Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nommer les nouveaux territoires urbains

 | 
Hélène Rivière d’Arc

IV. Le non-dit versus la valorisation des actes collectifs à travers les mots. Le recours à la toponymie

Dynamiques urbaines, composition toponymique : le cas de Bamako (Mali)

Monique Bertrand

Texte intégral

Les quartiers de Bamako

1La capitale du Mali autorise une lecture toponymique du mode de composition urbain, qui s’appuie sur l’analyse du lexique et des référents sociaux qui l’inspirent. Les classifications linguistique et sémantique coïncident-elles alors avec les clivages géographiques d’une agglomération qui a multiplié par dix sa population dans les quarante dernières années ? Les mots donnent-ils lieu à une interprétation positive ou dramatisée de l’urbanisation ? La différenciation de l’agglomération en lotissements, en quartiers irréguliers et villages périurbains se traduit-elle par des histoires de noms spécifiques ?

2Dans le cas de Bamako, où le bambara standard s’est fortement imposé comme langue véhiculaire, de fréquentes discordances apparaissent entre la typologie des formes urbaines et celle des énoncés. Comment interpréter ces écarts : compromis de la modernité citadine qui se coulerait mal dans le moule d’une catégorisation par trop univoque ? Biais de « modes populaires d’action politique » (Bayart 1989), qui entreraient en concurrence, par le bas de la société citadine, avec les cadres institutionnels de l’urbanisme ? Les transformations de la ville – scissions de vieux quartiers mais surtout recul des périphéries – renvoient en fait l’interprétation des mots à l’entrecroisement de formes anciennes et nouvelles. La dénomination des quartiers entérine surtout une démarche d’appropriation foncière qui transforme l’espace en enjeu et en patrimoine, révèle des tensions et des compromis de nature sociale. Dans cette optique, l’étude ne peut se limiter aux effets de lieux que les toponymes révèlent. Elle met également en perspective différentes temporalités de la gestation citadine.

Effets de lieux et limites du nom de lieu

Gradients démographiques et ruptures morphologiques d’ensemble

3Trois oppositions majeures marquent Bamako, à l’instar d’autres métropoles du domaine soudano-sahélien. La première différencie les rives septentrionale et méridionale de l’agglomération. L’urbanisation est plus récente au sud, moins dense, mais aussi plus rapide aujourd’hui. De part et d’autre du fleuve Niger, qui ne fut traversé d’un premier pont qu’en 1958, six communes constituent le district de Bamako qui totalise aujourd’hui un million d’habitants. En 1987, les quatre collectivités locales du nord concentraient 71 % de la population du fait de leur peuplement plus ancien autour du noyau colonial. Le glissement du centre de gravité urbain vers le sud, s’il n’a pas encore bouleversé cette prééminence, est croissant.

4La dynamique démographique diffère donc sensiblement d’une rive à l’autre, mais les schémas juridiques et sociaux de conversion des terroirs agricoles en parcellaires d’habitation y sont globalement les mêmes : de vieux lignages se sont taillé des patrimoines coutumiers dont les droits d’usage ont suscité l’implantation de hameaux de cultures phagocytés aujourd’hui par le front d’urbanisation.

5Bamako s’organise également du fait d’un gradient de densités décroissantes du centre aux périphéries. Si le schéma est déjà perceptible sur la rive sud, il est surtout lisible sur la rive nord. Celle-ci se présente aujourd’hui avec de fortes surcharges, notamment locatives, et un bâti souvent dégradé.

6Enfin, une troisième dynamique oppose la ville officielle, qui est tramée depuis la colonisation française par une série de lotissements administratifs fonciers, et la ville irrégulière, qui est née d’initiatives populaires. Bafouant le monopole domanial de l’État, les quartiers « spontanés » concentrent environ 40 % de la population dans les années 1990 en se constituant en marge des règles techniques de lotissement : en greffe autour de hameaux de cultures, dans les interstices d’anciennes zones de servitude, ou massivement en véritables fronts pionniers périphériques (Bertrand 1997). Les ruptures morphologiques sont bien visibles dans les plans de ces extensions qualifiées d’illicites. Même si l’accès au sol y prend des formes désormais peu coutumières et de plus en plus marchandes, même si les valorisations locatives y suscitent des stratégies spéculatives, même si la qualité du bâti (habitat de cour), dominée par la brique d’argile, n’est pas toujours moins bonne que dans bien des lotissements officiels, les stigmates de l’irrégularité foncière – défaut de titre d’occupation et plans non orthogonaux – se traduisent dans un sous-équipement encore plus prononcé que dans la ville tramée à angles droits. L’enclavement, l’absence de réseaux d’assainissement, d’adduction d’eau et d’électrification caractérisent fortement les quartiers irréguliers.

7Si les six communes de Bamako ne sont que numérotées, le découpage des quartiers et la mémorisation de sites plus localisés ont donc fait émerger un corpus de plus d’une centaine de noms. Différentes strates toponymiques témoignent d’un réel ancrage de ces manières de nommer les subdivisions de la ville.

Une composition toponymique indifférente à la carte des structures urbaines

8L’extension de Bamako est fortement liée à la définition de normes administratives de morcellement et d’appropriation foncière, que finissent par assimiler les populations des quartiers irréguliers : standardisation du parcellaire, individualisation et marchandisation du rapport au sol. Les toponymes témoignent quant à eux d’une appropriation plus collective et symbolique des lieux, qui passe de sérieux compromis avec la ville officielle. Les promoteurs des noms se situent en effet souvent au bas de la société. Désignations et énoncés se forgent principalement par voie orale, en référence à des normes sociales d’usage qui relient les plus récents « étrangers » (migrants) aux premiers « autochtones » (natifs sur plusieurs générations). Ces modes populaires d’expression toponymique contaminent alors les initiatives de la « raison graphique » beaucoup plus qu’ils ne s’opposent à elle.

9L’importance d’une langue africaine véhiculaire contribue d’abord à dissimuler les contrastes démographiques et morphologiques modernes. En réalité, bien des noms locaux ont déformé et figé des énoncés anciens. Il en va ainsi de Dontèmè, dérivant de don latèmèn (« le jour est passé »), qui rappelle l’installation bien durable d’un descendant d’esclave délégué dans la place par ses maîtres. Dianéguéla déforme de même le jòntigila des temps anciens : 1’« endroit de celui qui possède des esclaves », qu’il peut donc installer ; le terme dessert aujourd’hui l’autorité des descendants de ces esclaves qui continuent de porter la mémoire d’un statut social de dépendants.

10Ce bambara très prégnant dissimule des composants d’origine française ou arabe : Magnambougou est d’abord le site isolé où l’entrepreneur Magnan implanta sa briqueterie ; le secteur de Lampaninkoro (« sous la petite lampe ») constitua le premier secteur électrifié de la ville indigène. Lotissement des années 1970, Korofina ne fait qu’exprimer son orientation vers le lieu saint musulman de référence (koron : l’est). A Bozola, le secteur de Hidjila rappelle le devoir du hiji (pèlerinage). Les enclaves irrégulières ne dérogent d’ailleurs pas à ce fonctionnement hybride de la langue. Celles de l’ouest de l’agglomération se regroupent sous le même chapeau de Djikoroni-Para qui mémorise pour partie la consommation d’une « petite vieille eau » (jikòrònin : la bière de mil que l’on consommait dans les hameaux de culture), pour partie la fierté nationale du camp militaire des parachutistes.

  • 1 Du type -la (« chez ») de Bozola, éventuellement nasalisé en -na, ou du type -koro (« sous ») ; du (...)

11La structure des mots, la plupart composés, ne particularise pas en propre un quelconque mode d’urbanisation. Ni les lotissements, ni les fronts irréguliers ne détiennent le monopole de tel ou tel type d’énoncé. En première lecture, la dénomination des quartiers semble peu variée tant les schémas lexicaux se ressemblent. Il s’agit d’une part de l’association d’un noyau et d’un satellite, celui-ci pouvant être un suffixe locatif ou un suffixe diminutif1 (Dumestre 1987). On peut d’ailleurs rattacher à ce schéma d’extension du bambara l’adjonction fréquente d’éléments locatifs issus du français (tels Korofina-Nord, Sogoninko-Complémentaire, Lafiabougou-Section H).

12De très nombreux noms composés s’appliquent d’autre part à la majorité des quartiers : l’adjonction des nominaux bugu (la « case » fondatrice autour de laquelle se sont établies d’autres habitations) et dugu (localité ou plus banalement quartier urbain) à d’autres nominaux est la plus fréquente. Enfin, la combinaison des deux schémas d’extension (satellite ajouté à un nom lui-même composé) n’est pas rare, tant le bambara surimpose à tous les espaces urbains son fonctionnement linguistique souple et par nature oral.

13Le lexique de ces éléments constituants apparaît pourtant réellement varié. Mais les registres qui l’inspirent ne se localisent pas davantage en rapport avec les contrastes démographiques ou morphologiques de l’agglomération. On recense ainsi un vocabulaire attaché aux cadres naturels du site (topographie, hydrologie, espèces arborées sélectionnées dans le couvert végétal ambiant) ; l’évocation des localités d’origine des fondateurs des quartiers ou de cités prestigieuses ; un lexique inspiré des activités agraires périurbaines ; un autre attaché à la monumentalité du bâti urbain et des équipements ; enfin et surtout la référence très diffuse à des personnes, signifiées par leurs prénoms, ou à des collectifs sociaux lignagers, ethniques, professionnels.

14Environnements immédiats et inspirations plus lointaines se rencontrent ainsi dans chaque poussée de la ville. Dans quelques cas, une même racine toponymique essaime sur des trames paysagères voisines mais hétérogènes, comme Kalabanbougou, Kalabankoro, -Koura et -Coura (Extension) sud en marge méridionale du district.

Fluidité des toponymes : effet de générations et histoires de noms

15Par-delà ces variétés lexicales bien identifiées, la composition toponymique de Bamako se montre pourtant changeante. Les lieux sont inégalement dénommés dans l’espace bamakois.

16Les représentations écrites et mentales de la ville font apparaître des noms à trois niveaux géographiques : celui des quartiers administrativement reconnus, qu’ils soient lotis ou non ; celui de leurs « secteurs » internes, souvent quasi reconnus du fait des comités politiques qui ont longtemps calé l’encadrement des citadins-militants sur l’espace vécu des unités de voisinage ; celui enfin de quelques lieux-dits, qui qualifient les environs immédiats d’un monument ou l’ambiance d’une rue animée. Mais, dans cette composition à trois niveaux, diverses incertitudes pèsent sur la reconnaissance durable des toponymes et sut le statut des espaces qu’ils mémorisent. Rien de moins sûr d’abord que le nombre de quartiers de la capitale. Si le découpage retenu dernièrement par la Cellule d’adressage du district nous conduit à fixer sur la carte un découpage à cinquante-huit quartiers, les responsables communaux en inventorient quant à eux plus de soixante-dix.

17Nos entretiens auprès des notables augmentent encore le nombre de ces quartiers pris dans une quête constante de reconnaissance politique. La logique de l’entregent ne manque pas de densifier la toponymie des quartiers vers les périphéries. Car il s’agit bien de faire la preuve du nombre de « ses » administrés, dépendants lignagers, cadets sociaux et nouveaux migrants. Au sud de l’agglomération, le statut de Banankabougou comme quartier autonome, ou encore lié à la tutelle de Faladiè, n’est pas toujours clair. Les lotissements de Séma I et II se trouvent parfois rattachés à Badalabougou, parfois constitués en quartiers à part entière. Kodabougou apparaît tantôt comme tel, tantôt comme troisième secteur de Badialan dans le prolongement occidental des deux autres (Badialan I et II). D’une manière générale, plus l’interlocuteur est local, plus l’inflation du nombre de quartiers se fait sentir, surtout depuis que les slogans de la démocratisation et de la décentralisation confèrent des vertus participatives aux territoires les plus fins et donne voix aux acteurs « informels » de la ville.

  • 2 Kassonkakin, « quartier » des Kassonké originaires de la région de Kayes qui a fourni au début du (...)

18La géographie des secteurs ne se présente pas avec plus d’assurance. Toute tentative de délimitation systématique sur le terrain s’exposerait à bien des contestations. Mais c’est surtout leur nombre inégal, d’un quartier à l’autre, qui marque le mieux l’indifférence portée par la carte toponymique à celle des structures géographiques de Bamako. Deux quartiers voisins, relevant d’une même génération ou d’un même schéma de morcellement foncier, contrastent par le nombre et la sémantique de leurs constituants. Alors que Médina Coura, loti en 1922, rappelle à travers trois secteurs quelques concentrations de population significatives de l’entre-deux-guerres2, son voisin Bagadadji, créé en 1923, ne distingue aucune composante interne. Tandis que Banconi individualise jusque dans la vie associative récente les six secteurs de Salenbougou, Flabougou, Djenguènèbougou, Plateau, Layebougou et Zèguènèkorobougou, le front voisin de Fadjiguila-Djoumanzana, également irrégulier, n’a guère identifié que le secteur de Mississira.

19Cette mémoire inégale des histoires locales brouille considérablement une lecture hiérarchisée de la composition toponymique. Elle atteste plutôt de micro-influences sociales à l’œuvre au niveau de quelques îlots de voisinage. La densité des secteurs, de même que celle des simples lieux-dits, ne colle pas à celle des populations. Elle renvoie plutôt à une densité tout aussi variable dans l’espace d’enjeux fonciers et de conflits de légitimation. Elle nous conduit donc à accorder plus d’importance aux histoires de noms qu’aux types d’énoncés.

20D’une manière générale, le référent du kinlkinda s’est fortement atténué en une génération. Quartier défini sur des bases lignagères et coutumières dans les vieilles agglomérations, il était encore en valeur dans les études géographiques et sociologiques des années 1960 (Villien-Rossi 1966 ; Meillassoux 1965). Malgré ses hésitations, la norme des quartiers modernes, délimités physiquement et institutionnalisés par l’administration ou le parti unique, prend le relais depuis une génération en pérennisant certains noms et en en enfouissant d’autres sous des couches lexicales plus récentes. Cette évolution va de pair avec la liquidation des associations d’« originaires » (migrants issus des mêmes cantons) qui avaient marqué le temps des indépendances. Aujourd’hui pourtant, la « participation populaire » apparaît revalorisée dans le devenir urbain. Et l’on peut se demander si les associations qui fleurissent autour de nouveaux groupes d’usagers de la ville – tendance croissante depuis les années 1990 – donneront lieu à une prochaine génération toponymique.

21Pour l’heure, nous frappent rétrospectivement les changements de noms, l’oubli de toponymes provisoires, la fossilisation d’autres énoncés construits souvent sur un mode anecdotique. Au nord, qui se souvient du Souleymanebougou installé sur le flanc oriental de Fadjiguila, qui individualisait au début des années 1970 une marge urbaine aujourd’hui bien dépassée par le lotissement de Djélibougou et par l’extension, d’abord spontanée, de Boulkassoumbougou ? Au sud, qui se rappelle que Sabalibougou est né sur le site de Mossibougou ? Au nord-ouest, Samé hérite de même de Farada. Mais le contrôle foncier de cette ancienne communauté villageoise apparaît aujourd’hui pris dans la masse des restructurations urbaines, et nourrit les concurrences que se portent les communes III et IV autour du devenir de « leurs » quartiers irréguliers. Ce n’est pas un hasard si le nom de Samé est désormais contesté au profit du précédent, précisément quand la « société civile », chère aux slogans internationaux des années 1990, se voit accorder un crédit citoyen « durable » après que deux républiques maliennes eurent gommé bien des marquages antérieurs. Ainsi se joue l’ancrage des toponymes aujourd’hui urbains, c’est-à-dire relativement aux contextes de trois ou quatre générations antérieures, mais non sans recycler des éléments de ces strates successives.

De la raison graphique aux pratiques sociales de dénomination

22La carte des noms fixés par écrit fait finalement ressortir quatre logiques qui ont présidé à cette fixation.

231. La personnalisation du rapport aux lieux domine, dans les dernières extensions comme dans les premiers établissements indigènes. Elle rend compte de la force du contrôle social des aînés sur les cadets : pouvoir domestique, mais surtout autorité de lignages plus anciens sur les nouveaux arrivants, des « maîtres » sur les esclaves et sur les gens de caste, des chefs de canton du « temps colon » sur les vagues successives de migrants. Les vieilles règles d’antériorité et de préséance sont rappelées au détour des énoncés oraux, voire actualisées quand les citadins résistent au projet hégémonique de l’urbanisme administratif. Si celui-ci s’exprime par l’intention de faire « du neuf » (kura) en refoulant les traditions indigènes (comme en témoignent Bamako Coura, Médina Coura et Kalaban Coura), celles-là n’ont pas manqué de lui porter concurrence dans les interstices de la ville coloniale puis dans les lointaines périphéries.

24Peut-on alors considérer comme un prolongement de l’histoire le récent projet gouvernemental de baptiser un nombre conséquent de rues bamakoises et de substituer à leur numérotation anonyme les noms de figures illustres, soudanaises ou maliennes ? Si ces personnalités pourraient de nouveau animer le rapport à l’espace, elles marqueront aussi la fin du temps où de simples roturiers, chasseurs, cultivateurs installés par les maîtres du sol, productrices de bière de mil, commis de l’administration française, cheminots retraités et anciens combattants, en quête de pâturages ou de bosquets de manguiers, léguèrent leurs prénoms aux premières cases.

252. Au-delà des personnes et des pouvoirs en cause, ce sont bien les fondements clientélistes des relations sociales qui se reproduisent, dans le Bamako d’aujourd’hui, principalement autour de l’accès au sol. Des ayants droit coutumiers aux « attributaires » de concessions sur le domaine éminent de l’État, des propriétaires de titres immatriculés aux bénéficiaires de la régularisation foncière, de la gestion administrative des lotissements aux initiatives récemment prises par les municipalités, la continuité historique est forte.

26Daoudabougou-Flaboulougou résume cette continuité des dépendances personnalisées nouées autour d’une appropriation irrégulière.

27L’administration bamakoise n’a pas encore tranché entre deux noms composés autour du même principe de désignation d’un fondateur collectif (fula : peul) ou individuel (Daouda). C’est que la concurrence de ces pionniers improvisés chefs de quartier, ou de leurs héritiers, est encore manifeste. Elle empêche depuis plus de vingt ans de fixer une fois pour toutes le nom d’un seul et même quartier. En régulariser la trame passe pourtant par diverses vicissitudes. Une zone de « recasement » prévue d’abord à l’est a fait l’objet de nouvelles constructions illicites et se révèle insuffisante, tandis que des parcelles promises aux « déguerpis » sont détournées par des « gens de l’extérieur » bien introduits dans la haute administration de Bamako. Dénommé « Sauvons notre quartier », le programme généralisé de réhabilitation reprend donc l’opération à partir de 1993. Mais il insère désormais Daoudabougou dans un calendrier technique plus large (la régularisation de vingt-cinq quartiers spontanés), à l’échelle de toute l’agglomération. Priorité donnée à d’autres périphéries, nouvelle zone de recasement prévue beaucoup plus au sud dans l’aire d’influence d’un autre quartier : tout cela dépasse fort les leaderships locaux. Le pilotage des opérations de terrain est désormais décentralisé au niveau de la commune V, mais il fait poindre un nouveau clientélisme municipal.

  • 3 Lotissement « du repos », Lafiabougou marque le retour des fils de la patrie après l’échec de la f (...)

283. Plus consensuels, d’autres toponymes expriment l’affirmation des identités islamiques et nationalistes. A la génération des années 19603 pourrait succéder le baptême des rues, annoncé dans les années 1990, autour de figures religieuses et militantes éminentes.

294. Enfin, des emprunts extérieurs expriment de plus en plus les heurs et malheurs de la modernité urbaine. Stigmatisé comme double « anarchique » de la ville légale au cours des deux dernières décennies, Banconi est aussi surnommé Zimbabwe. Cela résonne dans l’imaginaire collectif comme le « sauvage » d’un horizon lointain. Plus récemment, l’un des terrains de recasement de Sabalibougou est dénommé « zone du Golfe », appellation que reprend même l’administration : de fortes tensions sociales au début des années 1990, des échauffourées entre différentes vagues d’occupants irréguliers, les uns voués au déguerpissement sans compensation, les autres promis au recasement, les bulldozers demandés par la commune et les rebondissements judiciaires qui en impliquent les victimes, tout cela coïncide avec l’écho médiatique de la guerre du Golfe et de la résistance qu’incarne l’Irak face au géant américain. N’est-ce pas d’ailleurs avec l’appui des financements de la Banque mondiale que le district tente de déloger des citadins qui revendiquent leur sécurisation foncière ?

30Perspectives panafricaines, dramatisations sur fond d’actualités internationales, de telles sources d’inspiration extérieures soulignent le rang de capitale de Bamako, tout en collant à des aspirations très localisées. L’agglomération participe d’un système monde que les médias mettent en scène au quotidien. L’impact immédiat de celui-ci se lit dans la programmation de l’urbanisme opérationnel qui dépend des normes et des crédits internationaux depuis la fin des années 1970. Mais une capacité forte de « digestion » citadine conduit aussi à quelques transpositions jusque dans les périphéries urbaines.

31C’est en ce sens que l’effet de lieu importe finalement, que l’ancrage des toponymes n’apparaît pas tout à fait indifférent à la donne de l’espace et à son contenu social. Les noms qui s’attachent aux limites en recul de la ville participent d’un sentiment d’appartenance évolutif, et ne paraissent pertinents qu’au regard de temporalités diverses. Dans la reconversion des terroirs agraires en territoires urbains, la modernité citadine se comprend non pas au regard d’un moule géographique univoque, ni en vertu d’une histoire fléchée, mais plutôt dans le jeu souvent contradictoire de rythmes combinés et d’agencements territoriaux multiples.

Vers un rapport à l’espace moderne : acteurs et temporalités de la transition foncière

32Plusieurs exemples transmettent, parfois sur plusieurs générations, une mémoire du passé qui trouve d’ultimes rebondissements dans les dernières années. Une quête de légitimité populaire et un impératif de normalisation administrative s’y rencontrent. On peut donc en tirer des leçons tant géographiques (le rapport à l’espace se construit d’abord dans l’appropriation du sol) que sociologiques (des logiques citadines « d’en bas » interfèrent avec un projet hégémonique « d’en haut »). Les mots de la ville renvoient pour cela aux formes politiques du gouvernement urbain.

Deux périphéries jumelles devenues « frères ennemis » dans le long terme

33Fadjiguila-Djoumanzana : une vaste extension septentrionale, deux fronts irréguliers greffés sur les domaines de culture de hameaux périurbains. Aujourd’hui les deux quartiers se disputent la représentation des populations pauvres « perdues » au fond du district et « ignorées jusqu’en 1983 des pouvoirs publics » (Gibbal 1988). Derrière la question des noms, celle des limites dans un monde « séparé par des cloisons invisibles » (ibid. : 318). Tout distingue ces périphéries : les recensements administratifs, les dossiers techniques de la réhabilitation, les commissions locales de recasement. Mais le trait d’union de leur association rappelle au quotidien la difficulté à départager les zones d’influence respectives de leurs notables. Dernier avatar de ce délicat arbitrage territorial, qui ne se résout pas à une ligne sur la carte : la Cellule d’adressage du district, qui n’a guère rencontré de difficulté pour fixer sur les plans les frontières des quartiers, achoppe ici sur un jeu social rebelle.

34C’est ici que les noms font remonter le plus loin dans l’histoire la mémoire du peuplement local. Plus que jamais Djouman-Zan et Fadjigui, les fondateurs déclarés des domaines de culture, rappellent les fondements coutumiers du rapport au sol que l’impact juridique de la colonisation, puis le monopole domanial de l’État malien n’évincent que lentement. La concurrence est donc le fruit d’un vieux conflit de préséance, qui s’est actualisé dans les querelles de clans et de personnes du parti unique au cours des années 1980, et qui continue de se manifester dans la tentative de normalisation de l’adressage.

Acte I : Fadjiguila

35Le quartier a été créé aux environs de 1920. Le site s’appelait Diaguinèbougou auparavant. C’était le hameau de culture de Diaguinè Diarra, qui avait pris le nom de Jean Diarra dans l’armée française, et il est devenu brigadier de police par la suite. Au cours de ses promenades de chasseur, il croisa son ancien compagnon de guerre qui s’appelait N’Tji Coulibaly. N’Tji était originaire de Nafadji où sont les terres des Coulibaly. N’Tji lui montra sa maison et ils se retrouvèrent dans une bonne humeur. Diaguinè demanda alors aux parents de N’Tji s’il pouvait disposer d’un endroit pour s’installer sur les terres de Nafadji. C’est le chef de village de Nafadji, qui était à l’époque Gninto Coulibaly, qui lui a désigné cet endroit. Quelque temps après son installation, un forgeron venu de Daban (cercle de Kolokani) est venu s’installer lui aussi près de Diaguinè et a implanté une forge. Les habitants des environs venaient lui commander des houes et tout le matériel de culture. Comme il s’appelait Fadjigui Doumbia, tous disaient « je vais chez Fadjigui », c’est-à-dire Fajigila. Le nom est devenu populaire et c’est pourquoi on a changé le nom de Diaguinèbougou. Mais les vrais autochtones de Fadjiguila connaissent encore le nom de Diaguinèbougou.

36Fadjiguila ne se rattache actuellement à aucun quartier ; mais il dépendait de Banconi avant le coup d’État de 1968. Après, les militaires ont cassé une zone comprise entre Fadjiguila et Banconi pour installer le lotissement de Korofina-nord (il s’agissait de bloquer le front irrégulier en interposant une trame lotie). Cela a entraîné la séparation de Fadjiguila de Banconi en 1970. Depuis il est reconnu administrativement et politiquement (entretien avec le chef du quartier et ses conseillers, avril 1994).Aucune mention n’est donc faite du large contact avec Djoumanzana.

Acte II : Djoumanzana

  • 4 Entretien avec le chef coutumier de Djoumanzana, cultivateur, avril 1994. Cette fausse précision c (...)

37Le chef de Djoumanzana conteste l’individualisation de Fadjiguila en faisant remonter plus loin encore la prééminence foncière des Coulibaly. C’est d’abord une antériorité politique puisque le fondateur de la lignée de Djoumanzana serait un descendant du toi Biton Coulibaly de Ségou « il y a 385 ans4 ». Il se serait installé au nord de l’actuel Bamako avant l’influence de la lignée des Niaré, futurs alliés des Français. Suit donc un document écrit en août 1988 au moment où s’esquisse le recensement des occupants irréguliers du quartier. Rédigé à l’intention de l’administration, ce texte est le fruit d’un travail de légitimation mené au plus fort d’un conflit de limites et de prérogatives foncières.

Cette histoire nous est léguée par nos pères, les anciens et les griots détenteurs de la tradition ou de l’histoire. L’histoire de Djoumanzana est intimement liée à celle du royaume bambara de Ségou considéré comme sa racine principale.

38C’est dans les environs de l’actuel quartier bamakois de Sotuba (terres désignées par les oracles) que Bouramou, petit-neveu de Biton, finit par s’installer en forgeant pour sa fondation le nom composé de son grand-père et de son père : « chez Djouman et Zan ».

39L’épisode principal du récit met ensuite en scène la valeur sacrée du rapport au sol et l’acte de trahison que commettent ceux qui renient l’autorité des premiers maîtres : après avoir été installés sur les terres des Coulibaly, les Niaré leur déclarent la guerre au début du xixe siècle, sous l’influence d’un « marabout venu du Sahel » (c’est-à-dire un étranger à la culture bambara). Ils conquièrent la prééminence politique qui leur vaudra la chefferie de canton lors de la colonisation française, et les Coulibaly se retrouvent consacrés à la tête de la chefferie coutumière. La restauration de la paix entraîne surtout le déplacement des « gens de Djouman-Zan » de la plaine orientale, trop découverte, vers un site plus occidental, l’actuel Nafadji, à l’abri d’une colline, qui est jugé avant tout « utile » (c’est l’étymologie admise de Nafadji). Il n’en reste pas moins que le nom de Djoumanzana est maintenu après le déménagement, car il rappelle la préséance d’une lignée de Coulibaly sur Nafadji et sur les satellites que ce dernier a fondés ensuite.

40Le récit analyse donc en termes moraux les rapports avec le nouveau Fadjiguila :

Djoumanzana était et demeure un village à vocation agricole. [...] C’est dans cet ordre d’idée qu’un forgeron [un homme de caste] du nom de Fadjigui a été installé là par les autorités locales de Djoumanzana. Il avait pour mission de servir tout l’entourage en matériel agricole.

41Mais les concurrences rebondissent au début du xxe siècle, lorsque le chef de village Gognan Coulibaly et son frère Gninto, cadet dans la hiérarchie lignagère, rivalisent pour l’installation de leurs clients respectifs.

  • 5 Notons à quel point la forme écrite du récit, pour laquelle le chef coutumier a été assisté, mêle (...)

Avec le temps, Djanguina [le Djanguine de la version de Fadjiguila] éprouva le désir d’exploiter le site de Fadjiguila afin de subvenir aux besoins des siens. Gognan Coulibaly est le chef de village. Les premières tentatives sont vaines car le chef déteste les hommes de pouvoir [de retour du front, les anciens combattants heurtaient fréquemment le prestige plus ancien de la chefferie]. Avec le concours de Gninto la demande est agréée, mais le doute réside dans les cœurs car pour les Bambara, la trahison est le plus grand sacrilège que l’homme peut commettre. Alors pour rassurer les uns et les autres, il faut faire jurer les notables et l’étranger pour prévenir cette éventualité de trahison : on demande à l’étranger un coq blanc et dix noix de cola. C’est après qu’une vaste superficie de plusieurs hectares lui a été prêtée [le rapport au sol n’est qu’usufruit].
[...] Après sa retraite Djanguina réitère sa demande5, pas pour cultiver cette fois mais pour s’installer, ce qui fut accepté car l’amitié était maintenant devenue parenté. Le premier enfant qui naquit dans ce nouveau domicile fut un garçon. Pour mieux concrétiser leur amitié, unir en quelque sorte les deux familles, Djanguina lui donna le nom de son ami N’Tji. Cet enfant est aujourd’hui le chef de village de Fadjiguila. Il n’a malheureusement pas suivi le chemin de son père car il a mis fin à une si vieille amitié [en réalité au respect des règles d’autorité des aînés fonciers sur les cadets-migrants] et, pire que cela, il a rompu toute relation d’amitié et de bonne cohabitation avec Djoumanzana. Ces deux quartiers sont aujourd’hui deux ennemis jurés et cela pour satisfaire à des intérêts sordides de chef de quartier. D’un seul quartier, administré par un seul chef, un seul comité constitué [durant la gestion du parti unique], Djoumanzana-Fadjiguila, on passe aujourd’hui à deux entité différentes et difficilement réconciliables.

42Mais pour en revenir au difficile accouchement de la « raison graphique », celle qui doit entériner la coupure entre Djoumanzana, devenu quartier, et son satellite Fadjiguila, devenu autonome :

Il n’a pas de limites entre Fadjiguila, Nafadji et Djoumanzana puisque tout est pour Djoumanzana. Fadjiguila et Nafadji sont situés sur la terre de Djoumanzana.

43L’épisode est donc à rebondissements, car le contrôle territorial se joue bien dans le long terme. Numéroter les rues, inventorier le parcellaire, fixer des limites dans les documents cadastraux et cartographiques, tout cela ne s’improvise pas sans anicroche ni ne gomme d’un trait l’héritage des temps anciens. Pourtant, « les relations entre les gens périclitent à Fadjiguila. D’abord celles entre anciens et nouveaux propriétaires, puis celles entre locataires et propriétaires, dans la mesure où terrains et constructions prennent de la valeur [...]. Une sourde hostilité se développe chez les premiers occupants » (Gibbal 1988 : 320). La transformation du rapport à la terre, la montée en puissance de « déceptions et violences », augurent ainsi d’un « déracinement grandissant qui risque de s’accompagner d’un “retour sauvage du refoulé” sous la forme de symbole de remplacement et d’une valorisation du passé dans l’imaginaire » (ibid. : 321). Le devenir urbain est bien amorcé, mais il « revisite » les récits du passé et les legs toponymiques au regard de nouvelles nécessités.

Rythmes décennaux des trois républiques maliennes

44Une temporalité plus courte ressortit en second lieu à la vie politique de la capitale. À défaut de se caler dans les structures démographiques et morphologiques de l’agglomération, les histoires de noms collent mieux aux effets propres des générations institutionnelles : à celle de l’indépendance (1960-1968) succèdent les délégations spéciales du régime militaire (1968-1978). Puis les sections et les comités des années 1980 recherchent l’arbitrage direct du nouveau parti unique en court-circuitant les cadres administratifs de la ville. Elles cèdent enfin la place aux coordinations locales de la Transition (1991-1992) et à une gestion pluraliste de nouveau tendue au sein des conseils de district et de municipalité. Après le temps colon, les temps militants, militaires et démocratiques ont donc chacun officialisé ou au contraire enfoui les noms des quartiers qui font aujourd’hui la carte des extensions urbaines.

45Après la mise en place du Rassemblement démocratique africain (RDA, section soudanaise), l’encadrement des militants conduit à des changements de noms sous la première république. C’est le cas dans le lotissement de Badialan, après sa création vers 1945 sous l’impulsion du gouverneur Louveau.

C’est avec la politique en 1962 qu’il y a eu la séparation de Badialan, Ouolofobougou et Bolibana, car on comptait les militants rda. Avant le lotissement, on appelait l’endroit du nom de la rivière Farako, mais une fois les caniveaux creusés, on a changé le nom en disant bajalan (« la rivière à sec »). Le nom actuel a été donné par la population elle-même, au moment de la politique. On voulait donner au quartier le nom du gouverneur qui avait réparti les lots, mais il y a eu trop de divergences politiques et on n’a pas pu tomber d’accord sut ce choix. Le gouverneur était progressiste (il soutenait le Parti progressiste soudanais, favorable à l’influence française, principal rival du rda avant l’indépendance). Ce sont les militants du rda qui ont donc retenu le nom de Badialan. Ensuite la scission des trois Badialan est intervenue en se calant sur l’organisation des coopératives de consommation du temps Modibo [le président Keita]. Comme la coopérative était basée autour des gens de l’actuel Badialan III, qui s’appropriaient les denrées alimentaires, on a demandé en 1972 la séparation de notre actuel Badialan II pour être indépendants en matière de ravitaillement (entretien avec le chef du quartier de Badialan II, commis ptt en retraite, avril 1994).

46Mais c’est surtout le « temps Moussa » (le général Moussa Traoré) et le régime de l’Union démocratique du peuple malien (udpm) qui ont figé la constitution des quartiers bamakois. Des années 1970 à la décennie suivante, une véritable transition toponymique s’est jouée dans le rapport de force géographique des lotissements et des fronts irréguliers. Niomirambougou retrouve ainsi un vieux nom sous la deuxième république.

Niomirambougou est l’ancien Kodabougou qui était un lieu d’habitation pour les aveugles et qui s’appelait aussi Gariboubougou [« quartier des mendiants » ]. Comme leurs maisons étaient situées au bord de la rivière, les gens ont commencé à l’appeler kodabugu [littéralement « les cases de la berge », mais on peut le lire plus péjorativement comme une sorte de « trou du cul » ] au temps de Moussa Traoré (entretien avec le chef de quartier de Badialan II).

47C’est Zoumana Berthé qui a créé la place avant la Première Guerre mondiale. C’était un maître coranique mais il cultivait en même temps. Entre-temps, un Minyanka du nom de Adama Sanogo est venu s’ajouter à Berthé. Ils ont duré ensemble jusqu’à la mort de celui-ci vers 1976, puis Adama a pris la femme de Berthé en mariage [une forme moderne de lévirat]. Alors les Blancs ont également amené un certain Moussa Singourou [sobriquet, déformation de senkuru : « moignon de pied amputé » ] qui était ancien combattant. Ils ont construit pour lui et Adama lui donnait à manger Au fil du temps, avec la colonisation, les gens venaient de différents horizons dans le cadre des travaux forcés. En arrivant ici ils disaient « on va payer la galette du petit déjeuner », le ñòmi, qui fait office de collation matinale. C’est donc devenu le hameau des galettes pour les gens de passage. L’ancien nom de Kodabougou est apparu vers 1954, du temps de Fily Dabo Cissoko (leader du psp). Mais cela n’a pas duré et on est revenu au nom antérieur de Niomirambougou. Le changement est venu du nouveau contexte politique. On a dit que Kodabougou ne plaît plus et on est revenu à Niomirambougou (entretien avec le chef de village de Niomifambougou, exploitant de carrière, avril 1994).

48L’intégration de nouvelles périphéries n’est donc pas négligeable dans ce travail de refonte toponymique de la deuxième république. Les représentants de la commune IV rappellent notamment que « sur les huit quartiers qui composent son territoire administratif, six sont mentionnés dans l’ordonnance 78-34 qui définit le district de Bamako depuis 1978. Puis Taliko et Dogodouman ont été rattachés à la commune par décision politique sous le régime défunt ». C’est dire si les comités UDPM ont fait pression pour cela, alors que les domaines de cultures de ces hameaux se trouvaient dans la circonscription administrative voisine de Kati.

49Si ces vicissitudes politiques relèvent bien d’une temporalité plus courte, il n’en reste pas moins que l’effet du temps continue d’être signifié par la succession des leaders. Aux lignées de guerriers et de chefs de canton succèdent les gouverneur Louveau (souvent déformé en « Nouveau »), Fily Dabo, Modibo, Moussa, avant que le relais soit pris par les plus récents « A.T.T. » (Amadou Toumani Touré, chef de l’exécutif durant la transition démocratique de 1991-1992) et Alpha (Alpha Oumar Konaré, président de la troisième république).

  • 6 Loi 96-059 de novembre 1996 portant sur le découpage territorial des 702 communes maliennes.

50Les nouvelles échéances de la composition toponymique pourraient être en effet celles que fixe le dernier régime avec le processus de décentralisation qu’il promeut depuis 1992. En refondant les bases territoriales des communautés locales autour de nouveaux cadres budgétaires et électoraux, les réformes administratives rappellent opportunément que les limites du district de Bamako demandent à être révisées. Des dispositions législatives sont déjà prises en ce sens6. Les municipalités de la capitale se plaignent notamment de ce que leur gestion se trouve amputée des dernières extensions urbaines, principalement au nord-est et au nord-ouest. Celles-ci relèvent de la compétence territoriale du Cercle de Kati et non plus du district. L’espace bamakois est devenu trop étroit pour qu’un terrain soit donné à tous ceux qui en demandent. Les dernières réserves à lotit s’épuisant, les citadins cherchent à s’installer de manière informelle sur les domaines de cultures des villages périphériques, dont certains notables demandent le rattachement au district. Mais il s’agit bien de négocier en vertu de l’ancienneté du nom : on ne « viendra à Bamako » que comme quartiers à part entière, et non comme secteurs subordonnés aux médiations politiques des citadins. De nouveau s’agitent les règles sociales de préséance et d’antériorité. Quoi qu’il en soit, la nouvelle donne institutionnelle pourrait bien prochainement densifier la toponymie des périphéries urbaines.

Les temps précipités d’une actualité de crise : court terme et urgences de l’urbanisme opérationnel

51Le renversement du régime de parti unique au profit d’une « transition politique » (1991), le programme élargi de régularisation des quartiers irréguliers (« Sauvons notre quartier », 1993) définissent enfin la trame conjoncturelle de la production de noms. Ces manifestations citadines populaires donnent un coup d’accélérateur à l’improvisation d’énoncés dans les zones de conflits. De nouveau ce sont les ingrédients et les protagonistes d’une périlleuse quête de sécurité foncière qui inspirent avec le plus d’effervescence, dans une gestion de pénurie, l’usage de formules raccourcies. La transformation de tournures adjectivales françaises en substantifs du bambara se présente alors aux antipodes d’une langue lisse et « pure », tout comme l’urbanisation elle-même forge ses compromis et ses bricolages entre la norme et l’informel.

52Exclus du droit au patrimoine familial à l’issue d’un déguerpissement, les « dépossédés », les « omis », les « entêtés » et autres « pressés » nourrissent ainsi les commentaires des partis politiques, des « forums d’interpellation démocratique », et jusqu’aux arbitrages de l’autorité administrative. Des mises à l’index aux plaidoyers populistes, un petit lexique à l’usage des gestionnaires urbains se constitue autour des figures des « déguerpis » (victimes des opérations de démolition des quartiers irréguliers), des « redressés » (irréguliers maintenus sur place après le reprofilage de certaines voies) et des « recasés » (irréguliers transférés sur des terrains de compensation). Si l’appropriation du sol s’individualise bel et bien au fil des démarches de régularisation foncière, il n’empêche que 1’« irrégulier » ainsi énoncé en vertu d’une légitimité à géométrie variable forge un nouveau projet de reconnaissance collective.

53L’affirmation d’un gouvernement politique de la ville est bien en jeu dans cette insertion par la marge qui persiste, comme dans le passé des coutumes, à moraliser le processus d’accès au sol urbain. Les irréguliers sont alors tour à tour stigmatisés dans le registre de la mauvaise volonté, et proclamés victimes de l’exclusion. L’étiquette internationale des « sans-abri » vient enfin, depuis la fin des années 1980, leur faire incarner les drames de « l’urbanisation galopante » et donner lieu à une surenchère de raccourcis.

54Mais l’appât du gain ne manque pas de transparaître entre les lignes de ce lexique de la réhabilitation et de la catégorisation qu’elle stimule. Plus généralement, ce sont bien les frustrations patrimoniales des Bamakois qui inspirent un vocabulaire du « stress urbain » quand l’offre de parcelles à bâtir apparaît globalement insuffisante. « Bras de force », « guerres des nerfs et des piquets » (bornages nocturnes des uns cassés par les autres le lendemain) : les titres de la presse comptent les points des acteurs institutionnels et de nouvelles associations d’usagers. Plus que jamais cette donne langagière s’inspire de l’actualité internationale. Aussi bien la résistance populaire que les promoteurs d’une ville modernisée puisent leurs métaphores dans le pot commun de la mondialisation. Ainsi l’Agence de cessions immobilières, qui incarne les positions gestionnaires des bailleurs de fonds internationaux, a-t-elle conquis dernièrement un monopole de vente de l’ancienne réserve aéroportuaire de Bamako-Hamdallaye : un vaste terrain de plus de 500 hectares, proche du centre, et fort convoité depuis vingt ans. Le morcellement foncier accouche du dernier né des toponymes bamakois, puisque « ACI 2000 » symbolise l’entrée des citadins les plus solvables dans l’ère commerciale du xxie siècle, celle des parcelles vendues aux enchères aux plus offrants et assorties d’un titre définitif de propriété immatriculée.

55À cette ville d’élite répond une ville d’« intifada ». Des pierres sont lancées contre les forces de l’ordre. La « zone du Golfe » de Sabalibougou en est un bon exemple, par l’irruption d’un traitement conflictuel que son énoncé fait apparaître dans les problèmes locaux. Ces emprunts extérieurs trouvent facilement écho dans une expression politique plus ouverte. Mais ils n’ont pas totalement épuisé les ressources endogènes, comme le montre Banconi. Autour du grand front irrégulier septentrional, deux zones de recasement sont dénommées en même temps. L’une est baptisée Djinèsokala, car malgré une surveillance accrue des populations et de leurs représentants locaux, des irréguliers « illégitimes » s’entêtent à y construire leurs cases, de nuit, et prennent de court le recasement des irréguliers « légitimes ». Évacués de force à plusieurs reprises, ces « récalcitrants » ne pouvaient être interprétés que comme de « mauvais génies » (jinè ; sokala : « hameau ») et leur obstination comme « l’action des diables ». L’autre réserve foncière figure en toutes lettres dans les plans de réhabilitation comme la « Zone Ratzel ». C’est alors un choix de techniciens, qui prend appui sur l’emplacement laissé vacant par une société de travaux publics ayant pignon sur rue. L’entrepreneuriat urbain est aussi appelé à fonder quelques repères toponymiques.

56Un temps bousculé préside donc à la cohabitation d’énoncés variés. La pratique de nomination apparaît ici heurtée, improvisée au rythme des rapports de force de la démocratisation plus que mûrie dans les consensus des héritages coloniaux.

57Au total, la composition toponymique de Bamako renvoie bien à deux lectures de la ville. L’une s’inspire des histoires locales, des effets de lieux enracinés dans l’espace vécu, dans une véritable carte mentale et dans les découpages territoriaux. L’autre valorise au contraire la diachronie des effets de conjonctures et une temporalité plurielle. L’occasion nous est donnée d’articuler une perspective structuraliste, qui surplombe l’espace, et un regard relativiste qui postule le primat du citadin-locuteur pour justifier des choix de mots fugaces. Dans l’une comme dans l’autre, la production des noms apparaît bien partie prenante d’une modernité en devenir. Révélateurs de conflits, marqueurs d’enjeux fonciers et de bornages symboliques, les toponymes donnent sens à la dialectique des espaces et des sociétés en imprimant des processus contradictoires dans une carte incertaine et vivante. Inerties, fossiles noyés, héritages réactualisés, innovations endogènes et emprunts multiples en sont bien les ingrédients essentiels, auxquels la plasticité du bambara continue de transmettre ses ressources.

Transcription

58Les toponymes bamakois et les récits qui en expliquent l’origine sont formulés en bambara, la principale langue véhiculaire du Mali. Relevant du groupe linguistique mandingue de l’Afrique occidentale, celle-ci déborde de son cadre ethnique d’origine (région de Ségou) tandis que la langue officielle, le français, est relativement peu parlée ou est mêlée au bambara. Les noms géographiques analysés dans le texte sont écrits avec une orthographe française, bien que celle-ci soit changeante d’une source à l’autre. On a recours également à la phonétique internationale pour transcrire, en italique, les termes propres du bambara. Faute de caractères adéquats, on distingue le o et le ò selon que le son (o) est prononcé ouvert ou fermé ; le (é) et le (è) du français sont transcrits de la même manière en bambara.

Sources

59Le corpus de référence est constitué de noms et d’histoires de noms. Il relève de trois sources d’information. La première est celle des enquêtes semi-dirigéee, étymologiques et historiques, menées dans les quartiers de Bamako en 1994 et 1996, directement ou avec l’assistance d’un enquêteur. Les interlocuteurs sont parfois de simples résidents, et systématiquement des notables locaux : chefs de quartiers et de village (dugutigiw), représentants d’autorités coutumières, anciens secrétaires généraux des comités politiques de quartier. S’ajoutent à ces récits oraux quelques documents écrits rédigés par des personnalités lettrées, notamment des directeurs d’école ayant « pignon sur rue » pour établir l’historique de vieux noyaux de peuplement à la demande de l’administration ou pour figer l’interprétation des « traditionalistes » en cas de conflit territorial. Dans les extraits présentés, quelques commentaires sont ajoutés entre crochets au texte original. Enfin, un travail de terrain et son amendement auprès des services techniques du district de Bamako (Cartographie polyvalente, Cellule d’adressage) aboutissent à l’inventaire des cinquante-huit entités administratives qui sont délimitées dans la carte des quartiers de Bamako.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bayart (J.-F.) 1989. L’État en Afrique. La politique du ventre. Paris, Fayard.

Bertrand (M.) 1995. « Bamako, d’une république à l’autre », Les Annales de la Recherche urbaine (Régularisations de propriétés), 66 : 40-51.

– 1997. « Bamako, entre extensions et rattrapages », Études foncières, 76 : 50-53.

Dumestre (G.) 1987. « Le bambara du Mali : essai de description linguistique », thèse d’État, Université de Paris III.

Gibbal (J.-M.) 1988 « Fadjiguila, village dans la ville », Cahiers des Sciences humaines, vol. 24, 2 : 317-326.

Meillassoux (Cl.) 1965. « The Social Structure of Modem Bamako ». Africa, XXXV, 2 : 125-142.

Morin (r.) et al. 1996. « Habiter à Bamako : conditions de logement et réponses des ménages dans une ville sahélienne », Cahiers de géographie du Québec, 40, 109 : 5-28.

Villien-Rossi (M.L.) 1966. « Les “Kinda” de Bamako », Cahiers d’outre-Mer, 76 : 364-381.

Notes

1 Du type -la (« chez ») de Bozola, éventuellement nasalisé en -na, ou du type -koro (« sous ») ; du type bankonin, réduit par l’orthographe française en Banconi ; ce « petit banco » (brique d’argile) est devenu la périphérie irrégulière la plus peuplée de la ville.

2 Kassonkakin, « quartier » des Kassonké originaires de la région de Kayes qui a fourni au début du xxe siècle de nombreux travailleurs du chemin de fer, lesquels furent logés dans le lotissement ; Sofakin, « quartier » des guerriers (sofa) transfuges de la résistance de Samory Touré à la colonisation française ; Kadokin, qui marque une première occupation de Dogon (kado) vers le nord du quartier.

3 Lotissement « du repos », Lafiabougou marque le retour des fils de la patrie après l’échec de la fédération du Sénégal et du Soudan au moment de l’indépendance ; Quinzambougou témoigne de la reconnaissance de l’État envers ceux qui ont bien mérité leur lot pour avoir « fait quinze ans » dans l’armée.

4 Entretien avec le chef coutumier de Djoumanzana, cultivateur, avril 1994. Cette fausse précision chronologique et le contresens historique qu’elle commet (le royaume bambara de Biton date du xviiie siècle) ne doivent pas nous étonner. Ils sont courants dans les récits oraux travaillés par les griots, et relèvent d’effets de surenchère et de style. L’essentiel est bien de fonder un principe d’antériorité en vertu de la longueur d’une liste généalogique.

5 Notons à quel point la forme écrite du récit, pour laquelle le chef coutumier a été assisté, mêle un langage de la tradition et un vocabulaire emprunté au monde urbain (autorités locales, déguerpir, contrevenant, réitérer).

6 Loi 96-059 de novembre 1996 portant sur le découpage territorial des 702 communes maliennes.

Table des illustrations

Légende Les quartiers de Bamako
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Monique Bertrand, géographe, université de Caen

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540