Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nommer les nouveaux territoires urbains

 | 
Hélène Rivière d’Arc

II. De l'unitaire au divisionnel : les débuts d'un langage savant moderniste

La construction de la banlieue à Buenos Aires (1925-1947)

Alicia Novick et Horacio Caride

Texte intégral

  • 1 Traduit de l'espagnol par Mona Huerta.

1Note portant sur l’auteur1

2Mesurer, à partir de son utilisation dans les textes des techniciens, la portée du vocabulaire lié à la notion de banlieue employé à Buenos Aires, tel est l’objectif de ce texte.

  • 2 Le terme arrabal que nous traduisons ici par « faubourg » a surtout été employé au xixe siècle ave (...)

3Les arrabales2 (faubourgs), les « nouveaux quartiers », les « quartiers périphériques » ont constitué d’abord un objet d’étude pour les professionnels de l’hygiène publique et pour les ingénieurs et techniciens municipaux qui n’ont cessé de projeter, à partir de leurs points de vue disciplinaires, leurs idées sur la ville et la société. Tout au long des années 1920, on les a considérés comme partie prenante de l’agglomération de Buenos Aires. Peu à peu, cette notion qui embrassait la ville et les localités adjacentes a éclipsé les autres termes. Bien qu’il s’agisse d’une notion classique d’urbanisme, son intégration dans le lexique des techniciens s’est faite d’une manière particulièrement contrastée par rapport à la réalité urbaine dans laquelle ceux-ci baignaient.

4Des professionnels formés en Europe ont traduit littéralement ce mot du français et l’ont introduit dans le contexte d’une ville qui comprenait encore d’immenses terrains inhabités au sein de ses frontières administratives. De fait, dans le milieu des années 1920, la question des quartiers périphériques a continué à se poser à l’intérieur des limites de la capitale. Le fait que les urbanistes locaux aient pris en compte les communes situées au-delà de ses limites prouve que leur point de vue a davantage été influencé par le débat international contemporain sur l’expansion métropolitaine que par les réalités du terrain.

Buenos Aires à la fin du xixe siècle

5Ce point de vue a provoqué un changement profond dans les modes de représentation de la ville et de ses problèmes. Les notions agglomération de Buenos Aires et, plus tard, « Grand Buenos Aires » n’ont pas répondu simplement à la croissance de la ville et aux problèmes de la banlieue. Dans le cas de la capitale argentine, derrière le terme agglomération, résidait une solution, celle du Plan régulateur. Les deux termes de cette équation se sont rejoints au cours des années 1930 lorsque, contrairement aux prévisions, la densification de la capitale a commencé son déclin de manière inversement proportionnelle à l’expansion des localités périphériques.

  • 3 Nom donné aux divisions administratives communales de la province de Buenos Aires.

6En 1947, le Quatrième Recensement national de la population et de l’habitat a officialisé une nouvelle catégorie territoriale : le Grand Buenos Aires, espace qui englobait les dix-sept partidos3 frontaliers de la capitale fédérale. Cette appellation correspondait à la prise en compte de la croissance significative de l’agglomération qui, comme nous le verrons, a constitué dans l’histoire de Buenos Aires un point spécifique de convergence entre des idées urbanistiques et des réalités urbaines.

7Tous les points traités ici, excepté le premier, se réfèrent à la terminologie en usage à l’époque : « arrabales (faubourgs), nouveaux quartiers et quartiers périphériques », « localités qui entourent la ville », « agglomération de Buenos Aires » et « Grand Buenos Aires ». Une vision d’ensemble est proposée en conclusion : « De l’arrabal au Grand Buenos Aires ».

De nouvelles frontières pour Buenos Aires

8Pour situer les termes du débat autour de la croissance de la ville, revenons brièvement sur l’histoire de ses limites juridico-administratives.

  • 4 Dans El Matadero d’Estebán Echeverría – bref récit écrit à la fin de la décennie 1830 – la banlieu (...)

9L’antagonisme ville-campagne est l’un des axes d’interprétation qui traduit le plus précisément le processus conduisant à la fédéralisation de Buenos Aires. Telle est la conclusion de José Luis Romero, Tulio Halperin Donghi et d’autres historiens argentins lorsqu’ils se réfèrent à l’importante percée du « primitivisme pastoral » de la campagne dans l’enceinte civilisée de la ville. Cette opposition, décrite de façon dramatique dans la littérature de l’époque – dans El Matadero d’Estebán Echeverría ou dans le couple bipolaire « civilisation-barbarie » du Facundo de Domingo Faustino Sarmiento par exemple4 – a déterminé la controverse entre Nation et Province qui a abouti à la désignation, en 1880, de Buenos Aires comme capitale de la Nation. Les conceptions de ville-capitale comme foyer irradiant de progrès et de modernisation, déjà présentes dans la première tentative – avortée – de 1822 pour constituer une capitale nationale à Buenos Aires, se profilaient en arrière-plan.

10Le corollaire de ce débat social et politique s’est manifesté dans la volonté de « convertir la campagne en ville », présente derrière le projet d’une ville fermée qui séparerait le territoire de la capitale de la juridiction de la Province. En 1887, on ajoutait à l’ancien municipe de la capitale une vaste zone rurale, polygone abstrait ne correspondant pas exactement aux limites des partidos que l’on y incorporait (Flores et Belgrano). La délimitation d’une frontière géométrique – qui prendrait plus tard la forme d’un boulevard périphérique large de cent mètres – enserrait trois villes séparées par des zones rurales de fermes (quintas) et de champs (chacras).

11À la fin du xixe siècle, alors que le territoire de la capitale fédérale présentait d’importantes zones inhabitées, sa population approchait les 700 000 personnes concentrées pour l’essentiel dans l’ancien municipe. Le territoire du futur Grand Buenos Aires comptait à cette époque à peine 120 000 habitants et l’on pouvait raisonnablement imaginer une ville fermée dont la population « n’allait cesser d’augmenter ».

12L’extension de la ville allait faire des problèmes suburbains une question municipale essentielle. Au début, l’amplitude des frontières et l’accroissement constant apparaissaient comme un inconvénient :

  • 5 « La ciudad y sus arrabales », Revista Municipal, 221, Buenos Aires, décembre 1895 : 2603.

La ville est enserrée par un immense cercle qui neutralise ou rend inopérants les travaux de salubrité et les mesures que l’on adopte ou exerce en son sein [...]. Buenos Aires s’étend chaque jour davantage, devient immense et bien que cela se produise depuis de nombreuses années, on n’a rien fait d’efficace pour que les nouveaux quartiers ne soient pas ce que sont les anciens5.

13Les « nouveaux quartiers » cumulaient les problèmes de 1’« immensité » et de l’extension difficile à juguler, y compris à l’intérieur même du « cercle » des limites juridictionnelles. Les bureaux municipaux récemment constitués exigeaient le contrôle et l’intervention des autorités pour équiper et surveiller la construction dispersée et, plus encore, la spéculation des lotisseurs. En ce sens, contrairement aux hypothèses traditionnelles sur le rôle du marché dans l’expansion de la ville (Scobie 1977 ; Hardoy 1988), il convient de pondérer l’importance du rôle de l’administration municipale – qui, à partir de la transformation de la ville en capitale, se constituait à côté de l’État national et à qui incombait la tâche de l’assainissement, du pavage des voies et de l’équipement des nouveaux territoires. Il ne s’agissait pas seulement de « livrer des lots équipés au marché ». Chaque professionnel abordait les problèmes de ces « nouveaux quartiers » en fonction des solutions qu’il pouvait y apporter selon ses propres compétences.

Arrabales, nouveaux quartiers et quartiers suburbains

14Les professionnels, d’abord préoccupés des premiers règlements sanitaires d’inspection et du contrôle des immeubles locatifs populaires, se sont peu à peu tournés vers les problèmes posés par la banlieue. À partir de là, les arrabales, nouveaux quartiers et quartiers périphériques ont constitué un nouvel objet d’étude.

  • 6 Voir cet auteur pour approfondir cette question.

15Lorsqu’ils ont abordé la question dans cette optique – en particulier dans leurs essais sur la salubrité publique – les hygiénistes ont été, en réalité, les premiers à présenter la périphérie, face à la ville elle-même, comme une alternative résidentielle. Ils la présentaient, cependant, de manière contradictoire. Elle leur apparaissait à la fois idyllique lorsqu’ils l’associaient à la campagne – lieu de santé et de vie saine où se trouvaient les résidences d’agrément de la haute bourgeoisie – et négative quand ils la caractérisaient comme un espace où l’intervention publique était nécessaire pour y construire éventuellement des immeubles ouvriers, tant elle constituait une « menace continue et terrible contre la salubrité des villes ». Ces images contrastées ont coexisté tout au long de l’histoire de la périphérie (Caride 19996).

  • 7 Guillermo Colesbery Rawson (San Juan, Argentine, 1821 – Paris, 1890) fait partie avec Wilde de la (...)

16L’environnement suburbain considéré comme une alternative de salubrité a été souligné dans différents textes comme par exemple celui de Guillermo Rawson, Observations sur l’hygiène internationale, écrit en 18767.

  • 8 Édition originale publiée en espagnol.

Durant l’épidémie de fièvre jaune de 1871 qui ravagea la population de Buenos Aires, une grande partie de ses habitants émigra vers les villages voisins et vers la campagne. Je me propose de rappeler et d’étudier les relations que connurent les émigrants avec le grand foyer d’épidémie qu’ils fuyaient [...] » (Rawson 1876 : 150)8.

  • 9 Eduardo Faustino Wilde (Tupiza, Bolivie, 1844 – Bruxelles, 1913) a contribué à faire le lit de l’h (...)

17À ce « facteur d’immunité conféré par la localité », qui faisait de la campagne ou des villages une localisation privilégiée pour la guérison, s’opposait une autre idée du faubourg – comme lieu de la maladie physique et sociale – cette fois. Elle était, en particulier, développée par Eduardo Wilde9, un autre hygiéniste de l’époque. A partir de ces mêmes présupposés théoriques, Wilde tentait en 1875 de montrer la nécessité de la solidarité entre le centre et les faubourgs de la ville.

18Dans la 14e leçon de son Cours d’hygiène publique (Wilde 1877 : 266), sous le titre évocateur de « Police des faubourgs », il développe une argumentation en trois phases. Dans la première partie il exacerbe les caractéristiques négatives du faubourg et de sa population « misérable », « corrompue » et « malsaine ». Le faubourg, à l’égal de l’immeuble locatif populaire, y est associé sans aucune nuance aux pauvres. Une seconde partie de l’argumentation veut démontrer que ce danger, d’un point de vue social et hygiénique, constitue une menace pour la ville dans son ensemble et pour la société. À partir de ce panorama, il formule, pour finir, ses propres conclusions : le besoin du contrôle et de l’intervention des autorités et le nécessaire aménagement de ces quartiers en logements adaptés afin d’éloigner les populations du centre.

19Dans la terminologie de Wilde, les arrabales se situaient dans les « parties basses des villes », « parties qui touchent les limites du municipe », « celles qui sont proches des murs d’enceinte ». Les images utilisées voulaient frapper le lecteur : « Là vivent confondus les hommes et les animaux », « on y mange et on y boit au milieu de la saleté et de la misère », « leur aspect est grotesque et répugnant ». Cette situation déplorable est suscitée par la population qui y vit : « Les faubourgs sont le refuge des bandits, des voleurs, des femmes de mauvaise vie », ils sont « la tanière des vices et de l’incurie », leurs « misérables consommateurs » s’approvisionnent sur les marchés en « poissons avariés », « fruits pourris », « légumes fermentés ».

20Cette description apocalyptique avait pour but de montrer le réseau complexe de relations unissant ces endroits « malsains » au centre de la ville. Les arrabales se composent de « ce que rejettent les maisons luxueuses », ce sont les endroits « où l’on déverse les détritus de la ville », « ce que l’on jette par les fenêtres des riches demeures ». « Là, dans les arrabales s’entasse tout ce qu’il y a de mauvais, d’immonde, de misérable, de corrompu et de malsain. C’est là que l’on trouve, peut-on dire, la lie de la ville, ce que rejettent ses rues centrales, ce dont se débarrassent ses maisons luxueuses et décentes, tant en matière de déchets industriels, en professions et moyens de gagner sa vie qu’en autres établissements de perversion et d’insalubrité » (ibid. : 267). A l’inverse, « ce qui est rejeté des rues centrales leur revient », « en envoyant les produits nuisibles dans l’atmosphère comme si les faubourgs voulaient se venger de leur abandon en renvoyant vers les fenêtres des quartiers riches les puanteurs de la peste » (ibid. : 266).

21La gravité du problème, « la menace terrible contre la salubrité des villes », une fois décrite, des solutions aux connotations positives étaient esquissées sous le titre suivant : « Améliorations des villes ». Dans ce chapitre, une série de propositions exposait la nécessité de transformer le faubourg en lieu de résidence pour « la population industrieuse » qui devrait loger dans ces « [...] quartiers moins bâtis [...] où il y a davantage d’oxygène et moins de traits provocateurs d’immoralité et de perversion » (ibid. : 269). Avec cet objectif, Wilde démontrait l’utilité pour le capital de construire des « jardins », des « logements propres, petits et bon marché » et donnait l’assurance par ailleurs que la municipalité fournirait un équipement semblable à celui des rues du centre en eau, lumière et air assaini, en marquant toutefois les différences : « [...] non pas tous les bénéfices, parce que ceci est en contradiction avec la nature des choses humaines » (ibid. : 270). Par ces propos, il prétendait révéler les différences sociales « naturelles » sous-entendues par l’idée d’entreprendre des travaux publics de grande envergure dans les quartiers du centre et de pourvoir à l’assainissement indispensable pour rendre les faubourgs habitables.

22Ces propositions mettent en valeur le rôle essentiel de la municipalité. Wilde fait écho aux débats contemporains sur l’institution et décline une large palette de contrôles à effectuer : surveiller « la santé publique », « l’établissement des industries », « les tracés », « la qualité des aliments », « l’exercice des professions », « le pavage et l’extension du réseau », même si les mesures à adopter « portent atteinte au droit de propriété ». Les bureaux municipaux doivent mettre en œuvre des « inventaires » de toutes les données (topographie, niveau, climat, géologie, statistiques d’habitat et de population, ou concernant « tout ce qui demeure et se déplace dans la ville »), élaborant un code (qui prévoit toutes les dispositions de sanctions) – actualisé annuellement et distribué à toute la population – pour appuyer les commissions d’hygiène dans leur tâche.

23Cela signifie, selon l’auteur, que la solution de la transformation des arrabales réside dans l’intervention, les études « scientifiques » et la mise au point d’instruments de contrôle à l’usage des autorités. Cette solution suppose la mise à disposition d’un important budget national. Dans ce panorama, le mouvement des hygiénistes, dont l’auteur est un protagoniste important, a un rôle prépondérant dans la formulation des solutions pour la périphérie.

  • 10 L’Anuario Estadístico Municipal rend compte des mesures de tout type prises par les fonctionnaires (...)

24Sur le problème des arrabales interviennent également des démographes qui introduisent de nouvelles méthodes statistiques – la topographie des maladies est l’un des thèmes clés du diagnostic10 – tandis que les aspects économiques de l’urbanisation sont examinés à l’aune de divers axes : coûts de l’extension, mise en valeur des terrains par les travaux publics, rôle des lotisseurs. À la fin du xixe siècle, au sein de la Société scientifique argentine (fondée en 1875), les professionnels avaient aussi des fonctions dans divers organismes publics – comme c’était le cas de l’ingénieur Carlos Maria Morales, directeur de l’Officine des travaux publics municipaux er président de la Société. Ils débattaient sur les performances des instruments de connaissance et d’action ainsi que sur les difficultés de gestion dérivées de l’extension.

  • 11 « Edilidad. Mejoras de Buenos Aires », La Ingeniería. Órgano oficial del Centro Nacional de Ingene (...)

25Les ingénieurs, reprenant les arguments des hygiénistes, validaient en particulier leurs propres instruments pour faire face aux carences des « quartiers suburbains ». Leur principale exigence avant la fin du xixe siècle concernait les travaux d’assainissement, la tenue du cadastre, les règlements édilitaires, le plan des tracés. Ce dernier était vu comme un instrument de contrôle de l’urbanisation des nouveaux quartiers qui permettrait la convergence de tous les efforts : « Si, une fois pour toutes, on formulait un plan régulateur des travaux nécessaires à un nouveau tracé du municipe et à davantage d’homogénéité et d’harmonie dans les projets, on parviendrait à éviter les nombreuses erreurs de l’Administration », pouvait-on lire dans la revue La Ingeniería en 1898 dans un texte qui plaidait pour la coordination des multiples travaux publics et privés11. Le plan souhaité s’était matérialisé sous la forme du Plan d’amélioration de 1898 et du Plan topographique de 1904, document de tracés qui dressait un quadrillage virtuel sur la totalité du territoire de la capitale. En conséquence, l’ancien municipe et les partidos annexés s’étaient homogénéisés à travers un projet qui organisait le futur tracé et qui permettait le contrôle administratif sur l’ensemble de la zone régulant l’activité des lotisseurs et des petits propriétaires (Gorelik 1996).

26A la fin du xixe siècle, s’inscrivant clairement dans la continuité des réflexions des diverses disciplines qui présidaient à leurs actions sur le territoire – la pensée de 1’« hygiénisme social », s’était constituée peu à peu au moment même où l’hygiène publique suscitait la création d’une fonction nouvelle, celle de 1’« ingénieur sanitaire » –, le débat sur le suburbio a été traversé par différents dilemmes : embellissement du centre ou équipement de l’extension ? Ville fermée ou ville étendue ? Habitat ouvrier intégré au centre ou repoussé dans la périphérie ? Dans la Revue municipale, ces débats réapparaissent sous la forme d’une critique explicite de la politique municipale.

  • 12 « Las próximas sesiones del Consejo Deliberante », Revista Municipal, 230, Buenos Aires, mars 1896 (...)

27D’un côté, les points de vue plaidaient pour un équipement équilibré réclamant comme tâche indispensable du Concejo Deliberante, « [...] de doter le plus grand périmètre possible de tous les services qui permettent le bien-être de la population12 ».

  • 13 « La ciudad y sus arrabales », Revista Municipal, 221, Buenos Aires, décembre 1895 : 2603.

Nous devons demander que non seulement on prenne soin des commodités, de l’ornement, voire du luxe du salon mais aussi que l’on ne néglige pas le reste de la maison, nous devons demander pour les quartiers excentriques des rues pavées, la lumière, des trottoirs et tous les services municipaux que l’on y fait de manière partielle ou qui en sont absents13.

28La réalisation des travaux d’embellissement, que l’on avait activés à la veille du Centenaire, avait été critiquée au nom des besoins de services et d’infrastructures entraînés par l’extension :

  • 14 « Cuestiones locales. Lo que hace falta », Revista Municipal 207, Buenos Aires, juillet 1895 : 205 (...)

L’ouverture va favoriser les propriétaires, ceux que l’on va exproprier, les capitalistes qui vont y trouver un vaste espace pour leurs opérations et les classes aisées à qui va être donnée l’occasion d’habiter de luxueux logements, mais elle ne bénéficiera en rien à la population la plus intéressante et la plus digne de l’attention des autorités communales qui, de pat sa condition sociale, ses habitudes et son éducation a besoin d’améliorer ses conditions de vie14.

29À cette affirmation s’opposait l’opinion des techniciens municipaux qui rejetaient l’extension :

La construction de Buenos Aires s’étend essentiellement vers les nouveaux quartiers où règne la spéculation [...], que l’on transforme complètement, on ouvre des rues, on y subdivise des lots [...] et peu de temps après, les propriétaires ou les occupants commencent à exiger le pavage, l’éclairage et les services d’eau et de nettoyage sans considérer le fait que l’on n’y produit pas, loin s’en faut, de quoi couvrir les dépenses qu’entraîneraient ces services [...] (Morales 1901 : 179).

30L’idée d’une ville fermée, concentrée et contrôlable, avait été le préalable à de nombreux projets d’architectes intervenus très indirectement dans les quartiers périphériques. La ville était pour eux objet d’amélioration selon des notions « de circulation, d’hygiène et d’esthétique » du xixe siècle, notions marquées au sceau de l’art urbain dont l’idée de plan se limitait au tracé, à la « délimitation de rues et de places » (Cloquet 1904), c’est-à-dire à la séparation entre les domaines publics et privés. C’était le cas, par exemple, de Victor Jaeschké (1904) pour qui « le problème de Buenos Aires est son extension ». Il pensait, en effet, à un centre, œuvre des artistes et à une banlieue que l’on pouvait abandonner aux fonctionnaires municipaux dans les termes de l’esthétique de Camillo Sitte. D’autres, comme l’ingénieur Enrique Chanourdie (1906), directeur de la Revue technique, proposaient de réaliser l’extension sur la base d’une trame régulière coupée de diagonales où les quartiers périphériques auraient un « caractère » particulier à partir d’une construction spécifique.

31Globalement, le terrain d’intervention des architectes était le centre-ville ou les faubourgs résidentiels. Entre 1904 et 1910, la plupart des articles sur la ville de la Revue d’architecture évoquaient le dilemme « diagonales versus avenues » qui, à ce moment-là, polarisait le débat public. Dans ce contexte était inclus le Nouveau Plan d’embellissement et d’extension élaboré par Joseph Bouvard et une commission de techniciens locaux, dont la version définitive (1910) prévoyait le rattachement des quartiers éloignés à un réseau de noyaux monumentaux autour du centre-ville et greffés sur le quadrillage, structure fondamentale de l’extension.

  • 15 Ce document est une communication présentée au iie Congrès scientifique latino-américain, reprodui (...)

32Au même moment, la question de l’habitat ouvrier, étendard des réformateurs qui discutaient de son financement et de sa localisation, s’affirmait de plus en plus. En 1904, un article de Domingo Selva déjà présenté au Congrès scientifique de 1902 marquait une avancée dans les discussions du fait de sa reproduction simultanée dans toutes les publications (Selva 190415). Son argumentation montrait les avantages de la construction d’habitations regroupées dans la périphérie, comme alternative possible aux immeubles locatifs populaires. Cette idée fut posée très tôt par des hygiénistes comme Rawson qui plaidaient pour une implantation excentrée de l’habitat ouvrier, proposant une mise en valeur du territoire, en même temps que l’on déplaçait les cimetières, les abattoirs et les centres de santé.

Dans n’importe quel endroit où l’on construit un édifice important, plus particulièrement dans les quartiers excentriques de la ville, où s’établiront de préférence les immeubles locatifs, les terrains alentour prennent beaucoup de valeur et les taxes sut ces terrains rapporteront sans aucun doute des sommes bien plus importantes que celles que l’on perçoit actuellement en raison des sous-évaluations dues à l’abandon actuel de ces quartiers [...] (Rawson 1876 : 151).

33L’ingénieur Selva proposait un projet intégral de « quartier ouvrier suburbain » dont les fondements économiques et communautaires s’appuyaient également sur des calculs financiers.

  • 16 « Casa para obreros. Proyecto del Diputado Irigoyen comentado por el Director de Obras Públicas », (...)
  • 17 Voir cet auteur pour le rôle de l’institution dans les débats sur l’habitat et la ville.

34Dans cette même ligne et malgré la critique des fonctionnaires qui remettaient en question leur coût d’infrastructure, 1’« Ordonnance Rose » (1904) et le « projet Irigoyen » (1905), présentés au Concejo Délibérante, permettaient de lancer des emprunts pour bâtir en périphérie16. Mais la proposition de quartier ouvrier suburbain rencontrait également des détracteurs. Dans les rangs du Musée social argentin, les réformateurs libéraux de l’institution pensaient « que les immeubles prévus pour les pauvres contribuaient à renforcer la pauvreté, alléguant que ce qui pouvait apparaître comme une nécessité en Europe pouvait être dangereux localement » (Novick 199817). En Argentine, affirmaient-ils, « construire des maisons pour les ouvriers [...] revient à créer des quartiers ouvriers [...] une fatalité menaçante : la formation d’une masse prolétaire stable, dense, nid de rebellions et menaces de conflits (ibid.) ». En ce sens, ils adhéraient aux idées intégrationnistes avec l’objectif précis de limiter l’expansion urbaine et ses dangers potentiels :

On pensait couramment que pour résoudre définitivement le problème du logement, il est nécessaire de maintenir les travailleurs hors de la ville [...] Ce motif économique apparemment important relègue au second plan une question sociale qui est de toute évidence primordiale (Franco 1912).

35Le dilemme intégration-ségrégation était l’un des axes du débat sur l’habitat qui marquaient les discussions de la première décennie du xxe siècle lorsque, en un jeu de miroirs, on projetait sur la périphérie les idées sur la ville et la société.

36C’est ainsi que l’on peut interpréter les images du faubourg dans les albums du Centenaire où l’on tentait de montrer au monde les progrès argentins. Les conflits sociaux et territoriaux avaient été mis de côté et l’on présentait une banlieue idyllique dans une cité riche de promesses :

Les alentours de la capitale fédérale, qui s’étaient alors fortement développés, offraient une perspective flatteuse quant à l’avenir de Buenos Aires. Il ne s’agissait plus de quartiers suburbains d’une autre époque aux immeubles multiformes et sales, à l’aspect triste, très souvent abris de malandrins. On observait des prairies fleuries, de beaux jardins, des fermes splendides, décorées de magnifiques palais de différents styles qui dressaient leurs tours et leurs toits directement sur le paysage naturel. Des tramways électriques avançaient jusqu’aux portails des luxueuses propriétés et tournaient aux alentours des quartiers ouvriers pour reprendre le chemin de la ville, des usines aux hautes cheminées s’élevant dans l’espace tels de joyeux témoins du labeur (Urien 1910, I : 17).

Localités qui entourent la ville

37L’atmosphère du Centenaire n’avait pas duré et le projet d’équipement des quartiers suburbains, déjà considérés comme emplacement possible de l’industrie et de l’habitat ouvrier, était devenu l’un des étendards arborés, entre 1916 et 1930, par les édiles socialistes et les municipalités radicales. Vers 1918, ce projet constituait l’un des points importants du Plan municipal et en 1925 la Commission d’esthétique édilitaire mettait l’équipement des « quartiers ouvriers, des jardins et l’embellissement suburbain » au centre de ses propositions, prévoyant la participation des commissions de voisinage (qui, par ailleurs, disposaient d’un registre spécifique depuis 1919). Cela mettait en évidence l’effort de la municipalité pour doter en infrastructure l’ensemble de la ville. Cependant dans les années 1920 de nouvelles questions se posaient : les quartiers extra-muros font-ils partie de la ville ? A la Direction des promenades, l’ingénieur Carrasco proposait l’organisation d’une confédération de municipes afin d’entreprendre des travaux intercommunaux. Par ailleurs, Carrasco, Forestier et Delia Paolera faisaient émerger de nouvelles approches urbanistiques.

  • 18 Municipalidad de Buenos Aires, Honorable Consejo Deliberante, Versiones taquigráficas del 9 de oct (...)

38En effet le Plan de l’Intendance municipale (1923-1925) allait contribuer timidement à l’identification de ce nouveau conflit grâce à l’influence de l’architecte paysagiste français Jean-Claude Forestier, convoqué par l’Intendant pour collaborer à la Commission d’esthétique édilitaire. Bien que sa nomination ait été très discutée (une majorité d’édiles défendait celle de Jaussely18), Forestier devait participer activement à l’élaboration du Projet organique, dessinant un système de parcs et de places à l’intérieur des limites de la capitale (Novick 1992). L’exigence de formulation d’un plan pour l’ensemble de la ville sans respecter les frontières administratives de la capitale allait être son principal apport conceptuel.

  • 19 « En un mot, le développement actuel de Paris, c’est le développement de l’agglomération parisienn (...)

39Cet apport était tributaire de son expérience passée, dans la mesure où son système d’espaces verts était conçu dès ses débuts comme un réseau métropolitain dont le but était de résoudre les problèmes sociaux et territoriaux que posait l’extension de la ville (Cohen 1994). Dans un texte fondateur de 1906, il avançait déjà l’idée de « ville et banlieue » comme une seule et indissoluble agglomération, thème qu’il allait développer tout au long de sa carrière (Forestier 1906 : 619). Son parcours lui permettait d’observer les problèmes de Buenos Aires à partir d’un point de vue différent.

40Dans une « note sur le plan d’ensemble des terrains publics », il affirmait que son projet « [...] recherchait non seulement l’embellissement des quartiers favorisés de la ville mais aussi l’amélioration future des quartiers excentrés, se préoccupant de l’hygiène et des conditions de vie de la population ouvrière ou des classes moyennes qui y vivent ». Précisant en outre : « [...] Sans doute eût-il fallu compléter ces projets à réalisation lente par une étude sut les quartiers industriels situés hors de l’axe central du municipe [...] mais les limites de ma mission et les documents dont je disposais ne m’ont pas permis de m’étendre au-delà de la capitale » (Forestier 1925 : 423).

  • 20 Musée social, Reproduction des procès-verbaux de séances de la Section d’hygiène urbaine et rurale (...)

41Outre la validation du dilemme « quartiers favorisés » versus « quartiers excentriques-ouvriers-industriels », Forestier annonçait, face à ses collègues de la Commission d’hygiène urbaine et rurale du Musée social de Paris, les restrictions d’ordre juridique dans la constitution d’une agglomération à Buenos Aires20. En effet, il posait l’obligation de dépasser les frontières établies :

  • 21 Ibid. : 302.

Ne pas s’occuper du plan de l’extension de l’enceinte, c’est risquer de voir se produire l’encerclement de la ville, comme cela se produit dans la plupart des autres grandes villes, et de se voir acculé à de grandes difficultés pour ménager plus tard des circulations, des grandes avenues de pénétration ou de liaison avec des campagnes environnantes21.

42Dans ce rapport, de nouvelles pistes émergeaient :

  • 22 Ibid

L’étendue considérable de la ville, qui pourrait certainement suffire à une population de trois millions d’habitants, a fait naître l’idée que pour le développement de la population, il était inutile de s’occuper de l’extension de la ville en dehors de son enceinte. [M. Forestier] dès son arrivée a dû combattre vivement cette idée en faisant observer que le développement de l’extérieur s’affirmait très activement et simultanément avec l’accroissement de la population à l’intérieur de l’enceinte même22...

  • 23 Comisión de Estética Edilicia, Proyecto orgánico para la Urbanización del Municipio, Buenos Aires, (...)
  • 24 Voir également « El problema de la Vivienda obrera es el problema madre de la Ciudad », La Vanguar (...)

43La Comisión de Estética Edilicia reprenait les idées de Forestier dans les conclusions du document du Projet organique23. Ce projet, cependant, devait réduire ses propositions à la capitale, si l’on excepte le cimetière extra-muros proposé par Forestier. C’est ainsi que l’on peut affirmer qu’il a contribué à introduire l’idée de conurbation dans le débat, dans la mesure où, une fois de plus, se sont élevées des voix nombreuses et contradictoires en faveur d’une ville fermée. Au début des années 1920, en effet, presque toutes les propositions de plan présentées se réduisaient au circuit de la capitale (Jaescnké 192424).

44Si d’une part il y avait convergence d’opinion autour de l’idée de plan dans les milieux techniques et dans les associations civiles – comme le démontrent les interprétations locales des conclusions du Congrès de l’habitat (1920) et des Congrès panaméricains des architectes (1923) – il n’en allait pas de même avec la nécessité de considérer les communes extra-urbaines comme partie intégrante de la capitale. Cette équation allait avoir au cours des années 1920 de sérieux détracteurs.

45De fait, comme Forestier, Carlos Maria Della Paolera (Novick & Piccioni 1998) – formé à l’Institut d’urbanisme de Paris sous la direction de Marcel Poëte – allait insister sur la nécessité de considérer « les communes extra-muros » comme l’une des dimensions de son projet pour un plan régulateur.

L’agglomération de Buenos Aires

46Le rôle de Della Paolera allait être déterminant pour faire reconnaître les quartiers suburbains extérieurs comme un problème de la ville. Dans son parcours différentes périodes peuvent être identifiées : avant 1930, quand il essaie de « diffuser » ses idées et d’influencer l’opinion publique ; après 1932, quand, étant fonctionnaire, il analyse les données du recensement qui révèlent une réalité nouvelle : la stagnation de la population urbaine aux dépens de la croissance des communes suburbaines.

47Les premiers textes écrits par Della Paolera traitaient de la ville et de l’urbanisme en termes « classiques ». Son premier article examinait les portées de l’esthétique urbaine (Della Paolera 1916). En 1920, en même temps qu’il faisait une communication au Congrès de l’habitat (organisé par le Musée social argentin) il publiait un long rapport sur le plan d’extension de Paris. La conclusion de son article faisait globalement référence à « la nécessité d’étudier et de mener à maturité un plan organique pour le futur de l’agglomération » (Della Paolera 1920). La mention agglomération parisienne montrait à l’évidence la source d’inspiration de la terminologie agglomération bonaerense. Cependant, il ne considérait pas encore à ce moment-là les territoires extra-muros.

48Son nouveau point de vue devait être développé après 1925, dans les articles de journaux envoyés de France où l’on pouvait lire sa volonté d’établir une relation causale entre faubourg-problème/solution-agglomération de Buenos Aires-plan régulateur. Le développement de son argumentation tentait de convaincre le lecteur de la validité des solutions techniques qu’il proposait.

49Della Paolera reprenait l’argumentation mise au point par les hygiénistes, associant les quartiers suburbains à leurs populations en tant que grand péril du point de vue hygiénique et social. Mais, au sein de son raisonnement, il opérait un double déplacement. Dans un premier temps il avait parlé exclusivement de quartiers localisés dans l’espace extérieur à la capitale, posant ainsi la nécessité de considérer une agglomération de Buenos Aires. La solution qu’il proposait ensuite, à la différence des hygiénistes, ne se limitait pas à l’assainissement, à la fourniture d’équipements ou à la mise aux normes. Sa proposition consistait à faire établir méthodiquement un diagnostic par des techniciens en vue de mettre au point un plan régulateur. Pour l’étayer, il reconsidérait le problème en d’autres termes. Il complexifiait la caractérisation classique du faubourg en termes hygiénico-sociaux afin d’examiner ces aspects comme résultat du désordre, du chaos et du laisser-aller, justifiant ainsi les solutions rationnelles et prévisionnelles que devaient apporter les techniciens par l’intermédiaire du Plan. Dans une première série de dénominations, le point culminant se situait dans les relations avec le circuit de la capitale : communes suburbaines, agglomérations suburbaines, partidos limitrophes, qui n’étaient pas considérés comme des formations isolées indépendantes mais comme des parasites, des tentacules, des satellites et en définitive comme partie de la ville elle-même. Dans l’ensemble ces termes mettaient en évidence l’agglomération de Buenos Aires en tant qu’unité.

50Le développement de son discours tendait à montrer l’horreur de ces immenses « quartiers extérieurs » pour lesquels on utilisait le terme « cauchemar » (en français dans le texte) que reprendrait si justement Le Corbusier (Della Paolera 1936a). L’argumentation du xixe siècle perdurait dans les appellations qui dénonçaient le danger existant autour des zones déshéritées, « menacées pat leur déplorable état sanitaire », « nuage poussiéreux de terre argileuse », « mer des hivers pluvieux », « basses terres inondables », « villages lacustres ». Dans l’argumentation, cette situation devait se résoudre grâce à un plan.

L’absence totale de plan d’extension méthodique de la capitale fédérale peut être la cause d’un danger constant pour l’avenir de l’agglomération menacée pat le déplorable état sanitaire des zones déshéritées qui l’entourent. [...] La manière la plus efficace d’œuvrer en faveur de la réalisation d’un plan régulateur de l’agglomération de Buenos Aires pouffait aller jusqu’à projeter dans les grandes salles de cinéma du centre une série de films documentaires tournée dans ces quartiers malsains et boueux, qui ne connaissent pas même la couleur verte des mauvaises herbes et où, au milieu de fumées, s’abritent sous des abris de fortune de grandes ruches humaines installées aux portes mêmes de la capitale » (Della Paolera 1927 »).

51Sa seconde opération devait reformuler les dimensions sanitaires et sociales du problème suburbain en mettant l’accent sur « le désordre », « le chaos », « le développement incontrôlé » ou « vertigineux et chaotique », « l’improvisation », « la désorganisation intégrale », « ceinture de constructions qui s’étend sans solution de continuité ni principes directeurs dans les tracés ». « Ces lieux "extra-muros administratifs" créés par Buenos Aires qui ne les considère pas même comme des bâtards, constituent un domaine abandonné que l’on construit sans aucun plan, ni règlement sous la férule absolue de la spéculation foncière. [...] La population ouvrière se déverse de manière irrégulière dans les quartiers éloignés ». À cette absence d’ordre Della Paolera opposait « l’organisation », « la régulation », « le bon sens administratif » et « la réponse adéquate d’ordre général » que permettrait un « plan organique et scientifique qui canaliserait les énergies non maîtrisées régnant de façon absolue dans le développement de notre métropole » (ibid).

52Le « Plan organique et scientifique », le « Plan régional », le « Plan d’extension méthodique », le « Plan d’organisation régionale » et ses divers autres synonymes seraient l’instrument d’organisation et de régulation qui autoriserait le « bon sens administratif » et la « prévention », permettrait « que dans un futur proche on puisse réparer les erreurs dues à l’improvisation, on organise et coordonne les efforts à réaliser er que les anomalies existantes soient rationnellement résolues » (Della Paolera 1927 b). Ainsi résolvait-il l’équation posée au préalable :

Le plan régulateur d’une grande agglomération urbaine ne peut se limiter à l’organisation du territoire compris à l’intérieur de ses limites mais doit s’étendre à toute la zone d’influence de l’agglomération [...] ce qui exige une organisation scientifique et rationnelle de l’ensemble » (Délia Paolera 1926).

  • 25 Municipalidad de Buenos Aires, Honorable Consejo Deliberante, Versiones taquigráficas del 8 de oct (...)

53L’apport de Della Paolera a consisté à bâtir une solide argumentation pour la construction du faubourg en tant que problème technique avec d’apparentes bases « scientifiques ». Le schéma de son argumentation était tributaire du discours scientifique instauré par les hygiénistes. Il atteignait une tension maximale au moment où il répondait, par des solutions techniques présentées comme universelles, à des problèmes sociaux et d’hygiène. Le caractère « naturel » de sa théorie donnait un large écho à ses idées. Rappelons, pour souligner ce fait, les socialistes du Concejo argumentant que le plan était un instrument incapable de « résoudre le formidable défi des quartiers suburbains » et changeant ensuite de perspective avec leur proposition de plan régulateur à la municipalité25, s’appuyant de manière explicite sur le texte de Della Paolera :

  • 26 Ibid : 1648.

Buenos Aires forme une unité avec les conglomérats périurbains que Carlos Maria Della Paolera appelle « agglomération de Buenos Aires » [...]. Della Paolera dans une série de travaux intéressants a étudié la formation des zones d’influence, élaborant quelques graphiques suggestifs [...] Cela signifie que l’étude serait incomplète si l’on pensait que les limites légales mettent une barrière entre nos problèmes et ceux de la zone périurbaine26.

54À quoi ressemblait « l’organisation rationnelle et scientifique » qu’avançait Della Paolera ? Il s’agissait d’un condensé des principes acquis lors de sa propre formation (à Louis Bonnier, il empruntait les cartes isochrones avec lesquelles il mesurait l’agglomération ; à Marcel Poëte, la connaissance de l’évolution ; à Léon Jaussely, les schémas d’extension) qui étaient appliqués à la réalité locale et illustrés par des schémas didactiques dans l’intention de convaincre le lecteur. La clé de ses déclarations résidait dans l’identification des problèmes, dans leur étude afin de poser un diagnostic. À partir de ce diagnostic « objectif des phénomènes », on pouvait organiser et contrôler l’action anarchique des lotisseurs au moyen du zoning, de la coordination des transports, de la mise aux normes édilitaires, de la répartition des espaces verts et de l’équipement de l’habitat dans les quartiers ouvriers. À tout cela il fallait ajouter la nécessité de coordination administrative juridictionnelle déjà proposée dans le projet organique, étant donné que la plus grande partie du territoire considérée par le Plan régional n’appartenait pas à l’espace de la capitale fédérale.

55Son regard « scientifique » permettait à Della Paolera d’établir une première délimitation de la zone d’influence de l’agglomération qu’il évaluait à une superficie de 150 000 hectares avec une population qui en quelques années devait atteindre les trois millions d’habitants, inaugurant pat ses calculs une ample gamme d’études destinées à déterminer les frontières réelles de la ville étendue.

Le « grand » Buenos Aires

56Dans les années 1930, Della Paolera, alors directeur du Bureau du plan d’urbanisation (1932-1938) – et malgré l’échec de ses objectifs – poursuivait sa propagande sur le besoin de considérer la dimension métropolitaine et d’établir un plan. La diffusion des idées sur l’urbanisme et le débat public à travers la presse avaient abouti à un consensus qui allait s’élargir après la publication des données du recensement. En effet, le Quatrième Recensement général de la capitale fédérale de 1936, puis le recensement de la province de Buenos Aires en 1938 appuyaient les idées que Forestier et Della Paolera avaient formulées au cours de la décennie précédente.

57Dans une série d’articles publiés sous le titre « Le Grand Buenos Aires », Della Paolera évaluait les résultats des recensements. Dans l’un d’eux, il rapportait que

[...] dès qu’ils prirent connaissance du chiffre de la population livré par le récent recensement municipal, de nombreux porteños furent déçus. Les 2 388 645 habitants ne comblèrent pas les attentes de la grande majorité qui avait calculé que Buenos Aires abritait une population de trois millions d’âmes [...] mais cette réalité ne devrait pas nous affliger, étant donné que ce chiffre était partiel et concernait seulement la population d’une zone aux frontières fictives puisque dans les faits le vrai et grand Buenos Aires approche des quatre millions d’habitants » (Della Paolera 1936b).

58Dans ce contexte, il constatait que les croissances rapides de population concernaient les quartiers extérieurs et non intérieurs de la capitale, réussissant ainsi à donner une définition précise à une agglomération qui « [...] étend ses tentacules jusqu’à trente kilomètres de la place du Congrès » (ibid.).

  • 27 Cette problématique a été développée par Eduardo Passalacqua que nous remercions chaleureusement p (...)

59Le nouveau terme de « Grand Buenos Aires » avait été introduit en Argentine par des bibliographies d’origine allemande (Passalacqua 199727) et remplaçait l’éphémère notion d’agglomération de Buenos Aires. Son adoption généralisée mettait en évidence les changements de vision sur la ville, la population, la géographie et la politique nationale qui traversaient la décennie 1930, quand des historiens, des géographes et des urbanistes commençaient à s’interroger sur la véritable extension de l’agglomération.

  • 28 Souligné dans l’original.

60La catégorie avait été mentionnée au cours du premier Congrès argentin d’urbanisme en 1935 et avait été peu à peu adoptée dans une série de textes et notamment dans un article de Romualdo Ardisone, qui introduisait la problématique dans les milieux académiques sans doute pour la première fois. « La tendance à utiliser les termes de capitale fédérale et ville de Buenos Aires comme de parfaits synonymes est erronée », précisait Ardisone en 1937, retraçant l’évolution de ses limites de 1835 au milieu des années 1930. « Actuellement Buenos Aires va bien au-delà des limites assignées à la capitale fédérale, c’est la grande Buenos Aires28 ou plus simplement la ville de Buenos Aires, terminologie non moins appropriée » (Ardisone 1937). L’année précédente, Rafael Garcia Mata avait également tenté de féminiser l’appellation en évoquant « la grande Buenos Aires », mais la question du genre ne se posait pas vraiment et le terme masculin a prévalu jusqu’à nos jours (Garcia Mata 1936).

61En 1939, Nicolas Besio Moreno consacrait un chapitre de son histoire de la population de la ville au « Grand Buenos Aires 1914-1938 ». Il rejoignait Della Paolera dans l’analyse du changement de tendance et indiquait que l’écart était constant entre la population totale du Grand Buenos Aires (3 600 000 habitants) et les 250 000 habitants de la capitale fédérale. Il essayait de définir 1’« enceinte urbaine (recinto) » de la ville (traduction du mot français « enceinte ») qu’il situait sur un rayon de cinquante kilomètres (supérieur à celui de trente kilomètres établi par Della Paolera), recoupant l’espace des partidos selon leur densité de population.

62Au cours de ces années, l’historiographie commençait aussi à refléter la problématique territoriale de Buenos Aires. Parmi les textes examinés, la Brève notice sur l’origine des partidos de la province de Buenos Aires (1944) de Enrique Udaondo fut la première et pendant longtemps la seule référence historique sur les partidos de la province – et donc l’unique pour l’étude de la zone entourant la ville. En 1941 étaient publiés les deux tomes de l’Histoire de la province de Buenos Aires et la formation de ses villages sous la direction de Ricardo Levene. Bien qu’il existât entre ces deux publications une différence de qualité, ce dernier titre édité par la Province étudiait les partidos de la même façon qu’Udaondo, en négligeant leur caractère d’extensions de la capitale.

63Au contraire, en 1944, dans Buenos Aires face au pays, Bonifacio del Carril présentait la « question Buenos Aires » comme l’une des clés du déséquilibre régional. Utilisant une grande partie de la documentation statistique alors disponible, il déclarait :

Ce n’est pas seulement Buenos Aires mais plutôt toute une série de villes et de villages qui, sous des juridictions et des noms différents forment, en réalité, avec la capitale, un unique bloc urbain (Del Carril 1944 : 26).

64Paradoxalement, un an avant la publication, on achevait les travaux de l’avenue périphérique (avenida General Paz) – projet contemporain de la fédéralisation de la ville (1880-1887) – qui séparait la ville et la Province par une frontière physique.

65Ces points de vue opposés étaient débattus comme de grands thèmes nationaux et apparaissaient dans le Congrès de la population organisé en 1940 par le Musée social argentin, chargé essentiellement de formuler des politiques publiques pour pallier les déséquilibres régionaux. Les recensements enregistraient aussi ce phénomène : à la différence du premier élargissement de la ville – sous l’influence de l’immigration européenne – le poids des migrations internes dans cette instance était le premier facteur de croissance du Grand Buenos Aires.

66En 1943, le ministère des Travaux publics de la Nation ouvrait son propre bureau de planification tandis que l’un des manuels de planification les plus diffusés de l’époque (Pastor 1947) instituait en 1944 trois échelles de planification : la Ville, le Grand Buenos Aires et la Région (que l’on adopterait encore dans les études préliminaires (EPBA 1956) de l’organisation du Plan régulateur de 1957). Il s’agissait là d’un glissement évident de 1’« urbanisme » vers la « planification territoriale ».

67L’organisme national chargé des enquêtes de recensement avait reconnu en 1947 le « Grand Buenos Aires » comme une définition territoriale spécifique. Au début de 1948, le gouvernement de la province de Buenos Aires lui emboîtait le pas. Cependant le décret provincial n’incluait dans le Grand Buenos Aires que les partidos provinciaux adjacents à la capitale, excluant la capitale elle-même. En d’autres termes, les problèmes administratifs et juridictionnels que Forestier avait prévus presque plus de vingt ans auparavant étaient expressément formulés au moment de consacrer le Grand Buenos Aires comme une catégorie officielle.

De l’arrabal au. Grand Buenos Aires

68En analysant les textes, on se rend compte que la banlieue (suburbio) a été construite comme reflet des idées des spécialistes sur la ville et la société. Elle constitue donc à la fois un lieu de rencontre de ces problèmes, un laboratoire et un banc d’essai pour imaginer des solutions.

69Dans un premier temps, les arrabales (faubourgs) ont eu alternativement des connotations positives (« résidentiel », « sain et naturel ») et négatives. Ces dernières ont été les plus importantes. Sur la question de l’hygiène : « malsains », « insalubres » ; sur la population : « pauvres », « journaliers », « classes laborieuses », sur l’esthétique : « construction misérable et antiesthétique ». Les appellations nouveaux quartiers ou quartiers excentrés ont placé les faubourgs en opposition avec l’ancien municipe malgré la solidarité nécessaire entre le centre et les banlieues que les hygiénistes ont très tôt appelée de leurs vœux. L’expansion de la ville « immense, interminable, sous l’emprise des adjudicateurs, spéculateurs ou capitalistes » a été considérée comme un problème à partir d’un modèle de ville fermée (opposée à la campagne). Globalement, les diverses professions ont conçu les arrabales comme le terrain susceptible du contrôle et de l’intervention des commissions de salubrité ainsi que celui de la confection d’un plan. Les journaux se référaient en général aux autorités : gouvernement municipal ou autorité municipale.

70Dans les années 1920 on a commencé à voir sous une optique nouvelle les partidos qui entouraient la ville, idée rejetée dans un milieu où l’urbanisation est encore appréhendée comme un problème intra-muros. De même que lors de la première étape, on retrouve dans la description des problèmes le recours à des images négatives – évocatrices du danger – telles que : « quartiers malsains et boueux », « zones déshéritées », « déplorable état sanitaire », « abris de fortune ». Mais les problèmes hygiéniques et sociaux ont été traduits par les mots « désordre », « absence de normes », « improvisation ». Cet ensemble trouvait une réponse dans la « rationalité » et 1’« ordre » propres aux instruments techniques de contrôle de l’extension de la ville (le plan scientifique, le règlement et le zoning). Ces outils, dont l’utilisation exige un diagnostic préalable (le dossier urbain), relèvent du domaine des spécialistes qui ouvrent une médiation technique dans le champ de l’intervention professionnelle générique ou dans celle, directe, du gouvernement et des autorités municipales que l’on réclamait dans la première période. La nouvelle dénomination – agglomération de Buenos Aires – est proposée comme le terrain susceptible de recevoir les solutions du Plan régulateur.

71L’expérience accumulée dans les débats antérieurs, la croissance des partidos limitrophes, ainsi que les données fournies par les informations du recensement, permettent d’établir, dans un troisième temps, des consensus plaidant en faveur de la prise en compte d’un territoire plus large. Le débat sur le dimensionnement est posé autour de variables pertinentes. Dans les milieux professionnels la catégorie « Grand Buenos Aires » est fixée. On propose alors les trois échelles d’approche – Ville, Grand Buenos Aires et Région – pour l’étude et l’action. La dimension nationale – qui marque la transition entre urbanisme et planification – a pour objectif de nouvelles formes de gestion qui dépassent l’espace institutionnel du municipe.

72Dans le courant des années 1920, le regard des techniciens sur les transformations des suburbios – semblable à celui des professionnels de la fin du siècle précédent – n’a pas été seulement une réponse aux ruptures créées par l’extension et la croissance. Il n’a été possible de prendre en compte 1’« agglomération de Buenos Aires » en tant que notion qu’à partir du moment où les concepts issus de l’urbanisme scientifique ont été disponibles et ont permis, en conséquence, de le faire.

73Une dernière considération peut permettre de clore le chapitre terminologique consacré au suburbio de Buenos Aires. Abstraction faite du regard des techniciens et au-delà de l’éventail des diverses connotations et de sa situation par rapport au noyau urbain central, il apparaît clairement que le terme quartier est présent dans l’ensemble du discours relatif à la banlieue dans la période considérée. Il a été utilisé comme catégorie, dépassant les frontières disciplinaires ou conceptuelles. Employé comme synonyme de suburbio, parfois utilisé en qualité d’unité mineure incluse dans ce dernier concept, le quartier s’impose comme le terme identificateur des territoires qui entourent la ville centrale. Quartier est alors devenu le mot le plus pointu et le plus récurrent dès lors qu’il s’est agi d’établir le substantif reflétant au plus juste la complexe réalité culturelle (au sens large) opposée au « centre ». On peut trouver dans la littérature de cette période un éclairage permettant une meilleure lecture de la question. En 1930, encore méconnu, Jorge Luis Borges publiait une série d’essais sur l’œuvre d’un autre poète argentin, Evaristo Carriego, dont le nom avait été utilisé comme titre du livre.

Carriego, qui publia [...] L’âme du faubourg, nous a laissé [...] les matériaux de La chanson du quartier. Ce deuxième titre convient mieux que le premier à la délimitation de l’espace et à la réalité. Choisir suburbio pour titre suppose la méfiance, c’est un pantin désarticulé qui a peut de manquer le dernier train. On ne nous a jamais dit « j’habite dans tel suburbio », tout le monde préfère dire quartier (Borges 1996. I : 130-131).

Sources

74Pour ce travail, une série de textes a été analysée. Après une ample révision des matériaux, ce sont ces textes qui ont constitué les apports les plus significatifs pour la mise en évidence des diverses transformations qui ont présidé à la construction de l’idée de banlieue à Buenos Aires.

75Des textes et des articles de presse publiés dans des revues spécialisées, édités en Argentine entre la fin du xixe siècle et les années 1940, ont d’abord été réunis. D’une première sélection, seuls les documents dont le sujet concernait la « banlieue » (suburbio) ont été conservés. Ces écrits ont été classés à leur tour selon les périodes, les types et les profils des auteurs. À l’issue d’une première lecture, leur importance dans le contexte a été soulignée, permettant ainsi de les situer dans le cadre du débat.

76La notion de « quartier suburbain » à la fin du xixe siècle a suscité la recherche de textes d’hygiénistes – ceux de Wilde et de Rawson pour l’essentiel – et celle, en complément, d’articles publiés dans les deux séries de la Revista Municipal (1893-1896 ; 1904-1913), dans la Revista de Arquitectura, publiée depuis 1904 par la Société centrale des architectes et dans La Ingeniería, organe depuis 1898 du Centre d’ingénieurs.

77Pour les années 1920 et 1930, la documentation a été puisée en priorité dans des études de Jean-Claude Forestier et de Carlos Maria Della Paolera, professionnels ayant eu à la fois un rôle essentiel dans la conception des plans de Buenos Aires et une grande influence dans la diffusion locale des doctrines de l’urbanisme scientifique. Grâce à l’ensemble de ces sources, la « traduction » des problèmes hygiénico-sanitaires à des fins techniques est apparue clairement. Les Actas del Consejo Deliberante, des communications de congrès et des textes isolés d’autres auteurs (écrivains, géographes, historiens) intervenus ponctuellement dans le débat ont été analysés en complément.

78Les discours des hygiénistes, des différents acteurs de l’habitat ouvrier et des urbanistes sut lesquels s’appuie ce texte ont dominé le débat sur les quartiers périphériques.

  • 29 « Les “nœuds sémantiques” sont, au sein d’une formation discursive déterminée, les termes, les voc (...)
  • 30 « Les réseaux sémantiques sont formés par un ensemble de termes, vocables, items lexicaux qui se r (...)
  • 31 « Nous entendons par "représentations sociales" les constructions symboliques individuelles et/ou (...)

79L’analyse de ces travaux s’est d’abord concentrée sur l’identification des « nœuds » (Vasilachis de Gialdino 1997 : 30129), des « réseaux sémantiques » (ibid. : 30030) et des « représentations » (ibid. : 30031). S’il avait été prévu que cette méthodologie prenne une place prépondérante dans l’analyse, cela n’a finalement pas été le cas, car son rendement a été proportionnel à l’intérêt du texte analysé. Pondérer l’importance d’un texte particulier au sein d’un corpus exhaustif a requis un effort préalable dont les résultats sont à l’origine de la périodisation. En fait, la méthodologie utilisée a combiné les deux stratégies.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ardisone (R.) 1937. « La ciudad de Buenos Aires excede los límites de la Capital Federal », Anales de la Sociedad Científica de Geografia, V : 467-471.

Besio Moreno (N.) 1939. Buenos Aires, puerto del Río de la Plata, capital de la Argentina. Estudio crítico de su población, 1536-1936. Buenos Aires.

Borges (J. L.) 1996. Obras completas. Buenos Aires, Emecé.

Caride (H.) 1999. « Visiones de suburbio. Utopía y realidad en los alrededores de Buenos Aires durante el siglo xix y principios del siglo xx », Document de travail, 13, San Miguel, Universidad Nacional de General Sarmiento, Instituto del Conurbano (Collection Investigación).

Chanourdie (E.) 1906. « Conferencia sobre Transformación edilicia de Buenos Aires », Revista Técnica y de Arquitectura, 39 : 95-105.

Cloquet (L.) 1904. La construction des villes. Conférence donnée le 11.1.1904 à la Section gantoise de l’Association des ingénieurs sortis des écoles spéciales de Gand. Mons, Duquesne-Masquillier et fils (extrait des Annales de lAssociation des ingénieurs sortis des écoles spéciales).

Cohen (J.-L.) 1994. « L’extension de Paris », dans : B. Ledere (dir.), Jean-Claude Nicolas Forestier. 1861-1930. Du jardin au paysage urbain. Paris, Éditions Picard : 149-164.

Del Carril (Bonifacio) 1944. Buenos Aires, frente al país. Buenos Aires, Emecé.

Della Paolera (C. M.) 1916. « Servidumbres estéticas en las construcciones edilicias », La Ingeniería (septembre).

Della Paolera (C. M.) 1920. « Temas generales. El Urbanismo en Francia. La extensión de Paris (Conclusion) », La Ingeniería, 534, II : 247-269.

– 1926. « Hacia la Organización científica de nuestras ciudades. La visita del arquitecto urbanista Léon Jaussely », La Razón (27 juillet) : 12.

– 1927 a. « El Plan regulador de la Aglomeración Bonaerense. I. Ambiente favorable a su realización », La Razón (11 mars) : 11.

– 1927 b. « El Plan regulador de la Aglomeración Bonaerense. III. La Capital y las zonas edificadas exteriores a su juridicción », La Razón (14 avril) : 11.

– 1936 a. « El Gran Buenos Aires », La Nación (10 octobre) : 18.

1936 b. « Comprobaciones del ultimo censo », La Nación (28 décembre) : 19.

Estudio del Plan de Buenos Aires (epba) 1956. « Evolución del Gran Buenos Aires en el tiempo y en el espacio », Revista de Arquitectura, 376-377 : 25-125.

Forestier (J.-Cl. N.) 1906. Grandes villes et systèmes de Parcs. Paris, Hachette.

– 1925. « Memoria », dans : Comisión de Estética Edilicia, Proyecto orgánico para la Urbanización del Municipio, Buenos Aires, Intendencia Municipal : 369-427.

Franco (P.) 1912. « La cuestión de la vivienda. Casas para obreros », Boletín del Museo Social Argentino, I : 173-181.

García Mata (R.) 1936. « La Gran Buenos Aires », Revista de Economia Argentina, XVIII.

Gorelik (A.) 1996. « La máquina reformista : la cuadrícula, el Estado y la emergencia urbanística de Buenos Aires, 1898-1909 », Seminario Internacional Vaquerías, Document de travail, 1 : 146-183.

Hardoy (J.E.) 1988. « Teorías y prácticas urbanísticas en Europa entre 1850 y 1930. Su translado a América Latina », dans : Repensando la ciudad latinoamericana, Buenos Aires, Grupo Editor de América Latina : 97-126.

Jaeschké (V.J.) 1904. « Edilicias. Algunos votos que podría discutir la sca y luego, someterlos a las autoridades municipales », Revista Técnica de Arquitectura (août) : 66-69.

– 1924. « Inútil ensanche de la ciudad de Buenos Aires. En su radio actual caben holgadamente 9 millones de habitantes », Revista de Arquitectura, Sociedad Central de arquitectos (septembre) : 269-274.

Morales, (C.M.) 1901. « Las mejoras edilicias de Buenos Aires », Memoria presentada al IIo Congreso Latinoamericano. Montevideo, Anales de la Sociedad Científica Argentina, 51, Buenos Aires (repr. également dans La Ingeniería et la Revista Técnica : 178-186).

Novick (A.) 1992. « Técnicos locales y extranjeros en la génesis del urbanismo argentino. Buenos Aires, 1880-1940 », Revista Area, 1, Facultad de Arquitectura, Diseño y Urbanismo, Buenos Aires (décembre) : 29-49.

– 1998. « Le Musée social et l’urbanisme en Argentine », dans : Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l’Ecole normale supérieure : 331-358.

Novick (A.) & piccioni (R.) 1998. « Carlos Maria Della Paolera o la amnesia del urbanismo argentino », Anales iaa, 29 : 77-100.

Passalacqua (Eduardo) 1997. Gobierro y Administración del Área Metropolitana. Balance de una experiencia. Buenos Aires, Mimeo.

Pastor. (J.M.) 1947. Urbanismo con Planeamiento. Buenos Aires, Editorial Arte y Tecnica.

Rawson (G.) 1876. Conferencias sobre Higiene Pública. Paris, Donnamette & Hattu (édition originale publiée en espagnol).

Scobie (T.) 1977. Buenos Aires del centro a los barrios 1870-1910. Buenos Aires, Solar-Hachette.

Selva (D.) 1904. « La habitación higiénica para el obrero », Revista Técnica, 2-3 ; 4 ; 6 (communication présentée au Ile congrès scientifique latino-américain (repr. également dans la Revista Municipal la Revista de Arquitectura et La Ingeniería).

Urien (C.) & Colombo (E.) 1910. La República Argentina en 1910. Estudio histórico, fisico, social y económico. Publicado bajo los auspicios de la Honorable Comisión del Centenario y la funta de Historia y Numismática. Buenos Aires, Maucchi.

Vasilachis de Gialdino (I.) 1997. La construcción de las representaciones sociales. Discurso politico y prensa escrita. Un análisis sociológico, jurídico y lingüístico. Barcelone, Gedisa Editorial.

Wilde (E.) 1877. Curso de Higiene Pública, Buenos Aires, Casavalle.

Notes

1 Traduit de l'espagnol par Mona Huerta.

2 Le terme arrabal que nous traduisons ici par « faubourg » a surtout été employé au xixe siècle avec une connotation populaire, parfois péjorative. Il a laissé peu à peu la place à suburbio. Il subsiste aujourd’hui dans des expressions littéraires.

3 Nom donné aux divisions administratives communales de la province de Buenos Aires.

4 Dans El Matadero d’Estebán Echeverría – bref récit écrit à la fin de la décennie 1830 – la banlieue (suburbio) est la scène où se heurtent le monde urbain, représenté par un unitario (partisan de l’organisation du pays sur une base unitaire favorable au centralisme porteño) et les mazorqueros (milice semi-rurale) qui dominaient le monde paysan. Facundo ou Civilisation et barbarie, l’œuvre majeure de Domingo Faustino Sarmiento, publiée en 1850, est probablement celle qui illustre le mieux l’opposition ville-campagne qui a caractérisé la période des guerres civiles.

5 « La ciudad y sus arrabales », Revista Municipal, 221, Buenos Aires, décembre 1895 : 2603.

6 Voir cet auteur pour approfondir cette question.

7 Guillermo Colesbery Rawson (San Juan, Argentine, 1821 – Paris, 1890) fait partie avec Wilde de la première génération de professionnels à avoir tenté de constituer un « mouvement” au service de l’hygiène publique en organisant les espaces universitaires et les institutions. Il appartient à cette « génération des années 1880 » dont les membres, à partir de leurs charges publiques, formulent et impulsent un projet de modernisation nationale. Au cours de la présidence de Bartolomé Mitre, il est nommé ministre de l’Intérieur et lance, en 1873, le cours d’hygiène de la Faculté de médecine de l’université de Buenos Aires qu’il assurera jusqu’à sa mort. Ses conférences ont été publiées à Paris en 1876. Le premier recensement national de 1869 a été organisé à son initiative. Il a été, en 1880, l’un des fondateurs de la Croix-Rouge argentine.

8 Édition originale publiée en espagnol.

9 Eduardo Faustino Wilde (Tupiza, Bolivie, 1844 – Bruxelles, 1913) a contribué à faire le lit de l’hygiène publique, à l’instar de Rawson à qui des différends politiques et « scientifiques » l’opposaient. La seconde génération d’hygiénistes « sociaux », qui se constitua après la crise de 1890, l’entraîna dans le domaine des idées. Il fut ministre de la Justice, des Cultes et de l’Instruction publique au cours de la première présidence de Roca (1880-1886). Cette fonction lui permit de créer l’hôpital Fernández, l’Institut de bactériologie de l’Assistance publique, l’hôpital de Buenos Aires et d’organiser les Commissions d’hygiène. Journaliste brillant, remarqué pour son peu d’attachement aux hiérarchies ecclésiastiques, il mit en œuvre les lois du mariage civil et de l’enseignement laïque. Au cours de la seconde présidence de Juliao A. Roca (1898-1904), il fut chef du Département national d’hygiène.

10 L’Anuario Estadístico Municipal rend compte des mesures de tout type prises par les fonctionnaires. En 1887, le Médecin-Intendant justifiait ses propositions sur les données épidémiologiques : « Il n’y a pas, à proprement parler, un quartier épargné par les maladies infectieuses [...]. L’épidémie de choléra constitue une ceinture noire entourant complètement le municipe, la diphtérie atteint sa plus forte amplitude dans le “véritable centre urbain” et la variole forme une ceinture intermédiaire entre ce centre et le périmètre de la dernière épidémie de choléra ». (Memoria de la Intendencia Municipal de la Capital de la República correspondiente a 1887, Buenos Aires, Kliengelfuss, Imprenta de la Universidad, 1888 : 102).

11 « Edilidad. Mejoras de Buenos Aires », La Ingeniería. Órgano oficial del Centro Nacional de Ingenerios, 25, 3e année, Buenos Aires, 15 juin 1899.

12 « Las próximas sesiones del Consejo Deliberante », Revista Municipal, 230, Buenos Aires, mars 1896 : 188.

13 « La ciudad y sus arrabales », Revista Municipal, 221, Buenos Aires, décembre 1895 : 2603.

14 « Cuestiones locales. Lo que hace falta », Revista Municipal 207, Buenos Aires, juillet 1895 : 2052.

15 Ce document est une communication présentée au iie Congrès scientifique latino-américain, reproduite également dans la Revista Municipal, la Revista de Arquitectura et La Ingeniería.

16 « Casa para obreros. Proyecto del Diputado Irigoyen comentado por el Director de Obras Públicas », Revista Municipal, 2e année, 73, décembre 1905. « Proyecto del Diputado Irigoyen comentado por la Contaduría », Revista Municipal, 3e année, 75, février 1906.

17 Voir cet auteur pour le rôle de l’institution dans les débats sur l’habitat et la ville.

18 Municipalidad de Buenos Aires, Honorable Consejo Deliberante, Versiones taquigráficas del 9 de octubre de 1923 : 2142.

19 « En un mot, le développement actuel de Paris, c’est le développement de l’agglomération parisienne. »

20 Musée social, Reproduction des procès-verbaux de séances de la Section d’hygiène urbaine et rurale, communication de Forestier : quelques travaux d’urbanisation à Buenos Aires : l’Avenida Costanera, séance du 15 juin 1928.

21 Ibid. : 302.

22 Ibid

23 Comisión de Estética Edilicia, Proyecto orgánico para la Urbanización del Municipio, Buenos Aires, Intendencia Municipal, 1925 : 361.

24 Voir également « El problema de la Vivienda obrera es el problema madre de la Ciudad », La Vanguardia, 2, décembre 1928 : 1 sqq.

25 Municipalidad de Buenos Aires, Honorable Consejo Deliberante, Versiones taquigráficas del 8 de octubre de 1929 : 1646-1651.

26 Ibid : 1648.

27 Cette problématique a été développée par Eduardo Passalacqua que nous remercions chaleureusement pour nous avoir fourni une copie du premier chapitre de ce travail, encore inédit.

28 Souligné dans l’original.

29 « Les “nœuds sémantiques” sont, au sein d’une formation discursive déterminée, les termes, les vocables qui dans les réseaux sémantiques se répètent. Ils sont représentés par des signes, des marques qui orientent le sens de l’interprétation. Ces nœuds du réseau sémantique sont au cœur des modèles d’interprétation de la réalité qu’utilisent les locuteurs. »

30 « Les réseaux sémantiques sont formés par un ensemble de termes, vocables, items lexicaux qui se répètent dans un texte entendu comme une unité sémantique et qui se réfèrent à des acteurs, des relations, des contextes, des processus, des phénomènes, des états, des objets. Quand le texte est inscrit au sein d’une formation discursive, les réseaux sémantiques dépassent les limites de chaque texte particulier et participent à la consolidation de modèles interprétatifs de la réalité présupposés par les locuteurs. »

31 « Nous entendons par "représentations sociales" les constructions symboliques individuelles et/ou collectives auxquelles les sujets font appel ou celles qu’ils créent pour interpréter le monde, pour réfléchir sur leur propre situation ou sur celle des autres et pour déterminer le niveau et la possibilité d’une action historique. »

Table des illustrations

Légende Buenos Aires à la fin du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

Auteurs

Alicia Novick, architecte, université de Buenos Aires

Horacio Caride, architecte, université de Buenos Aires

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540