Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nommer les nouveaux territoires urbains

 | 
Hélène Rivière d’Arc

I. Du rêve à la banlieue

Dire les nouveaux territoires : du stigmate de la banlieue à l’ubiquité du paysage

Germain Adell et Xavier Capodano

Texte intégral

1L’évolution du regard sur ce qui peut être dénommé provisoirement les nouveaux territoires, que nous analyserons plus loin, peut être étudiée en fonction des mots qui sont apparus pour les désigner. Les conditions d’apparition de ces mots, surtout de ceux en provenance du milieu scientifique, peuvent apporter des éléments importants pour l’analyse des réalités qu’ils contribuent à produire. Nous nous proposons de classer ces mots selon trois types de définition de ce qu’a été à chaque époque le territoire du dehors, du nouveau, face aux espaces connus de la ville centre historique. Chacun de ces trois types aurait une forme d’évolution et des mots qui lui appartiennent.

2Le premier groupe est constitué des mots les plus anciens : il s’agit essentiellement de faubourg et banlieue. Ce type de mot reste le plus ancré dans le langage populaire.

3Le deuxième groupe est formé par des termes issus d’une démarche par définition descriptive et analytique (car scientifique), ces vocables auraient surgi avec une caractéristique spéciale : la référence du mot à un positionnement spatial ou à une hiérarchie.

4Le troisième groupe est lui aussi d’origine savante, disciplinaire ou scientifique. Pour dépasser les mots qui font référence à une position relative désavantageuse, on remarquera en général l’utilisation du mot ville (qui redonnerait une certaine légitimité à ces territoires) dans un terme composé qui cherche à décrire certaines caractéristiques fondamentales de ces espaces comme leur fragmentation (ville éparpillée, ville archipel, ville à la carte, etc.) mais surtout à restituer à ces territoires leur caractère de ville (ou polis dans des termes comme métapolis, exopolis, etc.).

5D’autre part, le foisonnement actuel de termes qui essaient de décrire les nouveaux territoires (de la recomposition géographique de la forme urbaine en cours, voir groupe 3) appelle sans doute à analyser en termes de pouvoir et de savoir l’attribution et le fonctionnement des légitimités scientifiques. On serait tenté de dite « qui dénomme domine » et c’est cette course à l’originalité, au terme juste, qui paraît être en toile de fond de ces essais où les logiques particulières s’imposent sur une nécessité éventuelle (qui teste à démontrer) d’unification des critères pour dépasser le stade descriptif « originaire ».

6Nous allons tenter une première approximation analytique de ces groupes, sans prétendre à l’exhaustivité.

Premier groupe

  • 1 Banlieue : xiiie siècle, latin médiéval banleuca, « espace d’environ une lieue autour d’une ville, (...)

7Le premier groupe est constitué des mots les plus anciens dont l’origine se perd même si l’on connaît leur étymologie : il s’agit essentiellement de faubourg et de banlieue. Le phénomène suburbain à Paris est historiquement lié à ces deux termes. Si les faubourgs originaux avaient été incorporés successivement à l’enceinte de Paris, les banlieues avaient perdu leur caractère juridique de départ (d’où le mot tire son origine) pour se constituer en conglomérat de communes suburbaines. Ce type de mot reste le plus ancré dans le langage populaire. Si les nouveaux mots qui apparaissent pour désigner les nouveaux territoires, en provenance des sciences et des disciplines de l’espace ont tant de mal à s’imposer, c’est peut-être d’abord à cause de ce stigmate originaire du positionnement spatial désavantageux qui ne faisait que doubler celui dont le quotidien avait déjà affublé des mots comme banlieue (Picoche 1992)1.

8Dans les premières décennies du xxe siècle, les banlieues, peut-être pat manque de données précises, peut-être parce que le phénomène est très neuf, ne sont pas encore un objet, ni même un terrain d’étude ; font exception les travaux des juristes et des urbanistes groupés autour de l’Institut d’urbanisme de Paris qui se préoccupent surtout des problèmes techniques, administratifs et juridiques causés par la croissance de l’agglomération parisienne, et tout spécialement par les lotissements. Cependant, les travaux pionniers du statisticien Meuriot sont un démarrage important pour l’étude de la banlieue. En 1909, Meutiot préfère le terme « agglomération » à celui de « banlieue ». Dans une étude comparative de villes européennes, il montre qu’on ne peut plus dissocier ville et banlieue, toutes deux doivent être rassemblées dans l’agglomération. Cette agglomération peut être identifiée de deux façons :

A priori... on décrirait à l’avance un périmètre dans un rayon donné, et toute population y comprise serait comptée dans l’agglomération. [...] a posteriori, consisterait à ne pas délimiter à l’avance la sphère de l’agglomération, mais à y agréger les localités voisines, à mesure qu’elles atteindraient un chiffre de population à déterminer. La croissance d’une localité serait le signe qu’elle participe à la vie de la ville et ainsi elle en serait justement une annexe statistique (Meuriot 1909).

9Cette vision un peu « naïve » de la banlieue est pour Meuriot une façon de dépasser, par la statistique, les dénominations administratives, l’agglomération étant, selon son point de vue, un vrai district urbain, une région-ville.

10Les études sut la banlieue vont connaître un véritable essor avec les travaux de René Clozier. C’est à travers l’étude d’une gare parisienne et des mouvements multiples qu’elle suscite, mouvements de marchandises, de personnes et déplacements ville-banlieue et banlieue-ville, que Clozier va ouvrir un champ de recherche nouveau. C’est par la mobilité que la banlieue contemporaine va entrer dans le champ scientifique. La banlieue, « forme moderne de développement urbain », est envisagée par Clozier de façon très neuve, comme l’espace où se lisent de façon privilégiée les mutations des groupes sociaux et de leurs rapports. Les moyens techniques, tels que le chemin de fer, vont transformer la notion d’espace urbain classique :

  • 2 Mot déjà employé par Sellier dans les années 1920.

Les grandes villes dès lors prennent une extension tentaculaire2, se transforment en une vaste région urbaine dont les dimensions s’amplifient à l’échelle des déplacements des habitants [...] Les métropoles modernes apparaissent comme des organismes déformés par la banlieue, comme des grandes masses dont la trame urbaine est plus ou moins serrée, mais grâce à l’intensité des relations et des échanges, elles forment un monde à part que solidarise la même vie collective en dépit des problèmes soulevés pat ces nouvelles structures urbaines (Clozier 1945).

11Cependant, pour essayer de comprendre les transformations de l’espace périurbain, c’est le mot banlieue qui reste le plus usité par Clozier, même si les représentations qui lui sont associées s’inscrivent dans un registre beaucoup plus large par rapport à Meuriot qui, lui, tentait de se dégager de ce vocable.

12Pour Henri Sellier le développement du capitalisme est à l’origine de la ville moderne : c’est l’arrivée de la « ville tentaculaire ». Mais la force d’attraction et de concentration qui caractérise la ville moderne trouve cependant une limite dans la capacité même de la cité. On entre donc dans un processus de spécialisation de l’espace urbain et dans la constitution des périphéries d’agglomérations soit industrielles, soit résidentielles et luxueuses, occupées pat des catégories sociales bien distinctes. « Du phénomène de décentralisation des villes et d’extension vers la périphérie procède directement celui de la création des banlieues modernes » (Sellier 1920). Sellier va pousser l’analyse sur les disparités qui se créent entre la ville-centre et ses périphéries (disparités foncières, sociales, etc.), postulant donc qu’il faut repenser leur organisation, car la banlieue se distingue de la centralité urbaine existant jusque-là. Chez Sellier, le mot banlieue prend toute son importance, avec la volonté de la distinguer de la ville-centre.

13Il est intéressant de noter que les trois auteurs cités ci-dessus ne sont pas les seuls à parler de la banlieue, mais que ce sont des pionniers qui, à partit d’une approche historique, remarquent que le faubourg ou la banlieue de la ville, par le biais de l’industrialisation, sont en pleine mutation. Meuriot décide d’adopter le vocable agglomération, mais les deux autres réutilisent le mot banlieue, en y ajoutant les éléments selon eux significatifs pour analyser et étudier ce territoire qui se transforme sous leurs yeux à grande vitesse.

14Mais la banlieue est aujourd’hui, et en grande partie à cause de l’urbanisme moderne, un espace fortement connoté. Les grands vides (en bordure de la ville compacte) des ensembles sociaux d’habitation attestent d’un design typique du Mouvement moderne (et en France des Trente Glorieuses) qui conceptualisait l’espace urbain comme un résidu plus ou moins amorphe entre les objets architecturaux. Ceux-ci étant pensés à la fois comme toile de fond de l’architecture et comme jardin paradisiaque où les citoyens allaient se ressourcer, les multiples indéfinitions de leur design ont en réalité presque toujours précédé des problèmes insolubles, concernant aussi bien leur gestion et leur entretien que leur appropriation par les habitants, déroutés pat des codes inintelligibles et des modes de vie étrangement « modernes ».

15Bastié exprime ce rejet que provoque la banlieue et qui transcende l’objet pour connoter fortement le vocable :

S’il est un tissu urbain qui incite à réprouver l’urbanisation tentaculaire de notre époque, c’est sans doute en premier lieu l’« univers » des banlieues avec ses grands immeubles collectifs d’habitation, ses barres horizontales, ses chandelles et tours, la faiblesse des dessertes commerciales et des services de première nécessité, une distribution plus que parcimonieuse d’espaces verts et de jeux ou de loisirs ; construits en toute hâte pour répondre aux besoins gigantesques des grandes agglomérations, avec un souci de confort moderne encore inconnu ailleurs, il est vrai, ces bâtiments manquaient néanmoins – en dépit d’une salubrité certaine – d’un environnement convivial ; dotés d’un minimum d’équipements, ils permettaient à des ménages aux revenus modestes ou moyens de s’abriter, dans la mesure où des politiques d’habitat social offraient encore – dans les États développés – des aides au loyer. Parallèlement à cette poussée, de nombreuses entreprises établies à proximité durent fermer leurs portes, dépassées technologiquement ; ainsi augmenta la durée des flux de migrations quotidiennes. L’absence de véritable politique d’urbanisme social renforça les déséquilibres : à Paris, les banlieues résidentielles s’accrurent à l’est alors que les emplois tertiaires centrés autour de constructions spéculatives de bureaux se multiplièrent à l’ouest. Au début des années 1990, la fermeture symbolique de la Régie Renault à Billancourt consacre la fin d’une période : celle qui a pourvu les habitants des banlieues d’activités de proximité (Bastié 1995).

16La banlieue restera alors la mal-aimée des citoyens, les faubourgs ayant été récupérés depuis longtemps à l’intérieur de la ville et revendiqués pout leur « urbanité populaire » (bien que, évidemment, ils soient de plus en plus appropriés par les classes moyennes et supérieures à Paris). La comparaison avec le périurbain est tout aussi défavorable : la banlieue n’a pas le cachet du centre-ville ni la proximité de la nature de la périphérie plus lointaine :

Le contraste est saisissant, surtout dans les pays industrialisés, entre les centres-villes, qui bénéficient de coûteuses actions de rénovation ou d’aménagements de zones piétonnières, et les banlieues laissées à l’abandon ou intégrées à des zones urbaines qui ne profitent pas de la dynamique d’expansion de l’espace périurbain. Insérées entre des centres-villes qui constituent les vitrines du pôle régional, attirant milieux d’affaires, touristes ou badauds en quête de loisirs, et le périurbain « aéré » qui favorise l’exurbanisation des activités ainsi que des lotissements résidentiels convoités, les banlieues souffrent de leur exiguïté, de l’encombrement et d’une réelle obsolescence (ibid.).

17Si, comme nous le verrons plus loin, les nouveaux mots des nouveaux territoires ne s’imposent pas au sein même de la communauté scientifique qui les produit, c’est peut-être à cause de la prégnance du mot banlieue. En outre, le passage de nouveaux termes dans le langage courant restera dépendant des aléas d’un événement médiatique ou d’une utilisation dans le discours politique, lequel, pout l’instant, se borne à assurer son efficacité en ayant recours aux vieux mots connus de tous.

Deuxième groupe

18Ce groupe de mots est formé par des termes issus d’une démarche intellectuelle, souvent scientifique, consistant à créer des mots qui servent à décrire une certaine réalité que l’on veut mettre en valeur. Issus d’une attitude par définition descriptive, ces vocables auraient surgi avec une caractéristique spéciale : la référence du mot à un positionnement spatial ou à une hiérarchie. Des mots issus de la géographie ou de l’aménagement comme périphérie (de la ville), périurbain ou rurbain gardent les traces visibles d’un ordre préexistant face auquel le territoire à nommer se positionne désavantageusement. En général, ce type de mot est en fait une paire, dont l’un des membres est soit présent dans le mot (qui les unifie, comme périphérie pour périurbain, ou rural pour rurbain), soit implicite : lorsque l’on utilise le mot périphérie on fait toujours référence au centre.

19Ces mots spécifiques sont peu à peu venus se substituer au mot banlieue qui, selon Annie Fourcaut, est trop chargé d’imprécision pour les géographes :

Aujourd’hui les géographes paraissent préférer au mot banlieue, flou, chargé d’images et d’idéologie, des vocabulaires plus précis : première et seconde couronnes, périphérie urbaine, périurbain. Mais, par une sorte de glissement sémantique et disciplinaire inavoué, le mot banlieue tend à désigner aujourd’hui, autant qu’un espace géographique dominé, un type de société autonome, une gamme d’attitudes politiques et culturelles ayant leur originalité. [...] La banlieue, entendue plus comme un type de société que comme une forme particulière de l’espace urbain, glisserait donc, en tant que telle, dans l’escarcelle des historiens et des sociologues, les géographes concentrant plutôt leur attention sur le périurbain, front pionnier de l’urbanisation, ou conservant comme cadre d’étude prioritaire celui de l’agglomération, dont la géographie sociale continue évidemment d’étudier les populations (Fourcaut 1988 : 17).

20Ce glissement sémantique et disciplinaire auquel Fourcaut fait allusion consiste à faire coïncider un problème social, celui de la ségrégation, avec un fait spatial, celui d’habiter dans les grands ensembles en première ou deuxième couronne. Même si juridiquement le ban a disparu, il survit toujours dans l’imaginaire de la ville, relayé efficacement par les médias, avec un changement de sens vers le stigmate social déjà remarqué par Lavedan en 1936 (Lavedan 1959).

21Aussi, à partir du vocabulaire employé, la voie française de l’aménagement des zones périurbaines est toute tracée : le stigmate est passé peu à peu de la banlieue, non pas à la campagne, mais à la non-ville, au manque de « centralité » et surtout d’« urbanité ». Le géographe Chaline a fait cette remarque en dénonçant le fait que :

Implicitement, la ville est au cœur des préoccupations des aménageurs. Il y a déjà une relation d’inégalité pat rapport à tout ce qui n’est pas la ville. Tout ce qui est périurbain en est quelque peu dévalué (Chaline 1993).

22Au contraire, dans la tradition britannique, ville et campagne ont toujours été considérées comme deux parties indissociables du problème de l’aménagement. Déjà en 1909, à l’occasion de la première législation de planification adoptée en Angleterre (Housing, Town Planning, etc. Act), des auteurs font apparaître le rapport entre la « nouvelle problématique » du développement suburbain incontrôlé, avec le passage du sol agricole à l’usage urbain, et la naissance même de cette législation à partir de son orientation hygiéniste. Dès lors, il s’agira toujours de « Town and Country Planning », du point de vue tant institutionnel que législatif ou professionnel. Pour l’aménagement britannique, on ne peut pas séparer la ville de la campagne. Des évolutions postérieures feront encore apparaître l’idée de inner city (ville intérieure) dont le concept, par son existence même, confirme qu’il existe bien une outer city (Herington 1984) qui, tout en étant à l’extérieur des centres-villes, reste quand même la ville.

23Aux États-Unis et en Angleterre, au début des années 1940, l’ampleur des transformations spectaculaires à la périphérie des villes avait commencé à attifer l’attention des différentes disciplines, notamment la géographie urbaine. À partir de cette décennie, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe occidentale, la recherche urbaine se voit redéfinie par la prise en compte des phénomènes en cours dans l’espace des périphéries lointaines des villes comme point de contact entre les catégories traditionnelles urbaines et rurales (Wehrwein 1942).

24L’appellation urban fringe encore très usitée en Grande-Bretagne (et dont la traduction française frange urbaine est beaucoup moins utilisée que d’autres termes) apparaît dans la littérature américaine pour la première fois en 1937 dans une étude de T.L. Smith sur les mutations et la composition de la population de la Louisiane. L’urban fringe était la « zone construite immédiatement après les limites corporelles de la ville » (Pryor 1968). Au cours des années 1940 et 1950, un nombre significatif d’études adopte et diffuse ce terme à l’intérieur du cercle académique, sous l’acception générale de « lieu de la croissance suburbaine où l’utilisation rurale et urbaine du sol se mélange pour former une zone de transition entre ville et campagne » (Johnson 1974).

25Bien que certains termes passent d’un milieu à d’autres comme résultat des publications et des échanges académiques, on remarquera la « préférence » dans certains contextes pour une définition donnée au détriment d’autres : en Grande-Bretagne, cette période d’une vingtaine d’années où la profusion terminologique faisait rage a finalement débouché sur peu de termes, au demeurant les plus simples, qui se sont finalement imposés pour décrire (reste à juger de leur efficacité pat rapport à d’autres plus complexes) ces espaces en dehors des villes ou entre elles. L’un d’eux est sans doute urban fringe, et l’autre suburbia et tous ses composites : suburban growth, suburban sprawl, etc., tandis qu’en France justement, ces deux termes ont eu très peu de succès.

26Sans doute les phénomènes territoriaux se ressemblent-ils, mais ils ne sont pas identiques. A ce sujet Prud’homme, dans un article récent où il reprend un des néologismes en vogue chez les Anglo-Saxons (la mégaville), remarque dans la comparaison entre Paris et Londres que :

Alors que Paris est d’abord une ville au milieu d’une région (rurale), Londres est d’abord une région (urbaine) avec une ville au milieu. La densité au centre de Paris est plus élevée qu’au centre de Londres. Mais elle décline beaucoup plus rapidement à Paris. À 30 km du centre, elle est d’environ 500 habitants au km2, alors qu’à Londres elle est d’environ 2 000 habitants au km2. À 70 km du centre, la densité est de 100 à Paris (c’est la densité moyenne de la France), mais supérieure à 400 à Londres. À Londres, c’est la région qui fait la ville ; à Paris, c’est la ville qui fait la région (Prud’homme 1996).

27Si en 1976, dans un ouvrage parfois qualifié de « pionnier », Bauer et Roux introduisaient dans le milieu français le terme de rurbanisation (Bauer & Roux 1976), ils ne faisaient pas remarquer ses origines, quelques années plus tôt, dans la littérature scientifique anglo-saxonne.

  • 3 La majorité des contributions de l’époque propose une vision du périurbain qui privilégie un regar (...)

28Ainsi en 1968, Pryor, face à la complexe variété terminologique de l’époque3, proposait une catégorisation qui, en partant des extrêmes rural/urbain, permettait la délimitation de différentes phases à partir de la répartition de l’utilisation du sol, différenciant au passage périurbain de rurbain. Selon Pryor, l’espace périurbain possède une densité résidentielle, commerciale et industrielle plus élevée que la densité moyenne de la périphérie rurale-urbaine totale, des taux supérieurs d’accroissement de la densité de population, des processus de conversion de l’utilisation du sol plus dynamiques et des modèles de communications et de transports entre lieux de travail et de résidence plus fluides. Par contraste, l’espace rurbain présenterait une densité de population moins élevée, un plus fort pourcentage de terres destinées à un usage agricole ou laissées en réserve, des taux inférieurs d’accroissement de la densité de population, ainsi que des processus moins dynamiques quant à la conversion de l’utilisation du sol et aux déplacements journaliers de la population vers la ville (Pryor 1968).

29Mais pour certains géographes français, ces deux termes, à l’usage, seraient équivalents. Ainsi Bastié et Wackermann, à l’entrée « banlieue » de l’Encyclopodia Universalis, nous donnent leur définition :

Sur la frange extérieure, les espaces non bâtis se multiplient : terrains vagues, jardins et parcs, terrains maraîchers, etc., et la banlieue devient semi-rurale. Au-delà, dans les villages et communes, ruraux et citadins cohabitent de plus en plus, notamment retraités, travailleurs à domicile ou aux horaires souples. Chacun cultive son jardin. C’est la « périurbanisation » ou « rurbanisation » (Bastié Wackermann 1995).

30Avec le même sens Jean Steinberg, auteur d’articles et d’un livre sur la périurbanisation (Dezert, Metton & Steinberg 1991), utilise d’emblée les deux termes indifféremment :

Depuis près de vingt ans en France est apparu un nouveau mode de croissance urbaine. Il ressemble à ce qu’ont connu les pays anglo-saxons, en particulier les États-Unis et les îles Britanniques, vingt ans ou trente ans avant nous. On parie, soit de périurbanisation, soit de rurbanisation (Bauer & Roux, La rurbanisation ou la ville éparpillée) pour qualifier deux phénomènes connexes :

  • Le développement souvent prodigieux des franges périphériques des villes [...]
  • L’interpénétration de la ville et de la campagne à double titre : physiquement d’une part [...] ; socialement d’autre part (Steinbetg 1990).

31Mais en lisant Steinbetg plus attentivement on peut déceler une différence entre périurbanisation et rurbanisation : alors que périurbain désignerait toute aire extérieure de la ville, qui l’entoure et qui en dépend, étant séparée de celle-ci par des discontinuités importantes du tissu ; la rurbanisation (qui serait donc incluse dans cette définition plus générale) serait un phénomène de « dissémination » de l’urbain sur le rural, à la fois comme forme, comme mode de vie et même comme idéologie (dans l’ouvrage de Bauer et Roux, elle est perçue essentiellement comme un phénomène des classes moyennes) :

La rurbanisation résulte du déploiement et de la « dissémination » des villes dans l’espace [...] une zone futaie proche de centres urbains et subissant l’apport résidentiel d’une population nouvelle, d’origine principalement citadine [... et] caractérisée [...] pat la subsistance d’un espace non urbanisé largement dominant. C’est en cela surtout que son organisation spatiale se distingue de n’importe quelle banlieue. En effet, les banlieues se sont constituées jusqu’à présent en contiguïté totale avec la ville mère, dont elles apparaissent comme le prolongement spatial ; les habitants des quartiers neufs sont alors, d’une certaine façon, des « sous-citadins », attendant le remplissage de l’espace environnant qui donnera peu à peu à leur cadre de vie la dimension vraiment citadine qu’ont les quartiers plus anciens. Mais, lorsque aux prolongements périphériques habituels que sont les grands ensembles et les « nappes » pavillonnaires, viennent s’ajouter (et s’opposer) de plus en plus, dans des bourgs situés dans un rayon de quinze à vingt kilomètres du centre, autour de ces boutgs et entre ceux-ci, des constructions neuves, il s’agit d’une situation rurbaine spécifique (Bauer & Roux 1976).

32Par la suite, cette définition largement sous-tendue par un certain « spatialisme » qui privilégie le formel sur d’autres variables allait être nuancée par d’autres auteurs, par exemple Martine Berger, qui mettrait en question le paradigme démographique des classes moyennes délaissant en masse les centres-villes pour s’installer à la campagne, en démontrant qu’une grande partie des mouvement de population étaient des déplacements banlieue-périurbain ou bien périurbain-péri-urbain. Cet « exode » des activités et des populations, inverse à celui qu’on a appelé exode rural et qui a caractérisé la période d’industrialisation partout dans le monde, a encore donné naissance à des mots spécifiques : exurbanisation ou encore contre-urbanisation, plus usité en anglais (counterurbanisation).

  • 4 « Dès le xviiie siècle sans doute, plus sûrement encore au xixe, s’impose, dans les représentation (...)

33Il est intéressant de jouet avec l’idée qu’un phénomène social assez dramatique, comme l’était cet abandon massif des campagnes (et de tout un mode de vie et d’une culture) par les classes laborieuses qui se sont installées dans la ville, donnant naissance à la fois au prolétariat urbain, à la classe ouvrière et à la métropole moderne, puisse être reproduit cent ans plus tard par un phénomène équivalent prônant un retour à la terre « écologique » d’une grande partie des habitants de cette grande ville qui serait devenue insupportable. Mais s’agit-il vraiment de cela ? Peut-on assigner des correspondances de classe à chaque type d’espace concerné, à chaque type de périphérie que l’on crée ? Si l’exode rural a donné véritablement naissance à la banlieue, puis lui a donné des couleurs (le rouge étant sa véritable marque de fabrique, voir Burgel 19904), ne trouve-t-il pas son faux reflet dans un mouvement contraire, mais cette fois-ci des classes moyennes réifiées (et il ne s’agit alors nullement d’un exode, mais d’une nouvelle colonisation), qui nous annonce à travers ces changements dans le langage qu’une ère est révolue ?

34Si la résistance du terme « banlieue » atteste la persistance d’un sérieux problème social non résolu, la catégorie sociospatiale qu’il véhicule est peut-être à remettre en question. Ce « glissement sémantique et disciplinaire inavoué » dont parlait Fourcaut n’est-il pas à mettre aussi sur le compte d’un partage idéologique de la problématique sociale de cette fin de siècle ? La banlieue serait l’affaire des politiciens (et une analyse du discours politique et public le montre), de certains sociologues, ou encore des historiens, de quelques architectes enfin qui ne voudraient pas renoncer à leur terrain d’expérimentation favori. Inversement, l’herméticité d’un discours spécifique aux espaces périurbains préserverait à la fois l’exactitude dans l’approche de l’objet et une certaine asepsie sociale et idéologique convenant mieux au travail scientifique.

  • 5 « Mais précisément parce que ces implantations spatiales ne peuvent être lues comme prolongement d (...)

35Enfin, passer de la banlieue au rurbain serait le résultat d’un mouvement centrifuge autant dans l’espace géographique que dans celui des représentations sociales sur le territoire. La ville bourgeoise a finalement créé une nouvelle enceinte qui remplace ses murailles : c’est la banlieue. La dépasser, c’est retrouver à nouveau la possibilité de la mobilité sociale, notamment à travers l’accession à la propriété dans le périurbain, d’abord dans les lotissements proches et ensuite à travers la dissémination de l’habitat et des modes de vie urbains sur la campagne, exurbanisation qui produit un mitage de l’espace rural dans un phénomène de rurbanisation qui s’appuierait sur une hyperurbanité (Bordreuil 19955). Et si nous forçons le trait pour montrer comment le discours devient hermétique, c’est aussi que la relation espace-société devient à la fois plus opaque et apparemment moins pertinente pour l’analyse. Seulement il apparait que les schémas d’analyse doivent forcément changer.

36Si, comme le dit Alain Touraine (1991), nous sommes en plein passage d’une société verticale (avec des classes sociales hautes, moyennes et basses) à une société organisée à l’horizontale, où l’important est de savoir si l’on est au centre ou à la périphérie, tout le travail reste à faire. Surtout si l’on part de l’hypothèse que cette opacité de la relation espace-société tient au fait que les liens hiérarchiques dans l’espace ne restituent plus la complexité des rapports sociaux, car l’espace devient de plus en plus abstrait en fonction de la réduction du temps nécessaire aux déplacements : habiter en périphérie ne veut plus dire être périphérique.

37Cette recomposition de l’espace et de la société a appelé ces dernières années (et continue de le faire), dans le registre des disciplines de l’espace notamment, à la création de nouveaux mots qui puissent décrire plus justement ces changements. Nous les examinerons dans le troisième groupe.

Troisième groupe

38Le troisième groupe est d’origine savante, disciplinaire ou scientifique. Il est contemporain et, tout en répondant à la même vocation poétique de création de la réalité que l’on décrit, il essaierait de dépasser les mots qui font référence à une position relative désavantageuse. Pour ce faire, on remarquera en général l’utilisation du mot ville (qui redonnerait une certaine légitimité à ces territoires) dans une expression composée qui cherche à décrire soit certaines caractéristiques fondamentales de ces espaces comme leur fragmentation (ville éclatée, ville archipel, ville à la carte, etc.), soit leur condition originale dans une histoire urbaine qui s’explique en addendum au terme : c’est le cas de la troisième ville (Mongin 1995).

  • 6 « Au centre de la côte atlantique des États-Unis s’accumule la plus grande concentration urbaine d (...)

39Si les nouveaux territoires en périphérie de la ville correspondent à un nouveau mode d’urbanisation émergent, celui-ci est significativement différent des processus d’urbanisation qui avaient donné forme aux villes d’Europe occidentale après la longue période du boom de l’après-guerre. Il s’agirait d’une recomposition géographique de la forme urbaine, tendant à la création, par décentralisation et recentralisation polynucléaire, des régions urbaines qui dépassent largement la taille et l’idée même de métropole et de mégalopole (Beaujeu-Garnier & Lefort 19956). N’étant ni ville ni banlieue, au moins dans le sens traditionnel de ces termes, de nombreux concepts ont émergé dernièrement dans la littérature scientifique pour essayer de nommer ces pôles re-concentrés de la croissance urbaine périphérique, résidentielle, commerciale ou industrielle de haute technologie ou bien les vides entres ces pôles, tout aussi importants dans le schéma : outer city (Herington 1984), Edge City (Garreau 1991), postsuburbia, exopolis (Soja 1996), métapolis (Ascher 1995), ville archipel (Viard 1994), etc.

40Cette restructuration industrielle, qui a été décrite comme recomposition « post-fordiste » ou « accumulation flexible », touche les villes et les régions à travers le monde entier. La géographie post-fordiste caractérisant la période actuelle présente quelques espaces qui synthétisent les périodes antérieures : elle incorpore ainsi ces anciennes aires industrielles en déclin ou réadaptées à des formes de production plus flexibles et aux techniques nouvelles de management, mais aussi de nouveaux pôles technologiques en périphérie des métropoles, des niches manufacturières artisanales et des districts dédiés aux services et aux communications dans la banque et les finances mais de plus en plus aussi dans le spectacle, la mode et la culture. Au-delà de la conception, les vides caractéristiques de ces territoires seraient l’inscription dans l’espace de ces processus économiques, sociaux, culturels et politiques.

41Ce modèle spatial répondrait à une logique qui dessinerait des « paysages du pouvoir » (Zukin 1991) comme résultat de la relation entre les élites et les classes moyennes par rapport au centre-ville et aux périphéries. Celles-ci seraient ainsi les lieux privilégiés du nouveau modèle de croissance où les grandes villes se transforment en « antennes » locales du système global, en une situation dans laquelle la concurrence pour attifer les entreprises commence à guider les actions politiques et à se transformer en objectif de l’aménagement métropolitain. Aménagement que l’échelle que prennent ces villes et les nouvelles stratégies de localisation des entreprises, commerces et autres pôles d’échange ne permettent plus d’appeler seulement « urbain ».

42Comment répondent les disciplines de l’espace à ces changements qu’elles-mêmes contribuent à décrire ? Le problème des mots y est extrêmement important, car d’une part, il est la face visible et la synthèse des différences entre les approches scientifiques ou disciplinaires et les réalités territoriales de chaque contexte, et d’autre part, il représente aussi un enjeu de légitimation scientifique où s’exprime mieux la relation entre savoir et pouvoir. Un exemple de la mesure dans laquelle les enjeux du savoir peuvent aussi devenir enjeux du pouvoir est l’évolution de la problématique écologique en Allemagne, passée du scientifique au politique autour d’une certaine idée de nature qui n’exclut pas, comme en Angleterre, une évidente idéologie antiurbaine.

43Par ailleurs, le développement des objets scientifiques liés aux nouveaux territoires suit clairement des différences de cultures disciplinaires et des représentations sociales de l’espace elles aussi différentes. Le problème des compétences sur l’urbain et des professions de la ville est au cœur de cette question et apporte des éléments d’explication à propos de la constitution des champs de savoir autour des nouveaux territoires.

44Dans le schéma actuel, on peut faite l’hypothèse que l’architecture et l’urbanisme sont plus occupés à résoudre les arbitrages complexes de la maîtrise d’œuvre de ce type de processus vis-à-vis des différents acteurs, auxquels ils répondent par l’adaptation des modus operandi connus et éprouvés dans d’autres contextes, qu’à s’attacher à conceptualiser autrement ces espaces. A l’inverse d’autres périodes plus fastes où l’architecture devançait les besoins spatiaux de la société en les théorisant et en proposant des solutions plus ou moins adaptées, parfois avant même que les problèmes n’apparaissent, aujourd’hui la maîtrise d’œuvre serait dépassée par des processus plus complexes qu’elle n’arrive pas à contrôler, entre autres par manque d’intégration des tâches et des compétences au sein d’une même structure (ce qui rendrait plus faciles lesdits arbitrages) mais aussi par un défaut de conceptualisation du nouveau type d’espace auquel les logiques dépassant la notion traditionnelle de projet urbain peuvent aboutir.

  • 7 Nous parlons de la montée en puissance d’une génération d’architectes-paysagistes, surtout aux Pay (...)

45Il semblerait cependant que, peu à peu, les urbanistes européens soient en train de découvrir, à l’instar d’une redéfinition des compétences sur le territoire7, que cet objet diffus et évanescent qui n’est ni ville ni campagne mais qui ne tardera guère à couvrir tout le continent, peut finalement être considéré – pour se libérer de tout a priori théorique véhiculé par les vieux mots – simplement comme un paysage « autre ». De là des termes comme middle landscape (Rowe 1991), qui nous vient des États-Unis, ou comme Eurolandschaft (Wilson 1996).

46L’émergence de concepts novateurs dans le milieu de la géographie anglo-saxonne ne doit plus surprendre un monde de la recherche française peut-être trop empreint de « scientificité », voire, dans certains cas, de positivisme. Bien que des excès puissent se produire (et l’affaire Sokal est là pout le démontrer), aux États-Unis et en Grande Bretagne la philosophie française des années 1980 est un objet d’étude privilégié qui ne reste pas cloisonné sous la bannière « philosophie », mais qui au contraire est incorporé aux analyses d’autres sciences humaines qui s’en trouvent alors enrichies.

47Ce n’est pas un hasard si Edward Soja propose, en se basant sut la pensée pionnière du Lefebvre du Droit à la ville et des hétérotopies de Foucault, une troisième voie de l’espace (Thirdspace) (Soja 1996) qui dépasse le dualisme de rigueur entre le Firstspace de l’empirisme géographique du territoire « réel » et le Secondspace des représentations (« imaginaires ») de l’espace. Une trialectique de la spatialité-historicité-socialité se doit d’être plus que la somme de ses composants en s’affranchissant naturellement des barrières disciplinaires à travers des « voyages » vers des lieux « réels-et-imaginaires » ou même « réels-et-imaginaires ».

48C’est aussi dans ce milieu qu’est né le concept de space-time compression (Harvey 1989), un phénomène qui est la conséquence directe de rhypermobilité permettant l’existence même de la outer city. Harvey invente ce terme pour décrire les façons dans lesquelles les technologies des transports et des communications ont augmenté la vitesse de déplacement du capital, des marchandises, des personnes et de l’information à travers la planète entière, qui s’en retrouve singulièrement et sélectivement « rétrécie ». Évidemment, nos perceptions et représentations de l’espace et du temps se trouvent face à une complète restructuration, dans laquelle les « vides » spatiaux et temporels sont des hiatus qui donnent sens à un quotidien spatiotemporel fragmenté (ou discret) mais qui peut néanmoins se révéler plein de sens et de liberté.

49Finalement c’est aussi dans le milieu anglo-saxon que surgit la réflexion sur la globalisation et notamment sur les effets sut l’espace de la globalisation économique. En outre, il ne s’agirait pas seulement d’effets, mais d’éléments constitutifs essentiels du phénomène : aujourd’hui on ne peut pas imaginer le schéma global sans l’existence des villes globales (Sassen 1991) ou des villes informationnelles (Castells 1989) qui assurent les relais territoriaux d’un réseau déterritorialisé. Cette dernière formule (tout comme les mots composés de Soja) exprimant le type de réflexion actuel, amène à penser que, entre autres, l’acceptation de travailler avec des paradoxes langagiers contribue largement à la vivacité de la pensée sur l’espace et à la capacité d’adapter dans des schémas complexes les contradictions de la société postindustrielle (post-fordiste, postmoderne, etc.).

50On remarquera finalement deux tendances dans la formation des nouveaux mots : la première qui consiste à ajouter des adjectifs au mot ville (ou société, comme c’est le cas avec la société d’archipel de Viard) : ville éparpillée était déjà proposé par Bauer et Roux en 1976 comme sous-titre de leur ouvrage sur la rurbanisation. On peut donc ajouter à cette catégorie ville globale, ville informationnelle, troisième ville, outer city, etc. La seconde tendance est celle qui consiste à puiser dans le grec ou le latin pour constituer le nouveau mot : mégalopolis, polymégapole, métapolis, exurbia, exopolis. Le penchant vers ces langues anciennes était déjà présent dans les mots comme périurbanisation, mais la différence n’est pas à chercher dans le préfixe, mais dans le mot urbanisation.

51En fait, ces deux tendances se rejoignent dans une attitude (salutaire à notre avis) qui consiste à récupérer dans le langage le caractère de ville de ces territoires. Ville ou polis, ces territoires acquièrent (du moins dans le regard de ces chercheurs) un statut que des années durant ils s’étaient vu refuser. L’altérité serait-elle enfin en train d’être acceptée ?

Conclusion

52Pour finir, nous pensons qu’il y a lieu de se poser la question de la légitimité de ces inventions de mots, ou en tout cas de leurs chances de succès, c’est-à-dire de permanence dans le langage. Si l’on peut faire l’hypothèse que certains de ces mots perdureront dans leurs disciplines, on voit que ce fait est intimement lié à leur appropriation par d’autres discours extérieurs, comme le discours politique ou celui des médias. C’est peut-être le destin de la ville globale puisque, déjà, la globalisation est dans la bouche de M. Tout-le-Monde du fait qu’elle modifie les données les plus importantes de sa vie quotidienne, comme le travail, la culture, le commerce et la consommation. Mais qu’en est-il de cette fureur dénominatrice quand on l’applique au monde qui nous entoure depuis longtemps ?

53Le territoire, finalement la terre en ce qu’elle a de plus primaire, n’est pas un nouvel objet technique (ou une création scientifique, une nouvelle molécule de synthèse) qui pourrait hériter d’un nom tout aussi original et approprié : il est difficile de donner de nouveaux noms à des réalités préexistantes, car elles se refusent à changer de statut. Il est en effet pour le moins discutable qu’il puisse même exister une réalité en dehors du langage : les choses seraient par là intimement liées aux mots, donc on ne pourrait pas changer les uns sans affecter le statut ontologique des autres d’une façon telle qu’elles en deviendraient d’autres, jamais exactement les mêmes.

54À l’argument par lequel ce serait la société qui réagirait en donnant de nouveaux noms s’oppose celui, plus dérangeant, selon lequel ce sont les choses elles-mêmes qui s’y opposent dans une immanence de l’objet dont notre société n’a que récemment commencé à considérer la possibilité (Baudrillard 1983 ; Calvino 1983). Si l’on fixe le regard sur l’histoire longue des mots et la persistance des termes comme banlieue, mais aussi territoire ou paysage en comparaison avec l’ensemble des termes scientifiques ou disciplinaires dont nous avons esquissé une analyse (ou une histoire), on pourra mieux comprendre qu’il incombe à une société et à une culture déterminées dans un espace-temps donné et surtout en devenir, de modifier à la fois le langage et la réalité d’une manière aussi spectaculaire que ce que l’on constate en examinant rétrospectivement les grandes ruptures épistémologiques de notre histoire.

55Plus on essaiera de trouver un terme juste et original, plus la réalité se montrera réfractaire car, bien que l’on puisse suivre la trace des processus de changement des mots, deux choses fondamentales nous sont interdites : primo, d’en trouver exactement les origines – de « signer et de dater » les évolutions – et secundo, plus difficile encore, d’agir volontairement et à court terme dans ce type de processus. C’est ce que Michel Foucault s’est vu forcé d’expliquer à maintes reprises et notamment aux historiens après Les mots et les choses : les ruptures épistémologiques (un peu comme l’Ange de l’Histoire de Benjamin), on ne peut que les constater après coup et il n’y a jamais un Sujet (constitué en tant que tel) derrière.

56Peut-être en même temps, certaines disciplines ont-elles plus conscience que d’autres de l’opportunité d’une « modestie dénominatrice » qui prenne acte de cette impossibilité et qui, tout en profitant de marges plus ou moins élastiques imposées pat le sens établi des mots, cherche, dans une polysémie élargie par un usage professionnel plus précis (et au demeurant plus imaginatif), à cerner plus précisément les nouveaux phénomènes spatiaux qui se présentent dans la recomposition géographique en cours.

57Ainsi certains géographes, certains sociologues, des architectes et des paysagistes semblent revenir effectivement à l’usage de termes comme territoire et paysage. Celui de territoire, en s’appuyant sur l’amplitude de son sens et des images qu’il évoque, a depuis longtemps élargi son sens juridique de départ (« juridiction » uniquement au xvie siècle) (Richelet 1970) vers un sens plus spatial et géographique.

58Bien qu’elle soit moins médiatique que les dénominations faisant allusion à un nouveau type de ville, une conception élargie du territoire qui incorpore les vides et les pleins, la densité et l’étalement, l’urbain et le suburbain, la nature et la culture, apparaît en filigrane de certains travaux. Elle implique un changement d’échelle, un renouveau de la perception spatiale et une intégration des contraintes territoriales et naturelles de l’environnement à la construction d’un cadre de vie urbanisé, sur fond d’avènement d’une révolution technologique et culturelle aussi importante que la révolution industrielle. Aujourd’hui, si le mot territoire commence de nouveau à jouir des faveurs des géographes, on court le risque qu’il se trouve utilisé comme concept « fourre-tout » justement à cause de la neutralité de sa signification.

59Le concept de paysage, le plus intéressant à notre avis, serait quant à lui en train de subir des modifications, des « élargissements » de son sens, apportés par de nouvelles approches qui prônent une esthétique « autre » du territoire : une « esthétique du vide », une architecture « verte » et de faible niveau d’intervention, l’intégration de l’incertitude dans les procédures d’urbanisme et l’assomption critique de la condition périphérique de nos sociétés de fin de millénaire.

  • 8 Le Grand Robert de la langue française, édition 1989.

60Si le paysage a pu être une « étendue de pays » au xvie siècle ; un type spécifique de peinture artistique au xviie (où « la nature tient le premier rôle et où les figures (d’hommes ou d’animaux) et les constructions ("fabriques") sont accessoires ») ; prendre une forme adjective au xixe (paysager : « jardin pittoresque, disposé de façon à produire des effets de paysage naturel ») qui a enfin élargi son sens dans les années 1970 (paysage : « arrangé de manière à créer un effet de paysage naturel »8), on peut faire l’hypothèse que le sens de ce mot connaîtra d’autres mutations car les réalités qu’il désigne et le regard qui le sous-tend changent également.

61Faut-il remarquer que, en droite ligne avec la définition du xviie siècle où la nature tenait le premier rôle et où les constructions étaient accessoires, ces nouveaux paysages de la nouvelle recomposition géographique pourraient bien rentrer dans cette caractérisation ? Bien entendu, la nature est autre, les « fabriques » ne sont plus ce qu’elles étaient (voilà encore un mot intéressant) et nous avons de l’habitat (ou des pavillons, pas des maisons, sauf pout les enfants) immergé dans cette nature naturée (culturisée) et naturante (rédemptrice par le vert).

62À bien des égards, le seul défaut du mot paysage serait qu’il existe déjà depuis longtemps. Personne ne peut se targuer de l’avoir inventé et par là même se l’approprier au nom d’une quelconque légitimité scientifique en retour. En utilisant des mots existants, il est plus difficile de décrite avec brio des réalités nouvelles dont on essaie de restituer synthétiquement toute la complexité.

  • 9 Pays a la même racine que paix : pag ou pak : enfoncer, fixer. De pagus (à l’origine « borne fixée (...)

63Si les nouveaux mots qui foisonnent pour nommer les territoires contemporains s’apparentent à des professions de foi (seulement dans les meilleurs des cas polythéistes) sur les futurs possibles de la ville, peut-être que récupérer le mot paysage dans ce qu’il garde de païen (Picoche 1992)9 nous permettrait de rester à l’abri de toute prise de position hâtive qui ne ferait que trop mettre en évidence que le fait de nommer, c’est créer et dans ce sens dominer, et que cela se fait à travers le temps et au long de l’histoire, autrement dit, pat le consensus et la répétition « sociale » et anonyme plutôt que par l’originalité des élaborations scientifiques, si justes soient-elles.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adell (G.) 1997. Les territoires périurbains dans les pays de l’Europe de l’Ouest : savoirs et représentations. Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas. Programme Évolution des Territoires Contemporains, Paris, Puca (rapport de recherche).

Ascher (F.) 1995. Métapolis ou l’avenir des villes. Paris, Odile Jacob.

Bastié (J.) & Wackermann (G.) 1995. « Banlieue », dans : Encyclopodia Universalis, 3 : 805-806.

Baudrillard (J.) 1983. Les stratégies fatales. Paris, Grasset.

Bauer (G.) & Roux (J.-M.) 1976. La rurbanisation ou la ville éparpillée. Paris, Le Seuil.

Beaujeu-Garnier (J.) & Lefort (C) 1995. « Mégalopolis », dans : Encyclopodia Universalis, 14 : 891-893.

Bordreuil (S.) 1995. « De la densité habitante aux densités mouvantes : l’hyperurbanité », Les Annales de la recherche urbaine, 67 : 5-14.

Burgel (G.) 1990. « A propos de périphérie urbaine : temporalités, mobilités, mutations », Villes en parallèle, 15/16 : « Peuplements en banlieue ».

Calvino (I.) 1983. Palomar. Turin, Einaudi.

Castells (M.) 1989. The Informational City. Oxford, Blackwell.

Chaline (Cl.) 1993. « L’aménagement et l’urbanisme périurbains », Cahiers du crepif, 42 (« Métropolisation et périurbanisation »).

Clozier (R.) 1945. « Essai sur la banlieue », La Pensée, 4 (également patu dans : Roncayolo (M.) & Paquot (T.) (dir.). 1992. Villes et civilisation urbaine : xviie-xxe siècle. (Anthologie). Paris, Larousse : 444-453).

Dezert (B.), Metton (A.) & Steinberg (J.) 1991. La périurbanisation en France. Paris, Sedes.

Fourcaut (A.) 1988. « Introduction », dans : Fourcaut (A.) (dir.), Un siècle de banlieue parisienne : 1859-1964. Paris, L’Harmattan : 11-24.

Garreau (J.) 1991. Edge City : Life on the New Frontier. New York, Doubleday.

Harvey (D.) 1989. The Condition of Postmodernity. Oxford, Blackwell. – 1992. « Social Justice, Postmodernism and the City », International Journal of Urban and Regional Research, 16, 4 : 588-601.

Herrington (J.) 1984. The Outer City. Londres, Butler & Tanner.

Jonhson (J.H.) 1974. « Geographical Process at the Edge of the City », dans : Jonhson (J.H.) (éd.), Suburban Growth, Geographical Process at the Edge of the Western City. Aberdeen, Aberdeen University Press : 1-16.

Lavedan (P.) 1959. Géographie des villes. Paris, Gallimard (1re éd. 1936).

Meuriot (P.) 1909. « De la mesure des agglomérations urbaines », Bulletin de l’Institut international de statistique, xviii, 2 (également paru dans : Roncayolo & Paquot 1992 : 440-444.

Mongin (O.) 1995. Vers la troisième ville ? Paris, Hachette.

Picoche (J.) 1992. Dictionnaire étymologique du français. Paris, Dictionnaires Le Robert.

Prud’homme (R.) 1996. « Mégavilles : économie et gestion », dans : Paquot (T.) (dir.), Le monde des villes. Panorama urbain de la planète. Paris, Complexe.

Pryor (R.J.) 1968. « Defining the Rural-Urban Fringe », Social Forces, 47 : 202-215.

Richelet (P.) 1970. Dictionnaire François contenant les mots et les choses. Genève, Slatkine Reprints (édition originale des xvie et xviie siècles).

Rowe (P. G.) 1991. Making a Middle Landscape. Cambridge (Mass.), Mit Press.

Sassen (S.) 1991. The Global City. New York, Londres & Tokyo, Princeton University Press (éd. française 1996, La ville globale. Paris, Éditions Descartes et Cie).

Sellier (H.) 1920. « Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine », dans : Les documents du socialisme, Paris, Marcel Rivière (également paru dans : Roncayolo & Paquot 1992 : 453-466.

Soja (E.) 1996. Thirdspace. Oxford, Blackwell.

Steinberg (J.) 1990. « Le développement périurbain actuel est-il inédit et spécifique ? », Villes en parallèle, 15/16 : « Peuplements en banlieue ».

Touraine (A.) 1991. « Face à l’exclusion », dans : Citoyenneté et urbanité. Paris, Éditions Esprit, série Société : 165-173.

Viard (J.) 1994. La société d’archipel. La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Wehrwein (G.S.) 1942. « Rural-Urban Fringe », Economical Geographie, 18 : 217-228.

Wilson (P.) 1996. « Eurolandschaft », dans : Middleton (R.) (éd.), The Idea of the City. Londres, Architectural Association : 100-107.

Zukin (S.) 1991. Landscapes of Power : From Detroit to Disney World. Berkeley, University of California Press.

Notes

1 Banlieue : xiiie siècle, latin médiéval banleuca, « espace d’environ une lieue autour d’une ville, sur lequel s’étendait le ban ». Ban : xiie siècle, « proclamation du suzerain » ; banlieusard : xixe siècle. Faubourg : xive siècle, altération, sous l’influence de faux, de fors bourg du xiie siècle, « bourg situé en dehors des remparts ». Dans ce dernier mot, le faux vient remplacer le fors : le dehors. Le faux et le dehors se rejoignent, c’est faux parce que ce n’est pas ici, c’est ailleurs, à l’extérieur. Suburbain : xive siécle du latin suburbanus « des faubourgs » ; urbain (savant), xive siècle, du latin urbanus, de urbs, urbis : ville ; urbanité, xive siècle, urbanitas « caractéristique de la ville » et « bon ton, politesse ».

2 Mot déjà employé par Sellier dans les années 1920.

3 La majorité des contributions de l’époque propose une vision du périurbain qui privilégie un regard irradiant du centre à la périphérie, depuis le point de vue urbain. Kurtz et Eicher (1958) tentent une distinction entre urban fringe ex suburb, tandis que des auteurs tels que Wissink (1962) incorporent les différenciations entre pseudo-suburbs, satellites et pseudo-satellites. Seul un groupe restreint d’auteurs aborde l’évaluation comparative de l’espace rural/urbain à partir de termes tels que rurban, ruralurban et slurb ou slopped-over suburb (débordement suburbain). Par exemple, Andrews (1942) distingue urban fringe (périphérie urbaine) de rural-urban fringe (périphérie rurbaine), McKain et Burnight (1953) distinguent limited fringe (périphérie limitée) de extended fringe (périphérie étendue), Reinemann (1960) suburban fringe zones (zones de périphérie suburbaine) de outlying adjacent zones (zones adjacentes externes), Wissink (1962) inner de outer urban fringe (zones périurbaines internes et externes), Duncan et Reiss (1956) les divisions de la périphérie comme rural non-farm areas (zones rurales non-agricoles) et rural farm areas (zones rurales agricoles), tandis que Myers et Beegle (1947) proposent la distinction entre true fringe (périphérie authentique) et partial fringe (périphérie partielle). (D’après Adell 1997.)

4 « Dès le xviiie siècle sans doute, plus sûrement encore au xixe, s’impose, dans les représentations et les réalités, une image ambivalente de la banlieue, partagée entre la répulsion du “noir” (qui sera bientôt suivi du “rouge”) parce que industriel, polluant, dangereux, et l’attrait du “vert”, ressourcement périodique ou permanent nécessaire au citadin. Il s’ensuit soit un détournement durable des couches privilégiées, soit un passage continu de la “villégiature”, bientôt de la résidence secondaire, à la résidence principale pour les plus aisés. »

5 « Mais précisément parce que ces implantations spatiales ne peuvent être lues comme prolongement d’unités pleines, elles se perçoivent a contrario comme manifestant d’un principe englobant de “plongement” de ces noyaux urbains. Et c’est pourquoi nous attribuerons à cette nouvelle urbanité le nom de code “d’hyperurbanité”, puisque l’unité urbaine qui monte à son horizon procède, en quelque sorte, par le dehors des noyaux urbains, ou mieux “par en dessus”, les reprenant, les insérant dans un espace de rapport englobant. »

6 « Au centre de la côte atlantique des États-Unis s’accumule la plus grande concentration urbaine du globe... À ce vaste ensemble, le géographe français Jean Gottmann a proposé de donner le nom de “mégalopolis“ (“très grande ville”). Ce terme est peut-être un peu abusif, car, parmi les villes et leurs banlieues se glissent des champs, des fermes, des lambeaux de forêts, surtout au nord, entre Boston et New York. Aussi pourrait-on suggérer la dénomination de “polymégapole”, c’est-à-dire agglomération urbaine d’un nouveau type, formée de plusieurs grandes conurbations associées, mais non contiguës. »

7 Nous parlons de la montée en puissance d’une génération d’architectes-paysagistes, surtout aux Pays-Bas et en Allemagne, de même qu’en France.

8 Le Grand Robert de la langue française, édition 1989.

9 Pays a la même racine que paix : pag ou pak : enfoncer, fixer. De pagus (à l’origine « borne fixée » d’où « district rural », territoire, canton) vient aussi paganus, habitant d’un district rural, paysan, puis en bas latin païen (en espagnol, par exemple, le mot reste intact : pagano), la christianisation de l’Empire romain ayant commencé pat les villes.

Auteurs

Germain Adell, architecte et urbaniste, Escola Tècnica superior d’Arquitectura, Barcelone

Xavier Capodano, sociologue, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540