Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et développement dans l'Europe moderne

 | 
Salvatore Ciriacono

I : De l'irrigation à la bonification

2. Drainage et croissance agricole dans l’Espagne Méditerranéenne (1500-1800)

Guy Lemeunier

Texte intégral

  • 1 À quelques exceptions près comme l’utilisation systématique de l’énergie hydraulique en Catalogne (...)
  • 2 Il est à noter que tous les mots suivis d’un astérisque sont définis dans le lexique situé à la fi (...)

1Dans l’analyse des rapports de l’hydraulique et de l’agriculture, les historiens de l’Espagne méditerranéenne ont traditionnellement privilégié l’irrigation au détriment d’autres aspects de la maîtrise des eaux : protection contre les crues, assèchements, arbitrages entre les demandes concurrentielles de l’industrie et de la consommation domestique et animale, pollution1, etc. Ceci principalement en raison des caractéristiques du cadre physique dans lequel se sont aménagées les huertas*2.

  • 3 Je tiens à remercier mes amis et collègues, historiens, archéologues, géographes et érudits, respo (...)

2Cependant en ce qui concerne le secteur central du versant méditerranéen de la péninsule, soit les anciens royaumes de Majorque, de Valence et de Murcie, nos connaissances sur les opérations d’assèchement, déjà non négligeables pour l’époque moderne, s’étendent rapidement grâce au labeur pionnier des géographes auxquels historiens et anthropologues emboîtent aujourd’hui le pas3.

3Après avoir recensé les raisons qui font de la zone « levantine » un terrain de choix pour l’étude du drainage dans le domaine ibérique, nous partirons d’un état de la question à la fin du Moyen Âge pour suivre, au long des trois siècles de la modernité, l’avance irrégulière de la culture sur les espaces amphibies, intérieurs ou littoraux.

Le drainage : un problème majeur de l’Espagne des huertas

  • 4 Un tel intérêt ne se retrouve ailleurs que dans les formations alluviales de Catalogne (Ter, Llobr (...)

4L’intérêt pour la question dans ce secteur géographique provient d’une part de l’extension particulière qu’y occupent les zones humides (ZH) et d’autre part des relations étroites entre le drainage de celles-ci et l’essor de la culture irriguée dont on connaît l’extraordinaire importance à l’époque moderne4.

5Le « Levant » est en effet la région péninsulaire où les ZH couvrent les plus larges espaces. Il s’agit à la fois de secteurs continentaux, endorrhéiques ou semi-endorrhéiques (dont l’un des plus étendus d’Espagne, les Llanos d’Albacète) et de lagunes littorales comme la célèbre Albuféra de Valence et le Mar Menor (province de Murcie). L’existence des ZH de premier type, plus nombreux et plus vastes à mesure que l’on progresse du nord-est vers le sud-ouest, est due à la conjonction de deux principaux facteurs : l’un morphologique, la présence de plateaux intérieurs, fragments de la meseta castillane, isolés de la mer par les systèmes ibérique et bétique, et la formation d’alvéoles de subsidence entre les chaînes prélittorales ; l’autre climatique, l’aridité qui empêche la constitution d’un chevelu hydrographique hiérarchisé et de tracé continu. La formation des ZH du second type, disposées en chapelet le long de la côte (on en répertorie 12 pour la seule province actuelle d’Alicante), doit parfois être aussi attribuée à des mouvements de subsidence (lagunes de la Mata et de Torrevieja), mais résulte le plus souvent de la constitution de cordons littoraux qui créent un obstacle à l’écoulement vers la mer des eaux superficielles ruisselant des montagnes voisines ou du débit des sources sublittorales (ullals*) alimentées par les aquifères.

6Leur aspect diffère dans l’espace mais aussi selon la saison et le profil hydrologique de l’année : lacs, lagunes, marais résiduels ou brusquement gonflés, steppes salines, etc. D’où l’extrême variété du vocabulaire qui les désigne – non sans certaine indécision – et dont nous retiendrons surtout le substrat de termes d’étymologie arabe d’albufera* (« petite mer »), appliqué en principe aux principales lagunes côtières isolées par des cordons sableux dont, par excellence, celle de Valence, et de marjal* (féminin en valencien et plutôt réservé aux marécages littoraux ou sublittoraux) ou almarjal* (masculin en castillan et indifféremment appliqué en Murcie aux ZH côtières, tel l’Almarjal de Carthagène, ou intérieures, comme celui de Cehegín). Marjal et almarjal (« pré ») ont pour équivalents romans prat* dans le domaine catalanophone (Catalogne, Baléares, Valence) et prado* en pays castillan. Parmi ces désignations souvent devenues toponymes et témoins d’un état ancien du paysage, citons encore les Alcanara ou El Tollo* (« le bourbier »), les nombreux El Saladar*, El Salobral* et El Salobralejo (Albacete), Es Salobrar* (Majorque), etc.

7La mise en valeur agricole doit tenir compte de l’existence de ces ZH. Anticipant sur l’évolution naturelle qui tend à leur colmatage, l’action anthropique conduit souvent à la transformation, à la réduction et à la disparition de ces zones. Pour des raisons économiques essentiellement : pour gagner des terres arables, mais aussi en vue d’aménager des salines. Également pour des raisons sanitaires : l’extinction des foyers de paludisme. Au xviiie siècle on invoquera même le prétexte de la sécurité : l’éradication du banditisme et la protection contre les bêtes sauvages qui en font leur refuge.

8Dans la majorité des cas on observe une complémentarité entre le drainage et le progrès de la culture irriguée. Non seulement l’assèchement d’une aire donnée permet la mise en place d’un périmètre d’irrigation – et certaines ZH se prêtent volontiers à cette transformation, telles les marjales de Castellón et de Valence aisément aménageables en rizières. Mais encore les techniques de drainage sont partie intégrante du système hydraulique : les eaux évacuées sont employées pour l’irrigation comme ressource secondaire, principale ou même unique ; les drains et autres exutoires permettent de régler le niveau des nappes souterraines ou de submersion. Ainsi les sangradores* (saignées = drains) des secteurs marécageux du Campo de Caravaca alimentent-ils une partie du regadío* local. A Ibiza, les fibles* souterraines drainent les feixes* (champs laniérés) tout en y maintenant l’humidité (Foster 1963). Les azarbes* ou fossés de Mula, de Molina, de Murcie et d’Orihuela empêchent une montée excessive de la nappe phréatique par suite de l’irrigation et leurs « eaux mortes » arrosent les parties basses des quatre huertas. Et c’est la manipulation des vannes de communication avec la mer qui optimise la mise en eau annuelle des rizières de 1’Albufera de Valence. Ailleurs, par des procédés similaires, on dose l’humidité des terres selon les cultures et les saisons (feixes d’Ibiza).

L’héritage médiéval

9Quelle est l’étendue des ZH de l’Espagne méditerranéenne vers 1500 ? Et comment s’inscrivent-elles dans l’économie et donc dans la gestion de l’espace régional ?

10On sait que les zones amphibies constituent un milieu fragile, en voie de disparition par comblement naturel à long terme, mais sujet dans le court et le moyen terme à d’importantes variations d’origine principalement climatique. Aucun doute sur la grande extension des lagunes littorales d’alors : en 1579 1’Albufera de Valence couvre encore quelque 13 962 hectares. Il semble en revanche qu’à l’intérieur du continent la sécheresse relative des derniers siècles du Moyen Âge ou encore une meilleure répartition des précipitations au long de l’année aient réduit l’impact de l’endorrhéisme, par exemple dans les Llanos d’Albacète. Mais il se peut aussi que la faiblesse de l’occupation humaine et une moindre abondance documentaire nous induisent à surestimer l’ampleur de cette oscillation.

11Quoi qu’il en soit, les ZH s’intègrent parfaitement alors dans un modèle économique basé d’une part sur une agriculture irriguée, principalement de versants, et d’autre part sur l’exploitation extensive d’un vaste saltus soumis à une insécurité quasi permanente. Les ZH fournissent naturellement des ressources variées de toute première importance. Végétales : herbages pour le petit bétail et surtout pour le cheptel bovin (bœufs et vaches, plus tard remplacés par les mulets, constituent encore la principale force de labour), soude pour la savonnerie, joncs et roseaux pour le fourrage et la litière des animaux, les clôtures, l’ameublement, la toiture, etc. Animales : le Libro de la caza de Don Juan Manuel vante notamment les ressources cynégétiques des zones amphibies de sa seigneurie de Villena et des alentours (Menjot 1980). La pêche se pratique dans les lagunes mêmes ou dans leur débouché marin (perelló* à Valence, gola* à Murcie). La municipalité murcienne afferme la pêche aux anguilles dans 1’almarjal de Monteagudo. Et la gola du Mar Menor ne va pas tarder à être pourvue d’une encañizada (bourdigue = labyrinthe de roseaux) pour la capture des espèces qui migrent entre la mer et la lagune (pour l’histoire du Mar Menor, voir Jiménez de Gregorio 1984). A la suite de travaux adéquats, parfois minimes, les ZH sont encore susceptibles de fournir d’autres produits-clés pour l’économie régionale : bien sûr le sel d’Ibiza et surtout celui de la Mata (province d’Alicante, l’une des premières salines méditerranéennes au bas Moyen Âge) et déjà le riz dans les marjales comprises entre la Huerta et l’Albuféra de Valence.

12C’est dire qu’à la fin du Moyen Âge, en raison des formes d’occupation humaine de l’espace et du type d’économie prédominant, les ZH du Levant espagnol font généralement l’objet d’activités de cueillette et n’ont encore subi que des atteintes ponctuelles.

Les opérations de drainage, 1500-1800 : une progression irrégulière

13Au cours de l’époque moderne, le drainage des ZH de l’Espagne méditerranéenne progresse en deux phases nettement contrastées qui s’articulent autour de la période charnière 1700-1750.

Les hésitations du premier âge moderne

14Durant l’étape initiale (1500-1650/1700), l’avance reste lente. Le dynamisme démographique de la fin du xve siècle s’éteint précocement. Et bien qu’orientée vers des productions d’exportation comme la soie et le raisin sec, l’économie s’en tient au modèle médiéval d’agriculture de versants et de hautes vallées. Les grandes huertas de la Plana (Castellón), de Valence, d’Orihuela et de Murcie font figure d’exceptions : bas-fonds et plaines littorales restent pour la plupart abandonnés aux divagations des eaux et aux formes d’exploitation extensives traditionnelles. Quand enfin le drainage semble passer à l’ordre du jour, à partir du dernier tiers du xvie siècle, les catastrophes démographiques (l’expulsion des Morisques en 1609-1614, la peste de 1647-1651), les inondations (celles du Ségura en 1651 et 1653), mais surtout le déclenchement puis l’aggravation de la crise économique remettent en question les modestes acquis.

15Ce n’est pas que les initiatives aient manqué : initiatives individuelles, municipales ou seigneuriales. Les plus classiques parmi les multiples entreprises paysannes sont sans doute les aterraments* de 1’Albufera : les agriculteurs, en général riverains du lac, délimitent en avant de leurs champs, sur l’espace submergé, des casiers (tancats) qu’ils colmatent avec de la terre transportée en barques ou extraite des chenaux limitrophes. Ailleurs la nécessité de creuser de grands collecteurs requiert des mises de fonds plus importantes et donc l’intervention des oligarchies locales, ainsi dans la Vega Media du Ségura, celle des institutions religieuses et du patriciat de Murcie, les Jésuites à El Raal, les Villaseñor à El Campillo, les Rodríguez de Junterón à Beniel, etc. Les entreprises municipales en ce domaine se limitent à la restauration d’infrastructures anciennes comme 1’Acequia* Vieja d’Albacete, à la fois exutoire partiel des Llanos, élément de l’irrigation locale et fournisseur de force motrice pour les moulins. En revanche dans une région aussi fortement seigneurialisée que le pays valencien, les féodaux ne pouvaient que s’intéresser à la bonification des terres de leur juridiction, gage d’un accroissement de leurs rentes, tel le marquis de Denia à Oliva (sur la limite des actuelles provinces de Valence et d’Alicante).

16Cependant, en dépit d’efforts obstinés, la plupart de ces entreprises ne rencontrent guère de succès. Prenons le cas de Beniel. En 1530 Don Gil Rodríguez de Junterón, dignitaire du chapitre cathédral de Carthagène, achète à Mosén Antón Gascó, d’Orihuela, la terre pour 6 400 ducats. Par testament en date de 1543, il la constitue en majorat en faveur de son neveu et homonyme. On apprend à cette occasion que le domaine est constitué de divers « maisons et édifices » (infrastructures hydrauliques) au milieu de 360 hectares. En 1551 la veuve de Don Gil II afferme le tout à une équipe de quatre laboureurs. Mais les contrats temporaires n’incitent guère l’exploitant à compléter le réseau des canalisations d’amenée et d’évacuation, à défricher et à planter. D’où le recours à la formule emphytéotique : en 1571 et 1574, puis de nouveau en 1594, les seigneurs successifs de Beniel procèdent à des séries d’acensements. Sans parvenir toutefois à fixer sur place une population paysanne : de 11 feux en 1561 et en 1587, celle-ci retombe à 7 en 1613. Les difficultés de drainage du secteur déprimé compris entre les bourrelets du Ségura et les premiers contreforts montagneux en sont sans doute la cause. L’accord de 1596 a bien réglé la question du passage des azarbes en provenance d’Alquerías en amont, mais vers l’aval Orihuela s’oppose périodiquement à l’écoulement des eaux mortes de ces quartiers. Preuve de la stagnation agricole : en 1637-1639, le seul loyer des saladares (étendues salines incultes) compte pour 41 % des revenus du domaine.

17D’autres entreprises sont plus heureuses. Ainsi les rizières progressent-elles sensiblement le long du littoral valencien. À Castellón, la marjal (cette fois-ci dans le sens de marais mis en culture), qui occupait 62 hectares en 1398, en couvre 268 en 1468, 600 en 1590 et 690 en 1692, soit, après la rapide avance initiale, encore un doublement au xvie siècle, résultat consolidé au siècle suivant.

18Mais outre que la conjoncture économique et démographique globale ne favorise pas dans l’ensemble les entreprises de drainage, celles-ci se heurtent à deux types de résistance en faveur du statu quo. D’abord de la part des titulaires de droits acquis aux activités prédatrices réalisées dans les ZH : les pêcheurs de l’Albuféra dont les aterraments réduisent l’aire de travail, les oligarques de Murcie, propriétaires de bovins qu’ils font paître dans la basse huerta semi-marécageuse, et plus tard ceux de Villena qui utilisent de même les rives herbeuses de leur lagune. Tout au long de l’histoire hydraulique moderne de ces régions, les agriculteurs-dessécheurs seront en butte à l’hostilité, parfois violente, des usagers traditionnels du saltus. Mais la résistance vient aussi des hydro-agriculteurs d’aval qui ont à redouter les perturbations écologiques consécutives aux entreprises de drainage menées en amont : huertanos d’Orihuela, on l’a vu, dont les terres sont envahies par les eaux résiduelles de la vega murcienne qu’évacuent les azarbes de Monteagudo et d’Alquerías-Beniel ; paysans des communautés du moyen Vinalopó (Sax, Elda, Novelda au nord-ouest de la province d’Alicante), opposés au dessèchement de la lagune de Villena par crainte d’une salinisation de leurs eaux d’arrosage ; édiles d’Alicante qui cherchent à empêcher le drainage de la marjal d’Onil supposé préjudiciable à l’alimentation de leur débile río Montnegre. Pour assurer le succès durable de telles opérations, il faut attendre que surgissent en faveur du drainage des intérêts suffisamment puissants pour vaincre ces deux types d’obstacles.

Le changement de conjoncture

19Les conditions de leur apparition se mettent en place entre 1680 et 1800 selon les zones – plus tôt sur les côtes de Valence et de Murcie, plus tard à l’intérieur et dans les îles –, mais avec une accélération notable dès 1700 et surtout vers 1740-1750. Les facteurs démographiques et économiques sont à cet égard déterminants. Après la contraction du milieu du xviie siècle, la population non seulement récupère en 1700 son niveau de 1600 mais encore frise le triplement au cours du xviiie siècle. Cependant la crise a entraîné un bouleversement des échanges. La vente des produits des huertas et du saltus (soie, safran, raisin sec, sucre, laine, vermillon et alun entre autres) ne solde plus aussi facilement les importations de produits alimentaires dont la demande locale s’est accrue. Selon un processus de retour à l’objectif de quasi-autosubsistance médiévale, la trilogie culturale méditerranéenne (blés, vigne, olivier) s’impose de nouveau. On force la céréaliculture. Autour de chaque noyau de peuplement, la surface cultivée, jusque-là pratiquement réduite aux huertas de vallées et plus encore de versants, s’étend désormais selon deux axes, vers les plateaux et les hautes pentes laborieusement aménagées en restanques et vers les bas-fonds humides : défrichements et terrassements d’une part, assèchement de l’autre, et ce pour obtenir le blé et l’orge un peu partout, le maïs en irrigué (attesté au moins dès la décennie 1580), le riz dans quelques bassins intérieurs (haut Ségura) et surtout le long du littoral valencien.

20Les facteurs politiques sont également à prendre en compte. Dans aucun des trois royaumes l’État ne s’était auparavant préoccupé de la question du drainage hors de l’octroi de concessions de lots à mettre en valeur, occasionnelles en Murcie, plus normalisées dans la couronne d’Aragon. Mais la monarchie bourbonienne intervient de plus en plus résolument dans la vie économique pour pousser à la production, céréalière notamment, et à la commercialisation. S’étant limitée dans un premier temps à fournir un cadre juridique favorable aux initiatives de drainage, elle en vient, à l’époque du Despotisme éclairé, à assumer elle-même la responsabilité des travaux. Deux dates sont tout à fait significatives à cet égard. Concédée lors de la guerre de Succession aux comtes de Las Torres dont l’administration privée défend avec peine les droits seigneuriaux, l’Albuféra de Valence réintègre en 1761 le patrimoine royal : les aterraments s’effectueront désormais sur la base inattaquable d’establiments* (emphytéoses) royaux (sur les establiments du patrimoine royal et les progrès hydrauliques dont ils constituent le cadre juridique, voir Alberola Romá 1983 ; sur les cens d’origine seigneuriale, voir Gil Olcina 1979). Quelque vingt ans plus tard, en 1785, ayant décidé de prendre en main un autre grand projet qui continue de susciter une forte opposition locale, le conseil de Castille se fait remettre un rapport technique préalable aux opérations d’assèchement de la lagune de Villena.

21Il faut enfin mentionner deux facteurs naturels en partie liés et responsables d’un retournement d’opinion à l’égard du drainage. L’oscillation climatique connue dans l’Europe septentrionale comme le « petit âge glaciaire » semble correspondre, entre autres manifestations pour ces régions, à une augmentation globale et à une concentration temporelle marquée des précipitations, de la fin du xviie à celle du xixe siècle. Les lagunes se gonflent subitement et menacent les agglomérations riveraines, telle Salinas (province d’Alicante) engloutie en 1751. Les marécages envahissent champs et chemins : les plantations et les cultures pourrissent, les transports sont interrompus.

22Des recherches récentes mettent ce fait en relation avec l’aggravation du paludisme au xviiie siècle. La stagnation des eaux jusqu’à l’été aurait accru la virulence du protozoaire le plus pernicieux, le Plasmodium falciparum, ainsi que celle de son vecteur, l’Anopheles labranchiae (fortement anthropophile et endémique sur ces côtes) et étendu leur aire d’infestation à l’ensemble de l’Espagne méditerranéenne et intérieure (Pérez Moreda 1984 et pour la province d’Alicante, voir Alberala Roma 1983). Cette recrudescence paludique relance la vieille polémique à propos de l’extension des rizières. Au royaume de Murcie, la riziculture avait été bannie de la huerta de la capitale et les essais ultérieurs pour l’y réintroduire seront vains. Réfugiée dans la Vega de Molina, elle y est également interdite en 1720, date à laquelle, poursuivant sa remontée du Ségura, elle s’implante définitivement à Calasparra (Murcie) et aux Minas de Hellín (Albacète). Mais en pays valencien, la reprise rapide du processus d’aménagement des marjales littorales en rizières, de Castellón à Denia, se révèle imparable (pour Murcie, voir Lemeunier 1994 et pour Valence, voir Peset et Peset 1972 ainsi que Mateu Tortosa 1987).

Le xviiie siècle et le début des grands travaux de drainage

23Dans l’histoire régionale des assèchements, jamais l’importance de la conjonction de ces deux derniers facteurs, climatique et microbiologique, et des précédents, ne ressort avec autant de netteté qu’à Albacète en 1802. Plus tard qu’ailleurs – nous sommes sur la meseta –, les intérêts pastoraux de l’oligarchie sont alors en passe de céder, là aussi, devant les perspectives de développement agricole. L’excès des précipitations hivernales a causé des pertes immenses à la production et l’approche de la canicule fait craindre le déchaînement d’une épidémie sans précédent. Plusieurs alertes s’étaient produites antérieurement. Mais l’ampleur du désastre emporte cette fois-ci la décision des conseillers municipaux après un demi-siècle d’atermoiements. Et la monarchie des Lumières dont la catastrophe menace l’un des grands chantiers, celui de la route royale de Madrid à Valence par le « port » d’Almansa, prend la direction des opérations : le futur canal de María-Cristina, conduit de drainage et d’irrigation, déversera en fin de parcours les eaux des Llanos dans le Júcar.

24Mais l’intervention directe de l’État dans les entreprises de drainage – volet d’une ample politique hydraulique qui s’attache également à l’irrigation, à la navigation et aux usages industriels de l’eau – ne se déploie, on l’a vu, qu’à l’extrême fin de notre période, à partir de la décennie 1780. Auparavant les assèchements sont l’œuvre soit de paysans riverains agissant individuellement, soit de véritables entrepreneurs de colonisation agraire planifiée. Comme exemples de la première catégorie, citons les bénéficiaires d’establiments de la part du patrimoine royal, à la périphérie des grandes lagunes comme les albuferas de Valence et d’Alcudia (côte nord de Majorque), ou de la part des seigneurs. Ainsi dans le duché de Gandie : à Gandie même dès 1740, puis à Xeresa et à Xeraco à partir de 1780. Dans la plupart des cas apparaissent aussi quelques personnages de plus grand relief, désireux d’employer leurs capitaux dans des investissements agricoles, et parfois adroits spéculateurs : tel ce chanoine gandien qui dépense 28 000 livres valenciennes dans l’aménagement de marjales et les récupère sans peine en revendant ensuite une partie des terres bonifiées (Morant Deusa 1984).

25Le secteur oriental de la huerta de Murcie peut illustrer la seconde modalité. Le collège jésuite, le monastère hiéronymite de La Ñora et quelques grandes familles comme les Lucas et les Molina mènent pratiquement à terme les opérations de drainage de ces quartiers, suspendues au siècle précédent. Les promoteurs reprennent la formule emphytéotique : à l’intérieur d’un périmètre donné, ils réalisent les principales infrastructures hydrauliques avant de procéder à des acensements par lots, à charge pour les emphytéotes d’assurer le défrichement, l’édification des ouvrages mineurs et la mise en culture dans un délai fixé. La montée des dîmes du secteur entre 1680 et 1720 ne laisse aucun doute sur le succès de ces initiatives dont le parcellaire en grandes lanières porte encore la trace.

26Cependant, une fois la colonisation lancée, les « seigneurs » tentent de récupérer le domaine utile des terres asséchées pour transformer les cens en fermages et augmenter d’autant leurs rentes. C’est ce qu’au prix de coûteux procès soutenus entre 1725 et 1750 réussit le second marquis de Beniel, désormais bénéficiaire des plus gros revenus non ecclésiastiques de la province. Bien que des recherches restent à entreprendre sur ce sujet, il semble par ailleurs que l’avancée des bonifications n’ait fait qu’accentuer une tendance générale à la polarisation des structures foncières dans ces régions.

27Quelques chiffres permettront de mesurer les progrès du drainage dans trois des principales ZH affectées. Le nombre des establiments à Alcudia croît de 442 en 1722 à 854 en 1850. La huerta de Murcie passe de 8 210 hectares en 1621 à 10 767 en 1757, tandis qu’inversement la surface de l’Albuféra de Valence se réduit des 13 962 hectares de 1579 aux 8 190 de 1863, sous l’effet des aterraments. Et les exemples pourraient être multipliés au gré de la consultation des monographies locales : ainsi les marjales de Tavernes (province de Valence) tenues à cens du monastère de La Valldigna augmentent de 542 hectares en 1721 à 805 en 1785 (Mora Cañada 1986). Ainsi sur la puissance du phénomène au royaume de Valence s’impose le témoignage textuel et iconographique du contemporain Cavanilles (Cavanilles 1972).

28Bien que les objectifs interfèrent et que les techniques se complètent fréquemment, on peut distinguer trois types principaux de procédés : ceux qui visent la protection contre les crues notamment au moyen de dérivations (comme le Reguerón* de Murcie) et de levées (les motos* du Ségura), mais qui retardent en conséquence l’exhaussement naturel du sol par alluvionnement ; ceux qui relèvent du colmatage (dans les tancats de l’Albuféra) ; et ceux qui ont pour effet principal le dessèchement. Dans ce dernier cas on creuse des drains, soit en général des fossés à l’air libre dont l’excavation et l’entretien périodique permettent en même temps de rehausser le niveau des parcelles riveraines. Mais les drains sont parfois souterrains, selon une technique assimilable à celle des qanats et antérieure à la conquête chrétienne (alcavons* de Goyanes, province d’Alicante, aubellons* de Majorque et fibles d’Ibiza). Les éoliennes, encore aujourd’hui typiques du paysage de la plaine sud de Majorque, ne se diffuseront qu’au xixe siècle.

  • 5 Ce type de « fondations pieuses » assurées par des revenus d’origine hydro-agricole appelle des co (...)

29La plus audacieuse opération de drainage entreprise au Levant, avant celle des Llanos d’Albacète, mérite une mention particulière tant par son ampleur que par son cadre idéologique propre à une époque de transition. A la différence des communautés régulières, les plus hauts représentants du clergé séculier (archevêques de Valence, évêques de Carthagène, commandeurs des Ordres militaires) n’ont guère participé aux bonifications. Or, cherchant, dès la paix revenue, à investir ses immenses revenus – essentiellement sa part des dîmes diocésaines – pour fonder et entretenir un complexe religieux, éducatif et hospitalier, le cardinal Belluga, qui occupe le siège de Carthagène, obtient entre 1715 et 1724 de plusieurs municipes du bas Ségura la cession de 44 km2 d’étendues marécageuses. 11 y fait creuser un réseau de canaux et de fossés et délimiter des parcelles qui seront cédées en emphytéose à des cultivateurs (dont de nombreux émigrés forcés de Beniel), établis dans trois agglomérations de plan orthogonal : Dolores, San Fulgencio et San Felipe Neri. En 1744 la moitié des terres est mise en culture. Et dans ses domaines voisins, le duc d’Arcos, marquis d’Elche, s’inspire de ces Pías Fundaciones, quoique avec un succès moindre5.

30Si le cardinal vient à bout des difficultés grâce à sa stature politique de champion bourbonien lors de la guerre de Succession et à l’ampleur de ses ressources d’origine ecclésiastique, l’affaire des carrissals* (roselières) d’Elche agite, elle, les passions. Et en fin de période il faudra la pression de l’État, discrète à Albacète, décidée à Villena, pour triompher des résistances. Provisoirement parfois : à la nouvelle des événements madrilènes de mai 1808, le corrégidor de Villena, le sous-directeur des travaux d’assèchement de la lagune et leur notaire, sous la commode imputation d’afrancesamiento, sont assassinés par une foule dont on a lieu de penser qu’elle suit les consignes de l’oligarchie locale ennemie du projet.

31Sur de nombreux autres sites comme la lagune de San Benito à Almansa (provinces d’Albacète et de Valence), celle de Salinas (Alicante) et le Prat de Sant Jordi (Majorque), les échecs sont plutôt de caractère technique (Ponce Herrero 1989 : 219 ; Arroyo Ilera 1976 et Rosselló Verger 1959). Quant aux grandes lagunes côtières situées à la limite des provinces d’Alicante et de Murcie, un ensemble de conditions naturelles en écarte durablement les initiatives de drainage : leur profondeur inusitée due aux circonstances de leur formation et l’aridité du milieu. Elles demeurent donc le domaine de formes d’exploitation traditionnelles : le centre de l’activité saunière dans le secteur tend à passer de la lagune de la Mata à celle de Torrevieja (chacune reliée à la mer par un conduit artificiel ou acequión*) ; et outre le sel de San Pedro del Pinatar, le Mar Menor continue de fournir à l’arrière-pays le poisson capturé dans ses eaux et à ses débouchés marins.

32De cette synthèse historique se dégagent aisément les principaux caractères du mouvement régional de drainage à l’époque moderne :

  • L’importance ancienne des zones humides et lacustres dont, malgré les bonifications, le paysage de l’Espagne du Levant reste, aujourd’hui encore, fortement marqué tant sur la côte (Alcudia, Albuféra, Mar Menor) qu’à l’intérieur (les multiples lagunes de la province d’Albacète) ;
  • le retard des opérations de drainage imposé par le long maintien d’un modèle médiéval d’occupation de l’espace et la résistance des bénéficiaires de droits acquis sur les ZH ;
  • en dépit des différences entre les législations castillane et aragonaise, l’universalité de la formule emphytéotique comme cadre juridique des entreprises ;
  • l’ampleur des réalisations en fin de période (xviiie siècle) permise par la conjonction d’une série de facteurs qui font céder le blocus spatial et, parmi eux, l’augmentation de la demande en produits alimentaires induite par la pression démographique ;
  • l’imbrication du drainage et de l’irrigation. Avec l’aménagement hydroagricole des dépressions, fonds de vallées et plaines littorales, le centre de gravité du regadío régional descend définitivement des versants vers les bas pays. Les huertas de Valence, d’Alzira, d’Orihuela et de Murcie ne seront plus des exceptions. Bien plus, les principaux périmètres irrigués tendent à se rejoindre pour former de vastes ensembles continus : les Vegas Media et Baja du Ségura allongées sur 60 km d’Alcantarilla à Guardamar, la côte du golfe de Valence où s’étalent successivement de Benicassim à Denia, sur 160 km, la Plana de Castellón, les huertas de Sagonte et de Valence, la Ribera Baja du Júcar et enfin les huertas de Gandie et d’Oliva.

33Certaines opérations interrompues par la guerre d’Indépendance (Villena, Albacète) reprendront bien à son issue. Mais c’en est alors fini du bond en avant qu’avait marqué le siècle des Lumières. Presque partout il faudra attendre les années 1860 pour assister à une relance générale du drainage dans l’Espagne méditerranéenne : se réunissent alors de nouveau, mais à une autre échelle, les conditions techniques, économiques et socio-politiques d’un véritable boom hydraulique dont, avec le recul historique, le xviiie siècle apparaît comme la préfiguration.

Fig. 1. Le Levant espagnol. Carte du xviiie siècle montrant l’importance des lagunes intérieures e t côtières (photo F.J. Flores Arroyuelo).

Fig. 2. Une lagune intérieure : Ontalafia, province d’Albacète (photo J. Jordán).

Fig. 3. Bonifications du secteur oriental de la huerta de Murcie, fin xviie-début xviiie siècle (photo F.J. Flores Arroyuelo).

Fig. 4. La huerta de Valence et les aterraments de l’Albuféra, d’après Cavanilles (photo F.J. Flores Arroyuelo).

Fig. 5. Système de drainage des marjales valenciennes : Xeresa, d’après Cavanilles (photo F.J. Flores Arroyuelo).

Fig. 6. – La huerta d’Orihuela et les Pías Fundaciones, d’après Cavanilles (photo F.J. Flores Arroyuelo).

34Rappelons pour finir que les bonifications espagnoles de l’époque moderne s’inscrivent dans un vaste mouvement de conquête ou de reconquête agricole des plaines côtières de l’Europe méridionale, continentale et insulaire : une civilisation collinaire, voire montagnarde, se fait – ou redevient – littorale. Resterait à préciser les antériorités et les décalages entre régions, ainsi que les éventuels transferts de technologie, encore peu étudiés. Parti de l’arc nord-occidental (et de son revers adriatique), le mouvement gagnera par la suite les rives sud et est de la mer (Maghreb, Égypte, Turquie, Grèce), en parfaite synchronie avec la reprise hydraulique espagnole – et européenne – des xixe et xxe siècles.

Lexique castillan et catalan

351. Acequia (cast.), séquia (cat.) : canal d’amenée de l’eau d’irrigation qui se répartit ensuite entre les canalisations secondaires : brazal, hijuela, regadera (Murcie), braçal, fillola, cequiola (Valence).

362. Acequión : à Torrevieja et à la Mata, canal qui met en communication la lagune et la mer en vue de l’exploitation saline.

373. Albellón cast. et cat.), aubellón (cat.) : conduit ou drain souterrain, égout.

384. Albufera (cast. et cat.) : lagune formée par la constitution d’un cordon littoral. Diminutif : albufereta (Alicante, Pollença à Majorque).

395. Alcavón (cast. et cat.) : conduit souterrain voûté.

406. Almarjal (cast.) : secteur marécageux dans la province de Murcie, généralement intérieur (Murcie, Mula, Cehegín, Caravaca), mais parfois côtier (Carthagène).

417. Aterrament (cat.) : colmatage artificiel par dépôt de terre à l’intérieur de casiers (tancats) préalablement délimités (Albuféra de Valence).

428. Azarbe (cast.), assarb ou açarb (cat.) : fossé de drainage, collecteur d’eaux mortes amenées par des drains mineurs. Á Murcie on trouve aussi les dénominations de landrona, merancho, azarbeta, escorredor.

439. Cañaveral (cast.) : cannaie. Carrizal (cast.), carrissal (cat.) : roselière. Juncal, junquera (cast.), jonquera (cat.) : jonchaie.

4410. Establiment (cat.) : emphytéose. Équivalent castillan : establecimiento ou enfitéusis. Pratiqué notamment par le patrimoine royal dans la couronne d’Aragon pour la concession de droits d’eau et de lots à assécher dans des secteurs marécageux.

4511. Estany (cat.) : lagune côtière valencienne (voir les « étangs » des côtes de Languedoc et de Provence). Acception peu différente de marjal.

4612. Feixa (cat.) : champ laniéré d’Ibiza, allongé entre deux fossés et dont le sous-sol est lui-même parcouru par un réseau orthogonal de fibles.

4713. Fibla (cat.) : à Ibiza, tranchée recouverte qui permet de doser l’humidité du sous-sol des feixes.

4814. Gola (cast. et cat), perelló (cat., Albuféra de Valence) : émissaire d’une lagune littorale vers la mer. Le maniement de vannes (compuerta en cast., comporta en cat.), installées sur la gola, permet de contrôler le niveau de la lagune.

4915. Huerta (cast.), horta (cat.) : périmètre irrigué.

5016. Humedal (cast.) : secteur marécageux ou d’inondation superficielle (aïguamoll en Catalogne). Terme actuellement adopté comme équivalent de zone humide et de wetland.

5117. Laguna (cast.) : terme général pour désigner tout secteur inondé, littoral ou continental, aux limites plus ou moins définies.

5218. Marjal (cat.) : au pays valencien, marais côtier (plus rarement intérieur) comportant une végétation dense. Gagnée à la culture, et notamment transformée en rizière, la marjal garde sa dénomination. D’ailleurs à Alméria et parfois à Murcie, marjal (masc. en castillan) désigne une parcelle irriguée, notamment un jardin potager.

5319. Mina (cast.) : galerie. En hydraulique, toute canalisation en tunnel : source aménagée, qanat, secteur d’une acequia creusé dans la roche.

5420. Mota (cast.) : levée de protection contre les crues d’un fleuve. En plus de ce sens, malecón (cast.) a celui de môle ou de digue de protection contre la mer.

5521. Ojo (cast.), ullal (cat.) : source formant un bassin circulaire. Groupés, ils désignent les ZH auxquelles leurs eaux donnent naissance, ainsi les Ojos de Archivel (Caravaca, province de Murcie).

5622. Pantano (cast.), pantà (cat.) : terrain inondé. Ces termes sont aussi appliqués aux barrages de retenue dont la campagne de construction commence au xvie siècle et qui utilisent parfois le site de dépressions inondées (Almansa, province d’Albacète). Pour éviter toute ambiguïté, on tend à employer dans ce cas le terme d’embalse.

5723. Prado (cast.), prat (cat.) : secteur riverain de la mer, d’une lagune ou d’un fleuve et dont l’humidité favorise la croissance d’une végétation favorable au pâturage du gros bétail. Sens proche de celui de marjal.

5824. Regadío (cast.), rec, rech ou reg (cat.) : terre irriguée par opposition au secano (cast.) ou secà (cat.), terre sèche.

5925. Reguerón (cast.) : un des termes qui désignent les fossés de drainage (Orihuela, province d’Alicante). Pour diminuer à Murcie les risques d’inondation, le Reguerón aménagé au début du xviiie siècle dévie les eaux du Sangonera de façon à reporter sa confluence avec le Ségura en aval de la ville.

6026. Saladar (cast) : étendue saline qui doit fréquemment ce caractère à la succession de périodes d’inondation et d’assèchement. On trouve divers termes d’acception voisine, souvent devenus des toponymes, dont salobral (cast.) et salobrar (cat.).

6127. Sangrador (cast.) : drain (entre autres acceptions). Localement, collecte l’eau d’un secteur marécageux pour irriguer un périmètre situé en contrebas (Caravaca).

6228. Tollo (cast.) : terrain bourbeux. Souvent devenu toponyme.

63Nota : les termes de marismas et maresmes (plaines littorales inondables), respectivement usités en Andalousie et en Catalogne, sont peu employés dans les régions étudiées.

Bibliographie

64Pour les pays catalans :

65Romero González, J. ; Peris Albentosa, T., 1992, « Usos, distribució i control de l’aigua », Els rius : la vegetaci, Enciclopédia catalana, Barcelone : 186-369. Ils fournissent une utile bibliographie.

66Sauf indication en note ou dans le texte, les informations concernant les Baléares, les marjales des côtes de Castellón et de Valence, les provinces d’Alicante et de Murcie proviennent respectivement de :

67Bisson, J., 1977, La terre et l’homme aux îles Baléares, Aix-en-Provence, Edisud.

68Box Amorós, M., 1987, Humedales y áreas lacustres de la provincia de Alicante, Alicante, IJG.

69López Gómez, A., 1989, Estudios sobre regadíos valencianos, Université de Valence : 21-82 (voir notamment « La evolución del cultivo hortícola en los marjales de la costa valenciana »).

70Pérez Picazo, M. T. ; Lemeunier, G, 1985, Agua y coyuntura económica. Las transformaciones de los regadíos murcianos (1450-1926), Geo-Critica, Barcelone, 58.

71Cinq ZH ont particulièrement suscité l’intérêt des chercheurs :

721. Albuféra :

73Burriel de Orueta, E. L., 1971, La huerta de Valencia. Zona sur, Université de Valence.

74Furió, A., 1982, Camperols del Pas Valencia, Valence, Institució Alfons el Magnànim (IAM).

75García Monerris, C, 1985, Rey y señor. Estudio de un realengo del País Valenciano (La Albufera 1761-1836), Ayuntamiento de Valencia.

76Sanmartín Arce, T., 1982, La Albufera y sus hombres, Madrid, Akal.

772. La lagune de Villena :

78García Martínez, S., 1964, « Evolución agraria de Villena hasta fines del siglo xix », Saitabi, Valence, 14 : 179-203.

79Gil Olcina, A., 1984, « La propiedad de la tierra en la laguna de Villena », Investigaciones Geográficas, Alicante, 2 : 7-18.

80Hernández Marco, J.-L., 1983, Propiedad de la tierra y cambio social en un municipio fronterizo : Villena (¡750-1888), Alicante, Caja de Ahorros.

81Matarredona Coll, E., 1983, El Alto Vinalopó. Estudio geográfico, Alicante, Instituto de Estudios Alicantinos.

823. Les Llanos d’Albacète :

83Guerra Martínez, A., 1984, « El Real Canal de Albacete », Congreso de Historia de Albacete, Albacete, Instituto de Estudios Albacetenses (IEA), IV : 177-200.

84López Bermúdez, F., 1978, « El sector pantanoso al oeste de Albacete y su desecación », Al-Basit, Albacete, 5 : 69-90.

854. La huerta de Murcie :

86Calvo García-Tornel, F., 1975, Continuidad y cambio en la Huerta de Murcia, Murcie, AAS.

87Herin, R., 1980, Les huertas de Murcie, Aix-en-Provence, Edisud.

88Lemeunier, G., 1989, « Cotillas y Beniel, dos señoríos murcianos en la época moderna », Áreas, Murcie, 10 : 145-155.

895. Le bas Ségura :

90Gozálvez Pérez, V, 1977, El Bajo Vinalopó. Geografía agraria, Université de Valence.

91León Closa, T., 1985, « Aportación al estudio de la colonización de la Vega Baja del Segura », rééd. par CREMADES GRIÑÁN C.M., Estudios sobre el cardenal Belluga, Murcie, Academia Alfonso X el Sabio (AAS), 211-268.

92Ruiz Torres, P., 1979, « Propiedad de la tierra y estructura de clases en el campo valenciano durante los siglos xviii y xix : Los Carrizales de Elx », Estudis d’història contemporània del País Valenciá, Valence, 1 : 77-134.

93Ruiz Torres, P., 1981, Señores y propietarios. Cambio social en el sur del País Valenciano, 1650-1850, Valence, IAM.

94Vera Rebollo, F. ; Canales Martínez, G., 1985, « Colonización del cardenal Belluga en las tierras donadas por Guardamar del Segura : Creación de un paisaje agrario y situación actual », Investigaciones Geográficas, Alicante, 3 : 143-160.

95En outre les historiens d’Orihuela et de la Vega Beja consacrent des chapitres de leurs livres aux questions hydrauliques :

96Bernabé Gil, D. ;

97Millán, J. ;

98Ramos Vidal, J. A. ;

99Vilar, J.-B.

100Sur le lexique du drainage, voir :

101Casados de Otaola, S. ; Montes del Olmo, C, 1995, Guía de los lagos y humedales de España, Madrid, Reyero, spécialement 244-247.

102García Soriano, J., 1980, Vocabulario del dialecto murciano, Murcie, Ed. Regional.

103Glick, T. F., 1970 [traduction espagnole 1988], Irrigation and Society in Medieval Valencia, Cambridge (Mass.).

104González Bernáldez, F., 1992, Los paisajes del agua. Terminologia popular de los humedales, Madrid, Reyero.

105Guíllén García, J., 1974, El habla de Orihuela, Alicante, Instituto de Estudios Alicantinos.

106Pocklington, R., 1990, Estudios toponímicos en torno a los orígenes de Murcia, Murcia, AAS.

Bibliographie indiquée dans le texte

107Alberala Romá, A., 1983, « Los establecimientos de agua en el realengo alicantino : una forma de aplicar el contrato enfitéutico por el Real Patrimonio a fines del s. XVIII », Revista de Historia Moderna, Alicante, 3 : 99-113.

108Arroyo llera, F., 1976, « La laguna de Salinas (Alicante) et su desecación », Cuadernos de Geografía, Valence, 37-47.

109Cavanilles, A. J., 1972 [1795-1797 Madrid], Observaciones sobre la historia natural, geografia, agricultura, población y frutos del Reyno de Valencia, Valence, Albatros, I et II.

110Foster, G. M., 1963, « Las Feixes de Ibiza », Boletín de la Cámara oficial de Comercio, Industria y Navegación de Palma de Mallorca (COCIN), 639 : 88-93.

111Gil Olcina, A., 1979, La propiedad señorial en tierras valencianas, Valence, Del Cenia al Segura.

112Jiménez de Gregorio, F, 1984, El municipio de San Javier en la historia del Mar Menor, Murcie, AAS.

113Lemeunier, G., 1994, « Un ciclo agrícola en la huerta de Lorquí : el tiempo del arroz y de la morera (1480-1720) », in Historia de Lorquí, Montes Bernárdez R. (éd.), Ayuntamiento de Lorquí, 23-42.

114Mateu Tortosa, E., 1987, Arroz y paludismo. Riqueza y conflictos en la sociedad valenciana del siglo xviii, Valence, IAM.

115Menjot, D., 1980, « Les Murciens du bas Moyen Âge à la chasse », in La chasse au Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 253-273.

116Moll, I., 1988, « Emfiteusis : censos agraris a l’Estat espanyol », actes du séminaire sous la direction de I. Moll, Palma de Mallorca, 1986, Estudis d’Història Agrària, 7.

117Mora Cañada, A., 1986, Monjes y campesinos. El señorío de la Valldigna en los siglos xvii y xviii, Alicante, Instituto Juan Gil-Albert (IJG), 178-179.

118Morant Deusa, I., 1984, El declive del señorío. Los dominios del ducado de Gandía, 1705-1837, Valence, IAM, 142-143.

119Pérez Moreda, V., 1984, « Crisis demográficas y crisis agrarias : paludismo y agricultura en España a fines del siglo xviii », Congreso de Historia Rural, siglos xv al xix, Madrid, Casa de Velázquez, 333-354.

120Peset, M. et J.-L., 1972, « Cultivo de arroz y paludismo en la Valencia del siglo xviii », Hispania, 121 : 277-375.

121Ponce Herrero, G., 1989, El corredor de Almansa. Estudio geográfico, Albacete, IEA.

122Rosselló Verger, V. M., 1959, « El prat de Sant Jordi y su desecación », Boletín COCIN, 622 : 9-18.

Notes

1 À quelques exceptions près comme l’utilisation systématique de l’énergie hydraulique en Catalogne et la question sanitaire à Valence.

2 Il est à noter que tous les mots suivis d’un astérisque sont définis dans le lexique situé à la fin de cet article.

3 Je tiens à remercier mes amis et collègues, historiens, archéologues, géographes et érudits, responsables politiques et hydrauliques, agriculteurs catalans, baléares, valenciens, aragonais, murciens et andalous qui, soit par la communication de leurs travaux, soit par des renseignements oraux, ont facilité ce travail de synthèse.

4 Un tel intérêt ne se retrouve ailleurs que dans les formations alluviales de Catalogne (Ter, Llobregat, Èbre) et plus récemment – en raison de préoccupations écologiques – pour le bas Guadalquivir et les ZH de la Manche.

5 Ce type de « fondations pieuses » assurées par des revenus d’origine hydro-agricole appelle des comparaisons avec les waqfs des pays d’Islam ; voir notamment MacChesney 1991.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Levant espagnol. Carte du xviiie siècle montrant l’importance des lagunes intérieures e t côtières (photo F.J. Flores Arroyuelo).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Légende Fig. 2. Une lagune intérieure : Ontalafia, province d’Albacète (photo J. Jordán).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Fig. 3. Bonifications du secteur oriental de la huerta de Murcie, fin xviie-début xviiie siècle (photo F.J. Flores Arroyuelo).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1332/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende Fig. 4. La huerta de Valence et les aterraments de l’Albuféra, d’après Cavanilles (photo F.J. Flores Arroyuelo).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1332/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Légende Fig. 5. Système de drainage des marjales valenciennes : Xeresa, d’après Cavanilles (photo F.J. Flores Arroyuelo).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1332/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende Fig. 6. – La huerta d’Orihuela et les Pías Fundaciones, d’après Cavanilles (photo F.J. Flores Arroyuelo).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1332/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

Auteur

CNRS-Paris IV (Centre Roland Mousnier), Paris.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540