Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et développement dans l'Europe moderne

 | 
Salvatore Ciriacono

II : Environnement, société et politique

12. Atouts et contraintes de la vie au bord de l’eau. L’homme et la terre sur la côte allemande de la mer du nord de la fin du xvie au début du xixe siècle

Manfred Jakubowski-Tiessen

Texte intégral

  • 1 Les bas-champs endigués de la mer du Nord sont appelés koog au nord de l’Elbe, groden en Basse-Sax (...)

11. En bordure de la mer du Nord, les bas-champs (que l’on appellera la marsch) constituent une ceinture de vingt kilomètres de large qui s’étend du sud du Danemark au sud-ouest des Pays-Bas. Comme c’est généralement le cas sur les côtes maritimes à faible pendage et balayées par de fortes marées, les sols y sont composés de couches de limon de sables fins et d’argiles (Dierβen 1997 : 15 sqq.). Les bas-champs, grâce à leurs sols argileux, représentent des terres très fertiles. Afin d’en intensifier le rendement et surtout d’y cultiver des céréales, la population côtière a commencé, il y a un millier d’années déjà, à construire des digues pour protéger ces zones des inondations régulières provoquées par la mer (Meiberg 1896 : 41 sqq. ; Febvre 1994 : 163 sqq.1). Il est en outre nécessaire de sans cesse assécher ces zones, l’écoulement naturel des eaux des bas-champs étant impossible. Le drainage intérieur exige la présence d’un réseau complexe de fossés et de canaux par lesquels, à marée basse, l’eau peut se déverser dans la mer des Wadden, par l’intermédiaire de petites écluses et à l’aide de systèmes d’épuisement et de pompage. Durant les premiers siècles de leur existence, les bas-champs de la mer du Nord demeurèrent, en période de pluie, une région peu ou difficilement accessible par la terre ferme. C’est la raison pour laquelle les ports, tout au long de la côte, furent essentiels pour les échanges et le ravitaillement de la population de ces zones. A certaines époques de l’année, notamment au printemps, à l’automne et lors des hivers pluvieux, seule la voie maritime permettait de garder un contact avec les centres marchands locaux et interrégionaux et de conserver par là un lien au monde.

2Le haut Moyen Âge vit l’apparition des premières communes rurales sur les bords de la mer du Nord, s’organisant selon un principe associatif et chargées de régler, en toute autonomie, les questions quotidiennes des habitants, relatives en particulier à la construction des digues et au drainage. Les seigneuries du pays étaient disposées, dans le contexte d’une influence étatique encore peu marquée, à perpétuer les droits et privilèges des communes rurales de la côte de la mer du Nord. La situation ne changea qu’avec la naissance de l’État moderne et l’augmentation de ses besoins budgétaires. Dès lors, les contrées fertiles des bas-champs furent considérées comme une source d’impôt fructueuse. Ainsi s’explique qu’aux xvie et xviie siècles en particulier, phase de développement de l’État moderne, les terres aient tant gagné sur la mer du Nord que la surface totale des bas-champs en fût considérablement étendue (Knottnerus 1992 : 62). L’extension des terres a constitué aux yeux des seigneurs locaux un instrument supplémentaire de puissance fiscale leur offrant la possibilité d’accroître considérablement leurs sources de revenus. Dans la mesure où les fermiers de la région des bas-champs, très fertile lorsqu’on la compare à d’autres, pouvaient accéder relativement vite à un niveau de vie élevé, voire s’enrichir, il n’était guère difficile aux autorités des pays de trouver pour les terres récemment asséchées des colons compétents ; et ce malgré le caractère inhospitalier de ces contrées manquant d’eau potable, de matériaux de chauffe et de bois de construction, malgré aussi les constantes menaces de la mer du Nord. Ainsi, depuis l’époque médiévale, a pu se constituer dans les bas-champs de la mer du Nord un groupe de fermiers aisés, bardés, au bon gré de la seigneurie, de privilèges considérables.

  • 2 Febvre expose à quel moment il est possible de parler de frontière : il s’agit d’une frontière lor (...)

3Les voyageurs qui longèrent aux xviiie et xixe siècles la côte de la mer du Nord mirent toujours l’accent dans leurs comptes rendus sur le contraste existant entre ces paysages côtiers et ceux de l’arrière-pays attenant. Bien souvent, pénétrer dans les contrées des bas-champs est décrit comme le passage d’une frontière2. En effet, cette lisière, le long de laquelle se rencontraient les zones dominantes constituées de moraines anciennes sableuses et la marsch nivelée en contrebas, ne séparait pas seulement deux espaces naturels différents, mais constituait aussi, au cours des siècles passés, une ligne de partage entre deux univers spécifiques. La marsch était saisie comme « un monde particulier en soi » (Kohl 1846,1 : 7 ; Kiesewetter 1807 : 6, 21 sqq. ; Gruner 1802 : 516). Au milieu de ces paysages artificiels, cernés par la mer, forgés par la main de l’homme, une société et une culture rurales se sont développées, se distinguant clairement de celles des contrées directement voisines.

4Tandis que les fermes des zones sableuses de l’arrière-pays, que l’on appelle la geest, se trouvaient pour la plupart regroupées en villages où prédominait jusqu’au xviiie siècle la culture collective, prévalaient dans la riche marsch les grandes fermes isolées en colonies dispersées, parfois alignées. Cette forme d’occupation du sol laissait aux différents fermiers une plus grande souplesse en matière de gestion individuelle et rationnelle de leur domaine. Parce qu’ils jouissaient d’une totale liberté d’usage du sol et de ses produits, les exploitants pouvaient agir dans leur ferme à leur guise ; la terre des bas-champs garantissant pour sa part des rendements satisfaisants et des recettes assurant la richesse des fermiers. Les bâtiments des fermes conservés jusqu’à nos jours témoignent clairement de la différence, en termes de structures économiques et de réalités culturelles, entre la marsch et la geest. Tant dans leurs activités économiques que dans leur mode de vie, les exploitants de la marsch se considéraient non pas comme membres de la paysannerie mais comme des entrepreneurs indépendants, ne faisant pas seulement le commerce des produits de la terre, mais s’affairant encore sur les marchés des capitaux et de l’immobilier (Poulsen 1991 : 22 sqq. et 1992 ; Bergsma 1988 ; Ohling 1963 : 276).

  • 3 Nous n’entendons pas tant ici par « esprit du capitalisme » cette maxime éthiquement qui, d’après (...)

5Comme l’ont montré les recherches menées sur l’agriculture des bas-champs de la mer du Nord, l’esprit du capitalisme soufflait déjà fortement au xvie siècle sur ces régions éprouvées par les tempêtes3. Autour de cette agriculture portée vers le marché, une forme d’économie capitaliste s’était imposée, à laquelle « concurrence », « éviction », « concentration de la propriété » n’étaient pas étrangères. On ne s’étonnera donc pas de ce que, dans le domaine agricole de l’Allemagne du Nord, les zones de marsch où, dès l’époque médiévale tardive gains et pertes étaient comptabilisés, fassent état des plus anciennes écritures (Lorenzen-Schmidt et Poulsen 1992 ; Lorenzen-Schmidt 1995).

  • 4 Ohling 1963 : 287, où il est mis l’accent sur la mauvaise volonté des fermiers de la marsch lorsqu (...)

6En dehors des institutions communales administrées selon le principe de la Selbstverwaltung et dans lesquelles ils constituaient quelques rares actifs4, les fermiers, gérants indépendants, n’étaient guère amenés à entretenir d’étroites relations avec leur voisinage et moins encore avec les couches défavorisées de la population des bas-champs (Krämer 1987 : 82 ; Volkmar 1795 : 304 ; Kohl 1846 : 76 ; Allmers 1858 : 126).

7Nulle part ailleurs la ségrégation sociale et culturelle entre les fermiers et le reste de la population n’a été aussi forte que dans la marsch. À la fin du xviiie siècle le recteur d’une école de latin de Garding, Friedrich Cari Volkmar, remarqua qu’à l’inverse des fermiers de la geest qui, suivant la coutume patriarcale, travaillaient eux-mêmes leur terre au milieu de leurs sujets, ceux de la marsch ne traitaient pas mieux les travailleurs que « comme quelqu’autre récipient que l’on prend à la main, lorsqu’on en a besoin, et que l’on jette, quand il ne nous rend plus ses services » (Volkmar 1795 : 303). Le fossé séparant le fermier du « peuple » dans la marsch était si infiniment grand « [...] que le premier ne tient pas seulement qu’il soit bien en deçà de son honneur de s’occuper de l’un des derniers, mais il use encore de tout son orgueil à voir celui-là le considérer comme un être supérieur » (ibidem).

  • 5 « Solch grobes Tuch als der Geestbauer zum Hochzeitskleide trägt, trägt kaum der Dienstjunge in de (...)

8Autant, au sein même de la société de la marsch, les fermiers se démarquaient, autant ils se distinguaient aussi à l’extérieur des fermiers de la geest. Ils portaient un regard hautain sur ces derniers, plus pauvres, auquel répondait un regard envieux ; c’est en tous les cas ce que concluent les chroniques et comptes rendus de voyage des xviie, xviiie et xixe siècles. Ces témoignages mettent en avant le contraste entre la richesse de la marsch et la pauvreté de la geest. Ainsi le professeur de Kiel, Johann Nikolaus Tetens, relate à propos des habits du fermier de la geest – dans une formulation sans doute légèrement caricaturale : « Un tissu aussi grossier que celui que revêt le fermier de la geest comme habit de noces, il n’y aurait qu’un valet pour le porter dans la marsch » (Tetens 1788 : 195).

9D’autres spécificités encore sont apparues dans la société fermière des bas-champs. On constate ainsi qu’une mentalité particulière de la propriété s’est développée dans les contrées des bords de la mer du Nord. Il est exceptionnel en effet qu’une possession soit transmise par héritage sur de nombreuses générations. C’est là le contraire même des images et des représentations que la littérature nous a en partie transmises et qu’il est encore possible de retrouver de nos jours dans ces régions. Si l’on regarde en effet de près la liste des propriétaires successifs des fermes de la marsch, il est facile de repérer que la possession familiale centenaire n’est pas la règle, mais tient plutôt de l’exception. Parmi les 1 270 fermes des bas-champs de l’Elbe dans le Holstein, 24 seulement appartenaient depuis plus de deux cents ans à une même famille (Gravert 1929 ; Hintze 1941 : 55). Il ne fut pas rare qu’en un siècle, plus de cinq familles successives fussent en possession d’une même ferme.

10Des raisons très différentes pouvaient être à l’origine des cessions de propriété. D’un côté, la période s’étendant de la fin du xvie siècle au xixe siècle fut marquée par un processus de concentration croissant. De grands fermiers fortunés se sont emparés de toujours plus de terre, ajoutant parfois même des fermes entières à leurs possessions. Ce fut surtout le cas en période de crise économique, à la suite, par exemple, des marées de tempête, inondant largement le pays des bas-champs, détruisant ou endommageant gravement les infrastructures de production, fermes et étables, noyant une bonne partie du troupeau. En ces moments-là, les domaines étaient en règle générale proposés à des prix particulièrement intéressants.

11Le changement régulier de propriétaire avait en outre d’autres origines. Depuis les xviie et xviiie siècles, les fermes de la marsch faisaient l’objet d’une spéculation de plus en plus importante. En témoigne le fait que depuis cette époque, on trouve parmi les propriétaires des fermes de bas-champs, avant tout dans les polders et kögen (Seitz 1985 : 157 ; Wilken 1984 : 11 ; Engelbrecht : 1982 : 111 sqq. ; Panten : 1982 : 25 ; Gruner 1802 : 524-525), comme on appelle aussi les terres endiguées, des officiers militaires et des membres de la bourgeoisie urbaine (voir note 1). Ces propriétaires, qui vivaient la plupart du temps en ville ou auprès de la cour seigneuriale, affermaient leurs domaines et lorsque le prix des terrains montait, et qu’ils pouvaient espérer en tirer un bon profit, la propriété agricole était revendue. Ces étrangers au terroir qui aspiraient aux seuls bénéfices, n’entretenaient aucune relation particulière à la campagne et à la communauté au sein desquelles se trouvaient leurs domaines. Les preneurs à ferme devaient assumer alors les devoirs vis-à-vis de la communauté qui incombaient en principe aux propriétaires, et aussi prendre à leur charge l’endiguement, c’est-à-dire le coût de l’entretien ou de la reconstruction des digues détruites.

12La proportion des terres affermées dans les contrées de la marsch aux xviie et xviiie siècles était relativement élevée. Entre 1750 et 1850, dans le Butjadingen, une région du comté d’Oldenburg, 60 à 80 % des fermes en moyenne étaient prises à bail ; en 1818, d’après un compte rendu des Oldenburgische Blätter, cela concernait environ les trois quarts des fermes de la marsch d’Oldenburg. En règle générale, les domaines étaient donnés à ferme pour quelques années seulement, bien souvent pour six ans ; le bail devait être ensuite renégocié. Mentionnons en outre que dans le duché de Frise orientale, pour une partie des terres de la marsch, les baux étaient transmis de père en fils (Swart 1910 : 268).

13Les preneurs à bail pouvaient se trouver en difficulté lorsque les terres qu’ils exploitaient étaient inondées par les marées de tempête et que leurs domaines accusaient des pertes en bétail. Dans de tels cas – comme par exemple après les inondations de Noël 1717 – ils ne pouvaient tirer de leurs concessions que de très maigres gains (Jakubowski-Tiessen 1992 : 152 sqq.). Souvent, les propriétaires de fermes n’en exigeaient pas moins le fermage fixé par le bail. Par ailleurs, les preneurs à bail se trouvaient dans l’obligation de participer aux réparations des digues qui pouvaient être très onéreuses à l’issue des tempêtes. Dans ces moments critiques, il arrivait que des gérants abandonnent illégalement leur ferme ; d’autres, dans l’incapacité de payer leur fermage, en restaient redevables et devaient en répondre devant la justice.

14L’offre en terres, irrégulière mais, vue sur le long terme, relativement importante – déterminée d’un côté par de nouveaux endiguements, d’un autre par les dommages causés aux fermes lors des marées de tempête, et enfin par les faillites et les transactions – non seulement conduisit à une grande mobilité à l’intérieur de la société fermière des bas-champs de la mer du Nord, mais au-delà eut aussi pour conséquence une immigration, de même que la reprise des possessions fermières par des mains étrangères. L’histoire des bas-champs de la mer du Nord montre que l’immigration fut un élément constitutif du développement économique et social de ces contrées.

Fig. 25. Rupture de digue. Gravure de Winterstein, 1675.

152. Autant la marsch à l’est trouvait une limite claire avec le bord de la zone de moraines anciennes, la geest, autant la mer représentait, à l’ouest, une barrière : une côte encore déchiquetée au Moyen Âge, qui au cours des siècles se fit frontière toujours plus rectiligne avec l’extension des terres et des zones endiguées. La côte de la mer du Nord ne constituait pas au début de l’époque moderne une ligne de démarcation stricte. Elle n’a cessé de se modifier au cours du temps, s’est déplacée à chaque avancée de nouvelles parcelles sur la mer et dut parfois, à la suite des ruptures de digues, à nouveau reculer à l’intérieur des terres. La côte, elle aussi, était considérée comme une frontière séparant deux mondes. L’un modelé par les hommes, pays agricole avec sa population attachée à des normes rigides, l’autre le monde imprévisible et secret de la mer, dont on supposait qu’il était plein de monstres terrifiants (Delumeau 1978 : 31 sqq.). La mer constituait, selon la cosmogonie du début de l’ère moderne, un reliquat du Déluge (Corbin 1990 : 13 sqq.) qui, à travers les marées de tempête éclatant soudainement, non seulement mettait en danger la vie des habitants de la côte, mais affectait et affaiblissait encore constamment la santé des autochtones par les brouillards et les miasmes. On considérait la mer comme étant à l’origine de la « fièvre des bas-champs », la malaria, dont beaucoup mouraient dans la région (Knottnerus 1995, 1997 et 1999). D’autres représentations cosmologiques de la mer s’y greffaient, lui attribuant, ainsi qu’aux mouvements de l’eau, un rôle capital dans le dénouement de la fin du monde. Au sein du discours de l’Église du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, les différentes variantes des quinze signes annonciateurs de la fin du monde, thème récurrent, s’y déclinaient largement. Les premiers signes de l’Apocalypse se rapportaient à la mer : elle aurait d’abord gagné le sommet des montagnes puis son niveau serait descendu très bas, jusqu’à ce qu’enfin les eaux reviennent à leur ancien emplacement. Dans ce scénario catastrophe, des monstres, aux hurlements horribles, auraient alors émergé des tréfonds marins (Nölle 1879 : 413 sqq. ; Schmale-Ott 1954 : 230 sqq. ; Kursawa 1976 : 284 sqq.).

16Le mouvement des marées lui-même avait pour origine, selon Christian Hekelius, pasteur de Frise orientale, un tourbillon décrit comme un « monstre » qui engloutissait l’eau avec une telle férocité que l’on en aurait eu les cheveux dressés sur la tête, rien qu’à l’entendre de loin. Au bout de six heures il aurait recraché l’eau (Hekelius 1719 : 16 sqq.). Ainsi l’explication du flux et reflux était encore au début du xviiie siècle prisonnière d’une conception mystique de la nature.

17Pour les habitants de la côte, se confondaient facilement les images d’une mer lugubre, héritées du Moyen Âge, et les menaces du milieu, vécues concrètement. C’est la raison pour laquelle ils vivaient dans la peur constante des eaux imprévisibles et des forces maléfiques de la mer, angoisse attisée par les agressions de la nature.

18C’est seulement avec la propagation progressive des nouvelles découvertes inaugurées par Isaac Newton dans le domaine de l’océanographie que la mer perdit peu à peu son caractère effrayant (Cartwright 1999 : 35 sqq.). La théologie physique, donnant une explication théologique du monde et de la nature et qui remonte aux Anglais John Ray et William Durham, contribua considérablement à faire évoluer l’image de la mer. En Allemagne, cette tendance théologique, d’après laquelle la nature devenait le deuxième livre de la Révélation, ne trouva d’écho qu’à partir des années 1720. Les physicothéologiens invoquaient les nouvelles découvertes pour démontrer la puissance, la sagesse et la bonté de Dieu dans les petits miracles de la nature. Ils contribuèrent ainsi en même temps considérablement à la vulgarisation des découvertes scientifiques (Krolzik 1988 ; Groh 1991). Dans leurs écrits les physicothéologiens montraient surtout les nombreux effets bienfaisants de l’eau, le petit « miracle » divin qu’elle constitue, ce en quoi la mer se trouva aussi valorisée. Dans la signification qu’on leur donnait, les marées de tempête elles-mêmes ont aussi, malgré leurs effets destructeurs, une fonction positive ; car elles démontrent la toute-puissance de Dieu de façon particulièrement manifeste (Fabricius 1734 ; Brockes 1744 : 2905 sqq., 302 sqq.).

19La vulgarisation des découvertes scientifiques dans le domaine océanographique et la démystification progressive du monde marin qu’elle entraînait a tout de même été un processus lent (Jakubowski-Tiessen 1997 : 131 sqq.). En témoigne une comparaison des modèles d’explication et d’interprétation des marées de tempête dans la période s’étendant du xvie au début du xixe siècle. On observe une étonnante similitude du discours chez les contemporains qui tentèrent d’expliquer les marées de tempête de 1570, de 1634 et de 1717 (De Vries et Winsenius 1985 ; Reinhardt 1984 ; Jakubowski-Tiessen 1992). Une vision providentialiste y domine encore, laissant à peine apparaître ponctuellement les prémisses d’une représentation mécaniste du monde dans le cas de la tempête de Noël 1717. Même au milieu du xviiie siècle, lorsque l’on a essayé d’éclaircir les origines des grandes marées de tempête de 1751 et de 1756, les anciens schémas n’étaient pas encore complètement obsolètes ni évincés par les explications naturalistes (Der Herr im Wasser 1751). C’est seulement lors des grandes marées de l’année 1825 que l’on constate un changement clair dans le mode d’explication et d’appréciation de cette catastrophe naturelle dans la région côtière allemande. Lorsqu’en 1817 la question fut posée par les Oldenburgische Blätter aux habitants de la côte de savoir s’ils pouvaient vraiment être sûrs que leurs digues résisteraient à une marée de tempête comme celle de 1717, la réponse fut unanimement affirmative. Les forces de la nature seraient soumises à certaines lois, on aurait appris à lutter contre ses effets et à faire qu’elle ne cause pas de dommages, dit-on dans cet article empreint de la foi dans le progrès des Lumières – publié huit ans avant les inondations du siècle de 1825. Transparaît ici une forme d’arrogance que l’on rencontre aujourd’hui encore çà et là chez les techniciens.

20Parallèlement à ce changement d’approche dans l’explication des marées de tempête, l’angoisse à l’égard de la mer s’efface de plus en plus au cours du xviiie siècle chez les habitants de la côte allemande, jusqu’à ce qu’elle ait pratiquement disparu à la fin de ce siècle. On constate par là une corrélation manifeste entre le degré de connaissance et de maîtrise de la nature et les angoisses collectives de la population. Notons qu’aux Pays-Bas empreints de calvinisme, la peur vis-à-vis de la mer s’était déjà effacée au xviie siècle, ce qui renvoie aux changements précoces des représentations cosmologiques surtout déterminées, en Hollande, par la diversité religieuse (Knottnerus 1995 : 71 sqq.).

21Autant les riches propriétaires de la marsch au début de l’époque moderne devaient se défendre contre les empiétements et les revendications des seigneuries et la restriction de leurs privilèges, autant ils devaient aussi se protéger à l’ouest des dangers des eaux imprévisibles. Les marées de tempête surtout menaçaient régulièrement la vie des habitants des bas-champs. Presque toutes les générations d’autochtones ont dû faire l’expérience d’une marée de tempête entraînant ruptures de digues et inondations. Aux xviie et xviiie siècles en particulier, les catastrophes de ce type se sont accumulées ; certes, elles n’eurent pas toujours les conséquences terribles des tempêtes de 1634 et 1717 mais elles constituaient cependant à chaque fois une menace existentielle et pouvaient réveiller des images d’épouvante, même lorsque les dommages matériels et les conséquences économiques en étaient limités. A toutes les époques, le danger des marées de tempête fut présent à l’esprit des hommes de la côte de la mer du Nord et se trouva constamment entretenu tant par la tradition orale qu’à travers les chroniques et les histoires locales, sans oublier les exhortations – par ailleurs souhaitées par les autorités – à ne pas négliger la protection de la côte. La catastrophe de l’année 1717, qui fut une rupture profonde dans l’histoire de la côte de Basse-Saxe, par exemple, resta dans les mémoires de la région des décennies durant. Dans le pays du Hadeln, deux cents ans plus tard, au début du xixe siècle, tous les 24 décembre, on consacrait une heure de prière au souvenir des inondations de Noël 1717. Dans l’église d’Otterndorf, jusqu’en 1899, se déroulait l’après-midi de la veille de Noël, ce que l’on appelait le « sermon des eaux » (Jakubowski-Tiessen 1992 : 266). Les marques du niveau atteint par l’eau lors des inondations graves, inscrites sur les murs des maisons, peuvent se comprendre comme un avertissement perpétuel adressé aux générations futures. À travers l’ensemble de ces mesures, la connaissance des dangers existentiels que représente la mer devint un élément constitutif de la conscience collective.

Bibliographie

22Allmers, H., 1858, Marschenbuch. Land- und Volksbilder aus den Marschen der Weser und Elbe, Gotha, Scheube.

23Bergsma, W., 1988, De wereld volgens Abel Eppens : een Ommelander boer uit de zestiende eeuw, Groningen et Leeuwarden, Fryske Akademy.

24Boy, H. ; Panten, A. ; Riecken, G, 1985, Flutkatastrophe 1634, Neumünster, Wachholtz.

25Brockes, B. H., 17447, Irdisches Vergnügen in GOTT, bestehend in Physicalisch und Moralischen Gedichten, Hambourg, Herold, I.

26Cartwright, D. E., 1999, Tides. A Scientific History, Cambridge, Cambridge University Press.

27Corbin, A., 1990, Meereslust. Das Abendland und die Entdeckung der Küste, Berlin, Wagenbach.

28Delumeau, J., 1978, La peur en Occident (xive-xviiie siécle). Une cité assiégée, Paris, Fayard.

29Der Herr im Wasser, 1751, Eine erbauliche Betrachtung über die in der Nacht vom 11. auf den 12. September dieses 1751sten Jahrs gehabte grosse Wasser Fluth : Kurze Nachricht von den höchstbetrübten Umständen, worinnen so viele Oerter und Länder [...] durch die am 7. Okt. 1756 erstandene [...] Wasser Flut sint versetzet worden.

30Dierßen, K., 1997,« Ökosysteme der Nordseemarschen » in Kulturlandschaft Nordseemarschen, Fischer L. (éd.), Bräist/Bredstedt, Nordfriisk Instituut et Westerhever, Hever Verlag : 15-26.

31Engelbrecht, J., 1982, Die reformierte Landgemeinde in Ostfriesland im 17. Jahrhundert. Studien zum Wandel sozialer und kirchlicher Strukturen einer ländlichen Gesellschaft, Francfort s/Main, Lang.

32Fabricius, J. A., 1734, Hydrotheologie oder Versuch durch aufmerksame Betrachtung der Eigenschaften, reichen Austheilung und Bewegung der Wasser, die Menschen zur Liebe und Bewunderung Ihres Gütigten, Weisesten, Mächtigsten Schöpfers zu ermuntern, Hambourg, König und Richter.

33Febvre, L., 1994, Der Rhein und seine Geschichte, Francfort s/Main, Campus.

34Fischer, L., (éd.), 1997, Kulturlandschaft Nordseemarsehen, Bräist/Bredstedt, Nordfriisk Instituut et Westerhever, Hever Verlag.

35Gravert, J., 1929, Die Bauernhöfe zwischen Elbe, Stör und Krückau mit den Familien ihrer Besitzer, Glückstadt, Augustin.

36Groh, R. ; Groh, D., 1991, Weltbild und Naturaneignung. Zur Kulturgeschichte der Natur, Francfort s/Main, Suhrkamp.

37Gruner, J., 1802, Meine Wallfahrt zur Ruhe und Hoffnung oder Schilderung des sittlichen und bürgerlichen Zustandes Westphalens am Ende des achtzehnten Jahrhunderts, Francfort s/Main, Guilhauman.

38Hekelius, C, 1719, Ausführliche und ordentliche Beschreibung derer beyden erschrecklichen und fast nie erhörten Wasserfluthen, in Ost-Frießland und denen meisten an der Nord-See gelegenen schönen Ländern, Halle, Neue Buchhandlung.

39Hintze, O., 1941, Geschichte der Bauernhöfe und Bauernsippen des Marschdorfes Seestermühe, Hambourg, Christians.

40Jakubowski-Tiessen, M., 1992, Sturmflut 1717. Die Bewältigung einer Naturkatastrophe in der Frühen Neuzeit, Munich, Oldenbourg.

41— 1997, « Mentalität und Landschaft. Über Ängste, Mythen und die Geister des Kapitalismus », in Kulturlandschaft Nordseemarschen, Fischer L. (ed.), Bräist/Bredstedt, Nordfriisk Instituut et Westerhever, Hever Verlag : 131 sqq.

42Jakubowski-Tiessen, M. ; Lorenzen-Schmidt, K.-J., (éds), 1999, Dünger und Dynamit. Beiträge zur Ilmweltgeschichte Schleswig-Holsteins und Dänemarks, Neumünster, Wachholtz.

43Kiesewetter, H. C, 1807, Praktisch ökonomische Bemerkungen auf einer Reise durch Hollstein, Schleswig, Dithmarschen und einen Theil des Bremer und hannoeverschen Landes an der Elbe, Hof, Grau.

44Knottnerus, O., 1992, « Deicharbeit und Unternehmertätigkeit in den Nordseemarschen um 1600 », in Deichbau und Sturmfluten in den Frieslanden, Steensen T. (ed.), Bräist/Bredstedt, Nordfriisk Instituut et Westerhever, Hever Verlag : 60-72.

45— 1995, « Angst voor de Zee. Veranderende culturelle patronen langs de Nederlandse en Duitse Waddenkust (1500-1800), » in De Republiek tussen zee en vasteland. Buitenlandse invloeden op cultuur, economie en politiek in Nederland 1580-1800, Davids K., Hart M. et Lucassen J. (éds), Leuven, Garant : 57-81.

46— 1997,« Die Angst vor dem Meer. Der Wandel kultureller Muster an der niederländischen und deutschen Nordseeküste (1500-1800), »in Kulturlandschaft Nordseemarschen, Fischer L. (ed.), Bräist/Bredstedt, Nordfriisk Instituut et Westerhever, Hever Verlag : 145-174.

47— 1999, « Malaria in den Nordseemarschen. Gedanken über Menschen und Umwelt », in Dünger und Dynamit. Beiträge zur Umweltgeschichte Schleswig-Holsteins und Dänemarks, Jakubowski-Tiessen M. et Lorenzen-Schmidt K.-J. (éds), Neumünster, Wachholtz : 25-39.

48Kohl, J. G., 1846, Die Marschen und Inseln der Herzogtümer Schleswig und Holstein, Dresde et Leipzig, Amoldi, I et III.

49Kramer, K.-S., 1987, Volksleben in Holstein (1500-1800), Kiel, Mühlau.

50Krolzik, U., 1988, Säkularisierung der Natur. Providentia-Die-Lehre und Naturverständnis der Frühaufklärung, Neukirchen-Vlyn, Neukirchener Verlag.

51Kursawa, H. P., 1976, Antichristsage, Weitende und Jüngsten Gericht in mittelalterlicher deutscher Dichtung, These de doctorat, Cologne, Busch.

52Lorenzen-Schmidt, K.-J., 1995, « Warum schrieben Bauern ? », in Geschichte und Museum. Festschrift für Nis Rudolf Nissen zum 70. Geburtstag, Göttsch S. ; Könenkamp W. et D. Sievers K. (éds), Kiel, Mühlau : 109-126.

53Lorenzen-Schmidt, K.-J. ; Poulsen, B., (eds), 1992, Bäuerliche Anschreibebücher als Quellen zur Wirtschaftsgeschichte, Neumünster, Wachholtz.

54Meiberg, R., 1896, Das Bauernhaus im Herzogtum Schleswig und das Leben des schleswigschen Bauernstandes im 16., 17. und 18. Jahrhundert, Schleswig, Bergas.

55Nölle, G., 1879, « Legende von den fünfzehn Zeichen vor dem Jüngsten Gerichte », Beiträge zur Geschichte der Deutschen Sprache und Literatur, Halle s/Saale, Karras : 413 sqq.

56Ohling, G. D., 1963, « Kulturgeschichte der Krummhörn », in Die Acht und ihre sieben Siele, Ohling J. (ed.), Pewsum, Entwaesserungsverband Emden : 19-266.

57Panten, A. A., 1982, Die Christian-Albrechts-Köge 1682-1982, Galmsbüll, Sielverband der Christian-Albrechts-Koege.

58Poulsen, B., 1991, « Monetarisierung und regionale Differenzierung im Mittelalter und in der frühen Neuzeit. Die bäuerliche Agrargesellschaft Dänemarks aus schleswigscher Sicht », in Wirtschaftliche Wechsellagen in Schleswig-Holstein vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Brockstedt J. (ed.), Neumünster, Wachholtz : 19-36.

59— 1992, « Die ältesten Bauernanschreibebücher : Schleswigsche Anschreibebücher des 16. und 17. Jahrhunderts », in Bäuerliche Anschreibebücher als Quellen zur Wirtschaftsgeschichte, Lorenzen-Schmidt K.-J. et Poulsen B. (éds), Neumünster, Wachholtz : 89-105.

60Reinhardt, A., (ed.), 1984, « Die erschreckliche Wasser Fluth » 1634. Die Flut vom 11. Oktober 1634 und ihre Folgen nach zeitgenössischen Berichten und Dokumenten mit einer Darstellung über den Einfluß der Sturmfluten auf die historische Entwicklung des nordfriesischen Küstenraums, Husum, Druck- und Verlag-Gesellschaft.

61Schmale-Ott, I., 1954, « Die fünfzehn Zeichen vor dem Weltuntergang », Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, Berlin, Weidmann et Stuttgart, Steiner, 85 : 230 sqq.

62Seitz, D., 1985, « Eigentümer und Eigentumsverhältnisse in der Reichen Reihe des Sieverflether Koogs im 17. bis ins 20. Jahrhundert », Nordfriesisches Jahrbuch, Bräist/Bredstedt, Nordfriisk Instituut, nouvelle série 21 : 155-177.

63Swart, F., 1910, Zur friesischen Agrargeschichte, Leipzig, Duncker und Humblot.

64Tetens, J. N., 1788, Reisen in die Marschländer an der Nordsee zur Beobachtung des Deichbaus in Briefen, Leipzig, Weidmannische Buchhandlung, I.

65Volkmar, F. K., 1795, Versuch einer Beschreibung von Eiderstedt in Briefen an einen Freund im Hollsteinischen, Garding et Hambourg, Selbstverlag.

66Vries, K. De ; Winsenius, J.P., (éds), 1970, De Allerheiligenvloed van 1570, Leeuwarden, Miedema.

67Wilken, M., 1984, Das Kirchspiel Engerhafe, seine Bebauung und seine Haus- und Hofbesitzer in der Zeit von 1547 bis 1939, Wiesmoor, Ostfriesische Landschaft.

Notes

1 Les bas-champs endigués de la mer du Nord sont appelés koog au nord de l’Elbe, groden en Basse-Saxe et en Frise orientale, et polder aux Pays-Bas.

2 Febvre expose à quel moment il est possible de parler de frontière : il s’agit d’une frontière lorsque, de l’autre côté d’une ligne, commence un autre monde, qu’existe un rapport entre des idées, des sentiments et des passions qui surprennent et déstabilisent l’étranger.

3 Nous n’entendons pas tant ici par « esprit du capitalisme » cette maxime éthiquement qui, d’après Max Weber, est la condition nécessaire au capitalisme contemporain, qu’une tendance générale au développement d’un sens des affaires proche de l’intrigue, relevant déjà précisément d’une sensibilité naissante à l’économie de marché.

4 Ohling 1963 : 287, où il est mis l’accent sur la mauvaise volonté des fermiers de la marsch lorsqu’il s’agissait de prendre des responsabilités au sein des administrations publiques.

5 « Solch grobes Tuch als der Geestbauer zum Hochzeitskleide trägt, trägt kaum der Dienstjunge in der Marsch. »

Table des illustrations

Légende Fig. 25. Rupture de digue. Gravure de Winterstein, 1675.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 903k

Auteur

Max-Planck-Institut für Geschichte, Göttingen.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540