Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nommer les nouveaux territoires urbains

 | 
Hélène Rivière d’Arc

I. Du rêve à la banlieue

Les nouveaux quartiers « chic » des environs de Delhi. Langage publicitaire et réalités périurbaines

Véronique Dupont

Texte intégral

  • 1 « L’échappée belle. Partez pour une expérience entièrement nouvelle. »

« The great escape. Get away to a whole new experience1. »

  • 2 « Le zodiaque de votre vie. Tout un nouveau monde de vie raffinée. »

« The Zodiac of your life. A whole new world of gracious living2. »

1Quel rapport à première vue entre ces deux slogans publicitaires ? Le premier, appelant à « l’échappée belle », au départ pour « une expérience entièrement nouvelle » pourrait évoquer une invitation au voyage vers une contrée lointaine et exotique, alors que le second, semblant interpeller des adeptes de l’astrologie – « le zodiaque de votre vie » – auxquels pourrait s’ouvrir « tout un nouveau monde de vie raffinée », suggérerait plutôt une incitation à consulter un astrologue réputé. De fait, la bonne réponse est ailleurs : il s’agit dans les deux cas de formules forgées par les promoteurs de grands complexes résidentiels situés dans les environs de Delhi, et destinés à une clientèle aisée en quête d’une meilleure qualité de vie.

2Le langage utilisé pat les promoteurs de ces nouveaux quartiers chic, les noms qui leur sont attribués comme les arguments de vente qui leur sont associés dessinent les contours des nouvelles villes rêvées – combinaison d’utopie écologique et de projections modernistes –, révèlent les fantasmes, les désirs et les préoccupations de leurs habitants potentiels, dévoilent les constructions identitaires accompagnant ces projets. Mais il sera aussi nécessaire de confronter ces programmes de nouvelles cités aux réalisations effectives, et les promesses des mots à la réalité des territoires urbains créés.

3Les quartiers qui résultent du desserrement résidentiel des classes aisées en périphérie métropolitaine ne sont qu’une des formes d’expansion spatiale exprimant le processus de métropolisation en cours dans la capitale indienne. D’autres sortes d’extensions périurbaines, plus fréquentes dans les métropoles du Tiers Monde et à l’impact démographique plus important, comme le développement des quartiers illégaux, sont également observables à Delhi. Afin de mieux comprendre le contexte et la place relative du développement des résidences de standing dans les environs lointains de Delhi, nous évoquerons au préalable les grands traits de la dynamique métropolitaine, en insistant plus particulièrement sur l’urbanisation des périphéries, et en prêtant attention aux mots qui désignent ces nouvelles extensions urbaines.

La dynamique métropolitaine de Delhi : croissance démographique rapide et expansion périphérique

  • 3 Ainsi, juste après 1947, Delhi, qui comptait alors 900 000 habitants, dut recevoir 470 000 réfugié (...)

4Agglomération urbaine de plus de dix millions d’habitants aujourd’hui, Delhi est la mégapole indienne qui a connu la croissance démographique la plus rapide au cours des dernières décennies. Après l’afflux massif de réfugiés provoqué par la partition de l’Inde et du Pakistan au moment de l’indépendance du pays en 19473 la croissance de la capitale indienne se poursuit à un rythme élevé dans les années 1950, pour fléchir sensiblement dans les décennies suivantes – la population de Delhi passant ainsi de 1,4 million en 1951 à 8,4 millions en 1991 (voir tableaux 1).

5Cette évolution démographique globale s’est accompagnée d’une expansion spatiale de l’agglomération urbaine, et recouvre en fait un mouvement de déconcentration caractérisé par un dépeuplement des quartiers centraux (depuis les années 1960) et une croissance particulièrement rapide des quartiers périphériques (Dupont & Mitra 1995). Cette poussée centrifuge dépasse les limites de la ville ; pendant la décennie 1981-1991 les zones rurales du Territoire de Delhi ont enregistré une croissance démographique plus rapide que l’agglomération urbaine proprement dite : 9,6 % contre 3,8 % respectivement (dans les limites urbaines/rurales du recensement de 1991).

6Le ralentissement du rythme de croissance de l’agglomération urbaine de Delhi, en l’absence d’une baisse de l’accroissement naturel, correspond à un redéploiement au profit des villes périphériques. Cette dynamique de peuplement prolonge le mouvement de desserrement et d’expansion spatiale de la capitale au-delà des limites de son territoire administratif, et engendre une circulation accrue des populations dans l’aire métropolitaine. Ainsi la population de la première couronne urbaine autour du territoire de la capitale s’est accrue à un rythme beaucoup plus rapide que celle de l’agglomération urbaine de Delhi (voir tableau 1).

1. Population des différentes composantes de l’aire métropolitaine de Delhi de 1951 à 1991

1. Population des différentes composantes de l’aire métropolitaine de Delhi de 1951 à 1991

2. Taux d’accroissement moyen annuel des différentes composantes de l’aire métropolitaine de Delhi de 1951 à 1991

2. Taux d’accroissement moyen annuel des différentes composantes de l’aire métropolitaine de Delhi de 1951 à 1991

AU : agglomération urbaine ; NTC : National Capital Territory : Territoire de Delhi Source : Recensements de l’Inde de 1951, 1961, 1971, 1981 et 1991.

Le langage technique des planificateurs

7L’évolution démographique et spatiale de Delhi s’inscrit dans un contexte très interventionniste. La métropole et sa région ont fait l’objet d’une politique volontariste de planification urbaine et d’aménagement du territoire, animée par le désir de contrôler la croissance de la capitale et de ralentir l’immigration. Cette politique volontariste s’est traduite notamment par un schéma directeur d’urbanisme, des mesures de maîtrise foncière particulièrement actives, des programmes de logements et, au niveau régional, par la promotion des villes périphériques avec en particulier la création de villes nouvelles (National Capital Region Planning Board 1988).

8Quels que soient les limites et les échecs des mesures de planification et les décalages observés entre les objectifs affichés par les politiques et l’évolution effective de la ville, ce contexte interventionniste a affecté la terminologie employée pour désigner les formes et les modes de production de l’espace urbain. À Delhi les « mots de la ville », en particulier ceux des nouvelles extensions urbaines, sont très marqués par le vocabulaire des administrateurs et planificateurs, représentés au premier chef par la Delhi Development Authority (ou dda), l’organisme public chargé de l’élaboration et de l’application du schéma directeur d’urbanisme.

9Premier exemple, le terme paradoxal d’urban village – village urbain –, ce mot composé de deux termes a priori antinomiques, a été forgé par les planificateurs pour désigner les noyaux villageois aujourd’hui enclavés dans les zones urbaines du fait de l’étalement progressif de la capitale. Les pouvoirs publics ont joué un rôle important dans ce processus d’expansion spatiale en réalisant de vastes acquisitions de terres agricoles afin de mettre en œuvre divers programmes de logements.

10Parmi ceux-ci, les dda flats, selon leur désignation administrative, sont des immeubles collectifs construits par la Delhi Development Authority et qui comprennent des appartements vendus à des particuliers disposant de différentes catégories de revenus. Ce terme est également passé dans le langage courant, et les « di-di-é-flats » évoqueront à tout habitant de Delhi ces immeubles monotones en béton de trois ou quatre étages, parfaitement reconnaissables, qui émaillent le paysage urbain de la capitale, en particulier ses quartiers périphériques.

  • 4 En 1994, on estimait à environ 2,4 millions la population des bidonvilles de Delhi répartie dans 1 (...)

11Les programmes de lutte contre les occupations illégales de terrain et leurs constructions informelles – en d’autres termes contre l’extension des bidonvilles : les slums, squatter settlements ou encore jhuggi jhompri (mot hindi qui signifie littéralement « huttes ») – ont également donné naissance à de nouveaux types de quartiers, connus sous le vocable administratif et technique de resettlement colonies. Il s’agit des lotissements aménagés par les pouvoirs publics sous forme de parcelles assainies pour la relocalisation des habitants des bidonvilles. Ces opérations de réinstallation, qui recourent en général à des mesures coercitives avec destruction des quartiers illégaux ont connu une ampleur particulière pendant l’état d’urgence (1975-1977), durant lequel environ sept cent mille personnes ont été déplacées de force, délogées des bidonvilles du centre-ville et du péricentre, et envoyées dans des resettlement colonies qui étaient toutes situées – à cette époque – dans des zones très périphériques. Malgré cette politique « musclée », les occupations illégales de terrain avec autoconstructions précaires restent le recours des migrants les plus pauvres, et abritent environ 20 à 25 % de la population de la capitale4. Si ces squatter settlements, ou « invasions », n’épargnent aucun secteur de la capitale, remplissant partout les interstices du tissu urbain, il paraît toutefois logique de trouver les deux plus grands bidonvilles ou, selon le jargon administratif, J.J. clusters (J.J. pour jhuggi jhompri) dans des faubourgs, sur des terrains en bordure de l’espace bâti au moment de leur occupation, où ils constituent aujourd’hui des groupements abritant plus de dix mille familles.

12Les urbanistes de la Delhi Development Authority ont également planifié des « méga-projets » d’aménagement de nouvelles zones périphériques, aboutissant à la création de quasi villes satellites. De manière révélatrice, le nom donné par les planificateurs au premier de ces méga-projets initié en 1982 et prévu pour loger 850 000 habitants, dans le nord-ouest de la capitale, est celui du premier satellite indien : Rohini.

  • 5 En 1983, 736 unauthorized colonies étaient dénombrées, logeant une population estimée à 1,2 millio (...)

13Les multiples lotissements irréguliers qui se sont développés dans les franges rurales de la capitale ont également suscité la création d’un terme spécifique dans le langage des planificateurs, terme qui renvoie à des critères strictement administratifs et stigmatise ces quartiers développés hors du cadre réglementaire du schéma directeur en les désignant par ce qu’ils ne sont pas : les unauthorised colonies. De fait, la prolifération des lotissements irréguliers souligne plutôt les insuffisances des politiques publiques de logement. Ce type de quartier abriterait environ 20 % de la population de la capitale (Billand 1990 : 2-7)5. Il s’agissait essentiellement à l’origine de terres agricoles, non urbanisables, achetées par des promoteurs peu scrupuleux aux fermiers des villages alentour désormais rattrapés par la ville, et revendues à des particuliers après une division en parcelles, souvent avec des schémas de paiement étalé attractifs, mais sans offrir de véritables infrastructures. Initialement, ces lotissements ont attiré des classes de bas à moyens revenus, des populations prêtes à se contenter d’un minimum de services urbains pour pouvoir construire leur maison, ou avoir accès à une location bon marché. Ces lotissements s’étant développés hors de tout règlement d’urbanisme, ils ne sont pas reconnus par la municipalité et de ce fait ne peuvent pas bénéficier de ses infrastructures et services. C’est donc aux habitants de s’organiser pour pallier ces déficiences. Par leurs efforts concertés, ceux-ci essaient d’avoir accès à davantage de set-vices urbains, l’objectif ultime étant d’obtenir le statut de lotissement légal au moyen de pressions auprès du gouvernement. La situation pouvant devenir insoutenable ou même explosive, les pouvoirs publics ont mis en œuvre à plusieurs reprises des procédures générales de régularisation a posteriori des unauthorised colonies. Selon le vocable des planificateurs, celles-ci sont alors, en toute logique administrative, rebaptisées : regularised colonies – lotissements régularisés.

14Le développement de nouveaux territoires urbains n’engendre pas nécessairement de nouveaux mots pour les désigner Il peut aussi y avoir détournement du vocabulaire existant pour nommer de nouvelles réalités urbaines qui ne correspondent pas à la signification première des mots utilisés. Le processus de rurbanisation à l’œuvre dans la ceinture agricole méridionale de Delhi peut en fournir une illustration, avec l’essor des farm houses. C’étaient initialement de véritables fermes au sein d’exploitations agricoles, et qui sont régies à ce titre par des règlements d’urbanisme spécifiques destinés à limiter l’expansion des surfaces construites par rapport aux espaces verts naturels ou cultivés. La vocation agricole de tels domaines est toutefois souvent détournée et, de fait, ce sont des villas très luxueuses et spacieuses, entourées de vastes parcs paysagers protégés par des enceintes mutées, qui se sont développées pour une population à très hauts revenus, qui dispose ainsi de véritables havres de paix et de verdure aux portes d’une capitale parmi les plus polluées du monde. Lorsque les normes d’urbanisme sont bafouées, la multiplication de ces domaines dans une même zone peut alors former des unauthorised colonies – lotissements irréguliers – de très haut standing.

15L’intervention des planificateurs se lit également au-delà des limites administratives du Territoire de Delhi, dans les formes de la périurbanisation comme dans certaines de ses désignations. L’aire métropolitaine de Delhi, Delhi Metropolitan Area (ou dma), est ainsi une entité territoriale reconnue, et les six villes de la couronne entourant la capitale, ou ring towns, sont désignées de manière moins imagée par la simple abréviation de dma towns, faisant référence aux seuls critères administratifs. C’est de nouveau à un acronyme que les pouvoirs publics ont eu recours pour nommer une ville nouvelle de l’aire métropolitaine, Noida, abréviation du très administratif New Okhla Industrial Development Authority – Okhla étant le nom d’une zone industrielle dans l’agglomération urbaine de Delhi. L’acronyme devient nom, qui sera intégré par la suite à un nouveau nom composé, Greater Noida – le Grand Noida, l’extension planifiée très récente de Noida.

La ville rêvée : le langage des promoteurs d’ensembles résidentiels dans les environs de Delhi

16Le contrôle direct par l’administration de Delhi des terrains urbanisables a incité certains gros promoteurs privés à aménager des ensembles résidentiels à l’extérieur des limites du Territoire de Delhi, bien au-delà du périmètre urbain, dans les États limitrophes de l’Haryana et de l’Uttar Pradesh. Les sociétés immobilières peuvent y acquérir de larges superficies de terrains constructibles en accord avec le plan d’aménagement de la région métropolitaine qui s’efforce de favoriser le desserrement de la population. Ces nouveaux complexes résidentiels, dont beaucoup sont encore en phase de démarrage, voire à l’état de projet, s’adressent en priorité à une clientèle aisée de citadins en quête d’un meilleur cadre de vie, et leurs promoteurs conjuguent un jeu de référents naturalistes et modernistes pour élaborer leurs slogans publicitaires et dénommer leurs créations urbaines.

De véritables villes...

  • 6 Tourne est l’orthographe ancienne – en anglais britannique – de town (ville).

17Celles-ci sont souvent présentées comme des entités urbaines à part entière, équipées de tous les équipements et services modernes : ainsi les termes de township (dans le sens de petite ville) et mini-city (minicité) sont-ils couramment employés, qualifiés par les adjectifs de self-contained (autonomes) ou integrated (intégrées). Pour renforcer cette idée, le mot city ou town peut être en outre intégré au nom choisi pour ces quartiers ou ensembles résidentiels, comme par exemple dans : South City, Sun City, Ardee City, Heritage City, Rosewood City, Greenwoods City, Sentosa City, Malibu Towne6, DLF City. De fait, les plus grands de ces projets d’aménagement qui comprennent diverses opérations immobilières, des parcelles à construire et villas individuelles aux appartements en immeubles collectifs, ont effectivement pour ambition d’atteindre les dimensions de véritables villes. C’est ainsi que DLF Qutab Enclave, situé à 23 kilomètres du centre de la capitale dans la périphérie sud, s’affiche comme l’« Asia’s largest private township ». À l’échelle de la région de Delhi, il s’agit incontestablement du plus vaste complexe résidentiel aménagé par une même société immobilière privée (Delhi Land & Finance), couvrant une superficie de 1 000 hectares, avec une capacité maximum d’accueil prévue de 60 000 unités d’habitations, dont 46 000 en maisons individuelles, l’ensemble projetant ainsi d’abriter plus de 270 000 résidents (DLF Universal Ldt 1993). Les grands projets des groupes immobiliers concurrents font alors figure de « petites » villes : par exemple 280 hectares à aménager pour Sushant Lok, ou encore 152 hectares et 7 000 logements prévus pour Sentosa City.

... à la campagne...

18Malgré l’échelle de certains aménagements, les promoteurs s’efforcent d’en faire oublier la dimension urbaine, d’éclipser la ville en projetant des images bucoliques, écologiques, avec des noms évocateurs d’espaces naturels et de paysages attirants (Riverdale, Valley View Estate, Spring Fields, Sunbreeze Apartments, Green Meadows, Neelpadm Kunj – le Bassin aux lotus bleus), de verdure (Greenwoods City, Residence Greens, Charmwood Village, Ridgewood Estate), d’arbres et de fleurs (Gulmohar Parle – le Parc des flamboyants –, Rosewood City, The Palms, Mayfield Gardens, Oakwood Estate), ou simplement de tranquillité et de paix (Sushant Lok – un monde paisible –, Royal Retreat). Dans le corpus des quarante-cinq noms relevés pour des projet d’aménagement et ensembles résidentiels de plus ou moins grande envergure dans les environs de Delhi, la moitié d’entre eux sont concernés. Même lorsque le nom du complexe résidentiel ne suggère pas directement une image de nature, cette référence est une quasi-constante dans les slogans publicitaires et dans l’argumentaire des promoteurs avec comme mots-clés récurrents : open space, nature, air, green, clean and healthy environment (espace ouvert, nature, air, verdure, environnement propre et sain), opposés aux mots et maux de Delhi, de la ville polluée, bruyante et embouteillée. Les deux plus grands groupes immobiliers ont ainsi directement intégré dans leur slogan ou leur logo des expressions telles que « The most environment friendly township » – la ville la plus écologique (le groupe DLF pour ses aménagements de Qutab Enclave) – ou « The greenest township south of Delhi » – la ville la plus verte au sud de Delhi (le groupe Ansals pour son vaste complexe Sushant Lok). Images idylliques et lyrisme des mots se conjuguent dans les annonces afin de toucher la sensibilité écologique des citadins lassés de la pollution et la congestion de Delhi. Les exemples abondent :

  • Royal Retreat : « The enchanting burst of profuse greens... This amazing cluster of natural bounty...7 » (Eros Group) ;
  • Farmland : « Dream of a child... air as pure as nature, trees and gardens, with a thousands birds singing8 » (le groupe Ansals) ;
  • Sushant Gardens : « Where life nestles in vast green expanses. Broken only by a beautiful landscaped garden. Bringing with it the long forgotten chirping of birds and humming of bees. Glorious sunshine filtering into your home. Warming your life. Clean, fresh air for healthy, good living9 » (le groupe Ansals).

19Les illustrations, dessins, photos, logos ou même le choix de la couleur des lettres renforcent souvent les images suggérées par les mots. Faut-il le rappeler, les références aux utopies écologiques et naturalistes ont été utilisées de manière similaire dans les campagnes publicitaires en France dans les années 1960 et 1970 pour promouvoir les projets de résidences hors villes, les villes nouvelles et les « nouveaux villages » (Brun 1985).

... modernes et futuristes...

  • 10 « L’enclave Qutab de dlf : Temps modernes », « La Cité du Soleil : Métropole pour le prochain mill (...)

20Le retour à la nature, « mettre les villes à la campagne » – comme le recommandait déjà Alphonse Allais –, ne signifie pas pour autant rejeter la modernité. Bien au contraire, l’idéologie moderniste et futuriste constitue le deuxième référent majeur des campagnes de promotion des nouveaux ensembles résidentiels excentrés. Tirant avantage de la période actuelle, cette idéologie est souvent associée à la métaphore de l’entrée dans le troisième millénaire. Si ces références n’apparaissent pas directement dans les noms attribués aux nouveaux complexes et quartiers résidentiels, elles sont explicites dans des slogans tels que : « dlf Qutab Enclave – Modem times », « Sun City : Metropolis for the next millenium »10, ou élaborées dans les annonces publicitaires :

  • At Ansals, we dont just stay in step with the times – we like to stay ahead of the times11 !
  • dlf Qutab Enclave : It’s here. Your opportunity to get into Phase V. The phase of the futute12 !
  • Ardeee City : We have made plans for the next millenium. Have you ? Step into the next millenium with an accomodation that is only 15 minutes drive from Indira Gandhi International Airport, New Delhi13.

21Les pouvoirs publics empruntent aussi à l’idéologie futuriste, pour promouvoir par exemple la ville nouvelle de Noida :

  • 14 « Noida est là où le futur se trouve. Y serez-vous ? Cela paye de voir loin. Cela paye d’être à No (...)

Noida is where the future is. Will you be there ? It pays to be farsighted. It pays to be in noida14.

  • 15 « “La Tour de la Porte : le lieu de votre avenir”, “La Place du Millénaire : le centre d’affaires (...)

22L’argument de la modernité est également introduit dans le descriptif des équipements, souvent sur le mode superlatif : à DLF Regency Park les infrastructures sont « les plus modernes », à Rosewood City le centre commercial est « ultramoderne », à Green Meadows les espaces sont aménagés « scientifiquement ». Quant aux centres d’affaires qui se développent dans le voisinage des nouveaux quartiers résidentiels – dans l’esprit de projets de villes intégrées et non pas seulement de cités-dortoirs – ils sont aussi résolument tournés vers le futur : « The Gateway Tower : The place for your future », « Millennium Plaza : 21st century corporate park »15.

23Dans le contexte d’un pays en développement comme l’Inde, la notion de modernité est également implicite à certains référents géographiques, référence au modèle américain au premier chef mais aussi à d’autres pays anciennement ou nouvellement industrialisés, ou encore aux standards internationaux mis en avant dans les descriptifs des immeubles et des appartements.

... importées des États- Unis, d’Angleterre ou d’ailleurs...

24Le recours à des toponymes étrangers pour nommer les nouveaux quartiers et ensembles résidentiels est fréquent : treize noms sur les quarante-cinq relevés intègrent des noms de villes ou de quartiers de villes d’Amérique du Nord (Malibu Towne, Riverdale, Manhattan Apartmansions, Berverly Park, Sun City, Sterling Apartments), d’Angletetre (Windsot, Richmond), du Canada (Kingston), d’Australie (Hamilton Court, Wellington Estate, Clifton Apattments) ou même de Singapour (Sentosa City, A mini-Singapore in India). Plus qu’un simple référent géographique, il s’agit souvent aussi d’un référent social destiné à communiquer une image de marque et de prestige. Ainsi la ville côtière huppée de Malibu en Californie, dans la conurbation de Los Angeles, réputée pour sa plage, ses grandes villas, est-elle également un symbole de statut. Berverly Hills est un quartier célèbre de Los Angeles, résidence des personnalités de l’industrie du cinéma et du monde des affaires. Manhattan reste l’emblème de New York et Riverdale est un de ses quartiers chic. Windsor est connu pour son palais, résidence favorite de la famille royale britannique. Pour l’acheteur potentiel qui n’aurait pas saisi ce double référent, les arguments de vente sont en général très explicites, comme le montre de manière exemplaire le texte de ces deux annonces publicitaires :

  • 16 « Les immeubles en copropriété de Malibu. Appartements luxueux de style américain.
    « La Ville de Ma (...)
  • 17 « Le domaine Riverdale (du groupe Sagar) – l’Amérique à l’est de Delhi : [l’accès à] la citoyennet (...)

Malibu Condominiums. American-Style Luxury Apartments.
Malibu Towne : Planned and developed by ex-nri Californian. American suburban ambience. Malibu Towne has been designed to include culs-de-sac and extensively landscaped to create the ambience of a typical lush green American housing development16.
Sagar Estate’s Riverdale – America – East of Delhi : Citizenship opens today.
Today we are laying the foundation of a New America, east of Delhi.
The all-America condominium style of live now comes to India. [...] Riverdale is planned and designed by the Canada-based architect, Ramesh Khosla. [...] Citizenship is open today to all who like to live in America. [...] This condominium captures the spririt of liberty like no other. Luxury and comfort, till now only seen west of the Atlantic. Now, east of Delhi17.

25Le propos ici est de vanter un modèle américain intégral, garanti par des architectes qui vivent ou ont vécu en Amérique du Nord, un mode d’habitat où tout est proclamé être d’esprit, d’ambiance, de type ou de style américains : l’organisation des espaces extérieurs et des immeubles, les équipements et services collectifs, le centre commercial, l’agencement et le confort des appartements jusqu’aux baignoires ! Les promoteurs de ces ensembles résidentiels créés « à l’américaine » font toutefois subir quelques distorsions à leur modèle de référence. Ainsi les lotissements verdoyants typiques que l’on trouve dans la ville californienne de Malibu, et plus généralement à Los Angeles, sont constitués de villas individuelles avec jardins – symbolisant le cadre de vie idéal de l’Américain (Ghorra-Gobin 1993 : 250) – ou de petits immeubles en copropriété de trois étages au plus, mais beaucoup plus rarement de tours d’habitation d’une quinzaine d’étages dans un parc arboré, comme le montre la maquette de Malibu Towne !

26Le style et le vieux charme anglais sont aussi remis à la mode :

  • 18 « La Cité du Bois de rose : la ville au style anglais et luxueux. Cette ville évoquera les souveni (...)

Rosewood City : The luxurious English style township.
This township will bring back memories of the splendid old world charm of England with scores of bungalows on 115 acres of land. [...] The club will have distinct British features with a swimming pool, tennis courts and gymnasium for you to relax and unwind18.

  • 19 « La Cité de Sentosa aura aussi des groupes d’immeubles exclusivement pour les Indiens résidant à (...)

27De fait de tels messages publicitaires s’adressent également, sinon prioritairement, aux Indiens vivant à l’étranger (nri ou Non Resident Indians), cherchant à investir dans leur pays d’origine ou préparant leur retour, et qu’il faut rassurer par des modèles d’habitat et des normes de confort internationaux auxquels ils sont habitués. Cela illustre également le rôle des migrations dans la diffusion des standards architecturaux. Certaines opérations immobilières réservent même aux Indiens de l’étranger des groupes séparés d’immeubles, créant ainsi une nouvelle forme de ségrégation résidentielle : « Sentosa City will also have exclusive condominium clusters for NRIs with penthouses19 ». Des sites publicitaires sur Internet et des représentations dans les expositions internationales permettent aux promoteurs d’attirer une clientèle potentielle résidant à l’étranger.

... réservées à une élite...

28Outre les toponymes faisant référence à un monde urbain américain ou britannique, et conférant par leur notoriété une image de marque, d’autres noms de complexes résidentiels ont été choisis parmi des mots symboles de prestige et d’élitisme. Ces noms évoquent la royauté : Royal Medici, Royal Retreat et sa série d’appartements The Kings, The Queens, The Princess ; de hautes fonctions : Regency Park et sa série d’appartements, Chancellor, Diplomat, Senator ; ou des métaux précieux : Platinum, Golden Heights, ou encore des loisirs de luxe : Golf Links. Les descriptions du site, des appartements et des équipements collectifs, les loisirs proposés (club exclusif, piscine, terrains de tennis et de golf, etc.) renforcent les images de luxe, d’excellence, de classe. Comble du luxe, l’hôtel Oasis, situé dans le voisinage de nombreux complexes résidentiels développés au sud du Territoire de Delhi, projette de créer un héliport pour assurer aux clients et aux joueurs de golf une navette en hélicoptère entre l’hôtel et l’aéroport international ! L’élitisme est dans certains cas affiché sans ambiguïté : la publicité de Royal Retreat fait référence à ses « elite residents », Rosewood City se présente comme une elitist colony et Golf Links comme un ensemble de residential colonies for the elite, Ansals-Anushruti promet a distinctive neighbourhood of elite homes, les promoteurs de Kant Enclave s’adon-nant, quant à eux, au lyrisme :

  • 20 « Et bientôt le quartier le plus élitiste de Delhi dévoilera toute sa grâce. Et vous, les élus, ac (...)

And soon Delhi’s most elite neighbourhood will unveil in all its grace. And you the chosen ones will acquire possession of Delhi’s most sought after property20.

... néanmoins indiennes ?

  • 21 « Leur seule caractéristique indienne est leur adresse. »

29Au vu de la plupart des noms de ces nouveaux ensembles résidentiels, à la lecture des slogans et arguments publicitaires de leurs promoteurs, on pourrait presque oublier le contexte géographique et culturel de leur développement : Delhi, capitale de l’Inde ! Les symboles d’indianité sont en effet plutôt rares, voire délibérément rejetés dans le cas des Manhattan Apartmansions dont les promoteurs n’hésitent pas à proclamer : « The only thing Indian about them is the address21 ». Dans le corpus des quarante-cinq noms recensés, très peu se réfèrent à des termes de langue hindi ou de sanskrit : Sushant Lok (Les Résidents tranquilles), Anushruti (Héritage), Neelpadm Kunj (Le Bassin aux lotus bleus) et Gulmohar Park (Le Parc des flamboyants). Un seul toponyme de l’Inde a été relevé : Kanchanjunga, nom d’une montagne du massif himalayen ; et une unique allusion à un monument historique de Delhi : dlf Qutab Enclave, en référence au Qutab Minar, minaret célèbre construit à la fin du xiie siècle dans le sud de Delhi, et relativement proche de l’ensemble résidentiel de dlf. Les slogans sont encore plus pauvres en mots hindis et références culturelles endogènes, avec seulement deux cas de promoteurs puisant dans le registre de la « tradition ».

30Le premier exemple concerne un panneau publicitaire associant réfèrent culturel et image bucolique : « Morning raga at dlf », Raga du matin à dlf(le raga étant une mélodie codifiée dans la musique classique indienne), illustré par le dessin d’un coq chantant. Le second, une publicité occupant deux pages complètes d’un quotidien national, combine de manière remarquable les références à la ville moderne internationale et aux traditions architecturales endogènes. Sentosa City se présente d’abord comme un mini-Singapour en Inde, une ville futuriste illustrée par le dessin d’un ensemble de tours gratte-ciel illuminées, conçue selon des standards internationaux, dotée des équipements les plus modernes. Mais cette ville future s’annonce également comme « the Zodiac of your life », construite en respectant les principes des vastu, ce traité traditionnel d’architecture indienne qui s’appuie sur la cosmologie pour déterminer en particulier les orientations et les positionnements de pièces adéquats :

  • 22 « Conforme aux vastu. La ville entière est conçue sous les auspices favorables du cercle du zodiaq (...)

Vastu approved : The entire city is conceived on the auspicious circle of the zodiac, and appropriately its residential condominiums are named after the various signs of the zodiac. Residents of each condominium ate assured of protection against all evils by the star it is named after. Our cosmic consultant Mr Rajesh Rya made a critical vastu assessment and ensured that Lady Luck smiles on its residents from the moment they step into Sentosa City22.

31Le premier ensemble d’immeubles de la nouvelle cité est donc dénommé Sentosa Capricorn :

  • 23 « Le Capricorne de Sentosa. Né aujourd’hui sous le signe du Capricorne, nous avons prouvé l’exacti (...)

Sentosa Capricorn : Born today under the sign of the Capricorn we have proved an ancient science tight.
The 10th sign of the Zodiac Capricorn stands for power and authority, brilliance and innovation, makes rapid headway and assures success. Sentosa Capricorn is perfectly positioned to achieve this23.

32Conclusion du message publicitaire, qui pourrait être aussi la conclusion de l’analyse de son contenu : la réalité dépasse l’imagination !

33La lecture détaillée des argumentaires de vente permet néanmoins de déceler d’autres signes de la ville indienne, non plus la ville traditionnelle, mais la métropole d’aujourd’hui, avec ses problèmes quotidiens. « Approvisionnement régulier en eau et en électricité, 24 heures sur 24 » : pourrait-on imaginer pareil argument de vente dans un contexte urbain européen ou américain ? Probablement pas, des commodités si triviales ne paraîtraient pas dignes de figurer dans une annonce, encore moins pour des ensembles résidentiels huppés. Les nombreuses coupures d’électricité ainsi que la pénurie d’eau qui affectent la capitale indienne font en revanche de la fourniture régulière et garantie de ces deux biens de première nécessité un luxe rare méritant d’être mentionné dans un dépliant publicitaire. Quant aux précisions données sur les systèmes de sécurité et de gardiennage des résidences, elles témoignent d’une phobie sécuritaire croissante parmi les classes aisées de Delhi – angoisse que l’on retrouve dans d’autres grandes métropoles mondiales, signe aussi des inégalités flagrantes de condition économique et d’habitat entre les différents segments de la société urbaine.

34La proximité de l’aéroport international Indira Gandhi, soulignée systématiquement pour tous les nouveaux ensembles résidentiels situés dans les franges rurales au sud du Territoire de Delhi, nous rappelle également leur contexte géographique, les environs de la capitale indienne. Mais ce rappel est équivoque : simple indicateur de localisation ? Ou aussi message d’une ouverture internationale, d’une porte de sortie vers l’étranger facilement accessible ?

Des projets aux réalisations : le désenchantement des résidents

35Ces nouveaux quartiers « chic », ces complexes résidentiels futuristes et écologiques sont-ils à la hauteur des promesses des messages publicitaires ? La réalité est-elle conforme aux rêves engendrés par les mots ?

36Une simple visite des franges futaies en cours d’urbanisation au sud du Territoire de Delhi, où se développent de nombreux ensembles résidentiels, peut en faire douter. De fait, le cadre de vie proposé, l’alternative écologique et l’environnement mis en avant par les promoteurs se réfèrent aux parcs et aux espaces verts prévus par le plan d’occupation des sols, alors que le cadre naturel préexistant est très aride, avec une végétation maigre et de vastes étendues de terres dénudées (voir photo 1) : pas de chênes (espèce végétale de toute façon complètement étrangère au biotope local), pas de palmiers, pas de jardins d’aubépine, pas de forêts, pas de prairies verdoyantes... Quant aux parcs et aux plantations effectuées, ils sont très inégalement développés selon les ensembles résidentiels et l’ancienneté des aménagements, et dans certaines zones la couverture d’arbres reste peu fournie si ce n’est inexistante.

37A écouter les récriminations des résidents, ceux qui furent interviewés directement dans dlf Qutab Enclave, ou ceux qui s’expriment à travers les articles de presse sur ces nouveaux quartiers, les équipements et services collectifs annoncés sont encore souvent insuffisants sept ans après l’arrivée des premiers habitants, voire totalement absents dans certains cas. Dans d’autres ensembles résidentiels, tous les signes promis d’élégance et de luxe sont testés des rêves sur le papier, la mauvaise qualité des finitions de la construction est loin de correspondre aux standards internationaux proclamés et aucune végétation digne de ce nom ne vient verdir les abords des immeubles.

38Leurre des panneaux et des messages, attrape des accroches publicitaires, exagération du langage... : abus classiques et techniques de promotion éprouvées et quasi universelles ! L’argumentaire développé doit-il être interprété pour autant comme une simple manipulation publicitaire, ou bien aussi comme une réponse à une demande effective, à des désirs authentiques de la part des citadins ?

  • 24 Les proportions concernant les différentes raisons du dernier changement de logement se rapportent (...)

39L’exemple de dlf Qutab Enclave est à ce titre riche d’enseignements. Comme le montrent les résultats des enquêtes effectuées dans ce vaste complexe résidentiel (voir sources et Dupont 1997 a), l’accession à la propriété constitue dans les faits le motif principal donné par les habitants pour expliquer leur changement de logement au sein de l’aire métropolitaine : 69 % le citent en première raison, et encore 6 % en raison secondaire24. Pour ces nouveaux accédants à la propriété, ce choix résidentiel répond d’abord à des considérations financières, le coût des terrains à bâtit et des logements déjà construits y étant plus abordable que dans la capitale même, affectée pat une pénurie d’espace constructible. En particulier, malgré une forte inflation des prix du foncier et de l’immobilier à dlf Qutab Enclave, les prix y restent nettement inférieurs à ceux pratiqués dans le sud de Delhi, zone convoitée par les classes aisées en raison de son image sociale. L’image de marque et le statut attachés à ce nouveau complexe résidentiel en font donc une alternative attrayante pour les classes moyennes et supérieures. Pour certains acquéreurs, l’achat d’une parcelle ou d’un appartement dans ce nouveau quartier n’est d’ailleurs qu’un investissement immobilier spéculatif. Les faisons financières peuvent également intervenir pour les locataires (20 % des ménages enquêtés), dont certains ont trouvé dans ce quartier excentré des loyers représentant environ un tiers de ce qu’ils payaient auparavant dans Delhi, et étaient donc prêts à accepter de longs déplacements pour aller travailler, à partir du moment où ils pouvaient réaliser une économie.

40Les considérations environnementales, mises en avant dans les campagnes publicitaires des promoteurs, ne sont certes pas absentes : ainsi la recherche d’un meilleur cadre de vie et de davantage d’espace sont des raisons citées pat 24 % des résidents (le plus souvent en combinaison avec d’autres motifs) en particulier parmi ceux qui habitaient auparavant à Delhi même (groupe représentant 65 % des résidents enquêtés). Cette nouvelle localisation oblige à parcourir quotidiennement de plus longues distances vers le lieu de travail, mais cet inconvénient est compensé par la perspective d’un lieu de résidence plus calme et moins pollué qu’en pleine ville. Pour ceux qui étaient déjà propriétaires d’une maison ou d’un appartement dans la capitale, ces avantages comparatifs constituent la raison principale de leur nouvelle acquisition. Certaines familles résidant à Delhi utilisent même leur villa dans ce nouveau quartier uniquement (jusqu’à présent du moins) comme résidence secondaire de villégiature, pour les week-ends. Le facteur environnemental peut aussi occuper la première place pour les ménages aux revenus les plus élevés, qui ont les moyens financiers d’acheter dans le sud de Delhi, mais font le choix délibéré de s’installer à DLF Qutab Enclave, pour y bénéficier d’un meilleur cadre de vie. En outre, comme l’ont montré les entretiens approfondis, l’appréciation de l’environnement constitue un facteur de fixation des familles ayant quitté Delhi pour cette nouvelle localisation : en dépit des plaintes sur l’insuffisance des services dans le complexe résidentiel, elles n’envisagent en aucun cas de retourner vers des quartiers plus centraux – et plus congestionnés – de la capitale.

41Si les motifs économiques prédominent dans le choix d’une résidence excentrée dans les environs de Delhi, la sensibilité écologique et les considérations de statut social sont également présentes. Ces thèmes, abondamment exploités dans les campagnes de promotion, semblent donc aussi correspondre aux attentes de citadins aisés las d’un environnement urbain aliénant.

Conclusion

42Le langage des promoteurs privés de nouveaux complexes résidentiels, avec ses noms symboliques et évocateurs et ses descriptions lyriques, contraste fortement avec le langage administratif, juridico-technique forgé par les planificateurs pour désigner différents types de territoires urbains. Les premiers ont évidemment recours à un vocabulaire très positiviste et ambitieux, projetant les nouveaux complexes résidentiels comme des entités urbaines à part entière ; a contrario, dans le langage des seconds, certains quartiers périphériques, ceux qui se développent en marge des codes d’urbanisme, sont réduits à une non-ville, et sont définis par défaut, en négatif (les unauthorized colonies).

43Toutefois, lorsque les pouvoirs publics ont pout projet de développer de nouvelles entités urbaines (ville nouvelle), et non plus seulement de classifier des formes urbaines déjà existantes (urban villages) ou produites – souvent illégalement – par des acteurs privés (unauthorized colonies, J.J. clusters, farm houses), lorsque intervient une logique de rentabilité économique – trouver des acquéreurs pour les nouvelles parcelles – et que ces acquéreurs potentiels peuvent exercer un choix (contrairement au cas des relocalisations dans les resettlement colonies par exemple), on retrouve alors des registres de références communs à ceux qui sont privilégiés par les promoteurs privés : en particulier les référents environnementalistes et de modernité.

44Faut-il le souligner, les référents écologiques et l’utopie hygiéniste (bon air et nature) font partie des arguments récurrents, quasi universels, pour vanter les mérites de la déconcentration urbaine. Les références à la modernité – traduisant implicitement que cette modernité ne va pas de soi dans le contexte géo-culturel considéré – et, dans un registre lié, les références au modèle américain, tant prisé des promoteurs privés, apparaissent plus spécifiques à un contexte de pays en développement. L’importante communauté des Indiens résidant à l’étranger, en particulier aux États-Unis, clientèle potentielle pour des investissements immobiliers dans son pays d’origine, incite probablement les promoteurs d’ensembles résidentiels dans les alentours de la capitale indienne à multiplier les signes de renvoi à un habitat et à un mode de vie importés d’ailleurs.

45Les constructions identitaires qui accompagnent la promotion de ces projets résidentiels pour classes aisées nous semblent également traduire un phénomène commun à d’autres grandes métropoles mondiales : celui d’une fragmentation sociospatiale accrue. La recherche de sélectivité et d’élitisme, véhiculée par les noms, les qualificatifs et les arguments de vente, reflète la fracture particulièrement flagrante dans les grandes métropoles du Tiers Monde entre riches et pauvres, et renforce une tendance à la ghettoïsation des premiers cherchant à « se protéger » des seconds.

Sources

46Cette étude s’intègre dans un programme de recherche plus large sur les mobilités spatiales et pratiques résidentielles des populations de Delhi, et leurs effets sur la dynamique de la métropole (voir Dupont 1997 b). Ce programme a été financé par l’Institut de recherche pour le développement (ex-orstom) avec des financements complémentaires du cnrs dans le cadre de l’Action concertée en sciences sociales orstom-cnrs et du pir-Villes. En Inde, notre programme était mené avec la collaboration et le soutien du Centre de sciences humaines de Delhi (ministère des Affaires étrangères) et de l’Institute of Economic Growth (Delhi).

47Combinant approches quantitatives et qualitatives et différentes sources d’information, le système d’observation mis en œuvre intégrait plusieurs volets :

  • l’analyse des informations disponibles sur Delhi et son aire métropolitaine : données de recensement, données recueillies par d’autres institutions gouvernementales ou ong, Rapports d’étude, publications, presse quotidienne et hebdomadaire ;
  • une enquête démo-statistique auprès d’échantillons de population dans sept quartiers de l’aire métropolitaine, complétée par des entretiens approfondis sur un sous-échantillon de personnes ;
  • un recueil d’informations sur le contexte de chacun des quartiers où ont eu lieu les enquêtes, par compilation des données et documents existants, observations directes et entretiens avec des informateurs (Sidhu 1995).

48Parmi les quartiers sélectionnés pour les enquêtes, l’un d’entre eux est un très vaste complexe résidentiel, DLF Qutab Enclave, aménagé à partir de 1982 par un promoteur privé à l’extérieur du Territoire de Delhi dans la périphérie sud. L’enquête statistique effectuée en avril 1995 a couvert un échantillon de 164 ménages, soit 598 individus. Les interviews approfondies ont été conduites par M. Sidhu en 1997 auprès d’un sous-échantillon de 21 personnes et ont porté sur le thème des facteurs environnementaux dans les choix résidentiels (Sidhu 1997). Des entretiens ont également été réalisés avec un responsable de l’association des résidents, ainsi qu’avec les promoteurs de la société Delhi Land Finance Universal, complété par le rapport d’étude de cette société (dlf Universal Ltd 1993).

49L’analyse du langage des promoteurs des nouveaux ensembles résidentiels se fonde plus spécifiquement sur :

  • les annonces publicitaires parues dans les quotidiens nationaux de langue anglaise dans leur édition de Delhi (plus particulièrement The Times of lndia et The Pioneer), à partir d’une revue de presse suivie de fin 1993 à mi-1998, et actualisée en mats-avril 1999 ;
  • les panneaux publicitaires relevés dans la région de Delhi sur la même période (fin 1993 – mi-1998), avec une nouvelle visite en mars-avril 1999 ;
  • les dépliants publicitaires préparés par les promoteurs à destination des acheteurs potentiels ainsi que certains de leurs rapports administratifs (dlf 1993 ; noida 1994) ;
  • les sites Internet de quatre gros promoteurs opérant dans la région de Delhi (Eros Group, Delhi Land Finance Ltd, Ansals, Mittals Property), chaque groupe présentant plusieurs de ses opérations d’aménagement et projets.

50Dans cette base documentaire, nous avons recensé quarante-cinq noms de projets d’aménagement, de complexes résidentiels ou d’ensembles d’immeubles.

51L’ensemble des supports étudiés utilise l’anglais comme langue, et lorsque des mots de langue hindi sont utilisés ils sont déjà transcrits en caractères latins – nous avons donc repris les mêmes transcriptions dans notre article. Les publicités analysées visant une clientèle aisée – il s’agit d’investissements immobiliers dans des ensembles résidentiels de haut standing –, elles concernent de fait une population maîtrisant l’anglais, ou lisant prioritairement sinon exclusivement (en matière de presse) les quotidiens nationaux de langue anglaise. De ce fait la sélection opérée généralement par le filtre de la langue ne nous semble pas introduire de biais dans l’analyse, en raison de l’objet spécifique d’étude.

Bibliographie

Références bibliographiques

Billand (Ch. J.) 1990. Delhi Case Study : Formal Serviced Land Development. New Delhi, usaid.

Brun (J.) 1985. « Nouvelles approches », dans : G. Duby (éd.), Histoire de la France urbaine, tome V : La ville aujourd’hui. Paris, Le Seuil : 333-391.

Dupont (V.) 1997 a. « Les “rurbains” de Delhi », Espaces, Populations, Sociétés, 2-3 : 225-240.

1997 b. « City History-Life Histories : Changing Equations. Migration Surveys and Biographical Data Collection in Delhi », Contributions CSH 97/7, New Delhi, Centre de sciences humaines.

Dupont (V.) & Mitra (A.) 1995. « Population Distribution, Growth and Socio-Economic Spatial Patterns in Delhi. Findings from the 1991 Census Data », Demography India, 24, 1 & 2 : 101-132.

Dlf Universal Ltd. 1993. « Environmental Appraisal of New Town. dlf Qutab Enclave, Haryana (A residential complex) », submitted to Ministry of Environment and Forest. New Delhi, dlf Universal Ltd.

Ghorra-Gobin (C.) 1993. Les États-Unis, espace, environnement, société, ville. Paris, Nathan Université.

Government of National Capital Territory of Delhi. 1996. Planning Department, « Backgrounder ». Delhi, State Level Seminar on Approach to Ninth Five Year Plan (1997-2002).

National Capital Region Planning Board. 1988. Regional Plan 2001, National Capital Region. New Delhi, Ministry of Urban Development.

New Okhla Industrial Development Authority. 1994. noida. Industrial Model Town. A report. New Okhla Industrial Development Authority.

Sidhu (M.) 1995. « Residential Profile of the Studied Areas », Working Paper, 2 : « Survey on Spatial Mobilities in the Metropolitan Area of Delhi ». New Delhi, Orstom-ieg.

1997. « In-Depth Interviews on Environmental Factors and Residential Practices, III : dlf Qutab Enclave, Gurgaon – A residential complex », Working Paper, 5 : « Survey on Spatial Mobilities in the Metropolitan Area of Delhi ». New Delhi, Orstom-ieg.

Notes

1 « L’échappée belle. Partez pour une expérience entièrement nouvelle. »

2 « Le zodiaque de votre vie. Tout un nouveau monde de vie raffinée. »

3 Ainsi, juste après 1947, Delhi, qui comptait alors 900 000 habitants, dut recevoir 470 000 réfugiés du Pendjab occidental et du Sind, alors que 320 000 Musulmans quittaient la capitale pour le Pakistan. La période intercensitaire 1941-1951 est celle de plus forte croissance démographique dans l’histoire de la capitale : la population de l’agglomération urbaine augmente de 0,7 million à 1,4 million, soit à un taux annuel de 7,5 % inégalé depuis.

4 En 1994, on estimait à environ 2,4 millions la population des bidonvilles de Delhi répartie dans 1080 groupements (J.J. clusters), de taille très variée, allant d’une vingtaine à plus de 10 000 unités d’habitation (Slum & Jhuggi Jhompri Department, Municipal Corporation of Delhi).

5 En 1983, 736 unauthorized colonies étaient dénombrées, logeant une population estimée à 1,2 million, soit près de 20 % de la population de la capitale. En 1995, 1300 « colonies non autorisées » sont recensées (Government of National Capital Territory of Delhi 1996 : 11).

6 Tourne est l’orthographe ancienne – en anglais britannique – de town (ville).

7 La Retraite royale : « L’explosion enchanteresse de verdure à profusion... Cet incroyable bouquet de beauté naturelle. »

8 Les Fermes : « Le rêve d’un enfant... l’air aussi pur que la nature, des arbres et des jardins, avec un millier d’oiseaux chantant. »

9 Les Jardins tranquilles : « Où la vie se niche dans de larges étendues de verdure. Interrompues seulement par un magnifique jardin paysage. Apportant avec lui le gazouillement longtemps oublié des oiseaux et le bourdonnement des abeilles. Couchers de soleil glorieux filtrant dans votre maison. Réchauffant votre vie. Un air pur, frais pour une vie de qualité, saine. »

10 « L’enclave Qutab de dlf : Temps modernes », « La Cité du Soleil : Métropole pour le prochain millénaire » (slogan relevé en 1999).

11 « À Ansals, nous ne nous contentons pas de rester en phase avec notre temps – nous aimons être en avance sur notre temps ! »

12 « C’est ici. Votre chance d’entrer dans la Phase V. La phase du futur ! » (La phase V correspond à la dernière phase d’aménagement du complexe résidentiel de DFL Qutab Enclave).

13 « Nous avons fait des projets pour le prochain millénaire. Et vous ? Entrez dans le prochain millénaire avec un logement situé à seulement 15 minutes en voiture de l’aéroport international Indira Gandhi de New Delhi » (slogan relevé en 1999).

14 « Noida est là où le futur se trouve. Y serez-vous ? Cela paye de voir loin. Cela paye d’être à Noida. »

15 « “La Tour de la Porte : le lieu de votre avenir”, “La Place du Millénaire : le centre d’affaires du xxie siècle. » encore aux standards internationaux mis en avant dans les descriptifs des immeubles et des appartements.

16 « Les immeubles en copropriété de Malibu. Appartements luxueux de style américain.
« La Ville de Malibu : planifiée et développée par un Indien ayant vécu auparavant en Californie. Ambiance de banlieue américaine. La Ville de Malibu a été conçue pour inclure des impasses et de vastes jardins paysagers, afin de créer l’ambiance d’un lotissement américain typique à la végétation luxuriante. »

17 « Le domaine Riverdale (du groupe Sagar) – l’Amérique à l’est de Delhi : [l’accès à] la citoyenneté ouvre aujourd’hui !
« Aujourd’hui nous posons les fondations d’une Nouvelle Amérique, à l’est de Delhi.
« Le style de vie des immeubles en copropriété de toute l’Amérique arrive maintenant en Inde. [...] Riverdale est planifié et dessiné par Ramesh Khosla, architecte basé au Canada [...]. La citoyenneté est ouverte à tous ceux qui aiment vivre en Amérique [...]. Cet ensemble d’immeubles capte l’esprit de liberté comme aucun autre. Luxe et confort comme vous n’en avez vu jusqu’à présent qu’à l’ouest de l’Atlantique. Maintenant, à l’est de Delhi. »

18 « La Cité du Bois de rose : la ville au style anglais et luxueux. Cette ville évoquera les souvenirs de l’ancien charme splendide de l’Angleterre avec ses douzaines de villas sur 47 hectares de terrain [...]. Le club aura les caractéristiques britanniques typiques, avec une piscine, des courts de tennis et un gymnase pour vous relaxer et vous détendre. »

19 « La Cité de Sentosa aura aussi des groupes d’immeubles exclusivement pour les Indiens résidant à l’étranger, avec des appartements de grand standing en terrasse. »

20 « Et bientôt le quartier le plus élitiste de Delhi dévoilera toute sa grâce. Et vous, les élus, acquerrez une propriété dans le domaine le plus recherché de Delhi. »

21 « Leur seule caractéristique indienne est leur adresse. »

22 « Conforme aux vastu. La ville entière est conçue sous les auspices favorables du cercle du zodiaque et ses immeubles résidentiels sont nommés selon les divers signes du zodiaque. Les résidents de chaque immeuble sont assurés de protection contre tous les maux par l’astre désignant leur immeuble. Notre consultant cosmique Mr Rajesh Rya a effectué une évaluation critique selon les principes des vastu et s’est assuré que Dame Chance sourie à ses résidents dès le moment où ils franchissent le seuil de la Cité de Sentosa. »

23 « Le Capricorne de Sentosa. Né aujourd’hui sous le signe du Capricorne, nous avons prouvé l’exactitude d’une ancienne science. Le dixième signe du zodiaque incarne pouvoir et autorité, brillance et innovation, il réalise des avancées rapides et garantit le succès. Le Capricorne de Sentosa est parfaitement orienté pour atteindre cela. »

24 Les proportions concernant les différentes raisons du dernier changement de logement se rapportent aux personnes qui habitaient auparavant dans un autre logement au sein de l’aire métropolitaine de Delhi, en excluant de ce calcul les membres dépendants du ménage ayant suivi le mouvement familial.

Table des illustrations

Titre 1. Population des différentes composantes de l’aire métropolitaine de Delhi de 1951 à 1991
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 2. Taux d’accroissement moyen annuel des différentes composantes de l’aire métropolitaine de Delhi de 1951 à 1991
Légende AU : agglomération urbaine ; NTC : National Capital Territory : Territoire de Delhi Source : Recensements de l’Inde de 1951, 1961, 1971, 1981 et 1991.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Véronique Dupont, démographe, ird-ehess, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540