Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nommer les nouveaux territoires urbains

 | 
Hélène Rivière d’Arc

IV. Le non-dit versus la valorisation des actes collectifs à travers les mots. Le recours à la toponymie

Discours urbains et modes de dénomination des nouveaux territoires dans deux villes de Mauritanie

Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fénart

Texte intégral

  • 1 Avec la collaboration d’Isakha Diagana (université de Nouakchott).

1Note portant sur l’auteur1

2La recherche en cours dont nous présentons ici certains résultats porte sur les recompositions identitaires impliquées par les évolutions urbaines accélérées que connaissent les deux principales villes modernes de la Mauritanie : Nouakchott, la capitale, et Nouadhibou, la « capitale économique », ville industrielle, port minéralier et centre de pêche. Le texte qui suit sera particulièrement centré sur les processus de formation des quartiers périphériques et les catégories à travers lesquelles sont interprétés ces nouveaux espaces.

3Il convient tout d’abord de donner quelques indications sur la situation sociolinguistique de la Mauritanie, et plus particulièrement sur la place du français, puisque notre étude a porté sur des discours tenus dans cette langue. On peut sommairement caractériser cette situation par une pluralité de langues maternelles et par la position concurrentielle de deux langues écrites, l’arabe littéraire et le français. Le dialecte arabe hassaniyya est la langue du groupe majoritaire, il est parlé par tous ceux qui sont désignés et se revendiquent comme « Maures », cette appartenance linguistique étant précisément au fondement de la classification commune des bidân (« les Blancs » en arabe classique) et de leurs anciens affranchis harâtin (aussi désignés comme Maures Noirs) dans l’ensemble ethnique « Maure ». Les groupes minoritaires collectivement désignés comme Négro-Africains (ou kwâr en hassaniyya) sont de langues poular, soninké et wolof. Le statut du français, langue de l’administration et de l’enseignement public au moment de l’indépendance, reconnue comme une des deux langues officielles dans la Constitution de 1961, a été fortement mis en cause au cours des réformes successives qui, depuis 1966, visent à mettre en œuvre une politique d’arabisation contestée par les populations négro-africaines francophones, ce conflit linguistique trouvant son lieu d’expression privilégié dans le champ scolaire. Dans la Mauritanie actuelle, note Taine Cheikh (1994), « les rapports établis entre l’arabe et le français retentissent directement sur les rapports interethniques. Et de ce point de vue, tout concourt à faire qu’arabité et arabophonie s’opposent à négro-africanité et francophonie ». En dépit du fait qu’il n’est plus langue officielle, le français garde des usages institutionnels importants : la publication des textes officiels demeure bilingue et le français est la langue le plus souvent utilisée pour la rédaction des documents administratifs. Par ailleurs, il est, avec le hassaniyya et le wolof, une des trois langues qui ont une fonction véhiculaire dans les interactions en milieu urbain (Ould Zein 1995). Les situations où le français assure une fonction purement véhiculaire (c’est-à-dire répond à un besoin spécifique de communication entre alloglottes) sont cependant l’exception, car entre en ligne de compte le plus souvent un facteur de prestige lié à son mode d’acquisition scolaire et aux valeurs « modernes » qu’il est supposé incarner. Ce même facteur est à l’œuvre dans les usages non pas intercommunautaires mais interindividuels du français, qui chez les jeunes d’une même communauté linguistique donnent lieu à des phénomènes d’appropriation. Ceux-ci, qui correspondent à des pratiques langagières marquées par le mélange, l’alternance et « l’appel à des néologismes fonctionnant comme des argots » (tels que le « franké » : français/soninké), décrites par Diagana (1998), rendent possible, pour cet auteur, l’identification d’un français « presque » soninkisé, wolofisé, poularisé ou arabisé. Cette possibilité est caractéristique d’un recours au français hors de son champ institutionnel (Wald 1994), et autorise sans doute la conclusion, formulée par Diagana, selon laquelle « malgré les prises de positions hostiles au français en Mauritanie, ce dernier y est dynamique ». Elle contribue en tout cas, à motiver le projet d’une étude comme celle-ci, car il n’y a de sens à étudier « les mots de la ville » dans les discours tenus en français en Mauritanie que dans la mesure où l’on est fondé à penser que l’appropriation de la ville par les mots est corrélative de processus d’appropriation de la langue importée.

4Il convient aussi de préciser très brièvement quelques caractéristiques spécifiques de l’urbanisation en Mauritanie. Si, d’une façon générale dans la zone sahélienne ouest-africaine, des taux de croissance urbaine très importants caractérisent tous les centres urbains qui se sont constitués autour de secteurs d’activités modernes, ce phénomène a pris une ampleur inégalée en Mauritanie, qui au moment des indépendances se présentait comme le pays le moins urbanisé du Sahel avec 3 % de sa population dans les villes. Aujourd’hui ce même taux d’urbanisation avoisine 50 %, soit cinq points au-dessus de la moyenne calculée pour les pays au sud du Sahara. Des facteurs propres au pays, comme le faible taux d’urbanisation initial, la particulière aridité du climat et l’importance de la population nomade, expliquent l’originalité des phénomènes d’urbanisation qu’il a connus notamment dans la capitale. Ces mouvements de populations doivent en particulier être rapportés non seulement aux effets dramatiques des périodes de sécheresse, mais aussi aux évolutions que connaissent de longue date la division du travail entre bidân et harâtin (« affranchis ») et la hiérarchie des rapports statutaires de la société maure (Bonte 1994), et à celles que connaissent également les sociétés des minorités non maures du Fleuve. Évolutions que la sécheresse a précipitées et qui se sont traduites, combinées avec des changements de conjoncture économique et politique, par des transformations rapides du marché urbain du travail.

  • 2 On trouvera un exemple d’une telle construction, certes savante mais indexée sur les discours et l (...)

5Les deux sites urbains retenus représentent à eux deux l’ensemble des référents qui servent à construire la représentation d’une identité citadine « moderne » contrastant avec le mode de vie traditionnel2, c’est-à-dire dans le contexte de la société maure, non seulement celui des nomades, mais également celui d’une identité citadine (ou sédentaire) centrée sur la culture islamique et son enseignement, sur le commerce et l’agriculture, (sans d’ailleurs que celle-ci s’oppose purement et simplement à la nouvelle, voir Villasante de Beauvais 1996). Mais si ces deux villes constituent chacune un paradigme de la modernité citadine, elles diffèrent fortement par l’histoire de leur urbanisation, par leur inscription dans l’environnement régional, national et international, et par leurs structures tant démographiques que fonctionnelles.

L’urbanisation de Nouakchott : spéculation foncière et intégration urbaine

6Création ex nihilo (le ksar de Nouakchott comptait 350 habitants en 1946 et toujours autant en 1958), la capitale a connu une croissance démographique vertigineuse qui l’a fait passer de 5800 habitants en 1962 à près de 140 000 en 1975 ; sa population a plus que quintuplé entre cette date et 1994, avec 540 000 habitants (soit un taux de croissance annuel de l’ordre de 9 %). Les descriptions et les analyses du peuplement de Nouakchott que l’on peut trouver dans la littérature scientifique distinguent une première période, jusqu’à la fin des années 1960, au cours de laquelle se constitue le noyau urbain et s’installe une crise foncière qui dans la période suivante, marquée par l’afflux de vagues successives de populations sinistrées par la sécheresse, déterminera la spéculation sur les terrains et le détournement systématique des mesures prises par les pouvoirs publics :

Dès 1977 les services officiels concernés constataient que 80 % des récents attributaires de parcelles les avaient cédées en toute illégalité à des urbains plus anciens, qui se chargèrent d’y édifier un habitat en dur à vocation populaire avec une célérité remarquée (D’Hont 1989).

  • 3 En 1983 la population des kebbe était estimée à 40 % de la population totale de Nouakchott (D’Hont (...)

7Ce processus, qui s’est répété, a entraîné, avec la désagrégation des groupes qui constituaient les premiers campements, l’installation de leurs membres dans des zones d’habitats spontanés, lesquels ont abrité, avec les nouveaux réfugiés, ceux qui dans un premier temps avaient été hébergés par leurs familles ou leur anciens maîtres. La procédure consistant à entreprendre la construction de lotissements afin de freiner la diffusion d’un habitat précaire et de mieux organiser les secours (eaux et vivres) a paradoxalement abouti à la multiplication de quartiers périurbains démunis d’équipements3 et au développement de nouveaux axes d’urbanisation, sans que puisse s’exercer un contrôle efficace sur ces nouveaux espaces. Les opérations de « déguerpissement » et de lotissement intervenues pour la première fois en 1974, et qui semblaient devoir être exceptionnelles, allaient se révéler être, en effet, les seuls outils auxquels les pouvoirs publics auraient régulièrement recours, stimulant une véritable conquête foncière.

8Ces mouvements se sont poursuivis dans les années 1980. La réduction du secteur de l’économie lié au nomadisme, qui représentait 65 % de la population en 1962 et 13 % en 1988, a amené en ville une population d’« exclus », souvent située au plus bas de l’échelle sociale et se retrouvant en ville sans qualification. Dans ce contexte, marqué par la paupérisation des premières couches de travailleurs non qualifiés, on a pu cependant parler, du moins jusqu’en 1988, de « boom de la sécheresse » (Stewart 1989). La disponibilité d’un sous-prolétariat abondant, d’origine servile, a permis que s’édifient avec une extrême rapidité les nouveaux lotissements et a favorisé l’occupation illégale et la spéculation. Ainsi, au mois de septembre 1988, la décision des pouvoirs publics, en vue de résorber l’habitat spontané insalubre, de légaliser les occupations sauvages sur les sites de déménagements retenus a déclenché ce qu’on a pu décrire comme une véritable « folie foncière » :

  • 4 « Urbanisme : la “Gazra du Carrefour” », Mauritanie demain, 6, 1988.

Sur des kilomètres et des kilomètres le long des deux voies bitumées et à perte de vue sur les dunes, ont poussé comme des champignons des maisonnettes grandes comme des boîtes d’allumettes, des baraques lilliputiennes, des tentes informes... disposées à la diable en un tableau indescriptible. Depuis des semaines, matin et soir, tout ce qui roule est mis à contribution pour porter la logistique d’une véritable conquête foncière : baraques toutes prêtes, planches en morceaux, containers industriels4...

9L’alternance entre déguerpissements et laisser-faire (ou régularisations) a rendu possible le développement d’un marché plus ou moins clandestin de terrains er d’un commerce pratiqué à grande échelle, entretenu et animé par des filières d’accession à la propriété foncière. La demande de logements n’est pas, dans cette situation, la seule composante des « besoins sociaux » dont l’anticipation est constitutive de ces pratiques spéculatives, mais s’inscrit elle-même dans un changement des représentations sociales liées au foncier. La valeur marchande associée au sol urbain, indissociable de la recomposition des solidarités sociales et des formes de domination, amène ainsi à faire l’hypothèse qu’elle va de pair avec l’émergence de catégories telles que locataire et propriétaire qui, tout en orientant les pratiques, identifie une condition spécifiquement urbaine et la hiérarchise selon des modes différenciés d’intégration.

10Les quartiers périphériques, qui se sont édifiés à la suite des opérations de « déguerpissement » et de la mise en place de nouveaux lotissements, présentent aujourd’hui une hétérogénéité aussi bien des types d’habitats et des niveaux différenciés d’équipements que des trajectoires migratoires et résidentielles de leurs habitants. Au sein d’un même quartier les disparités peuvent être importantes, entre ceux qui tentent de mettre en valeur un lot qu’ils se sont vu attribuer et ceux qui ne visent qu’à capter une rente foncière, avec tous les cas intermédiaires suscités par l’autoconstruction et la recherche d’un financement d’appoint ; disparités que vient renforcer le fait que les propriétaires-bâtisseurs s’octroient le droit d’agir librement face à des outillages législatifs et réglementaires peu élaborés et difficilement applicables.

Classements urbains et catégorisations sociales

11En ce qui concerne les types d’habitats, la nomenclature officielle, telle qu’on peut la relever dans les tableaux publiés du recensement de 1988 (rim, ministère du Plan, 1992) distingue : villa, appartement dans un immeuble, logement ordinaire, baraque, case-hutte, tente. Seul le tableau de la répartition en milieu sédentaire est présenté et commenté (en milieu nomade, il est seulement précisé que « comme il fallait s’y attendre les tentes constituent 95 % des logements »). Ce commentaire, très succinct, relève que plus de la moitié des logements en milieu sédentaire sont des logements ordinaires et que plus du tiers des logements sont du type précaire (baraques, case-hutte, tentes) (p. 19).

12Sur ce bref énoncé, nous pouvons faire trois observations préalables :

  • l’exclusion du commentaire des villas et appartements dans un immeuble ;
  • Le regroupement, sous un type précaire, des cabanes, huttes et tentes ;
  • Le traitement de logement ordinaire comme type au même niveau de contraste que précaire.

13Ainsi le commentaire a pour résultat de procéder à la construction, en partie tacite, d’une classification des logements qui comporte trois types : l’un non nommé, qui inclut villa et appartement, le deuxième, logement ordinaire, qui figure également au niveau terminal de la nomenclature, et enfin le type précaire dont la composition est précisée. Dans certe construction, la catégorie « logement ordinaire » a un rôle pivot. Elle est, bien sûr, la catégorie la plus représentée, mais c’est là tout autant un résultat qu’une prémisse du raisonnement pratique qui confère au tableau, et à la classification sous-jacente, à la fois sa pertinence sociale et son sens descriptif. Ce raisonnement peut être rendu plus manifeste si l’on tient compte du fait que la catégorie « logement ordinaire », bien qu’elle soit plutôt évaluative, peut comporter un élément descriptif qui l’oppose sous cet aspect à « précaire » : la construction « en dur ». Mais c’est évidemment aussi le cas des villas et immeubles, or il n’y a guère de sens, socialement, à regrouper sous ce seul critère tous ces logements. Le type constitué « en creux » (celui qui ne fait l’objet d’aucun commentaire), outre le fait qu’il s’oppose à l’ensemble commenté, comme l’exceptionnel (5,2 %) au commun (94,2 %), correspond à une différenciation sociale strictement corrélative du type d’habitat, dont la catégorie sociale complémentaire, que l’on peut gloser comme « populaire », ne présente justement pas cette correspondance. La différenciation interne à celle-ci, où le critère « en dur » devient pertinent, porte alors autant sur les caractéristiques du logement que sut le statut d’occupation, dans le cas « typique » ou probable où les deux sont assortis, c’est-à-dire où la construction « en dur » constitue l’indice, dans un raisonnement sociologique de sens commun, d’un statut non précaire – compte tenu de la double connotation « physique » et « juridique » du terme « précaire ». Le logement ordinaire peut être ainsi difficilement décrit autrement qu’en faisant référence au caractère « évident » de ce qu’il n’est pas : il n’est ni un logement précaire, ni celui des classes supérieures. Le critère de la construction en dur, qui n’est d’ailleurs pas exclusif d’autres formes d’habitat pour une même unité d’habitation, n’a donc de pertinence qu’en fonction d’un jugement en contexte ou d’une catégorisation sociale préalable de son champ d’application. Un terme s’est d’ailleurs généralisé dans le discours des « responsables » et des experts, pour tenter de résoudre certaines des difficultés que rencontre une formalisation de la nomenclature, celui d’habitat évolutif, ou d’habitat populaire évolutif Cependant, cette notion, qui tente d’accommoder l’hétérogénéité que nous avons évoquée plus haut, semble bien devoir être tout aussi dépendante d’une typification des espaces d’habitation qui fait partie d’une réserve de connaissances sociales stabilisées dans le langage et d’une mise en commun de significations, sur lesquelles s’appuie le raisonnement pratique (Schutz 1962).

14À Nouakchott ces catégorisations préalables sont disponibles par le biais de dénominations – kebhe, gazra – qui, si elles ont une origine linguistique reconnue (le hassaniyya), sont partagées par les locuteurs des autres langues (y compris le français), qui les intègrent à leur discours. Comme faits de parole, c’est-à-dire, sous l’angle de leur contenu, elles désignent des réalités urbaines proprement nouakchottoises, en ce qu’elles conservent une allusion aux circonstances, voire à des événements marquants de l’urbanisation supposés connus de tous.

Les kebbe

15Dans le français de Mauritanie le terme kébé, kebbe ou kebba d’origine hassaniyya (littéralement décharge publique, Ould Zein 1995) est glosé « bidonville » ou plus rarement « quartier spontané ». La diffusion de cette dernière expression, liée à la constitution d’un registre de discours savant, scientifique ou expert, va de pair avec la promotion de kebbe dans la littérature de type universitaire sur la ville ; c’est là du moins une hypothèse qu’une histoire de ce mot devrait pouvoir rendre plus sûre. Il semble en effet que la promotion de l’expression kebbe dans la littérature spécialisée en français portant sur l’urbanisation de la capitale ait succédé à des commentaires fréquents sur l’inadéquation de la terminologie disponible, en particulier « bidonville », pour une réalité dont on veut souligner la spécificité. On trouve ainsi des néologismes, comme bidotente chez de Chassey (1979), ou encore chez Christine Daure-Serfaty (1993 : 31) ce commentaire : « Quel nom donner à cette anormale concentration humaine, à ce campement désordonné ? Bidonville ne convient pas, tente-ville n’existe pas. » L’expression kebbe, dès lors qu’elle est citée et connotée de façon autonymique (comme dans le titre de l’article déjà cité « Les quartiers spontanés de Nouakchott ou kébé »), libère le discours de ce souci métalinguistique du « mot juste » dans le registre courant du français, l’adéquation du terme à la chose étant, dans une sorte de division du travail interlinguistique, versée au compte de la citation elle-même qui garantit la portée référentielle de la description définie (« les quartiers spontanés de Nouakchott »). Cette opération est une caractéristique stable du discours savant sur les villes qui contribue à établir un domaine de réalités transnationales comparables « toutes choses égales par ailleurs », permettant leur énumération : barrakates (Alep), saraiefs (Baghdad), gourbivilles (Tunis).

16Cette promotion du terme kebbe dans la littérature scientifique, via sa citation, doit être distinguée de son usage courant dans le discours des locuteurs du français local auquel il est intégré comme en témoigne l’adoption des déterminants et des marques morpho-syntaxiques du français : les kebbes, les kebbas et, plus rarement, les kebbat, plus conforme à la langue d’origine (Ould Zein 1995). Cependant, compte tenu de l’importance prépondérante de l’apprentissage scolaire et de la référence à la norme écrite, la diffusion du terme au-delà du contexte du français local est susceptible en retour d’exercer un effet légitimant, et par là de fixer cet usage en renforçant son acceptabilité pour les locuteurs les plus conscients ou les plus soumis à la norme exogène.

17Dans l’usage courant, kebbe sert donc à désigner des quartiers d’habitats précaires illégaux, bien identifiés et nommés par l’apposition au terme kebbe d’une appellation conventionnelle du site basée en général sur un élément remarquable de son environnement (ou de son histoire) : kebbe Mendès (en référence à l’ancien dépôt de l’entreprise brésilienne qui construisait la route de l’Espoir), kebbe marbat (en référence au marché au bétail), kebbe Arafat (en référence au nom de l’arrondissement et de la zone lotie dans laquelle il est enclavé). Ceux que l’on vient de citer existent aujourd’hui, mais les grands kebbe, sur lesquels on trouve des données démographiques dans la littérature, ont été détruits : kebbe des Chinois, kebbe Cinquième, ainsi que d’autres, kebbe snadr (militaires), kebbe moussaftrine (rapatriés).

18Le trait sémique verser, jeter, du hassaniyya kebb, est motivé en référence soit aux espaces périphériques sur lesquels se sont édifiés ces quartiers, qui servaient de dépotoirs, soit aux premiers déguerpissements des habitants de ces quartiers dans des camions, bennes et charrettes « comme de vulgaires ordures ». Cette variabilité dans les représentations motivant le terme kebbe reste encore à établir sur des bases empiriques mieux contrôlées, mais elle constitue une indication d’un processus plus large, celui de la recomposition des modèles de représentation des quartiers périphériques à mesure que l’évolution urbaine et l’impact des politiques publiques tendent à ne plus faire équivaloir ceux-ci aux kebbe. À ce stade donc, il est simplement possible de faire l’hypothèse que la représentation dont le trait saillant est la situation des kebbe sur les zones qui autour de la ville servaient de décharges résume métonymiquement un modèle complexe, qui combine avec la situation périphérique et une condition sociale stigmatisante toutes les formes de précarité, économique, sanitaire, d’habitat et, parmi d’autres donc, juridique. Avec l’évolution urbaine, et notamment la création de zones périphériques loties et l’histoire sociale des déguerpissements, les composantes du modèle complexe précédent sont amenées à se disjoindre ; certaines des caractéristiques énumérées ci-dessus, la situation périphérique notamment, peuvent désormais être partagées par d’autres catégories urbaines ; du même coup se modifie la prééminence de celles qui définissent le kebbe, la précarité juridique du mode d’occupation, ou plus simplement la menace d’expulsion, devenant plus centrale. Dans cette évolution demeure constante une condition précaire stigmatisante et, avec le terme kebbe, une image de dépotoir qui cependant trouve à se motiver moins par la nature des terrains en cause que par référence à l’histoire des habitants de ces quartiers et à la façon dont ils sont traités.

Les gazra

19Le terme gazra, d’origine hassaniyya, lui aussi intégré au français local, a pour sens premier l’occupation illégale du domaine public. Ce sens fait directement référence aux phénomènes observés lors des attributions de terrains dans les nouveaux lotissements destinés à résorber les kebbe : usurpation des droits sur les lots, reventes illégales de lots attribués, édification extrêmement rapide de constructions sommaires en vue d’une régularisation, intense spéculation. Ould Zein (1995) relève deux extensions de ce sens premier. D’une part, gazra désigne « les quartiers périphériques constitués de terrains, construits ou non, occupés illégalement ». Ainsi peut-on dire : la gazra du Carrefour, la gazra d’Arafat. Gazra désigne alors un type de quartier périphérique, caractérisé par l’occurrence des phénomènes mentionnés plus haut, comme dans cet exemple : « D’autres familles plus rusées quittent régulièrement leurs lieux de résidence pour aller dans les gazras » (« Chaab », 31-10-90, cité par Ould Zein 1995). D’autre part, gazra en vient à signifier l’anarchie ou le désordre. C’est alors un terme du vocabulaire politique ou de la critique sociale où il sert de façon argumentative à dénigrer une mentalité prédatrice ou des pratiques qui n’ont plus de lien direct avec l’urbanisation (mais manifestent une « culture » ou un « esprit » de la gazra). Cette dernière extension du sens de gazra ne peut guère être séparée de la place accordée dans les journaux aux commentaires sur le phénomène de la gazra, sous la rubrique « débats de société », durant la période où a pu émerger une presse indépendante (Roques 1989). Dans cette mesure l’apparition du phénomène de la gazra ne renvoie pas purement et simplement aux événements qui servent pourtant d’arrière-plan à sa compréhension, mais plutôt à une mémoire publique de ces événements telle qu’elle se stabilise et s’élabore dans la formation d’un espace public, où elle est objet de discours.

20Cependant si le terme gazra connaît, avec le troisième sens repéré par Ould Zein, une évolution dans le registre du débat politique et social qui tire parti de ses connotations péjoratives, le deuxième sens, dans l’usage courant, évolue vers la neutralisation de cette dimension : dire « j’habite dans une gazra » n’implique pas que l’on a une mentalité prédatrice, mais qu’on habite un quartier modeste, et donc une telle phrase sollicite une catégorisation du locuteur comme quelqu’un ayant des revenus eux-mêmes modestes et par inférence – dans certains contextes du moins – un « appétit » modéré et une bonne moralité. Ainsi dans ce compte rendu d’un procès où un commissaire est interrogé sur ses relations avec un autre policier impliqué dans une affaire de trafic de drogue : « Sur ses relations avec Am, il répondit qu’il ne connaît pas Am et qu’il n’a jamais rien reçu de personne, "d’ailleurs je ne possède ni voiture, ni villa et j’habite dans une gazra » (Le Calame, 176, 15 avril 1997, « Policiers à la barre »).

21Dans cet exemple, deux signes distinctifs possibles de personnes : « posséder voiture et villa » et « habiter dans une gazra » sont contrastés et utilisés comme attributs de types sociaux, susceptibles, dans ces circonstances, de garantir des inférences sur l’imputation d’actes délictueux. La situation évoquée est certes particulière – un procès et la défense d’un des accusés –, mais elle est elle-même enchâssée dans le compte rendu du journaliste, et traitée comme tout à fait transparente pour les lecteurs. La description des personnes, en tant qu’elle fait partie intégrante de l’exercice d’un discernement pratique (expliquer ou justifier des actions, les prévoir, les juger...), est un trait générique de la vie sociale et de la compétence culturelle des acteurs. Lorsqu’elle s’appuie sur une connaissance de sens commun de la ville, elle contribue à faire des propriétés de son organisation sociale un ordre non seulement cognitif mais moral.

Nouadhibou : une ville de migrants

22La première différence qui distingue Nouadhibou (60 000 habitants) de Nouakchott tient bien sûr à sa nature de (grande) ville régionale opposée à la centralité politique et administrative de la capitale avec ce qu’elle implique quant à la composition démographique et sociale de cette dernière (concentration des élites dirigeantes et des classes moyennes liées à l’appareil d’État, jeunesse scolarisée et étudiante), aux fonctionnalités liées à ce même appareil d’État (« quartier des ministères ») et plus généralement à la construction, matérielle et symbolique, des lieux emblématiques de la nation. Cependant l’identification de Nouadhibou comme « capitale économique » est elle-même un renvoi à la construction de l’espace politique mauritanien et à la place accordée historiquement, dans les représentations de la nation, à la production du fer et au développement d’un secteur économique moderne que l’exploitation de la ressource halieutique devait venir conforter. Cette identification, aujourd’hui remise en cause par le développement du secteur industriel de Nouakchott et des activités liées à l’ouverture de son port autonome, n’en reste pas moins importante historiquement. Elle conforte, vue de Nouadhibou, un sentiment « régio-naliste » diffus s’exprimant notamment par l’attribution au pouvoir central de choix délibérés interprétés soit directement comme la sanction d’une dissidence politique, soit comme l’expression d’une logique concurrentielle fortement biaisée en faveur de la capitale.

  • 5 Société des mines de fer de Mauritanie, société multinationale créée en 1952 pour l’exploitation d (...)
  • 6 Comme le montre l’évolution du turn over des entreprises, passé de 61 % en 1961 à 11,5 % en 1971 ( (...)

23La Miferma5, d’abord, puis, après sa nationalisation, la snim ont joué un rôle déterminant dans l’urbanisation de Nouadhibou, tant par leur action planificatrice que par l’ampleur des migrations de travail induites, dessinant une configuration urbaine et un rapport de ses habitants à l’espace très différents de ceux qu’on a décrits à propos de Nouakchott. Bien qu’elle constitue un pôle d’attraction bien moindre dans le processus général d’urbanisation que connaît la Mauritanie, Nouadhibou est, beaucoup plus que la capitale, une ville de migrants. L’appel constamment renouvelé de migrations de travail a moins contribué à la formation d’une population ouvrière locale qu’à une accélération des mouvements de population et à leur diversification au fur et à mesure que s’affirmait son rôle de capitale économique. Le processus de prolétarisation enclenché par l’implantation des grandes sociétés minières et industrielles a certes permis, avec la désagrégation accélérée des économies agraire et pastorale, de fixer dans la condition ouvrière une fraction de plus en plus importante des populations migrantes6. Mais cette stabilisation relative de la main-d’œuvre salariée ne s’est pas pour autant traduite par une « autochronisation » des immigrés et de leurs familles, dont beaucoup, même s’ils y résident depuis de longues années, continuent à se considérer comme « de passage ». En dépit de la forte croissance démographique qu’elle a connue depuis les années 1960, la ville reste un espace transitoire d’installation lié au travail, un lieu où se croisent des trajectoires diversifiées dont elle est rarement le point d’aboutissement. La proximité des Canaries, qui en fait un point de passage vers l’Europe, attire un flux continu de jeunes hommes célibataires venus de toute la Mauritanie et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest pour tenter l’aventure de l’émigration. Ces étrangers de passage s’y attardent, pour amasser le pécule de leur voyage, dans de petits emplois dans le secteur informel ou le « business » lié à la pêche artisanale : chauffeurs de taxi, boys, vendeurs à la sauvette, micro-intermédiaires. Ils représentent à Nouadhibou des acteurs urbains typiques désignés par un terme, les « aventuriers », qui les distingue des migrants de travail. Il faut ajouter à ces mouvements de population un autre type de migration de travail temporaire, constitué par les mouvements d’affectation de fonctionnaires débutants, qui à l’issue de leurs études à Nouakchott se retrouvent à Nouadhibou par le hasard des affectations ; ils y forment un petit milieu d’« intellectuels » : instituteurs, professeurs, ingénieurs des douanes, cadres administratifs, qui pour la plupart d’entre eux vivent leur situation comme une parenthèse dans leur carrière et se désignent volontiers eux-mêmes comme des « déportés ». Si ces flux de population, constamment alimentés et renouvelés depuis les premières migrations de travail induites par la Miferma, n’ont que faiblement fixé sur place les individus migrants eux-mêmes, ils y ont fixé en revanche une « tradition migratoire » qui se manifeste à travers une multitude de réseaux d’accueil et d’entraide informels constitués le plus souvent sur des bases tribales ou villageoises : caisses de solidarité des travailleurs maures alimentées par les gens d’une même tribu (Bonte 1975), maisons collectives servant de point de chute pour les nouveaux immigrés négro-africains issus d’un même village, à quoi s’ajoutent les services d’assistance mis en place par des organisations plus formelles, comme la création par la Mission catholique d’une « boîte aux lettres des aventuriers ».

  • 7 Ainsi que se désignent (et sont désignés) les habitants de Nouadhibou. L’expression comporte une a (...)
  • 8 Cette expression désigne dans le français local un ensemble de pratiques économiques illégales mai (...)
  • 9 Ces remarques s’appuient, entre autres, sur les premiers résultats de l’analyse d’un corpus de tex (...)

24La faiblesse de l’enracinement urbain de ses habitants n’empêche pas qu’existe une identité citadine proprement stéphanoise7, fondée sur les valeurs distinctives du travail et de la richesse économique, fortement contrastée par rapport à celle de Nouakchott et variablement valorisée, selon que ces traits distinctifs sont mobilisés (parfois par les mêmes individus dans des situations de discours et avec des interlocuteurs différents) pour marquer une position d’insider ou d’outsider : ils peuvent servir à souligner l’identité commune de gens (incluant ceux qui sont impliqués dans le « business » et le tieb-tieb8) qui, au-delà de la disparité de leurs statuts sociaux et économiques, « sont capables de se nourrir par eux-mêmes », ce thème alimentant par ailleurs, dans un registre de discours plus politique, les plaintes récurrentes sur l’abandon de la région par l’État. Ces mêmes traits, mis alors plutôt en contraste avec le mode de vie rural, peuvent être mobilisés pour décrire les habitants de la ville comme « renfermés », ne pensant qu’au travail et peu enclins à respecter les formes convenables de la sociabilité selon les normes des sociétés locales. Ou encore pour dénoncer des normes de comportement urbaines perçues comme spécifiquement stéphanoises, comme celle qui commande de ne jamais se laisser voir en train de marcher à pied, et plus généralement toutes celles liées au souci de « faire bonne figure » et à l’obsession du « standing »9.

  • 10 Par exemple un chauffeur de taxi immigré et non hassanophone, qui déclare avoir été à même de se d (...)

25La topographie populaire, telle que la découvre et l’intériorise très rapidement l’étranger10, découpe l’espace en grandes zones ordonnées selon un axe nord-sud et de part et d’autre du goudron médian, auxquelles correspondent des noms de quartiers. Ces dénominations, dont chacun peut facilement identifier l’origine linguistique (français, espagnol ou hassaniyya), sont intégrées dans un lexique urbain commun aux locuteurs des différentes langues. C’est le cas des anciennes dénominations maritimes d’origine espagnole de Tcherka et Cansado, qui désignent deux pôles structurants de l’espace urbain : l’un, le quartier des pêcheurs, lieu central des échanges formels et informels liés à la pêche artisanale, l’autre, le lieu d’implantation de la snim. Font partie également de ce stock de toponymes stables et partagés les appellations comme Ghiran (les trous) ou Areiguib (le talon d’Achille) qui renvoient à des termes hassaniyya relatifs à la description des formes de relief et à une symbolique de l’espace (Frérot 1993) indépendante de l’urbanisation, ou celles dont l’origine est rapportée à l’histoire de l’urbanisation, soit coloniale, comme Trésor (ancien centre administratif de la période coloniale) ou Kraa nsrani (le pied du Français), soit récente : Eljedida (la nouvelle), Dragage (en référence à la construction du port autonome et à la société de dragage), et Les Numéros (ou Nimruwat) qui désigne dans son ensemble l’extension urbaine créée au nord du premier noyau urbain en 1988 par l’attribution de lots (numéros) et qui a été l’occasion des déguerpissements des premiers quartiers spontanés.

26La vaste zone d’habitat périphérique qui continue de s’étendre dans le prolongement de cet axe d’urbanisation (le seul possible compte tenu de la topographie de la ville) est désignée par deux toponymes qui sont moins utilisés individuellement pour localiser des espaces différenciés que, ensemble ou alternativement, pour identifier le « tout » opaque que représente, pour la plupart des habitants de Nouadhibou, cette zone située au-delà du terminus du bus de la snim : Mutafajirat (les explosifs), du nom de l’ancienne usine de la snim qui y était implantée, et Kraa Budu (le pied du cafard), du nom de l’ancien quartier spontané de Jedida dont les habitants avaient été relogés dans cette zone lors des opérations de déguerpissement. Si le nom du quartier a suivi les habitants dans leur nouveau site, c’est qu’il ne désignait pas tant un lieu qu’une qualification stigmatisante de l’espace dont le transfert de nom indique précisément la permanence. Ensemble, ces deux noms propres assument, dans le lexique urbain local, l’ensemble des significations que connote à Nouakchott le nom commun kebbe : extériorité au centre urbain, absence d’équipements, précarité du logement et exclusion sociale des habitants. Ce terme comme celui de gazra renvoient, on l’a dit, à des réalités urbaines proprement nouakchottoises parce que ces habitats sont construits par référence à des événements et à des luttes urbaines de la capitale. De fait, ils sont absents du lexique urbain de Nouadhibou, alors même que le processus d’urbanisation accélérée y a fait émerger de nouveaux espaces urbains selon des processus de déguerpissement de l’habitat spontané et de lotissement par bien des points comparables à ceux observés à Nouakchott.

27Chacune de ces zones se subdivise en sous-quartiers dont l’identification est plus incertaine et dont les noms ne circulent parfois pas au-delà du cercle restreint de ceux qui sont appelés à les fréquenter. C’est le cas par exemple d’Accra qui désigne un sous-quartier de Ghiran où se sont regroupés des immigrés ghanéens, et dont le nom ne semble être connu que de ses habitants et de leurs voisins. D’autres noms, quoique connus de tous, peuvent n’être considérés comme pertinents que pour une catégorie limitée de locuteurs. C’est ainsi que les Négro-Africains signalent, à propos d’un espace résidentiel où s’édifient des habitations luxueuses, que « les Maures l’appellent Beyrouth », cette expression signifiant à la fois leur propre extériorité par rapport à ce type d’habitat, la non-pertinence pour eux de disposer d’un terme pour le nommer et leur mise à distance de la norme (celle de la valorisation d’une urbanité arabe moderne) qui gouverne le choix du nom attribué par les Maures.

28Il faut souligner enfin une autre caractéristique de l’organisation sociospatiale de Nouadhibou qui la distingue fortement de Nouakchott. Contrairement à cette dernière où, comme on l’a vu, la localisation périphérique n’est plus en elle-même un critère univoque de différenciation sociospatiale, à Nouadhibou la qualification des espaces reste fonction de la distance par rapport au noyau urbain sous l’effet d’un double processus : d’une part celui qui, du côté nord de l’axe d’urbanisation sud-nord, tend à rejeter dans des espaces toujours plus éloignés les formes d’habitat précaires ; d’autre part celui qui, à l’autre extrémité de ce même axe, tend à intégrer dans l’espace urbain le territoire de la snim à Cansado et à le requalifier comme banlieue résidentielle.

Cansado : une identité territoriale en question

  • 11 Du nom d’origine espagnole (« fatigué ») désignant anciennement la baie sur laquelle la cité a été (...)

29Construite dans les années 1960 pour loger le personnel recruté par la Société des mines de fer de Mauritanie, la cité de Cansado11 est séparée par une étendue non habitée d’une dizaine de kilomètres de la ville de Nouadhibou, et liée à cette dernière par des relations complexes et ambiguës qui traduisent les profonds changements sociaux et urbains en cours dans la deuxième ville du pays. L’organisation spatiale de la cité reste encore aujourd’hui fortement marquée par le projet urbanistique conçu à l’époque par les administrateurs français, projet défini par une double nécessité : celle d’abord d’un lieu d’habitation conforme au standing attendu par des salariés européens expatriés qu’il s’agissait d’attirer et de retenir sur place ; de ces équipements luxueux des premiers temps, la cité garde les vestiges, parfois quelque peu ternis : équipement médical sophistiqué, cinéma, court de tennis, clubs sportifs, boîte de nuit, plage aménagée, piscine, hôtel de haut standing. Nécessité ensuite de stabiliser en l’acculturant aux normes du travail industriel une main-d’œuvre locale instable, le problème posé aux administrateurs de l’entreprise étant, selon leurs termes, de transformer des Bédouins ou des agriculteurs africains en ouvriers qualifiés.

30Cette visée d’intégration des populations locales dans un système industriel moderne s’est traduite dès l’implantation de la Miferma par la suprématie accordée de façon systématique, dans les classements des lieux et des personnes, aux catégories de l’entreprise, impliquant notamment le bouleversement des classifications socioethniques qui gouvernent les relations entre membres de « castes », entre hommes libres et dépendants, entre Maures et Négro-Africains. Les objectifs de diffusion de l’idée d’un « homme mauritanien moderne » et d’insertion dans la vie industrielle – qui selon une étude sociologique commandée par la Miferma en 1969, étaient dès cette époque en bonne voie de réalisation – passent par l’affaiblissement des hiérarchies sociales, des valeurs et des modes de sociabilité traditionnels perçus comme des obstacles à l’intériorisation des valeurs de la vie industrielle : la conscience professionnelle, les connaissances techniques, la qualification et la promotion. Les principes de classement social selon des critères professionnels, ont, dès la création de la Miferma, été posés comme concurrentiels aux hiérarchies ethniques, d’autant que les perceptions stéréotypées que les administrateurs ont alors des populations locales les conduisent à miser davantage sur les groupes les moins prestigieux ou les plus dominés de la société traditionnelle, les harâtin et les Négro-Africains, considérés comme plus aptes au travail industriel que les bidân : « Ce sont les Noirs qui réussissent le mieux », constate ainsi un administrateur dans les années 1960. « Descendants d’esclaves, ils sont davantage préparés que les marabouts et les guerriers à accomplir des tâches matérielles. Si bien qu’au bout de quelques années, la hiérarchie interne de Miferma est l’inverse de celle de la société maure traditionnelle » (Audibert 1991). Nationalisée en 1974, puis devenue une société d’économie mixte sous le nom de la snim, l’entreprise reste, selon les termes souvent employés, « un État dans l’État » qui gère de façon relativement autonome l’organisation de la vie hors travail de ses salariés. La visée organisatrice de l’entreprise se traduit non seulement dans la mise en ordre de l’espace selon ses normes propres, mais dans tous les aspects de la vie quotidienne : transports, loisirs, consommation, ameublement des espaces privés, pratiques sportives, vie associative, soins médicaux.

  • 12 Les relevés, encore très partiels, que nous avons effectués dans les quartiers des maîtrises et de (...)

31Intégrée sur le plan administratif à Nouadhibou, la cité de Cansado se distingue ainsi de son environnement urbain à la fois par un degré élevé de mélange ethnique des populations12 et par une ségrégation rigide de l’espace selon des catégories sociales directement transposées de la grille hiérarchique de l’entreprise, dont le vocabulaire donne identité aux lieux et aux personnes qui les habitent. Une première division, utilisée notamment comme indication de repérage donnée aux chauffeurs de taxi, oppose deux espaces fortement différenciés : la cité cadres ou cité française et la cité ouvrière ou cité africaine séparées par le goudron central. Ces désignations qui, à l’époque de la Miferma, décrivaient la réalité de la division de l’espace selon un classement indissolublement ethnique et professionnel, continuent à opérer comme des noms de quartier, en dépit de la mauritanisation du personnel, achevée depuis de nombreuses années, et malgré les aménagements ultérieurs qui ont conduit à la création de logements de cadres dans l’espace désigné comme cité ouvrière. Ces deux espaces se subdivisent à leur tour en sous-quartiers découpés et désignés par les statuts professionnels de leurs habitants : quartier M6, quartier D2, quartier C3, etc. La division de l’espace urbain donne ainsi de façon immédiate, en même temps que la localisation de l’habitant, son identité professionnelle et le standing de l’habitation. La position des habitants dans la grille hiérarchique de l’entreprise s’exprime en effet non seulement dans leur distribution entre différents quartiers mais aussi dans les détails de l’aménagement de l’habitation : revêtement du sol en ciment ou en carrelage, attribution des appareils ménagers, téléphone, etc.

32Ces mécanismes bureaucratiques d’allocation de types d’espace à des types de personnes laissent toutefois une large place aux pratiques informelles de gestion du parc de logement par les habitants. Ceux-ci peuvent procéder à des échanges, sous-louer le logement qui leur est attribué à des fonctionnaires ou des commerçants aisés de Nouadhibou, attirés par la « propreté », le « calme » et les multiples avantages dont jouissent les habitants de Cansado (alimentation en eau, câblage TV...). Nombre de salariés de la SNIM préfèrent ainsi renoncer au bénéfice provisoire que représente l’occupation d’un logement de fonction pour s’assurer une source de revenu supplémentaire, et accumuler ainsi des capitaux disponibles pour construire, généralement à Nouakchott ou au village, une habitation en prévision de la retraite. Avec la demande croissante émanant des couches moyennes de Nouadhibou, ces pratiques informelles de gestion du parc de logements tendent à évoluer vers la constitution d’un véritable « marché tieb-tieb » locatif, investi par des hommes d’affaires jouant le rôle d’agents immobiliers, servant d’intermédiaires et établissant la cotation des logements.

33En tant qu’espace de vie quotidienne, la cité de Cansado est délimitée pour ses habitants par les deux pôles que représentent d’un côté Point Central, la zone des installations industrielles et des bâtiments administratifs de l’entreprise, dont la séparation avec les espaces de résidence est matérialisée par un poste-frontière, et Nouadhibou-ville, cette désignation rendant bien compte des rapports à la fois d’inclusion et d’extériorité que la cité entretient avec l’agglomération. La nature ambiguë de ces rapports est rendue encore plus sensible par la tendance à la banalisation des logements de la snim par leur inclusion dans l’espace locatif de Nouadhibou, tendance qu’ont accélérée les évolutions économiques en cours : l’effondrement des cours du fer, l’épuisement des premiers gisements de minerais riches ont entraîné des plans d’ajustement et des compressions de personnels, alors que le développement du secteur de la Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fénart pêche incite à des conversions parfois hasardeuses et à de nouvelles migrations de travail. Aujourd’hui le développement d’industries légères (fer à béton, industries liées à la pêche), la filialisation de secteurs entiers de la snim concourent à une diversification des statuts professionnels et à une remise en cause des privilèges résidentiels jusqu’ici liés au monopole industriel de la snim.

34Alors qu’elle constituait autrefois une enclave urbaine autonome (cette autonomie pouvant aller jusqu’à une relative extraterritorialité administrative), Cansado tend ainsi à devenir un quartier périphérique de Nouadhibou remplissant des fonctions spécifiques : celle notamment, pour les jeunes, de lieu de loisir et de fête où l’on se rend pour passer la soirée ou celle d’une banlieue dortoir fournissant aux couches moyennes un cadre de vie privilégié. Ces évolutions constituent l’indice d’une transformation en cours, au moins pour certaines catégories de la population, de leur rapport à l’espace de la ville. Dans son extériorité première à Nouadhibou, la cité a constitué un cas particulier du processus d’urbanisation : celui d’une tentative de codification rigide de l’espace et de totalisation des différentes dimensions de la vie quotidienne dans l’univers de l’entreprise. En même temps que cet ordre se défait sous l’effet des transformations économiques en cours, ses propriétés d’organisation rationnelle et de codification de l’espace sont réinterprétées comme des propriétés socialement classantes, justifiant des choix résidentiels dans un registre proprement urbain de qualification des espaces selon des oppositions telles que quartiers populaires I quartiers calmes.

35Ce qui est en question dans la dynamique actuelle, c’est donc le changement de sens d’une identité territorialisée (habitant de Cansado) selon qu’elle est associée à une condition sociale, dans un rapport spécifique aux registres de discours propres à l’entreprise, ou qu’elle est associée aux catégories qui relèvent plus globalement d’une sociogéographie urbaine.

Conclusion

36Cette première exploration des réalités urbaines de Nouakchott et de Nouadhibou et des catégories à travers lesquelles elles sont interprétées permet d’esquisser les bases d’une comparaison entre les deux situations. Nous retiendrons en conclusion les principaux points qui mériteraient d’être approfondis et repris dans une recherche qui, pour être plus systématique, devrait prendre en compte l’ensemble du répertoire linguistique.

37Dans les deux villes, l’émergence de nouvelles « territorialités citadines » implique une redéfinition des limites externes et des différenciations internes de l’espace urbain ainsi que des critères permettant de différencier les unités qui le composent. Les deux situations diffèrent toutefois fortement par les modalités selon lesquelles s’effectuent le découpage et le classement de ces nouveaux territoires et la fixation des dénominations qui leur confère une identité. On soulignera en particulier les conditions dans lesquelles des noms communs ou des toponymes utilisés pour nommer les nouveaux espaces sont susceptibles ou non de se stabiliser comme catégories du discours sur la ville. Il apparaît en effet que pour des réalités semblables, on utilise à Nouadhibou des toponymes là où l’on dispose à Nouakchott d’un nom générique, et cela, alors même que le nom commun kebbe est connu mais demeure indexé à la situation nouakchottoise. Autrement dit, à Nouadhibou, ce nom n’est pas actualisé en discours comme « mot de la ville ». Les qualifications et les différenciations de l’espace ne s’y stabilisent pas dans des systèmes de catégories sociospatiales, faute sans doute de la possibilité d’une totalisation de cet espace dans un registre de discours qui en formule sur la scène publique les enjeux sociétaux. Le rapport à l’espace urbain ne constitue un marqueur stable de catégories sociales que dans deux cas extrêmes, le luxe ostentatoire des villas des hommes d’affaires et le complet dénuement des cabanes de kra budu. Deux cas aussi d’exclusion, par le haut et par le bas, d’une condition commune que définit le rapport au travail et à la migration, pour laquelle les différent territoires urbains constituent autant de contextes spatiaux et relationnels de trajectoires qui ne sont pas comprises (dans les deux sens du terme, spatial et cognitif) dans le seul espace de la ville.

38Les observations que nous avons faites sur Nouakchott montrent par contraste comment des dénominations ancrées dans des histoires et des événements propres à un site urbain peuvent générer des effets de sens et assumer, à travers leur contextualisation dans différents registres et situations de discours, un ensemble de significations associées à des modèles de représentation de la vie urbaine. La connaissance commune et la compétence culturelle relatives à une identité citadine (comme celles qui sous-tendent l’usage des termes kebbe et gazra) constituent alors un contexte pertinent de discours susceptible d’être mobilisé dans des descriptions de personnes, des attributions de motifs ou des jugements de valeur, ou encore dans la construction des réalités urbaines comme phénomènes politiques, dans le registre des débats de société de la presse nouakchottoise.

Sources

39L’enquête de type ethnographique a été conduite à Nouadhibou. Les données concernant Nouakchott ont été recueillies par collecte documentaire et un nombre restreint d’entretiens de recherche.

40Le corpus écrit est constitué par :

  • des documents administratifs (tableaux du recensement...) ;
  • Des documents obligeamment communiqués par la snim (plan de Cansado, plan de Nouadhibou) ;
  • Des textes de la littérature scientifique sur la ville ;
  • Un échantillon de la presse de langue française {Mauritanie nouvelles, Le Caíame...) ;
  • Des copies de lycéens portant sur le thème de la ville (recueillies, à notre demande, par les enseignants du lycée de Nouadhibou).

41Le corpus oral a été constitué au cours de plusieurs discussions de groupe (jeunes d’une équipe de foot, cadres) et d’entretiens individuels avec des interlocuteurs de statuts divers (étudiants, lycéens, chauffeurs de taxi, ouvriers de la snim, responsables de services d’urbanisme).

42Travaillant sur un corpus français, nous avons transcrit les emprunts au hassaniyya selon l’orthographe conforme à l’usage standard (tel qu’on le trouve, par exemple, dans l’inventaire des particularités lexicales du français de Mauritanie établie pour sa thèse par Ould Zein). Pour certains noms propres, nous avons adopté l’orthographe relevée dans notre corpus écrit (par exemple Areiguib). Enfin, pour ceux qui ne sont attestés dans notre corpus qu’à l’oral, nous avons adopté une transcription phonétique « large », c’est-à-dire approximative (par exemple, nimruwat).

Bibliographie

Références bibliographiques

Audibert (J.) 1991. Miferma : une aventure humaine et industrielle en Mauritanie. Paris, L’Harmattan.

Bonte (P.) 1975. « Conditions et effets de l’implantation d’industries minières en milieu pastoral : l’exemple de la Mauritanie », dans : Monod (Théodore) (éd.), Pastoralism in Tropical Africa. Londres, Oxford University Press : 245-258.

– 1994. « L’évolurion de la société rurale mauritanienne », Politique africaine, 55 : 78-88.

Chassey (F.) de. 1979. « L’évolution des structures sociales en Mauritanie de la colonisation à nos jours », dans : Introduction à la Mauritanie, Paris, Éditions du cnrs : 235-277.

Daure-Serfaty (C.) 1993. La Mauritanie. Paris, L’Harmattan.

D’hont (O.) 1989. « La population des quartiers spontanés de Nouakchott ou kébé », Cahiers d’outre-mer, 42, 165, : 73-85.

Diagana (S.-O.) 1998. « Usage d’un français oral en Mauritanie », dans : Queffelec (A.) (éd.), Altenances codiques et français parlé en Afrique. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence : 143-153.

Frérot (A.-M.) 1993. « Perception de l’espace en Adrar de Mauritanie ». Docrorat d’État, Université de Provence Aix-Marseille I.

Koita (T.) 1996. » L’urbanisation des populations nomades en Mauritanie : changements sociaux et économiques », Fascicule de recherches d’urbama, 29 : 97-101.

Ould Cheikh (A.W.) 1995. « La Mauritanie : un pays qui descend ? », Notre Librairie : Littérature mauritanienne, 120 : 22-35.

Ould Zein (B.) 1995. « Le français en Mauritanie. Étude morphosyntaxique et lexicale ». Thèse nouveau régime, Université de Provence Aix-Marseille I.

Roques (C.) 1989. « La Mauritanie au miroir de sa presse », remmm, 54 : « Mauritanie entre arabité et africanité » : 171-176.

Schutz (A.) 1962. Collected papers 1 : The Problem of Social Reality. La Haye, Martinus Nijhoff.

Stewart (C.) 1989. « Une interprétation du conflit mauritano-séné-galais », remmm, 54 : « Mauritanie entre arabité et africanité » : 161-170.

Taine-Cheikh (C.) 1994. « Les langues comme enjeux identitaires »,

Politique africaine, 55 : 57-65.

Villasante de Beauvais (M.) 1996. « Construction et redéfinition identitaire en Mauritanie : la sédentarisation et la citadinité à Kiffa, Kaédi et Kurudjel », Fascicule de recherches d’urbama, 29 : 83-95.

wald (P.) 1994. « L’appropriation du français en Afrique noire : une dynamique discursive », Langue française, 104 : 115-124.

Notes

1 Avec la collaboration d’Isakha Diagana (université de Nouakchott).

2 On trouvera un exemple d’une telle construction, certes savante mais indexée sur les discours et les représentations locales, dans Koita 1996.

3 En 1983 la population des kebbe était estimée à 40 % de la population totale de Nouakchott (D’Hont 1989). Selon une autre estimation, jusqu’à 70 % des habitants de la capitale auraient logé dans les quartiers spontanés ou organisés en dehors de tout équipement.

4 « Urbanisme : la “Gazra du Carrefour” », Mauritanie demain, 6, 1988.

5 Société des mines de fer de Mauritanie, société multinationale créée en 1952 pour l’exploitation des gisements de fer de la Kédia d’Idjil.

6 Comme le montre l’évolution du turn over des entreprises, passé de 61 % en 1961 à 11,5 % en 1971 (Bonte 1975).

7 Ainsi que se désignent (et sont désignés) les habitants de Nouadhibou. L’expression comporte une allusion à l’ancien nom de Port-Étienne, mais, d’après les informateurs que nous avons interrogés sur ce point (qui ne sont cependant pas représentatifs des couches les plus âgées de la population ni des plus anciennement installées), l’expression ne serait pas tant une survivance d’un usage établi durant la colonisation (qu’ils n’ont guère de chance de connaître, de toute façon) que l’effet de la popularité de l’équipe de football de l’A.S. Saint-Étienne de « la grande époque » (début des années 1970) à laquelle les habitants de l’ancien Port-Étienne, et les jeunes en particulier, avaient « toutes les raisons » de s’identifier.

8 Cette expression désigne dans le français local un ensemble de pratiques économiques illégales mais plus ou moins tolérées. Marché tieb-tieb : marché aux voleurs.

9 Ces remarques s’appuient, entre autres, sur les premiers résultats de l’analyse d’un corpus de textes libres sur la ville de Nouadhibou, recueillis auprès d’élèves de troisième et de terminale de la filière bilingue du lycée de la ville.

10 Par exemple un chauffeur de taxi immigré et non hassanophone, qui déclare avoir été à même de se débrouiller avec sa clientèle, à l’issue d’une seule journée consacrée à l’apprentissage des lieux et de leur dénomination.

11 Du nom d’origine espagnole (« fatigué ») désignant anciennement la baie sur laquelle la cité a été édifiée.

12 Les relevés, encore très partiels, que nous avons effectués dans les quartiers des maîtrises et des cadres permettent de constater pour chaque rangée ou bloc d’habitation une distribution proche de 50 % de Maures et 50 % de Négro-Africains (enquête menée avec la collaboration de Diop A.M.).

Auteurs

Philippe Poutignat, cnrs/urmis-soliis, université de Nice-Sophia Antipolis

Jocelyne Streiff-Fénart, cnrs/urmis-soliis, université de Nice-Sophia Antipolis

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540