui voudraient chercher dans ce livre autre chose que ce qu’on y doit trouver, c’est comment j’ai compris mon rôle de traducteur.

En reproduisant ces peintures de mœurs, je m’attache à conserver leur couleur, à n’altérer aucune physionomie, à n’omettre aucun trait significatif ; mais je me garde soigneusement du mot à mot servile, fort dangereux en chinois par le défaut d’équivalences, et qui, loin de fournir toujours une version fidèle, donne souvent à certaines phrases un tour grotesque ou grossier qui n’est point dans l’esprit du contexte original. Je ne me fais, non plus, aucun scrupule de retrancher çà et là tantôt des répétitions fatigantes, tantôt des citations poétiques banales, incomplètes ou remplies d’allégories qui exigeraient de longs commentaires pour le lecteur européen.

En un mot, je m’adresse surtout au grand public, curieux d’ethnographie orientale, et je désire être lu par lui sans trop d’effort.

(Six Nouvelles Nouvelles, traduites pour la première fois du chinoise par le marquis D’Hervey-Saint-Denys, J. Maisonneuve, « Les littératures populaires », vol. xxx, Paris, 1892 : vi-vii.)

Notes

1 . Sur D’Hervey-Saint-Denys (1823-1892), voir Luppé, Pino, Ripert & Schwartz 1995. Sur le spécialiste des études chinoises, on se reportera à : Pino 1995a ; Pino 1995b.

2 . Au total, D’Hervey aura adapté douze des quarante contes, répartis en trois livres (les références des deux autres volumes sont indiquées plus loin). Ses versions devraient être reprises, chez Bleu de Chine (Paris), dans une édition préparée par Angel Pino.

3 . Comme on supposera que c’est encore le cas pour les lignes qui concluent l’étude sur « l’art poétique et la prosodie chez les Chinois » reproduite en tête de son anthologie des Tang, en guise d’introduction (D’Hervey-Saint-Denys 1862). Cf. la réédition : 108-109.

4 . Dans les divers recensements qu’il a établis des traductions occidentales du Jingu qiguan, et où, bien sûr, il accorde à D’Hervey la place qui lui revient, Henri Cordier indique les contes qui ont été expliqués par le marquis au Collège de France, y compris lorsqu’ils n’ont apparemment pas été traduits et, en tout cas, pas publiés. Le relevé le plus à jour figure dans Cordier 1906-1907 : col. 1761 sq.

5 . La liste avait été dressée à l’intention de D’Hervey par Henri Cordier (1849-1925), comme nous le révèle un courrier envoyé à ce dernier par le marquis, le 11 juillet 1885. Cette lettre, comme toutes les lettres adressées par D’Hervey à Cordier citées ici, est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France, dans les papiers Cordier (Ms 5460).

6 . On notera, au passage, que D’Hervey se soucie assez peu d’instruire son lecteur sur l’origine des pièces qu’il lui offre. Il se contente tout juste de les dater, et inexactement encore. Mais cette légèreté n’appartient pas en propre au marquis. Sur ce point, voir Pelliot 1925 : 55-56.

7 . Même si nous savons qu’il se renseignera auprès de Cordier sur l’état des traductions du Jingu qiguan. Cf. la lettre de D’Hervey à Cordier en date du 3 février 1888.

8 . Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 5460.

9 . Cf. la lettre qu’il adresse à Cordier le 28 juin 1890.

10 . En plus des brèves considérations émises dans son livre sur les Poésies de l’époque des Thang, mais qui tournent, elles, autour du problème de la traduction des œuvres poétiques (D’Hervey-Saint-Denys 1862).

11 . A en croire Henri Cordier : « J’aurais aimé que le texte, même pour les gens du monde auxquels il s’adresse, fût accompagné de notes, sinon plus nombreuses, du moins plus exactes. » (Cordier 1893 : 234.) A l’heure où Cordier s’exprime, D’Hervey est déjà mort.

12 . Pour le détail : Davidson 1952 : 38 ; Lévy 1978 : 275-276.

13 . Ces traductions ne reposent pas toutes sur le même texte de départ. Certaines ne retiennent que le conte principal.

14 . Après que ce travail a été achevé, une nouvelle traduction française nous est arrivée, par Rainier Lanselle qui vient de réaliser la seule édition complète en langue occidentale de l’anthologie : « Jin Yunu fait donner du bâton à un mari sans cœur » (Lanselle 1996: 1321-1344).

15 . Cette version, D’Hervey avait des raisons de la bien connaître, l’œuvre de Zottoli ayant été couronnée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Zottoli reçut, en effet, le prix Stanislas Julien au concours de 1884. Et c’est D’Hervey qui rédigera le rapport au nom de la commission et le lira devant l’assemblée (cf. Archives de l’Institut de France, compte rendu de la séance du 6 juin 1884, Archives E 95 : 465-467). La version originale de ce rapport, autographe, a été collée dans le registre du prix Stanislas Julien (ibid., Archives 26 H 1). D’Hervey recensera aussi le travail du jésuite (D’Hervey-Saint-Denys 1885a : 252-254).

16 . Et puis l’on observera, plus simplement, que D’Hervey désigne ces récits sous le nom de nouvelles et non sous celui de contes.

17 . Comme pour sihu (transcrit sous la forme sse-hou), le fonctionnaire chargé, entre autres, du recensement (nous allons y revenir), et que D’Hervey décrit en note, avec un manque de précision éloquent, comme un « mandarin qui exerçait des fonctions administratives de l’ordre militaire ». (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 27.)

18 . Le chef des mendiants nommé touan-teou (terme que Birch traduit par « tramp-major » et Reclus par « le Roi de la Cloche ») ; le mot siao-tsie, expliqué en note de la façon suivante : « Mademoiselle. Littéralement : petite sœur aînée » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 32), et qui figure tel quel dans la phrase : « Tous les serviteurs reçurent l’ordre de lui donner le nom de siao-tsie » (D’Hervey-Saint-Denys 1892 : 31-32) – à comparer avec la traduction de Reclus, « jeune maîtresse » (Reclus 1970 : 27), ou celle de Birch : « To treat her with the respect due to his daughter » (Birch 1958 : 30).

19 . C’est ainsi que la jugera la profession (Cordier 1893 : 234).

20 . Les traductions anglaises disposent d’un autre mot, d’origine latine : « literati ». Mais ce mot n’est pas aussi bien intégré à la langue que notre mot « lettré ».

Auteurs

Angel Pino

Institut national des langues et civilisations orientales, Paris.

Isabelle Rabut

Institut national des langues et civilisations orientales, Paris.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable