Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et développement dans l'Europe moderne

 | 
Salvatore Ciriacono

I : De l'irrigation à la bonification

1. Les îles canaries, 1480-1525.irrigation et première colonisation altantique : le domaine de l’eau

Antonio M. Macias Hernández

Texte intégral

1De la colonisation des îles Canaries jusqu’au milieu du xxe siècle, l’économie de l’archipel a été basée sur l’agriculture dont la production était destinée aux marchés européens : le sucre au xvie siècle, les vins aux xviie et xviiie siècles, la cochenille au xixe siècle et enfin les bananes, les tomates et les pommes de terre. Ces cultures avaient besoin d’irrigation. L’eau est ainsi devenue une ressource rare et fondamentale, et plus encore aujourd’hui. A la demande du secteur agricole est en effet venue s’ajouter celle d’un secteur urbain et d’un secteur des services en grande expansion du fait du développement du tourisme.

2Cette demande séculaire et continue explique le désir des agents économiques de contrôler la propriété de cette ressource, contrôle qui a des répercussions à deux niveaux. Sur le plan juridique d’abord. La législation sur la décentralisation des eaux – et en particulier la loi de 1879 – confia à l’État la propriété du sous-sol hydrologique. L’État se réservait ainsi le droit de concéder l’exploitation au secteur privé. Dans le cas des Canaries, une tout autre réglementation fut appliquée : le propriétaire du terrain se vit conférer le droit exclusif d’exploiter les eaux du sous-sol, et cela au détriment du sourcier qui ne pouvait creuser sans l’autorisation expresse du propriétaire du terrain (Hernández Ramos 1954 : 42-89 ; Nieto 1968 : 25-120). Sur un plan historiographique ensuite. L’intérêt croissant pour l’eau entraîna les théoriciens à soutenir, sans grand succès, l’existence d’une propriété entière et absolue de l’eau dès sa répartition au début de la colonisation de l’archipel.

3Notre exposé va se centrer sur cet aspect historiographique. Si le régime féodal de la propriété était basé sur la dualité du domaine de l’eau, la politique hydrologique qui apparut avec le processus de colonisation rompit les schémas juridiques spécifiques au droit médiéval hispanique : l’eau bien immeuble uni à la terre. Cette politique renforça le caractère patrimonial individuel et absolu de cette ressource. Cette tendance alla en s’accentuant à mesure que l’extension de la superficie irrigable entraînait l’appropriation des eaux communales, royales ou municipales. Cette appropriation s’appuyait sur une réglementation coutumière qui se convertit en droit positif avec la décentralisation et, en particulier avec la loi de 1879. Ce caractère patrimonial obtint encore une plus grande importance si l’on considère enfin sa migration atlantique. Il fut en effet transporté par les colons insulaires et cela donna lieu à la création d’un droit américain sur l’eau (Glick 1972).

L’économie aborigène : irrigation et civilisation ?

4Les îles de Lanzarote et de Fuerteventura ne possèdent ni chaîne de montagnes, ni massif central qui favoriseraient la condensation de l’humidité des vents alizés ; d’où leur grande aridité et leur faible pluviométrie (voir carte 1). Le reste de l’archipel se caractérise quant à lui par ce type de relief montagneux et bénéficie donc d’une diversité de microclimats selon l’altitude (voir carte 2) : les terres côtières sont ensoleillées et arides ; les terres situées à une altitude moyenne et les sommets, épargnés par le vent, sont arrosés quasi constamment par les pluies horizontales dues à l’humidité des vents alizés et étaient couverts à l’époque de la colonisation de forêts de lauriers ; la dorsale montagneuse, balayée par le vent, se caractérise quant à elle par son aridité, extrême sur le littoral, tempérée à l’époque par de vastes forêts de Pinis canariensis.

5Toutefois, l’absence de données sur l’histoire du climat ne nous permet pas de savoir si l’archipel canarien avait les même caractéristiques climatiques lorsque sont arrivées les premières populations au premier millénaire avant notre ère. Ces populations, d’origine berbère, ont dû adapter leur faible savoir matériel et technologique – industrie lithique et osseuse – aux conditions particulières de ce nouvel espace. Cette société autochtone ne put donc pas être une « société hydraulique ». Leur économie était basée sur la cueillette, la chasse, l’élevage de petit bétail (chèvres et brebis) et sur la culture de l’orge (Tejera Gaspar et González Antón 1988 : 102-103). Le caractère précaire de cette économie et les difficultés de subsistance de cette population, estimée à près de 100 000 habitants à la veille de la conquête (Macías Hernández 1992 : 9-45), furent à l’origine de mesures de contrôle de la fécondité, dont l’infanticide féminin.

  • 1 Par exemple, lors de la répartition des terrains effectuée à Gáldar, on fait allusion à la « acequ (...)

6Cependant, les fouilles archéologiques et les sources ethnohistoriques – les registres de répartition des terres et des eaux des colons européens1, les chroniques de la conquête et d’autres textes postérieurs – révèlent l’existence d’une agriculture d’irrigation chez les aborigènes de Gran Canaria qui utilisaient des canaux et des conduites pour dévier et conduire les eaux des ruisseaux des ravins et des sources aux terres à irriguer. Ils faisaient pousser des figuiers, des palmiers, des dattiers, des légumineux et surtout de l’orge, en utilisant les déjections du bétail qui pâturait sur les chaumes. Les rendements devaient être faibles, étant donné que la charrue était encore inconnue.

7L’île de Gran Canaria comptait de nombreuses terrasses alluviales, sols fertiles pour la culture, située au bord des ravins où s’écoulait l’eau si précieuse et décrite par les conquérants et les chroniqueurs, et même à l’époque contemporaine : en fait, jusqu’au début du xxe siècle, cette île possédait la plus grande superficie irriguée de tout l’archipel. Tout cela permet de dire que l’irrigation a eu une importance considérable pour les autochtones de Gran Canaria, qui purent doter leur structure productive d’un « excédent économique », qui expliquera plus tard le plus grand développement sociopolitique et culturel des « Canarii » par rapport au reste des communautés autochtones de l’archipel.

Irrigation et colonisation européenne

  • 2 Chronologie de la conquête seigneuriale : Lanzarote (1402), Fuerteventura (1402), El Hierro (1404) (...)
  • 3 Chronologie de la conquête royale : Gran Canaria (1478-1482), La Palma (1492-1493) et Tenerife (14 (...)

8Au début du xiiie siècle, les puissances maritimes méditérranéennes, dans leur recherche d’une route directe vers l’or africain, redécouvrirent les îles et mirent en place un trafic dévastateur pour ses habitants et ses ressources (orchidées, coquillages, sève d’arbres). Plus tard, dans la première décennie du xve siècle, le Normand Jean de Béthencourt conquit les îles les moins peuplées2, inféodant l’ensemble de l’archipel à la Couronne de Castille. Celle-ci annexa finalement le reste du territoire de l’archipel entre 1478 et 14963.

9Quels trésors restait-il pour les colons européens ? Le domaine seigneurial, caractérisé par une économie céréalière et de fréquentes tensions entre seigneurs et vassaux, n’attira pas d’émigrants. En fait, ils arrivèrent lorsque la conquête royale permit d’accéder à l’unique richesse potentielle de l’archipel : les caractéristiques géoclimatiques de certaines zones des Canaries. Dans ce sens, le choix de l’île de Gran Canaria comme premier objectif de la conquête royale était plus que réfléchi : la proximité de l’île avec la côte occidentale de l’Afrique pouvait faire d’elle une base logistique essentielle pour la politique africaine de la Couronne espagnole, en lutte avec la Couronne portugaise. La richesse de l’économie aborigène en hommes et en ressources financerait les coûts de l’opération, la Couronne ayant d’autres priorités financières (Ladero Quesada 1966 : 11-103). Enfin, l’abondance d’eau et de terres, dont les terres irriguées des aborigènes, attirerait le capital mercantile, motivé par l’offre agricole de la première expansion européenne atlantique. Tous ces éléments renforcèrent le processus de colonisation et le développement de l’économie sucrière, apparue au début du xve siècle dans l’île voisine de Madère (Carita 1989 : 105-106).

10Les premières mesures de politique hydrologique des colons européens s’inspirèrent du droit médiéval castillan. La répartition du patrimoine hydrologique de l’archipel fut confiée aux responsables en titre des conquêtes : à la seigneurie dans le cas des îles de Lanzarote, Fuerteventura, El Hierro et La Gomera ; à la royauté pour les îles de Gran Canaria, La Palma et Tenerife. Les délégués seigneuriaux et royaux répartissaient les eaux en suivant une « politique » qui essayait de combiner l’intérêt public et l’intérêt privé ; ces deux intérêts étaient en fait les leurs et ils étaient plutôt intéressés par un peuplement rapide, unique manière d’excercer un contrôle politique sur ces nouveaux territoires – revendiqués par la Couronne portugaise – et de percevoir des revenus fiscaux.

11La faible pluviométrie de Lanzarote et de Fuerteventura et le faible débit de leurs maigres sources furent à l’origine de l’utilisation communale des eaux. Citernes et réservoirs municipaux ou individuels récupéraient les rares eaux de pluies, alors que les habitants avaient recours à des techniques agricoles originales pour cultiver leurs terres. Dans les îles possédant une plus grande richesse hydrologique, la distribution des eaux fut au contraire plus sensible aux intérêts privés, à cause en particulier de la présence de capitaux mercantiles d’origine génoise, obtenus par le commerce européen du sucre. Les « hébergés » (albergos) génois financèrent la conquête royale et s’intéressèrent ensuite au développement de la première économie sucrière atlantique (Aznar Vallejo 1983 : 193-199 ; Fernádez-Armesto 1983 : 33-45).

  • 4 La plainte des propriétaires de l’administration de Firgas contre le Génois Tomás de Palenzuela po (...)

12C’était une économie qui nécessitait avant tout une irrigationn permanente. La canne à sucre, introduite au début des années 1480, pouvait seulement être cultivée sur les terres ensoleillées de la côte. Toutefois, du fait de l’aridité de ces terres, la culture dépendait étroitement de l’eau disponible pour l’irrigation, eau tout aussi nécessaire pour faire fonctionner les « raffineries »4. C’est la raison pour laquelle l’eau des rivières s’écoulant dans de nombreux ravins, alimentée par les sources venant des terres de moyenne altitude et des sommets, fut assignée prioritairement aux plantations de cannes à sucre. Mais comment les eaux furent-elles réparties entre les conquérants, les colons et les agents financiers de la conquête ?

  • 5 On appel la azada l’eau nécessaire pour irriguer une fanegada pendant douze heures. L’azada est le (...)

13Les personnes chargées de la répartition mesurèrent, d’abord, la superficie de terrain qui pouvait être irriguée avec les eaux s’écoulant dans chaque ravin, donnant toutefois la priorité aux exigences hydrologiques des plantations de cannes à sucre situées sur ces possibles zones de culture5. Sur l’île de Gran Canaria, la superficie modale répartie correspondait pour les paysans à cinq fanegadas (une fanegada équivaut plus ou moins à 5 500 m2) et cinq azadas d’eau (Aznar Vallero 1983 : 230) ; Les conquérants reçurent le double et ceux qui construisaient des « raffineries » permettant de moudre les cannes à sucre se voyaient récompensés par plus de terres et plus d’eau – généralement les capitalistes génois – et pouvaient même se voir céder les sources situées sur les terrains de leur activité (idem 1983 : 249).

  • 6 Des 24 suertes réparties à Tenoya, 15 furent cédées au conquérant Juan de Sibero ; en 1501, des 14 (...)

14C’est ainsi que la minorité des grands conquérants et que les génois, les financiers de la conquête, obtinrent les principales terres irrigables6. Cependant, après avoir assigné les eaux de chaque ravin au terrain d’irrigation correspondant, les propriétaires, appelés aussi les « adulés » (los adulados), devaient encore assumer les coûts du transport de l’eau des « lits des rivières » aux plantations et dicter les normes qui devaient réguler l’utilisation des eaux. Investissement et réglementation permirent aux grands conquérants et aux financiers de renforcer leur contrôle sur les eaux.

  • 7 Deux exemples extrêmes de ce processus. La construction de la « mina de Tejeda », immense tunnel q (...)

15Il était nécessaire de construire d’abord des canaux de maçonnerie solides dans les lits des rivières afin d’éviter qu’ils soient détruits par les crues hivernales ; des tunnels et des mines pour transporter les eaux d’une vallée à une autre selon la demande des plantations ; des canaux d’irrigation suivant les courbes de niveau pour pouvoir amener les eaux aux terrasses de culture ; et enfin des citernes et des cantonnières pour répartir les eaux des « adulés »7. Bref, cela représentait des travaux hydrauliques très coûteux si l’on tient compte de la complexité orographique de l’archipel et le manque conquête de ces deux îles jusqu’à une période encore peu définie. On peut donc dire que les personnes souhaitant le contrôle des eaux pour développer la culture de la canne à sucre participèrent aux répartitions successives autorisées par la Couronne.

16La mobilité de l’eau, indépendante de la terre, le rôle de protagoniste conféré à cette mobilité pour le développement de l’irrigation et, enfin, la croissance soutenue de la demande de sucre ont déterminé la création d’un marché de l’eau. Les principaux acheteurs étaient les « messieurs des raffineries et des plantations », c’est-à-dire, la minorité des grands conquérants et les financiers génois. D’où l’intervention de la Couronne qui, en 1498, interdit aux étrangers – dont la plupart étaient génois – la possession de raffineries et de propriétés dont la valeur dépasserait 200 000 maravedís (mrs., monnaie de Castille) (idem 1981, doc. 521 : 107), et en 1506 la vente de terres et d’eau aux « étrangers et aux personnes puissantes » (idem 1981, doc. 665 : 136), conférant ainsi aux habitants le droit de préemption (idem 1981, doc. 668 : 137). Cependant, ces interdictions ne donnèrent aucun résultat du fait des exemptions proclamées, parfois même par la Couronne (idem 1983 : 236).

17Donc, ni les répartitions, ni le marché n’ont permis la privatisation du contrôle de l’eau. En réalité, cette privatisation fut possible grâce à des mécanismes d’origine extraéconomique, et surtout à mesure que la demande en eau, nécessaire au développement des plantations, ne pouvait être couverte par l’offre. Les plaintes sur la partialité des gouverneurs – intéressés eux aussi par la culture de la canne à sucre –, qui favorisaient lors des répartitions les minorités de conquérants et les financiers, commencèrent à augmenter. Ces minorités contrôlaient, de plus, le gouvernement municipal au début du processus de privatisation entamé par les conseillers municipaux, surtout dans le cas des îles de Tenerife et de La Palma. La Couronne décréta alors, à une date non définie, que les gouverneurs ne pouvaient pas répartir les terrains et les eaux ayant une valeur supérieure à 3 000 mrs (idem 1991, doc. 505 : 124).

18L’argutie juridique a été la deuxième manière de convertir en propriété communale, puis en eaux municipales, les eaux royales. Celles-ci étaient concédées par la municipalité aux intéressés qui n’étaient que ceux qui exerçaient un contrôle politique sur l’institution municipale. Enfin, la méthode la plus généralement utilisée a été l’usurpation : les administrateurs (Heredamientos) défendirent leur contrôle sur toutes les eaux s’écoulant dans les ravins situés sur les terrains qui leur avaient été attribués – lors de la répartition initiale des terrains et des eaux –, bien qu’à l’époque ces terrains ne fussent pas utilisés pour l’irrigation. Ils pouvaient ainsi bénéficier de cet excédent d’eau (idem 1983 : 245).

19Le caractère illégal de ce procédé – étant donné que, comme nous l’avons vu, l’eau répartie dépendait de la superficie du terrain irrigué originellement concédé – fut dénoncé par les colons sans eau à la Couronne, ce qui motiva la réforme des répartitions au début du xvie siècle (Macías Hernández 1989 : 131). De plus, l’appropriation en question était une atteinte aux intérêts de la Couronne. On décida donc en 1511 de permettre l’exploitation d’un tiers de toutes les eaux non réparties à Tenerife, La Palma et Gran Canaria, c’est-à-dire les îles du territoire royal (Aznar Vallejo 1981, doc. 831 : 168), les deux tiers restants étant laissés à la disposition des membres du Conseil royal. En 1518, la Couronne donna à l’infante Leonor « les terres et les eaux qui n’ont pas de propriétaire sur les îles de Gran Canaria, Tenerife et La Palma ; celles qu’ont en trop les bénéficiaires des répartitions commencées par les Rois Catholiques et des terres et des eaux qui se trouvent sur les monts et dans les bois des dites îles, car tout cela appartient au patrimoine royal » (idem 1991, doc. 33 : 21).

  • 8 On peut citer la création de l’administration de Satautejo (Gran Canaria) en 1523, suite à un conf (...)

20Toutefois, l’intervention des réformateurs ne changea en rien la réalité socioéconomique née des premières répartitions8. D’autres initiatives postérieures échouèrent aussi. La Couronne fut donc incapable de freiner le processus de privatisation de son patrimoine à cause de l’opposition systématique de la classe dominante des îles, exercée par le biais des institutions municipales. De plus, si la Couronne souhaitait une colonisation rapide et efficace, d’une importance stratégique pour son projet américain, elle devait sacrifier ses prérogatives en faveur d’une politique d’État, en accordant des facilités de colonisation, non seulement aux colons, mais aussi aux dirigeants de la vie locale.

21Ceux-ci étaient, en définitive, les principaux bénéficiaires des eaux (Macías Hernández 1989 : 134-135). Ainsi, en 1543, les successeurs de Pedro de Lugo et de Bartolomé Benítez de Lugo, et les héritiers du marchand catalan Rafael Fonte, possédaient 76,8 % de la totalité des eaux de l’administration (Heredamiento) de La Orotava (Tenerife). Le contrôle de la totalité des eaux de l’administration de Arguai et de Tazacorte était entre les mains des héritiers du Flamand Jácome de Monteverde. Enfin, seuls deux propriétaires se partageaient 48 % des eaux de l’administration d’Arucas-Firgas (Gran Canaria) en 1647.

22Ces propriétaires ont été ceux qui, de plus, imposèrent leur contrôle sur toutes les eaux grâce à la juridiction privative des maires, qui fut de règle jusqu’à l’abolition des seigneuries (Pereza de Ayala 1969 : 77-78). Ces fonctions étaient excercées par les plus grands propriétaires de chaque administration : il s’agissait d’un groupe oligarchique qui contrôlait à la fois les postes municipaux et militaires, c’est-à-dire le pouvoir économique, civil et militaire dans chaque région de l’archipel. On se trouvait alors devant une sorte de juridiction seigneuriale partagée.

  • 9 Ainsi, une partie des eaux du ravin de Tirajana (Gran Canaria) fut cédée par décret royal en 1682 (...)

23Celle-ci a été, enfin, contestée par les propriétaires de terres sans eau. La crise du secteur sucrier au milieu du xvie siècle atténua la demande d’eau et les propriétaires de cette ressource vendirent et/ou louèrent leurs excédents et cédèrent même une partie en emphytéose (Macías Hernández 1989 : 136). Mais, après 1660, l’expansion croissante des terres irriguées et l’augmentation de la superficie cultivée furent à l’origine de nouvelles pressions en vue d’un contrôle de l’eau. Les propriétaires récupérèrent les excédents d’eau cédés antérieurement aux propriétaires de terres sans eaux, et intensifièrent l’appropriation des sources (idem 1989 : 137)9.

24Logiquement, cette attitude des puissants entraîna, une fois encore mais avec plus d’intensité, l’opposition des propriétaires de terrains sans eau, membres d’une bourgeoisie rurale née de l’expansion du marché intérieur et de l’administration des rentes féodales, et souhaitant aussi contrôler les eaux royales. Ils dénoncèrent le processus de privatisation des administrateurs, insistant sur le fait qu’une partie des eaux appartenait à la Couronne et que les eaux utilisées dépassaient les limites fixées par la Couronne lors des premières répartitions. Ces dénonciations trouvèrent leur écho dans une administration bourbonne, jalouse de ses droits régaliens, opposée à l’autonomie des conseils municipaux et à toute juridiction située en marge de la royauté, c’est-à-dire à la juridiction privative des maires des Eaux. Bref, par le biais de révoltes, émeutes et mutineries, les propriétaires de terres non irriguées remirent en cause les droits des premières administrations, dénoncèrent l’appropriation illégale des eaux et refusèrent la juridiction privative des maires des Eaux.

25Quel a été le résultat de ce conflit ? Les administrateurs (Heredamientos) firent pression sur la Couronne pour que celle-ci confirme leur « entière capacité juridique » sur la totalité des eaux s’écoulant dans les ravins. Ils firent valoir l’exercice de cette « entière capacité juridique » – du fait qu’ils avaient utilisé l’eau pour la vendre, la sous-louer ou la céder en condominium –, et le fait que toutes les eaux avaient été assignées aux terres situées sur la côte. Ils refusèrent ainsi, par omission délibérée, le caractère régalien de la répartition primitive des eaux et le fait que la Couronne avait uniquement cédé l’eau nécessaire à l’irrigation de superficies déterminées.

  • 10 Ils ont réussi seulement dans un cas concret, après un litige long et retentissant, accompagné de (...)
  • 11 L’administration de Güimar est née de la concession donnée par le Cabildo (Conseil de l’île) en 17 (...)

26De leur côté, les propriétaires sans eau n’obtinrent pas ce qu’ils désiraient malgré les pressions exercées10. Dans quelques régions de l’archipel où une irrigation limitée ne remettait pas en cause les droits des anciennes administrations, la minorité rurale put en créer d’autres, qui privatisèrent par usurpation, tout comme les premières administrations, les eaux royales : des eaux originellement royales ou communales passèrent sous concession municipale ; les eaux sans concession ou sans titre furent quant à elles appropriées11 Ils élargirent plus tard leur contrôle à la totalité des eaux, mais il n’y eut pas, comme ce fut le cas des administrations nées de la conquête, de répartition fixant l’eau à une superficie déterminée de terrain.

Conclusion

27Ainsi, le concept de propriété bourgeoise, déjà en voie au début de la colonisation des îles Canaries, se vit renforcé par la répartition prioritaire de l’eau aux cultures étroitement liées aux forces du marché. La conjonction de ces deux facteurs entraîna, en premier lieu, la conversion du domaine de l’eau en un bien indépendant de la terre, objet d’échange et d’attribution productive en accord avec le bénéfice privé.

28L’évolution économique postérieure confirma ce processus, en renforçant la privatisation des eaux royales, communales et municipales, réalisées par les propriétaires fonciers de l’archipel, qui excerçaient la juridiction privative des maires des Eaux (Alcaldes de Aguas) et contrôlaient les institutions municipales. Enfin, ce processus de privatisation par le biais de la simple appropriation reçut sa caution juridique au xixe siècle avec la nouvelle réglementation bourgeoise sur les eaux qui signifia la conversion en propriété entière et individuelle de tous les droits pré existants en la matière.

Bibliographie

29Aznar Vallejo, E., 1981, Documentos canarios en el registro general del sello (1476-1517), La Laguna, Instituto de Estudios Canarios.

30— 1983, La integración de las Islas Canarias en la Corona de Castilla (1478-1520), Santa Cruz de Tenerife, Universidad de La Laguna.

31— 1991, Documentos canarios en el registro general del sello (1518-1525), La Laguna, Instituto de Estudios Canarios.

32Carita, R., 1989, História da Madeira (1420-1566). Povoamento e produçao açucareira, Funchal.

33Fernandez-Aimesto, F, 1983, The Canary Islands after the Conquest, Oxford.

34Glick, T. F., 1972, The Old Background of the Irrigation System of San Antonio Texas, San Antonio de Texas, University of Texas.

35Hernández Ramos, J., 1954, Las Heredades de aguas en Gran Canaria, Madrid.

36Ladero Quesada, M. A., « Las cuentas de la conquista de Gran Canaria », Anuario de Estudios Atlánticos, 12 : 11-103.

37Macías Hernández, A. M., 1989, « Aproximación al proceso de privatización del agua en Canarias (c. 1500-1879) », in Agua y Modo de Producción, Pérez-Picazo M. T. et Lemeunier G. (éds), Barcelone, Editorial Crítica.

38— 1992, « Expansión europea y demografía aborigen. El ejemplo de Canarias, 1400-1505 », Boletín de la Asociación de Demografía Histórica, X/2 : 9-45.

39Morales Padrón, F., 1974, Ordenanzas del Concejo de Gran Canaria (1531), Las Palmas de Gran Canaria, Éditions du Cabildo Insular de Gran Canaria.

40Nieto, A., 1968, « Aguas subterráneas : subsuelo árido y subsuelo hídrico », in Estudios de Derecho Administrativo especial canario (Régimen de las Aguas), Santa Cruz de Tenerife, Éditions du Cabildo Insular de Tenerife : 25-120.

41Peraza de Ayala, J., 1969, « El Heredameinto de aguas de La Orotava (notas y documentos para un estudio histórico-jurídico de las aguas en Canarias) », in Estudios de Derecho Administrativo Especial Canario (Heredamientos y Comunidades de Aguas), Santa Cruz de Tenerife, Éditions du Cabildo Insular de Tenerife, III : 80-88.

42Rosa Olivera, L., 1969, « Antecedentes históricos de los heredamientos y comunidades de aguas en Canarias », in Estudios de Derecho Administrativo Especial Canario (Heredamientos y Comunidades de Aguas), Santa Cruz de Tenerife, Éditions du Cabildo Insular de Tenerife, III : 26-31.

43Tejera Gaspar, A. ; González Antón, R., 1988, Las culturas aborígenes canarias, Santa Cruz de Tenerife, Editorial Interinsular Canaria.

Notes

1 Par exemple, lors de la répartition des terrains effectuée à Gáldar, on fait allusion à la « acequia de los indígenas » pour limiter la terre répartie. Les premiers colons européens installèrent leurs premières plantations de cannes à sucre á Las Palmas, Telde et Agáldar, ces deux derniers endroits étant d’importantes zones d’irrigation et de peuplement de la communauté autochtone ; d’autres colons s’installèrent aussi sur des terrasses irriguées où avaient vécu les autochtones ; en 1511, une donation royale donnait à Lope de Conchillos, secrétaire du Conseil royal, « seis caballerías de regadío, con el agua que se ha de tomar de la que aprovechaban los Canarios en Varvega, debajo ded Aldea Blanca, [...] por estar desapropechada ». Enfin, les « Canarii » qui s’intégrèrent à la nouvelle colonie ne se montrèrent pas opposés à l’augmentation de la surface irriguée ; ils défendirent toutefois leurs puits et leurs eaux contre le colon européen. Voir Aznar Vallejo 1981 : doc. 493 : 101, et doc. 875 : 175.

2 Chronologie de la conquête seigneuriale : Lanzarote (1402), Fuerteventura (1402), El Hierro (1404) et La Gomera (1430 ?).

3 Chronologie de la conquête royale : Gran Canaria (1478-1482), La Palma (1492-1493) et Tenerife (1494-1496).

4 La plainte des propriétaires de l’administration de Firgas contre le Génois Tomás de Palenzuela pour l’assèchement de la source de l’administration (« Heredamiento ») montre la dépendance en eau d’irrigation des plantations. On lui demanda en compensation le paiement de 30 000 arrobas de sucre (345 000 kg), c’est-à-dire neuf millions de maravedís. Voir Aznar Vallejo 1981, doc. 790 : 160.

5 On appel la azada l’eau nécessaire pour irriguer une fanegada pendant douze heures. L’azada est le nom donné à l’instrument servant à arroser les cannes à sucre. La fanegada variait d’une île à l’autre, mais en règle générale, elle correspondait à 5 000 m2. La périodicité de l’irrigation, la dula, dépendait du degré d’isolation et des caractéristiques des sols et oscillait entre 15 et 30 jours. Les termes azada et dula furent ensuite utilisés en Amérique, et font partie du patrimoine agronomique des colons insulaires.

6 Des 24 suertes réparties à Tenoya, 15 furent cédées au conquérant Juan de Sibero ; en 1501, des 145 fanegadas de Gáldar et de Moya, 46,5 furent cédées à deux Génois – les Riverol qui, comme nous le verrons plus tard, agrandirent leurs plantations de cannes à sucre, grâce à l’intervention des gouverneurs et grâce à l’achat d’eau. La Couronne fournit de nombreux terrains aux membres du Conseil royal, souhaitant participer aux bénéfices du commerce du sucre, qui cédèrent leurs droits à la minorité génoise ; seuls dix personnes reçurent en tout 690 fanegadas. Dans le cas des terres irriguées réparties à Tenerife, les paysans reçurent trois fanegadas ou media suerte, les conquérants de 9 à 12 et les propriétaires de « raffineries », 30 ; sur un total de 380,5 fanegadas d’irrigation, 56,9 % se retouvèrent entre les mains du groupe des conquérants, le reste devenant propriété du groupe financier génois – Ponte, Viña, Lercaro, Justiniani, Rizzo Grimaldi, Sopranis. Voir Macías Hernández 1989 : 127.

7 Deux exemples extrêmes de ce processus. La construction de la « mina de Tejeda », immense tunnel qui conduisait une partie des eaux du ravin du même nom à Las Palmas, capitale de l’île de Gran Canaria, a été estimée à 250 000 maravedís, somme qui devait être payée par ceux qui souhaitaient en bénéficier, la moitié des eaux étant réservée à la municipalité. Le deuxième exemple

8 On peut citer la création de l’administration de Satautejo (Gran Canaria) en 1523, suite à un conflit avec l’administration de Las Palmas. Les administrateurs de Satautejo considérèrent les eaux qu’ils revendiquaient comme des eaux royales, alors qu’elles étaient usurpées sans aucun titre de propriété par les propriétaires de l’administration de Las Palmas.

9 Ainsi, une partie des eaux du ravin de Tirajana (Gran Canaria) fut cédée par décret royal en 1682 à Felipe de la Cruz, qui les céda à son tour à Agustín Amoreto ; et des eaux communales et individuelles de La Orotava furent cédées à Gaspar de Franchy et au marquis de Villanueva del Prado par le Conseil de l’île.

10 Ils ont réussi seulement dans un cas concret, après un litige long et retentissant, accompagné de mutineries et de révoltes : dans le cas des habitants de Teror (Gran Canaria) opposés aux héritiers de l’administration de Tenoya. Mais le caractère exceptionnel de ce triomphe est à nuancer si l’on tient compte du fait qu’intervinrent des membres de la classe hégémonique insulaire, des grands propriétaires terriens sans eau, donc directement concernés par le conflit. En définitive, sans cette participation, la minorité rurale n’aurait pas eu le pouvoir politique ni socioéconomique nécessaire pour obtenir la privatisation des eaux de l’administration. Cela montre que la minorité rurale, composée de petits et moyens propriétaires et de rentiers, n’avait pas la possibilité de représenter un pouvoir politique et socioéconomique capable de remettre en cause la puissance des grands propriétaires terriens.

11 L’administration de Güimar est née de la concession donnée par le Cabildo (Conseil de l’île) en 1797. On argumenta que les eaux étaient privées, ce qui donna naissance à de véritables conflits pour le contrôle de ces eaux. L’administration de Mogán (Gran Canaria) est née, quant à elle, de l’utilisation clandestine des terres royales, qui furent même exploitées pour l’élevage. Finalement, les roturiers des terres irriguées créèrent de leur propre initiative l’administration au milieu de la décennie de 1787 et, malgré l’intervention du « correcteur » et les tentatives de répartition des terres selon les directives en vigueur, ils restèrent en possession des terres et des eaux sans qu’il y ait eu confirmation.

Auteur

Université de Las Palmas de Gran Canaria, Las Palmas.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540