Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nommer les nouveaux territoires urbains

 | 
Hélène Rivière d’Arc

II. De l'unitaire au divisionnel : les débuts d'un langage savant moderniste

L’« unitaire » et le « divisionnel » : l’évolution de la terminologie des nouveaux quartiers en Espagne au xixe siècle

Laurent Coudroy de Lille

Texte intégral

1Le lexique castillan des quartiers périphériques présente aujourd’hui une grande diversité, déjà évoquée dans différents travaux. Il est assez facile de montrer que plusieurs termes sont apparus à des moments différents de l’histoire urbaine, et qu’une partie de ces apports s’effectuent au xixe siècle, c’est-à-dire pendant la période où s’amorce la croissance urbaine contemporaine. La sédimentation terminologique renverrait à celle des tissus urbains, et toute bonne description typologique de la ville espagnole se devrait de différencier ces générations : l’arrabal, l’ensanche, le suburbio ou l’extrarradio apparaissent ainsi à la fois comme des entités « géo-historiques » et terminologiques.

2Or les quartiers périphériques ont en commun, en général, d’avoir été un jour des quartiers nouveaux : à l’instar de la toponymie urbaine, le lexique « générique » de la ville est lui aussi porteur d’une mémoire, notamment celle des étapes de la formation de la ville. Le texte qui suit n’entreprend pas de dresser le tableau de ces correspondances, puisqu’il souhaite placer certains mots au centre de son propos. Disons qu’il s’agit non pas d’établir ni de vérifier ici la corrélation entre ces mots et les faits urbains, mais de faite le point sur les modifications du lexique de ces quartiers durant la période considérée. Nous proposerons ensuite une interprétation du changement qui semble s’opérer.

  • 1 Certains plans ont été utilisés, à condition que ceux-ci renvoient directement à un texte support, (...)

3Les sources utilisées sont des textes ou des fragments de texte de portée générale sut la ville espagnole du xixe siècle. Même si ces textes peuvent se rattacher à des corpus documentaires distincts (dictionnaires, articles de presse, documents d’urbanisme, travaux théoriques ou descriptions urbaines), le point commun de ces documents est de proposer une lecture globale de l’espace urbain. Leur portée est soit théorique, soit monographique ; mais dans le premier cas, c’est toujours la ville dans son ensemble (Barcelone, Valence, etc.) qui est évoquée1. Notre hypothèse de départ est que l’évolution du système lexical des nouveaux quartiers constitue à ce moment en Espagne le miroir d’une évolution des représentations sociales de l’espace urbain. L’enquête à laquelle nous avons procédé n’a pas de valeur statistique. A partir d’un corpus aussi construit que possible, elle a sélectionné un certain nombre de fragments, autant d’usages, agencés et interprétés dans les pages qui suivent.

L’instabilité du système lexical des quartiers nouveaux en Espagne au xixe siècle

4Le fameux ingénieur Ildefonso Cerdá, dans de longs passages de la Théorie générale de l’urbanisation, se penche sur le vocabulaire urbain espagnol. Si le chapitre consacré à la désignation des unités urbaines est le plus célèbre (ciudad, población, pueblo, etc.), il y en a d’autres dans lesquels s’exprime aussi sa fascination pour les mots :

  • 2 « Como los suburbios han ido creciendo y multiplicândose, cada urbe ha necesitado crear una nomenc (...)

Au fut et à mesure que les faubourgs (suburbios) croissaient et se multipliaient, chaque ville eut besoin de créer une nomenclature spéciale afin de distinguer par des noms propres les divers groupes de constructions (grupos de edificación), élevés dans sa contrée et ses proximités2.

  • 3 Ibid. : 471.
  • 4 « El no tener tampoco necesidad de que sufra alteración alguna lo exterior de esta parte de la ciu (...)

5Suit une liste des « noms génériques usuels » : suburbios, arrabales, afueras, extramuros, barriadas, caserios (ou casares), et « parfois » alquerias, quintas et casas3, mots dont la traduction est superflue, en raison du caractère décontextualisé de la mention qui en est faite. L’ensemble de ces mots est présent dans les dictionnaires de l’époque, et on les retrouve dans le corpus qui fonde la présente étude. Pat exemple l’architecte Antonino Sancho évoque les afueras (extérieurs) et arrabales (faubourgs) de Valence, dans sa description préalable à ses propositions urbanistiques4.

Quartiers périphériques-quartiers extérieurs : la pauvreté du vocabulaire descriptif des « quartiers nouveaux »

  • 5 Coello 1847-1870. Voir aussi Pascual Madoz, Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España (...)

6Si l’on se fie aux sources principales du milieu du xixe siècle, le terme le plus souvent utilisé pour désigner les quartiers urbains périphériques à cette époque est sans conteste arrabal. Les plans de villes publiés pat le géographe Francisco Coello, en liaison avec un important dictionnaire géographique, en mentionnent à proximité de très nombreuses villes espagnoles : Salamanque et Alicante, Reus ou Alcalá de Henares, pour prendre des entités de taille différente, sont toutes bordées d’arrabales5. Ce vocable, dont l’origine arabe est souvent soulignée par un siècle féru d’étymologie, est un des équivalents possibles de « faubourg », et désigne fréquemment des quartiers édifiés à partir d’une porte de ville et le long d’une voie de sortie, par exemple de l’autre côté de la rivière. Ainsi, le seul arrabal de Saragosse est celui du Pont. Les descriptions font de chaque ville un cas d’espèce en ce qui concerne le dispositif faubourien. Le « marquage » toponymique peut d’ailleurs se révéler très fort : dans les grandes villes, c’est le plus souvent le saint de la paroisse qui désigne l’arrabal ; dans les petites, le « A » majuscule marque l’unicité de quartier, et l’absence de toute ambiguïté sur sa désignation.

7S’agit-il à proprement parier de quartiers nouveaux ? Le point commun des entités urbaines listées par Cerdá est d’être en situation périphérique, « hors les murs ». On retrouve bien la forte tradition de la ville européenne d’Ancien Régime, nettement divisée entre un « intérieur » et un « extérieur ». Les sources consultées utilisent pat ailleurs tout simplement le mot barrio, traduisible littéralement par « quartier ». D’autres désignations sont ainsi repérables : barrio de la Vega (Burgos) et barrio del Puente (Valladolid) de l’autre côté du pont de Burgos. A Tolède, le long de la même voie de sortie, un arrabal succède à un barrio. Bilbao est entièrement environnée de barrios, certains disséminés dans les hauteurs, exception faite du barrio de Achuri dentro de la puertas (« quartier d’Achuri à l’intérieur des portes »). Ici encore, le principal critère de distinction entre les entités urbaines est l’extériorité à l’enceinte.

  • 6 Les nuevas poblaciones sont une page classique de l’histoire de la ville espagnole, correspondant, (...)

8En fait dans la première moitié du xixe siècle, la jeunesse des tissus urbains est difficilement repérable à travers le lexique. La périphrase léguée par le xviiie siècle pour désigner les nouveaux quartiers urbains, nueva población (littéralement : « nouvelle agglomération »), est très peu présente dans notre corpus. Utilisée pour la désignation des nouveaux quartiers de Santander, sur le littoral nord de la péninsule, et dans les villes portuaires à la fin du xviiie siècle, elle semble se fossiliser dans ses usages, associée au mieux à une étape révolue de l’histoire de l’urbanisme (Sambricio 1991 )6. Dans l’atlas de Francisco Coello, Santander, en pleine expansion, ne « possède » que des barrios, à l’emplacement précis de ces aménagements urbains et portuaires pourtant prolongés durant une bonne partie du xixe siècle. En référence à d’autres époques, la ville d’Estrémadure Cáceres présente une Villa moderna et une Villa antigua. Mais il s’agit, et c’est un cas unique dans cet atlas, de différencier le noyau médiéval ancien, encore enserré dans une enceinte, de tous les autres quartiers, comprenant plusieurs générations de quartiers médiévaux.

9À travers l’ensemble de notre corpus, la nouveauté des tissus urbains n’apparaît pas comme un critère d’identification des entités urbaines, du moins au milieu du xixe siècle. Conformément aux représentations de son époque, Cerdá, esprit visionnaire s’il en est, n’aborde pas cette question terminologique. Son entreprise vise à rénover le vocabulaire plutôt qu’à l’enrichir : il adhère assez bien aux catégories mentales de son époque et ne propose pas sur ce point de néologisme.

  • 7 « Carácter y desarrollo de la urbanización en Alicante durante nuestro siglo – Alicante que en nue (...)

10Cette constatation ne vaut plus en ces termes à la fin du siècle, puisque les textes de notre corpus n’hésitent pas alors à traiter à part ces nouveaux quartiers. Ainsi, la partie descriptive du Mémoire du projet d’extension d’Alicante propose, en 1892, un paragraphe sur le « Caractère et développement de l’urbanisation à Alicante durant notre siècle7. » Mais la terminologie reste dans ce texte ancienne (« une fois reconstruit le faubourg (arrabal) ou quartier (barrio) de San Anton »). Les sources que nous avons utilisées mentionnent parfois à plusieurs reprises nuevo barrio (ponctuellement nuevo poblado), et c’est par exemple ainsi qu’est désigné, toujours à Alicante, le quartier de Benalúa, promu dans la seconde moitié du siècle par une société privée.

Les flottements pour la désignation des quartiers futurs

11La banalité de ces désignations renvoie à la situation des villes espagnoles à cette époque : outre la force de la démarcation constituée par les enceintes, la croissance des villes démarre assez tardivement au xixe siècle dans ce pays. Peu de nouveaux quartiers se créent, et il faut peut-être y voir un élément qui détermine ce lexique.

  • 8 « El fundador de las barriadas de que vamos hablando y que podrían reputarse a la manera de una co (...)

12Mais notre corpus indique une autre tendance : les textes qui préfigurent les transformations urbaines à partir des années 1840 montrent au contraire une grande variété de mots. On trouve par exemple sous la plume de Cerdá et dans le même paragraphe, tiré de la Théorie de la voirie urbaine, quasiment juxtaposés les termes : barriadas, colonia, nuevo barrio et suburbio8. Cette multiplicité et ces usages rejoignent les débats sur l’habitat et l’urbanisme qui parcourent l’Europe durant ces années-là :

  • 9 En français dans le texte.
  • 10 « Resulta que es altamente inconveniente la fusión de varias clases de habitantes en una misma cas (...)

On en déduit qu’il ne convient absolument pas de fondre différentes classes d’habitants dans un même immeuble ; mais que l’on ne doit pas non plus isoler et confiner les pauvres dans des quartiers périphériques (barrios extremos) ou séparés de la ville ; et finalement que l’on ne doit pas les encaserner comme dans les Cités9 qui se construisent dans le centre ou dans les différents quartiers des grandes villes10.

13Plusieurs années auparavant, le débat sur les « améliorations » de Madrid est l’occasion d’autres florilèges lexicaux :

  • 11 « Por todas estas razones, seríamos de parecer de que, además de las ampliaciones de ciertos barri (...)

Nous serions d’avis qu’en plus des élargissements (ampliación) de certains quartiers périphériques (barrios extremos) [...], soient formés immédiatement cinq grands faubourgs (arrabales) ou bourgs (burgos) hors les murs11.

  • 12 Ce texte, qui émane de l’un des grands représentants du siècle des Lumières, est repris par le déc (...)

14Ramón de Mesonero Romanos semble manifester à de multiples reprises dans ce texte sa préférence pour le mot ampliación. Mais extensión bénéficie à Madrid de l’antériorité chronologique : le rapport du ministre Jovellanos, que l’historiographie classique de l’urbanisme madrilène considère comme le fondateur de l’aménagement urbain contemporain de la capitale, l’a utilisé en 178712. D’autres enfin font une apparition discrète : aumento, crecimiento, engrandecimiento, acrecentamiento peuvent sembler aujourd’hui bien lourds ; on les croise néanmoins ponctuellement.

  • 13 Ce qui introduit une intéressante ambiguïté, población (« agglomération ») pouvant désigner à la f (...)

15Mais aucun de ces termes n’est versé de façon indiscutable au vocabulaire de la ville. Les dictionnaires de l’époque, qui ne leur reconnaissent pas d’acception urbaine, les renvoient les uns aux autres. Les usages rencontrés de ces vocables sont en général spécifiés par « d’agglomération » (de población), moins fréquemment « de la ville » (de la ciudad) ou « de Madrid », « de Bilbao »13... Enfin, aucun de ces mots ne passe dans le vocabulaire descriptif de l’espace urbain.

  • 14 « En efecto, en nuestras investigaciones, hemos creido ver très grandes grupos de índole diversa, (...)

16Ces tâtonnements terminologiques doivent être signalés : ils montrent que la désignation des nouvelles entités urbaines ne va pas de soi. Certains textes manifestent même un embarras qui se traduit par l’adoption d’une terminologie ostensiblement neutre, dans laquelle on peut voir aussi une tentative d’élaboration technocratique. « Dans nos recherches, nous avons cru voir trois grands groupes (grupos) de nature différente, qui se trouvent nettement séparés les uns des autres », déclare, dans sa partie descriptive, le projet d’extension de Madrid14. La description des périphéries nouvelles qui suit alors s’attache à caractériser chacune des entités périphériques de Madrid comme autant de « groupes » ou « groupements ».

17Ces hésitations posent de redoutables problèmes de traduction, que la parenté linguistique du français et du castillan permet de masquer en partie. On voit sous certaines plumes ou dans certaines circonstances s’effectuer des choix : dans ses textes sur Barcelone, les plus célèbres, Cerdá opte plutôt pour suburbio. Mais ces choix sont contredits dans d’autres textes, et c’est barriada qui revient le plus fréquemment dans les textes que Cerdá consacre à Madrid. Certaines métaphores sont reproduites de texte en texte, comme la désignation des lointains faubourgs de Barcelone comme étant des hijuelas (littéralement « petites filles ») de la métropole...

18Une remarque s’impose. Les tâtonnements dont nous essayons de rendre compte concernent autant les quartiers nouveaux que les quartiers à venir. Or pourrait-il exister un consensus sur la désignation d’entités en devenir, à savoir ces quartiers en formation ? Par ailleurs, ces mots sont « pris » dans des discours imprégnés de références à un urbanisme ordonné, dirigé : le corpus que nous avons réuni sur cette question n’est ni neutre ni purement descriptif ; il a une fonction idéologique assez identifiable :

  • 15 « Sin embargo en España se ha tenido muy poco cuidado sobre este particular, pues no sólo hemos vi (...)

Cependant, en Espagne on a porté très peu d’attention à cette affaire, puisque non seulement nous avons vu qu’on a désobéi à l’ordre de réaliser les plans des principales agglomérations, mais nous avons vu comment a été tolérée à proximité des plus importantes la construction d’autres nouvelles (nuevas) [agglomérations] qui n’a été précédée pat aucun plan. Chamberí, à proximité de Madrid, et Barceloneta, Gracia [...] au voisinage de cette Ville sont des agglomérations (poblaciones) qui dans leur disposition et leur tracé constituent un véritable modèle d’ignominie pour notre siècle15.

19L’urbaniste de Barcelone plaide ici pour un plan global d’aménagement ; ailleurs d’autres demanderont la construction de quartiers isolés de taille limitée... Quelles que soient les formules suggérées, ces textes militent pour un certain devenir urbain, et les « quartiers nouveaux » sont en définitive des quartiers en projet...

20Ces hésitations permettent bien de percevoir l’une des « bifurcations » de l’époque : l’entrée n’est pas encore faite dans le cycle de prévision-transformation urbaine de la seconde moitié du siècle, cycle que l’histoire de l’urbanisme espagnol a par ailleurs abondamment étudié.

Essai d’interprétation : le processus d’abandon des termes « divisionnels »

Le rapide succès d’un mot nouveau et son origine

  • 16 Nous le gardons dans la suite de cet article sous sa forme espagnole.
  • 17 « Ensanche de población : Terreno dedicado a nuevas edificaciones fuera del casco de una población (...)

21Le castillan, dans ses usages, va cependant habiliter un terme différent de tous ceux que nous avons évoqués. Il s’agit du vocable ensanche (littéralement : « extension », « expansion »)16. Présent à partir de la fin du xixe siècle dans les dictionnaires et dans son acception urbaine (ensanche de población), il y donne lieu en général à une définition ambivalente : « Ensanche de población : terrain dédié à de nouvelles constructions à l’extérieur du noyau d’une agglomération ; cette partie nouvelle d’agglomération déjà construite17. »

22On peut très sommairement tracer l’histoire de ce mot, avant son entrée, tardive, dans les dictionnaires. Son apparition, ou plutôt son application à la ville, se fait assez précisément vers 1840, en liaison avec le débat sur la destruction de l’enceinte de Barcelone et l’agrandissement de la ville. Ce débat, fondateur de l’aménagement urbain contemporain en Espagne, est animé par des intellectuels, journalistes, représentants politiques barcelonais : les hygiénistes et le courant d’opinion progressiste y sont bien représentés. Le mot entre ensuite dans le langage de l’administration, municipale dans le cas d’abord de Barcelone (vers 1850), puis de l’Etat lorsque la « formule » de l’ensanche est proposée pour Madrid (1857) ou pour Bilbao (1860). Sa consécration juridique intervient rapidement, quand le parlement adopte une « loi sur l’ensanche de población » (1864), première loi urbanistique du pays, établissant les procédures et les moyens de l’extension urbaine. Son règlement d’application (1867) donne une définition assez claire de la chose :

  • 18 « Se entenderá por ensanche de una población la incorporación a la misma de los terrenos que const (...)

On entendra par ensanche d’une ville l’incorporation à celle-ci des terrains environnants, sut une extension proportionnelle à l’augmentation probable du nombre des habitants, selon l’avis du gouvernement, à partir du moment où ces terrains doivent se transformer en rues, places, marchés, promenades, jardins et immeubles urbains18.

  • 19 Le vocabulaire des « améliorations ». (mejoras urbanas) ou de la « réforme ». (reforma urbana) urb (...)

23Ces jalons chronologiques montrent l’adaptation progressive des usages du mot, et peuvent à ce titre donner quelques pistes pour comprendre son succès. Celui-ci est bien évidemment lié à la forme juridique que le terme définit : entré précocement dans le vocabulaire de l’aménagement urbain, c’est lui qui exprime durant plusieurs décennies l’essentiel des pratiques de l’aménagement urbain en Espagne, avec l’élaboration de nombreux « projets & ensanche » (Bassols 1973)19. L’ambivalence des définitions données aujourd’hui par les dictionnaires reconduit cette ambiguïté originelle, caractéristique de nombreux mots ayant leur origine dans le langage spécialisé de l’aménagement urbain. L’ensanche est simultanément un quartier nouveau et un quartier « à faire ».

  • 20 « Debe llevarse a cabo el ensanche y engrandecimiento de la ciudad en los términos indicados ». (S (...)
  • 21 « Buen proyecto de ensanche o trazado de nueva población » (Cerdá 1855, § 10 : 57).
  • 22 « Los preceptos higiénicos, las necesidades industriales [...] reclaman al ensancherse una poblaci (...)
  • 23 « El Gobierno atenderá también a este punto, disponiendo el ensanche superficial de las poblacione (...)

24Un autre point doit être souligné : c’est le caractère néologique de cette expression au milieu du xixe siècle. La définition réglementaire de 1867 n’a pas pour seule mission de donner un cadre d’application de la loi : elle précise un terme que le sens commun ne saisit pas encore, pour l’ensemble du pays. On peut ainsi observer la diffusion géographique du mot. Jusqu’à la fin du siècle, au fur et à mesure que les différents « projets d’extension urbaine » sont adoptés, en Catalogne, dans le Levant ou dans les régions atlantiques, le mot est explicité dans les premiers documents que nous avons rencontrés et souvent écrit en italique dans les publications. L’architecte valencien Antonino Sancho écrit qu’il faut mener à bien « l’ensanche et agrandissement (engrandecimiento) de la ville20 ». Même à Barcelone, où ce mot est apparu en premier, on perçoit le même besoin d’apporter des précisions, en accompagnant son usage par des termes équivalents. Sous la plume de Cerda par exemple, on trouve avant 1860 : « Un bon projet d’ensanche ou tracé nouveau d’une agglomération21 » ; « Les préceptes de l’hygiène, les nécessités industrielles [...] réclament quand s’élargit (al ensancharse) une agglomération, ou pour dire mieux, quand on construit une ville nouvelle pour l’agréger à celle qui préexiste22. » Les potentialités sémantiques de cette trouvaille lexicale sont repérables aussi sous la plume du médecin hygiéniste Pedro Felipe Monlau, qui établit une différence entre « ensanche superficiel (des agglomérations) » et « ensanche pyramidal (ou par superposition des habitations) », le gouvernement ayant pour mission de favoriser le premier23.

25L’apparition d’un mot nouveau indique-t-elle nécessairement celle d’une idée nouvelle ? Elle peut en tous cas marquer une étape dans la formation de certaines représentations sociales. Mais la question que nous posons ici est la suivante : pourquoi après une période de nette instabilité et d’indétermination lexicale, et qui correspondrait à la première moitié du xixe siècle, le vocabulaire s’arrête-t-il sur un néologisme, pratiquement exclusif de tout autre... ? Nous proposons donc ici une autre interprétation que celle, relativement classique dans l’historiographie espagnole, qui considère que cette notion adhère aux idées de progrès et de développement portées par le xixe siècle.

Le déclassement des termes « divisionnels »

  • 24 « El ensanche de la capital se llevará a cabo, sin duda, por la fuerza de las circunstancias : per (...)

26Les enjeux urbanistiques de la promotion de cette nouvelle « formule » qu’est d’ensanche sont donc assez clairs, parfois exprimés directement : « L’ensanche de cette capitale sera mené à son terme, sans doute par la force des circonstances : mais ce sera par la formation de projets isolés à chaque extrémité de la ville, les réformes se faisant sans unité ni concert ; le résultat sera informe et peu profitable24 », déclare en 1857, dans son exposé des motifs, un des textes réglementaires fondateurs de cette politique. Nombre de textes rencontrés opposent ainsi l’idée unitaire d’ensanche à celle d’une pluralité urbaine, qui correspondrait au développement spontané des nouveaux quartiers. Il s’agit bien sûr pour certains de nos auteurs de promouvoir un aménagement d’ensemble ; mais le contraste des représentations se manifeste dans le choix des mots, lorsque ceux-ci sont juxtaposés.

27Par exemple, Pedro Felipe Monlau témoigne non seulement les difficultés dans la désignation de ces quartiers, mais aussi le contraste des représentations qui se construisent :

  • 25 « Cuando por efecto de circunstancias prósperas conviniese dar ensanche a una población, podría dá (...)

Quand, sous l’effet de circonstances prospères, il conviendra de donner de l’ensanche à une agglomération, on pourra le faire par des faubourgs (arrabales) construits à une certaine distance, par des agglomérations subalternes ou « suffragantes », par des quartiers individualisés (barriadas o barrios) qui, sans cesser de constituer une seule ville sur le plan politique, commerçant, juridictionnel, etc., fournissent à leurs habitants la quantité d’air pur nécessaire à une vie dégagée25.

  • 26 « Y se ha desarrollado dando vida a multitud de barrios tan pegados a ella como ha sido posible y (...)

28Barrios extremos, barriadas, arrabales : l’usage du pluriel est en fait presque systématique quand les nouveaux quartiers sont désignés par ces termes dont la langue du xixe siècle ne va finalement pas actualiser l’usage. Par exemple, une sommaire description de la petite ville catalane de Tortosa évoque comment cette ville s’est développée « donnant vie à une multitude de quartiers (barrios) aussi proches d’elle que possible, ou jusqu’à des villages (pueblos) comme Jems et Roquetas [...] et qui furent toujours considérés comme des faubourgs (arrabales) de celle-ci26. » Dans un texte publié et plus célèbre, Angel Fernández de los Ríos déclare à propos de Madrid :

  • 27 « Pretender que un pueblo que desde Felipe IV está encerrado dentro de una tapia de tierra, siga a (...)

Prétendre qu’une agglomération, qui depuis Philippe IV est enfermée par un mur de terre, continue à l’être de la même façon, c’est comme si l’on souhaitait qu’elle ne change jamais de condition, à savoir celle d’une bourgade de Castille sans extérieur (ajuera), sans faubourgs (arrabales), sans alentours (cercanías), sans campagne dépendante et sans avenir27.

29La terminologie qui s’efface au xixe siècle est celle qui décrit une réalité urbaine en train de se morceler, de se différencier, une terminologie de l’éparpillement, de la dissociation ou de la division urbaine.

30Le caractère pluraliste de la description des quartiers nouveaux se manifeste dans la plupart des descriptions antérieures aux années 1860. La trajectoire du mot suburbio (traduisible au même titre qu’arrabal par « faubourg ») renvoie aux mêmes hypothèses. Terme peu usité mais présent depuis longtemps dans la langue cultivée, il va connaître au xixe siècle une fortune singulière. En effet, certains auteurs de cette époque vont tenter de l’actualiser, et on le rencontre assez souvent dans les textes du milieu du siècle. C’est notamment le terme que choisit Cerdá pour élaborer en 1867 une véritable théorie des périphéries urbaines :

  • 28 « Antes de penetrar en el núcleo de cualquier urbe, a mayor o menor distancia de su recinto se ele (...)

Avant de pénétrer dans le noyau d’une quelconque ville, à plus ou moins grande distance de son enceinte, s’élèvent toujours des constructions qu’on appelle faubourgs (arrabales), extérieurs (afueras) ou que nous appelons faubourgs (suburbios) [...]. Aussi nombreux que soient les faubourgs (suburbios) que possède une grande ville, et ils le sont en général, chacun a son origine différente et son histoire particulière [...] de cette façon on comprendra plus clairement l’histoire de l’ensemble qu’ils constituent, s’il est possible de considérer ainsi l’agrégat incohérent et sans liaisons de parties tellement hétérogènes et sans connexions28.

31La typologie proposée (suburbios formés « par attraction viaire », « pour causes industrielles », « pour causes administratives » et « comme moyen d’expansion urbaine » – il s’agit de ceux construits par les classes favorisées) insiste lourdement sur leur identité multiple : chaque suburbio est un cas d’espèce, morphologiquement et fonctionnellement différent des autres. Cette perception pluraliste du développement périurbain, présentée comme un fait d’observation, est en nette contradiction avec celle que prétend théoriser Cerdâ, à savoir la mécanique unitaire et égalitaire d’une urbanisation contrôlée. Mais surtout, suburbio voit ses usages décroître nettement dans les textes de la fin du siècle.

Conclusion : de nouvelles représentations ?

  • 29 Les historiens et, plus particulièrement, les historiens de l’urbanisme ont souligné cette dimensi (...)

32Une étude plus approfondie pourrait référer cette transformation du vocabulaire aux nouvelles modalités du développement urbain : la jonction des différents faubourgs à la périphérie des agglomérations, l’établissement de véritables ceintures périurbaines continues pourraient expliquer la dimension unitaire de la nouvelle terminologie. L’accentuation des ségrégations urbaines, l’extension inédite des villes ou la spécialisation fonctionnelle des espaces urbains nous renverraient davantage vers la fonction dénégatoire de certaines représentations sociales. La notion d’ensanche permettrait alors une perception simple et rassurante, car unitaire, des nouveaux espaces urbains. On peut ainsi noter que l’affirmation des ségrégations urbaines au xixe siècle en Espagne est très sensiblement perçue et décrire à partit des quartiers périphériques : faubourgs populaires misérables, certes, mais aussi quartiers aristocratiques résidentiels. Il faudrait certainement faire la part du descriptif et du normatif dans ce nouveau lexique, et éventuellement souligner la fonction idéologique d’un vocabulaire spécialisé de la ville. Reconnaissons que le groupe social porreur de ces représentations est l’élite éclairée, progressiste, à quelques nuances près (Coudroy de Lille 1999)29. Nous connaissons mal les représentations d’autres groupes sociaux, compte tenu des sources disponibles (et peut-être ces groupes cultivent-ils à ce moment des représentations nettement plus « divisionnelles »).

33Nous nous limitons ici à mettre en évidence le contraste entre le caractère divisionnel de la terminologie déclinante et celui, nettement unitaire, de la terminologie nouvelle. Le caractère particulièrement concurrentiel du contexte lexical doit encore être souligné pour percevoir la singularité de cette émergence.

  • 30 Nous reprenons ici volontairement la terminologie de René Maunier, qui fait de la « différenciatio (...)

34Alors, ville de l’avenir contre ville du passé ? C’est bien ainsi que nos descripteurs de villes du milieu du xixe siècle formulent les enjeux. La ville observée, et qui serait celle du « présent », confond les deux types de discours... Leur conception de l’espace urbain n’est pas uniquement celle du progrès : perçue ici par les mots choisis pour le décrire plus que par les idées défendues, elle peut aussi renvoyer à d’autres référents, par exemple celui de la ville traditionnelle, ville-noyau, fermée, ramassée. Ville « indifférenciée » des origines, toujours soumise à un processus de bourgeonnement faubourien, et que l’idée d’ensanche permet de rétablir au moment précis où la prolifération périphérique s’emballe (Maunier 1910)30. Les transformations urbaines du xixe siècle perturbent les représentations de toujours. Cela se traduit à la fois par un brouillage lexical dans la dénomination des quartiers récents – hésitations dont nous avons souligné l’existence – et par le succès d’un mot, nouveau comme un sou neuf mais capable de restaurer une cohérence des représentations, au prix peut-être d’une réfutation des mutations en cours.

  • 31 Le géographe Manuel de Terán l’évoque dans un article fondateur de l’analyse géographique de Madri (...)

35Le développement de quartiers nouveaux ne se traduit donc pas automatiquement et simplement par l’apparition de mots nouveaux, adaptés à une réalité urbaine changeante. Dans les circonstances historiques que nous avons évoquées, le lexique nouveau est fortement irrigué d’une idéologie qui revisite l’ensemble de l’espace urbain. Or cette idéologie n’est pas seulement faite de progrès et d’aspiration au changement urbain : elle s’imprègne aussi d’une intention préservatrice de la ville unitaire, indifférenciée. Une hypothèse similaire peut sans doute être développée avec un autre mot nouveau des périphéries urbaines espagnoles, qui apparaît et s’impose quelques décennies après ensanche : l’extrarradio (littéralement « périphérie »). Ce vocable désigne les nouvelles étendues urbaines du début du xxe siècle, encore plus vastes que l’ensanche, et semble donc participer de la même vision unitaire de l’espace urbain (Terán 1961)31. Enfin, la grande trouvaille française que constitue banlieue au xixe siècle peut aussi être abordée de la sorte, si l’on veut étendre l’enquête.

Sources

36Le corpus de référence consiste en des ouvrages qui évoquent de façon globale la ville espagnole dans la seconde moitié du xixe siècle. Les ouvrages ont parfois un caractère monographique – ils ne traitent que d’une ville –, parfois un caractère synthétique – ils essaient de « théoriser » la ville espagnole –, sans que la démarcation entre les deux soit toujours nette. Nous en avons extrait les passages portant sur les nouveaux quartiers, en général assez brefs et peu nombreux, mais assez circonscrits. Pour les textes de Cerdá, qui relèvent à la fois de la monographie et de la synthèse et qui constituent la partie la plus volumineuse du corpus, les index de mots publiés dans l’édition conjointe du ministère des Administrations publiques et des mairies de Madrid et Barcelone (1991) constitue un guide précieux pour ce genre d’enquête.

37Construit pour d’autres fins que la présente étude, ce corpus comporte beaucoup de textes écrits par des urbanistes, avec un objectif d’aménagement urbain ou du moins de participation aux débats sur ces questions. Ce biais est important et conditionne sans doute les conclusions apportées, même si nous leur maintenons surtout un statut d’hypothèse. Cela dit, ces textes renferment d’importants passages purement descriptifs, notamment dans une première partie parfois dite « analytique ». Par ailleurs, nous pensons que c’est largement à travers ce corpus qu’émerge en Espagne une description des quartiers nouveaux.

38Un autre fait nous semble pourtant mériter mention, ses conséquences pouvant être elles aussi fortes : la différence entre quartiers périphériques et quartiers nouveaux pose un véritable problème, notamment au début de notre période. En effet, la « nouveauté urbaine » est décrite aussi dans les aires déjà urbanisées (thématique des « améliorations » et de la « réforme »), dans un vocabulaire qui fait peut-être système avec celui que nous présentons ici. Nous n’en parlons pas, ayant préféré nous cantonner à une définition plus conventionnelle des quartiers nouveaux (ou nouveaux territoires urbains, pour reprendre l’intitulé de ce groupe de travail). Mais pour être vraiment complète, il est possible que cette histoire d’un lexique doive aussi prendre en compte cette dimension.

39La liste ci-dessous ne mentionne que les textes du corpus cités dans cet article.

40Castro (CM.) de. 1860. Memoria descriptiva del anteproyecto de ensanche de Madrid formado por el inspector de distrito del cuerpo de ingenieros de caminos, canales y puertos D. Carlos María de Castro. J. de la Peña.

41Cerdá (I.) 1855. Ensanche de la ciudad de Barcelona. Memoria descriptiva de los trabajos facultativos y estudios estadísticos hechos de orden del Gobierno... Manuscrit (Archives genérales de l’administration).

42– 1859. Teoría de la construcción de las ciudades aplicada al proyecto de reforma y ensanche de Barcelona. Manuscrit (Archives générales de l’administration).

43– 1861. Teoría de la viabilidad urbana y reforma de la ciudad de Madrid. Manuscrit (Archives générales de l’administration).

44– 1867. Teoría general de la urbanización y aplicación de sus doctrinas y principios a la reforma y ensanche de Barcelona. Barcelone, Imp. española.

45Coello (E) 1847-1870. Atlas de España y sus posesiones de ultramar. Madrid. 46 planches.

46Fernandez de los Pdos (A.) 1868. El futuro Madrid. Paseos mentales por la capital de España tal cual es y tal cual debe dejarla transformada la revolución. Barcelone, Imp. de la Biblioteca Universal Económica.

47Guardiola Pico (J.) 1892. Proyecto de ensanche de Alicante (Memoria). Manuscrit (Archives générales de l’administration, dossier 8016-8017).

48Mesonero Romanos (R.) de. 1846. Proyecto de mejoras generales de Madrid... Madrid, Imp. A. Espinosa.

49Monlau (P. E) 1862. Elementos de higiene pública o arte de conservar la salud de los pueblos. Madrid, Pablo Riera (première édition : 1847).

50Perís (V.) 1873. Proyecto de ensanche de la ciudad de Tortosa (Memoria descriptiva). Manuscrir (Archives générales de l’administration, dossier 8217, EyC 8956).

51Sancho (A.) 1855. Mejoras materiales de Valencia. Valence.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bassols (M.) 1973. Génesis y evolución del derecho urbanístico español. Madrid, Montecorvo.

Coudroy de Lille (L.) 1999. « Une notion partagée : l’ensanche de población en Espagne au xixe siècle », dans : Boudon (Ph.) (éd.), Langages singuliers et partagés de la conception et de l’urbain. Paris, L’Harmattan : 121-131.

Maunier (R.) 1910. L’origine et la fonction économique des villes. Étude de morphologie sociale. Paris, Girard et Brière, Bibliothèque sociologique internationale.

Sambricio (C.) 1991. Territorio y ciudad en la España de la Ilustración. Madrid, Instituto del Territorio, 2 tomes.

Terân (M. de) 1961. « El desarrollo espacial de Madrid a partir de 1868 », Estudios geográficos : 601-602.

Notes

1 Certains plans ont été utilisés, à condition que ceux-ci renvoient directement à un texte support, soit marginal au document soit édité de façon conjointe. Certains titres donnés en bibliographie semblent ne pas correspondre à des évocations globales de la ville : ils comportent cependant un ou des passages ayant cette ambition. On retrouve ainsi localement, y compris dans son caractère répétitif et superficiel, la tradition des descriptions de ville, augmentée des nouveautés et idées du xixe siècle.

2 « Como los suburbios han ido creciendo y multiplicândose, cada urbe ha necesitado crear una nomenclatura especial a fin de distinguir con nombres propios los diversos grupos de edificación, lenvantados en su comarca e inmediaciones » (chapitre « Indicateur urbain, c’est-à-dire répertoire des divisions, noms, moyens et signes conventionnels pour exprimer, distinguer et désigner aussi bien les groupements urbains dans leur ensemble, que l’ensemble ou chacune de leurs parties », dans : Cerdá 1867 : 473).

3 Ibid. : 471.

4 « El no tener tampoco necesidad de que sufra alteración alguna lo exterior de esta parte de la ciudad, puesto que quedarían también en las afueras, y como están, el arrabal de la calle de San Vicente » (Sancho 1855 : 176).

5 Coello 1847-1870. Voir aussi Pascual Madoz, Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de ultramar (16 volumes), Madrid, 1845-1850.

6 Les nuevas poblaciones sont une page classique de l’histoire de la ville espagnole, correspondant, aussi bien pour les « villes nouvelles » que pour les quartiers planifiés à proximité des ports (et qui nous intéressent ici), à l’urbanisme des Lumières.

7 « Carácter y desarrollo de la urbanización en Alicante durante nuestro siglo – Alicante que en nuestro siglo ha triplicado la extensión de su urbe lo ha hecho sin tendencias a una urbanización meditada. Reconstruido el arrabal o barrio de San Antón en 1818, ha podido sujetarse a un plan cuanto más necesario como ocupándose la ladera... » (Guardiola Pico 1892).

8 « El fundador de las barriadas de que vamos hablando y que podrían reputarse a la manera de una colonia, no cumplirá con su deber ni con su interés, si no dotase al nuevo barrio no sólo de las calles limitadas y formadas por los edificios construidos, a tenor del plan aprobado, sino también de todas aquellas vías que fueren conducentes o para poner dicho suburbio en comunicación directa, fácil y cómoda con el resto de la población » (Cerdá 1861, § 1387 : 221).

9 En français dans le texte.

10 « Resulta que es altamente inconveniente la fusión de varias clases de habitantes en una misma casa ; que tampoco se deben aislar y confinar los pobres en los barrios extremos o separados de la población ; y finalmente que no deben acuartelarse como en las Cités que se construyen en el centro o en los varios barrios de las grandes poblaciones » (Cerdá 1859, § 1067 : 359).

11 « Por todas estas razones, seríamos de parecer de que, además de las ampliaciones de ciertos barrios extremos, señaladas ya en su respectivo lugar, se formasen inmediatamente cinco grandes arrabales o burgos extramuros... » (Mesonero Romanos 1846 : 1).

12 Ce texte, qui émane de l’un des grands représentants du siècle des Lumières, est repris par le décret de 1857 demandant l’élaboration d’un plan d’extension urbaine à Madrid.

13 Ce qui introduit une intéressante ambiguïté, población (« agglomération ») pouvant désigner à la fois la « ville » et la (sa) « population ».

14 « En efecto, en nuestras investigaciones, hemos creido ver très grandes grupos de índole diversa, que marcadamente se hallan separados unos de otros por sus condiciones especiales y que han llegado a fijar nuestras ideas respecto a la distribución en la citada zona » (Castro 1860 : 104).

15 « Sin embargo en España se ha tenido muy poco cuidado sobre este particular, pues no sólo hemos visto desobedecido el mandato de levantar los planos de las principales poblaciones, sino que también hemos presenciado que en la inmediaciones de las dos mas principales se ha tolerado la construcción de otras nuevas sin que para ellas haya precedido ningún plan. Chamberí en las cercanías de la Corte, y Barceloneta, Gracia [...] en las inmediaciones de esta Ciudad son poblaciones que en su disposición y trazado constituyen un verdadero padrón de ignominia para nuestro siglo ». (Cerdá 1855, § 99).

16 Nous le gardons dans la suite de cet article sous sa forme espagnole.

17 « Ensanche de población : Terreno dedicado a nuevas edificaciones fuera del casco de una población ; la misma parte nueva de población, ya edificada”, Diccionario enciclopédico hispanoamericano, 1908. L’édition précédente, de 1888-1893, ne donne pas le terme ensanche dans son acception urbaine, se contentant, comme tous les dictionnaires antérieurs, de l’acception générale de « dilatation, extension”. Les dictionnaires actuels donnent le même type de définition : « 1 – Dilatation, extension. 2 – (textile ; sens technique). 3 – Ensanche de una población : terrain dédié à de nouvelles constructions à l’extérieur d’une agglomération et ensemble des immeubles qui ont été construits sur ce terrain. Voir Zone d’Ensanche » (« 1 – Dilatación, extensión. 2 – [...] 3 – Ensanche de una población : terreno dedicado a nuevas edificaciones en las afueras de una población y conjunto de edificios que en este terreno se han construido. V. Zona de Ensanche ». (Diccionario de la lengua española, Real Academia, 21e édition, 1992).

18 « Se entenderá por ensanche de una población la incorporación a la misma de los terrenos que constituyan sus afueras, en una extensión proporcionada al aumento probable del vecindario, a juicio del Gobierno, siempre que aquellos terrenos hayan de convertirse en calles, plazas, mercados, paseos, jardines y edificios urbanos ». (règlement de la loi du 29 juin 1864, 25 avril 1867).

19 Le vocabulaire des « améliorations ». (mejoras urbanas) ou de la « réforme ». (reforma urbana) urbaines, celui de la « construction de la ville ». (construcción de la ciudad) ou de l’assainissement (saneamiento) sont présents, et parfois antérieurement à ensanche, mais n’entrent pas à la fois dans le vocabulaire courant et dans celui des réglementations. C’est dans ce contexte lexical que Cerdá tente le célèbre néologisme urbanización.

20 « Debe llevarse a cabo el ensanche y engrandecimiento de la ciudad en los términos indicados ». (Sancho 1855 : 170).

21 « Buen proyecto de ensanche o trazado de nueva población » (Cerdá 1855, § 10 : 57).

22 « Los preceptos higiénicos, las necesidades industriales [...] reclaman al ensancherse una población o por mejor decir, al levantar una ciudad nueva para agregarla a otra ya existente » (ibid, § 2 : 55).

23 « El Gobierno atenderá también a este punto, disponiendo el ensanche superficial de las poblaciones que lo necesiten, y oponiéndose a todo ensanche piramidal, o por superposición de habitaciones. Y todos los inconvenientes que puedan alegarse contra este ensanche superficial deben enmudecer ante las ventajas de la salubridad, que es la primera de las condiciones de la existencia » (Monlau 1862 : 90)

24 « El ensanche de la capital se llevará a cabo, sin duda, por la fuerza de las circunstancias : pero formándose proyectos aislados en cada extremo de la población y haciéndose las reformas sin unidad ni concierto, se vendrá a parar a un resultado informe y poco provechoso... » (Décret de 1857 sur l’extension de Madrid).

25 « Cuando por efecto de circunstancias prósperas conviniese dar ensanche a una población, podría dársele por medio de arrabales construidos a cierta distancia, por medio de poblaciones subalternas o sufragáneas, por medio de barriadas o barrios sueltos que, sin dejar de constituir una sola ciudad en el orden político, mercantil, jurisdiccional, etc., proporcionasen a sus moradores la cantidad de aire puro necesaria para respirar y vivir con desahogo » (Monlau 1862 : 86).

26 « Y se ha desarrollado dando vida a multitud de barrios tan pegados a ella como ha sido posible y hasta pueblos como lems y Roquetas [...] que fueron siempre considerados como arrabales de la misma pero que dada su importancia se separaron de Tortosa [...] contando ya hoy con 7117 habitantes » (Perís 1873).

27 « Pretender que un pueblo que desde Felipe IV está encerrado dentro de una tapia de tierra, siga aún de la misma manera, es tanto como pedir que no salga jamás de lo que es, de un lugarón de Castilla, sin afuera, sin arrabales, sin cercanías, sin campiña, sin porvenir » (Fernández de lo Ríos 1868 : 197).

28 « Antes de penetrar en el núcleo de cualquier urbe, a mayor o menor distancia de su recinto se elevan siempre constantemente algunos grupos más o menos considerables de construcciones que se llaman arrabales, afueras, o lo que nosotros llamamos suburbios. » [...] Les quartiers périphériques sont ceux de l’extrême richesse et de l’extrême pauvreté, si l’on en croit les descriptions du moment. Cerdá évoque l’ex-urbanisation aristocratique par construction de vastes résidences luxueuses, autant que l’installation des plus pauvres en dehors des périmètres d’octroi dans des faubourgs insalubres.

29 Les historiens et, plus particulièrement, les historiens de l’urbanisme ont souligné cette dimension idéologique. Celle-ci est partagée par une partie significative de la classe dirigeante urbaine.

30 Nous reprenons ici volontairement la terminologie de René Maunier, qui fait de la « différenciation » un outil de l’analyse urbaine. En distinguant ville « différenciée » et ville « indifférenciée », il élabore à la charnière du xxe siècle une théorie de l’évolution urbaine. En reprenant ses mots, nous souhaitons ici non pas reprendre à notre compte sa grille interprétative, mais souligner comment cette dernière put être en accord avec des représentations d’époque, plus largement partagées, conscientes ou non.

31 Le géographe Manuel de Terán l’évoque dans un article fondateur de l’analyse géographique de Madrid et plus généralement des villes espagnoles : « À partir de 1860, le territoire municipal de Madrid est divisé en trois zones : celle de l’intérieur, l’ensanche et l’extrarradio. [...] Mais en même temps, dans l’extrarradio, au delà des promenades de ceinture, hors de la règle urbanistique de l’ensanche et en toute indifférence et ignorance des normes établies pour celui-ci, démarra, grâce au bas prix du sol, une nouvelle phase d’activité constructive, dont le rythme parvint à être supérieur à celle de celui-ci. »
Outre l’intérêt d’observer une autre « aventure de mot » ayant certains points communs avec celle d’ensanche, un travail sur le mot extrarradio permettrait de mieux dimensionner le fait de la planification dans ses rapports avec les « représentations unitaires ». En effet, avec ensanche, la confusion est totale, renforcée par le fait que l’apparition de cette notion fait corps avec l’émergence de la planification urbaine contemporaine. Lui aussi « unitaire », l’extrarradio se définit cependant comme l’espace urbain sans planification préalable.

Auteur

Laurent Coudroy de Lille, géographe, université de Paris XII-Val-de-Marne

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable