Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

III. Modernisations contemporaines

Comment se structurent et se dénomment les parties d’une ville ? Le cas d’Oussouye (Sénégal)

Marie-Louise Moreau

Texte intégral

  • 1 De manière générale, on a adopté, pour la transcription des noms, la graphie la plus simple et la (...)
  • 2 Il est significatif de ce point de vue que l’un des ouvrages consacrés à la région d’Oussouye s’in (...)

1Pour parler d’Oussouye1 (Casamance, sud-ouest du Sénégal), beaucoup de personnes hésitent, en français, entre les termes de ville et de village2. Du village, la commune établie en 1960 a gardé l’essentiel de la culture traditionnelle diola (croyances, pratiques cultuelles, langue, structure sociale, réseau associatif, valeurs, etc.), des modes d’exploitation des ressources agricoles (riz, arachide, manioc, vin de palme, huile de palme, etc.), mais aussi un certain découpage de l’espace. Elle tient aussi de la ville : sa population en 1997 est estimée à 5 000 habitants ; elle est dotée de certaines infrastructures davantage caractéristiques des zones urbaines (distribution d’eau et d’électricité dans une partie de la commune, dispensaire, écoles pré-primaires, primaires et secondaires, préfecture, gendarmerie, service de l’élevage, de l’agriculture, des eaux et forêts, rue principale bordée de magasins, etc.) (fig. 1).

Structurer la commune

2Si l’on considère les trois grandes périodes qui divisent l’histoire d’Oussouye au cours du xxe siècle (celle d’avant la colonisation, celle de l’administration coloniale et celle de l’administration sénégalaise), on voit que chacune est associée à un certain découpage de l’espace. Les changements n’excluent toutefois pas une certaine continuité : d’une part, en effet, les nouvelles structures récupèrent une partie des délimitations préexistantes ; d’autre part, dans la perception des habitants, les découpages anciens conservent leur actualité, et, ainsi qu’on le verra, ils se révèlent même parfois plus pertinents que les nouveaux.

Fig. 1. Plan d’Oussouye Commune.

Le village traditionnel

  • 3 Pour une répartition spatiale des toponymes relatifs aux kukin et aux kank, voit Nicolas & Gaye 19 (...)

3À l’origine, Oussouye est un village peuplé de Diola. On y distingue six kukin (sing. hukin), qui se composent chacun de plusieurs kank (sing. hank) regroupant chacune plusieurs familles. La structure du village se présente comme l’indique le tableau l3.

Tableau 1. Structure d’Oussouye traditionnel

Tableau 1. Structure d’Oussouye traditionnel
  • 4 Si complexe qu’il semble que peu d’individus puissent se flatter d’en avoir une vue complète : l’a (...)

4Les deux niveaux de structuration que sont les kank et les kukin interviennent dans l’organisation de la vie sociale et religieuse, les deux ordres de fait étant intimement intriqués, de manière très complexe4.

  • Un découpage de l’espace. Dans une première approche, les six kukin, comme les kank, se présentent comme des portions précisément délimitées de l’espace construit (à l’exception donc des terres cultivables ou de la brousse). En ce sens, on peut dire qu’on va à Suloek, qu’on a rencontré quelqu’un à Sulœk, etc. Et les gens « de » Sulœk y ont souvent leur maison.
  • Des structures familiales et foncières. Mais habiter à Sulœk n’est une condition ni nécessaire ni suffisante pour être « de » Sulœk. Bien des gens, actuellement, se réclament d’un hukin alors qu’ils n’y ont jamais résidé, cependant que d’autres, qui y ont toujours vécu, ne se considèrent pas et ne sont pas considérés comme en étant des membres, pour ce qui est de certaines activités traditionnelles. L’appartenance à un hukin est en fait liée à la filiation paternelle : on est « de » Sulœk si on est le fils ou la fille d’un homme « de » Sulœk, et donc, en ce qui concerne les individus mâles, seuls héritiers des propriétés foncières, si on a hérité ou si on va hériter de terres de quelqu’un « de » Sulœk5.
  • 6 Tous les informateurs ne sont pas du même avis sur ce point.

5Des procédures d’« adoption » corrigent la transmission strictement héréditaire des terres. Les témoins fournissent souvent cet exemple prototypique : un chef de famille recourt pendant plusieurs années aux services d’un berger, originaire d’un autre village. Si celui-ci lui fait part de son souhait de se fixer désormais dans le village d’accueil, le chef de famille convoque en réunion ses frères (et d’autres membres de la famille ?6) et ils déterminent lesquelles des terres familiales seront données au berger, qui devient ainsi membre à part entière du hank et, par voie de conséquence, du hukin correspondant. La décision est ensuite communiquée aux autres membres du hank ; pour certains informateurs, elle doit l’être aussi au hukin, voire au roi (oeyi).

  • 7 Thomas (1994 : 73) parle, pour les kukin, de lignages étendus (quatre à six générations), et pour (...)

6Les familles qui sont regroupées dans un même hank, cas d’« adoption » mis à part, présentent des liens de parenté étroits7 – ce qui apparaît très nettement dans le synonyme du mot, butong, qui a aussi le sens de « famille » – et, souvent, les adultes d’une famille cellulaire sont en mesure de préciser quel lien de parenté les unit aux autres familles de leur concession, voire de retracer un arbre généalogique qui remonte à leur ancêtre commun. Généralement, les habitations d’un même hank se jouxtent (voir les croquis de Nicolas & Gaye 1988 : 48-50), elles ont donc des relations quotidiennes de voisinage, d’entraide et de partage des travaux.

  • 8 Il est bien connu à Oussouye que les derniers arrivants intégrés dans le village traditionnel, ceu (...)

7Au niveau du hukin, même si les individus s’y considèrent comme liés (« Ce sont nos parents »), les relations de parenté sont perçues comme moins étroites et il est rare qu’elles puissent être précisées. Pour certains kukin, il est de notoriété publique, même si l’information est presque toujours confiée sur le mode de la confidence (parce qu’on juge inopportun d’entretenir la mémoire que certaines personnes du village descendent d’« étrangers »), que les différents kank procèdent de souches familiales distinctes8. En tout état de cause, un interdit frappe les relations sexuelles entre jeunes gens d’un même hukin (a fortiori d’un même hank).

  • 9 À deux exceptions près, de personnes qui ont changé « Lambal » contre un autre patronyme.
  • 10 Et si on rencontre des Diatta dans d’autres kukin, c’est, pour partie, parce que certaines famille (...)

8Il résulte de ces liens de parenté que l’appartenance aux kukin se traduit dans les patronymes : Sulœk et Batajaken ne comptent que des Diatta, Etama seulement des Lambal9 ; il n’y a des Badiane qu’à Kalelam, des Assine qu’à Batefus, des Diabone qu’à Jiwant. On trouve des Diédhiou à Jiwant et à Batefus, mais pas dans les autres kukin10.

  • 11 Ces impératifs traditionnels restent de stricte application à l’heure actuelle. Ainsi en a-t-il ét (...)

9— Des implications sociales et religieuses. L’appartenance à un hank est déterminante pour l’attribution de nombreuses fonctions sociales et religieuses : ainsi, la fonction de roi (œyi) échoit-elle nécessairement à un homme des kank Ebiluweï, Elubœchin et Hulahom du hukin de Jiwant (ainsi qu’aux kank de Batahumobœl et Batetik, dans le village voisin de Kahinda), mais sa désignation est une prérogative de certains hommes de Batefus (voir aussi Julliard 1994 : 139 ; Girard 1969 : 33, 35-36 ; Palmeri 1995 : 74, 136, 147, 161 ; Roche 1985 : 37)11 ; de même, le responsable (elembœ) du fétiche principal d’Oussouye (Janananjœ) sort-il alternativement des kank Hajamhœmœk de Sulœk et Elubœchin de Jiwant, cependant que son adjoint (agnatak) appartient, alternativement aussi, aux kank Jibojo de Batajaken, Basana ou Hajametik de Sulœk.

  • 12 Mais, petits kukin, Batajaken et Kalelam ont le même huul. De même, le hukin de Batefus partage av (...)

10La structuration en kukin se traduit elle aussi dans la vie sociale et religieuse, d’une manière plus visible sans doute que l’organisation en kank. En bien des cas, le hukin se révèle même l’unité sociologique la plus pertinente (Julliard 1994 : 133). Chacun des six kukin a ses fétiches propres ; par exemple, son kasabo, où le nouveau-né est introduit dans la communauté, et son kuhulum, où l’on fait un sacrifice lorsqu’une jeune fille du hukin se marie. De nombreuses pratiques marquent en outre cette division. Ainsi, lorsqu’un jeune homme se marie et se rend chez la jeune fille pour l’amener à ce qui sera leur domicile conjugal, il est accompagné d’un cortège formé par les épouses des hommes de son hukin. Au moment de la circoncision, les jeunes gens dorment dans des abris (huul) différents selon leur hukin12. Les sacrifices pour la pluie (kasila) se font séparément pour chaque entité : lorsque quelqu’un fait un sacrifice au fétiche principal du village, chacune d’elles est représentée par un de ses membres, qui, au nom des siens, prononcera une prière. Chaque hukin dispose aussi d’une place publique (kaen), où se déroulent les danses qui accompagnent les funérailles des siens, etc.

11A l’heure actuelle, si le lien entre les différentes personnes d’un hukin relève davantage du social que du géographique, l’ancrage spatial est apparent : ainsi, lorsqu’une réunion (sisumen) rassemble les ressortissants d’un hukin, elle doit nécessairement se tenir dans l’espace d’origine. De même, les funérailles d’un membre d’un hukin doivent obligatoirement se dérouler dans l’aire de ce hukin, même s’il a toute sa vie habité dans un des nouveaux quartiers.

La période coloniale

12L’administration coloniale opère un regroupement des six kukin en deux entités, qu’on appellera quartiers : Esinkin (« ceux d’en bas »), qui réunit Kalelam, Batajaken et Etama, les trois kukin les plus proches des rizières, et Etia (« ceux d’en haut »), où sont regroupés les trois autres. Elle traite avec deux chefs de quartier, qui servent d’intermédiaires entre l’administration et la population. Dès ce moment, le terme français quartier s’impose, parmi les Oussouyois, pour désigner Etia et Esinkin, mais aussi pour les six kukin (appelés parfois aussi sous-quartiers) et les nouveaux secteurs d’habitation. Mais la polysémie du terme français ne gagne pas le terme hukin, jamais employé pour Etia et Esinkin, ni pour les nouveaux secteurs. Hank est traduit par concession.

  • 13 Mais, depuis les années 1940, les jeunes d’Etama vont avec ceux d’Etia. A l’époque, bien qu’un déc (...)

13Ce nouveau découpage n’annule pas le précédent, il est même quelque peu récupéré par l’organisation sociale et religieuse traditionnelle. Par exemple, pour réunir les fonds nécessaires à leur circoncision, les jeunes d’Etia s’organisent en équipes de travail distinctes de celles d’Esinkin. Pendant leur retraite dans le bois sacré, les garçons d’Etia se partagent entre eux leur nourriture, et ceux d’Esinkin font de même13. Les femmes d’Esinkin ont un fétiche, Amundo, que n’honorent pas les femmes d’Etia. Lors d’un décès à Etia, les gens de ce quartier devancent ceux d’Esinkin pour la danse et inversement. Et lors des luttes traditionnelles, ce sont les jeunes de tout le quartier auquel appartient le vainqueur qui s’identifieront au on du « on a gagné ». Mais il est clair que ce découpage délimite des entités plus superficielles, dotées d’une plus faible consistance dans la vie traditionnelle de la communauté que les kukin ou les kank, un des indices en étant qu’en dehors de leur toponyme, ils ne peuvent être désignés en diola par aucun nom commun, le terme kukin restant spécialisé dans son sens originel.

Les nouveaux secteurs d’habitation

  • 14 Dans les années 1920, une bonne partie des catholiques d’Oussouye, en conflit avec la population a (...)
  • 15 Source : ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement.
  • 16 C’est le terme français employé par les Diola qui, en diola, parlent de kudiara.
  • 17 Si les deux systèmes de croyances ont été perçus comme rivaux jusque dans les années 1960, ils ne (...)
  • 18 Source : ministère de l’Économie, des Finances et du Plan.

14À la population diola du village14 se sont adjoints des gens appartenant à d’autres ethnies, dont la proportion, au recensement de 1982, atteignait 26 %15 : Peul de Guinée-Conakry, venus chercher en Casamance de meilleures conditions de vie et occupés surtout dans le commerce de détail et dans l’élevage des bovins, puis des fonctionnaires wolof, sereer et toucouleur, originaires du Sénégal septentrional, qui, dans la majorité des cas, ne s’établissent à Oussouye que le temps de leur affectation. Ces « étrangers16 » se sont installés à la périphérie du village, parfois sur des terres appartenant au village voisin de Calobone, dans de nouveaux secteurs d’habitation, dont les noms ne sont pour la plupart pas diola (Escale, hlm, Camp des gardes, Harlem, Campement, Jilœhit, Sarademba – ce toponyme renvoie au premier habitant, le Peul Demba Ba, qui s’y fixa au cours des années 1960). Musulmans pour la plupart, ils ne partagent pas la même religion que les Oussouyois de souche, animistes et/ou catholiques17. Leur langue la plus usuelle est le wolof pour les uns, le pulaar pour les autres, mais rarement le diola des Oussouyois. La croissance démographique aidant (Oussouye et Calobone réunis comptaient, pour 1 045 en 1960, 3 849 personnes au recensement de 198818), des Diola ont également construit et occupé des maisons dans ces nouveaux secteurs, tout en gardant leur appartenance à leur hukin. Il en résulte que les Diola établis à Sarademba ou à Harlem, par exemple, continuent, comme leurs enfants, à se réclamer du hukin d’Etama ou de Jiwant, ce qui indique bien la prédominance du critère social sur le critère spatial.

Les découpages et les regroupements administratifs

  • 19 Mais le Répertoire des villages réalisé en 1988 par le ministère de l’Économie, des Finances et du (...)
  • 20 L’administration sénégalaise utilise donc une fonction mise en place par l’administration colonial (...)

15Le 1er février 1960, afin de se doter de la masse critique qui leur permettrait d’être reconnus comme une commune, Oussouye et le village voisin de Calobone décident de fusionner en une seule entité, désignée par l’appellation « Oussouye Commune », gérée par un même conseil municipal. Dans cette nouvelle entité, l’administration sénégalaise, reconnaît trois quartiers19, pourvus chacun d’un délégué (dit aussi chef de quartier)20, avec une structuration qui réunit les entités anciennes (non sans l’une ou l’autre différence de délimitation) et nouvelles : Calobone, qui inclut désormais Sarademba ; Etia, conçu comme le regroupement des trois kukin de l’Etia colonial et des trois nouveaux secteurs que sont HLM, Camp des gardes et Harlem ; Esinkin, qui réunit les mêmes kukin que sous l’administration coloniale, mais aussi le nouveau secteur Escale.

16L’administration procède quartier par quartier pour le recensement de la population, le recouvrement des impôts, l’inscription sur les listes électorales, ou les distributions de vivres : par exemple, les habitants d’Etia seront invités à se tenir tel jour à la disposition des agents de l’administration s’ils veulent s’inscrire sur les listes électorales, ceux d’Esinkin un autre jour, ceux de Calobone un autre jour encore.

17Les structures traditionnelles et administratives ne se superposent donc pas – loin s’en faut –, ni dans l’espace, ni dans la saillance qu’elles peuvent avoir dans la vie et les représentations des habitants : d’une part, le découpage administratif en trois grands quartiers semble compter peu dans le quotidien, il a peu de pertinence pour la religion, pour l’identité des gens ou pour les usages sociaux ; d’autre part, la structuration traditionnelle – celle à laquelle les pratiques sociales et religieuses font quotidiennement référence – n’est aucunement prise en compte par les textes officiels de l’administration, où les noms des kukin ou des kank ne sont jamais mentionnés.

18La situation se caractérise donc par une certaine complexité, dont on ne sait pas comment elle est gérée par les Oussouyois. Comment se représentent-ils la structure de leur entité ? Les découpages prioritaires qu’ils y pratiquent sont-ils convergents ? Que connaissent-ils de la structure traditionnelle ? De la structure moderne ? C’est de ce type de questions que se préoccupera la suite de ce texte.

L’enquête

  • 21 Il faut entendre ici Calobone ancien, compte non tenu de Sarademba.
  • 22 Un des témoins n’a pas fourni l’information.

19Le recueil des données a eu lieu en avril 1997, auprès de 56 sujets, le questionnaire, toujours oral, étant soumis pendant un entretien en tête à tête à 30 d’entre eux et en passation collective aux 26 autres. La langue des échanges a été le français, connu par les témoins, tous scolarisés. L’échantillon comporte 46 sujets masculins et 10 féminins, répartis en trois groupes d’âge : 15-20 ans (n = 31), 21-29 ans (n = 17), 30-39 ans (n = 8) ; tous ont réussi au minimum sept années de scolarité. La majorité des témoins (n = 43) est d’ethnie diola, les 13 autres étant peul, wolof, sereer ou manding. La plupart d’entre eux (n = 47) ont toujours vécu à Oussouye, 6 y résident depuis plus de dix ans, et 3 depuis six ans. Ils habitent soit dans l’aire qu’occupait Oussouye avant 1960 (n = 28), soit dans les nouveaux secteurs (n = 20), soit à Calobone21 (n = 7)22.

Ville ou village ?

20Seuls 5 témoins, tous diola, estiment qu’Oussouye est un village. Parmi les attributs qui en font une ville, aux yeux des autres, les sujets relèvent surtout les services administratifs (préfecture, mairie, perception, agriculture, élevage, etc.) et les services de sécurité (gendarmerie, BMS, maison d’arrêt, camp des gardes), bien plus que les commerces, les écoles ou le dispensaire, par exemple.

Combien de parties ?

21On commençait par montrer un plan de Ziguinchor, ville de 120 000 habitants située à 40 km de là, et on soulignait que l’entité comportait différentes « parties » (on évitait d’utiliser le terme quartier, ambigu), dont les noms figuraient sur le plan. Puis on demandait : « Et à Oussouye, il y a combien de “parties” ? Quels sont les noms de ces parties ? » Cette question n’a été posée qu’à 50 sujets, dont 11 déclarent ne pas savoir, et 10 ne mentionnent qu’un nombre, de 2 à 15, sans autre précision. Parmi les 29 témoins qui énumèrent les parties, 12 s’en tiennent au découpage traditionnel (Etia et Esinkin) ; les 17 autres conçoivent qu’il y a autre chose :

  • qu’Oussouye est associé avec Calobone (n = 7) (« Oussouye et Calobone » ; « Etia, Esinkin et Calobone », etc. ; cette dernière réponse, la seule conforme au découpage administratif, est celle de 4 sujets) ;
  • qu’aux anciennes entités s’en sont ajoutées de nouvelles, dont la composition ethnique est parfois signalée comme différente (n = 7) (« Oussouye diola et Oussouye wolof » ; « Oussouye et Sarademba », etc.) ;
  • qu’il y a regroupement d’entités et nouveaux secteurs (n = 3) (« Oussouye, Calobone et Sarademba » ; « Oussouye diola, Calobone et Sarademba »).

Quels sont les kukin d’Esinkin et d’Etia ?

22Il n’y a que 3 sujets sur 56 qui donnent la composition moderne complète d’Esinkin (Batajaken, Etama, Kalelam, Escale) et aucun pour Etia (Batefus, Jiwant, Sulœk, HLM, Harlem). Mais la composition traditionnelle complète est fournie par 19 sujets (34 %) pour Esinkin et par 21 (38 %) pour Etia. Certes plus nombreuses, ces réponses restent cependant minoritaires.

23Considérons seulement les réponses incomplètes. Leur incomplétude n’est pas due à l’oubli systématique d’un hukin : Kalelam, le hukin le plus souvent mentionné, ne l’est que par 54 % des sujets, Batefus, le moins fréquemment cité, l’est par 26 %, la moyenne, pour les six kukin traditionnels, se situant à 39 %.

  • 23 Voir la note 12.

24Toutefois, les énumérations incomplètes préservent pour l’essentiel la répartition des kukin dans les deux grands quartiers ; on ne relève qu’une seule erreur – d’un Calobonois – concernant Esinkin. Les erreurs en revanche sont plus nombreuses pour Etia, qui se voit rattacher Etama par 16 % des sujets, influencés sans doute par la manière dont les jeunes ont été répartis lors des dernières circoncisions23.

À quelle entité se rattachent les nouveaux secteurs ?

25Sarademba, le plus étendu des nouveaux secteurs, n’est correctement rattaché à Calobone que par 50 % des sujets. Les trois autres nouveaux secteurs sont adéquatement liés à leur entité respective (Escale à Esinkin, HLM et Harlem à Etia) par 38 % des témoins.

Analyse de l’ensemble des réponses

26On est frappé, quand on analyse ces réponses, par la faible proportion de sujets qui perçoivent correctement la structure communale qui fédère Oussouye traditionnel, Calobone et les nouveaux secteurs, comme de la disparité entre les différents groupes de sujets.

  • 24 On ne sait cependant pas quelle conception ont de la commune les Calobonois qui ne mentionnent qu’ (...)

27Certes, une proportion importante (71 %) des Calobonois sait que Sarademba est rattaché à leur entité, mais un seul d’entre eux mentionne Calobone comme l’une des composantes de la commune24. Ils sont un tout petit nombre à connaître la structure d’Oussouye traditionnel (les différents kukin ne sont mentionnés en moyenne que par 24 % des Calobonois) ; ils ne savent pas davantage comment cette partie-là de la commune a été restructurée en tenant compte des nouveaux secteurs (aucun ne sait comment les rattacher à Etia ou Esinkin). On ferait sans doute un semblable constat si on interrogeait les Oussouyois sur la structuration de Calobone.

28Pour la plupart des Oussouyois habitant dans l’espace des kukin, la structuration la plus prégnante est celle du village traditionnel : quand on leur demande de quelles entités se compose Oussouye, seuls 35 % d’entre eux parlent de Calobone et 29 % des nouveaux secteurs ; et même si la moitié d’entre eux se révèle incapable d’énumérer les trois kukin dont se compose traditionnellement chacun des deux quartiers, ils ne commettent aucune erreur de répartition pour les kukin, dont les noms sont mentionnés en moyenne par 81 % d’entre eux. Mais ils ne sont plus que 65 % à percevoir dans quelle entité sont inclus les nouveaux secteurs, et 41 % même s’agissant de Sarademba, qu’ils ont tendance à annexer.

29Il flotte, à propos de Sarademba, le plus important des nouveaux secteurs, comme un parfum d’Alsace-Lorraine : les Calobonois conçoivent (et le découpage administratif leur donne raison) que Sarademba est inclus dans leur entité, ce que peu d’Oussouyois savent, surtout ceux des kukin traditionnels, qui considèrent cette partie de la commune comme incluse dans les entités propres d’Oussouye (même s’ils soulignent volontiers que « c’est un quartier à part »). Sur quoi repose leur perception ? Certes, les terres sur lesquelles s’est construit Sarademba appartenaient principalement – pas exclusivement cependant – à des habitants de Calobone, mais elles jouxtent aussi bien le territoire d’Oussouye que celui de Calobone, et la plupart des habitants de Sarademba exercent leurs activités professionnelles dans l’espace qu’occupait l’Oussouye ancien ; il y a en outre davantage de personnes originaires d’Oussouye que de Calobonois qui s’y sont établies.

30Les habitants des nouveaux secteurs occupent une position particulière. Ils ne mentionnent guère (33 %) Calobone et, plus curieusement, les nouveaux secteurs, parmi les composantes d’Oussouye. Mais beaucoup d’entre eux (60 %) savent que Sarademba – où la plupart d’entre eux habitent – fait partie de l’entité Calobone. Pour ce qui est de la structure traditionnelle et moderne d’Oussouye, leur connaissance est intermédiaire entre celle des Calobonois et celle des autres Oussouyois : les différents kukin sont mentionnés en moyenne par 43 % d’entre eux (contre 24 % chez les Calobonois et 81 % chez les témoins qui habitent dans l’aire des kukin) ; ils sont plus nombreux que les Calobonois, mais moins que les habitants d’Oussouye traditionnel, à savoir si les autres nouveaux secteurs que Sarademba se rattachent à Etia ou à Esinkin.

31Certes, les données indiquent que la connaissance du milieu augmente avec l’âge, mais si un habitant de Calobone-Village ou un « étranger » d’Escale ou de Sarademba devenait maire d’Oussouye, sa désignation ferait sans doute, sur la plupart des Oussouyois, l’effet d’un électrochoc, qui pourrait les conduire à se désintéresser totalement de sa gestion, ou, de façon moins dramatique, à réajuster fondamentalement leur perception de ce qu’est leur commune.

32La difficulté tient sans doute pour partie au flou des étiquettes : ainsi, le nom d’« Oussouye » est entendu dans au moins trois valeurs, soit qu’il renvoie aux six kukin traditionnels, soit qu’il englobe les nouveaux secteurs (y compris Sarademba), soit qu’il désigne l’entité municipale, intégrant Calobone. Les décideurs n’auraient-ils pas aidé la population à comprendre ce qu’était la nouvelle entité, si, au moment de la fusion et de la restructuration, ils lui avaient donné un autre nom, « Caloussouye » ou « Oussoubone », par exemple ?

Fig. 2. Photographie d’Oussouye utilisée pour l’enquête. « Voici Sékou. Son grand frère lui a donné un rendez-vous à cet endroit-là. Où lui a-t-il demandé de l’attendre ? » (cette photo est extraite d’une série de dix).

Dénommer les lieux

33En 1968, un plan d’aménagement de la commune, plutôt brutal, y trace des axes au cordeau en privilégiant les angles droits. Ainsi quadrillé, Oussouye dispose désormais de nouvelles rues, de nouvelles places, d’un nouveau rond-point. Mais ces nouveaux lieux ne reçoivent aucun nom (ni aucun numéro). Comment les Oussouyois pallient-ils cette absence d’étiquettes officielles ? Une deuxième partie de l’enquête s’est préoccupée de le déterminer.

L’enquête

34On a présenté aux témoins, à la suite de l’épreuve décrite ci-dessus, un ensemble de dix photos (30 x 45 cm) de différents endroits dans la commune, sur lesquelles figurait un même personnage masculin (fig. 2). La tâche des sujets était ainsi présentée : « Voici Sékou (le personnage masculin, figure bien connue dans la commune). Son grand frère lui a donné un rendez-vous à cet endroit-là. Où lui a-t-il demandé de l’attendre ? ».

35Le nombre de dénominations différentes varie de 9 à 27, avec une moyenne de 17,6. Les stratégies de dénomination sont multiples, on en a isolé huit, suivant que le sujet

  • fait référence à une personne (qui).

36Ex. : « près de chez Toumba », « devant la maison du Roi » ;

  • fait référence à un bâtiment ou à un objet (quoi).

37Ex. : « près de la Maison des jeunes », « à côté de la menuiserie », « près de l’ancien robinet », « à côté des bancs publics » ;

  • recourt à un toponyme autre que celui du hukin (topo) Ex. : « Ligulo », « Université »
  • s’exprime en termes d’axe (axe).

38Ex. : « la route qui mène à », « le chemin vers », « le boulevard qui sépare » ;

  • fait référence à ce qu’on fait à cet endroit (fait)

39Ex. : « là où les femmes font le sacrifice au Huben », « là où F.C. attache ses bœufs », « là où on danse le ekonkon » ;

  • s’exprime en termes de place (place). Ex. : « la place publique de Batajaken » ;
  • fait référence à un lieu autre qu’un bâtiment (où).

40Ex. : « près de la gare routière », « près de la rizière », « à côté du marché » ;

  • situe l’endroit par rapport au hukin (qrt) Ex. : « à l’entrée de Jiwant ».

41Ces différentes stratégies sont le plus souvent combinées, comme dans les exemples suivants :

  1. « entre la pharmacie et chez G. » : quoi + qui ;
  2. « aux bancs publics sur la route du marché » : quoi + axe + où ;
  3. « la route de Sarademba qui rejoint la route de Mlomp » : axe + qrt + axe ;
  4. « la route qui va de chez K. vers les rizières d’Etama » : axe + qui + où + qrt ;
  • 25 Par exemple, un des sujets parle de Batefus, alors que la photo montre Kalelam.
  • 26 Le sujet mentionne seulement le nom du hukin ou il indique seulement « Etia ». Un autre situe le l (...)

42On a exclu du corpus les dénominations clairement erronées25 ou celles, nombreuses (n = 62), trop imprécises pour être utiles26. Les autres se ventilent comme l’indique le tableau 2, qui distingue les cas selon que la stratégie est utilisée en première position dans la chaîne syntagmatique ou dans une autre position. Ainsi, dans les quatre exemples qui précèdent, « axe » occupe la première position en 3 et en 4, une autre position en 2 et en 3.

Tableau 2. Les différentes stratégies de dénomination

Tableau 2. Les différentes stratégies de dénomination

43Il est clair que le choix des dix photos utilisées ne donnait pas la même chance aux différentes catégories de dénominations ; ainsi, « place » n’avait pas les mêmes probabilités d’apparition que « axe », parce qu’un certain nombre de photos ne montrait pas d’espaces identifiables comme des places ou par référence à une place ; de même, les sujets ne pouvaient recourir à la catégorie « topo » qu’à propos des endroits pourvus d’un toponyme ou à proximité d’un tel lieu. Les données recueillies ici ne prétendent donc pas à la généralisation, elles fournissent tout au plus des indications.

  • 27 Pour la manière dont les locuteurs se représentent l’espace, Sobrero (1989) oppose un modèle rural (...)

44La stratégie de loin la plus fréquente consiste à identifier l’endroit en référant à ceux qui habitent à proximité27. Indice indubitable de cette tendance préférentielle : un des témoins, devant une des photos montrant la rue principale de Sarademba, fait différents commentaires qui montrent qu’il a très bien localisé l’endroit (« C’est à Sarademba. Si on continue par là, on arrive à Calobone, et par là au collège ; le marché est de ce côté »), mais reste embarrassé : « Je ne peux pas dire où c’est : je ne connais personne qui habite à Sarademba. »

45La seconde stratégie par ordre de fréquence recourt en fait à trois sous-catégories de dénominations, dont les deux premières se situent dans le prolongement direct de la stratégie précédente : on réfère à un bâtiment appartenant à quelqu’un (« devant l’atelier de Jo », « près de la boutique d’Ali »), ou à un bâtiment public (« derrière la préfecture », « sur la route qui va au collège »), ou à un objet (« sur la place de Kalelam où il y avait un robinet », « au fromager de Jiwant ») ; la troisième sous-catégorie est la moins étoffée (n = 22).

46Les données relatives à « topo » doivent être interprétées en tenant compte du fait qu’une seule dénomination, « Ligulo », est utilisée en première position par 51 sujets. Elle désigne un endroit, pourvu de deux bancs publics et d’un tronc d’arbre, où les hommes s’assoient volontiers, pour deviser, observer les passants, saluer les connaissances qui ne manqueront pas de passer par là : on est sur la route principale, tout près du marché. Cette étiquette, qui signifie, « le nez en l’air », dont on peut déduire « désœuvré », doit sans doute son succès à son caractère clairement humoristique. La deuxième dénomination dans cette catégorie (n = 14) est aussi empreinte d’humour : « l’Université », pour désigner le principal lieu de vente et de consommation du vin de palme.

47Les dénominations en termes d’axes, les plus usuelles dans les sociétés urbaines d’Europe, ne se classent qu’en quatrième position. Est-ce parce qu’on n’a pas attribué de noms aux axes qu’elles sont aussi peu nombreuses ? Est-ce parce que les stratégies dénominatives les plus usuelles ne structurent pas l’espace en termes d’axes que le besoin ne s’est pas fait sentir de baptiser rues et chemins ? Il y a sans doute un peu des deux. Certains Oussouyois (et de témoins dans l’enquête) recourent à l’étiquette route principale, consacrée depuis peu dans une inscription sur le fronton d’un bâtiment : « Télécentre de la route principale ». Ce qui semble illustrer le fait qu’on utilise les étiquettes dès lors qu’elles sont disponibles. De même, lors de la période coloniale, on réquisitionnait parfois des villageois pour des travaux publics, surtout au moment de la journée où on les voyait quitter le village pour se rendre dans la brousse. Pour échapper à la réquisition, certains villageois utilisaient une petite piste, beaucoup plus discrète, qu’ils baptisèrent « Ajutom », contraction de ajukutom : « il ne m’a pas vu », nom qui fonctionne encore aujourd’hui, au moins parmi les habitants des kukin anciens. On notera qu’en ce cas aussi, c’est l’humour qui a assuré le succès de l’appellation. À quoi on peut opposer cet autre exemple : il y a deux ou trois ans, certains habitants de Sarademba en avaient baptisé l’artère principale du nom de « Bambœ » en mémoire d’une vieille de Calobone ; il s’agissait d’un mouvement spontané, sans caractère officiel. Mais trois personnes seulement dans cette enquête utilisent encore cette dénomination.

48Quels types de noms ont la faveur des Oussouyois interrogés dans cette enquête ? On leur a demandé de classer dans l’ordre de leurs préférences quatre catégories de dénominations possibles pour des rues, des places, des écoles, des stades :

  1. noms de personnages illustres dans la tradition. Ex. : « Aline Sitoé Diatta », « Ahumusel Diabone » ;
  2. noms de personnages de la vie politique. Ex. : « Léopold Sédar Senghor », « Émile Badiane » ;
  3. noms de choses locales. Ex. : fromager, mangrove ;
  4. noms de valeurs. Ex. : liberté, démocratie.

49La hiérarchie des catégories se dessine comme on le voit dans le tableau 3.

Tableau 3. Classement pat ordre de préférence des quatre catégories de dénominations

Tableau 3. Classement pat ordre de préférence des quatre catégories de dénominations

50Le choix se porte préférentiellement sur des noms de personnages en liaison avec la tradition, la tendance étant plus forte chez les témoins diola (qui sont 88 % à exprimer ce choix : c’est de leur histoire qu’il est question) que chez les non-Diola (54 %). Les noms de personnages politiques, à l’opposé, sont relégués au dernier rang des choix (par 37 % des Diola et 31 % des non-Diola).

Leçons d’Oussouye ?

51À Oussouye, comme en bien d’autres situations, l’autorité administrative a superposé aux anciennes structures socio-spatiales un nouveau découpage de l’espace. Une des fonctions majeures de la restructuration, lorsqu’elle divise le territoire en zones distinctes, est assurément la rationalisation de la gestion urbaine, qui peut traiter chacune des portions de l’espace de manière plus systématique et uniforme. Une autre fonction – peut-être non intentionnelle – du découpage strictement spatial est que le pouvoir y signifie sa volonté de considérer chacun sur un pied d’égalité, dans son identité de citoyen, en ignorant les différenciations sociales pratiquées par la population (entre Oussouyois de souche et étrangers, entre Diola et non-Diola, entre catholiques et animistes, entre lignages, etc.).

52Il importe toutefois de déterminer comment cohabitent les structures anciennes et modernes. On pourrait imaginer a priori que, sous couvert de modernité, dans le flux de l’homogénéisation culturelle et de l’acculturation, une portion importante des Oussouyois auraient profité du nouveau cadre pour se détacher de l’ancien, désigné d’une certaine manière comme obsolète par le pouvoir administratif. Qu’ils auraient une meilleure connaissance de la structure moderne de la commune, par ailleurs plus simple, que de l’organisation traditionnelle. Qu’on assiste à une certaine dissolution des distinctions identitaires précédentes.

53Il n’en est manifestement rien. Le découpage traditionnel apparaît comme le mieux connu, assurément parce qu’il est chargé de marques identitaires toujours pertinentes à l’heure actuelle, qu’il est associé à la religion diola, et imprègne de multiples relations sociales. Cette prégnance des structures traditionnelles contraste avec la relative indifférence dont font preuve la plupart des témoins à l’égard de l’organisation moderne de leur commune, dont seuls les plus âgés – ceux, il est vrai, qui sont en âge de participer à la vie politique de la commune – paraissent se préoccuper.

54De même, les « figures de proue », celles dont on pourrait utiliser les noms pour désigner les places, les rues, etc., font l’objet d’une hiérarchisation nette, selon qu’elles se rattachent à la vie politique contemporaine ou qu’elles sont associées à la vie traditionnelle, au bénéficie très large de la seconde catégorie.

55Dans les faits, il semble que pour beaucoup d’Oussouyois, même les scolarisés, tout continue de se passer comme si leur entité était encore un village. Les dimensions d’Oussouye, ce qu’elles permettent comme relations entre les gens, la proximité des rizières et de la brousse que la plupart fréquentent régulièrement, l’implication d’une partie importante de la population dans les travaux des champs, continuent d’autoriser cette lecture. Indice de cette perception « rurale » : la manière de se repérer dans l’espace, qui se fait moins en termes d’axes (commodes lors-qu’on ne connaît personne dans les environs) qu’en termes de voisinage par rapport à l’habitation, au magasin, etc. d’une figure identifiée. C’est peut-être ce sentiment qu’Oussouye n’est pas vraiment une ville qui empêche l’érosion des structures anciennes et rend plus problématique l’intégration des nouveaux schèmes.

56Les représentants des institutions modernes pourront le déplorer (et peut-être veilleront-ils au développement de la conscience citoyenne), mais les données dont on fait état réjouiront sans doute ceux qui redoutent la perte ou l’affaiblissement des relations que les Oussouyois peuvent entretenir avec leurs racines.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barbier-Wiesser, François-George (éd.). 1994. Comprendre la Casamance. Chroniques d’une intégration contrastée. Paris, Karthala.

Girard, Jean. 1969. Genèse du pouvoir charismatique en Basse Casamance (Sénégal). Dakar, Université de Dakar, Institut français d’Afrique noire.

Hesseling, Gerti. 1994. « La terre, à qui est-elle ? Les pratiques foncières en Basse-Casamance », in Barbier-Wiesser 1994 : 243-262.

Julliard, André. 1994. « Droit du sol en Guinée-Bissau. Dieu, la terre et les hommes chez les Diola-Ajamat », in Barbier-Wiesser 1994 : 129-152.

Ministère de l’Économie, des Finances et du Plan. Direction de la prevision et de la statistique. 1988. Répertoire des villages. Région de Ziguinchor, rpgh 88. Dakar.

Ministere de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement. Direction de l’urbanisme et de l’habitat. 1982. « Plan directeur d’urbanisme d’Oussouye. Rapport de présentation ». Document ronéotypé, octobre 1982.

Nicolas, Pierre & Malick Gaye. 1988. Naissance d’une ville au Sénégal. Paris, Karthala.

Palmeri, Paolo. 1995. Retour dans un village diola de Casamance. Chronique d’une recherche anthropologique au Sénégal. Paris, L’Harmattan.

Roche, Christian. 1985. Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920. Paris, Karthala.

Sobrero, Alberto A. 1989. « Rural Pattern and Urban Pattern in Route Directions », International Journal of the Sociology of Language, 76 : 63-74.

Thomas, Louis-Vincent. 1994. « Les Diola d’antan. À propos des Diola « traditionnels » de Basse-Casamance », in Barbier-Wiesser 1994 : 71-95.

Notes

1 De manière générale, on a adopté, pour la transcription des noms, la graphie la plus simple et la moins ambiguë. On a dérogé à ce principe pour quelques noms, comme celui d’Oussouye, le mot diola (qu’on aurait pu transcrire par Usuy et jola) et les patronymes, en retenant la graphie la plus communément adoptée par les habitants de la commune. Les graphies ne tiennent jamais compte de la longueur des voyelles.

2 Il est significatif de ce point de vue que l’un des ouvrages consacrés à la région d’Oussouye s’intitule Naissance d’une ville au Sénégal (Nicolas & Gaye 1988). Le mot diola esuk ne distingue pas les deux réalités que sont la ville et le village. Le mot kayong, utilisé par Nicolas & Gaye 1988, paraît davantage spécialisé dans la désignation de la communauté, ou du groupe, que du village.

3 Pour une répartition spatiale des toponymes relatifs aux kukin et aux kank, voit Nicolas & Gaye 1988 : 42-43.

4 Si complexe qu’il semble que peu d’individus puissent se flatter d’en avoir une vue complète : l’accès à la connaissance de certains des réseaux relationnels est conditionné à telle initiation, le savoir relatif à d’autres réseaux étant réservé à ceux qui ont reçu une autre initiation, et ainsi de suite. Les informations dont on fait état ici sont cependant accessibles à tous, même s’il n’est pas toujours aisé d’avoir des réponses précises et convergentes (en particulier pour ce qui touche aux kank), soit que les témoins ne détiennent pas les informations demandées, soit que, les croyant secrètes ou en connexion avec des secrets, ils répugnent à les divulguer.

5 Sur la transmission des terres en milieu diola, voir Hesseling 1994 et Julliard 1994 : 138 sq.

6 Tous les informateurs ne sont pas du même avis sur ce point.

7 Thomas (1994 : 73) parle, pour les kukin, de lignages étendus (quatre à six générations), et pour les kank, de lignages restreints (deux à trois générations).

8 Il est bien connu à Oussouye que les derniers arrivants intégrés dans le village traditionnel, ceux du hank Hulahom (hukin de Jiwant), proviennent du village voisin d’Ukut (Eteylo), que leurs ancêtres quittèrent il y a six générations, sans doute vers le milieu du xixe siècle, pour des raisons sur lesquelles la tradition orale ne parle pas toujours d’une même voix : pour les uns, c’est parce qu’ils fuyaient la responsabilité d’un fétiche, pour d’autres, c’est à la suite d’un conflit (c’est cette version que reprend Girard 1969 : 35). Si la première version s’avérait la bonne, il y aurait évidemment quelque paradoxe à ce que, arrivés à Oussouye, ils y aient accepté la charge royale, sans doute plus lourde et contraignante que celle de n’importe quel fétiche. Il faut noter qu’à l’heure actuelle encore, plus d’un siècle après la migration de leurs aïeux, et bien que leur hank ait donné plusieurs rois à l’histoire d’Oussouye, les gens de Hulahom, tout en revendiquant leur qualité d’Oussouyois, continuent de se sentir en solidarité avec les gens d’Ukut et on pourra entendre, dans la bouche de certains d’entre eux, des propos de ce type : « Ce soir, il y a des funérailles à Ukut. Il faut que j’y aille, parce que ce sont nos parents. C’est de là que nous venons. » Il est de notoriété moins établie en revanche que l’ancêtre fondateur d’autres kank provenait d’Esuloelu.

9 À deux exceptions près, de personnes qui ont changé « Lambal » contre un autre patronyme.

10 Et si on rencontre des Diatta dans d’autres kukin, c’est, pour partie, parce que certaines familles, dans la première moitié du siècle, ont troqué contre ce nom leur patronyme initial, escomptant être considérées comme apparentées à l’influent chef de province Benjamin Diatta, originaire de Cabrousse. Le recours systématique à des patronymes date de la période coloniale, et certaines personnes en ont changé assez librement, dénommées Diédhiou dans certains actes, Diatta dans d’autres ; se faisant appeler parfois Lambal, parfois Djikoune, etc.

11 Ces impératifs traditionnels restent de stricte application à l’heure actuelle. Ainsi en a-t-il été pour la désignation du dernier roi, Sibilumbay, intronisé (sorti du bois sacré) le 30 janvier 2000.

12 Mais, petits kukin, Batajaken et Kalelam ont le même huul. De même, le hukin de Batefus partage avec le hank Ebiluwey de Jiwant le même huul et le même kaen.

13 Mais, depuis les années 1940, les jeunes d’Etama vont avec ceux d’Etia. A l’époque, bien qu’un décès ait endeuillé Etama, Esinkin n’avait pas différé le départ pour le bois sacré, ce qu’avait fait Etia.

14 Dans les années 1920, une bonne partie des catholiques d’Oussouye, en conflit avec la population animiste, fait le choix de s’installer dans deux secteurs à la périphérie du village, Sutu (« La forêt ») et Usimujon (« Habille-toi bien »). Le clivage devait persister jusque dans les années 1960, au moment du lotissement, qui vit animistes et catholiques se partager à nouveau les mêmes espaces. Comme, à l’heure actuelle, Sutu et Usimujon n’apparaissent plus comme des entités distinctes, on n’en fera plus état dans la suite du texte.

15 Source : ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement.

16 C’est le terme français employé par les Diola qui, en diola, parlent de kudiara.

17 Si les deux systèmes de croyances ont été perçus comme rivaux jusque dans les années 1960, ils ne le sont plus actuellement, et il est possible aux Diola d’Oussouye de se déclarer chrétiens, et de participer à la vie religieuse de la communauté chrétienne, tout en étant impliqués dans la vie religieuse traditionnelle (en se soumettant aux différentes initiations, en pratiquant les sacrifices, en acceptant la responsabilité d’un fétiche, etc.).

18 Source : ministère de l’Économie, des Finances et du Plan.

19 Mais le Répertoire des villages réalisé en 1988 par le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan distingue, lui, quatre entités : Esinkin, Etia, Sarademba et Calobone.

20 L’administration sénégalaise utilise donc une fonction mise en place par l’administration coloniale et indépendante du fonctionnement de la société traditionnelle. Le rôle, assez limité, du délégué de quartier est de servir d’intermédiaire entre les structures administratives et les populations, et de contribuer ainsi à une gestion de proximité. Voir Palmeri 1995 : 53, 136, 139.

21 Il faut entendre ici Calobone ancien, compte non tenu de Sarademba.

22 Un des témoins n’a pas fourni l’information.

23 Voir la note 12.

24 On ne sait cependant pas quelle conception ont de la commune les Calobonois qui ne mentionnent qu’un nombre.

25 Par exemple, un des sujets parle de Batefus, alors que la photo montre Kalelam.

26 Le sujet mentionne seulement le nom du hukin ou il indique seulement « Etia ». Un autre situe le lieu du rendez-vous « près de l’atelier », mais il y a beaucoup d’ateliers à Oussouye, et tous ne sont pas situés au même endroit.

27 Pour la manière dont les locuteurs se représentent l’espace, Sobrero (1989) oppose un modèle rural (fondé sur le partage d’une connaissance pragmatique des lieux et riche en éléments déictiques, où les références sont données par rapport aux habitants des lieux) et un modèle urbain (plus abstrait, où la référence se fait de manière plus standardisée, avec des indications qui prennent appui sur la cartographie et recourent aux toponymes des axes).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan d’Oussouye Commune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 1. Structure d’Oussouye traditionnel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 2. Photographie d’Oussouye utilisée pour l’enquête. « Voici Sékou. Son grand frère lui a donné un rendez-vous à cet endroit-là. Où lui a-t-il demandé de l’attendre ? » (cette photo est extraite d’une série de dix).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Tableau 2. Les différentes stratégies de dénomination
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 3. Classement pat ordre de préférence des quatre catégories de dénominations
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

Marie-Louise Moreau, sociolinguiste, Université de Mons-Hainaut

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable