Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et développement dans l'Europe moderne

 | 
Salvatore Ciriacono

I : De l'irrigation à la bonification

3. Dessèchements et politique agricole en France aux xviie et xviiie siècles

Salvatore Ciriacono

Texte intégral

Finance et techniques hollandaises en France

1En France, à l’instar d’autres pays européens, la bonification prit des dimensions spéculatives et innovatrices, surtout avec l’« Association pour le dessèchement des marais et lacs de France » qui, instituée à la fin du xvie siècle (en 1599) par Henri IV, se révéla contrôlée d’une manière déterminante par la technique et par le capital hollandais. C’est ainsi que commença une politique agricole tout à fait nouvelle par rapport au passé, constituant un chapitre d’une politique mercantiliste qui se proposait dans son ensemble d’augmenter la production agricole, les voies de communication et les recettes de l’État en général. Mais l’originalité du cas français réside dans la vision globale et nationale de ces opérations car l’Association agit dans tout le royaume, en s’appuyant sur ce qu’on appellerait aujourd’hui un holding financier, prémice certainement d’un capitalisme imparfait, comme le définissait Fernand Braudel (1986 : 59-67), mais qui était néanmoins une nouveauté dans le contexte européen. L’homme-clef du système mis en place juste après le retour à la paix fut Humphrey Bradley, ingénieur militaire et entrepreneur habile, davantage que grand technicien (Baars 1983 : 16). Il sera également présent aussi en Angleterre (voir article de Holmes et Hall dans cet ouvrage). La conquête des nombreuses zones palustres intéressa aussi bien les régions intérieures que celles donnant sur la mer, et concerna la Picardie et la Normandie, dans le nord du pays, le Poitou et l’Auvergne dans le centre, le Bordelais, la Gironde et les Landes à l’ouest, le Languedoc et la Provence dans le sud.

2Convergeant à travers une maison mère et les différentes filiales qui se constituèrent dans les différentes régions de l’Hexagone, les capitaux hollandais vinrent compléter la disponibilité insuffisante de capitaux français, bien qu’on ne puisse ignorer l’ouverture relative des élites urbaines et commerciales en direction de ces projets. Dans les marais du Poitou, d’Aunis et de la Saintonge on accordait en 1641 à Pierre Siette, comme à ses associés, « vingt ans de privilèges et d’exemptions pour tous les marais à dessécher, sans qu’ils puissent en être dépossédés et sans que personne ne puisse entreprendre un dessèchement en dehors de leur consentement » (Billaud 1984 : 40). Toutefois, les investisseurs-spéculateurs et les propriétaires agricoles qui s’étaient engagés dans ces initiatives d’assèchement continuèrent à être fortement conditionnés par les structures féodales et par le système juridique dans le cadre duquel ils opéraient, sans pour autant être dispensés de l’obligation de préserver les ouvrages hydrauliques réalisés. Il est vrai qu’apparurent dans certains cas des formes juridiques plus modernes, qui dépassaient l’ancienne servitude et sanctionnaient le droit d’expropriation accordé à l’entrepreneur, lequel pouvait abattre tout ce qui empêchait le drainage, comme les écluses, les moulins et les bâtiments destinés à la production manufacturière. Mais il est vrai aussi que les marges des entreprises et le rapport coûts-profits dont devaient tenir compte les spéculateurs restèrent assez réduits, ce qui constitua une grave limite pour le succès de ces entreprises.

3Du point de vue financier la compagnie de Humphrey Bradley laissait entrevoir une filière complexe de caractère international, coïncidant avec d’autres « aristocraties de l’argent » bien connues, qui arrivaient à atteindre les centres vitaux du pouvoir politique en réunissant dans un réseau de relations étroites des familles originaires de différents pays. Un membre de la famille Herwart, originaire d’Augsbourg, Barthélemy Herwart, n’occupait-il pas en 1657 la place de contrôleur général des finances, en s’intéressant entre autres à l’exploitation de quelques marais salants ? (Dessert 1984 : 605.) Toutefois les liens unissant ces gens de la finance et certains seigneurs et communautés à travers tout le pays se distendirent toujours plus. Plusieurs causes à cela : les dessécheurs résidaient à l’étranger et certains étaient soupçonnés d’établir des relations avec une puissance hostile – la Hollande notamment à l’occasion de la révocation de l’édit de Nantes. Tout cela eut pour résultat d’ajouter de nouvelles difficultés.

  • 1 ANP (Archives Nationales de Paris), F10 208, Mémoire historique sur les dessèchements des marais, (...)

4L’influence hollandaise marqua de son empreinte, tout comme d’autres régions européennes, la législation et l’organisation des polders : le « maître des digues », rétribué et commandé par le « directeur », ou le « polder maître », élu mais non rétribué par les propriétaires réunis en assemblée, furent calqués sur le modèle hollandais. Une sorte de waterschappen, c’est-à-dire une administration hydraulique à la hollandaise, prenait corps (De Dienne 1891 : 428-429)1. Il se réalisait dans les nouveaux polders une division plus uniforme du sol, distribué en rectangles réguliers d’une superficie de trois à dix hectares. Dans certains cas, comme ce fut le cas des Moëres, entre les Flandres françaises et les Pays-Bas méridionaux, on eut recours aux moulins à vent à la hollandaise, qui devaient conduire l’eau pompée de la dépression des Moëres vers Dunkerque. En effet, dès 1604, on avait procédé dans cette région au renversement du système traditionnel d’écoulement des Waeteringues (unités administratives apparues dès le xiie siècle, dirigées par des margraves, créés par Philippe d’Alsace, mais aussi par des abbayes comme celles de Saint-Omer, Furnes et Bergues) qui consistai à utiliser des lacs servant de réservoirs, en les remplaçant par un grand canal déversoir appelé Ringsloot. L’influence de la technique flamande-hollandaise (les boezem) était plus qu’évidente, illustrée par les opérations que conduisait Wenceslas Coebergher, ingénieur nommé par l’archiduc Albert d’Autriche, gouverneur des Pays-Bas espagnols (Delaine 1994 : 45-46 et 80-142).

  • 2 « Edict du roy pour le dessèchement des marais, donné à Paris au mois de janvier 1607 », in Poterl (...)

5Les canaux de drainage avaient une double fonction, ce qui les rendait plus rentables. Ils étaient utiles à l’agriculture et au commerce : à l’agriculture bien évidemment par la bonification des terres, au commerce puisque le transport des produits obtenus sur les terrains lotis pouvait être assuré à moindre coût. Toutefois, cela avait ses limites puisque même lorsqu’on souhaitait introduire des cultures et des activités spéculatives (« cannes de sucre, du ris et de la garence, tourbes et houilles de terres propres à brusler »), les projets n’étaient pas toujours réalisables2. Les baux passés pour l’exploitation des marais de l’Aunis, dans les années 1639-1643, mettent en évidence par exemple le fait que les métayers étaient obligés de consacrer une grande partie de leurs terrains uniquement aux cultures céréalières, « le blé étant cher et sa culture rapportant assez gros ». De même pour les marais donnant sur la mer. Comme l’observait Jean Meuvret, « les marais de Blaye et du Médoc devaient ainsi devenir, au xviie siècle, les greniers à blé de Bordeaux » (Meuvret 1987, notes : 228).

Conflits et impasse d’une politique de l’eau

6Bien qu’assez important, l’héritage laissé par les Hollandais et par les premières interventions de la bourgeoisie française ne marqua pas un tournant définitif dans la conquête des sols marécageux. Malgré les efforts financiers et technologiques, les pertes financières furent élevées et les objectifs assignés ne furent pas atteints car les investisseurs se heurtaient aussi bien aux résistances des populations concernées qu’aux rapports contractuels existant dans les campagnes.

7Ces entreprises n’eurent pas la vie plus facile dans le midi de la France, où l’on ne réalisa rien de définitif dans le marais de Fréjus et dans la zone marécageuse complexe que représentait la Camargue. La bonification des terres avec la technique du colmatage des 52 000 hectares de plaine existant entre Marseille et Aix-en-Provence se solda par un échec (Martin 1874 : 18-22 et 46-50). Dans le Midi, les dessèchements étaient mêlés plus étroitement qu’ailleurs aux œuvres d’irrigation à cause évidemment des raisons climatiques. Les rivalités de clocher (celle entre Arles et Tarascon était traditionnelle) étaient tout aussi funestes puisqu’on en arrivait à détruire les ouvrages hydrauliques pour nuire à son voisin.

  • 3 AGP (Archives du Génie de Paris) 1742, Art. 5, Section 7, §4, Carton 2, Mémoires de Mrs. les propr (...)
  • 4 AGP, 15 mars 1702, Art. 4, Section 2, §4, Carton 1, Mémoire sur la carte générale [...] du Bas Poi (...)
  • 5 AGP, 13 août 1791, Art. 5, Section 7, §1, Carton 1, Rapport sur le dessèchement du Bas Artois.
  • 6 Ibid., 1693, §3, Carton 1, Mémoire pour le dessèchement à faire des prairies depuis Landrecy jusqu (...)
  • 7 AGP., sans date, Art. 5, Section 7, §3, Carton 1, Mémoire au sujet des marais de la rivière de Som (...)

8Il resta donc dans tout l’Hexagone beaucoup d’obstacles de caractère structurel pour réaliser une politique de drainage. Assécher signifiait en effet entrer en conflit avec toute une série d’activités et d’intérêts qui s’opposaient. Toutes les côtes de la France, et en particulier celles de la partie occidentale, de la Bretagne méridionale aux Landes, mais aussi celles du bas Languedoc sur la Méditerranée, étaient intéressées d’une façon significative par la production et le commerce du sel. Assécher les marais destinés à ce but revenait à se trouver face à des adversaires résolus, représentés par les propriétaires des marais salants3. Parfois, comme dans l’île de Ré, le long des côtes du bas Poitou, on avait réalisé un équilibre parfait entre l’exploitation des marais salants et les terrains réservés à la vigne et au blé, productions qui permettaient d’obtenir un revenu élevé4. Drainer la bande côtière le long de l’Artois et de Calais pouvait compromettre la navigation dans ces régions5. Bonifier les terres marécageuses dans la Sambre conduisait à réduire la production fourragère employée traditionnellement pour la cavalerie du roi, et donc nuire directement au souverain6. Même si l’on ne prenait que la moitié des protestations de ceux qui s’opposaient au drainage, le risque d’être confronté à une série de bas prix était réel (Meuvret 1987 : 188). Drainer diminuait aussi les recettes fiscales pendant au moins quarante ans, privilège consenti et jugé nécessaire pour permettre aux assécheurs de valoriser les terrains agricoles7. Le pacage estival les herbes ramassées en été dans les marais et employées pour la fabrication des paniers, pour les litières des étables et pour les toits des maisons – ainsi que la chasse aux oiseaux représentaient une ressource d’une importance essentielle pour les populations qui habitaient à proximité des zones marécageuses. Les autorités mêmes reconnaissaient que l’assèchement des marais de la Haute-Somme, en Picardie, induisait l’appauvrissement de 800 familles puisque la chasse et la pêche dans les marais permettaient à un maître pêcheur de gagner plus qu’un ouvrier agricole, métier qu’aucun pêcheur ne voulait en effet choisir.

9La France développait donc d’un côté une problématique complexe et conflictuelle dans les usages de l’eau (aspects qui ne se limitaient pas d’ailleurs à l’Hexagone), et de l’autre, elle exprimait un débat théorique et politique dégageant assez clairement les enjeux. Les usages et les objectifs concernés par la conformation du milieu hydrique représentaient une succession de rapports de force entre différents groupes sociaux aux intérêts divergents. En Camargue par exemple, si au cours du xvie siècle on effectuait de forts investissements de caractère agricole destinés à contrôler les crues du Rhône et à mettre en valeur les dépressions fluviales, par la suite les investissements eurent d’autres objectifs : la récolte de roseaux, du sel, du riz, l’élevage des chevaux. On ne s’attachait donc pas seulement à protéger la nature, mais aussi à la faire produire (Picon 1978 : 177-192).

10Un chapitre à part est constitué par les étangs qui mouchetaient en grand nombre des régions comme la Brie, la Dombes, la Brenne, la Sologne sur lesquelles la recherche commence à dévoiler des aspects concernant l’économie et surtout l’importance ethnologique et sociologique. S’il est vrai que, dans ce domaine, des conflits opposaient des agriculteurs désireux de se débarrasser de l’eau excédentaire et des propriétaires d’étangs qui les utilisaient pour élever du poisson, il est vrai aussi que s’exprimaient des formes de solidarité et de bon voisinage, remontant aux lois coutumières qui réglaient ces relations. Jusqu’aux xixe et xxe siècles, dans la Dombes, « un propriétaire d’étang inférieur ne pouvait s’opposer ni mettre d’obstacles à l’écoulement des eaux du fond supérieur qui arrivaient naturellement dans son étang, lors même que les eaux inondaient ou endommageaient ses récoltes, attendu que les fonds inférieurs, aux termes de la loi, étaient tenus de recevoir les eaux des fonds supérieurs » (Bérard 1982 : 77). Tout un ensemble d’usages, qui allaient du naisage (rouir le chanvre dans l’étang) au brouillage (pâturage durant l’évolage, c’est-à-dire la période pendant laquelle un étang était en eau), ou au droit de champéage (pâturage durant l’assec, c’est-à-dire la période pendant laquelle un étang était cultivé), avaient imposé une réglementation – solidarité paysanne qui avait sa logique interne propre. L’évolage même, temps pendant lequel l’étang en eau était consacré à la production du poisson, alternait avec un cycle bisannuel un cycle annuel pendant lequel on cultivait de l’avoine et, plus récemment, du maïs. Le fait est que, comme de nombreux agronomes l’avaient observé vers la fin du xviiie siècle (Rougier de la Bergerie et François-Antoine Rauch), au moment où on les vidait pour prendre le poisson, ces étangs offraient un sol enrichi de substances alluvionnaires et d’algues, assurant une bonne récolte de céréales. S’ils avaient été définitivement asséchés et mis en culture, d’un côté on n’aurait pas pu pêcher de poisson, de l’autre le terrain exploité à l’excès se serait révélé moins productif.

11On retrouve ces aspects de solidarité communautaire dans les régions du Midi, où les villages exerçaient depuis un temps immémorial un contrôle collectif sur les zones marécageuses. On pouvait comprendre les habitants du territoire compris entre Beaucaire et Aigues-Mortes attachés à la production de l’excellent fourrage des terrains marécageux qui permettait d’entretenir plus de 100 000 têtes de bétail. Comment dans ces conditions ne pas être hostile à tout projet de drainage ? (Clout 1977 : 198 ; voir aussi George 1935 : 315-317).

12Ce fut donc contre ces intérêts et l’exercice de ces usages, non dépourvus d’une justification économique, et face à un indéniable fractionnement politique, des rivalités locales, l’esprit belliqueux des propriétaires, des incrustations de caractère féodal (les entrepreneurs mêmes s’enorgueillissaient de s’inféoder dans les territoires à peine enlevés aux eaux), une propriété ecclésiastique également sur la défensive, ce fut contre tout cela qu’alla se heurter une politique de drainage poussée à ses formes extrêmes (De Dienne 1891 : 50,72 et 117).

Le xviiie siècle. La physiocratie à l’épreuve

  • 8 ANP, AD IV 22/121, Idées d’un agriculteur patriote, sans date mais de la période révolutionnaire.

13Ces contradictions persistèrent au cours du xviiie siècle lorsqu’on relança avec plus de force encore le thème des bonifications afin d’accroître la productivité des sols agricoles. Deux puissants facteurs y poussaient : l’accroissement démographique et le mouvement des physiocrates. En effet l’augmentation de la population (qui passa de 22 à 28,1 millions au cours du siècle ; voir Le Roy Ladurie 1989 : 239) pesait inévitablement en direction de taux de rendement plus élevés ou au moins d’une production agricole plus importante. D’où une attention de plus en plus soutenue pour les publications ayant pour objet l’eau, les engrais, la rotation des cultures, le bétail, la gestion des exploitations agricoles, c’est-à-dire tous les aspects permettant l’accroissement de la production. L’eau était considérée à la fois comme facteur d’accroissement (dans les irrigations) et aussi comme obstacle à l’augmentation de cette production même. Pour le marquis de Turbilly l’eau, comme les pierres et les racines, nuisait à l’exploitation. D’où la nécessité de s’en débarrasser à l’aide « [...] des fossés, des saignées, des rigoles et des puisards profonds » (Turbilly 18114 : 5). On s’apercevait en outre, en cultivant de nouveaux terrains, qu’il ne suffisait pas d’assécher les marais et les marécages. Ce faisant on obtenait certainement d’excellents pâturages, mais pour produire le seigle dont on avait un besoin urgent, il fallait utiliser du fumier et des engrais8. Incapable d’appliquer de telles innovations, le paysan – affirmait Herbert – ne s’intéressait qu’aux meilleures terres en négligeant les autres. Cette productivité limitée expliquait la stagnation de la France comparée à l’Angleterre, laquelle « de moitié plus petite que la France est à proportion beaucoup plus peuplée et ses habitants jouissent d’une plus grande aisance » (Herbert 1754 : 52).

  • 9 Dangeul écrivit son traité (extraordinairement documenté sur la réalité anglaise) sous le pseudony (...)

14Le drainage et les irrigations représentaient non seulement un chapitre de la nouvelle agriculture, cheval de bataille des physiocrates, mais ils étaient vus aussi dans leur rapport avec le secteur manufacturier. C’est ce que soulignait cet énigmatique économiste que fut Dangeul9, qui montrait que les marais anglais fournissaient certes des produits agricoles mais aussi des laines prisées employées dans les manufactures textiles. La comparaison avec l’Angleterre était donc continue et pressante dans les publications françaises de l’époque. On ne manquait pas d’insister surtout que dans les îles Britanniques, à surface agricole égale, la récolte était nettement supérieure. Une comparaison avec la Hollande n’était pas plus réconfortante car si la superficie de cette dernière, avec la Zélande, représentait 1/24 de la superficie de la France, la production agricole de ces régions équivalait à 1/3 de la production française.

15Les dessèchements prenaient de multiples significations, représentant tour à tour, comme le résumait André Bourde, la mise en valeur des « terres vaines et vagues », lorsque la propriété des marais était incertaine ou inconnue ; l’exploitation et la division des terrains communaux, lorsque le marais appartenait au village ; l’amélioration tout court, surtout dans le cas des prairies humides régulièrement inondées, ainsi que l’augmentation de la productivité agricole, lorsque le marais était une propriété privée. Chacun de ces cas se mêlait étroitement aux thématiques cruciales du xviiie siècle, qui allaient du problème des clôtures et de la création de la propriété privée capitaliste à la « révolution agricole » d’origine anglo-hollandaise, en passant par une politique publique encourageant les réformes ou encore par l’existence d’une ou de plusieurs classes sociales en mesure d’appliquer les nouvelles orientations agronomiques.

16Toutefois on misa encore une fois sur la politique fiscale traditionnelle et en particulier sur les exonérations fiscales. On relança le thème des dessèchements et des défrichements avec les décrets qui se suivirent à partir de 1761, en considérant comme incultes les terres qui ne donnaient rien depuis quarante ans. On promettait des avantages fiscaux substantiels (Pattullo 1758 : 259-261, 517-519 et 532). François Quesnay n’avait-il pas calculé que l’extension des terres où l’on cultivait le blé en France atteignait 36 millions d’arpents (env. 18 millions d’ha), alors que les cultures céréalières auraient pu s’étendre sur 60 millions d’arpents (env. 30 millions d’ha) ? Le marquis de Turbilly, de façon encore plus pessimiste, se déclarait convaincu que, même s’il se vantait d’avoir l’un des climats les plus généreux de l’univers, le royaume ne cultivait que la moitié du terrain utile dont il disposait. Ces estimations étaient probablement exagérées mais il était difficile de nier qu’en s’éloignant des vastes plaines qui entouraient la capitale, on trouvait (dans l’Anjou, le Maine, la Touraine, le Poitou, le Limousin, la Marche, le Nivernais, le Bourbonnais, l’Auvergne) des « plaines immenses, qui toutes cependant pourraient être cultivées ». En Bretagne, on estimait par exemple que les 2/3 de la superficie étaient complètement inutilisés (Weulersee 1968,1 : 316-318).

« L’éclatant échec du défrichement privilégié »

17Les prémisses, théoriques et économiques, justifiaient donc dans une large mesure le grand bond en avant que devaient effectuer, grâce aussi à la courbe ascendante des prix agricoles, les zones marécageuses côtières et intérieures, avec de bonnes chances de succès. On pouvait envisager la même évolution pour tout ce qui était à l’état inculte à l’intérieur des terrains communaux et de la propriété féodale.

18Mais l’exécution d’un tel schéma ne devait pas être facile ni sans douleur. Pour les terrains communaux, ces opérations continuèrent à se heurter aux habitudes et aux résistances du passé déjà rencontrées au xviie siècle. Quant aux terres incultes situées à l’intérieur de la seigneurie, les résistances étaient aussi nombreuses, bien que d’un genre opposé (la défense des privilèges et des rentes des seigneurs). Forts du principe « nulle terre sans seigneur », les feudataires entravaient de bien des manières les « dessécheurs » qui osaient mettre en discussion les droits de propriété, même dans le cas de terres manifestement abandonnées.

  • 10 ANP F10 316, Observations sur le projet d’établir les Hollandais en Provence, sans date mais aux e (...)
  • 11 AGP, 1701, Art. 5, Section 7, §4, Carton 1, Mémoire relatif aux ouvrages à faire pour dessécher le (...)

19La bourgeoisie citadine ne restait pas en demeure. Elle aussi était intéressée pour effectuer ces travaux de drainage. Cet engouement n’était pas étranger à la formation de compagnies d’investisseurs exclusivement d’origine française. Le cas du Marais poitevin était évident, mais aussi en Bretagne où se formait entre 1770 et 1789 la compagnie de Saint-Gildas qui avait son siège à Nantes. Ce fut là l’initiative la plus importante, même si elle ne réussit pas, comme d’autres, à cause de la faiblesse financière, à atteindre des résultats exceptionnels (les marais de Dol connurent plus de succès, contrairement à ceux de Donges et ceux situés le long des côtes du Morbihan Meyer 1966,1 : 570-573). D’autre part, la vague de capitaux et peut-être aussi des techniques semblait en recul. En effet, bien que l’on envisageât de transplanter des colons hollandais dans le midi de la France pour effectuer le drainage – ils se trouveraient ainsi dans leur milieu naturel [sic !]10 –, les investisseurs de ce pays devenaient maintenant une exception. La situation n’avait plus rien à voir avec celle du passé. On projetait bien sûr d’utiliser des moulins à vent à la hollandaise dans le sud de la France11. Toutefois ces exemples étaient toujours plus rares, en ce qui concerne un drainage qui, fondamentalement, semblait être conduit sous le drapeau national.

20Cet élan ne manquait pas de se manifester dans le Midi, où depuis longtemps on essayait de résoudre définitivement les problèmes liés à la friche et à l’irrigation. Là aussi tout était lié à la nécessité de trouver des financements adaptés. Quelques entrepreneurs, du Midi ou de la capitale, étaient disposés à s’engager. Encore plus coûteux, les plans ambitieux avancés par des spéculateurs comme Fabre, Floquet, Deyssautier. Ceux-ci se proposaient d’irriguer les campagnes desséchées et reprenaient en même temps l’ancien projet de relier Aix-en-Provence et Marseille à la Durance. Bien évidemment, compte tenu des sommes à mobiliser, les projets restèrent dans les cartons. En 1749 Floquet avait émis 3 200 actions représentant un capital de 1 920 000 livres tournois pour financer son projet. Mais bien vite, devant l’échec de cette première intervention, une seconde compagnie, dirigée par Deyssautier, se constituait en 1769.

21Encore une fois cependant les coûts de ces œuvres dépassaient tous les devis. Face à ces difficultés, il sembla inévitable de se rabattre sur l’exécution de plans moins onéreux, comme le creusement du canal de Boisgelin, qui compléta l’ancien canal de Craponne (Masson 1901, 1 : 350 ; Barrai 1877 : 5). Comme l’observait Goyon de la Plombanie, l’un des partisans les plus convaincus du drainage, si l’on voulait venir à bout de nombreuses zones marécageuses françaises (le bas Médoc, le haut Périgord, le Quercy, le Rouergue, le comté de Foix, sans parler des landes de Bordeaux et de Bayonne), il fallait conjuguer le creusement de canaux de drainage et d’irrigation avec la navigation commerciale. Les canaux étaient partout présents dans les traités de ces années, liés qu’ils étaient à la nécessité incontournable de renforcer l’agriculture, de commercialiser la production agricole, de développer les ports – le long des côtes atlantiques avant tout – et d’augmenter la production manufacturière (Goyon de la Plombanie 1762,1 : 127 ssq., II : 198-205).

  • 12 Les friches du Poitou s’élevaient à 100 000 ha ; le marais de Bourgoin à 10 000 ha, de Ponthieu à (...)

22Les difficultés que l’on relevait dans le Midi ne constituaient pas une exception : elles représentaient le révélateur de la politique de dessèchements et de défrichements entreprise avec enthousiasme au plan national quelques décennies auparavant. Une nouvelle preuve des faibles résultats obtenus au plan national était offerte par l’abbé Rozier, qui enregistrait pour la France entière dans son Cours complet de 1809 des centaines de milliers d’hectares, incultes et marécageux (Rozier 1809 : 11-21, surtout 15)12. (On parle aujourd’hui encore de 300 000 hectares de marais toujours distribués rien que le long de la côte atlantique, entre marais salés, marais desséchés, marais mouillés, ces derniers étant situés entre les hautes terres et les marais asséchés. De ces 300 000 hectares au moins 100 000 hectares ont été conquis pour l’agriculture ; voir Chevalier 1991 : 2-16.)

  • 13 Il n’existe pas de données récapitulatives sur la superficie des terrains asséchés en France penda (...)

23Mais c’est encore l’historiographie, de manière presque unanime, qui souligne « l’éclatant échec du défrichement privilégié » du xviiie siècle (Labrousse 1970 : 429)13. Ernest Labrousse, qui était arrivé au chiffre maximum d’un million et demi d’arpents pour les nouvelles terres mises en culture, comprenant celles qui avaient été asséchées (en extrapolant, sur la base des cadastres napoléoniens et du xixe siècle, les données concernant les terres labourables dans les dernières années de la monarchie), concluait que « les défrichements effectués entre 1766 et 1789 représenteraient environ 2,5 % » de la surface des terres labourables. Gérard Béaur, qui ajoute « les essartements spontanés des trois décennies antérieures », nous propose d’élever ce chiffre au maximum de 4 % des espèces en culture au cours du dernier demi-siècle de l’Ancien Régime (Béaur 2000 : 146-147). En tout cas il est évident que la politique ambitieuse inaugurée en 1761-1766 se soldait par un progrès dérisoire.

La période révolutionnaire. Structures agronomiques et coûts de transaction

  • 14 ANP F10, an II de la République, cartons 313 et 317 : Affiches et Enquêtes sollicitées par la Conv (...)
  • 15 Le marais de Bourgoin, dont parlent Boncerf et Parmentier, se trouvait en Dauphiné, c’est-à-dire d (...)

24Le problème se posa avec autant d’acuité pendant la période révolutionnaire, en raison de la nécessité de nourrir une population en guerre : celle-ci avait plus d’exigences par rapport à la période précédente. C’est pourquoi les projets de dessèchement ne cessaient de s’entasser et les assemblées révolutionnaires, la Convention en tête, exprimaient toujours un grand intérêt pour les problèmes agricoles et la conquête de nouveaux terrains, souci s’imposant pour pourvoir aux besoins alimentaires toujours plus pressants14. La lutte contre les terrains marécageux se rattachait à des motivations de caractère idéologique et politique, comme la volonté de s’affranchir des moulins des seigneurs et des banalités, aspects étroitement liés aux usages hydriques. On reprochait à la noblesse et au clergé d’entretenir des foyers entraînant des épidémies. Ainsi Boncerf écrivait en 1791 qu’il existait vingt millions d’arpents de terres incultes, dont 1 200 000 étaient constitués par des marais. Ces derniers « mis en pâturages, prairies, cultures, lin, chanvre, colza, bois [...] » auraient pu apporter dans les caisses de l’Etat 24 millions de livres. Avec le restant de terrains incultes (au moins 15 autres millions d’arpents) on aurait pu faire face au déficit commercial, agricole et manufacturier (Boncerf sans date : 1 et 3-5). En soulignant que l’élevage et la production fourragère représentaient la véritable prospérité d’une nation, c’est avec beaucoup de finesse qu’il établissait un lien important entre le secteur agricole, l’expansion des manufactures et les exigences de la marine militaire, le lin et le chanvre constituant l’intermédiaire le plus significatif entre ces différents aspects (idem 1791 : 1-12 ; Boncerf et Parmentier 1790)15.

25Dans les décennies révolutionnaires, les esprits s’ouvraient aussi à des sujets de caractère sanitaire et environnemental, et utilisaient à des fins idéologiques les études de savants : celles de Hauteroche, Froberville, Rozier notamment qui avaient jalonné la seconde moitié du xviiie siècle. On mettait en évidence que les étangs, tout en occupant une superficie peu importante (Puvis parlera de 209 000 hectares environ, c’est-à-dire la 250e partie de la superficie totale), jouaient un rôle essentiel dans l’insalubrité de l’air. Et c’est justement pour remédier aux maladies épidémiques provoquées par les eaux stagnantes que le Comité de salut public promulguait le 14 frimaire an II un décret qui autorisait les conseils généraux des départements à ordonner la destruction des étangs incriminés. Les résultats en termes de salubrité apparurent cependant modestes (beaucoup de propriétaires n’obéirent pas à l’injonction), puisqu’en 1795 un nouveau décret suspendait l’exécution du précédent et nommait une commission qui devait étudier la situation (Puvis 1844 : 1 sqq. ; voir aussi idem 1851 : 35-39). Rougier de la Bergerie en était la cheville ouvrière.

  • 16 ANP F10, carton 2 303, 20 août de l’an II de la République.

26Toutefois, même pendant la période révolutionnaire, tout ne sembla pas se passer sans encombre. En effet une politique des eaux en France, moderne et rationnelle, ne pouvait pas être détachée de toute une série de problèmes institutionnels, socio-politiques et technico-agronomiques au sens large. On en avait un exemple avec les lois sur le partage des biens communaux, qui s’inscrivaient dans la logique de la mise en place d’une propriété pleine et individuelle, mais qui se situaient en opposition avec le principe de l’utilité publique des marais, que certains courants idéologiques voulaient de manière contradictoire sauvegarder16.

  • 17 En 1756 on avait exonéré pour vingt ans ceux qui avaient entrepris dans les marais la culture de l (...)

27Si l’effort théorique de l’agronomie française avait été important, les obstacles de caractère institutionnel, politique et social, mais aussi géographique et pédologique s’étaient révélés trop nombreux et presque insurmontables pour pouvoir réaliser de réelles avancées. En effet, malgré les mises au point plus ou moins récentes, que l’on a apportées sur chacun de ces aspects, il n’y a qu’une approche de caractère général qui puisse rendre compte de la complexité du modèle français. Il faut aussi considérer la réalité agricole française pour ce qu’elle a été, c’est-à-dire dans ses « caractères régionaux » et dans les progrès spécifiques à chaque région. À ce propos Emmanuel Le Roy Ladurie a tout à fait raison de rappeler la diversification régionale de la production agricole, les progrès inégaux dans le système des transports, les formes de compensation économique qui se développèrent en Provence, en Bourgogne, en Auvergne. On ne peut pas non plus sous-évaluer les taux de rendement élevés, la rotation agricole « à l’anglaise », que l’on enregistrait dans les grandes exploitations agricoles du Bassin parisien et dans les régions du nord de la France, tout près des Pays-Bas méridionaux. Ni oublier les spécialisations régionales : blé (Brie, Beauce) ; vigne (Auxerrois) ; horticulture (Vaucluse) ; production bovine, laitière et fromagère (Normandie). En effet, le blé n’était pas du tout un « mal nécessaire », qu’on devait cultiver partout de manière indistincte. On pouvait développer des productions agricoles plus rentables dans certaines régions françaises, ou l’élevage lui-même, comme en témoigne le cas normand (Mulliez 1979 : 3-47 ; Le Vassor 1788 : 13, 58 sqq. qui s’étend sur ces différences régionales sans négliger les problèmes de drainage). Certes, la « grande culture » et les méthodes intensives flamandes, appliquées par les Anglais sur une grande échelle, ne furent transférées en France que très lentement (Morineau 1971). Toutefois, on réalisa des progrès aussi au sein d’exploitations moyennes et petites ; la petite propriété parvint à survivre aux « rassembleurs de terres » (contrairement à ce qui était arrivé pendant le xvie siècle, ce qui empêcha une émigration de masse ou un appauvrissement excessif) ; les droits seigneuriaux restèrent stationnaires, et ils diminuèrent même à cause de l’inflation du xviiie siècle ; en tout cas ils furent supportés plus ou moins bien par une grande partie des masses paysannes (Le Roy Ladurie). Pareillement, un certain clair-obscur semble caractériser les conclusions sur les différentes cultures introduites dans les marais et dans les exploitations françaises en général, parce que s’il est vrai que le trèfle (auquel Duhamel du Monceau faisait de la publicité) se répandait largement dans le Bassin parisien, l’abandon de la jachère et l’introduction des plantes sarclées et légumineuses dans les assolements ne furent pas aussi généralisés (Pitte 1983 : 54-55). Convaincu que la compétition avec l’Angleterre se jouait sur le terrain des améliorations qualitatives plus que quantitatives, l’abbé Rozier n’affirmait-il pas : « Nous cultivons trop : cultivons moins et cultivons mieux » ? (Bourde 1967 : 522.) Il est vrai également que l’acclimatation de cultures spéculatrices – la garance en est peut-être l’exemple le plus représentatif – était favorisée par les décrets qui encourageaient le drainage17. Mais il est vrai aussi que, dans ses conclusions sur le problème spécifique des irrigations du Midi, Jean-Auguste Barrai exprime un certain découragement sur l’aménagement de l’eau, sujet discuté par les esprits les plus éclairés. En effet l’irrigation était en général mal pratiquée, et ce n’est qu’au xixe siècle qu’on réalisa une canalisation rentable dans le sud de la France. Ce n’est pas un hasard si Turgot lui-même, qui souhaitait pourtant l’extension des prés artificiels et qui reconnaissait l’importance essentielle du fourrage, ne réalisait pas ce saut qualitatif qui était de reconnaître à l’eau la capacité d’augmenter dans une mesure fondamentale les taux de rendement (Barrai 1844 : 123-125 ; Price 1975 : 81-84). Et toujours à propos des voix discordantes qu’exprimait le monde scientifique français, il est utile de rappeler ce dont se déclaraient convaincus encore une fois La Maillardière et Rozier. Si le premier estimait ajuste titre que le drainage allait de pair avec la construction des canaux et la privatisation des terres sur les marais conquis, le second préférait, de façon contradictoire, que se constituent des exploitations agricoles de petites et non de grandes dimensions. Parce que le grand propriétaire, écrivait Rozier, destine souvent son immense concession au pâturage de son bétail ou n’obtient, s’il la cultive, qu’un quart de ce qu’elle rapporterait dans les mains de vingt journaliers, car « il n’y a que les petits héritages qui soient bien cultivés » (Bourde 1967 : 521 et 535). Mais si elle avait bien quelque fondement, cette dernière assertion ne résolvait pas le problème de fond, représenté par la productivité agricole limitée et le fractionnement d’un trop grand nombre d’exploitations paysannes françaises.

  • 18 De Foucault, intendant à Caen, mettait en évidence cet aspect en écrivant en 1706 au Contrôleur gé (...)
  • 19 Significativement ces derniers ne se développèrent dans la France méridionale qu’au xixe siècle : (...)

28Évidemment, pour comprendre les raisons de ces désavantages comparatifs, il fallait regarder d’autres variables du monde agricole français, telles que la demande urbaine, la consommation, le crédit18, les comportements socio-psycho-économiques des opérateurs agricoles, en plus naturellement des institutions politiques. En privilégiant quelques-uns de ces aspects plutôt que d’autres, on pourrait toutefois faire fausse route, bien qu’une approche historiographique proche de la « new économie history » ait permis de mettre en évidence de manière efficace ce que dut être le mécanisme économique qui poussa ou bloqua la bonification. En établissant en effet un rapport étroit entre taux d’intérêt, prix de la terre et profits réalisables on arrive au cœur du problème, qui consistait à décider d’entreprendre à un moment donné ces ouvrages : drainage ou canaux d’irrigation19. D’ailleurs on peut douter de pouvoir vraiment parler pour la France du xviiie siècle, si alourdie par la charge des impôts et les rentes de caractère féodal, d’un crédit et d’un marché des capitaux, comme variable monétaire typique des mécanismes économiques du monde contemporain.

29Bloch, M., 1929, « La lutte pour l’individualisme agraire dans la France du xviiie siècle », Annales d’histoire économique et sociale, 2 : 239-283 et 511-556.

30Boncerf, P.-F, Aperçu des effets qui résulteront des dessèchements, défrichements, plantations, sans lieu, sans date (mais presque sûrement 1790-1791).

31— 1791, Sur le dessèchement de la vallée de l’Auge lu à la séance publique de la Société Royale d’Agriculture le 28 décembre 1791, Paris.

32Boncerf, P.-F. ; Parmentier., 1790, Marais de Bourgoin, Extrait des registres de la Société royale d’Agriculture du 10 mai 1790, Paris, Vve Valade.

33Bourde, A. J., 1967, Agronomie et agronomes en France au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, I et II.

34Braudel, F, 1986, L’identité de la France. Les hommes et les choses, Paris, Arthaud-Flammarion, II.

35Chevalier, C, 1991, Les marais littoraux atlantiques et l’eau de surface, Nantes, Ademart.

36Ciriacono, S., 1991, « Venise et la Hollande, pays de l’eau (xve-xviiie siècle) », Revue historique, 285 : 295-320.

37Clout, H. D. (éd.)., 1977, « Reclamation of Coastal Marshland », in Themes in the Historical Geography of France, Londres-New York-San Francisco, Academic Press : 185-214.

38De Dienne, comte E., 1891, Histoire du dessèchement des lacs et marais en France avant 1789, Paris, Champion-Guillaumin.

39Delaine, G., 1994, Les Waeteringues du nord de la France, Nanterre, Parc de l’île-Flygt.

40Dessert, D., 1984, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard.

41D’Hollander, R., 1961. « Le Marais poitevin », Études rurales, 3 : 81-90.

42Forster, R., 1970, « Obstacles to Agricultural Growth in Eighteenth-century France », American Historical Review, 75 : 1600-1615.

43George, P., 1935, La région du Bas-Rhône. Étude de géographie régionale, Paris, Thèse.

44Goyon de la Plombanie, 1762, La France agricole et marchande, Avignon, I et II.

45Grantham, G, 1978, « The Diffusion of the New Husbandry in Northern France », Journal of Economic History, 38 : 311-337.

46Herbert, C.-J., 1754, Essai sur la police générale des grains, Londres.

47Labrousse, E., 1970, « L’expansion agricole : la montée de la production », in Histoire économique et sociale de la France, Braudel F. et Labrousse E. (éds), Paris, PUF, III 1660-1789.

48La Maillardière, C. F, 1782, Traité d’économie politique, embrassant toutes ses branches, ou les intérêts de la population, de l’agriculture, des arts, du commerce, Paris.

49Lavoisier, A.-L. de., 1988 [1791], De la richesse territoriale du Royaume de France. Texte et documents, Paris, CTHS.

50Lemonnier, P., 1980, Les salins de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Lille, Presses universitaires de Lille.

51Lepetit, B., 1988, Les villes dans la France moderne : 1740-1840, Paris, Albin Michel.

52Le Roy Ladurie, E., 1989, « L’historiographie rurale en France », in Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Atsma H. et Burguière A. (éds), Paris, EHESS : 223-252.

53Le Vassor, 1788, Méthode générale et particulière [...] pour le dessèchement des marais et des terres noyées, Paris, Visse.

54Lüthy, H., 1959, La Banque protestante en France, 1685-1794, Paris, SEV-PEN, I et II.

55Martin, F, 1874, Adam de Craponne et son œuvre, Paris, Dunod.

56Masson, P., 1901, « Le canal de Provence au xviie siècle », Revue historique de Provence, 1.

57Meuvret, J., 1987, Le problème des subsistances à l’époque de Louis XIV, La production des céréales et la société rurale, Paris, EHESS, II.

58Meyer, J., 1966, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, Imprimerie nationale, I et II.

59Moriceau, J.-M., 1994, Les fermiers de l’Ile-de-France. Ascension d’un patronat agricole, xve-xviiie siècle, Paris, Fayard.

60Morineau, M., 1971, Les faux-semblants d’un démarrage économique : agriculture et démographie en France au xviiie siècle, Paris, Armand Colin.

61— 1989, « Jean Meuvret et la vie rurale en France au temps de Louis XIV », Revue belge de philologie et d’histoire, 67 : 770-780.

62Mulliez, J., 1979, « Du blé “mal nécessaire”. Réflexions sur les progrès de l’agriculture, 1750-1850 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 26 : 3-47.

63O’Brien, P. ; Keyder, Ç., 1978, Economic Growth in Britain and France (1780-1914) : two Paths to the Twentieth Century, Londres, G. Allen & Unwin.

64Pattullo, H. de, 1758, Essai sur l’amélioration des terres, Paris, Durand.

65Picon, B., 1978, L’espace et le temps en Camargue, Le Paradou, Actes Sud.

66Pitte, J.-R., 1983, Histoire des paysages français. Le profane du xvie siècle à nos jours, Paris, Tallandier, II.

67Postel-Vinay, G., 1998, La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du xviiie siècle au début du xxe siècle, Paris, Albin Michel.

68Price, R., 1975, The Economic Modernisation of France (1730-1780), Londres, Croom Helm.

69Puvis, M.-A., 1844, Des étangs, de leur construction, de leur produit et de leur dessèchement, Paris, Huzard.

70— 1851, Des causes et des effets de l’insalubrité des étangs ; de la nécessité et des moyens d’arriver à leur dessèchement, Bourg-en-Bresse, Millier-Bottier.

71Rosenthal, J.-L., 1991, The Fruits of Revolution : Property Rights, Litigation and French Agriculture, 1700-1860, Cambridge-New York, CUP

72Rozier, Abbé R, 1809, Cours complet d’agriculture pratique, Paris, Rue et hôtel Serpente, III.

73Toutain, J.-C, 1961, Le produit de l’agriculture française de 1700 à 1958, Paris, Cahiers de l’Institut de science économique appliquée, I et II.

74Turbilly, L. F. de, 18114, Pratique des défrichements, Paris, Marchant.

75Vivier, N., 1998, Propriété collective et identité communale : les biens communaux en France (1750-1914), Paris, Sorbonne.

76Weulersee, G., 1968 [1910], Le mouvement physiocratique en France (de 1756 à 1770), La Haye-Paris, Mouton, I et II.

Notes

1 ANP (Archives Nationales de Paris), F10 208, Mémoire historique sur les dessèchements des marais, s.d. mais presque certainement de la seconde moitié du xviie siècle.

2 « Edict du roy pour le dessèchement des marais, donné à Paris au mois de janvier 1607 », in Poterlet jeune, 1817, Code des dessèchements ou Recueil des règlements rendus sur cette matière depuis le règne d’Henri IV jusqu’à nos jours [...], 1735, Paris, chez l’auteur : 34-35 ; sur les différentes interventions de caractère législatif, Recueil des édits, déclarations, arrests et règlements concernant le dessèchement des marais [...] depuis 1619 jusqu’à présent, Paris.

3 AGP (Archives du Génie de Paris) 1742, Art. 5, Section 7, §4, Carton 2, Mémoires de Mrs. les propriétaires des salins de Pecais.

4 AGP, 15 mars 1702, Art. 4, Section 2, §4, Carton 1, Mémoire sur la carte générale [...] du Bas Poitou ; voir aussi Lemonnier 1980 : 24-27.

5 AGP, 13 août 1791, Art. 5, Section 7, §1, Carton 1, Rapport sur le dessèchement du Bas Artois.

6 Ibid., 1693, §3, Carton 1, Mémoire pour le dessèchement à faire des prairies depuis Landrecy jusqu’à Castillon.

7 AGP., sans date, Art. 5, Section 7, §3, Carton 1, Mémoire au sujet des marais de la rivière de Somme, par M***, Lieutenant de Roi de la ville de ***.

8 ANP, AD IV 22/121, Idées d’un agriculteur patriote, sans date mais de la période révolutionnaire.

9 Dangeul écrivit son traité (extraordinairement documenté sur la réalité anglaise) sous le pseudonyme anglais de Jack Nickolls, en en simulant une traduction.

10 ANP F10 316, Observations sur le projet d’établir les Hollandais en Provence, sans date mais aux environs des années 1783-1786.

11 AGP, 1701, Art. 5, Section 7, §4, Carton 1, Mémoire relatif aux ouvrages à faire pour dessécher les marais [...] d’Aigues-Mortes jusqu’au Rhône, par Niquet.

12 Les friches du Poitou s’élevaient à 100 000 ha ; le marais de Bourgoin à 10 000 ha, de Ponthieu à 14 000, de Gournay et Beauvais à 2 000, de Brêles-en-Beauvaisis à 2 000 ; les marais dans la Saintonge à 15 000, à Nantes à 3 000, dans le Carentan à 20 000. On comptait au moins 200 000 ha le long des landes de Bordeaux et des dizaines de kilomètres de côtes à assainir s’étendaient en Bretagne et à Saint-Quentin.

13 Il n’existe pas de données récapitulatives sur la superficie des terrains asséchés en France pendant ces décennies.

14 ANP F10, an II de la République, cartons 313 et 317 : Affiches et Enquêtes sollicitées par la Convention. On ne manquait pas toutefois de mettre en évidence que les dégâts causés à la pêche et à l’industrie meunière étaient supérieurs aux avantages obtenus avec les bonifications (ANP F10, 29 Pluviôse de l’an II de la République, carton 314, Observation faite sur le dessèchement dans le département de la Meurthe).

15 Le marais de Bourgoin, dont parlent Boncerf et Parmentier, se trouvait en Dauphiné, c’est-à-dire dans une région proche stratégiquement des manufactures lyonnaises, auxquelles Boncerf attribuait un rôle fondamental dans le développement de l’économie révolutionnaire.

16 ANP F10, carton 2 303, 20 août de l’an II de la République.

17 En 1756 on avait exonéré pour vingt ans ceux qui avaient entrepris dans les marais la culture de la garance (voir La Maillardière 1782 : 102). L’arrêt du 24 février 1756 avait encouragé la culture de la garance entreprise entre autres par Etienne Martin, un entrepreneur parisien : ANP F10, carton 318, Dossier 1757.

18 De Foucault, intendant à Caen, mettait en évidence cet aspect en écrivant en 1706 au Contrôleur général : « Il est néanmoins certain qu’il serait très utile de prendre des moyens pour dessécher lesdits marais du Cotentin, ainsi que beaucoup d’autres que je connois dans cette généralité [...] mais j’estime que ce sont des ouvrages à remettre dans un temps de paix et que l’argent soit plus commun » (Boislisle, M. de, Correspondance, cité par Meuvret 1987, Notes : 237).

19 Significativement ces derniers ne se développèrent dans la France méridionale qu’au xixe siècle : Rosenthal 1991.

Auteur

Università degli Studi di Padova, Padoue.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540