Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et développement dans l'Europe moderne

 | 
Salvatore Ciriacono

Introduction

Salvatore Ciriacono

Texte intégral

L’eau comme enjeu économique : l’irrigation entre époques anciennes et l’époque moderne

1L’eau est devenue un objet de recherche d’un grand intérêt au cours des dernières décennies (presque à la mode dirait-on) car elle se situe au carrefour d’approches allant de l’économie et de l’agriculture à l’approvisionnement hydrique, des sources d’énergie aux modes de production, du contrôle social d’un élément naturel (limité en quantité et inégalement distribué) à sa représentation symbolique, artistique et religieuse. L’imaginaire collectif a également considéré l’eau comme une source de désolation et d’horribles tragédies provoquées par les inondations, tandis que le problème des transferts de technologie a conduit les historiens à dépasser le cadre étroit des frontières nationales.

2L’attention doit aussi s’étendre aux institutions et au rôle de l’État qui en ont fondé les usages, dans une vision panoramique de l’histoire de l’environnement : celui-ci constitue, dans une perspective braudélienne, le véritable « ensemble des ensembles », dans le cadre duquel les civilisations se sont développées et succédé. En effet, le contrôle social des ressources, à y regarder de près, n’a jamais pu faire abstraction ni de l’importance de ces ressources mêmes ainsi que de la menace de leur épuisement, ni du degré de conflictualité et de médiation socio-politique qui s’est toujours exprimé au cours de l’histoire. Dans le cadre des conflits liés à l’accaparement des ressources de la nature, disponibles sur un territoire donné et pour une période historique déterminée, on peut se demander quel élément – à cause précisément de l’organisation et de la multiplicité de ses usages – a dépassé l’eau.

3Les conflits ont vu s’opposer les utilisations strictement agricoles (canaux d’irrigation, travaux de drainage et de « bonification ») aux emplois énergétiques (moulins à blé, à soie, à papier, foulons, vérins, et de nombreux autres types de machines de l’époque médiévale et proto-industrielle dont l’usage s’est développé jusqu’à et pendant la révolution industrielle), aux usages domestiques et urbains (approvisionnement des villes, aménagement de canaux, creusement de puits, etc.).

4Un autre problème théorique doit être éclairci. Est-il permis de parler d’irrigation sans tenir compte de l’idée complémentaire de « bonification », visant à rendre les terrains meilleurs selon son étymologie latine ? L’historien peut-il aborder séparément les deux thèmes, les irrigations d’un côté et le drainage de l’autre, quand le concept de « bonification intégrale », tel qu’il a été élaboré par la littérature agronomique des dernières décennies, pousse à une réponse négative ? Pour les agronomes en effet le drainage du terrain ne s’effectue pas seulement en creusant des canaux aptes « à évacuer les eaux surabondantes », mais aussi en utilisant les mêmes canaux pour irriguer efficacement les terrains à peine conquis : l’irrigation serait donc « essentiellement une partie, et d’une très grande importance, du grand plan de la bonification intégrale » (du côté italien, voir Serpieri 1957 : 1-2 ; Cazzola 1987 : 64).

5I1 est vrai que le concept de « bonification », compris au sens large que nous venons d’indiquer, s’est affirmé très tard dans la pratique. À Venise, qui réalise au cours du xvie siècle une expansion agricole significative, coordonnée par l’action des Provéditeurs des biens incultes, irriguer les terrains secs et assécher les marais étaient considérés comme deux aspects d’une même intervention. Mais, au fil du temps, et dans la pratique agricole, on a toujours tendu à distinguer davantage les deux opérations, en limitant la signification de bonification à un ensemble de travaux destinés à assainir un terrain marécageux ou dont l’écoulement était insuffisant. Et plutôt que d’augmenter la productivité agricole, en « bonifiant » le terrain, on se proposait l’objectif bien plus limité de mettre en culture des terrains marginaux, souvent infestés par le paludisme. Il en allait de même en Europe, en ce sens qu’assécher des terrains a pu prendre les significations économiques les plus variées, en destinant dans certains cas ces terrains à des cultures traditionnelles, comme les céréales, et dans d’autres, en introduisant sur les terres conquises sur l’eau des formes avancées d’une agriculture de type capitaliste, comme le riz dans la plaine du Pô, la garance et le houblon dans les polders hollandais. L’intensification des méthodes était mise à profit pour restructurer les exploitations agricoles et construire de nouveaux paysages agraires. Évidemment le rapport eau-terre induit à envisager les formes agricoles qui se sont développées dans le cadre des économies modernes.

6En outre, le rapport entre agriculture, environnement, modes de production et institutions politiques a eu une grande incidence sur les activités économiques et le développement même de l’économie préindustrielle. Tout aussi étroits se sont révélés les rapports entre l’urbanisation et l’approvisionnement en eau, centrés sur le conflit historique entre ville et campagne concernant l’usage de l’eau. L’essor des villes modernes, qui dépassent le seuil du million d’habitants au cours du xviiie siècle, ne fut rendu possible que grâce à un système adéquat de transport et de distribution de l’eau. Bien sûr, à Paris la capture de l’eau des canaux, creusés pour les exigences du transport, qui coulaient vers la ville, comme le canal de l’Ourcq, s’avéra le meilleur atout dans cette stratégie. Mais l’intérêt pour l’eau du Brenta, un fleuve qui coulait près de Venise, n’a pas caractérisé les stratégies d’approvisionnement en eau de cette ville, dont l’équilibre environnemental était particulièrement sensible. Si l’on pense encore, à des latitudes et des périodes historiques différentes, à ce que fut Mexico dès l’époque aztèque, entourée par toute une série de lacs, sillonnés par des milliers d’embarcations qui l’approvisionnaient en eau et en marchandises (Palerm in Steward 1981 : 40-41 ; Musset 1991), on aboutit au même genre de conclusions. C’est cependant Marseille qui représenterait de manière emblématique le conflit structurel entre les exigences d’une agriculture avide d’eau et l’incontournable nécessité de satisfaire les besoins des habitants d’une ville méditerranéenne. Cette seconde finalité resta en effet prépondérante jusqu’au début du xixe siècle, lorsque fut creusé le canal de Marseille car on avait négligé jusqu’alors d’irriguer le terroir environnant dont l’utilisation avait été laissée au second plan. Dans la seconde moitié du xviie siècle, avait été, il est vrai, réalisé le canal du Midi, et un siècle plus tôt, l’ouverture du canal de la Durance, dérivé de ce fleuve dès 1557, avait connu un succès plus immédiat. Ce dernier avait été conçu pour fertiliser la plaine de la Crau, et devait constituer la plus grande réalisation d’Adam de Craponne et de son école. Mais l’entreprise prit une mauvaise tournure, ce qui interdit d’amener l’eau à Marseille et à Aix-en-Provence, comme on l’avait envisagé (Martin 1874 : 18-22 et 46-50).

  • 1 Le traité de Herrera (Obra de agricultura, compilada de diversos autores, 1513) connut de nombreus (...)
  • 2 Pour les Andalous l’irrigation n’était pas seulement un élément d’humidification mais encore l’ind (...)

7Il ne fait aucun doute que l’accroissement de la productivité des sols (l’eau concerne directement les différentes formes de productivité : celle du sol, celle du travail et celle du capital) représenta l’enjeu le plus significatif des transformations en agriculture, et les techniques d’irrigation constituèrent la clef de voûte d’une agriculture plus avancée et efficace. Il est donc logique de nous référer à ce que l’eau a représenté dans le rapport entre prés irrigués, plantes fourragères, élevage et révolution agronomique, aussi bien dans le cas anglais, qui a longtemps constitué la référence européenne en matière d’agriculture avancée, que dans les anticipations de cette révolution qui figure dans les traités italiens (Camillo Tarello et Agostino Gallo) dès le courant du xvie siècle. Mais on ne devra pas non plus sous-évaluer ce qu’ont représenté les cultures irriguées dans les pays méditerranéens en terme de produits agricoles de haut prix (citrons, oranges et autres agrumes, canne à sucre, etc.). Cette production compensait les structures arriérées d’une agriculture extensive entourant ces oasis fertiles, placées presque toujours sous la protection des villes et dépendant d’elles pour les investissements nécessaires. Un exemple frappant nous est fourni par les jardins de Palerme, où un système hydrique, destiné à la culture de la canne à sucre et des agrumes, fleurissait dès les xie et xiie siècles, héritage de la domination musulmane de la Sicile (Bresc 1972 : 55-127). En effet les influences de l’Islam, qui avaient été très importantes dans tout le bassin méditerranéen, s’exprimèrent aussi bien dans l’acheminement de l’eau vers les villes, les jardins et les potagers que dans la promotion d’une agriculture irriguée. Ibn-al-Awwäm (1180-1220), figure tutélaire de la tradition médiévale islamique, représente le sommet de l’agronomie arabe avant son déclin. Même s’il faudra attendre le xviiie siècle pour qu’il soit traduit dans les langues européennes, il est également vrai que son enseignement se répandit et eut une influence en dehors des pays arabo-hispaniques, grâce à la réinterprétation qu’en avait faite Gabriel Alonso de Herrera au xvie siècle (Ibn-al-Awwäm 1866, I : 117-34 et 510-36)1. Les canaux du royaume de Valence, justement célèbres par la fertilité qu’ils assuraient aux huertas, avaient représenté un type bien précis de paysage, le regadio, qui s’opposait au secano (terres sèches) (Glick 1970). Et même si l’on peut concéder à Lucie Bolens que les traités andalous ont consacré moins de place à l’irrigation qu’à l’usage urbain de l’eau (aqueducs et canaux destinés aux palais et aux mosquées), on ne peut nier cependant que cette littérature est moderne dans sa manière d’aborder l’usage de l’eau dans l’agriculture, par l’attention qu’elle porte aux équilibres écologiques nécessaires, à une fertilisation naturelle et à une pratique aratoire prudente (Bolens 1974)2.

8Le déclin d’une agriculture que nous pouvons assurément qualifier d’intensive commença au moment où, à partir des xve et xvie siècles, les intérêts d’une société agro-pastorale, centrés sur le développement d’une agriculture extensive et de la Mesta, « ultimately overhelmed the great hydraulic civilization created by the Moors », comme l’observa Karl August Wittfogel. Une même politique destructrice devait se développer dans l’Amérique coloniale où

« the aggressive warriors of Navarra and Castille [...] destroyed the hydraulic core of the high American civilizations with the self same political and economie weapons they had used against the centers of Moorish irrigation – Cordoba, Seville, and Granada » (Wittfogel, cité par Ulmen 1978 : 481 ; Musset 1991).

9Ce n’est que plus tard que l’on se référera à la grande tradition arabe lorsque, dans la seconde moitié du xviiie siècle, certaines régions espagnoles enregistreront un tournant décisif, coïncidant avec une époque de projets, de réformes et de développement économique accéléré, même si le cadre en reste marqué par les spéculations et les révoltes (Pérez Sarrión 1995).

10Ce serait en effet une erreur de croire que ces initiatives témoignent du développement progressif des manières d’irriguer, et des techniques liées à l’eau, qui aurait permis d’enclencher un cycle agricole et économique continu. Elles s’inscrivent au contraire dans une longue série d’exemples de rupture d’un cadre hydraulico-agricole favorable, qui s’échelonnent tout au long de l’histoire, depuis les civilisations de l’Antiquité (asiatiques, médio-orientales, romaine, précolombiennes, etc.) jusqu’à celles du Moyen Âge et de l’époque moderne. L’absence de contrôle du sol et de l’eau peut à tout moment entraîner la perte rapide des réalisations précédentes, en termes de développement agricole et de maîtrise du territoire. Autrement dit le retour de l’oecumene à l’anoecumene a toujours menacé. Cela vaut du système d’irrigation palermitain, qui ne connut pas par hasard une régression à partir du xiiie siècle, de l’Espagne arabo-musulmane du xvie siècle, ou encore d’une situation de crise qui peut aussi provoquer une irrigation excessive. Dans son Opus ruralium commodorum, parlant de l’Italie du Nord, le Bolonais Pietro de’ Crescenzi dénonçait autour de 1 300 des phénomènes de délavage du sol, par une irrigation trop intense et la surexploitation agricole, signes qui anticipaient à ses yeux une crise qui ne devait éclater au grand jour que dans la période suivante (Oison 1944 : 35-37 ; Toubert 1984).

11Une différence de fond, lorsqu’on aborde le problème de la productivité agricole liée à l’eau, sépare cependant les civilisations anciennes de celle des régions d’Europe occidentale qui ont connu un développement agricole à l’époque moderne. Pour les premières, c’était la nécessité primordiale de nourrir des populations nombreuses qui en a été le moteur. Dans l’Europe moderne au contraire, la croissance de la productivité en général et l’emploi de l’eau en particulier se mêlaient aux autres variables fondamentales du développement économique : notamment l’accroissement des rendements agricoles qui permettaient d’alimenter une population susceptible d’être employée dans des secteurs économiques autres que l’agriculture, comme les manufactures, la bureaucratie de l’État moderne ou les services.

Transfert technologique et modes de production : Karl August Wittfogel

12Dans ces cycles de l’eau, l’expansion de la canne à sucre semble bien avoir constitué, au début de l’époque moderne, une étape fondamentale, de la Méditerranée (où, à Chypre, les Corner implantèrent dès le xvie siècle des installations de raffinage qui annoncent la phase suivante de la commercialisation du produit, contrôlée jusqu’au xvie siècle par Venise), jusqu’aux Canaries et à l’Amérique latine. Avec la colonisation américaine les échanges intercontinentaux prennent en effet une nouvelle direction : l’expansion atlantique entraîne le transfert de la culture de certaines plantes du vieux Continent vers le nouveau. En particulier, toute une série de cultures spécifiques exigeant en milieu tempéré une irrigation importante, comme la canne à sucre et le riz, ou les fruits et les agrumes (oranges, citrons et melons), dont l’apport vitaminique est élevé, furent touchées par ce transfert transcontinental qui unifia l’Europe et le Nouveau Monde, après avoir mis l’Inde des moussons en contact avec le Moyen-Orient et, à travers lui, avec l’Espagne musulmane (Chaudhuri 1991). La progression de la canne à sucre vers les Canaries, avec tout ce que représenta le mouvement de capitaux de la vieille Europe vers ce nouvel avant-poste, ne fut que le corollaire d’une histoire aussi vaste que celle du commerce des produits coloniaux (Macías Hernández in Lemeunier et Picazo 1990 : 121-149). Et s’il est vrai que l’homme, en transportant des plantes d’une partie du globe à l’autre, a transformé et adapté le milieu à ses exigences (Crosby 1972 ; Aymard 1995), il est tout aussi vrai que l’eau a été l’instrument indispensable d’un tel transfert.

  • 3 L’eau en Sicile est une propriété privée, distincte de celle de la terre, et aliénée « à perpétuit (...)

13D’autre part le contrôle de l’eau et la définition des droits de propriété, que ce soit dans la vieille Europe, en Espagne comme à Palerme, ou bien dans les terres nouvellement colonisées comme les Canaries, proposent une problématique riche d’implications sociales et économiques, selon que les droits sur l’eau étaient liés ou non à ceux de la terre. De ce point de vue, les thèses de Thomas F. Glick à propos du levante espagnol à l’époque médiévale, comme celles de Henry Bresc pour Palerme et d’Antonio Macías Hernández sur les Canaries, offrent un point de départ utile. Elles soulignent l’importance d’au moins deux systèmes d’origine arabe, l’un plus « démocratique » qui associait la propriété de l’eau à celle de la terre (Valence, Castellón), l’autre qui au contraire les dissociait et assurait ainsi le pouvoir des maîtres de l’eau et de leurs intermédiaires sur les paysans (Elche, Alicante, Novelda, mais aussi les Canaries ou Palerme en Sicile) (Glick 1970 : 4-5 ; Bresc 1972 : 60)3. En effet, si l’on examine précisément le cas de Valence, les théories de Karl August Wittfogel sur l’Hydraulic Society et sur l’Oriental Despotism ne peuvent qu’être remises en question : l’exemple espagnol suggère que c’était l’autonomie des communautés hydrauliques qui caractérisait la société arabe médiévale, alors que l’organisation chrétienne accentuera, au cours de la période moderne, le contrôle et les interventions de la bureaucratie (Glick 1996 : 4-12).

14Même si elles ont longtemps dominé les sciences sociales, même si elles ont favorisé la comparaison, des théories comme celles de Wittfogel se révèlent dangereuses dès qu’elles conduisent à des généralisations trop systématiques. Élaborées à partir de l’expérience historique de la Chine, ces théories, qui supposent nécessairement une organisation centralisée et autoritaire destinée à contrôler des systèmes hydrauliques de grandes dimensions, ont été confrontées à d’autres réalités géographiques, comme l’Inde, le Mexique et les civilisations précolombiennes, pour chercher la confirmation de l’existence d’hypothétiques « asiatic conditions ». Les prémisses théoriques avaient une base solide parce qu’elles s’appuyaient d’une part sur la philosophie allemande du xviiie siècle, comme Herder et Hegel, qui avaient étendu l’interprétation classique du despotisme oriental au rôle joué par les grands fleuves. D’autre part elles reposaient sur la pensée politique française incarne par Montesquieu qui avait dépassé l’idée selon laquelle le climat était la cause principale des particularités de l’État et de la société asiatiques, en soulignant l’importance des dimensions et du contrôle du territoire. Wittfogel s’intéressa enfin à un autre classique de la pensée économique, Adam Smith, qui avait lié le rôle joué par les gouvernements asiatiques à l’agriculture et au commerce, en lui reconnaissant pour but de garder « such public works as roads and canals » (Wittfogel 1972 : 62-64). Ce fut en tout cas Marx qui reprit ces prémisses théoriques pour les fondre dans le concept de « mode de production asiatique », caractérisé, selon Wittfogel, par des « sociétés hydrauliques de caractère despotique ».

  • 4 Fockema Andreae avait déjà reconnu dans l’Espagne médiévale et Valence un exemple significatif de (...)

15À l’origine de vives discussions, ces thèses ont été diversement accueillies par bon nombre d’historiens, d’anthropologues, de sociologues, d’économistes et de géographes (fondamentales sont, à ce propos, les contributions recueillies par Steward 1981 et Downing et Mc Guire 1974), ces derniers étant les premiers à rejeter une relation univoque entre milieu géographique et développement social, par refus d’un « environnmental determinism wich embraces any explanation of societal change » (Field in Downing et Mc Guire 1974 : 173). En effet, bien que fondamentales de ce point de vue, les opérations d’irrigation ne déterminent en elles-mêmes ni croissance démographique, ni formes de gouvernement despotique. William P. Mitchell remarque que « it is mistaken to view irrigation by itself as independent variable. Any society may or may not direct its irrigation activities centrally ; such direction is not necessary. In fact, a society may view cooperation on irrigation activities as disadvantageous » (Mitchell 1973 : 533). En d’autres termes, il faut analyser de telles formes d’intervention par rapport à d’autres variables, qui furent de caractère socioculturel et pas seulement politico-économique, géographique et environnemental. Ce n’est pas un hasard si Vernon L. Scarborough parle d’un « accretionary development », d’une croissance provoquée par de multiples variables – technologique, scientifique, agro-économique – sur la base d’une série de facteurs de caractère local (Scarborough 1993 : 1-12). Ainsi, non seulement le « despotisme hydraulique » ne fut pas la condition nécessaire de la création de la bureaucratie moderne et de l’organisation du territoire, mais il put représenter dans certains contextes un frein à cette évolution, en consolidant des formes de privilège et de fermeture sociale. Il ne s’agit pas ici de nier que le « despotisme » ou d’autres formes d’administration autoritaires ont favorisé la formation d’institutions centrales qui organisèrent des opérations d’endiguement et d’irrigation. Mais seulement d’affirmer que ce ne fut pas le seul système politico-social en mesure de les organiser. Si le cas de Valence illustre bien l’exception espagnole, les Hoogheemraadschappen hollandaises, étudiées dès leurs origines médiévales par Hendrik van der Linden (Linden 1982), constituent sûrement un autre exemple, dans l’Europe du Nord, de la nécessité d’opposer à la « central theory » de Karl Wittfogel une réalité constituée de « subordinate local Systems » (Hunt et Hunt 1976 : 392)4. En effet, c’est à une échelle régionale que, dans le cas hollandais, se formèrent des institutions de droit public qui eurent pour but de défendre des populations et prirent le nom de heemraadschappen. Le pouvoir féodal essaya, il est vrai, très tôt de les contrôler, en imposant sa propre juridiction. De plus, lorsque les heemraadschappen s’étendirent à de plus vastes territoires, en se transformant en hoogheemraadschappen, la noblesse et les grands propriétaires finirent par exercer à l’intérieur de ces dernières, un contrôle contraignant. Toutefois, ce dernier ne semble pas avoir pu annuler le vif sentiment communautaire, et l’esprit populaire, et même « démocratique » selon Hendrik van der Linden, qui fut à l’origine de ces unités administratives, véritable force de frappe contre toute menace représentée par l’eau.

Au-delà du « despotisme hydraulique » : régularité ou spécificité ?

16Ces considérations nous portent en effet à rouvrir le débat sur le mode de production asiatique, et à proposer des analyses plus complexes, pour nous demander dans quelle mesure chaque zone en particulier s’est rapprochée des formes despotico-aristocratiques ou du modèle hollandais. Bien avant d’autres États européens, Venise, par exemple, se donna une organisation administrative centralisée et efficace, mais on ne peut pas faire rentrer cette expérience historique dans les hypothèses de Wittfogel. En outre, ces institutions vénitiennes ne produisirent pas à la longue les meilleurs résultats. Si les problèmes d’interprétation restent ouverts, même aux Pays-Bas, ceux qui concernent les paysages sociaux et géographiques d’autres pays européens ne le sont pas moins. Quelle signification donner aux travaux d’irrigation et de drainage en France et en Italie ? Se rapprochent-ils plus des modèles espagnols ou hollandais ou bien se situent-ils entre les deux, avec des caractères particuliers ? Et qu’en est-il pour l’Allemagne, l’Angleterre ou pour les côtes de la Vistule où l’influence de la colonisation hollandaise et le transfert des technologies ont été plus nets ?

17On discerne pourtant des constantes régulières dans ces différentes régions qui permettent de faire face à un émiettement de la recherche et des résultats, aussi dangereux que la méconnaissance de la spécificité de chaque cadre national et régional. On peut donc légitimement remarquer, comme l’a fait justement Slicher van Bath, que les travaux de « bonification » et d’irrigation ont accompagné la croissance démographique et suivi la demande de blé et d’autres produits agricoles. Dans ce cas-là, les profits réalisés ont toujours dépassé les investissements (du moins les contemporains l’espéraient-ils, sur la base des informations en leur possession, au moment de la décision initiale). On doit également se demander jusqu’à quel point les variations climatiques ont permis et influencé les travaux d’endiguement et de poldérisation. Sans aucun doute les occasions offertes par un trend économique favorable et une commercialisation accrue ont joué un rôle d’incitation. De même un environnement politique et social favorable représentait une condition nécessaire à ces entreprises, de nature à garantir la sécurité de ces opérations complexes, tant en ce qui concerne l’organisation que l’investissement économique. Comme l’a souligné un géographe français : « le marais s’assèche complètement ou pas du tout ». La mise en place des financements adéquats constituait une autre condition – ce qui nous reconduit aux aspects économiques et conjoncturels –, tout comme la maîtrise de techniques suffisamment développées : particulièrement avancées, celles-ci pouvaient provoquer des phénomènes de rayonnement et d’imitation, comme le démontrent les exemples italien au xvie siècle et hollandais au siècle suivant.

18Il est vrai qu’on pourrait opposer à chacune de ces constantes des exceptions qui en diminueraient la valeur générale. Mais il est tout aussi vrai qu’en suivant ce qui arrive dans chaque région particulière, les conflits qui y naissent et les problèmes qui s’y développent, on peut être conduit à en exagérer l’originalité. Que l’on considère par exemple la variable conflits / « esprit de querelle » et oppositions entre les différentes théories et les différents projets d’intervention. Si l’on regarde bien, ces facteurs apparaissent cycliques et structurels et voient s’opposer des ingénieurs hollandais, Cornelis Vermuyden et Jan Barens Westerdijke, en ce qui concerne le drainage des Fens anglais en 1642 ; des techniciens vénitiens d’un siècle auparavant (Alvise Comaro de Padoue, avec ses Écrits sur la lagune, en polémique avec Cristoforo Sabadino) (Harris 1953 ; Butlin in Cosgrove et Petts 1990 : 54-76) ; des hydrauliciens lombards comme G.F. Sitoni et l’Espagnol Juan de Herrera au temps de Philippe II (García-Diego 1985) ; des ingénieurs anglais comme Proby Cautley et Arthur Cotton dans l’Inde du xixe siècle (Brown 1983-1984 : 85-110, surtout 94).

19C’est à partir de ce cadre global d’analyse que nous avons essayé d’établir des liaisons opérationnelles entre l’Europe méditerranéenne et celle du Nord, tout en étudiant les conditions naturelles, les réponses techniques à ces conditions, les contraintes sociales et politiques pesant sur la solution de ces conditions techniques, la traduction de ces conditions sociales dans l’organisation des structures agricoles. La période historique considérée embrasse le bas Moyen Âge et l’époque moderne. Un Moyen Âge pendant lequel, malgré des méthodes rudimentaires et des capitaux limités, les grandes abbayes et les grands monastères, surtout bénédictins, cisterciens et prémontrés, déployèrent leur action sur tout le continent européen, en unifiant dans ces interventions, apparemment décentralisées, Groningue au nord des Pays-Bas, avec la plaine du Pô et le Cambridgeshire, avec les États de l’Église. À l’époque moderne, vinrent s’ajouter aux agents économiques traditionnels qui avaient développé les techniques de maîtrise de l’eau (élites urbaines et monastères avant tout) des sujets sociaux nouveaux et plus actifs, tels les syndicats d’entrepreneurs de travaux d’assèchement, capables d’agir parallèlement à l’action gouvernementale ou de manière concomitante. On ne devra toutefois pas sous-évaluer le rôle joué par la propriété ecclésiastique dans le contrôle du territoire et dans la domestication de l’eau pendant l’Ancien Régime. La suppression des monastères en Angleterre devait, il est vrai, réorienter dans une direction différente les travaux de drainage et d’irrigation, efficacement réalisés jusqu’alors par les ordres monastiques. La responsabilité en passa aux mains d’une moyenne bourgeoisie et d’une aristocratie qui représentèrent, entre le xvie et le xviiie siècle, le noyau dur de la société anglaise. Mais on ne peut pas exclure pour autant que dans d’autres régions, comme dans les États de l’Église, dans le Brabant, dans la péninsule ibérique, la propriété ecclésiastique ait continué à exercer une action suivie de sauvegarde et de transformation agricole du territoire. Les exemples des Pays-Bas espagnols, de quelques régions italiennes et espagnoles, envisagés aussi dans ce volume, parlent clairement (Buonora 1994 ; Landi 1999 ; Verhulst 1990).

20Le contrôle de l’eau a donc représenté un indicateur fondamental du succès des politiques agricoles menées par les pays européens, qu’elles aient été dirigées vers un emploi nécessaire de l’eau à des fins d’irrigation (comme dans le cas de l’Europe méditerranéenne) ou vers la conquête d’espaces agricoles arrachés à la mer ou aux fleuves (comme dans le cas des Pays-Bas, dont le territoire a été en grande partie construit par l’homme grâce à une œuvre incessante de « polderisation »). On aurait tort d’en conclure que ce tableau met en évidence une opposition entre une Europe méditerranéenne, où ont dominé les travaux d’irrigation, et une Europe du Nord, où ont dominé ceux de drainage. Chaque conclusion doit être nuancée. Dans les zones d’irrigation espagnoles, on avait l’habitude de dériver de petites rigoles d’alimentation à partir des canaux de drainage. Dans la plaine du Pô, surtout dans sa partie orientale, il a fallu à la fois assécher beaucoup de terres basses et créer un système efficace d’irrigation, sans lequel une véritable transformation agricole aurait été impossible. Ainsi, l’extraction du sel, ce produit fondamental des sociétés préindustrielles, était développée aussi bien dans les salines des Pouilles (voir l’article de Russo dans cet ouvrage) que dans les tourbières de Hollande. La malaria ne fut pas une maladie limitée aux marais de la Méditerranée, elle toucha de la même façon les terrains entourés par les digues hollandaises.

Les techniques hollandaises dans le contexte européen

21Les techniques ont aussi nettement marqué les interventions de caractère hydraulique, en donnant une dimension interrégionale et internationale au contrôle de l’eau. La question est si vaste que nous nous contenterons ici de l’effleurer en citant quelques exemples et quelques directions de recherche. Il y avait en amont de ce processus, la capacité et la volonté (la path dependency, ou la dépendance temporelle comme l’a définie Joël Mokyr 1990) des différentes régions européennes d’attirer et de mettre à profit le know-how qui pouvait être développé et circuler selon le degré de développement économique, technologique et culturel de chaque zone particulière. La République de Venise, par exemple, a, d’un côté, très certainement déployé son know-how dès le Moyen Âge dans l’art de détourner les fleuves, pour défendre la lagune et bonifier les terres, mais, de l’autre, elle a tiré avantage tour à tour des acquis d’autres expériences, comme celles des hydrauliciens lombards, bolonais ou hollandais, obligée qu’elle était, pour des raisons environnementales, de ne renoncer à aucune de ces connaissances. La France méridionale apparut tout aussi dépendante de l’hydraulique lombarde, si l’on examine les influences que celle-ci exerça sur les ingénieurs provençaux, disciples de l’école d’Adam de Craponne, constructeur du canal homonyme, dérivé de la Durance (Benassar in Léon 1977 : 470-471). Ce ne fut pas non plus un hasard si l’on vit se succéder sur la scène anglaise deux vagues de techniciens et d’hommes d’affaires européens, qui semblent marquer deux époques. La première correspond à l’influence italienne, représentée par la technique et l’art militaire de la Renaissance, la seconde provenait des Pays-Bas, et, de plus en plus forte, finira par s’imposer au xviie siècle. En fin de compte ces circulations, qui mettaient aussi en cause les financiers et les techniciens italiens, flamands, français confirment cet aspect essentiel de notre problème : les travaux d’irrigation comme ceux de drainage ne peuvent être lus dans une optique qui soit exclusivement de caractère régional ou même national.

  • 5 Biographie de Willem de Raet rédigée par O. De Smet, dans le Nationaal Biografisch Woordenboek, II (...)
  • 6 Hoogewerff G.J., 1919, De twee reizen van Cosimo de’Medici, Amsterdam, Johannes Mueller. L’interve (...)

22Les ingénieurs hollandais, par exemple, un Jan Adriaansz Leeghwater au début du xviie siècle, célébraient dans leur « autobiographie » tous les pays européens où ils avaient opéré. Les techniciens hollandais particulièrement nombreux avaient été en effet dans les États de l’Église dès la fin du xvie siècle (presque à coup sûr plus qu’à Venise), afin d’assécher des territoires situés autour de Ferrare, continuant ainsi un processus engagé par la famille d’Este (Hoogewerff 1917 : 421-427). Cette influence hollandaise se confirmait de même en Toscane, grâce au rôle joué par les communautés marchandes (on note une présence massive des Hollandais dans le port de Livourne, surtout au xviie siècle). Le flamand Willem de Raet par exemple, ingénieur de Bois-le-Duc (Hertogenbosh), qui exerçait entre Wolfenbüttel et l’Italie, et qui servait d’intermédiaire entre les techniques hydrauliques et celles de la construction (flamandes, allemandes et italiennes) est à Lucques en 1557, appelé par le marchand lucquois Landi, au moment où ce dernier travaille à Anvers. De Raet est chargé de drainer 1 600 ha près de Massaciuccioli. À cette fin il construit la digue de Burlamacca (« la digue du Flamand » comme on l’appellera), entre la montagne et le canal principal de drainage. Toutefois, quelque temps après, les Lucquois, pour éviter toute confrontation avec les Florentins et les Pisans, renoncent au projet et détruisent la digue5. Exceptionnellement, les Toscans gagnaient le nord, comme cela se produisit à l’époque du grand-duc Côme III de Médicis : ayant l’occasion de voir au début du xviie siècle les importants travaux entrepris pour l’assèchement du lac de Schermeer, celui-ci eut des mots pleins d’admiration devant cette réalisation6.

  • 7 Jusqu’à la fin du xvie siècle les techniques italiennes en général, et vénitiennes en particulier, (...)

23Si l’intervention directe des techniciens hollandais dans les bonifications vénitiennes ne semble pas avoir été décisive, on a plus de documentation sur les brevets accordés par les autorités vénitiennes aux ingénieurs du Nord pour les travaux de creusement effectués dans la lagune : leur influence dans ce domaine se dessine dès la fin du xvie et le début du xviie siècle. Si, en effet, du point de vue politico-administratif, Venise représenta un modèle hydraulique digne d’être comparé à celui de la Hollande jusqu’à la fin du xvie siècle7, la situation change incontestablement après 1600. A Venise, les sphères gouvernementales et le milieu scientifique restent ouverts aux influences provenant de l’extérieur – du moins du point de vue des connaissances, même s’il n’en est pas toujours ainsi pour l’adoption rapide des brevets pris en considération. À partir du xviie siècle, un intérêt toujours plus vif s’y manifeste pour le know-how hollandais, surtout pour résoudre ces problèmes de creusement et d’évacuation de la lagune qui restaient à l’ordre du jour.

24D’ailleurs, l’influence hollandaise déborda largement les rapports directs avec l’Italie, soutenue qu’elle était par toute une série de figures institutionnelles et par un personnel technique hautement spécialisé, comme les dijkmeester (ingénieurs des digues) ou les landmeters (arpenteurs), présents dans chaque ville et chaque région, dans le cadre des hoogheemraadschappen. Les techniques destinées à l’élimination des eaux stagnantes furent sans aucun doute innovatrices par rapport aux méthodes traditionnelles. Ces dernières consistaient essentiellement à creuser des canaux de drainage qui, par la force de gravité, réussissaient à évacuer l’eau superflue, ou bien à effectuer ce qu’on appelait le colmatage, c’est-à-dire le lent remplissage des dépressions marécageuses grâce à l’apport d’alluvions transportés par des canaux aménagés à cette fin, une technique qui s’était développée en Italie dès le xive siècle. Le recours à des moyens mécaniques, qui commença aux Pays-Bas dès le bas Moyen Âge, représenta la clef de voûte d’une meilleure rentabilité de ces opérations. On peut résumer de telles techniques 1) par l’introduction planifiée de moulins à vent ; 2) par le recours généralisé à la vis d’Archimède (connue et souhaitée par les traités italiens du xvie siècle, celle-ci ne fut pas très utilisée dans la péninsule, contrairement à ce qui arriva dans les polders hollandais, surtout à partir du xviie siècle) ; 3) par l’introduction définitive des pompes de drainage à vapeur, qui représentèrent le turning point fondamental par rapport aux techniques précédentes. Si l’ingénierie et l’hydraulique italiennes restèrent en effet fondamentales jusqu’à la fin du xvie siècle, ce furent les innovations introduites par les Hollandais dans leurs propres polders et dans de nombreux autres pays européens qui marquent un tournant entre xviie et xviiie siècle. Les instruments mécaniques furent associés au creusement de canaux de drainage plus sophistiqués et complexes, comme les canaux déversoirs qui délimitaient le polder dans sa totalité, et qui pouvaient atteindre des dizaines de kilomètres, tels les boezem ou les slotring (nom du canal s’il avait une forme circulaire). C’est surtout le moulin, le wipmolen, qui connut d’importantes transformations puisqu’il arriva à utiliser une ou même plusieurs roues à eau, placées à une hauteur différente, pour pouvoir à la fois pousser l’eau vers le haut et s’adapter au changement de niveau de l’eau. Dans le Beemster par exemple on disposa 15 batteries de moulins par groupes surtout de trois, pour un total de 42 moulins (Schultz 1992 : 30). Les ailes et la tête du moulin furent soigneusement étudiées et rendues plus fonctionnelles afin d’exploiter au mieux l’énergie éolienne, dans la ligne des recherches lancées par Simon Stevin : ce chapitre fascinant est abondamment illustré par les nombreux brevets accordés au xviie et au xviiie siècle, ainsi que par une littérature inépuisable (Keunen 1988).

  • 8 Les techniques employées n’excluaient pas des originalités locales, comme le met en évidence J.-P. (...)

25La présence de moulins à la hollandaise est couramment associée à la réussite d’un grand nombre de projets de bonification. Mais ils furent absents dans les Somerset Levels, sur les côtes occidentales de l’Angleterre, où ils ne se diffusèrent guère au cours du xviie et du xviie siècle, contrairement à la région des Fens, beaucoup plus dynamique sur ce plan dans la première moitié du xviie siècle. En France, où le succès des ingénieurs et des spéculateurs hollandais produisit des résultats très inégaux, plusieurs zones marécageuses furent quand même arrachées à la mer et insérées dans le circuit d’une agriculture commerciale, comme, par exemple, dans le marais poitevin, mais là aussi avec beaucoup de réserves et de conflits locaux (Billaud 1984). L’œuvre des Hollandais y a laissé une empreinte indélébile sur la toponymie (« canal des Hollandais », « ceinture des Hollandais ») comme sur le paysage agraire, caractérisé par une grande régularité géométrique, par une subdivision en petites parcelles, utilisées pour la production céréalière ou pour l’élevage. Toutefois, dans ce même « golfe » du Poitou, quelques marais (marais mouillés) sont restés envahis périodiquement par l’eau, surtout pendant les mois d’hiver. En effet, tandis que les marais donnant sur la mer furent complètement asséchés, les « marais mouillés » (constitués, dans leur variété tant « boisée » que « bocagère », par les alluvions des rivières descendant du Bocage) demeurèrent soumis aux inondations des cours d’eau qui n’arrivaient pas à dépasser les terrains dont la pente devenait pratiquement nulle dans le marais (D’Hollander 1961)8.

26En Angleterre, le « Great Holland », le « Great Holland Common », l’« Holland Haven », le « Little Holland » rappellent également aujourd’hui la présence hollandaise (Darby 1983). Bon nombre des projets présentés par les Hollandais se heurtèrent, il est vrai, à différents obstacles géographiques, pédologiques et socio-politiques. On a mis en évidence par exemple que les ingénieurs hollandais à l’œuvre dans les Fens anglais appliquaient sans grande originalité les techniques qu’ils avaient expérimentées avec plus de succès aux Pays-Bas, c’est-à-dire sans tenir compte d’autres facteurs fondamentaux, comme la nature tourbeuse des sols (qui rendait à la longue la terre imperméable et provoquait l’inondation des sols asséchés) ou la présence de nombreux cours d’eau qui coulaient paresseusement vers leur embouchure (Thirsk 1984 ; Korthals Altes 1924 : 46-50 et 1925 : 24-30). Par la suite, et ce parallèlement à des conditions de marché moins favorables et à une dépression de l’économie agricole, sensible à partir de la seconde moitié du xviie siècle, le know-how hollandais sembla ne plus réussir à maîtriser un ensemble de problèmes techniques et économiques. La seconde moitié du xviiie siècle fut caractérisée à la fois par une reprise économique, marquée par la hausse de la demande et des prix et par de nombreux projets de bonification et d’irrigation : un bon exemple en est fourni par la série de projets de drainage et de nouveaux canaux d’irrigation présentés, en Angleterre, dans le Lincolnshire et dans le Nottinghamshire.

27Pourtant ce secteur d’interventions était dans l’impasse dans l’Europe de la fin du xviiie et du début du xixe siècle : une période qui marque un tournant d’une importance fondamentale dans le drainage. Ce qui unit alors les Fens anglais et les polders hollandais, les Somerset Levels, les consortiums de bonification vénitiens et les Köge allemands, ce fut justement la difficulté de surmonter les limites de la technique traditionnelle, surtout celles du moulin à vent de drainage. Celui-ci n’était pas présent partout (à l’instar des Somerset Levels, il était complètement absent à Venise, et cette circonstance constituait à elle seule une grande limite pour les techniques de bonification de la région). Mais les moulins à vent, pourvus d’une roue hydraulique et de la vis d’Archimède, étaient nombreux dans les Fens anglais. Henry Clifford Darby a pu parler, pour l’Angleterre de l’époque d’un « âge des moulins », qui se prolongea au moins jusqu’en 1852 : on comptait encore, à cette date dans toute la région des Fens, entre Lincoln et Cambridge, pas moins de 700 moulins de drainage (Darby 1983 : 111 sqq. ; Wailes 1954 : 79-81). Mais il est également vrai que ces mêmes moulins tombèrent en désuétude en raison de leur incapacité à résoudre définitivement le problème de l’assèchement de vastes zones marécageuses, et surtout de leur maintien en l’état. La raison profonde, c’est qu’ils dépendaient totalement d’une source d’énergie, le vent, certainement très bon marché, mais qui avait le désavantage d’être instable car celui-ci ne soufflait qu’à certaines périodes de l’année. Une fois de plus ce sont les Hollandais qui furent parmi les premiers à tenter d’appliquer dans leurs polders – qui en souffraient autant que ceux des Anglais ou d’autres régions européennes – ce qui devait constituer l’innovation fondamentale de cette période, la machine à vapeur, dans la variante proposée par Newcomen, puis par Bouton et Watt. De fait la première pompe de drainage moderne fut introduite expérimentalement près de Mijdrecht en 1794 (Schultz 1992 : 30), mais il fallut des décennies pour que cette innovation soit appliquée avec succès, aux Pays-Bas comme dans d’autres régions européennes (par exemple le Norfolk ou la Vénétie). Seule l’intervention de pompes de drainage à vapeur permit d’assécher définitivement, et seulement en 1852, le lac de Haarlem, alors que son drainage avait été souhaité dès les premières décennies du xviie siècle (comme le montre le Haarlemmermeer Boek de Leeghwater, plusieurs fois réimprimé).

28Ce fut surtout le rapport investissement et coût-profits qui empêcha d’introduire rapidement des pompes de drainage à vapeur. Celles-ci ne pouvaient en effet être installées que par des entreprises d’une dimension suffisante, soutenues par des financements adéquats. En outre, les machines à vapeur n’étaient efficaces que si elles étaient utilisées dans des terrains plats, d’altimétrie uniforme, qui permettaient de réaliser des économies d’échelle. Tous ces motifs expliquent que la situation ne se soit améliorée que très lentement. Il fallut un cycle économique favorable (prix des céréales en hausse, vers la fin de la première moitié du xixe siècle ; voir Abel 1973 : 224-225) et un regain d’intérêt pour que l’on réussisse à maîtriser définitivement les zones névralgiques de la bonification européenne, en assurant une hausse de la productivité du travail plus élevée, grâce à l’extension des superficies asséchées et à la réduction des coûts unitaires, qui furent la contrepartie de lourds investissements.

29Ce n’est donc pas un hasard si les recettes réduites recueillies par les polders à partir de cette période mettent en évidence une situation de crise chronique. Les bas prix du blé et la crise des débouchés traditionnels, surtout de l’Europe méridionale, mais aussi la baisse des prix du fromage et de la viande, pesaient négativement sur l’économie hollandaise. Le Noorderkwartier, selon A.M. van der Woude, traversait la crise la plus grave pendant les années 1730-1755, au moment où, paradoxalement, dans beaucoup de pays européens la courbe des prix agricoles semblait de nouveau orientée à la hausse. Cette région avait déjà enregistré, entre 1650 et 1750, une chute de la population de l’ordre de 40 à 45 %. La conversion du secteur agricole de la production fromagère à celle de la viande a pu ainsi être expliquée par la volonté d’économiser sur le coût de la main-d’œuvre. S’y ajoute un rapport délicat entre cultures agricoles à développer et terres asséchées, sur lequel les historiens-géographes hollandais n’ont pas encore apporté de conclusions définitives. Pour quelques-uns en effet, les cultures céréalières étaient souhaitables dans les polders asséchés pour exploiter des terres encore trop molles et humide. À l’inverse, A.M. van der Woude conclut qu’au xviie et plus encore au xviiie siècle, les terres asséchées se révélèrent plus aptes aux cultures fourragères et à l’élevage qu’aux céréales (Woude 1986 : 395-396). En tout cas les difficultés croissantes pour financer l’entretien des digues et des autres ouvrages hydrauliques – difficultés associées à une aggravation des conditions climatiques, dues probablement à une nouvelle phase de transgression marine – ne pouvaient pas empêcher de recourir à de lourdes impositions (idem 1972, II : 593-601 et 612-613). Inversement, la période de plus grande expansion avait vu suivre la direction opposée. La charge fiscale plus élevée provoquait inévitablement une chute de la rentabilité des terrains et détournait les capitaux urbains vers d’autres secteurs économiques, avant tout vers le secteur financier. Le cadre général était encore aggravé par au moins deux autres variables non négligeables : les salaires, qui demeuraient malgré tout élevés, et les prix du bois et d’autres matériaux nécessaires à l’entretien des infrastructures hydrauliques, qui ne suivirent pas la baisse de la courbe des prix du blé (idem in Wee et Cauwenberghe 1978 : 172-173).

Les institutions et les droits de propriété

30Le rôle des techniques, et surtout la transition délicate de l’énergie hydraulique à la vapeur, ne peuvent pourtant pas nous faire oublier la part, essentielle pour plusieurs raisons, qu’ont eue les institutions : elles sont intervenues aussi bien dans les travaux de protection du territoire que dans ceux qui visaient la conquête directe de nouvelles terres agricoles. Comme nous l’avons vu, ce qui caractérisa le modèle hollandais, ce ne fut pas seulement en effet la dimension économiste ou technologique mais aussi l’aspect législatif et institutionnel. Cette réalité débuta au xie siècle, lorsque se mit en marche une organisation territoriale qui se fondait sur la lutte contre la mer par la totalité de la population. Selon une interprétation très largement admise (Hendrik van der Linden), le rôle joué par les comtes de Hollande aurait été décisif, en accordant de nombreuses libertés aux populations venues du bas Rhin pour peupler ces terres inhabitées. Les colons ayant stipulé un contrat avec le comte de Hollande, qui prit le nom de De Cope (Linden 1956), on assista à la formation de communautés de paysans libres, dotés d’une ferme individuelle de dimensions suffisantes. Cette réalité sociale contrastait avec celle qui existait dans les autres régions européennes, et avant tout dans l’Allemagne de l’intérieur (idem 1982 : 61).

31Mais les choses se passèrent-elles vraiment ainsi ? Tout se déroula-t-il de façon si différente et si « populaire et démocratique », par opposition au reste de l’Europe ? Adriaan Verhulst semble en douter. D’un côté il nous met en garde contre l’exaltation de l’originalité de ces premières formes communautaires, et refuse « une hypothèse hydraulique de l’origine de la communauté rurale », de l’autre il souligne encore plus le rôle d’incitation et de coordination joué dès ces débuts par les autorités féodales (Verhulst 1957 : 161-166 ; Verhulst et Augustyn 1986 : 643-644).

32En tout cas, il paraît difficile de nier que ces communautés locales s’occupaient dès le départ des travaux publics nécessaires, comme le creusement et l’entretien des canaux de drainage ou la construction des digues de protection, et exprimaient ainsi un grand sens de l’action collective (Linden 1984 : 668-669). La digue jouait un rôle fondamental à l’intérieur de cet appareil technologique : non seulement elle représentait un aspect essentiel de l’imaginaire collectif, mais elle était aussi préposée à la défense des habitants, et à la délimitation et à la conquête du sol agricole. La sécurité du polder était toujours liée à la présence d’une digue solide, surtout si le polder avait été réalisé par l’assèchement de terrains donnant sur la mer, comme cela fut le cas dès le début du xviie siècle. On peut donc comprendre que toute forme de corruption ou d’incompétence des dijkmeester, dont nous avons parfois connaissance, pouvait avoir de graves conséquences pour la sécurité des habitants et la prospérité des polders (Vierlingh 1920 : 219).

  • 9 Ces nouveaux polders furent organisés entre 1772 et 1779 par les États de Hollande et de Frise occ (...)

33S’il reste vrai que le cadre des polders hollandais permit la coopération de propriétaires fondamentalement libres, que réunissaient la nécessité et la volonté de gagner de nouvelles terres agricoles, il faut aussi analyser ces formes de coopération de manière critique, sans projeter sur elles des conclusions qui ne correspondent pas à la réalité historique. En effet, les assemblées ouvertes qui se tenaient dans le cadre des polders, n’empêchaient certainement pas les plus grands propriétaires de faire entendre leur voix de manière déterminante quand on délibérait sur des affaires d’une importance décisive. Il est donc quelque peu difficile d’appeler « démocratiques » tout court les modalités – bien qu’elles nous apparaissent résolument modernes – de création et de gestion des polders hollandais. Les polders (les premiers furent organisés en Zélande dès le xie siècle par les seigneurs du lieu) prévoyaient une large représentation des propriétaires dans les assemblées de base. Mais l’administration des polders restait presque exclusivement dans les mains de la grande propriété, même si les petits propriétaires jouissaient du droit d’élire les membres de certaines collèges et si la noblesse, au sein du polder, n’avait de droit de vote dans les assemblées, d’un point de vue juridique, qu’en tant que propriétaires (Baars 1986, : 3). Des tensions pouvaient se manifester au moment de la répartition des coûts entre tous les propriétaires, tandis que de graves conflits se déclaraient à un niveau territorial plus large, par exemple entre polders et villages lorsque l’un d’eux voulait se débarrasser de l’eau des canaux de son voisin qui délimitaient le village ou le polder même (Linden 1982 : 62-74 et 1984 : 675-677). De plus, ni les comtes de Hollande ni les autorités de caractère aristocratique et nobiliaire des autres provinces, comme la Drenthe, ne renoncèrent à exiger, tout au long des xvie et xviie siècles, les droits de nature seigneuriale sur les terrains gagnés à l’agriculture. Le poids de la propriété ne fut jamais totalement réduit, comme le démontre le cas de la Frise, étudiée par J.A. Faber. Le même conservatisme marque le rôle des regenten, c’est-à-dire de ces élites qui durent dans une large mesure leurs succès à la gestion du pouvoir politique plutôt qu’à leur engagement économique ou à un esprit d’entreprise de caractère calviniste (Faber 1970 ; Bieleman 1987 : 682). On ne doit pas pourtant sous-évaluer le rôle positif joué par l’État dans l’organisation des travaux de drainage et l’institution de nouveaux polders, dans les moments où l’on enregistrait « une baisse de tension » de la part des entrepreneurs privés, comme ce fut le cas au cours du xviiie siècle, et comme croit pouvoir le dire Albert J. Thurkow à propos des polders de Bleiswijk et de Hillegersberg (Thurkow 1990)9.

  • 10 Sur ces thèmes, du rôle de l’agriculture et de l’approvisionnement alimentaire dans le développeme (...)

34Dans les autres parcours institutionnels, et de façon plus nette encore que dans l’exemple hollandais, dès le xvie siècle, l’État apparaît un acteur déterminant dans les politiques visant à conquérir de nouveaux sols et à exploiter les moins fertiles, dans le cadre de politiques de type mercantiliste, fût-il tardif, que l’État moderne adopta à cette époque. Ces politiques se proposaient d’augmenter la richesse du pays par le développement de la production agricole, qui nourrirait à son tour une population plus nombreuse permettant d’élargir la base fiscale, et assurant de ce fait les recettes plus élevées qu’exigeaient entre autres les objectifs militaires poursuivis par de nombreux pays10.

35En France, ce n’est pas un hasard si ce fut l’État qui, avec la forte accélération donnée par Henri IV et l’institution d’une Association pour le dessèchement des marais et lacs de France, relança les opérations d’assainissement agricole et, en particulier, celles qui intéressaient le drainage. L’État s’engageait directement dans la conquête de nouveaux sols destinés à l’agriculture non seulement par la réalisation des infrastructures nécessaires (canaux, digues, écluses, moulins, ponts et routes), mais aussi par la création de nouveaux habitats et par les encouragements donnés à l’arrivée de nouveaux colons, grâce à des aides monétaires et matérielles substantielles.

36Le contexte européen présente une vaste gamme de situations régionales qui, dans certains cas, soulignent une présence de l’État tout aussi forte, dans d’autres en suggèrent une plus légère, mais non moins essentielle. Dans les États allemands cela est certainement d’autant plus vrai que le rôle de coordination et d’intervention de l’autorité politique ne fit jamais défaut. Dans les régions du Nord le rôle de la noblesse féodale et de l’aristocratie locale se révéla déterminant dans la réalisation des ouvrages de protection contre la mer et ceux de drainage tout au long du xvie siècle. Avec la devise de « So viel Land, so viel Deich » et de « Kein Deich, Kein Leben » les « Polder-Fürsten » recueillirent l’héritage de l’organisation paroissiale et communautaire, qui avait présidé dès le Moyen Âge à la construction des digues, qu’elles soient à but défensif ou agricole. L’assèchement des Köge (les polders de la mer du Nord) comporta, il est vrai, au cours du xvie et xviie siècle une plus grande intervention de capitaux étrangers, mais l’initiative devait revenir à nouveau pendant le xviiie siècle à l’État (Fischer 1956 : 133-136).

37On retrouvait le même engagement de l’État dans la Donaumooskultursozietät, une compagnie qui, fondée en 1790 par le roi de Bavière, se proposait de mettre en culture une ample zone marécageuse située au nord de Munich (la Donaumoos). Le souverain lui-même possédait beaucoup d’actions de la compagnie. Là aussi, comme de nombreuses fen-colonies d’Allemagne, la tendance était à la formation de petites et même de très petites propriétés paysannes, augmentant du même coup les recettes fiscales de la monarchie bavaroise (Mayhew 1973 : 160-162). Étant donné la dimension minuscule des exploitations que l’on confia aux nouveaux colons après les opérations de drainage, qui avaient été réalisées aux frais de l’État (Corni 1982 : 147-151 sqq.), celles-ci ne représentèrent nullement les unités capitalistes et la base de cette nouvelle agriculture qui prenait corps ailleurs en Europe. On pouvait donc observer dans ces territoires à l’ouest de l’Elbe, où prévalait, selon la distinction classique de l’historiographie allemande, la Grundherrschaft, et où les communautés paysannes jouissaient d’une plus grande autonomie par rapport à celles situées à l’est de l’Elbe (la zone de la Gutsherrschaft) (Günther 1970 : 89-95), une situation complexe, qui devait conduire à une nette augmentation au cours du xviiie siècle du nombre des exploitations agricoles qui quadruplent ainsi dans les plaines de l’Allemagne du Nord-Ouest (Nitz 1978, 38 : 207).

38Dans le cas de la Prusse, ce furent au contraire les propriétés de la noblesse traditionnelle et le souverain lui-même qui profitèrent de l’assèchement des nouveaux territoires, tout comme cela se produisit en Europe, surtout là où ces opérations prirent un caractère aristocratique. D’autre part les grands domaines nobiliaires – qui pouvaient faire l’objet d’une gestion dynamique et être orientés de manière moderne vers le marché (Pierenkemper 1989) – en vinrent à s’agrandir et à occuper des marais (comme dans d’autres régions européennes) qui avaient jusqu’alors fourni les ressources traditionnelles aux pêcheurs et aux chasseurs.

39Les entrepreneurs-spéculateurs bénéficièrent d’une plus grande autonomie dans des pays comme la Hollande, l’Angleterre ou Venise. Même si les coopératives de « bonification » restaient soumises au contrôle des magistratures vénitiennes, les patriciens purent satisfaire amplement leur désir de spéculation, grâce à la protection gouvernementale. Il en fut de même en Hollande ou en Angleterre, assurément plus précoces dans l’introduction de formes de gestion capitaliste dans l’agriculture : l’État et les élites au pouvoir furent loin de rester neutres dans le jeu complexe d’intérêts que ces opérations mettaient en mouvement.

40En Angleterre, la variable politico-institutionnelle se mêla à la définition des droits de propriété et des « transactions costs », qui y trouvèrent leur terrain privilégié de maturation. Bien avant la France, l’Angleterre perçut la nécessité de définir, d’une façon ou d’une autre, la propriété des terrains marécageux précédemment en indivision, et dépassa ainsi la logique de l’appropriation collective de ces ressources. Les droits de propriété y furent établis plus vite qu’en France parce que, dès le xvie siècle, la nécessité de dépasser les trop nombreuses formes de propriété (correspondant aux catégories de lords, « spiritualls », « freehollders », « coppyhollders », tenants) était ressentie par tous ceux qui opéraient dans ce secteur. La conviction commença à s’imposer que seule l’intervention du Parlement et une nouvelle législation pouvaient garantir le succès économique d’entreprises auxquelles participaient, dans cette conjoncture économique favorable, toute une série de personnages. Il s’agissait de membres influents du gouvernement (le Lord Keeper, le chancelier de l’Échiquier, les secrétaires d’État) mais aussi de chevaliers, de courtisans, de petits entrepreneurs pourvus de liquidités financières. Le roi lui-même trouva un intérêt économique direct à financer quelques projets de bonification, démontrant ainsi clairement que les intérêts des différentes composantes de la classe dirigeante pouvaient certes diverger, mais qu’ils pouvaient aussi nouer des alliances temporaires et complexes, fondées sur une convergence de fond. On vit aussi se préciser des manœuvres et des tentatives de corruption parlementaire, visant à créer des cartels et des groupes de pression, qui essayaient fort maladroitement de se camoufler derrière l’appel au patriotisme et à la recherche du bien commun (voir l’article de Holmes dans cet ouvrage).

  • 11 Des conflits entre les communautés et les lords, mais aussi avec les plus riches propriétaires, na (...)
  • 12 Les historiens anglais ont établi une localisation géographique précise de ces phénomènes, qui man (...)

41En tout cas, le choix de la monarchie anglaise de soutenir les spéculations liées à la bonification allait marquer d’une façon décisive l’opposition qui s’esquissait entre commoners et drainers. Encore une fois, la logique des coûts à soutenir, qui ne pouvaient pas être supportés par les petits agriculteurs, permettait l’appropriation des terres communes par les entrepreneurs pourvus de capitaux. Les paroisses en effet étaient imposées afin de financer les travaux qui se trouvaient indiqués comme nécessaires à la collectivité ; lorsqu’elles n’arrivaient pas à réunir l’argent demandé, on procédait alors à leur expropriation et à l’assignation du fen à la compagnie (Lindley 1982 : 54-55). Cette stratégie n’est donc pas très différente, mutatis mutandis, de celle qui fut mise en œuvre dans d’autres contextes, comme à Venise au cours du xvie siècle. La législation fut également modifiée par toute une série de tours de passe-passe ; des délais très court furent ainsi fixés pour le paiement des taxes, à l’échéance desquels on pouvait procéder à l’occupation et à la vente des terres du village. Un débat se développa au sein du Parlement anglais, dont quelques membres, comme John Wildman et John Lilbume, se rangèrent du côté des communautés, mais les spéculations et les « lois du marché » finirent par s’imposer sur une autre logique économique, que l’on a pu définir comme une « économie morale » mais qui reflétait assurément elle aussi des intérêts réels. Les commoners furent contraints de renoncer à des formes de revenus qui, nous l’avons vu, restaient importants et qui dérivaient de l’exploitation des ressources existant dans chaque village : le pâturage, la cueillette des herbes palustres, la construction de barques, la fabrication de paniers et d’autres produits artisanaux, la chasse aux oiseaux sauvages11. Le conflit qui en découlait prit les dimensions d’un affrontement social aux résultats contrastés. Là où les commoners et le village réussirent à s’organiser et à conserver leur système communautaire traditionnel, en exerçant des pressions sur le Parlement pour y défendre leurs intérêts, ou parvinrent au moins à réaliser des compromis avec les spéculateurs-dessécheurs, une paix sociale put se maintenir. En revanche, là où la situation prenait une mauvaise tournure pour les communautés villageoises, la confrontation sociale devint plus dure et violente. Le cas anglais mettait en effet en évidence deux aspects opposés : d’un côté, une forte poussée en avant dans la direction de profondes transformations juridiques et agricoles, et de l’autre, une résistance tout aussi forte de caractère social et institutionnel, qui inspira des révoltes paysannes de même ampleur que celles déclenchées par les enclosures (Lindley 1982 : 41-53 et 258-259)12. Cette confrontation sociale conduisit plus à la destruction matérielle des ouvrages hydrauliques qu’à la violence physique contre les propriétaires, mais elle ne pouvait pas ne pas laisser les zones intéressées dans un état d’incertitude chronique.

42Les implications institutionnelles furent également importantes lorsque le roi, en revendiquant le titre de propriétaire légitime sur les terrains soumis à la bonification, et en confirmant ainsi le droit d’expropriation des commoners, provoqua une séparation profonde entre monarchie et communautés locales, qui ne manqua pas de s’exprimer à l’époque de la révolution parlementaire. Il serait sans aucun doute excessif de voir dans ce conflit d’intérêts, entre monarchie – undertakers – et communautés, l’une des causes de la première Révolution anglaise. Mais il nous permet de comprendre que la monarchie se trouvait, au moment décisif du conflit avec le parlement et la gentry, complètement privée de tout soutien populaire : par ces mesures, le souverain avait lui-même rompu l’équilibre qui était l’une des bases de son pouvoir.

43Les aspects institutionnels sont aussi d’une très grande acuité dans le cas français, où ils s’inscrivent en fait dans le débat concernant les conséquences de la Révolution française sur les performances de l’agriculture et de l’économie françaises. Pour tout un courant historiographique les principes de la Révolution française auraient très peu changé la structure de la propriété, et permis seulement l’entrée sur la scène politique des gens de loi et des fonctionnaires, en ne transformant que d’une manière limitée la situation précédente, quant à l’extension des exploitations agricoles, à la distribution de la propriété et aux techniques de culture. Disant cela, on ne veut pas nier pour autant que l’abolition d’institutions féodales – comme par exemple le droit du seigneur de s’approprier un tiers des terres mises en culture ou triage (sur les variations de ce droit, voir Rosenthal 1991 : 167) – ou le bouleversement des lois coutumières du fait de la vague révolutionnaire avait créé une situation tout à fait nouvelle. Mais la forte progression qu’on enregistre dans les assèchements entre 1800 et 1850 plaide en faveur de l’autre courant d’interprétation, qui veut voir dans la définition nouvelle des droits de propriété, fixée par la Révolution, le moyen de faire enfin progresser les projets d’assèchement qui étaient restés bloqués dans la période précédente. L’analyse des principales variables (coûts à soutenir, principalement pour la main-d’œuvre, taux de profit, taux d’intérêt et calcul de l’esprit de querelle), faite sur la base du modèle des coûts de transaction proposé par Douglas North et Ronald Coase, peut en effet permettre de mesurer les échecs et les réussites du drainage avant et après la Révolution.

44La conjoncture économique poussait la France d’avant la Révolution vers ces travaux d’assèchement, quand le taux de profit y était supérieur à celui d’autres formes d’investissement (comme les rentes d’État ou la traite des esclaves). Les risques qui en résultaient étaient limités, parce que même dans le cas où le marais n’avait pas donné les profits espérés, il ne perdait pas pour autant sa valeur foncière. Pourtant les difficultés d’ordre technique restaient délicates, même si les entrepreneurs jouaient sur le coût de la main-d’œuvre. Et la conservation des droits communautaires intéressait non seulement les villageois mais aussi les seigneurs laïques et ecclésiastiques. Ce sont pourtant la situation juridique et les nouvelles institutions mises en place après 1815 qui permirent de venir à bout en une trentaine d’années de certains projets qu’on avait essayé en vain de mener à bien pendant un siècle. L’État, par le biais de ses préfets institués par Napoléon, imposait son autorité à des communautés et à des propriétaires trop récalcitrants. L’abolition de la féodalité et des privilèges de la noblesse et de l’Église, la saisie et la vente des biens ecclésiastiques et la mise en place d’un nouveau cadre social donnèrent un nouvel élan à la politique agricole.

La religion, l’environnement, la société

45L’impact de l’eau sur l’environnement, les liaisons avec la religion professée dans les zones de bonification (soulignées par Otto S. Knottnerus, mais encore avant lui par Christopher Hill), et les relations entre ces entreprises et la société n’étaient pas dans leur DE ensemble des aspects moins importants que ceux qui concernaient plus strictement l’économie. En Hollande, et en Frise tout particulièrement, de même que dans les autres petites républiques de la mer du Nord, ces travaux de bonification allaient de pair avec une organisation politique marquée par le protestantisme, surtout sous sa forme calviniste et anabaptiste. Ils étaient liés également à des formes d’organisation communautaire et à une économie ouverte aux transactions commerciales, qui se situaient fort loin du féodalisme caractérisant encore beaucoup de régions de l’intérieur. L’on assistait ainsi à l’immigration temporaire d’une importante force de travail depuis l’Allemagne, qui venait s’embaucher dans les polders de Frise comme ouvriers salariés et qui retournait ensuite dans ses terres d’origine pour payer les redevances de caractère seigneurial. Le travail sur les digues et les canaux de drainage était donc accompli aussi bien par des familles indépendantes locales, dans le cadre de l’organisation villageoise, que par des ouvriers salariés venus de l’extérieur. La digue, symbole de survie et de lutte contre la mer, connaissait par le biais de cet engagement, à la fois collectif et individuel, une amélioration continue. Elle devenait plus haute et plus large, gagnait en volume et en capacité à assurer la sécurité des habitants. Les ingénieurs, s’apercevant que des digues trop escarpées offraient une résistance trop brutale aux vagues marines, commencèrent au xvie siècle à les bâtir avec des pentes plus douces et de ce fait plus efficaces : on retrouve à la même date la même évolution dans la construction des fortifications. Une appréciation approximative montre qu’à la fin du xviiie siècle, 10 000 km2 de terrains – le long des côtes allant des embouchures du Rhin et de la Meuse jusqu’au Jutland – avaient été gagnés définitivement à l’agriculture, et 400 000 habitants y vivaient, protégés par 2 000 à 4 000 km de digues. Les acteurs de cette conquête territoriale furent à dire vrai multiples, entre le xvie et le xviiie siècle. Aux vagues de paysans-colons hollandais qui se déplacèrent le long des côtes allemandes, surtout pour des raisons de caractère religieux, se joignirent des techniciens, des maîtres de digues, des spéculateurs et des gens de finances : des capitaux français ont été détectés dans le financement des travaux d’assèchement du Schleswig-Holstein au xviiie siècle. La noblesse de la Frise et les Polder-Fürsten de l’Allemagne du Nord étaient en fait plus proches de la bourgeoisie hollandaise que des seigneurs des régions allemandes de l’intérieur. Ce cadre n’allait pas profondément changer lorsqu’en 1559 la dernière république paysanne tomba sous les coups des princes locaux. Pourtant le panorama social, religieux et mental s’enrichissait de nouveaux éléments. D’une part, les fermes des Pays-Bas du Nord s’accroissaient en superficie et employaient de plus en plus de main-d’œuvre salariée. D’autre part, l’émigration des anabaptistes de ces régions vers les côtes allemandes entraînait une confrontation directe entre collectivités luthériennes traditionnelles et sectes plus radicales.

46Dans ce sens le rôle joué par les formes de propriété nous rappelle avec force l’importance des mentalités et du religieux dans les progrès réalisés par l’économie agricole. Il semble plus que légitime d’opposer, de ce point de vue aussi, la lenteur et le conservatisme des sociétés de l’Europe du Sud au plus grand dynamisme de certaines régions de l’Europe du Nord. Sur un autre plan, ce contrôle des ressources hydrauliques et du territoire, lié à des traditions qu’on aurait tort de sous-évaluer, nous renvoie à des analyses relevant aussi bien de la micro-histoire, que de l’anthropologie et de la sociologie ; celles-ci nous permettent de comprendre ce qui s’opposait à l’action de structures telles que 1’« État », les magistratures officielles et autres. Encore une fois c’est le modèle hollandais qui attire notre attention. En effet, quand les communautés de mennonites hollandais viennent au xvie siècle s’installer le long de la Vistule, sur les îles fluviales de Werder, et y trouvent des conditions économiques et géographiques semblables à celles de leur mère patrie, elles y apportent avec elles un vif sentiment communautaire, qui n’existait pas dans ces régions, et se heurta logiquement aux structures juridiques fortement marquées par la féodalité (Maczak 1962 ; Rybak 1992).

47Il ne faudrait pourtant pas, dans cette participation « populaire » à la lutte contre l’eau, oublier des exemples tout aussi significatifs. En définitive, même sur les lidos de Venise, la population accourait en grand nombre au son des cloches qui avertissait de la menace d’une brusque marée haute. Et des levées en terre, pour protéger des montées périodiques de la Loire, étaient construites spontanément en France, dès le xiie siècle, par les populations locales qui les utilisaient aussi comme voies de communication. Il est vrai qu’après l’inondation désastreuse de 1527 la monarchie imposait, de manière autoritaire, sous la pression des échevins, aux habitants de Moreau-aux-Prés de reconstruire leurs chemins de halage sur le modèle d’une autre zone (la vallée d’Orléans). Les dépenses devaient en être supportées par les propriétaires des terres exposées aux inondations, « à moins que ceux-ci ne consentissent à s’acquitter sous forme de journées et de corvées ». Mais il est également vrai, avertit Roger Dion, que ce témoignage ne doit pas nous conduire à des généralisations dangereuses : la monarchie exemptait fréquemment beaucoup de villages de la taille, à condition qu’ils surveillent si les digues étaient obstruées le long de la Loire. D’autre part, on allait assister sans aucun doute, au cours du siècle suivant, à une accentuation du rôle de direction de l’État, car Colbert était convaincu « que les ouvrages publics périssent toujours lorsqu’ils doivent être entretenus par des communautés » (Dion 1978 : 324-325, 364 et 371-379).

  • 13 En 1805 le gouvernement hollandais décida de former un corps spécial d’ingénieurs d’État, dépendan (...)

48Cette organisation centralisée, et surtout la nécessité de la satisfaire, réapparaît lorsqu’on considère d’autres réalités. Ainsi, jusqu’à la fin du xviie siècle, la Hollande ne sembla pas en mesure de constituer un organisme central, un ministère des Eaux et des Routes (Waterstaat) tel qu’il existe aujourd’hui. Il fut en effet nécessaire de surmonter les particularismes qui caractérisaient cette époque, même si une certaine solidarité entre les différentes régions permettait de mobiliser toutes les énergies populaires du pays. Les premières fondations préparant la construction d’un tel organisme remontent à des époques différentes mais il faudra attendre 1795 pour aboutir à l’établissement d’un ministère centralisé, grâce à l’élan et à l’esprit de renouvellement apportés par la domination napoléonienne13.

49Un autre aspect sembla caractériser le xviiie siècle, à savoir le développement d’une nouvelle sensibilité vis-à-vis de l’environnement. Et les eaux, surtout celles qui stagnaient, étaient considérées comme les plus dangereuses. Les marais, et surtout ceux qui mêlaient l’eau douce à l’eau salée, et le palus devenaient « par excellence le lieu de stagnation et d’accumulation [...] des débris végétaux en fermentation, des déchets organiques putréfiés ». Une nouvelle cosmologie s’esquissait, où les eaux étaient « surchargées de substances qui leur sont étrangères, d’émanations, de vapeurs, d’exhalaisons de la terre, des mines, de la vase, des plantes, des poissons, des insectes pourris, et d’autres matières dont l’air est toujours plus ou moins infecté ». Pour Alain Corbin les méfaits des marais allaient de pair avec une nouvelle sensibilité, qui était l’odorat, puisque « au bord des marais, les effluves sont indubitables. Le regard et l’ouïe confortent l’odorat. Une odeur fétide et quelquefois insupportable [...] » (Corbin 1982 : 38-39).

50Bien sûr, il ne faut pas réserver cette sensibilité sanitaire au seul xviiie siècle, car déjà auparavant les autorités s’étaient rendu compte de la nécessité d’intervenir pour protéger les populations, frappées par des maladies endémiques comme le paludisme, mais aussi par les exhalaisons et par l’air insalubre dus aux cultures irriguées, celle du riz avant tout. En effet, si l’on regarde ce qui se passe dans la plaine du Pô, on enregistre dès la fin du xvie siècle toute une série d’interventions législatives destinées à interrompre la progression du riz qui avait caractérisé les décennies précédentes. On commença alors à imposer des règles plus sévères concernant la distance qui devait séparer les rizières des centres urbains, gravement envahis par les odeurs pestilentielles et les miasmes qui s’en dégageaient. En Vénétie ces mesures entraînèrent un arrêt presque définitif dans quelques provinces, comme celles de Vicence et de Padoue, tandis que dans le Véronais la rizière progressa à nouveau au cours du xviiie siècle, comme du reste dans les provinces classiques de la riziculture dans la plaine du Pô, autour de Verceil et de Novare.

51Quoi qu’il en soit, il est indéniable que les idées des Lumières jouèrent un rôle essentiel au cours du xviiie siècle par l’attention qu’elles portaient au bonheur des peuples et aux responsabilités que devaient assumer les classes dirigeantes. Ce n’est pas un hasard si aux Pays-Bas l’État ne put pas ne pas prendre l’initiative dans des travaux d’assèchement, comme dans le cas des lacs de Bleiswijk et d’Hillegersberg.

52On constatait encore dans la Hollande évoluée des défaillances dans le contrôle du territoire et le mythe d’un drainage parfait doit être nuancé car les difficultés concernant l’hydrogéologie et l’agronomie ne permettaient pas de considérer les polders comme une conquête définitive. En effet, l’extraction de la tourbe, qui était pratiquée de façon massive aux Pays-Bas, même à l’intérieur des polders précédemment gagnés, comme source énergétique ou pour la construction des maisons, provoquait un abattement du sol qui remettait en question les résultats atteints grâce aux opérations de drainage antérieures : ce qui contraignit les autorités à intervenir. La tourbe était très demandée dès les premières décennies du xvie siècle, surtout sur le marché d’Anvers, des hordes de petits exploitants provoquaient dès lors de si graves dégâts sur l’environnement que les autorités se virent obligées d’interdire les exportations, de restreindre les extractions effectuées sans discrimination et surtout de fixer des taxes à même de décourager une pratique incontrôlée. Cependant, la tourbe demeurait une source d’énergie fondamentale dans les activités économiques des Pays-Bas. D’un côté, elle permettait de disposer d’une énergie à bas prix ; de l’autre elle incitait vivement à creuser des canaux car le choix économique d’exploiter la tourbe dérivait des coûts de transport relativement bas et du prix, plus bas encore, de la tourbe. Les premiers gisements exploités furent donc ceux qui étaient situés près des zones urbanisées, c’est-à-dire les laagvenen, caractérisés par la présence de matières alluvionnaires stabilisées, peu profonds et donc faciles d’accès même pour les petits paysans-exploitants. Par la suite on exploita des gisements plus éloignés et plus profonds, les hoogvenen, présents dans des terrains alluviaux, et accessibles par des canaux qu’il fallait creuser et qui servaient à transporter la tourbe. On dut par conséquent constituer des compagnies spécialisées, disposant de beaucoup de capitaux et mettant en œuvre des stratégies de grande envergure. Dans ce sens, J.W. De Zeeuw, mais aussi Taeke Stol et Jan Bieleman ont établi une relation étroite entre cette source d’énergie et la puissance économique du pays, entre les disponibilités du charbon ou du pétrole pendant la révolution industrielle et l’affirmation internationale de l’Angleterre et des États-Unis. Le « Golden Age » de la tourbe coïncidait avec le xviie siècle, et suivit dans un certain sens la tendance économique dessinée par l’agriculture et par les opérations de drainage. L’importance de la tourbe ne devait pas pour autant se limiter à la période moderne : les 250 000 ha de tourbières de la période médiévale se réduisirent à 180 000 ha dès 1800, mais leur exploitation connut un nouvel essor au xixe siècle, pour se réduire à 4 000 ha seulement dans les dernières décennies du xxe siècle (Zeeuw 1978 ; Hoek 1984 ; Stol, article dans ce livre). L’extraction et la commercialisation de la tourbe allèrent de pair avec les travaux d’assèchement. En même temps que ces activités s’organisaient de manière capitaliste et qu’on embauchait une main-d’œuvre nombreuse (comme durant l’âge d’or de l’assèchement des lacs intérieurs où l’on observa la suprématie des compagnies de Hollande et de Zélande) on assista pourtant à une division nette entre les entrepreneurs qui s’occupaient du drainage et de la mise en culture des terres nouvelles, et ceux qui s’intéressaient à l’extraction et à la vente de la tourbe.

53Toutefois la nature moderne de ces entreprises n’empêcha pas les autorités d’intervenir et de réglementer, jouant ainsi un rôle qui tranchait avec l’indifférence manifestée auparavant envers les projets d’assèchement. Le rôle de l’État et celui des compagnies restaient plus que jamais liés.

Bibliographie

54« Jeux et enjeux de l’eau au xviie siècle » (Journée d’étude, Maintenon 26 octobre 2002), 2003, xviie Siècle n° 221 : 585-714.

55Abel, W., 1973, Crises agraires en Europe (xiiie-xxe siècles) [trad. de la 2e éd. allemande, revue et augmentée], Paris, Flammarion.

56Allen, R. C, 1992, Enclosure and the yeoman, Oxford-New York, Oxford University Press.

57Aubriot, O. ; Jolly, G. (éds), 2002, Histoire d’une eau partagée. Provence, Alpes Pyrénées, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence.

58Ambrosoli, M., 1992, Scienziati, contadini e proprietari. Botanica e agricoltura nell ‘Europa occidentale, Turin, Einaudi.

59Aymard, M., 1995, « l’Europa e i suoi contadini », in Storia d’Europa, 4 : l’età moderna, secoli : 16.-18., Aymard, M. (éd.), Torino, Einaudi : 529-563.

60Aymard, M., « Mythen und Realitäten des Wassers in der Mittelmeerwelt », in Wasser, Busch 2000 : 653-661.

61Baars, C., 1983, « Landaanwinning door Nederlanders in Frankrijk en Italië », Civiele Technick, 38/5 : 15-20.

62— 1986, « Leeghwater : een herwaardering », Spiegel Historiael, 21.

63Barsanti, D. ; Rombai, L. (éds), 1994, Scienziati idraulici e territorialisti nella Toscana dei Medici e dei Lorena, Florence, Centro editoriale toscano.

64Benassar, B., 1977, « L’Europe des campagnes », in Histoire économique et sociale du monde, Léon P. (éd.), Paris, Armand Colin.

65Berkel, K. van., 1985, In het voetspoor van Stevin. Geschiedenis van de natuurwetenschap in Nederland, 1580-1940, Amsterdam, Boom.

66Bethemont, J., 1977, De l’eau et des hommes. Essai géographique sur l’utilisation des eaux continentales, Paris, Bordas.

67Bevilacqua, P. ; Rossi-Doria, M., (éds), 1984, Le bonifiche in Italia dal 700 a oggi, Bari, Laterza.

68Bieleman, J., 1987, « Boeren op de Drentse Zand 1600-1910 », AAG Bijdragen, 29.

69Billaud, J.-P., 1984, Le Marais poitevin. Rencontres de la terre et de l’eau, Paris, L’Harmattan.

70Bloch, M., 1963 [1928], « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Mélanges historiques, Paris, SEVPEN, 1 : 16-40.

71Bolens, L., 1974, Les méthodes culturelles au Moyen Age d’après les traités d’agronomie andalous : traditions et techniques, Genève, Éditions Médecine et Hygiène.

72Bray, F., 1984, « Agriculture », in Science and civilisation in China, Needham J. (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 6/II.

73Bresc, H., 1972, « Les jardins de Palerme (1290-1460) », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Age-Temps modernes, 84 : 55-127.

74Brown, J., 1983-1984, « Contributions of the British to Irrigation Engineering in Upper India in the Nineteenth Century », The Newcomen Society for the Study of the History of Engineering & Technology, 55 : 85-110.

75Butlin, R. A., 1990, « Drainage and Land Use in the Fenlands and Fen-edge of Northeast Cambridgeshire in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », in Water, Engineering, and Landscape : Water Control and Landscape Transformation in the Modern Period, Cosgrove D. ; Petts G. (éds), Londres-New York, Belhaven : 54-76.

76Buonora, P., 1994, La Valle Umbra. Genesi e trasformazioni di un sistema idraulico (secoli xvi-xix), Ancône, Proposte e ricerche, 17.

77Burke, P, 1974, Venice and Amsterdam, Londres, Temple Smith.

78Busch, B. ; Förster, L., (éds.), 2000, Wasser, Köln, Wienand.

79Cazzola, F., 1987, « Le bonifiche nella valle padana. Un profilo », Rivista di storia dell’agricoltura, 27/2 : 37-66.

80Charlesworth, A., 1983, An Atlas of Rural Protest in Britain, 1548-1900, London-Canberra, Croom Helm.

81Chaudhuri, K. N., 1991, « Ancient Irrigation and Water Management in the Indian Ocean Region », Endeavour, 15/2 : 66-71.

82Chi, C.-T, 1970 [1936], Key Economic Areas in Chinese History as Revealed in the Development of Public Works for Water-control, New York, A.M. Kelley.

83Ciriacono, S., 1991, « Venise et la Hollande, pays de l’eau (xve-xviiie siècle) », Revue historique, 285 : 295-320.

84— 1995, « Land Reclamation in Early Modern Europe. Dutch Windmills, Private Enterprises and State Intervention », Review Fernand Braudel Center, 18/2 : 281-304.

85— (éd.), 1998, Land Drainage and Irrigation, Aldershot (Hampshire), Ashgate, Studies in the History of Civil Engineering, III.

86— 1999 [1994], Acque e agricoltura. Venezia, l’Olanda e la bonifica europea in età moderna, Milan, F. Angeli.

87Corbin, A., 1982, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècle, Paris, Flammarion.

88Corni, G., 1982, Stato assoluto e società agraria in Prussia nell’età di Federico II, Bologne, Il Mulino.

89Cosgrove, D. ; Petts, G., (éds), 1990, Water, Engineering, and Landscape : Water Control and Landscape Transformation in the Modern Period, Londres-New York, Belhaven.

90Crosby, A. W., 1972, The Columbian Exchange : Biological and Cultural Consequences of 1492, Westport CT, Greenwood.

91Crouzet-Pavan, E. ; Maire-Vigueur, J.-C, (éds), 1994, Le contrôle des eaux en Europe occidentale, xiie-xvie siècle, Proceedings Eleventh International Economie History Congress, Milan, Università Bocconi, II.

92Darby, H. C, 19682. The Draining of the Fens, Cambridge, Cambridge University Press.

93— 1983, The Changing Fenland, Cambridge, Cambridge University Press. De Dienne, comte É., 1891, Histoire du dessèchement des lacs et marais en France avant 1789, Paris, Champion-Guillaumin.

94Delort, R. ; Walter, F, 2001, Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF.

95Derex, J.-M., 2001, La gestion de l’eau et des zones humides en Brie (fin de l’Ancien Régime – fin du xixe siècle), Paris, L’Harmattan.

96D’Hollander, R., 1961, « Le marais poitevin », Études rurales, 3 : 86-87.

97Dion, R., 1978, Le Val de Loire. Étude de géographie régionale, Marseille, Laffitte.

98Doorman, G., 1942, Patents for Inventions in the Netherlands during the 16th, 17th and 18th Centuries, La Haye, Martinus Nijhoff.

99Downing, T. E. ; Mc Guire, G., (éds), 1974, Irrigation’s Impact on Society, Tucson, Anthropological Papers of University of Arizona, 25.

100Ehrard, J., 1994, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiiesiècle, Paris, Albin Michel.

101Faber, J. A., 1970, « De oligarchisering van Friesland in de tweede helft van de zeventiende eeuw », AAG Bijdragen, 15 : 39-64.

102Field, C., 1974, « Comments on the Symposium from a Geographic Perspective », in Irrigation’s Impact on Society, Downing T. E. ; Mc Guire G., (éds), Tucson, Anthropological Papers of University of Arizona, 25.

103Fischer, O., 1955, Das Wasserwesen [...] Sonderprobleme und Einzel-Fragen des Küstenraumes, Berlin, Dietrich Reimer.

104— 1956, Das Wasserwesen [...] Eiderstedt, Berlin, Dietrich Reimer.

105Fockema Andreae, S. J., 1951, « Waterschaps-organisatie in Nederlanden in den Vreemde », Mededelingen der Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, 14 : 309-330.

106— 1960, « L’eau et les hommes de la Flandre maritime », Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, 28 : 181-96.

107— 1960, « Het Watergerecht van Valencia », Mededelingen der Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, Afd. Letterkunde, 23/14 : 385-401.

108Fournier, P., 1999, Eaux claires, eaux troubles dans le Comtat Venaissin (xviie-xviiie siècles), Perpignan, PUP.

109Forbes, R. J., 1966, « Hydraulic Engineering », in The Principal Works of Simon Stevin. The Works on Engineering, Forbes R.J. (éd.), Amsterdam, Swets & Zeitlinger, V : 67-81.

110Garavaglia, J.-C., 1995, « Atlixco : l’eau, les hommes et la terre dans une vallée mexicaine (xve-xviie siècle) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 50 : 1309-1349.

111García-Diego, J. A., 1985, « G.F. Sitoni, an Hydraulic Engineer of the Renaissance », History of Technology, 9 : 104-125.

112Glick, T. F., 1970, Irrigation and Society in Medieval Valencia, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

113— 1996, Irrigation and Hydraulic Technology. Medieval Spain and its Legacy, Aldershot, Ashgate.

114Gottschalk, M. K. E., 1971-1977, Stormvloeden en rivieroverstroming en in Nederland. De periode 1600-1700, Assen, Van Gorcum, I, II et III.

115Guillerme, A., 1983, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques, Seyssel, Champ Vallon.

116Günther, F., 1970, Geschichte des deutschen Bauernstandes, Stuttgart, Eugen Ulmer.

117Harris, L. E., 1953, Vermuyden and the Fens, Londres, Cleaver-Hume.

118— 1961, The Two Netherlanders, Humphrey Bradley and Cornelis Drebbel, Leiden, E. J. Brill.

119Higounet, C, 1989, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Paris, Aubier.

120Hill, C, 1969, Reformation to Industrial Revolution. A Social and Economic History of Britain, 1530-1780, Harmondsworth, Middlesex, Penguin Books.

121Hoek, S. van der., 1984, Het bruine goud. Kroniek van de turfgravers in Nederland. Amsterdam-Bruxelles, Elsevier, 7.

122Hoogewerff, G. J., 1917, Bescheiden in Italië, ’s-Gravenhage, Nijhoff, III.

123Hunt, R. C ; Hunt, E., 1976, « Canal Irrigation and Local Social Organization », Current Anthropology, 17/3 : 389-411.

124Ibn-al-Awwäm., 1866-1867, Le livre de l’agriculture, Paris, A. Frank, I et II.

125Kerridge, E., 1968, The Agricultural Revolution, New York, A.M. Kelley.

126Keunen, G. H., 1988, « Waterbeheersing en de ontwikkeling van de bemalingstechniek in West-Nederland. De historische ontwikkeling van poldermolens en gemalen tot helden », Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 103 : 571-606.

127Korthals Altes, J., 1924, Polderland in England, La Haye, Van Stockum.

128— 1925, Sir Cornelius Vermuyden, Londres, William & Norgate.

129Landi, F., 1999, Accumulation and Dissolution of Large Estates of the Regular Clergy in Early Modern Europe, XIIth International Economic Congress, Madrid 1998, Rimini, Guaraldi-Grifo.

130Lambert, A. M., 1971, The Making of the Dutch Landscape. An Historical Geography of the Netherlands, Londres-New York, Academic Press. Leeghwater, J. A., 1724 [1641], Haarlemmermeer boek, Amsterdam, P. Visser.

131Lemeunier, G. ; Pérez Picazo, M.T., (éds), 1990, Agua y modo de producción, Barcelone, Editorial Crítica. Léon, P., (éd.), 1977, Histoire économique et sociale du monde, Paris, Armand Colin, I.

132Linden, H. van der., 1956, De Cope. Bijdrage tot de rechtsgeschiedenis van de openlegging van de Hollands-Utrechtse laagvlakte, Assen, Van Gorcum.

133— 1982, « History of the Reclamation of the Western Fenlands and of the Organization to Keep them Drained », in Proceedings of the Symposium on Peat Lands below Sea Level, de Baakker H. ; van der Berg M.W. (éds), Wageningen, ILRI : 58-65 (réimpression du même article in Ciriacono 1998 : 101-133).

134Linden, H., van der, 1984, « L’influence de l’eau sur les institutions hollandaises », in Agricultura e trasformazione dell’ambiente, secoli xiii-xviii, 11e Settimana di Studio, Prato, 1979, Guarducci A. (éd.), Florence, Le Monnier.

135Lindley, K, 1982, Fenland Riots and the English Revolution, Cambridge, Heinemann Educational Books.

136Mac Farlane, A., 1978, The Origin of English Individualism : the Family, Property and Social Transition, Oxford, Oxford University Press.

137Macías Hernández, A., 1990, « Aproximación al proceso de privatización del agua en Canarias (v. 1500-1879) », in Agua y modo de producción, Lemeunier G. et Picazo M. T. (éds), Barcelone, Editorial Crítica : 121-149.

138Maczak, A., 1962, Peasant Farms and Farming in the Vistula Fens at the Beginning of the 17 th Century, Varsovie, PWN.

139Maffioli, C. S., 1994, Out of Galileo : The Science of Waters 1628-1718, Rotterdam, Erasmus Publishing.

140Martin, F, 1874, Adam de Craponne et son œuvre, Paris, Dunod.

141Massé, P., 1957, « Le dessèchement des marais du Bas-Médoc », Revue historique de Bordeaux, nouv. série, 6 : 25-38.

142Mayhew, A., 1973, Rural Settlement and Farming in Germany, Londres, B.T. Batsford.

143Mitchell, W. P., 1973, « The Hydraulic Hypothesis : a Reappraisal », Current Anthropology, 14/5 : 532-534.

144Mokyr, J., 1990, The Lever of Riches. Technological Creativity and Economic Progress, New York, Oxford University Press.

145Musset, A., 1991, De l’eau vive à l’eau morte. Enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico (xvie-xixe siècle), Paris, Éditions Recherches sur les civilisations.

146Needham, J., (éd., avec la collaboration de Ling Wang et Gwei-Djen Lu), 1971, Science and Civilisation in China. Physics and Physical Technology, Cambridge, Cambridge University Press, 4/III.

147Nitz, H.-J., 1978, « Small-Holder Colonization in the Heathlands of Northwest Germany during the 18th and 19th Century », Geografia Polonica, 38 : 89-95.

148Olson, L., 1944, « Pietro de’ Crescenzi : the Founder of Modern Agronomy », Agricultural History, 18 : 35-37.

149Palerm, Á., 1973, Obras hidráulicas prehispánicas en el sistema lacustre del Valle de México, México City, Instituto Nacional de Antropologia e Historia.

150— 1981, « The Agricultural Basis of Urban Civilization in Mesoamerica », in Irrigation Civilizations : a Comparative Study. A Symposium on Method and Result in Cross-Cultural Regularities, Steward J.H. (éd.), Westport (Conn.), Greenwood.

151Penna, B., 2003, Le marais Vernier : dix siècles d’évolution paysagère, Caen, Annales de Normandie.

152Pérez Sarrión, G., 1995, « Hydraulic Policy and Irrigation Works in Spain in the Second Half of eighteenth Century », The Journal of European Economic History, 24/1 : 131-143.

153Pierenkemper, T., (éd.), 1989, « Englische Agrarrevolution und preussisch-deutsche Agrarreformen in vergleichender Perspektive », in Landwirtschaft und Industrielle Entwicklung, Stuttgart, Franz Steiner : 7-25.

154Pinna, M., 1988, La teoria dei climi : una falsa dottrina che non muta da Ippocrate a Hegel, Rome, Società geografica italiana.

155Poni, C, 1982, Fossi e cavedagne benedicon le campagne, Bologna, Il Mulino.

156Radkau, J., 2000, Natur und Macht. Eine Weltgeschichte der Umwelt, Munich, Beck.

157Ravensdale, J.-R., 1974, Liable to Floods. Village Landscape on the Edge of the Fens, AD 450-1850, Cambridge, Cambridge University Press.

158Roche, D., 1984, « Le temps de l’eau rare du Moyen Âge à l’époque moderne », Annales, 39 : 383-99.

159Rojas Rabiela, T. et al., 1974, Nuevas noticias sobre las obras hidráulicas prehispanicas y coloniales en el Valle de Mexico, Mexico, SEP/INAH.

160Rosenthal, J.-L., 1991, The Fruits of Revolution : Property Rights, Litigation and French Agriculture, 1700-1860, Cambridge-New York, Cambridge University Press.

161Rybak, A., 1992, « The Signifiance of the Agricultural Achievements of the Mennonites in the Vistula-Nogat Delta », The Mennonite Quaterly Review, 66 : 214-220.

162Scarborough, V. L. ; Isaac, B. L., (éds), 1993, Economic Aspects of Water Management in the Prehispanic World, London-Connecticut, Research in Economic Anthropology, Supplément 7.

163Schultz, E., 1992, Waterbeheersing van de Nederlandse droogmakerijen, Lelystad, Rijkwaterstaat Flevoland.

164Serpieri, A., 1957, La bonifica nella storia e nella dottrina, Bologne, Edizioni agricole.

165Slicher van Bath, B. H., 19962, The Agrarian History of Western Europe, A.D. 500-1800 [traduction de O. Ordish], Londres, Edw. Arnold.

166Spufford, M., 1974, Contrasting Communities. English villagers in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Cambridge, Cambridge University Press.

167Steward, J. H., (éd.), 1981, Irrigation Civilizations : a Comparative Study.

168A Symposium on Method and Result in Cross-Cultural Regularities, Westport (Conn.), Greenwood.

169Thirsk, J., 1984, « The Isle of Axholme before Vermuyden », in The Rural Economy of England. Collected Essays, Londres, The Hambledon Press : 149-162.

170— (éd.), 1985, The Agrarian History of England and Wales, 1640-1750. Agrarian Change, Cambridge, Cambridge University Press, 5/II.

171Thurkow, A, J., 1990, « De Droogmakerij van Bleiswijk en Hillegersberg, een opmerkelijke onderneming », Holland, 22 : 35-44.

172Tilly, C, 1975, The Formation of National States in Western Europe, Princeton, Princeton University Press.

173Toubert, P., 1984, « Pietro de’ Crescenzi », in Dizionario biografico degli italiani, Roma, Istituto dell’ Enc. Italiana, XXX.

174Tutein Noltenius, R. P, 1915, Netherlands Engineers and Contractors, La Haye, A general view of the Netherlands, 14 : 3.

175Ulmen, G. L., (éd.), 1978, Society and History. Essays in Honour of Karl August Wittfogel, The Hague-Paris-New York, Mouton.

176Veen, J, van., 1939, « Inpoldering in vroegere eeuwen door Nederlanders in het buitenland », De Ingénieur, 22 : 215-19.

177Verhulst, A., 1957, « Compte rendu » de De Cope, Revue belge de philologie et d’histoire, 35.

178— 1990, Précis d’histoire rurale de la Belgique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles : 163-65.

179Verhulst, A. ; Augustyn, B., 1986, « Deich- und Dammbau », in Lexikon des Mittelalters, Munich-Zurich, Artemis & Winkler Verlag, III : 640-648.

180Vidal-Naquet, P. A., 1993, Les ruisseaux, le canal et la mer, Paris, L’Harmattan.

181Vierlingh, A., 1920, Tractaat van Dijckagie, De Hullu J. ; Verhouven A.G. (éds), ‘s-Gravenhage, Rijks Geschiedkundige Publicatiën.

182Wagret, P., 1959, Les polders, Paris, Dunod.

183Wailes, R., 1954, The English Windmill, Londres, Routledge & Kegan.

184Wee, H. van der. ; Cauwenberghe, E. van., (éds), 1978, Productivity of Land and Agricultural Innovation in the Low Countries (1250-1800), Louvrain, University Press.

185Wittfogel, K. A., 1957, Oriental Despotism. A Comparative Study of Total Power, New Haven, Yale University Press.

186— 1972, « The Hydraulic Approach to Pre-Spanish Mesoamerica », in Chronology and Irrigation, Johnson F. (éd.), Austin-Londres, University of Texas Press : 59-80.

187— 1978, « Irrigation Policy in Spain and Spanish America », cité par G. L. Ulmen in Society and History. Essays in Honour of Karl August Wittfogel, La Haye-Paris-New York, Mouton.

188Worster, D., 1985, Rivers of Empire : Water, Aridity, and Growth of the American West, New York, Pantheon Books.

189Woude, A. M. van der., 1972, « Het Noorderkwartier, Wageningen », Landbouwhogeschool, AAG Bijdragen 16, 1, LI et III.

190— 1986, « De contractiefase van de seculaire trend in het NoorderKwartier nader beschouwd », Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschie-denis der Nederlanden, 103.

191Woude, A. M. van der. ; Vries, J., de, 1997 [1995, Amsterdam], The First Modern Economy : Success, Failure, and Perseverance of the Dutch Economy, 1500-1815, Cambridge, Cambridge University Press.

192Zeeuw, J. W. de., 1978, « Peat and the Dutch Golden Age », AAG Bijdragen, 21 : 3-27.

Notes

1 Le traité de Herrera (Obra de agricultura, compilada de diversos autores, 1513) connut de nombreuses rééditions aussi bien en Espagne, pas moins de 16, qu’en Italie et en France, au nombre de 8.

2 Pour les Andalous l’irrigation n’était pas seulement un élément d’humidification mais encore l’indispensable facteur de neutralisation d’une éventuelle brûlure.

3 L’eau en Sicile est une propriété privée, distincte de celle de la terre, et aliénée « à perpétuité et dont les propriétaires louent chaque année l’usage ».

4 Fockema Andreae avait déjà reconnu dans l’Espagne médiévale et Valence un exemple significatif de cet esprit communautaire, qu’expriment aussi les Flandres du xiie siècle, où s’étaient formées, sous l’impulsion des seigneurs, les Wateringen, des organisations communautaires qui s’étaient occupées du contrôle de l’eau, même si cela ne signifiait pas qu’elles assuraient l’exploitation du sol en commun ; voir Verhulst et Augustyn 1986 : 642 ; Fockema 1960 : 181-196.

5 Biographie de Willem de Raet rédigée par O. De Smet, dans le Nationaal Biografisch Woordenboek, II, Brussel, Koninklijke Vlaamse Academie, 1966, kol. 719-23 (gentiment indiquée par Greta Devos de l’Université d’Anvers).

6 Hoogewerff G.J., 1919, De twee reizen van Cosimo de’Medici, Amsterdam, Johannes Mueller. L’intervention des techniciens hollandais permit d’assainir, dans la Toscane de Ferdinand Ier et de Côme III, au xviie siècle, la plaine de Pise et, au moins temporairement, la région d’Albenga en Ligurie. Voir Wagret 1959 : 113.

7 Jusqu’à la fin du xvie siècle les techniques italiennes en général, et vénitiennes en particulier, ne semblent pas avoir été considérées comme inférieures à celles d’aucun autre pays européen. Cette vérité est confirmée par le nombre des brevets que les techniciens-ingénieurs de la péninsule arrivaient à obtenir aussi bien dans les États italiens que dans ceux situés au-delà des Alpes ; voir Doorman 1942 : 81-83 ; Forbes 1966 : 80.

8 Les techniques employées n’excluaient pas des originalités locales, comme le met en évidence J.-P. Billaud.

9 Ces nouveaux polders furent organisés entre 1772 et 1779 par les États de Hollande et de Frise occidentale.

10 Sur ces thèmes, du rôle de l’agriculture et de l’approvisionnement alimentaire dans le développement de l’État, voir Tilly 1975.

11 Des conflits entre les communautés et les lords, mais aussi avec les plus riches propriétaires, naissaient lorsque ces derniers faisaient paître sur les terres communes des bêtes qui ne leur appartenaient pas, contrevenant à d’antiques lois coutumières ; voir Kennedy cité par Holmes, article dans ce livre.

12 Les historiens anglais ont établi une localisation géographique précise de ces phénomènes, qui manque pour les autres régions européennes ; voir Charlesworth 1983.

13 En 1805 le gouvernement hollandais décida de former un corps spécial d’ingénieurs d’État, dépendant du Waterstaat, pour construire des bâtiments publics, des routes, des ponts et des canaux ; voir Tutein Noltenius 1915.

Auteur

Università degli Studi di Padova, Padoue.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540