Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et développement dans l'Europe moderne

 | 
Salvatore Ciriacono

II : Environnement, société et politique

10. L’assainissement comme conflit : le cas du lac Salpi en capitanate

Saverio Russo

Texte intégral

Les assainissements dans le Mezzogiorno bourbonien

1Le rôle constant et prépondérant de l’initiative publique, c’est-à-dire du gouvernement central ou de ses articulations sur le territoire en ce qui concerne les bonifications de l’Italie méridionale, ne fait aucun doute. Même si on a cherché, ces dernières années, à en atténuer l’absoluité en soulignant de nombreux cas d’initiatives privées, les observations qui suivent nous semblent exactes : « La vue d’une renaissance du sud de l’Italie grâce aux bonifications, l’idée d’une lutte à outrance contre les marécages, se forment et s’articulent autour du rôle concret de l’État dans la vie de la nation » (D’Elia 1994 : 19). Ce sont les caractéristiques à la fois physiques et environnementales, ainsi que les modalités de l’organisation de la société méridionale qui ont rendu nécessaire cette position centrale de l’initiative publique.

2Une telle bonification, qui ne peut être exclusivement hydraulique mais doit, également, comprendre l’aménagement du bassin dans son ensemble, est rendue à la fois extrêmement difficile et coûteuse par l’ensemble des facteurs que sont une orographie complexe, l’abondance de montagnes surpeuplées – et pour cela précocement défrichées : en 1793, 59,9 % de la population vit dans des zones de montagnes et de collines – des plaines sans pente où les eaux descendantes troublées de nombreux dépôts solides se transforment en marécages, et enfin l’incidence de la malaria. L’harmonisation complexe des économies de plaine et de montagne, l’entretien indispensable (l’histoire du territoire du Sud est pleine de bonifications réalisées mais rapidement perdues faute d’entretien), la malaria présente dans les plaines du Mezzogiorno opposent totalement « l’intérêt public à assainir à l’intérêt privé à contribuer à ces travaux » (Bevilacqua 1988 : 348).

3Dans le sud de l’Italie, il ne suffit donc pas de libérer la terre des eaux déréglées des fleuves pour voir la production augmenter : il est également nécessaire de « créer » la plaine, d’édifier des villes et des bourgs, d’y faire venir des hommes.

4Le paradoxe des eaux dévastatrices sur une terre asséchée rappelle, du reste, les différentes fonctions des eaux d’irrigation sur l’organisation sociale globale : tandis qu’au nord l’eau des fleuves « a été un élément formateur d’une société plus cohérente » (Bevilacqua 1989 : 280), au sud, à cause du régime torrentiel des fleuves, l’irrigation n’a pas un caractère systématique mais se compose d’oasis, avec l’usage prédominant de puits artésiens. Nous avons donc, au sud, d’un côté la solution individuelle (individuelle souvent aussi est la dérivation clandestine des eaux de leurs cours habituels), et de l’autre la complexité des problèmes qui exige, même dans le cas de l’irrigation, l’intervention de l’État.

5Si ceci constitue très schématiquement le cadre problématique où se situe la question de la bonification, il n’est pas juste de juger les interventions réalisées entre les xviiie et xixe siècles « à l’aune de leur proportionnalité aux besoins réels des populations et des forces productives durant cette période » (Bevilacqua 1988 : 345) sans tenir compte des conditions antérieures et des difficultés qu’ont pu rencontrer les intervenants de cette époque.

  • * Émissaire : canal d’évacuation, cours d’eau évacuant les eaux d’un lac (NdE).

6De plus, une périodisation qui prend l’avènement de la monarchie « nationale » des Bourbons comme date initiale de la prise de conscience concernant l’utilité des bonifications n’offre pas une garantie scientifique suffisante. Pour mémoire, l’importante bonification de la Campania Felix, au nord de Naples, qui a donné lieu à la construction d’une quantité de réseaux de canaux (i Regi Lagni), a été commencée dès la fin du xvie siècle et s’est terminée au début du xviie siècle, pendant le gouvernement des vice-rois Miranda et Lemos (Fiengo 1988). Le véritable tournant n’aura lieu qu’avec la décennie française, même si les interventions d’une certaine envergure ne manquent pas dans les dernières années du xviiie siècle : travaux d’aménagement de l’émissaire* du lac Fucino dans les Abruzzes, première bonification partielle de la vallée de Diano, au sud de Salerne, reprise de celle des plaines de Fondi aux frontières des États pontificaux, sans oublier quelques travaux d’assainissement sanitaire autour de Brindisi et les travaux d’aménagements hydrogéologiques dans une Calabre dévastée par le tremblement de terre de 1783 (sur les bonifications, voir l’indispensable Ciasca 1928).

7Néanmoins, le tournant enregistré pendant la décennie française est indubitable.

8Tout d’abord, les facteurs juridiques et administratifs changent, et ce n’est pas rien : en effet l’affirmation du droit de propriété ainsi que l’abandon de l’utilisation de terres communales permettent la distinction entre biens privés et biens publics, donnant ainsi un sens à la notion de dépense publique. On accentue le processus de bureaucratisation et de technicisation des travaux publics, d’après le modèle français, avec le corps des Ponts et Chaussées qui, à Naples, remplace les vieilles giunte (comités) (D’Elia 1996 : 12).

9En outre, à côté de la nette augmentation de la dépense consacrée aux travaux public, on favorise la rédaction d’un grand nombre de projets, dont certains sont jugés prioritaires. Si on n’arrive pas, toutefois, à une loi générale sur les bonifications, et si les modalités de financement dénoncent un pragmatisme évident, il ne manque pas, durant ces années, à côté d’un travail analytique de reconnaissance du territoire, d’idées intéressantes dans un débat théorique qui, avec Vincent Cuoco (Cuoco 1924) et surtout avec l’abbé Théodore Monticelli (Monticelli 1841), insiste sur la nécessité d’interventions concertées au niveau du bassin.

10Le retour des Bourbons sur le trône de Naples ne signifiera pas un recul considérable par rapport aux innovations de la décennie précédente : les sommes allouées par le gouvernement central pour les travaux publics seront certes réduites, mais les dépenses communales et départementales, elles, augmenteront. Dans le budget du gouvernement consacré aux travaux publics, la part des bonifications reste très minoritaire (pendant les vingt-cinq ans qui suivent 1815, on dépense globalement pour ces dernières un seul million de ducats, contre un demi-million dépensé en moyenne chaque année pour viabiliser les terrains ; voir D’Elia 1994), mais augmentera considérablement dans les vingt dernières années du royaume des deux Siciles, quand la bonification la plus importante de l’époque, celle du « basso Volturno », au nord de Naples, sera achevée (2 millions de ducats de dépense globale). Période pendant laquelle une loi organique sera promulguée (en 1855), qui, inspirée de l’idée de « bonification intégrale » et d’une tendance agrarienne, rassemblera dans une seule administration diverses compétences au sujet des interventions sur le territoire.

11La loi, dans ses modalités de financement, marque, en outre, le passage d’une intervention purement régulatrice d’un État respectant l’indépendance économique et sociale – bien que restant très méfiant vis-à-vis du système de la concession – à un engagement total de l’État qui joue finalement un rôle inédit, grâce à la prévision des dépenses d’une part, et de l’autre, à des subventions à fonds perdus (ibidem).

12La loi de 1855 et une bonne partie des interventions de bonifications de la seconde période bourbonienne seront marquées par la forte personnalité du directeur des Ponts et Chaussées, Carlo Afan de Rivera, auteur de nombreux essais dans lesquels il insiste sur la nécessité d’interventions liées en plaine et en montagne, où la population a encore augmenté et où les déboisements continuent sans trêve (voir, en particulier, Afan de Rivera 1833).

  • * La métaphore de l’os et de la pulpe : l’os pour désigner la partie pauvre du sud de l’Italie (l’in (...)

13Pour dresser un bilan des ouvrages de bonification, je dirais que les interventions réalisées en un peu moins d’un siècle (de la fin du xviiie siècle jusqu’en 1860), faites dans un but d’assainissement sanitaire et de valorisation d’une terre à haute potentialité de production, concernent principalement le versant de la mer Tyrrhénienne, en Campanie, et posent le problème d’une accentuation de la hiérarchie régionale dans le sud de l’Italie, influencée par le dualisme interne auquel la métaphore de « l’os » et de la « pulpe »* fait allusion (Rossi Doria 1958).

14Notre présente intervention, elle, a pour objet une bonification du versant adriatique, celle du lac Salpi (pour une rapide reconstruction de l’histoire de cette bonification et l’indication des sources, voir Russo 1987). Une bonification particulière puisque, se déroulant dans un laps de temps plus que séculaire, elle voit changer et ses objectifs et ses instruments. Du colmatage général projeté en 1867, elle évolue vers la transformation en saline car, dans un climat de vive attention sur les conditions hygiéniques et sanitaires de la zone, les études menées sur la malaria ont montré que l’anophèle ne se reproduisait pas en eau salée (parmi les autres recherches, on peut voir celle réalisée par Di Pace 1921 dans les salines). Mais, à côté de « l’intérêt général », des situations concomitantes émergent qui seront les vrais moteurs de cette entreprise et qui renvoient à l’action de l’État non seulement comme garant du bien-être de la population, mais comme titulaire du monopole du sel.

La bonification du lac Salpi : sauniers, pêcheurs et contrebandiers

15Le lac Salpi, d’une superficie de 60 km2 et profond d’un peu plus d’un mètre, est situé entre les estuaires de l’Ofanto et du Carapelle. Il abrite, au début de notre histoire, les salines de Barletta, propriété de l’État, qui se trouvent au sud du lac, et n’en sont séparées que par de petites digues de terre. Le lac, relié à la mer par un petit canal, fut donné en 1497 à une famille de l’aristocratie féodale napolitaine, la famille Spinelli, qui l’utilisa pour la pêche.

16Quelques années à peine après la concession du lac, des disputes éclatent entre les administrateurs des salines, qui veulent maintenir fermé le passage à la mer, et les propriétaires du lac, qui ont besoin de faire entrer le poisson et de renouveler l’eau, surtout en été. La Regia Camera della Sommaria, la magistrature financière napolitaine la plus importante, doit intervenir pour mettre fin à la querelle en 1551, et décide de l’ouverture du canal pendant une période allant d’octobre à mars. Le conflit devait cependant encore durer un siècle : les administrateurs de la saline (qui avait été louée en 1649) firent construire une longue et solide digue de terre entre le lac et la saline, un canal pour recueillir les eaux en crue des fleuves voisins, une palissade au nord contre les eaux du Carapelle ainsi qu’un canal pour l’approvisionnement en eau de mer nécessaire à la production de sel et qui, par le passé, venait directement du lac. Les mesures prises n’empêchent pas les querelles incessantes entre les propriétaires du lac et les locataires pour la pêche.

Fig. 23. Le lac Salpi à la fin du xviiie siècle.

Fig. 24. Los salines vers 1775.

17Les pluies torrentielles d’octobre 1727 font entrer enjeu un autre groupe, celui des locataires des pâturages de Foggia qui abattent la palissade afin de permettre l’écoulement dans le lac des eaux en crue qui ont envahi leurs terrains. La digue, aussi appelée muraglione (grand mur), est ensuite renforcée pour éviter aux salines les dégâts causés par les eaux en crue des torrents déréglés et par les tempêtes de vent sur le lac.

  • 1 On peut consulter les observations de l’écrivain Raffaele de Cesare (1897) qui visita la région et (...)

18En 1753, la saline est à nouveau gérée par l’État qui montre un intérêt croissant pour une plus grande rentabilité du bien. Des restructurations internes se font, grâce à l’architecte d’origine hollandaise Louis Vanvitelli. La Hollande est d’ailleurs souvent évoquée dans les récits des voyageurs qui visitent ce coin de terre, où la limite entre l’eau et la terre est, depuis toujours, particulièrement mouvante1.

  • 2 Sur les machines utilisées à la fin du xviiie siècle, voir Pecorari 1784, Memoria sulla Regia Sali (...)
  • 3 Sur les activités de Vanvitelli dans la « systématisation » des salines et du lac, voir Poso 1976.

19Vanvitelli, qui introduira de nouvelles machines, en particulier les vis d’Archimede et les pelles hollandaises permettant de soulever l’eau et de la faire circuler à l’intérieur de la saline2 se montrera favorable à la réouverture des canaux, qui seront malgré tout maintenus fermés par les administrateurs3.

20Pendant ce temps le fond du lac s’élève de plus en plus à cause des alluvions déposées par les fleuves, obligeant à abandonner la pêche, tandis que l’eau saumâtre du lac, non renouvelée, produit de larges concrétions de sel appelées solicello, objet d’une contrebande intense ayant de graves répercussions sur les rentrées fiscales.

21Cette forme de contrebande, tout comme celle du sel récolté dans les salines et déposé en masses pyramidales le long de la route côtière naturelle, est très ancienne.

  • 4 Biblioteca e Archivo provinciale De Gemmis, Bari, Manuscrits, b. 138, fasc. la.

22Même s’il ne semble pas y avoir de différence entre ces deux formes de contrebande, celle qui a pour objet le salicello, la moins risquée étant donné la vaste superficie à contrôler, les 24 milles environ de périmètre du lac, a souvent pour protagonistes des femmes et des enfants. Les dispositions de prévention et de répression ne servent pas à grand-chose : pendant l’été caniculaire de 1809, quand le lac « contient autant de sel que ses salines », les contrebandiers de salicello sont légion. Le commerce du sel – principale source des revenus du fisc – devient très difficile « car il y a partout aux alentours des dépôts de sel de contrebande, surtout à Casaltrinità, dans les fermes et les bergeries », où il est utilisé pour l’alimentation des animaux et pour la conservation des fromages. La répression, durant ces années, n’obtient pas de grands résultats : ici on arrête quelques enfants, là on arrête un âne « qui transportait un sac de sel, les femmes et les enfants ayant fui ». Il ne reste plus qu’à espérer quelques pluies d’été qui empêcheraient la formation naturelle du sel4. Mais le lac, pendant les trente premières années du xixe siècle, ne produira spontanément du sel que deux fois, en 1804 et en 1827.

23Les nouveaux propriétaires du lac, les Sanseverino de Bisignano, entretiennent un long différend avec les administrateurs de la saline, dans les années 1780, pour obtenir la réouverture des canaux et ainsi réactiver la pêche. De cette manière, soutiennent-ils, on empêcherait la production spontanée de sel et on frapperait un grand coup contre la contrebande, car 24 ou 30 gardes ne suffisent pas, « l’étendue à surveiller est vaste. Les gardiens ne sont pas sûrs et grandes sont l’audace et la sagacité des contrebandiers dont les violentes disputes avec les gardes se terminent souvent par des homicides » (Memoria per lo signor conte di Chiaromonte 1785 : 63).

24Leur initiative n’aura aucun résultat, pas plus que les nombreuses propositions visant à baisser le prix du sel pour décourager la contrebande. Les administrateurs, de leur côté, cherchent à faire acheter le lac par l’État, à l’assainir pour louer le terrain comme pâturage et ainsi économiser la dépense consacrée aux gardiens anti-contrebande, dont les rangs sont par ailleurs souvent décimés par la malaria.

25Le conflit, qui au début s’était déroulé entre les hommes des salines et les pêcheurs, voit apparaître de nouveaux protagonistes qui deviennent une véritable force : d’un côté les locataires des pâturages, intéressés par l’acquisition de nouvelles terres (un observateur brillant et ironique, le frère Manicone, dira d’eux que « pour le bien de leurs moutons et pour le mal des poissons et des hommes, ils voudraient transformer en pâturage non seulement l’Adriatique mais aussi toute la Méditerranée » ; Manicone 1806 : 110) ; de l’autre côté, un groupe non moins organisé composé de contrebandiers qui utilisent les ressources naturelles (salicello) du lac et sont intéressés par le maintien du statu quo (sur les conflits d’intérêts dans d’autres contextes de bonification, voir Raimondo 2000 ; Zagli 1992 et Bevilacqua 1996).

26Thomas Sanseverino, ne pouvant réactiver la pêche, cherche à colmater une partie du lac à l’aide d’un canal, construit à ses frais et dérivé du fleuve Ofanto. Mais les administrateurs des salines lui font détruire la digue de colmatage. Finalement, en 1814, l’État achète le lac Salpi, sans projet de transformations, mais uniquement pour se garantir d’innovations qui pourraient compromettre la productivité de la saline.

  • 5 Du côté de Salina Grande et de Salinella, près de Tarente, la saline d’Avetrana, située à 40 km de (...)

27Afin de prouver la fonction stratégique attribuée à ces salines, et comme mesure anti-contrebande, l’administration des Droits indirects abandonne la production des salines se trouvant autour de Tarente, où la maigre production et la fréquence du commerce clandestin jouent en faveur de l’assainissement des étangs de sel5. En outre, au lac Salpi, la contrebande s’étend, favorisée par la dégradation et la fermeture du lac.

  • 6 Archivio di Stato di Foggia (ASF), Amministrazione finanziaria, f.387, fasc.26.
  • 7 Ibidem, f. 384, fasc.25.
  • 8 ASF, Polizia, I série, f. 82, fasc. 1082.

28En 1823, l’administration des Droits indirects rédige un règlement pour la surveillance des mois d’été au lac Salpi, « saline naturelle et pépinière de contrebandiers », avec 12 postes de gardes composés de 48 hommes à pied et 24 à cheval6. Il ne semble pas que les résultats soient probants, malgré la dépense élevée pour la surveillance qui, en quelques années, atteint 7 000 ducats. Il ne se passe pas une année sans que des mesures policières ne soient prises à l’encontre des contrebandiers, comme en 1825, où quelques dizaines de personnes sont envoyées au « séjour forcé »7. Quelques années après, on commence à suggérer qu’un phénomène aussi répandu de délinquance ne saurait exister sans l’aide d’une « intelligence interne, c’est-à-dire sans la complicité du personnel des salines ». Dans une réponse faite à l’intendant de Foggia par une personne non identifiée, on s’aperçoit que corruption, contrebande et obstacles à la revitalisation du lac semblent étroitement liés : « Le lac Salpi-peut-on lire – vieille et éternelle source de contrebande de sel qui se faisait à l’insu de l’administration, est à présent un lieu où les employés de l’administration protègent les contrebandiers. La pêche, qui aurait présenté le double avantage d’un revenu pour l’État et d’un obstacle à la production spontanée du sel dans les eaux peu profondes, fut, malgré les ordres du ministère des Finances, interdite par les employés des salines, qui par ailleurs autorisaient un certain nombre de personnes choisies à pêcher, retirant ainsi profit et de la pêche et de la contrebande de sel8.

29Finalement, en 1838, en utilisant quelques-uns des projets précédents, Carlo Afan de Rivera commence à travailler à l’assainissement du lac, qu’il intègre à un projet plus vaste de valorisation de la plaine du « Tavoliere », la plus grande du sud de l’Italie (sur la bonification du lac Salpi, voir Afan de Rivera 1845 qui développe un Memoria publié en 1838).

30L’intervention est toutefois essentiellement due à des raisons fiscales : la nécessité d’enrayer la contrebande du salicello, dont la production spontanée a beaucoup augmenté et qui cause au Trésor public un préjudice de 100 000 ducats par an. On rouvre les canaux pour revitaliser le lac, empêcher la production spontanée de sel, favoriser la pêche et assainir l’air, et on commence le colmatage des terrains en pente se trouvant au nord et au sud du lac.

31Les travaux qui, jusqu’en 1855, coûteront un peu moins de 170 000 ducats, ne se dérouleront pas sans opposition de la part de la Régie des sels, la nouvelle administration des salines, et surtout de la part d’une « puissante société de contrebandiers constituée de deux classes, l’une dérobant le sel, l’autre le vendant » (Afan de Rivera 1845 : 201).

  • 9 ASF, Amministrazione generale delle bonificazioni, f. 2, fasc. 4.

32Mais ce qui est plus important à relever est que ces intérêts illégaux cherchent, selon Rivera, à agiter l’opinion publique en lui faisant craindre une inondation des salines et du centre habité provoquée par la réouverture des canaux et les opérations de colmatage. Le directeur des salines lui-même et celui des Droits indirects, qui pourtant sont « un miroir de probité et zèle », auraient été amenés, suite aux pièges tendus par les contrebandiers, à « résister à chaque opération qui empêcherait la production de sel »9.

33Sous la pression d’une étroite oligarchie de « puissants saliniers » et de contrebandiers, un grand nombre de misérables agissent, contre lesquels les forces de surveillance n’hésitent pas à tirer : « Chaque été – écrit Afan de Rivera – quelques malheureux exposant leur vie pour procurer du pain à leurs enfants affamés, étaient tués pendant la nuit » (ibid. : 229).

34Le directeur des Ponts et Chaussées sera attentif à la fois à ne pas interrompre les travaux publics dans la zone, à faire parvenir les sommes nécessaires à leur maintien, à occuper la population marginale qui vivait du commerce illégal du sel et enfin à ne pas offrir de possibilités d’action aux contrebandiers, toujours opposés aux travaux du lac Salpi.

  • 10 Ibid. f. 10, fasc. 12 quater.

35La revitalisation du lac Salpi, avec la diminution de la contrebande et la réduction, qui lui est liée, des dépenses de surveillance, voit l’augmentation des bénéfices de la pêche : la location du lac, accordée au début du xviiie siècle pour quelque 1 000 ducats, est adjugée à 3 000 ducats en 1838, pour finir à plus de 7 000 ducats en 185910. Au début des années 1870 encore, quand la superficie du lac est réduite d’un tiers à cause des colmatages réalisés, 500 à 600 quintaux de poisson de qualité sont péchés chaque année par 10 à 14 pêcheurs préposés (« Relazione sulla Pesca » 1872 : 132 ; sur la pêche et les eaux intérieures du Mezzogiorno bourbonien, voir Di Vittorio 1975).

  • 11 Ibid. f. 7, fasc. 9 ter et f. 14, fasc. 47.

36Toutefois, le colmatage ne se déroule pas sans obstacles, dans un écosystème très fragile, avec des fleuves à caractère torrentiel où d’infimes différences de niveau séparent la terre des eaux (le centre habité de Reali Saline se trouve à moins d’un mètre du niveau de la mer et pratiquement à la même hauteur que les eaux du lac). Ainsi, et de manière répétée, les colons d’un village situé sur l’étroite dune séparant le lac et la mer protestent contre l’introduction des eaux de l’Ofanto dans le lac Salpi, qui sort alors de ses très fragiles levées, inondant ainsi leurs jardins potagers11.

  • 12 Ibid, f. 14, fasc. 35.

37En 1854, c’est le juge royal de Casaltrinità qui proteste contre la « dérivation de l’Ofanto parle canal de l’Ofantino » puisque « au mal des inondations des campagnes environnantes s’ajoute un autre mal, le non-salinage du lac dont les eaux sont désormais devenues douces ». Mais comment ? Les techniciens du corps des Eaux et des Routes objectent que le but de l’assainissement ajustement été d’empêcher la production spontanée du sel. Avec une intuition surprenante mais partielle, et en accord avec les théories sur l’origine miasmatique de la malaria, le juge royal signale la « dégradation de la santé publique dans cette zone », liée à une salinité réduite des eaux, puisque les « miasmes tendent à se répandre dans les Pouilles, et particulièrement dans les villages et dans les terrains agricoles proches du lac »12.

38Après une longue interruption des travaux du lac, et après des demandes de concessions de la part d’entrepreneurs privés, en 1867 un projet de bonification générale par colmatage est finalement rédigé, posant pour la première fois comme objectif principal l’assainissement sanitaire, rendu urgent par l’augmentation de la population ainsi que par le changement de destination des cultures de la plaine environnante (du pâturage aux céréales qui demandent une présence humaine importante justement pendant la période où le risque de malaria est le plus élevé).

39Pourtant, l’utilisation agricole de la zone assainie qui, selon les dires des défenseurs de cette solution, pouvait garantir une recette plus importante que la pêche, ne peut être un facteur dynamique dans une zone par ailleurs marquée par une population très basse, et à une période de début de crise des produits céréaliers ; l’utilisation comme pâturage ne semble d’ailleurs pas offrir de meilleures perspectives.

40La production de sel, par contre, possède un caractère stratégique puisque, avec celle qui deviendra bientôt la plus grande saline péninsulaire, le monopole d’État cherche à se munir d’un stock pouvant suffire au besoin national sans avoir à recourir au sel des îles de Sicile ou de Sardaigne, facilement interceptable en période de conflit (Candida 1951). On voit que ces considérations économiques nous éloignent pour le moins de l’objectif initial du colmatage, qui était l’assainissement sanitaire découlant des recherches sur la malaria dont nous avons déjà parlé (Ministero 1917 : 412).

41L’histoire du lac Salpi est, on peut le voir, exemplaire à plus d’un titre. Un assainissement non défini initialement, qui débouche sur plusieurs solutions, avec un rôle déterminant de la part de l’État, qui n’agit pas uniquement en fonction de l’intérêt général. Une histoire qui révèle de manière flagrante un conflit d’intérêts, qui n’est pas, précisons-le, spécifique à cette situation, mais qui reflète bien les difficultés que peuvent avoir les hommes à transformer la nature tout lui en gardant son équilibre.

Bibliographie

42Afan de Rivera, C., 1832-1843, Considerazioni sui mezzi da restituire il valore proprio a’doni che ha la natura largamente conceduto al Regno delle Due Sicilie, Naples, Fibreno.

43— 1845, Del bonificamento del lago Salpi coordinato a quello della pianura di Capitanata, Naples, Fibreno.

44Bevilacqua, P., 1988, « Acque e bonifiche nel Mezzogiorno nella prima metà dell’Ottocento », in Il Mezzogiorno preunitario. Economia, società e istituzioni, Massafra A. (éd.), Bari, Dedalo : 337-359.

45— (ed.), 1989, « Le rivoluzioni dell’acqua. Irrigazione e trasformazioni dell’agricoltura tra Sette e Novecento » in Storia dell’agricoltura italiana in età contemporanea, Spazi e paesaggi, Venice, Marsilio, I : 255-318.

46— 1996, « La comunità, l’imprenditore e il governo. Successi e fallimenti di una bonifica “giacobina” », in Tra natura e storia, Rome, Donzelli.

47Candida, L., 1951, Saline adriatiche (Margherita di Savoia, Cervia e Comacchio), Naples.

48Ciasca, R., 1928, Storia delle bonifiche del Regno di Napoli, Bari, Laterza.

49Cuoco V., 1924, « Rimboschimenti e bonifiche », in Scritti vari, Bari, Laterza.

50De Cesare, R., 1897, « Agro romano e Tavoliere di Puglia », in Nuova antologia, LXVIII/1.

51D’Elia, C, 1994, Bonifiche e stato nel Mezzogiorno (1815-1860), Napoli, ESI.

52— 1996, Stato padre, stato demiurgo. I lavori pubblici nel Mezzogiorno (1815-1860), Bari, Edipuglia.

53Di Pace, I., 1921, « La bonifica idraulico-industriale nella lotta antianofelica. Ricerche sull’azione inibitrice delle acque delle saline marittime sullo sviluppo delle uova, sulla metamorfosi delle larve e sulla vita delle ninfe delle anofeli », in La malariologia, s. I, XIV/1.

54Di Vittorio, A., 1975, « Le acque continentali e le attività umane nel Mezzogiorno d’Italia nei secoli xviii e xix », in Atti del XXII Congresso geografico italiano, Salerne, II/1.

55— (ed.), 1981, Sale e saline in Adriatico in età (secc. XV-XX), Naples, Giannini.

56Fiengo, G., 1988, I Regi Lagni e le bonifiche della Campania felix durante il Viceregno spagnolo, Florence, Olschki.

57Manicone, M., 1806, La fisica appula, Naples, Sangiacomo, II.

58Memoria per lo signor conte di Chiaromonte sullo Stato del lago di Salpi con i documenti corrispondenti, 1785, Naples.

59Ministero dei lavori pubblici, 1917, Comitato per lo studio del piano regolatore delle bonifiche, Rome.

60Monticelli, T., 1841, Sull’economia delle acque da ristabilirsi nel Regno di Napoli, Naples, Dell’Aquila.

61Poso, R., 1976, « Gli autografi vanvitelliani sulla bonifica delle saline di Barletta », in Studi di storia pugliese in onore di Giuseppe Chiarelli, Galatina, Congedo, IV.

62Raimondo, S., 2000, La risorsa che non c’è più. Il lago del Fucino dal xvi al xix secolo, Manduria-Bari-Rome, Lacaita.

63« Relazione sulla pesca nel lago di Salpi e di Giardino », 1872, in Annali del Ministero di agricoltura, industria e commercio, Gênes, I/2.

64Rossi Doria, M., 1958, Dieci anni di politica agraria nel Mezzogiorno, Bari, Laterza.

65Russo, S., 1987, « La bonifica del lago Salpi in Capitanata », L’ambiente storico, 8-9 : 109-135.

66— 2001, Le saline di Barletta tra Sette e Ottocento, Foggia, Grenzi.

67Zagli, A., 1992, « Pratiche e forme d’uso delle risorse collettive in un ambiente palustre : il bacino di Bientina, in Toscana », Quaderni storici, 81.

Notes

* Émissaire : canal d’évacuation, cours d’eau évacuant les eaux d’un lac (NdE).

* La métaphore de l’os et de la pulpe : l’os pour désigner la partie pauvre du sud de l’Italie (l’intérieur et la montagne), et la pulpe (chair) pour désigner la partie riche de cette région (les plaines et les côtes).

1 On peut consulter les observations de l’écrivain Raffaele de Cesare (1897) qui visita la région et séjourna à Margherita di Savoia (déjà Reali Saline) : « Ce petit village, avec ses petites maisons caractéristiques qui me rappellent la Flandre occidentale et la Hollande, est construit sur une dune qui sépare la mer des bassins de salinage et des marécages. » Au-delà des considérations à propos du paysage, il y a dans les premières décennies du xixe siècle une attention particulière portée aux techniques de construction des digues et de bonifications utilisées en Hollande.

2 Sur les machines utilisées à la fin du xviiie siècle, voir Pecorari 1784, Memoria sulla Regia Salina di Barletta, Naples. Sur l’écologie et les techniques de production des salines, voir les articles de De Stefano, Bissanti et Nebbia, dans Di Vittorio 1981. Sur l’histoire des salines, voir Russo 2001.

3 Sur les activités de Vanvitelli dans la « systématisation » des salines et du lac, voir Poso 1976.

4 Biblioteca e Archivo provinciale De Gemmis, Bari, Manuscrits, b. 138, fasc. la.

5 Du côté de Salina Grande et de Salinella, près de Tarente, la saline d’Avetrana, située à 40 km de la ville ionique, est restée en activité jusqu’aux premières décennies du xixe siècle (voir Greco « Le boni-fiche nella storia del paesaggio del Tarantino sud-orientale » dans Umanesimo della Pietra, gena 1992).

6 Archivio di Stato di Foggia (ASF), Amministrazione finanziaria, f.387, fasc.26.

7 Ibidem, f. 384, fasc.25.

8 ASF, Polizia, I série, f. 82, fasc. 1082.

9 ASF, Amministrazione generale delle bonificazioni, f. 2, fasc. 4.

10 Ibid. f. 10, fasc. 12 quater.

11 Ibid. f. 7, fasc. 9 ter et f. 14, fasc. 47.

12 Ibid, f. 14, fasc. 35.

Table des illustrations

Légende Fig. 23. Le lac Salpi à la fin du xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Légende Fig. 24. Los salines vers 1775.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 746k

Auteur

Università degli Studi di Foggia.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540