Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'un au multiple

 | 
Viviane Alleton
, 
Michael Lackner

Introduction. De la traduction du chinois dans les langues européennes

Viviane Alleton et Michael Lackner

Texte intégral

1Un Chinois qui découvre la traduction dans une langue européenne d’une œuvre de sa propre tradition fondera son jugement sur le degré de fidélité par rapport à ce qu’il estime être le texte original. Un sinisant en position de critique réagira de même. Cependant l’effet d’une telle traduction sur un public européen est largement indépendant du critère de fidélité. Les lecteurs réagissent en fonction de deux attentes. D’une part, ils sont préparés à ce que le monde qui leur est présenté soit compatible avec la Chine construite dans leur imaginaire après les traductions antérieures et les discours des voyageurs. D’autre part, engagés dans les débats politiques, intellectuels, littéraires de leur temps, ils cherchent volontiers dans le texte chinois des exemples pouvant justifier la mise en cause des modèles dominants en Europe à ce moment-là ou légitimer un courant émergent.

  • 1 Et, pour toute la tradition classique, dans le temps.

2Le présent ouvrage ne vise pas à élaborer une théorie de la traduction mais à mettre en scène les moments forts comme les défis de cette aventure qu’est la rencontre à travers les textes de deux sociétés éloignées dans l’espace11 – l’une des premières questions étant de savoir si cette distance implique, comme on a parfois tendance à le croire, des différences fondamentales, que le traducteur serait impuissant à surmonter.

3Les auteurs, qui ont en commun leur culture européenne et leur connaissance du chinois, n’ont pas été choisis en vue d’une exploration systématique des disciplines ou des nations. Ils ont été réunis, au-delà d’un réseau d’amitiés, par une commune interrogation : comment les choix du traducteur suscitent-ils une certaine intelligence du monde chinois chez le lecteur ordinaire ?

4L’un des contrastes les plus frappants entre les deux aires est que la communauté graphique a dispensé les Chinois de toute traduction. La seule exception historique massive a été l’importation des textes bouddhiques écrits en sanscrit dans les premiers siècles de notre ère. Il en résulta un choc culturel considérable mais la pratique de la traduction resta cantonnée à quelques grands ateliers spécialisés et fut le plus souvent l’œuvre d’intermédiaires venus d’Asie centrale. Il y eut certes, tout au long de l’histoire, des relations étroites avec les populations limitrophes, de langues mongole, turque, tibétaine, altaïque, tantôt vassales, tantôt suzeraines, entre guerre et négoce. Le travail d’interprétation et de traduction que cela impliquait était confié à des bureaux spécialisés, qui ne jouissaient pas d’un grand prestige, à une distance infinie du monde mandarinal et du cursus des examens qui y conduisait. Les traductions des langues européennes, en petites quantités lors de la venue des jésuites entre le xvie et le xviiie siècle, puis à grande échelle à partir du milieu du xixe siècle – en concurrence avec des traductions du japonais – ont constitué une considérable nouveauté.

Le jeu européen

5En revanche l’Europe, adossée dès l’Antiquité à deux foyers de civilisation, la grecque et la romaine, dont l’un s’est nourri des traductions de l’autre, en contact intime avec le monde sémite, a connu dès la consécration des langues vernaculaires à la Renaissance une activité de traduction proprement frénétique. Ainsi par exemple chacun des grands traités d’agriculture rédigé en un point quelconque du continent, de l’Andalousie au Brandebourg, de Paris à Naples, était immédiatement traduit dans une ou plusieurs autres langues.

6Il est remarquable que les traductions inter-européennes, suscitées par le multilinguisme constitutif de l’Europe, fonctionnent pour les traductions du chinois tout autant que pour des textes autochtones. C’est ce jeu européen qu’analysent Wolfgang Bauer et Federico Masini.

7W. Bauer, qui s’interroge sur l’équilibre instable entre fidélité et élégance, recense de nombreux textes traduits en français ou en anglais et retraduits en allemand. Il montre que ces traductions tierces sont généralement plus élégantes dans la langue d’arrivée que les versions peut-être plus fidèles des sinisants. Ce parcours intereuropéen gomme en quelque sorte les maladresses du premier traducteur, inquiet de la distance qui le sépare de son modèle dans le temps et l’espace. Il a été fréquent que des personnages célèbres consacrent un peu de temps à de telles retraductions. Ce fut le cas de Goethe, de Martin Buber. Les traductions directes du chinois, de plus en plus nombreuses, ont souvent une qualité littéraire moindre, mais le grand jeu des langues européennes continue à apporter un supplément d’intérêt : de la variété des langues il résulte que plusieurs des virtualités d’interprétation présentes dans le texte chinois d’origine sont actualisées, chaque traducteur rendant mieux ce qui correspond aux tendances de sa propre langue et de sa culture. Il y a là un véritable pouvoir créateur de la traduction qui contraste avec le figement du texte original, toujours unifié.

8F. Masini offre ici pour la première fois une vue d’ensemble de l’histoire des traductions italiennes du chinois. A ce titre, ce travail, assorti d’une bibliographie qui tend à l’exhaustivité, fera date. Comme en Allemagne, les retraductions dominent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Des grands noms de la littérature italienne entrent dans ce jeu. F. Masini illustre les avatars d’un poème traduit du chinois en français par D’Hervey-Saint-Denys, retraduit, toujours en français, par Judith Gauthier – qui ignorait le chinois –, ensuite en italien par T. Massarani, puis par toute une série d’écrivains et de poètes, dont aucun n’était sinisant. Comme le reste de l’Europe, l’Italie est entrée maintenant dans l’ère des traductions directes.

Les personnages de traducteurs

9Cependant, on n’est pas toujours passé directement de l’écrivain qui s’amuse à donner forme à une traduction existante au traducteur sinisant que nous connaissons aujourd’hui, le plus souvent universitaire. Il y a eu la phase des traducteurs qui se prenaient pour des magiciens et l’étaient d’une certaine façon. C’est surtout un phénomène germanique, présenté ici par Lutz Bieg, Michael Lackner et Monika Motsch.

  • 2 Sur ce plan, on peut sans doute le comparer au Français André d’Hormon, qui vécut une partie de sa (...)
  • 3 En particulier celle du Shijing (Livre des Odes).

10L. Bieg s’est intéressé à Vincenz Hundhausen (1878-1955). Pour ce grand érudit, féru d’Antiquité classique, traducteur d’Horace, le chinois, qu’il connaissait fort bien pour avoir vécu une trentaine d’années en Chine, était une langue comme une autre : la distance qui séparait dans l’espace la Chine de l’Allemagne ne lui semblait pas plus difficile à franchir que celle qui le séparait des Latins dans le temps. Il était lié aux groupes inspirés par Stefan George qui avaient l’ambition dans les années 1920-1930 de réaliser une sacralisation de l’art. Étant hors du système académique, il était mal considéré par les sinologues allemands2, qui lui reprochaient de ne guère fréquenter les classiques, mais sa familiarité avec de grands intellectuels chinois, tels que Feng Zhi (1905-1993), le traducteur de Goethe, lui assurait un accès à la culture classique chinoise. Les traductions de ce personnage haut en couleur3 eurent une large diffusion et il fut soutenu par la presse quand la communauté sinologique contesta sa compétence.

11C’est aussi un traducteur non reconnu par les spécialistes qu’étudie Michael Lackner : Richard Wilhelm. Mais à la différence de l’œuvre de Hundhausen dont la réputation dépassa peu le monde germanique, sa traduction du Yijing (Livre des Mutations) a très vite été elle-même traduite en anglais (Wilhelm-Barnes) et de là en français. Finalement, la version de Wilhelm, reprise dans de multiples langues, a connu une diffusion mondiale et reste la plus usuelle de nos jours encore. Or, ce traducteur était en quelque sorte l’apôtre d’une idéologie ou plutôt le médiateur entre la tendance chinoise de la renaissance nationale et les groupes qui, en Allemagne, autour de Driesch et Eucken, s’efforçaient de construire une nouvelle identité allemande, le tout enrobé dans une mystique inspirée de Jung. Cela supposait une perception non historique de la Chine. Il est remarquable que ce réductionnisme aboutisse à un texte beaucoup plus facile à lire que ne l’est le texte chinois pour les lecteurs chinois.

12Erwin von Zach est un personnage encore plus truculent et hors normes. Cet aristocrate autrichien mal embouché était un véritable boulimique de la traduction du chinois. Monika Motsch analyse ses traductions du grand poète des Tang, Du Fu. Von Zach, tout en traduisant de la façon la plus littérale, à vrai dire fort ennuyeuse, au point qu’on a pu dire qu’il avait terni l’image de Du Fu pour des générations de germanophones, avait cependant l’immense ambition que « des poètes futurs (...) considèrent (sa) version comme une matière première dont ils pourront faire des poèmes en allemand ».

13On notera que ce type de traducteur qui se veut plus ou moins thaumaturge semble ne s’être rencontré, au moins en ce qui concerne le chinois, que dans certaines parties de l’Europe, en particulier le monde germanique, et avoir été absent en France et dans les pays latins.

14Le cas du marquis D’Hervey-Saint-Denys, que présentent Angel Pino et Isabelle Rabut, est précisément celui d’un traducteur français qui n’énonce que des principes, en fonction à la fois des critiques qui lui sont adressées et de sa pratique. S’il s’agit toujours de séduire le lecteur, l’essentiel pour lui est de justifier la cohérence de son projet de traduction. A. Pino et I. Rabut nous font véritablement pénétrer dans l’atelier du traducteur.

Le traducteur parle

15Pour le moment présent nous bénéficions du témoignage de deux des traducteurs du chinois les mieux reconnus en Europe : Jacques Dars et André Lévy.

16Évoquant un célèbre article de Freud « Endliche und unendliche Analyse », J. Dars nous parle des titres des traductions de grands ouvrages chinois. L’importance de cette étiquette est d’autant plus grande pour le chinois que les originaux sont parfois connus sous plusieurs intitulés différents qui correspondent à des lectures diverses. C’est ainsi qu’un même grand roman peut être traduit comme The Story of the stone, pour une aventure métaphysique ou bien Le rêve dans le pavillon rouge, pour une variation sur l’adolescence. La mélancolie du traducteur, qui n’est pas reconnu comme créateur, est engendrée par la situation de son œuvre dans le temps, toujours remise en question, « traduction terminable et interminable ».

17C’est encore « la passion de traduire », mais dans une tonalité plus optimiste, qu’illustre André Lévy. Il reconnaît certes que l’accumulation des travaux ne peut aboutir à un perfectionnement continu du texte obtenu parce que la langue et les modes des pays de réception changent au fil du temps. Cependant le nouvel élan qu’inspire chaque nouveau texte au traducteur séduit suscite parfois de belles rencontres.

Les péripéties des textes

18On peut s’interroger aussi sur ce qu’il advient des textes chinois dans cette aventure européenne. C’est ce que font Fu Daiwie, Anne Cheng et Christoph Harbsmeier.

19D.W. Fu intitule son texte « Imposition of Taxonomy », impliquant par là que les traducteurs européens qui se sont intéressés à l’histoire des sciences en Chine, et tout particulièrement Joseph Needham, se sont laissé dicter par leur propres conceptions taxonomiques le choix des fragments à traduire et la manière de le faire. Cette décontextualisation est favorisée par le fait que nombre de textes chinois anciens se présentent sous forme d’énoncés successifs dont l’enchaînement n’est pas nécessairement explicité. C’est le cas en particulier du Mengxi Bitan, notes d’un fameux polygraphe du xie siècle, qui a été exploité de façon intensive par les sinisants. Ils ont traduit dans le vocabulaire de la science occidentale des textes qui avaient été conçus dans une tout autre perspective, s’interdisant par là même d’en saisir la véritable structure argumentative.

  • 4 Le ren fait l’objet de cinquante-huit sections et est mentionné cent cinq fois dans le texte des E (...)

20C’est une échelle encore plus réduite que considère Anne Cheng : une phrase des Entretiens de Confucius qui est généralement interprétée comme signifiant que le maître n’a parlé que rarement de la vertu d’humanité (ren), alors que celle-ci semble bien être au centre de son enseignement4. A. Cheng a examiné tout à la fois les commentaires chinois et les traductions en langue occidentale, posant ainsi implicitement la question du statut des commentaires. Sur le fond, elle rejoint D.W. Fu en montrant que les paradoxes que rencontre le traducteur tiennent en partie au fait qu’il n’a pas la maîtrise du contexte. Cela est évidemment plus grave pour des textes plus vieux de quinze siècles que ceux qu’examine Fu et qui ont donné lieu à des gloses innombrables. Pour le cas considéré, la tradition chinoise a cherché à lever le paradoxe ; il n’est pas interdit au traducteur de le donner tel quel comme un questionnement ouvert.

21C’est d’une attitude inverse que s’inquiète C. Harbsmeier à propos des textes fondateurs du taoïsme dit philosophique. Les traducteurs du Laozi et du Zhuangzi, qui ont employé le pronom « je » n’auraient-ils pas « sur-traduit » ? Entre un « je » qui imposerait une subjectivité et un « nous » exprimant une autorité collective, C. Harbsmeier construit de façon fort ingénieuse un espace d’incertitude. Cette position a été contestée par J.F. Billeter qui fait remarquer que dans les langues cibles le pronom « je » ne renvoie pas nécessairement à un sujet susceptible de produire une autobiographie mais aussi à l’abstraction d’un agent.

Mots et polysémie

22La polysémie est un phénomène universel. Dans une langue comme le chinois où l’analyse en morphèmes est figurée dans l’écriture même, cette polysémie a l’ampleur de celle des racines dans les langues européennes. Il en résulte pour le traducteur un défi particulièrement violent puisqu’il est obligé de choisir entre tous les sens possibles et d’opter pour un figement qui n’est pas nécessairement celui que l’auteur avait en vue. C’est à ce défi que se sont attaqués Jean Levi, Georges Métailié, Zhang Yinde et Andrew Plaks.

23Selon J. Levi, la plasticité sémantique joue, pour les penseurs chinois, un rôle fondamental dans l’articulation des plans du discours. La difficulté pour un traducteur est qu’il a souvent à utiliser des procédés proprement littéraires, tels que le jeu sur les mots, l’allusion, la métaphore filée pour des textes qui ne sont pas censés appartenir à l’espace littéraire. Cela nous confronte au problème des genres dont le découpage ne coïncide pas toujours en Chine et en Europe. Bien au-delà, on a une configuration du monde assez différente : ainsi la guerre est dans certains textes chinois sortie du champ de l’activité humaine « pour s’assimiler totalement à une opération cosmique ». Il serait réducteur d’opposer sur ces bases Chine et Europe ; ainsi un terme comme « sacerdoce » évoque chez un luthérien européen l’image d’un personnage tout de noir vêtu, chez un catholique celle d’un officiant ceint d’ors et de blancheur.

24Plus rassurante est la position de Georges Métailié à propos des termes de botanique. Dans ce domaine, les traducteurs du chinois ont créé des usages extravagants, qui non seulement amènent le lecteur à identifier les objets de façon erronée, mais leur donnent une impression d’exotisme tout à fait gratuite. G. Métailié propose de bien distinguer les genres dans la langue cible. Dans un texte scientifique il est raisonnable d’utiliser le mot latin ; dans un texte littéraire le trésor des expressions imagées et métaphoriques des langues populaires permet généralement de trouver des équivalents heureux aux termes chinois. Cela implique un grand effort, et peut-être est-ce là une des conclusions majeures de notre ouvrage : il n’est pas de texte intraduisible mais des traducteurs paresseux.

25Le problème des noms de personnes qu’évoque Y.D. Zhang se situe au cœur de la vie des Chinois. En effet, le nom personnel (« prénom ») est construit à partir des morphèmes de la langue vivante, ce qui veut dire qu’il comporte un ou plusieurs sens, latents dans l’usage quotidien, mais immédiatement réactivés pour les lecteurs chinois. L’auteur littéraire injecte un programme dans les noms de personnes. Certes, Rabelais comme Balzac étaient passés maîtres à ce jeu. La différence tient à l’aptitude du lecteur chinois même le moins érudit à saisir les intentions exprimées à travers le nom propre. Y.D. Zhang explicite le défi imposé ainsi au traducteur, qui ne peut se satisfaire d’un travail sommaire.

26A. Plaks s’attaque à un texte essentiel de la grande tradition du confucianisme ésotérique, le Zhongyong (« L’invariable milieu »). Face aux grandes difficultés qu’offre ce texte lisse et sans contexte immédiat, texte discuté, glosé, commenté depuis le iiie siècle avant notre ère et traduit abondamment depuis l’ère jésuite (R.P. Michele Ruggieri 1585), A. Plaks propose de revenir à une vision modeste. En s’appuyant sur la manière dont les termes fondamentaux s’articulent entre eux dans le réseau des textes, il tend à penser que les sophistications récentes ne sont pas justifiées. Il montre que les premières traductions jésuites, latines et françaises, inspirées en partie par la pensée d’Aristote, n’introduisent pas les distorsions qu’on a voulu y voir. A. Plaks estime qu’une traduction réussie du chinois peut renvoyer le lecteur européen aux racines de sa propre culture.

Notes

1 Et, pour toute la tradition classique, dans le temps.

2 Sur ce plan, on peut sans doute le comparer au Français André d’Hormon, qui vécut une partie de sa vie en Chine, loin de toute carrière.

3 En particulier celle du Shijing (Livre des Odes).

4 Le ren fait l’objet de cinquante-huit sections et est mentionné cent cinq fois dans le texte des Entretiens qui compte quatre cent quatre-vingt-dix-neuf sections.

Auteurs

Viviane Alleton

École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Michael Lackner

Georg-August-Universität, Göttingen.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable