Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nommer les nouveaux territoires urbains

 | 
Hélène Rivière d’Arc

I. Du rêve à la banlieue

L’apparition de l’Edge (of) City : quels mots pour les « nouveaux » espaces urbains ?

Nick Oatley

Texte intégral

  • 1 Ron Griffiths, Christine Lambert et Nigel Taylor ont largement contribué à certains passages de ce (...)

1Note portant sur l'auteur1

2Dans les écrits actuellement consacrés à la ville et à l’urbanisation, il est beaucoup question de transition. Bien que la nature et la structure de la ville aient toujours été soumises au changement, certains commentateurs estiment qu’est à l’œuvre, dans les dernières décennies du xxe siècle, un processus très différent d’urbanisation, reflet de mutations profondes dans la société. De plus, ils ne se contentent pas de dire que les villes connaissent une transformation radicale mais ils ajoutent que les épistémologies modernes utilisées par les études urbaines ne sont plus en mesure de saisir la riche diversité des processus qui façonnent aujourd’hui les formes et les fonctions changeantes des villes.

3Il devient de plus en plus visible que dans de nombreuses parties du monde les zones urbaines se décentrent de manière radicale et il est né une nouvelle terminologie pour essayer de voir clair dans ces « nouveaux espaces urbains ». Le chapitre qui suit analyse les dimensions sociales, économiques, politiques et culturelles de ces derniers.

Restructurations urbaines contemporaines

4Changement et transition sont des caractéristiques normales de la condition urbaine, ils font partie de « l’incessante formation et reformation des paysages géographiques » sous le capitalisme (Harvey 1985 : 150). Il est de plus en plus clair que nous sommes entrés dans une phase décisive d’instabilité du cadre bâti en réponse aux nouvelles forces financières, technologiques, sociales et économiques (Kivell 1993 : 177).

5Le cadre urbain bâti est en cours de restructuration, il révèle de nouveaux modes de développement, de déclin ou de stagnation. Si l’on constate dans la plupart des zones urbaines du monde les mêmes tendances, les nouveaux espaces urbains peuvent néanmoins être très différents selon les contextes. Parmi les traits communs de ces nouveaux paysages urbains, citons les résolument nouveaux « bâtiments postmodernes » ; la rénovation des anciens quais ; l’aménagement des usines situées au cœur des villes et abandonnées du fait de la désindustrialisation ; le changement de qualité et d’image d’anciennes zones industrielles ; les nouveaux projets à usage mixte ; les migrations exurbaines et vers les sunbelts ; les communautés protégées ; les insertions dans le tissu historique, le recyclage et le renouvellement de celui-ci ; enfin les nouveaux paysages touristiques et de loisir » (Murphy & Freestone 1994 : 116). Cette évolution s’accompagne aussi d’une continuelle réorganisation de l’espace social et culturel où se font jour des conceptions de la communauté nouvelles et diverses et où se renforcent des modes de ségrégation par la race, le revenu et la culture (Haumont & Levy 1998).

6Emblématiques à cet égard sont les nouvelles zones d’activité suburbaines, dont les exemples les plus nets se rencontrent en Amérique du Nord, et qui consistent en de nouveaux parcs industriels, d’affaires, de bureaux, de technologie, de science ou de high tech ainsi qu’en des associations plus vastes d’ensembles fonctionnels typiques consacrés aux bureaux, au commerce ou à d’autres utilisations des terrains, le logement par exemple, phénomènes qui ont fait leur apparition depuis vingt ou trente ans en dehors des centres urbains préexistants. En Amérique, on a qualifié ces espaces de Edge Cities (Garreau 1991 ; Knox 1992). Dans d’autres parties du monde, ces espaces exurbains ont pris d’autres formes et on utilise d’autres termes pour les décrire (Murphy & Freestone 1994 ; Adell 1997). En Europe, par exemple, Germain Adell (1997) a observé l’émergence d’un « paysage suburbain européen » spécifique sur la base d’un ensemble de caractéristiques propres. C’est ce qu’on a diversement qualifié de outer city (Herrington 1984), troisième ville (Mongin 1995), ville archipel (Viard 1994) métapolis (Ascher 1995), ville éclatée (Haumont & Lévy 1998), Eurolandschaft (Wilson 1996).

Approche conceptuelle

7Ces nouveaux espaces urbains naissent en réponse à une série de nouvelles exigences et de nouvelles forces technologiques, sociales et économiques. Certains auteurs, observant ces transitions, ont estimé que le processus actuel d’urbanisation se distingue des formes de développement modernes ou de la fin de la période moderne et que ce qui se passe à l’intérieur et autour de nos villes doit s’interpréter comme un « phénomène d’urbanisation postmoderne ». Ce phénomène comprend trois éléments : la transition d’une esthétique moderne à une esthétique postmoderne ; la transition vers un stade ou une condition postmoderne comportant elle-même une transition du fordisme au post-fordisme (Lyon 1994) ; et l’adoption d’un paradigme postmoderne de la connaissance qui fait la critique de toutes les épistémologies et de tous les « métarécits » antérieurs depuis les sciences sociales positivistes jusqu’à l’économie politique marxiste (Gregory 1994 ; Hooks 1990 ; Rose 1993 ; Soja 1996).

8Pour une analyse complète de ce riche et complexe phénomène d’urbanisation, il est nécessaire d’adopter un point de vue qui n’examine pas seulement les formes matérielles d’urbanisation mais qui prenne aussi en compte la construction sociale de l’espace, les codes, les signes et la symbolique des espaces de représentation. Lefebvre, écrivant dans les années 1960, a justement élaboré une pareille approche conceptuelle associant trois manières de penser l’espace. À savoir, l‘espace perçu des pratiques spatiales matérialisées ; l‘espace conçu qu’il définissait comme des représentations de l’espace ; enfin les espaces de représentation vécus.

9Ces dimensions ou conceptualisations de l’espace ont par la suite fait l’objet d’interprétations et de développements pat d’autres auteurs (Soja 1996 ; Gottdiener 1994 ; Shields 1991). Soja (1996) par exemple, a reformulé les trois dimensions de Lefebvre en une « trialectique de la spatialité » (trialectics of spatiality) dans laquelle Firstspace, Secondspace et Thirdspace correspondent en gros aux pratiques spatiales, représentations de l’espace et espaces de représentation.

10Ces reformulations de notre manière d’appréhender l’espace correspondent à des tentatives pour restructurer les façons les plus habituelles de penser l’espace dans toutes les disciplines. Durant plus d’un siècle, la forme la plus répandue de la vision des géographes a reposé sur une double façon de penser l’espace. L’une des perspectives s’occupait essentiellement de la matérialité concrète des formes spatiales, de ce que l’on pouvait empiriquement retracer, comme les flux de marchandises, d’argent, de population, de main-d’œuvre ou d’information ; les réseaux de transport et de communication ; les hiérarchies au sein des villes ou du marché ; les cadres urbains bâtis et les espaces sociaux de la ville ; les communautés, les quartiers et les distributions en zones (les pratiques spatiales matérielles de Lefebvre ou le Firstplace de Soja).

11La seconde perspective s’appuyait sur les idées entretenues à propos de l’espace, aboutissant à des représentations de celui-ci sous des formes mentales ou cognitives. Cela comprenait des mesures de distance sociales, psychologiques et physiques ; la cartographie ; des théories touchant à la « friction de distance » (friction of distance), au lieu central et à d’autres aspects de la théorie de la localisation ; les cartes mentales et les représentations symboliques des espaces ; les « espaces interdits » (forbidden spaces) ; les notions de communauté ; la question des cultures régionales et du nationalisme. Ce point de vue coïncide avec les représentations de l’espace de Lefebvre (ou le Secondspace de Soja).

12Le discours concernant l’espace a ainsi été dominé par le dualisme des pratiques spatiales matérielles et des représentations de l’espace (First et Secondspace). L’attention s’est fixée soit sur les formes et les structurations de la vie matérielle « réelle », soit sur les mondes mentaux et idéels des espaces abstraits ou « imaginés », ce qu’on peut grossièrement ramener à la connaissance des « faits » ou à celle des « idées ». Toutefois, Lefebvre a élaboré un autre mode de pensée sur l’espace qui emprunte à la fois à l’espace matériel (matérialiste) et à l’espace mental (idéaliste) de ce dualisme traditionnel mais qui va bien au-delà par l’ampleur du champ considéré, par le contenu et par la signification. Pour Lefebvre, ces espaces sont simultanément réels et imaginaires, d’où l’appellation d’espaces de représentation (le Thirdspace de Soja).

13Ce sont ces trois dimensions de l’espace que l’on peut utiliser pour analyser les débats concernant la nature de l’urbanisation contemporaine et, plus particulièrement, l’importance croissante des phénomènes exurbains.

Nommer ce qui est « nouveau » : enquête sur Edge City, Exopolis et les nouveaux Burbs.

14Les discussions sur le suburbain et l’exurbain ne datent pas d’aujourd’hui, on en trouve déjà dans la littérature géographique des années 1960 et 1970, qui virent l’apparition d’un riche vocabulaire lié à l’analyse du processus d’urbanisation. Gottmann (1961) utilise le terme de « Megalopolis » pour décrire l’apparition d’une nouvelle forme urbaine composée de régions métropolitaines polynucléées, dont on peut trouver des exemples dans la zone de la baie de San Francisco ou dans la zone New York-Nord du New Jersey. Webber (1963, 1964) signale que des changements dans les dispositifs de communication entraînent inévitablement des conséquences importantes pour les lieux où les gens vivent et travaillent, créant ainsi des « domaines urbains non localisés » (non-place urban realms).

15Les tentatives des années 1960 et 1970 pour expliquer l’expansion de la frange urbaine sont remarquablement en phase avec les discussions actuelles. Les difficultés rencontrées lorsqu’on cherche à comprendre le processus d’urbanisation de la périphérie (suburbia) apparaissent dans l’extrait suivant de Thomas (1974 : 18-19) :

Le problème initial qui ressort de la vaste littérature savante déjà consacrée à la frange urbaine (urban fringe) c’est le manque de clarté quant aux aspects de la vie et du paysage que l’on veut examiner.
Un autre problème tient tout simplement aux significations données aux mots par lesquels on caractérise cette frange. Si beaucoup des comptes rendus écrits et des descriptions de zones marginales (fringe areas) concernent l’Amérique, il existe un bon échantillon de commentaires venant plus particulièrement d’Europe et d’Australie. La confusion terminologique qui résulte de l’étude de ces différents exemples est considérable. Elle est encore aggravée par l’écart dans le temps qui sépare ces observations, les différences de taille entre les villes étudiées, les variations dans le degré de contrôle exercé sur la zone marginale, les contextes enfin où s’inscrivent ces différentes recherches.
La diversité terminologique ne concerne pas exclusivement la frange urbaine elle-même, elle caractérise aussi beaucoup de mots et concepts qui s’y rapportent. Dans un article important, Kurtz et Eicher (1958) ont illustré le problème en essayant de distinguer fringe ex suburb. Wissink (1962), dans une large étude des zones marginales des villes américaines, distingue fringe, suburbs, pseudo-suburbs, satellites et pseudo-satellites, tandis que bien d’autres auteurs se débattent dans les problèmes rencontrés pour définir les différents types de satellites et de suburbs, et pour distinguer entre ces phénomènes et d’autres qui font également partie du développement à la marge.

16Les tendances favorisant un développement exurbain se sont poursuivies et l’on s’accorde généralement pour considérer que la transition centrale affectant la structure urbaine contemporaine voit le passage de villes à banlieues compactes (compact suburban) à des villes-métropoles étalées (spread-metropolitan) et le passage de villes monocentriques à des villes polycentriques. Mais à parcourir le nouveau lexique utilisé pour la description des formes contemporaines d’urbanisation on ne perçoit aucun consensus sur la nature de ces « nouveaux espaces urbains ».

17Une multitude de termes suggestifs a fait son apparition, évoquant de nouveaux horizons de sens. Une partie de cette terminologie renvoie à ce que l’on considère comme un nouveau mode de développement urbain, nouveau paysage de concentrations d’emplois et d’autres activités, distantes et indépendantes des anciens centres urbains, tandis que d’autres termes évoquent des processus à l’origine de ces nouveaux développements (en particulier l’impact de la flexibilité dans les systèmes de production et la technologie).

18Une bonne partie de la littérature traitant des changements actuels de l’urbanisation relève du contexte américain. En particulier, le phénomène exurbain a été popularisé par le travail de Joël Garreau (1991), journaliste du Washington Post, inventeur du terme Edge City pour décrire l’apparition de nouvelles agglomérations suburbaines aux États-Unis. Il définit ces villes-marge (Garreau 1991 : 51) comme d’« énormes communautés, semi-autonomes, riches en emplois, faites de constructions élevées, saturées de routes, et qui surgissent à la marge du tissu urbain ancien, là où n’existaient, il y a dix ans, que des banlieues résidentielles et des pâturages ». Elles sont constituées de zones pouvant dépasser 450 000 mètres carrés de bureaux (le lieu de travail par excellence à l’âge de l’information) ; 55 000 mètres carrés pour le commerce de détail ; zone fournissant plus d’emplois que de chambres ; zone perçue comme un seul et même lieu par la population (offrant emplois, shopping et loisirs) ; zone enfin qui n’avait rien d’une ville trente ans auparavant quand il n’y avait encore que des terrains agricoles ou des banlieues. Ces Edge Cities sont dépeintes comme le résultat d’une troisième vague d’urbanisation. La première tenait à la décentralisation de la population ; la deuxième vit « l’extension à toute l’Amérique des nouvelles zones commerciales » (the mailing of America) ; la troisième voit les emplois abandonner la ville pour les banlieues : c’est la relocalisation des grandes sociétés américaines.

19C’est le même processus que décrivent Hartshorne et Muller (1986), qui nomment Outer City les satellites suburbains géographiquement et économiquement indépendants qui en résultent. Fishman (1987) a introduit le terme de technoburb pour décrire une zone périphérique (pouvant atteindre les dimensions d’un comté) comprenant des couloirs de croissance avec centres commerciaux, parcs industriels, complexes de bureaux comparables à des campus, hôpitaux, écoles et, bien sûr, habitations, le tout s’étirant le long des grandes autoroutes. Le mot vient non pas d’une référence aux industries de haute technologie mais aux progrès technologiques de l’information qui ont rendu possible l’existence de villes décentralisées.

20Technopole est le terme en usage dans la littérature française consacrée au développement économique régional et il a été récemment repris par Hall et Castells (1994) qui l’emploient pour décrire un nouvel espace industriel : des constructions basses, discrètes, donnant en général une impression de calme et de bon goût, dans un cadre soigneusement paysagé et une atmosphère de campus. Ce sont généralement des ensembles planifiés et leur fonction essentielle est de produire ce qui est nécessaire à l’économie de l’information.

21Chez d’autres auteurs, on trouve urban village, suburban downtowns, suburban activity centres, major diversified centre, galactic city, pepperoni-pizza cities, a city of realms, superburbia, disurb, service cities, perimeter cities, peripheral centres, megacities, metroplex, postsuburbia, technopolis, ou encore heteropolis. Kivell (1993 : 190) note que l’on emploie volontiers des métaphores marines pour décrire l’expansion de la frange urbaine. Ainsi Boyce (1996) parle de « croissance en vague » (wave-like growth), Steeley (1990) de « rivages urbains » (urban shorelines) et Hart (1991) de « vagues de proue périmétropolitaines » (perimetropolitan bow waves).

22Soja les nomme, dans leur ensemble, Exopolis, « la ville au-dehors », pour bien souligner leur ambiguïté d’oxymoron, leur qualité urbaine de non-ville (their city-full non-cityness). Il défend l’idée que

ce ne sont pas seulement des exo-villes, satellisées à l’extérieur ; ce sont aussi des ex-villes, autre chose que ce qu’étaient jusqu’alors les villes. Ex-centriquement installée au-delà du maelstföm des anciens pôles agglomératifs, l’exopole forme de nouveaux tourbillons à son tour, retournant la ville du dedans vers le dehors mais également du dehors vers le dedans, récupérant en chemin la trace de tissus urbains plus familiers, même là où de tels tissus anciens n’ont jamais existé (Soja 1996 : 238-239).

23Sorkin (1992) utilise le terme de « ville recombinante » (recombinant city) pour rendre l’infinie combinaison et duplication des unités de base qu’on observe dans ces phénomènes exurbains : centres commerciaux, parcs de loisir, hôtels avec atrium, complexes associant commerces, culture et loisirs, zones résidentielles disjointes, etc. La relation spatiale qu’entretiennent ces éléments relève de la disconnexion : les éléments spatiaux constitutifs peuvent être insérés partout, tout peut aller avec tout. On aboutit à l’« agéographie » du territoire urbain continu et à la départicularisation de l’espace.

24Ces termes imagés sont source d’ambiguïté quant à la forme prise actuellement par la croissance urbaine, de confusion aussi quant à ce que ces termes désignent vraiment et d’incertitude quant à savoir s’il s’agit d’un même objet ou de plusieurs. Situation qui conduit à des débats comparables à ceux des années 1960 et 1970 dont nous avons précédemment parlé. Pour Sudjic (1993 : 232) « l’urbanisation est devenue un paysage amorphe dans lequel la mobilité permet à tout de se produire n’importe où ». Il semble que nous ne sachions plus très bien où est la ville, ni ce qu’elle est.

25Confusion qui n’empêche pas de défendre l’idée que ce qu’on décrit en ces termes représente :

[...] une restructuration radicale de la forme urbaine et du langage conventionnel qui sert à décrire les villes[...] la forme urbaine ou l’organisation spatiale de la ville postmoderne se distingue de manière significative de celle de la ville des débuts de la période moderne, typiquement représentée par les lignes bien concentriques et les secteurs nettement spécialisés des modèles de l’école de Chicago. Elle se distingue aussi de la ville de la fin de la période moderne, métropole plus hétéroclite répartie autour d’un secteur d’affaires dominant, avec des quartiers de pauvres et d’ouvriers et des banlieues-dortoirs essentiellement habitées par la classe moyenne, lesquelles s’étalent jusqu’à l’« exurbia » (Soja 1996 : 131).

26Dans cette nouvelle « forme urbaine postmoderne » il manque la lisibilité ordonnée, hiérarchisée, de la ville traditionnelle (prémoderne et moderne) dans laquelle statut social et fonction économique se distribuent clairement dans l’espace, principalement par une relation différentielle avec un centre dominant. L’explication avancée est que, dans les nouvelles formes qui apparaissent (voir, par exemple, Keil 1994 ; Sudjic 1993), le foyer de l’accumulation et de l’investissement urbains se serait déplacé vers la périphérie des centres urbains établis, remettant en cause l’étiquette de « périphérique » (périphérisation du centre et centralisation de la périphérie).

27Pour certains les villes du monde entier connaîtraient les mêmes changements fondamentaux. Il y a pourtant deux raisons de se montrer prudent dans l’assimilation non critique de l’expérience américaine à l’urbanisation contemporaine dans d’autres parties du monde. La première est qu’on doit avoir le souci de prendre en compte les spécificités locales des réalités socio-économiques et politiques. La seconde tient à l’interprétation culturelle attachée à cette forme de développement. Nous aborderons successivement chacun de ces deux aspects.

Spécificité locale : contexte économique, social, politique et culturel

Contexte socio-économique et politique

28Une grande partie de la littérature qui traite de l’évolution ex urbaine contemporaine se rapporte au contexte nord-américain. Plus précisément, beaucoup de travaux présentent la Californie (avec en particulier le comté d’Orange) comme l’exemple post-suburbain type et Los Angeles comme la ville postmoderne par excellence, « la vitrine paradigmatique où se donne à voir la seconde moitié du xxe siècle » (Soja 1989) et même comme la représentation de l’avenir des villes. Ainsi, dans le premier numéro de la revue City, Los Angeles offre l’image de notre avenir à tous. Quant à Elizabeth Wilson (1995 : 123), elle affirme, dans un article consacré aux études sur Los Angeles, que c’est la ville de notre temps et celle de l’avenir : « Avec L. A. nous voyons le futur ».

29Ce statut est dû en partie au développement relativement récent de Los Angeles qui fait d’elle une ville essentiellement du xxe siècle, et en partie à l’ampleur et à la rapidité des changements intervenus dans les trente dernières années. La manifestation physique des restructurations contemporaines, nous explique-t-on, est particulièrement apparente à Los Angeles. Toutefois, dans la mesure où les villes sont l’objet de toute une série de processus liés à l’expansion et à la mobilité du capital mondialisé et connaissent, de ce fait, une restructuration de leur base économique, il conviendrait d’attacher plus d’importance à la spécificité des lieux et à la manière dont les processus universels passent par des médiations diversifiées. Je partage le point de vue de Keil (1994 : 134) qui pense que « la complexité des processus qui structurent et donnent forme aux villes requiert des approches rendant compte à la fois des pressions exercées par la restructuration globale et de la spécificité locale ». Les processus universaux d’accumulation du capital ne débouchent pas nécessairement sur une même forme urbaine universelle.

30L’idée d’un « lieu paradigmatique » (Los Angeles et le comté d’Orange) comporte le risque de verser dans l’universalisme et l’essentialisme. Vouloir extrapoler des modèles et des processus à partir d’exemples nord-américains bien connus peut conduire les urbanistes d’aujourd’hui à faire de Los Angeles ce que fut Chicago pour les urbanistes des années 1930 et 1940. De même que le plan en zones concentriques donnait alors une lecture réductrice de la forme urbaine, s’attendre à trouver dans le monde entier des Edge Cities ou des Outer Cities est sujet à caution. Et là où nous nous attendons à les trouver, il ne va pas de soi que les processus sous-jacents, la signification sociale ou la portée économique soient dans tous les cas les mêmes.

31Tout au long de ses deux cents ans d’existence, Los Angeles est toujours apparue comme une exception par rapport à la culture urbaine dominante aux États-Unis (Dear 1995 : 29). Pendant les années 1960, on a considéré Los Angeles comme une innovation, une ville dénuée de centre, une suburbia de faible densité. Reyner Banham (1971) dans un livre classique sur Los Angeles, a soutenu qu’aucune autre ville ne lui ressemblerait jamais. Imaginer que Los Angeles représente le futur de la plupart des villes est une idée peu sérieuse qui peut conduire à de grossières erreurs, en tout cas pour ce qui est de la forme urbaine. A supposer que Garreau (1991 : 3) ait raison en observant récemment que « toute ville américaine qui se développe le fait à la manière de Los Angeles », il ne manque pas de motifs de penser que les zones urbaines ailleurs qu’en Amérique ne présenteraient pas nécessairement le même type de développement. Universaliser le processus américain d’urbanisation reviendrait à ignorer les traditions et les spécificités locales des autres pays, en particulier des pays européens où la planification a joué un rôle bien plus grand et où la propriété publique des terrains n’est pas rare (notamment aux Pays-Bas et en Suède).

32Il faudrait tenir compte de toute une série de facteurs pour bien saisir les évolutions des villes en dehors du contexte américain, en particulier la présence dans les villes européennes de paysages résiduels hérités des urbanisations préindustrielles, mercantiles ou, pour le xixe siècle, industrielles qui interviennent dans le paysage urbain d’une manière totalement inconnue de beaucoup de villes américaines ; les particularités du contexte politique national ou local pour ce qui est de l’occupation des sols en tenant compte des promoteurs, des propriétaires fonciers ainsi que de l’État au niveau tant national (politique foncière) que local (organismes de planification) ; le contexte économique (croissance ou déclin) ; les caractéristiques du développement (par exemple, le déclin des downtowns est plus prononcé aux États-Unis comme est aussi plus important l’investissement dans les nouveaux complexes des Edge Cities).

33Ainsi, Garreau (ibid. : 237) estime que le contexte économique est crucial dans la détermination de la forme urbaine et il va jusqu’à dire que « les Edge Cities sont fonction de la croissance... Le plus grand avantage des urbanistes européens jusqu’à aujourd’hui est l’absence relative de cette croissance... ».

34En Grande-Bretagne, l’évolution exurbaine a pris une forme différente de ce qu’elle est en Amérique, du fait de contextes institutionnels différents (mode de développement de la propriété, rôle de la planification et des mythes collectifs associés au développement à la marge). On peut en donner une idée rapide en comparant les deux expériences de suburbanisation. Avec les progrès de l’industrialisation au xixe siècle, les villes, tout particulièrement dans le contexte américain, connaissent un phénomène rapide de suburbanisation, manqué par une différenciation spatiale plus poussée et une décentralisation de la population et de l’activité économique, en partie soutenues par des politiques et des financements fédéraux, mais surtout portées par les promoteurs du secteur privé (logement). Dès les années 1950, on va parler de l’apparition de Mégalopolis, d’une « nouvelle ville » qui « diffère à la fois par ses dimensions et sa structure fonctionnelle de la métropolis d’avant-guerre » (Vance cité dans : Walket 1981). La suburbanisation, qui avait été au début un exode résidentiel des élites, devient un mouvement de masse (bien que ne concernant essentiellement que les Blancs) qui s’accompagne de plus en plus de la dispersion des lieux d’emplois, ce qui fait que l’on en vient à parler, dans les années 1960, d’une transformation de la ville en « ville suburbaine » (Walker 1981). Les expansions multi-nucléaires sont aussi plus habituelles en Amérique et font partie du modèle d’utilisation traditionnelle des sols urbains proposé par Harris et Ullman. Dans un article où les discussions actuelles sut l’urbanisation trouvent d’assez frappantes correspondances, Webber (1964) parle pour la première fois de l’apparition d’un « domaine urbain non localisé » dans lequel les acteurs sociaux sont libérés des anciennes limites spatiales des villes et se trouvent déployés bien plus largement dans l’espace.

35Au Royaume-Uni ce mouvement de différenciation et de décentralisation a pris une forme différente et n’a pas produit l’étalement des banlieues qu’on trouve aux États-Unis. Cela est largement dû à un système beaucoup plus puissant de planification de l’occupation des sols qui avait pour objectif de contenir l’expansion des grandes villes et de protéger l’environnement. La préférence culturellement renforcée pour un habitat de faible densité tout comme l’abondance des terrains sont aussi, pour l’essentiel, absentes dans le contexte européen. On observe, au contraire, une résistance à l’étalement (sprawl), qui se manifeste clairement dans les années 1930 avec la législation visant à empêcher le développement en ruban (ribbon development) et, dans les années 1960, avec la constitution de ceintures vertes (green belts) destinées à limiter (contain) la croissance urbaine. Le processus de décentralisation a pris, au Royaume-Uni, la forme d’une évolution guidée par l’État avec la politique des villes nouvelles (New Towns) de l’après-guerre et la tendance ancienne de contre-urbanisation (Champion 1989) qui a vu une dispersion de population et d’emplois hors des grandes villes vers de petites villes et des zones futaies. Dans le contexte européen, la périphérie urbaine est probablement plutôt associée aux grands ensembles de logements de la période d’après-guerre, aujourd’hui appauvris et marginalisés (Gwilliam et al. 1999). Ainsi se trouve inversé dans beaucoup de pays européens le schéma américain de banlieues privilégiées et de centre-ville défavorisé.

36On peut noter des différences comparables dans le contexte légal et socio-économique au sein duquel a lieu le développement, en particulier en ce qui concerne l’équilibre des pouvoirs entre le promoteur et l’organisme de planification. Or les rôles respectifs du promoteur, du propriétaire foncier et de l’organisme de planification ne sont pas sans effet sut la forme urbaine produite. Aux États-Unis comme dans d’autres pays ayant des politiques foncières assez souples, promoteurs et propriétaires fonciers spéculatifs sont les agents principaux et ils s’intéressent aux terrains de la marge urbaine bien avant qu’on en ait besoin pour le développement. Les transactions ont souvent lieu sur la base d’une « valeur anticipée ». La réglementation concernant les zones de planification y est généralement favorable à de vastes lotissements facilitant un développement de faible densité, ce qui assure à la propriété des prix élevés. En revanche, dans les pays européens où il existe une forte tradition de propriété publique du sol et où l’on pratique une plus grande intervention dans le développement, le comportement spéculatif des propriétaires privés se trouve limité du fait que les municipalités possèdent un droit de préemption effectif. En Grande-Bretagne, on trouve un compromis entre ces deux positions. La spéculation à la marge des villes y est limitée par des directives d’aménagement planifié qui débouchent sur l’existence de deux marchés fonciers à peu près distincts, l’un pour les terrains agricoles où il n’y a pratiquement pas de possibilités de développement, et l’autre pour des sites qui ont, ou sont susceptibles d’obtenir, des autorisations de développement (Kivell 1993 : 125-126). Le Royaume-Uni possède aussi une tradition d’urbanisation dense.

37Quant au contexte australien, il montre qu’en dépit de tendances durables à la décentralisation des emplois, et malgré l’abondance de terrains, la nature des grands agglomérats suburbains s’écarte des modèles de l’Edge City américaine, tandis que les nouveaux centres commerciaux suburbains sont de dimension modeste comparés à ceux des États-Unis. Selon Murphy et Freestone (1994 : 125), « nous ne connaissons rien dans les zones métropolitaines australiennes qui ressemble à ces Edge Cities archétypales de Garreau que sont Tysons Corner, Virginia et Dallas Galleria... ». Quatre éléments sont considérés comme décisifs dans cette comparaison : l’absence d’industries de haute technologie vraiment dynamiques et la dépendance envers les importations ; des différences culturelles entre centres des grandes villes et banlieues ; l’absence ou l’insuffisance d’un réseau d’autoroutes interne à la métropole ; enfin, une forte planification locale.

38En résumé, nous devons nous garder de faire « trop facilement confiance à des conceptualisations à très grande échelle [qui] risquent d’assimiler trop vite forme et processus et de fausset l’appréciation des spécificités culturelles attachées aux formes suburbaines d’Edge City » (Freestone 1996 : 3).

Contexte culturel : géographies imaginaires

39Il semble normal aussi de s’attendre à des différences dans la signification sociale de ces nouveaux espaces urbains. La discipline des études culturelles a commencé à mettre en lumière des représentations distinctes des espaces exurbains. Sur le plan culturel, on constate qu’une gestion politique traditionnelle, des citoyens actifs et une solide culture municipale sont pratiquement inconnus dans ces nouvelles villes américaines. Edge City n’en représente pas moins dans la psyché américaine un espace intéressant entre centralité et périphérie. Dans la mesure où l’accumulation et l’investissement urbains se sont déplacés vers la périphérie des grands centres traditionnels et où se sont également décentralisées les fonctions de direction de l’économie (sièges des grandes multinationales), l’étiquette de « périphérique » est remise en question. Les Edge Cities représentent la périphérisation du centre et la centralisation de la périphérie et incarnent, en tant qu’espaces de représentation, ce que Zukin (1991 : 20) appellerait des « paysages de pouvoir » (landscapes of power). Il ne s’agit pas de bordures (edges) marginales de la société, mais elles constituent – du moins est-ce la thèse – le bord (edge) tranchant de la nouvelle formation des villes dans le monde, elles représentent la recherche d’un avantage (edge) concurrentiel et sont souvent la localisation choisie pour un environnement innovant.

40L’analyse de la signification culturelle accordée par Garreau aux Edge Cities illustre la puissance du processus de spatialisation sociale, la représentation de l’espace par des codes, signes, pratiques matérielles et schémas mentaux. Si l’Edge City concerne explicitement pour Garreau l’émergence d’un style de civilisation urbaine à la marge de l’Amérique des métropoles, son objet sous-jacent est la résurgence de l’esprit américain dans les années 1980 et 1990. Garreau tente avec son livre de sonder la mentalité culturelle qui a pu pousser les Américains à produire au xxe siècle ce cadre de béton et de verre où domine l’automobile. Tout en reconnaissant qu’un certain délai est nécessaire pour en découvrir la logique, Garreau (1991 : 4) affirme qu’Edge City exprime les valeurs américaines les plus profondes et les plus sacrées et aboutit à la conclusion que « la force qui a entraîné la création d’Edge City c’est la recherche au plus profond de nous-mêmes d’un équilibre entre individualisme et liberté. » En ce sens,

Edge City apparaît comme la représentation de l’esprit et du rêve américain dans leur déploiement au cours de l’histoire. Edge City est la forme phénoménale, la toute dernière incarnation... de l’esprit dans le temps (Sharpe & Wallock 1992 : 393).

41En donnant pour sous-titre à son livre « La vie sur la nouvelle frontière », Garreau rapproche la suburbanisation et la décentralisation d’aujourd’hui du premier mouvement de colonisation de l’Ouest. S’il appelle ses villes Edge, c’est « parce qu’elles sont un monde énergique de pionniers et d’immigrants, qui se bâtit loin des anciens downtowns, là où l’on ne trouvait guère, il y a trente ans, que des villages et des terres agricoles » (Garreau 1991 : 4). Il associe l’occupation de terres au-delà des centres urbains contemporains avec le puissant monde mythique du colon américain. La croissance des Edge Cities reflète « une fois encore notre démarche américaine toujours renouvelée qui consiste à nous réinventer, à nous redéfinir, proclamant ainsi que notre séculaire révolution – la recherche d’un avenir en nous-mêmes – est toujours bien vivante » (ibid. : préface).

42Garreau se sert aussi des thèmes mythiques de l’individualisme, de la liberté de choix et de la démocratie pour donner l’impression que ces nouveaux domaines exurbains sont, au départ, l’initiative de pionniers solitaires et qu’ensuite tous les Américains ont de leur plein gré pris une part égale à la construction d’Edge Cities. Sharpe et Wallock (1992 : 393) remarquent que la volonté de Garreau de définir Edge City comme « la somme de toutes nos espérances » est « une opération coercitive visant à créer une identité nationale uniforme [...] fondée sur le présupposé que tous les Américains partagent les mêmes aspirations et les mêmes valeurs ». Une telle manipulation des mythes et de l’approche populiste oblitère toute autre force plus vaste qui interviendrait dans le comportement des gens, elle ignore délibérément à quel point ces nouveaux espaces exurbains ont reçu l’appui de tout un ensemble de politiques fédérales concernant le logement, le transport, la défense ou la fiscalité et néglige l’inégalité permanente du développement de l’économie-espace capitaliste.

43Plus grave encore d’un point de vue culturel, le tableau dressé par Garreau du nouvel avenir collectif made in USA ne tient pas compte de la réalité des exclusions et des discriminations qui font que les Edge Cities se composent de manière prédominante d’habitants blancs aisés. En affirmant que la poussée d’Edge City « au-delà du downtown traditionnel dominé par les hommes » manifeste « la montée en puissance des femmes », Garreau ne tient pas compte des discours actuels montrant de quelle manière les banlieues ont placé les femmes et les migrants en position de subordination, en position d’être « autre » (Hooks 1990 ; Soja & Hooper 1993 ; Watson & Gibson 1995 ; Duruz 1994 ; Thompson 1994). Il ne tient pas compte des bas salaires, de l’insuffisance des crèches, des possibilités limitées de promotion que connaissent les femmes qui travaillent et donc de la persistance de l’idée que leur rôle est au foyer (Sharpe & Wallock 1992 : 393).

44L’iconographie du développement exurbain aux États-Unis comme au Royaume-Uni est étroitement associée à une idéalisation de la vie à la campagne. Le développement suburbain et exurbain a fortement subi l’influence de la pensée antiurbaniste contenue dans des ouvrages comme Garden City d’Ebenezer Howard en 1898 et Broadacre City de Frank Lloyd Wright en 1935. Ces ouvrages présentent la ville comme lieu de crime et de désordre, source de maladies, de pollution, d’entassement, comme le foyer de la foule indisciplinée. La ville est devenue, au xxe siècle, le territoire de ceux qui sont au bas de l’échelle, un trou noir de la civilisation contemporaine (Short 1991 : 50).

45Au contraire, on associera les banlieues à un ensemble de valeurs alternatives (mythifiées) : famille, stabilité, sécurité, le lieu où les gens s’installent durablement, élèvent leurs enfants, s’intègrent à une communauté. Le rêve de la suburbia c’était la possibilité d’une vie agréable sans les limitations de la campagne ou l’anonymat de la grande ville (ibid. : 50). Le développement suburbain est présenté comme une tentative de créer un monde idyllique rural, une forme de pastorale moderne, de parvenir à la recréation d’une vie imaginaire d’antan. Dans sa description de la création d’un « paysage intermédiaire » (middle landscape) dans l’Amérique métropolitaine suburbaine, Rowe écrit :

[...] la propension de l’attitude pastorale est de se tourner vers le passé. Son discours parle d’un âge plus simple, d’une relation plus directe et plus sincère aux données et rythmes fondamentaux de la vie [...] le symbolisme des habitations de style est d’un historicisme appuyé, avec des références directes au passé américain (Rowe 1991 : 236).

46Si le discours de l’antiurbanisme semble comparable dans l’une et l’autre culture, le tableau que fait Garreau du développement d’Edge City est étroitement associé au mythe puissant de la « nouvelle frontière » comme expression de valeurs fondamentales américaines, comme recherche d’un nouvel équilibre entre individualisme et liberté, comme représentation de l’esprit et du rêve américains se déployant dans le cours de l’histoire. Cela entraîne une différenciation subtile mais importante dans le processus de spatialisation de ces nouveaux espaces urbains. Alors que dans le contexte américain la conception du développement d’Edge City chez Garreau est étroitement liée au mythe collectif de la civilisation du territoire sauvage au-delà des limites de la ville, en Grande-Bretagne (et peut-être dans le reste de l’Europe) le mythe collectif se rattache soit à l’idée qu’en allant au-delà de la ville on échappe au territoire sauvage qu’elle abrite en elle, soit à l’idée qu’on va créer un lieu rural idyllique dans un cadre urbain.

47L’analyse d’Edge City par Garreau (1991 : 6) illustre le pouvoir de spatialisation sociale en tant qu’« abstraction concrète ». Garreau reconnaît que les Edge Cities sont « délicates à définit... elles possèdent rarement un maire ou un conseil municipal et ne correspondent à peu près jamais aux frontières d’une carte... Ce qui explique qu’on n’y rencontre jamais de panneau “Bienvenue à...” C’est que dire où elles commencent et se terminent relève d’une difficile décision d’arbitrage ». Toute délimitation est également rendue problématique du fait qu’il s’agit d’un espace symbolique, « une recherche d’Utopie qui est au cœur du rêve américain ». Edge City relève à la fois du réel et de l’imaginaire, possédant les qualités qu’exprime le néologisme anglais « ether (r)eal » où l’on peut entendre « éthéré », « éther » et « réel ». Edge City, dans la « nouvelle frontière » de Garreau, a des racines et des associations culturelles très claires. C’est une notion emblématique de l’identité culturelle américaine et il n’y a guère de chances de la rencontrer ailleurs dans le monde. A vrai dire, la notion d’Edge City ou de développement exurbain en Europe a des connotations assez négatives ou péjoratives (miteux, aliénant et envahissant).

48Cette analyse des espaces de représentation manifestés dans le développement exurbain révèle d’autres écarts entre le contexte du Royaume-Uni (et de l’Europe) et le contexte américain. Le développement exurbain est associé à des discours très différents selon les parties du monde où il se produit, traduisant les connotations culturelles spécifiques de l’urbanisation contemporaine. En Amérique le discours sur le sujet a entraîné la création d’un symbole culturel très évocateur, emblème de l’Amérique dynamique des grandes sociétés et de l’Amérique de la classe moyenne aisée, alors qu’en Europe on associe beaucoup plus les géographies de l’Edge aux espaces marginaux (socialement et économiquement) et qu’on les utilise pour réclamer des fonds afin de faire face aux problèmes sociaux très sérieux rencontrés par ceux qui vivent aux marges (sociales, économiques et géographiques) de la société.

Conclusion

49Nous nous sommes attachés ici à étudier la forme spatiale évolutive de la grande ville contemporaine et, en particulier, l’émergence supposée d’une forme urbaine nouvelle, séparée des centres urbains traditionnels, polynucléée ou fragmentée dans sa forme, disposant de toutes les fonctions associées aux villes, en concurrence avec les anciens centres urbains ou se substituant à eux pour la création de richesse.

50La prolifération des termes choisis pour décrire les formes contemporaines d’urbanisation a souvent été source de confusion dans la détermination des changements dont on traite. D’ailleurs, cette multiplicité de termes (et la confusion qu’elle entraîne) n’est pas nouvelle. Des débats comparables ont eu lieu au cours des années 1960 et 1970. Ce chapitre a examiné les tentatives récentes de description et d’explication des changements qui interviennent dans les modes d’utilisation des terrains urbains et a évalué l’utilité du nouveau lexique employé pour décrire les formes urbaines qui sont nées. A bien des égards, ce nouveau lexique apparaît comme un exercice de virtuosité en néologie (aptitude à créer de nouveaux mots ou à donner de nouvelles significations à des mots anciens). Ce travail met en garde contre l’usage mécanique de termes et de processus qui peuvent avoir une spécificité locale-culturelle et pour lesquels les médiations par des processus socio-institutionnels sont fort différentes.

51A un certain niveau, il faut nous souvenir que « la “chose” que nous appelons “ville” est le résultat d’un “processus” que nous appelons “urbanisation” » (Harvey 1995 : 50). Nous devrions donc être attentifs à distinguer entre les termes utilisés pour connoter un phénomène physique ou spatial (par exemple Edge City, Outer City, suburban down-towns) et ceux qu’on utilise pour décrire ou simplement suggérer certains processus qui expliquent le développement des zones urbaines. Harvey fait observer que :

L’accumulation du capital entraîne un perpétuel remodelage des espaces urbanisés pour répondre à la croissance de la production et de la consommation, à l’expansion et à la transformation des marchés du travail, aux nouvelles infrastructures physiques ou sociales, sans parler de l’imposition de nouvelles formes technologiques (Harvey 1989 : 250).

52Des termes tels que flexspace, technoburb et espaces industriels post-fordistes ont été analysés comme connotant ces forces qui sont en train de créer les « espaces de projection » de l’économie globale (post-fordiste) qui est apparue (Keil 1994 : 134).

53Il existe aussi des termes qui expriment des messages plus complexes concernant des espaces symboliques et des géographies imaginaires (l’oxymoron Edge City, la périmétropolitaine bow wave ou vague de proue). Afin de parvenir à une meilleure compréhension tant des paysages réels que des paysages imaginaires de l’urbanisation contemporaine, il convient de diriger notre attention sur les processus qui créent ces zones métropolitaines suburbaines et en même temps de décoder la construction sociale des significations qu’impliquent leur symbolisme et leur iconographie.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adell (G.) 1997. Les territoires périurbains dans les pays de l’Europe de l’Ouest : savoirs et représentations. Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas. Paris, Puca(rapport de recherche).

Ascher (E.) 1995. Métapolis ou l’avenir des villes. Paris, Odile Jacob.

Banham (R.) 1971. Los Angeles : The Architecture of Four Ecologies. Londres, The Penguin Press.

Boyce (R.R.) 1966. The Edge of the Metropolis : the Wave Analog Approach, The Geographer and the Environment, British Columbia Geographical Seties 7, University of British Columbia : 31-34.

Champion (A.G.) 1989. Counterurbanization : the Changing Pace and Nature of Population Déconcentration. Londres, Hodder and Stoughton.

Dear (B.) 1995. « Prolegomena to a Postmodern Urbanism », dans : Healey (P.), Cameron (S.), Davoudi (S.), Graham (S.) & Madani-pour (a.) (éd), Managing Cities : the New Urban Context. Chichester, John Wiley.

Duruz (J.) 1994. « Romancing the Suburbs ? », dans : Gibson (K.) & Watson (S.) 1994 : 17-33.

Fishman (R.) 1987. Bourgeois Utopias : The Rise and Fall Suburbia. New York, Basic Books.

Freestone (R.) 1996. « Edge Cities : An Australian Perspective ». Seminar Paper presented at the Faculty of the Built Environment. Bristol, University of the West England.

Garreau (J.) 1991. Edge City. Life on the New Frontier. New York, Doubleday.

Gibson (K.) & Watson (S.) (éd). 1994. Metropolis Now. Planning and the Urban in Contemporary Australia. Londres, Pluto Press.

Gottdiener (M.) 1994. The Social Production of Urban Space. Austin, University of Texas Press. Deuxième édition.

Gottmann (J.) 1961. Megalopolis : The Urbanised Northeastern Seaboard of the United States. New York, Twentieth Century Fund.

Gregory (D.) 1994. Geographical Imaginations. Oxford, Blackwell.

Gwilliam (M.), Bourne (C), Swain (C.) & Pratt (A.) 1999. Sustainable Renewal of Suburban Areas. Londres, Joseph Rowntree Foundation.

Hall (P.) & Castells (M.) 1994. Technopoles of the World. Londres, Routledge.

Hart (J.F.) 1991. « The Perimetropolitan Bow Wave », Geographical Review, 81 :35-51.

Hartshorne (TA.) & Muller (P.O.) 1986. « Suburban Business Centres : Employment Expectations ». Final Report for US dept of Commerce, Economic Development Administration. Washington DC, Department of Commerce.

Harvey (D.) 1985. Consciousness and the Urban Experience. Oxford, Blackwell.

– 1989. The Urban Experience. Oxford, Blackwell.

– 1995. « Cities of Urbanisation ? », City, 1-2 : 38-61.

Haumont (N.) & Lévy (J.-P.) 1998. La ville éclatée : quartiers et peuplement. Paris, L’Harmattan.

Herrington (J.) 1984. The Outer City. Londres, Butler & Tanner.

Hooks (B.) 1990. Yearning. Boston, Southend Press.

Johnson (J.H.) 1974. Suburban Growth. Geographical Processes at the Edge of the Western City. Londres, John Wileys and Sons.

Keil 1994. « Edge Cities in Western Europe ». Environment & Planning D, 12 (2) : 131-137.

Kivell (P.) 1993. Land and the City. Patterns and Processes of Urban Change. Londres, Routledge.

Knox (P.) 1992. « Facing up to the Urban Challenge ». Environment and Planning A, vol. 24 : 1217-1220.

Kurtz (H.A.) & Eicher (J.-B.) 1958. « Fringe and Suburbs : a Confusion of Concepts », Social Forces, 37 : 32-37.

Lefebvre (H.) 1991. Production of Space. Oxford, Blackwell.

Lyon (D.) 1994. Postmodernity. Open University Press

Mongin (O.) 1995. Vers la troisième ville ? Paris, Hachette.

Murphy (P.) & Freestone (R.) 1994. « Towards Edge City : Business Recentralisation and Post-Suburban Sydney », dans : Gibson (K.) & Watson (S.) 1994 : 114-132.

Rose (G.) 1993. Feminism and Geography. Cambridge, Polity Press.

Rowe (P.G.) 1991. Making a Middle Lanscape. Cambridge, MIT Press.

Sharpe (W.) & Wallock (L.) 1992. « The Edge of a New Frontiet ? », American Planning Association, Journal Summer : 393-395

Shields (R.) 1991. Places on the Margin. Alternative Geographies of Modernity. Londres, Routledge.

Short (J.R.) 1991. Imagined Country. Society, Culture and Environment. Londres-New York, Routlege.

1996. The Urban Order. An Introduction to Cities, Culture and Power. Londres, Blackwell.

Soja (E.) 1989. Postmodern Geographies. Londres, Verso.

1995. « Post-Modern Urbanisation : The Six Restructurings of Los Angeles », dans : S. Watson & K. Gibson (éd.), Postmodern Cities and Spaces. Oxford, Blackwell.

1996. Thirdspace. Oxford, Blackwell.

Soja (E.) & Hooper (B.) 1993. « The Spaces that Différences Makes », dans : Keith (M.) & Pile (S.) (éd.), Place and the Politics of ldentity : 183-205.

Sorkin (M.) 1992. Variations on a Theme Park : The New American City and the End of Public Space. New York, Noonday Press.

Steeley (G.) 1990. « An Aegean of Cities », Town and Country Planning, 53 : 333.

Sudjic (D.) 1993. The 100 Mile City. Flamingo.

Thomas (D.) 1974. « The Urban Fringe : Approaches and Attitudes », dans : Johnson (J.H.) : 1974.

Thompson (S.) 1994. « Suburbs of Opportunity : the Power of Home for Migrant Women », dans : Gibson (K.) & Watson (S.) 1994 : 33-45.

Viard (J.) 1994. La société d’archipel. La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Walker (R.) 1981. « A Theory of Suburbanisation : Capitalism and the Construction of Urban Space in the United States », dans : Dear (M.) & Scott (A.J.) (éd.), Urbanisation and Urban Planning in Capitalist Society. Londres, Methuen.

Watson (S.) & Gibson (K.) (éd.). 1995. Postmodern Cities and Spaces. Oxford, Blackwell.

Webber (M.M.) 1963. « Order and Diversity : Community without Propinquity », dans : Wingo (L.) et al. (éd), Cities and Space : The Future Use of Urban Land. Baltimore, John Hopkins.

– 1964. « The Urban Place and the Non-Place Urban Realm », dans : Webber (M.M.) et al. (éd.), Explorations into Urban Structure. Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Wilson (E.) 1995. Rapport de lecture de Heteropolis : Los Angeles, The Riots and Strange Beauty of Hetero Architecture, de Jencks (C.) (1993) et de Urban Revisions : Current Projects for the Public Realm, de Ferguson (R.) (éd.) (1994), Town Planning Review, vol. 66 : 123.

Wilson (P.) 1996. Eurolandschaft in the Idea of the City. Londres, Architectural Association.

Wissink (S.) 1991. American Cities in Perspective : with Special Reference to the Development of their Fringe Areas. Assen.

Zukin (S.) 1991. Landscapes of Power : from Detroit to Disneyland. Los Angeles, University of California Press.

Notes de fin

1 Ron Griffiths, Christine Lambert et Nigel Taylor ont largement contribué à certains passages de ce texte traduit de l’anglais par Michel Chariot.

Auteur

Nick Oatley, géographe, University of West England, Bristol

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540