Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et développement dans l'Europe moderne

 | 
Salvatore Ciriacono

II : Environnement, société et politique

9. L’équilibre de la lagune de Venise au xviie siècle : naissance de l’approche moderne

Susanna Grillo

Texte intégral

1Les lagunes constituent des écosystèmes côtiers particulièrement instables et leur vie, à l’échelle géologique, est brève : quelques milliers d’années. Leur évolution naturelle les condamne à disparaître, qu’elles soient envahies par la mer, ou comblées par les alluvions fluviales ou isolées de la mer et transformées en étangs. Dans l’Antiquité les lagunes se succédaient de façon presque continue de Ravenne au sud, à Aquileia au nord.

2Ce sont les interventions de l’homme, soit en terre ferme, soit dans le bassin lagunaire, qui lui ont conservé son caractère marin. Mais, dans un combat jamais gagné, à chaque transformation apportée par l’homme, l’environnement répond par une variation du système et de l’évolution générale de la lagune.

3Il est remarquable que la conscience de la précarité de l’équilibre lagunaire, loin de conduire, même dans les périodes de décadence, à une résignation fataliste à la disparition, prévisible, du bassin lagunaire, a toujours stimulé une vigilance et un engagement que n’ont jamais découragés des résultats toujours peu évidents, des remèdes toujours temporaires, et dont quelquefois les effets étaient contraires à ceux qu’on attendait. Échecs et doutes n’ont fait que renforcer la conviction qu’un simple report de l’issue fatale valait tous les sacrifices et qu’il est possible de contrarier les forces destructives, à défaut de les vaincre définitivement.

4Dans le sonnet célèbre qu’il a placé en introduction à ses Discours sur la lagune de Venise (1545-1553), Sabbadino déclare que le destin de la lagune dépend de ses trois « ennemis » : les fleuves, la mer et les hommes, ennemis s’ils sont mal réglés, mais forces utiles s’ils sont soumis à une juste discipline.

5Discipline d’autant plus difficile qu’il n’existe pas un équilibre de la lagune, qui serait un équilibre naturel et durable, mais plusieurs équilibres possibles, qui changent selon le moment de l’Histoire et selon les choix de Venise. La question de l’équilibre se complique considérablement quand, aux données propres au territoire, viennent s’ajouter les réponses divergentes des experts en hydraulique, chargés de donner leur avis sur le destin de la lagune.

6La lagune de Venise s’est formée il y a quelque 6 000 ans. À l’origine elle était vraisemblablement plus petite et ce n’est que vers 700 de notre ère qu’elle a commencé à s’étendre pour prendre sa configuration actuelle : les 57 100 hectares délimitées en 1791 par les 157 km de la conterminazione, ligne de séparation précise entre la lagune et la terre ferme, matérialisée par des bornes (cippi).

7Ce qu’on appelle la lagune de Venise est en fait la juxtaposition de plusieurs lagunes qui, autrefois, s’ouvraient sur neuf passes (porti) : Jesolo, Lio Mazor, Tre Porti, S. Erasmo, S. Nicolò, Malamocco, Porto Secco (Albiola), Chioggia et Brondolo. Seuls subsistent aujourd’hui les passes de S. Nicolò, de Malamocco et de Chioggia. C’est sans doute vers l’an mille que les échanges mer-lagune, assurés par les neuf passes, ont le mieux fonctionné.

8La lagune de Venise se trouvait entre les embouchures de l’Adige au sud et du Piave au nord. Elle recevait des fleuves importants, comme le Brenta, le Bacchiglione et quelques branches du Piave, rivières alpines chargées d’alluvions, et des fleuves plus modestes, comme le Dese et le Sile, cours d’eaux claires, à débit constant.

9À partir de l’an mille, plusieurs textes en témoignent, nous assistons au comblement progressif des passes par les apports sableux des fleuves, entraînant la destruction totale des passes d’Albiola et de Lio Mazor. En même temps, des processus érosifs menaçaient certaines parties des cordons littoraux qu’on fut bientôt obligé de protéger par des palissades en bois.

10Au cours du xve siècle, le problème de l’envasement fluvial de la lagune est devenu un problème majeur, auquel Venise va donner une double réponse. D’une part, à partir de 1501-1505, la République Sérénissime met en place un organisme chargé de contrôler les eaux de la lagune, le Magistrato alle acque, avec son Collegio alle Acque, ses trois Savi ed Esecutori alle Acque et ses trois proti (experts) de la lagune, du littoral et des fleuves. D’autre part, de grands théoriciens et, parmi eux, Cristoforo Sabbadino et Alvise Cornaro, élaborent les premiers traités d’hydraulique. Ils ne se contentent pas de définir des programmes particuliers de régulation fluviale, de défense des cordons littoraux et de protection interne de la lagune contre les initiatives individuelles dangereuses (telles les extensions des espaces agricoles ou des « vallées » de pêche et chasse). Leur ambition est de construire des concepts hydrauliques formulés dans une perspective plus générale.

11Mais, derrière les débats techniques et l’élaboration de concepts, transparaît très clairement le conflit entre la défense de l’agriculture de l’arrière-pays, et celle de l’intégrité de la lagune. Depuis que les grandes découvertes ont modifié l’économie des routes maritimes, l’investissement foncier dans l’arrière-pays assurait à l’aristocratie vénitienne plus de tranquillité que les incertains commerces maritimes. La terre ferme, jusque-là source de dangers, devenait source de bien-être pour la classe dominante vénitienne, qui abandonne une large part des trafics maritimes à la bourgeoisie. Les fleuves devenaient ainsi la lymphe vitale pour l’agriculture, et les « bonifications » (mise en valeur agricole des terres marécageuses) constituaient la base de l’extension des cultures et de la richesse.

12Ce conflit entre « bonifications » et commerce maritime se retrouve dans les doctrines opposées de Sabbadino et de Cornaro.

13Cristoforo Sabbadino (vers 1487-1560), prato du Magistrato alle acque, défend la pleine efficacité hydraulique de la lagune. Il est nécessaire d’accentuer la dynamique des eaux, en augmentant leur volume dans le bassin lagunaire et en leur donnant un mouvement plus rapide et actif. Il a une vision en quelque sorte physiologique de la lagune. Il la compare à un corps humain dont les cordons littoraux seraient la tête, Venise le cœur, Chioggia le foie, Torcello, Mazorbo et Burano les poumons. La conservation de la lagune était liée à l’équilibre de toutes ses parties et à sa préservation des interventions telles que les bonifications, Alvise Cornaro (1475-1566) subordonne le problème lagunaire aux exigences économiques de la production agricole : il défend l’extension des « bonifications » agraires dans les vallées de terre ferme, sur les confins de la lagune et dans la lagune même. Pour cela, il réclamait l’aménagement d’une frontière nette entre la lagune et la terre ferme (conterminazione).

14Si le xvie siècle est le siècle d’or de l’hydraulique vénitienne et voit l’élaboration théorique des principes, les résultats pratiques sont minces : nombre des problèmes envisagés ne furent pas résolus, et les projets furent rarement menés à leur terme, se heurtant aux traditions et aux intérêts de la classe dirigeante.

15Prenons deux exemples :

16Le premier est le projet, né à la fin du xvie siècle, de libérer la lagune sud, dans ses confins marginaux, des alluvions fluviales, et de protéger la terre ferme des crues du Brenta. Celui-ci avait déjà été dévié (Brenta nova) en 1488-1507 vers la lagune de Chioggia puis, en 1548, vers la passe de Brondolo. En 1560-1610, pour assurer au fleuve une pente suffisante et éviter ainsi les crues, on crée le Novissimo. Ce projet tendait à concilier les thèses opposées de Sabbadino et Cornaro, en ne retenant que le meilleur de chacune d’elles. Le Novissimo constime le départ de la délimitation de la Lagune, selon le vœu de Cornaro. Mais, pour éviter que les nombreux canaux et les eaux d’écoulements, que croisai le nouveau lit du Brenta, y entrent, et pour leur laisser libre accès à la lagune, des tunnels-canaux, inspirés de Sabbadino, furent construits sous le nouveau lit.

17Cette solution n’a préservé complètement ni la terre ferme des inondations, ni la lagune des débordements du Novissimo. Pendant deux siècles on a essayé de parer à ces inconvénients par des ouvrages collatéraux. On a l’impression qu’on tournait dans un cercle vicieux, jusqu’à ce qu’en 1846-1874 (plan Fossombroni-Paleocapa) on prenne la décision d’expulser définitivement le Brenta de la lagune de Chioggia, en le dirigeant vers la lagune de Brondolo (1896).

18Le deuxième exemple est celui des nombreuses tentatives d’une régulation efficace des passes, si nécessaires à la fois aux échanges hydrauliques entre la mer et la lagune et à la vie de la lagune.

19Pendant longtemps l’idée que les courants fluviaux pouvaient détruire, au moment du reflux des eaux, les dunes de sable que les courants marins formaient devant les passes fut un obstacle à la solution du problème. Dans cette vision très étroite des problèmes du bassin vénitien, le Brenta fut ainsi à plusieurs reprises réintroduit dans la lagune, en direction de la passe de S. Nicolò. Pour améliorer les capacités de cette passe on avait également proposé à plusieurs reprises la fermeture de la passe de S. Erasmo, de façon à donner plus de force aux eaux sortant de la nouvelle passe ; mais ce projet fut toujours abandonné et la solution finalement adoptée fut, au contraire, la séparation nette des deux passes par une palissade. La première palissade, construite en 1360 pour séparer les deux passes de S. Nicolò et de S. Erasmo, est la palissade Garzina, de 87 à 104 mètres, avançant en direction du phare de la Pissota. Cette palissade fut à plusieurs reprises reconstruite, parfois en augmentant sa longueur, jusqu’à 870 mètres, parfois en la diminuant. Elle fut renforcée en 1533 et en 1535. Pour donner plus d’eau à la passe de S. Nicolò (qui, par sa position la plus proche de l’Arsenal et de la ville, était la plus importante pour Venise) on proposa également de réduire celle de Malamocco.

20Tous ces efforts ne pouvaient que se révéler vains sans une politique globale. Ce fut le mérite de Sabbadino de proposer la réunion des deux passes, S. Nicolò et S. Erasmo, par la canalisation des eaux entre deux digues avançant dans la mer. Mais cette idée, qui fait partie du patrimoine de la science hydraulique vénitienne, a dû attendre trois siècles pour être concrétisée. Les premiers travaux s’effectuèrent d’abord à la passe de Malamocco, de 1840 à 1845 pour la digue nord, et de 1853 à 1856 pour la digue sud. Ensuite, entre 1874 et 1890, les trois passes de Tre Porti, S. Erasmo et S. Nicolò furent réunies par deux digues. Les digues de la passe de Chioggia furent commencées entre 1910 et 1914, et terminées après la guerre, entre 1928 et 1934.

21Tous ces travaux, réalisés après nombre de discussions et d’hésitations, n’auraient pu être réalisés si des intelligences remarquables n’en avaient patiemment et progressivement élaboré les bases scientifiques : Marco Cornaro, Cristoforo Sabbadino et Alvise Cornaro dans leurs traités, aux xve et xvie siècles ; les mathématiciens de l’Université de Padoue, tels Guglielmini, Montanari, Zendrini, à la fin du xviie et au début du xviiie siècle. Mais il ne faut pas oublier les nombreux experts du Magistrato alle Acque, qui nous ont laissé, dans leurs rapports presque quotidiens, des trésors de savoir et d’expérience. En général c’étaient les bateliers, les habitants des « vallées », les pêcheurs, qui informaient les fonctionnaires du Magistrato alle Acque de la profondeur des fonds marins, de l’émergence des barene, de l’arrivée de masses sableuses et d’algues marines à l’intérieur de la lagune. Au départ, les opinions des techniciens et celles des représentants du savoir populaire concordaient rarement. Mais méthode empirique et moment théorique sont intimement liés, et c’est exactement à partir du xviie siècle que la théorie scientifique est appelée à franchir les limites que l’empirisme n’arrivait pas à dépasser.

22C’est cette vision toujours mieux définie des principes qui sert aujourd’hui encore de leçon et de guide pour la recherche de solutions et d’applications convenables.

23Les relations des experts que nous allons présenter sont souvent accompagnées de dessins et de croquis qui nous permettent de localiser sur le terrain, même si c’est de façon approximative, la topographie lagunaire, que l’on peut également reconstituer en utilisant les plans retrouvés dans les testaments et les actes de donation ou de vente. Ces plans et dessins laissent transparaître les incertitudes, les revirements et même les erreurs qui caractérisèrent les interventions de la Sérénissime en matière de politique hydraulique.

24Ces dessins naissent rarement d’une recherche scientifique abstraite. Ils sont plutôt motivés par des exigences juridiques ou par celles de l’évolution des projets, liées à l’activité technique, administrative et politique des organes de l’État. Le territoire représenté est donc plus ou moins important, selon le processus administratif qu’il illustre. En général, il s’agissait de l’application de décrets du Sénat et du Collegio alle Acque, ou de suppliques de particuliers tendant à obtenir des concessions ou des privilèges, ou de rapports des experts du Magistrato alle Acque envoyés enquêter sur les lieux.

25Ces représentations de la lagune de Venise, conservées dans le fond des Savi ed Esecutori alle Acque, n’ont jamais fait l’objet d’une critique globale et systématique. Elles sont parfois utilisées comme illustrations, mais elles n’ont jamais été considérées comme un tout, en cherchant à savoir comment elles ont été dessinées, mises en page, comment le sujet a été choisi, quels caractères communs les lient, par quels traits elles se différencient. En elles on trouve l’œil d’un homme, expert du Magistrato alle Acque, et, à travers lui, le regard d’une époque. La représentation de la morphologie de la lagune est, de ce point de vue, une excellente source d’informations. Outre la beauté des images, le caractère à la fois insolite et charmant de ces vues, le recueil de ces dessins et plans est, historiquement, de première importance. La suite des projets proposés pour la conservation de la lagune, avec leurs différentes solutions, représente le cadre des différentes pensées et des différentes possibilités liées à la nature, si mouvante, du territoire et du paysage vénitiens.

26Au tout début du xviiie siècle, certains songent à restaurer l’ancien équilibre écologique de la lagune. Alors que Sabbadino fondait son projet sur l’idée que la conservation de la lagune était liée à l’équilibre de toutes ses parties internes, en 1601 et 1608 les frères Iseppo et Girolamo Paolini, de Belluno, recherchent une plus vaste harmonie entre la lagune et l’arrière-pays.

27Au départ il y a « la fortune et la merveilleuse beauté » de Venise, conséquences de « sa naissance dans l’eau et de son entourage de marais, qui la rendent miraculeuse à ceux qui l’admirent et en même temps inexpugnable ». Mais tout cela est mis en danger par le phénomène de comblement, qui amène la terre à gagner sur l’eau dans beaucoup d’endroits.

Fig. 20. Plan de la ville de Venise et de la lagune compris entre le port de Malamocco, le port de Venise et le continent, avec le projet de cinq nouveaux canaux sur le littoral du Lido. xviie siècle. Dessin et aquarelle sur carton.

Fig. 21. Federico Gualdi, Projet d’aménagement de la lagune. La lagune de Venise est unie à celle de Malamocco et à une partie de celle de Chioggia, grâce à deux palissades marquées A et B. Dessin et aquarelle sur papier. 10 janvier 1663.

Fig. 22. Federico Gualdi, Détail du projet d’aménagement de la lagune, concernant la palissade en forme de demi-lune, qui terme le port de Malamocco. Des portes, entre la palissade et les deux littoraux (de Malamocco et de Pellestrina), permettent l’accès à la lagune aux embarcations de commerce. Dessin et aquarelle sur papier. 10 janvier 1663.

28Les frères Paolini remontent à la cause première, la destruction de nombreuses forêts opérée par l’homme (création de pâturage, besoins en bois). Sans la présence des forêts, qui retiennent les terres, les fleuves arrivent chargés d’alluvions dans la lagune. Les solutions proposées sont le reboisement, le dragage de longs et larges fossés pour les ordures dans la terre ferme et la construction de dépotoirs à Venise.

29Ce projet suscita l’intérêt du Magistrato alle Acque, qui écrivit au Sénat que « il n’y a pas de doute que ce projet serait de bénéfice pour les lagunes ». Mais on ne trouve plus trace de ce projet, de cette utopique harmonie entre lagune et terre ferme, entre monts et mer, à partir d’une richesse qui commençait à faire défaut dans la République : le bois.

30Dans ce domaine, comme dans celui de l’agriculture, le développement économique de la Sérénissime faisait obstacle à la conservation de l’ancien aspect du territoire. Les champs cultivés signifiaient richesse, les bois coupés fournissaient la matière première pour chaque activité de la vie vénitienne : la construction, la défense et le commerce. Dès la deuxième moitié du xve siècle le gouvernement de la Vénitie avait étendu, par une série de décrets, son exclusive souveraineté sur toutes les forêts publiques et sur une grande partie des forêts privées. Mais les intérêts économiques prévalurent sur l’esprit des lois qui avait essayé de contrôler et limiter ces activités, ces lois dont Cristoforo Tentori affirme qu’elles étaient « presque oubliées ».

31L’impossibilité de restaurer l’équilibre désormais altéré avec la terre ferme, la révolution de la pensée scientifique et technologique, les rapports d’échange qui commencent à s’instaurer avec les pays nordiques et leurs nouvelles techniques hydrauliques, tous ces facteurs expliquent que, à partir de la deuxième moitié du xviie siècle, se manifeste une nouvelle ligne de recherche, tendant à étudier les effets et la force de la masse d’eau de mer pour draguer les fonds lagunaires.

32Au lieu d’étudier le problème du comblement en amont, on s’intéresse chaque fois plus à la possibilité d’intervention en aval, vers la mer, par des systèmes de digues canalisant l’eau de façon que les fonds soient, pendant le flux, creusés et, pendant le reflux, libérés des alluvions boueuses.

33Le nouvel esprit scientifique (l’expert-ingénieur tend à remplacer l’expert-artisan), les études d’hydraulique de Benedetto Castelli expérimentées à Venise ont donné un élan à la recherche d’une conservation de la lagune.

34Lorsqu’on étudie le progrès de l’hydraulique vénitienne au cours du xviie siècle, on constate l’alternance de moments de stagnation temporaire que traversent la théorie et les techniques hydrauliques et les moments de débats intenses. La période de 1660 à 1675 est de ce point de vue la plus intéressante.

35Son point de départ coïncide avec la suppression de la vénalité des charges de proto (1657) et l’élection de Iseppo Benoni (le futur architecte de la Dogana) comme proto de la lagune, dont la personnalité dominera jusqu’en 1684 le groupe des trois proti (de la lagune, du littoral et des fleuves).

36Cette période coïncide aussi avec une reprise du débat qui avait opposé Cristoforo Sabbadino et Alvise Cornaro : en 1664 deux aristocrates sont au centre d’une des plus importantes enquêtes du Magistrato alle Acque, concernant « la séparation de la lagune vive et de la lagune morte ». Nicoló Sagredo (doge de 1675 à 1676) propose de réaliser cette séparation par une digue continue, qui aurait pour effet la disparition, à terme, de la lagune morte, dont les marécages deviendraient des « champs très fertiles ». Federico Contarmi (proche parent des doges Domencico Contarini, 1659-1675 et Alvise Contarini, 1676-1684), au contraire, propose une digue discontinue et la suppression des « vallées de pêche » pour « permettre aux eaux salées de se répandre le plus possible dans la lagune ». Le Magistrato alle Acque ne peut trancher entre ces thèses diamétralement opposées et, ne trouvant pas le point d’une possible conciliation, décide, le 7 septembre 1674, d’arrêter la réflexion sur ce sujet. Une question se pose : tous ces personnages qui apparaissent dans les enquêtes souvent si passionnées du Magistrato alle Acque sont-ils liés à telle ou telle grande famille aristocratique ? Ils sont interrogés sur des points précis, sur des choix techniques, ils ne sont pas appelés à donner leur avis sur la sauvegarde de Venise, mais nous pouvons retrouver, dans leurs projets, les deux attitudes antagonistes : la pleine efficacité hydraulique de la lagune, de la navigation et du commerce maritime, et l’extension de la bonification agraire, des cultures terriennes et des domaines de terre ferme.

37De 1662 à 1671 le Magistrato alle Acque ordonne une dizaine d’enquêtes lancées auprès de ses experts, mais aussi auprès des pêcheurs ou des spécialistes d’hydraulique d’autres villes, pour connaître leur avis sur les problèmes de la lagune ou sur tel ou tel projet adressé au Magistrato. Avis ou projets reçus en réponse font parfois l’objet d’une enquête complémentaire, pour mieux mesurer les possibles avantages et les conséquences qu’ils pourraient avoir sur le système lagunaire. Le 25 août 1671, le Collegio alle Acque met fin à cette phase d’études. Une autre phase commence, s’appuyant sur les projets les plus remarquables qui avaient été présentés (tel celui de Sebastiano Bonotti) et pendant laquelle s’affirme la personnalité d’Alfonso Moscatelli.

38À partir de 1673, le rythme des rapports se ralentit, pour pratiquement s’interrompre en 1684 et ne reprendre qu’en 1720, sur d’autres bases : il s’agira alors de faire face aux menaces qui pèsent sur le littoral et de régler le problème des confins de la lagune. Les deux grandes figures de cette période seront l’architecte Andréa Tirali, nommé proto du littoral et Bernardino Zendrini.

39Nous voudrions citer quatre des quelque soixante projets formant le corpus de cette période.

40— Le projet de Federico Gualdi, du 10 janvier 1663. Il prévoit l’élargissement de la lagune de Venise par son union à celle de Malamocco et à une partie de celle de Chioggia grâce à deux palissades. L’une part de Caroman et arrive, en ligne droite, jusqu’à la terre ferme (de façon à unir la lagune de Chioggia à celle de Brondolo), l’autre, en forme de demi-lune, ferme la passe de Malamocco. Le projet prévoit aussi un bon fonctionnement des passes de Tre Porti, S. Erasmo et S. Nicolò, assuré par des structures en bois, qui adaptent les entrées des eaux aux capacités des passes. Gualdi veut ainsi créer deux grandes lagunes presque indépendantes l’une de l’autre : celle de Chioggia et celle de Venise (des portes sont prévues dans les palissades pour faciliter les navigations lagunaire et maritime). Mais des structures en bois et pierre peuvent-elles résister à la pression des courants marins et lagunaires ? La fermeture de certaines passes de communication avec la mer est-elle vraiment avantageuse pour la conservation de la lagune ?

41— Le projet de Sebastiano Bonotti, du 11 janvier 1663, qui essaie de résoudre le problème du comblement lagunaire par une régulation des passes. Bonotti propose la construction d’une « nouvelle passe » qui réunit celles de S. Nicolò, S. Erasmo et Tre Porti dans une seule passe pour éliminer, avec la force réunie des eaux de reflux, le banc de sable qui était en train d’obstruer l’accès de la lagune de ce côté. Une palissade qui part au-dessus du canal de Lio Mazor, renforcée par neuf palissades, sert à arrêter les alluvions provenant du nord.

42Mais, outre le problème de la conservation du bois en contact avec l’eau, le préjugé des hommes, qui considéraient la force de la grosse mer comme indomptable, a été également pendant longtemps un obstacle au déroulement d’un tel projet,.

43— Le projet d’Agostino Martinelli, du 21 octobre 1672 : il propose d’expérimenter dans le littoral de Pellestrina (entre Malamocco et Chioggia) un mur en maçonnerie, pourvu d’une série d’ouvertures arquées, avec des portes montantes et descendantes, pour régler le flux des eaux selon le besoin. Ce projet prévoit aussi des digues de pierre, adossées au mur, et avançant en direction de la mer, pour améliorer le dragage de la lagune, étant donné que

« maris unde naturalem propietatem in se habent, quod percutiendo in quodam apposita saxorum massa augent vim, et ab ea recedendo quanto magis ab alto praecipitant tanto plus ubi cadunt flindum profundant ».

44Cette proposition, presque déconcertante par ses affinités avec le MOSE (modello sperimentale elettromeccanico d’une digue flottante, élément du Progettone, « gros projet » de stabilisation de la lagune) toujours en discussion, nous la retrouvons dans un dessin anonyme, sans date et sans renvoi à aucun texte, représentant en plan une partie de la lagune (entre le canal S. Pietro, la passe de S. Nicolò et la terre ferme). L’auteur de ce dessin met en évidence, par la couleur rouge et la lettre A, une série de cinq ouvertures côte à côte, au milieu du littoral de Lido, en spécifiant : « lieux d’où on pense d’introduire l’eau de la mer en lagune par la construction de l’opération convenue ».

45Mais fut-elle réellement essayée ? Pour le moment il n’a pas été trouvé d’autre informations dans les archives. Une étude sur Martinelli permettra, peut-être, de donner des éclaircissements.

46Le projet d’Alfonso Moscatelli, du 6 mars 1673, qu’il estime « applicable », et dont beaucoup de bases se retrouvent dans les nouveaux discours mathématiques et hydrauliques. Ce projet est l’exemple le plus clair de la façon dont science et technique trouvent un point de rencontre chez les experts en hydraulique qui travaillent à Venise.

47Pour expliquer comment toutes les eaux douces finissent dans la mer, qui est le centre des corps fluides, Moscatelli dessine une « figure mathématique, représentant la coupe d’un demi-globe terrestre ». Ensuite, de ce que les courants fluviaux ne peuvent creuser la lagune que si elle est « un bras de mer », il conclut qu’il fallait « réduire le nombre des passes pour augmenter le mouvement des eaux en lagune, augmenter le mouvement des eaux pour en augmenter la force, et donc le creusement des canaux, et améliorer la navigation ».

48À partir de ces principes Moscatelli expose son projet, qui prévoit quatre phases successives :

  1. dans la première phase, la passe de Chioggia est fermée par une digue en forme d’arc, avec des portes s’ouvrant en direction de la passe de Brondolo « pour les embarcations des pêcheurs », tandis que la passe de S. Erasmo est totalement fermée ;
  2. dans la seconde phase, la lagune de Chioggia est fermée par une digue à construire derrière le canal de Montalbano, avec trois ouvertures « pour changer l’eau de la lagune de Chioggia », qui doit rester toujours profonde, et pour renforcer les reflux dans la lagune de Malamocco. Dans cette digue une double série de portes permet la navigabilité du canal Lombardo, qui lie la lagune de Venise à la Lombardie ;
  3. dans les troisième et quatrième phases, Moscatelli propose le creusement d’un canal profond de séparation entre la lagune vive et la lagune morte. Avec la boue extraite de ce canal il propose de construire une digue, avec quinze à vingt ouvertures de communication entre les deux lagunes, qui doivent avoir des profondeurs différentes. La lagune morte doit avoir, selon le projet, une profondeur plus grande que la lagune vive, pour que les eaux des flux, après avoir creusé le fond de la lagune vive, déposent les alluvions dans la lagune morte, en passant par les dites ouvertures et, devenues ainsi plus claires, retournent par le même parcours jusqu’à la mer. L’ambition de ce projet est de donner aux courants de la lagune vive un mouvement continu et cela, pour Moscatelli, n’est possible que si son territoire est moins profond que ses alentours, de façon que les dépôts sableux tombent là où la navigation n’est pas vitale pour Venise.

49Une première recherche dans les archives n’a pas encore permis de trouver une réponse du Magistrato alle Acque, ou une réflexion de ses experts. On peut penser que le projet de Moscatelli a été considéré comme trop complexe, et qu’une seule des ses phases ne pouvait résoudre le problème de la conservation de la lagune. Le risque que sa réalisation se révèle inefficace, en altérant complètement la morphologie lagunaire par la transformation en « bras de mer » des terrains et barene qui entourent Venise, a sûrement très vite déconseillé sa mise en œuvre.

50Ces propositions conduisaient toutes à une intervention massive et irréversible sur l’environnement ; elles divergeaient d’avec les traditionnelles interventions de la Sérénissime, caractérisées par leur réversibilité et par la conservation, plutôt que par la modification de cet environnement lagunaire, fondamental non seulement pour la vie et la santé, mais aussi pour la liberté et le bien-être économique des Vénitiens. La Sérénissime, en même temps qu’elle analysait ces projets novateurs, continuait inlassablement les pratiques traditionnelles : sonder les profondeurs des canaux lagunaires, et les draguer pour se défendre du péril du comblement.

51Ce que révèle ce corpus de projets, au-delà des projets et des expérimentations, ce sont « les peurs du plus grand nombre », l’incrédulité de beaucoup d’autres, mais aussi les arguments de ceux qui veulent rassurer, guidés dans leurs propos plus par une préoccupation économique que par des considérations hydrauliques. L’intérêt si actuel des hésitations et des débats de ces hommes du xviie siècle, si conscients de la nécessité d’intervenir et des risques de chaque intervention, c’est qu’ils préfigurent les actuelles recherches en hydraulique et montrent la permanence des problèmes et des solutions envisagées.

52« Mais si on a eu des idées étranges et même, dans certains cas, incroyables dans les avis et dans les propositions, il ne faut pas croire que dans les œuvres réalisées les choses se soient toujours bien passées. Faire, défaire, et retourner à faire, on peut dire que voilà le système. » Telle est la conclusion d’Eugenio Miozzi, elle résume bien toute la complexité d’un projet lagunaire, toute son ambiguïté et son imprévisibilité.

Sources manuscrites

53Les plus importantes se trouvent aux Archives d’État de Venise, et notamment dans les dossiers des Savi Esecutori alle Acque. Parmi les quelque cent dossiers que nous avons étudiés, citons :

  • n° 69(Gualdi 1660) ;
  • n° 71 (Moscatelli, Bonotti et Benoni 1683) ;
  • n° 121 (Roccatagliata 1658 ; Benoni 1663 et 1670) ;
  • n° 123, le plus riche pour la période 1659-1673 (Benoni, Roccatagliata, Gualdi, Bonotti, Marco Contarmi, « rapport de personne secrète », Girardi, Tirali, Francesco Alberti, Moscatelli, etc.) ;
  • n° 128 (Moscatelli 1673-1675) ;
  • n° 129 (1677-1679, dont Benoni et Montanari) ;
  • n° 131 (Moscatelli 1673) ;
  • n° 175 (les frères Paolini 1601 et 1608) ;
  • n° 975 (Moscatelli 1672-1673).

Bibliographie

54Altieri Biagi, M. L. ; Basile, B., (éds), 1980, Gli scienziati del Seicento, Milan-Naple, Ricciardi.

55Cacciavillani, I., 1984, Le leggi veneziane sul territorio, 1471-1789. Boschi, fiumi, bonifiche e irrigazioni, Limena, Signum.

56Campos, E., 1937, I consorzi di bonifica nella Repubblica veneta, Padoue, Cedam.

57Caniato, G., 1985, « Fonti cartografiche per lo studio del territorio jesolano », Studi jesolani, Udine : 48-63.

58Caniato, G. ; Turri, E. ; Zanetti, M., (éds), 1995, La laguna di Venezia, Verone, CIERRE.

59Cessi, R., « Evoluzione storica del problema lagunare », in Atti del convegno per la conservazione e difesa della laguna di Venezia, du 14 au 14 juin 1960, Venise, Istituto Veneto di scienze, lettere ed arti : 23-64.

60— 1936, « Alvise Cornaro e la bonifica veneziana nel secolo xvi », in Rendiconti dell’Accademia dei Lincei, s. 6a, XII : 301-323.

61Cessi, R. ; Alberti, A., 1935, Giuseppe Paulini. Un codice veneziano del 1600 per le acque e le foreste, Rome, Istituto poligrafico dello stato, Libreria.

62Ciriacono, S., 1980, « Scrittori d’idraulica e politica delle acque », in Storia della cultura veneta, Girolamo A. et Pastore Stocchi M. (éds), Vicence, Neri Pozza, 3/II : 491-512.

63— 1981, « Investimenti capitalistici e colture irrigue. La congiuntura agricola nella terraferma veneta (secoli xvi-xvii) », in Venezia e la Terraferma attraverso le relazioni dei Rettori, Tagliaferri A. (éd.), Milan, Giuffrè : 123-158.

64— 1986, « L’idraulica veneta : scienza, agricultura e difesa del territorio dalla prima alla seconda rivoluzione scientifica », Storia della cultura veneta, 5/II : 347-378.

65— 1991, « Venise et la Hollande, pays de l’eau (xve-xviiie siècle) », Revue historique, CCLXXXV/2 : 295-320.

66De Bernardin, S., 1974, « La politica culturale della Repubblica di Venezia e l’università di Padova nel xvii secolo », Studi veneziani, XVI : 443-502.

67— 1983, « I Riformatori dello Studio di Padova. Indirizzi di politica culturale nell’Università di Padova », in Storia della cultura veneta, Girolamo A. et Pastore Stocchi M. (éds), Vicence, Neri Pozza, 4/1 : 61-91.

68Galluzzi, P. ; Poni, C. ; Tonini, M., 1981, « Accademie scientifiche del 600 », Quaderni Storici, 48 : 757-921.

69Gatto, P., 1979, « La laguna di Venezia. Conservazione dell’ambiente fisico. Subsidenza, idrodinamica lagunare e difesa dei litorali », texte présente au XI Congresso della Società italiana di biologia marina, Orbetello, du 23 au 23 mai 1979.

70Grillo, S., 1992, « Le difficile équilibre entre l’eau et la terre. Projet de conservation de la lagune de Venise au xviie siècle », mémoire de DEA, Paris, EHESS.

71Ingegneria a Venezia dell’ultimo ventennio, 1887, Publication des ingénieurs vénitiens en hommage aux collègues du VIe Congrès, Venise.

72Marcon, P., 1878, Cenni cronologici delle principali vicende cui andarono soggetti i fiumi del Veneto negli ultimi tronchi conterminanti la Laguna, destinati a servire da guida alla carta idrografico-storica della diversione dei fiumi nella Veneta Laguna, e delle principali opere marittime, Venise, Archives d’Etat, Mise. Codici, I.

73Miozzi, E., 1968, Venezia nei secoli. Il salvamento, Venise, Libeccio, III.

74Mozzi, U., 1931, I Magistrati alle Acque e alle bonifiche, Bologne, Zanichelli.

75Nichetti-Spanio, M. L., 1979, « Accademie padovane nel Sei e Settecento », in Accademie e cultura. Aspetti storici tra Sei e Settecento, Centro di studi muratoriani (éd.), Florence, Olschki : 211-221.

76Quondam, A., 1980, « La scienza e l’accademia », in Università, Accademie e Società Scientifiche in Italia e in Germania dal Cinquecento al Settecento, Boehm L. et Raimondi E. (éds), Bologne, Il Mulino : 61-94.

77Raccolta d’autori italiani che trattano del moto delle acque, 1822, Bologne, Cardinali, III.

78Ripristino, conservazione ed uso dell ‘ecosistema lagunare veneziano, 1986, Venise, Mairie.

79Rosa Salva, P., 1974, « Trasformazioni ambientali ed alterazioni nella laguna veneta », Urbanistica, 62 : 5-44.

80— 1977, « I problemi ambientali di Venezia e della laguna », Acqua e Aria, 2 : 99-126.

81Tentori, C, 1792, Della legislazione veneziana sulla preservazione della laguna. Dissertazione storico-filosofico-critica, Venise, Rosa.

82Ventura, A., 1970, « Considerazioni sull’agricoltura veneta e sull’accumulazione originaria del capitale nei secoli xvie xviie », in Agricoltura e sviluppo del capitalismo, AA VV, Rome, Editori Riuniti : 519-560.

83Viero, T., 1799, La veneta laguna antica e moderna, Venise, Archives d’Etat.

84Zendrini, B., 1811, Memorie storiche dello stato antico e moderno delle Lagune di Venezia e di que’fiumi che restarono divertiti per la conservazione delle medesime, Padoue, Seminario, I et II.

Table des illustrations

Légende Fig. 20. Plan de la ville de Venise et de la lagune compris entre le port de Malamocco, le port de Venise et le continent, avec le projet de cinq nouveaux canaux sur le littoral du Lido. xviie siècle. Dessin et aquarelle sur carton.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Légende Fig. 21. Federico Gualdi, Projet d’aménagement de la lagune. La lagune de Venise est unie à celle de Malamocco et à une partie de celle de Chioggia, grâce à deux palissades marquées A et B. Dessin et aquarelle sur papier. 10 janvier 1663.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 22. Federico Gualdi, Détail du projet d’aménagement de la lagune, concernant la palissade en forme de demi-lune, qui terme le port de Malamocco. Des portes, entre la palissade et les deux littoraux (de Malamocco et de Pellestrina), permettent l’accès à la lagune aux embarcations de commerce. Dessin et aquarelle sur papier. 10 janvier 1663.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540