Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

III. Modernisations contemporaines

Le temps des mots : le lexique de la ségrégation à São Paulo dans les discours de ses réformateurs (1890-1930)

Margareth da Silva Pereira

Texte intégral

1São Paulo pose d’innombrables difficultés conceptuelles aux analystes de sa forme matérielle ou de ses structures socio-culturelles, difficultés qui paraissent plus aiguës encore quand on essaie de reconstruire les avatars des processus de découpage et de dénomination de ses nouvelles aires urbaines depuis la fin du xixe siècle. Ce n’est pas l’ampleur ou la complexité du lexique qui pose problème : ce qui surprend, c’est que São Paulo, malgré un spectaculaire processus de croissance, a consolidé un vocabulaire restreint et stable pour nommer ces aires et formes matérielles.

  • 1 Plusieurs réformes de l’orthographe de la langue portugaise étant intervenues au long du xxe siècl (...)

2Si l’on regarde une carte de la Grande São Paulo aujourd’hui, deux aspects attirent l’attention. D’abord, la forme de la tache urbanisée : une mosaïque de lotissements aux tracés variés qui, le plus souvent, ignorent la topographie physique et ne se raccordent pas entre eux. Ensuite, la fréquence de deux mots – vila et jardim1 – qui, tout en découpant la ville, forment le nom de la plupart de ses « quartiers » : Jardim América, Jardim Europa, Jardim Japão, Jardim Brasil, Vila Madalena, Vila Conceição, Vila Prudente, Vila Carrão, Vila Mariana, Jardim Liderança, Jardim da Camélias, Vila Moderna… Tandis que la population à São Paulo décuplait presque entre 1870 et 1900, des frontières sociales très marquées se dessinèrent dans la trame urbaine et, entre 1890 et 1930, des toponymes de stigmatisation ou de distinction se généralisèrent, composés autour des mots vila ou jardim.

3Cette conformation physique de la ville et l’usage des seuls toponymes pour s’y situer géographiquement et socialement dans la vie ordinaire est un trait qui distingue São Paulo d’autres grandes villes brésiliennes plus anciennes comme Rio de Janeiro, Salvador ou Recife. Celles-ci ont gardé de leur processus d’expansion plus lent des mots de nature administrative, juridique, technique ou même religieuse, qui s’enchevêtrent dans les façons de dire la ville et dont la permanence et la circulation simultanée relèvent de différents temps et logiques. La spécificité du cas de São Paulo paraît tenir à ce que le nouveau vocabulaire introduit, à partir du xixe siècle, par les milieux savants, administratifs et techniques pour désigner les espaces « intérieurs » de la ville ou ses « marges » n’est pas parvenu à faire sens socialement et à s’imposer dans l’usage commun face aux toponymes.

4Pendant plus d’un siècle une succession de mots a été employée pour désigner São Paulo comme fait urbain : cidade en 1886 (Código de Posturas… 1886), capital sur les cartes des années 1890 (Martin 1890 ; Cardim 1897), metrópole à partir des années 1920 (Pestana 1921 ; Gomes 1936 ; Morse 1950 et 1954 ; Wilheim 1965), Grande São Paulo depuis les années 1960 (Folha de São Paulo 1967 ; Langenbuch 1971 ; Secretaria de Economia e Planejamento 1971), cidade global ou megacidade d’après la presse et certains observateurs depuis le début des années 1990.

5Ces expressions « totalisatrices » s’accompagnaient de mots qui visaient à désigner, en opposition à des formes urbaines plus consolidées, les aires d’urbanisation récente : arrabalde, freguezia, paróquia dans un premier temps ; districto, subúrbio, bairro par la suite ; enfin, aujourd’hui, zona, periferia, condomínio. Les temporalités de l’usage de ces mots se superposent et signalent des rythmes, rapides ou lents, du processus d’urbanisation et des pratiques sociales dans la ville. Certains de ces termes, qui sont toujours en circulation dans d’autres villes, ont vu, à São Paulo au cours du xxe siècle, leur usage se modifier ou tomber en désuétude. Ainsi subúrbio, qui était utilisé dans les années 1920 et 1930, est devenu désuet dans les années 1950 bien qu’il fût alors encore utilisé par quelques spécialistes (Penteado 1958) et a totalement disparu aujourd’hui. Barrio, d’autre part, n’est plus employé aujourd’hui qu’épisodiquement. Il sert à désigner les freguezias déjà urbaines à la fin du xixe siècle – par exemple Consolação, Santa Ephigenia – ou des aires d’expansion aux limites immédiates de la ville ancienne – Braz, Bexiga, Barra Funda, Campos Elísios, Santa Cecília, Higienópolis, Liberdade, par exemple. Il est aussi employé dans quelques cas de quartiers de lotissements plus récents qui se trouvent avoir échappé à la dominance des toponymes composés, comme Indianápolis ou Morumbi. Il apparaît enfin dans le nom des sociedades dos amigos do bairro (associations de voisins) – que l’on appelle dans d’autres villes brésiliennes associaçãoes de moradores – mais, dans cet usage, il est plutôt devenu un sigle : sab’s (Rolnik 1997 : 205-208).

6Des tentatives pour introduire de nouvelles formes de découpage urbain ou régional se sont succédé depuis la création de la Comissão de Estudos de Zoneamento (1929) puis de la Comissão do Piano Diretor (1947) et la présentation du schéma Anhaia (1953-1954). Les débats de ces commissions, la législation qu’elles ont pu faire approuver et, par la suite, l’autorité du Piano Urbanístico Básico (1968-69) et du Piano Metropolitano de Desenvolvimento Integrado (1971) ont introduit quelques nouvelles expressions du langage technique et administratif dans la manière de dire la ville. Ainsi, dans les années 1950, des expressions comme Zona Norte, Sul, Leste ou Oeste passent dans le vocabulaire des habitants pour désigner de grands secteurs urbains. Pour certains services, le Piano Urbanistíco Básico et le Piano Metropolitano de Desenvolvimento Integrado partagent la ville en administrações regionais. Après la publication de la Lei de Zoneamento de 1972, l’agglomération a été également découpée en grandes zonas d’activité – de la Z1 à la Z8 – qui fixent les taux d’occupation du sol.

  • 2 Licia do Prado Valladares (1983) a publié un premier bilan critique des recherches qui ont traité (...)

7Cependant, si la ville a gardé de ses anciennes divisions ses paróquias et distritos, si, plus récemment, elle s’est vu partager en zonas, ce sont toujours les toponymes, anciens ou récents, qui s’imposent dans le langage de la ville. Symptomatiquement, un nouveau mot engendré par le discours technique et savant est devenu des plus usuels à partir du début des années 1970 : periferia, dont l’apparition fait suite à la fixation de la dernière vague de migrants dans les lotissements irréguliers. Il est d’abord employé dans le milieu des sociologues et des architectes qui analysent de façon critique la croissance des lotissements non réglementés et des grands ensembles, deux formes d’habitat implantées « en marge » de la ville comprise non comme un « lieu » mais comme un ensemble de droits concernant l’accès aux services et aux équipements (Maricato 1976, Sampaio & Lemos 1978, Bonduki & Rolnik 1978)2. Periferia devint ainsi la marque des territoires d’exclusion sociale plutôt qu’une simple localisation géographique. Au cours des années 1970, dans la periferia de São Paulo, de nombreux lotissements irréguliers furent nommés vila ou jardim, ce qui déstabilisait la polarité sociale qui s’était consolidée historiquement dans leur emploi. Mais ce mouvement récent de dénomination des nouvelles aires urbanisées, en reprenant les mêmes mots que les précédents, montre à quel point un lexique de division de la ville et sa logique binaire avaient, en dépit de glissements de sens, imprégné l’histoire sociale.

8Comme en réponse à cette urbanisation généralisée des periferias, São Paulo – avec d’autres villes brésiliennes – a vu se développer au cours des années 1980 et 1990 une nouvelle forme urbaine, les condomínios ou condomínios fechados. Quartiers résidentiels fermés occupés par des familles de fortune récente et dotés de noms bucoliques et campagnards ou nord-américains, ces condomínios de haut standing ont, en quelque sorte, reproduit avec periferia, l’opposition plus ancienne entre vila et jardim.

9La refondation de São Paulo par sa croissance accélérée du xixe siècle, la diversité culturelle des groupes de migrants qui la composaient, l’impact des technologies de services urbains et celui de l’idéologie libérale ont conduit à l’impuissance, voire, au début du xxe siècle, au renoncement du discours technique-administratif à créer des catégories qui prôneraient une certaine homogénéité des espaces et des droits des individus. Le polycentrisme s’accompagne de mécanismes de ségrégation culturelle et sociale très accentués. Hier, villas et jardins, de nos jours periferia et condomínios fechados de haut standing : voilà la marque dans les mots de la division de São Paulo. Peut-être sommes-nous ici devant une nouvelle modalité de vie collective – à forte tendance libérale – qui remettrait en cause la généralité même du mot « ville » pour désigner des formes multiples d’agglomération d’individus. Face à un cadre matériel extrêmement mouvant, ce sont les pratiques sociales et leur vocabulaire qui seuls peuvent parler de ces « ensembles urbains et humains » commandés par une logique totalement moderne. Même si nous continuons à appeler ces agglomérations « cidades » (villes), elles font certainement déjà partie d’un nouveau cycle, différent, de la vie collective.

Des mots en scène dans le Brésil du xixe siècle

10Pour mieux saisir ces spécificités de São Paulo, il faut examiner au préalable les caractéristiques du lexique urbain au Brésil avant que ne commence la croissance accélérée de la ville. Si nous considérons que les mouvements de systématisation et de clarification des sens des mots peuvent être des symptômes de tensions, d’efforts d’alliance entre groupes ou de réorganisation du champ social et culturel, le tournant du xviiie au xixe siècle marque un temps fort pour la société luso-brésilienne. Deux dictionnaires sont alors mis en circulation, tous deux directement engagés dans un effort de clarification de la langue : le Elucidario dos palavras, termos e frases de Joaquim de Santa Rosa Viterbo (1798-1799) et le Diccionario da Lingua Portuguesa de Antonio de Moraes Silva (1813). Ces ouvrages sont presque complémentaires l’un de l’autre. Tandis que Viterbo fait un bilan des significations désuètes des mots, Silva, dans une perspective plus ambitieuse, inventorie les mots et leurs sens consolidés mais signale aussi leurs nouvelles significations. Il faut noter toutefois que la ville en tant que matérialité sociale et bâtie qui se transforme est encore vue de loin dans ces pages. Viterbo, par exemple, ne s’arrête pas sur des mots qui gagneront bientôt, avec la croissance urbaine, de nouveaux sens comme bairro ou subúrbio. En revanche, certaines notices exposent longuement la hiérarchie des agglomérations dans un système qui commence à devenir révolu.

11Au plus bas de l’échelle, Viterbo place le mot aldea, « de l’arabe aldaiá ». Jadis synonyme de casai, quinta, herdade ou villa, à la fin du xviiie siècle ce mot signifierait plutôt hameau, ou petit groupement de population (um povo pequeno) dont les maisons et fermes ne dépendent pas d’une seigneurie. Villa, ensuite, dont l’Elucidário nous apprend qu’entre le xiie et le xve siècle il aurait perdu dans la langue portuguaise le sens, hérité des Romains, de résidence rurale liée à l’exploitation agricole. Il serait ensuite devenu parfois synonyme de cidade et signifierait désormais un peuplement déjà important (um lugar grande) et « la tête d’un concelho » où siège un juge de première instance. Cidade, enfin, est « une multitude de maisons distribuées en rues et places, habitées de gens qui vivent en société et sont soumis aux lois générales du royaume ou de la province, ordinairement le siège d’un évêché et qui, du moins jadis, fut entourée de murs et de forts ».

12Dans le Diccionario de Silva les ambiguïtés encore présentes dans ce langage très général de l’Elucidario de Viterbo disparaissent. En ce qui concerne les types d’agglomération, Silva définit aldeia comme « un petit peuplement [povoação] de peu d’habitants, sans juridiction propre et qui dépend de la Villa ou de la Cidade la plus proche ». Cidade est « un peuplement d’un grade plus important que les Villas. On donnait jadis ce nom aux Villas ou Concelhos et aux grands peuplements ». Dès lors, villa est une agglomération de grade intermédiaire « qui a un juge, une chambre et un pelourinho [pilori, symbole de l’autorité de la Couronne] ». Mais ce mot signifie aussi casa de campo (maison de campagne), ce qui renoue avec l’ancienne acception romaine du mot, perdue au xve siècle comme nous avait montré Viterbo, et remise en circulation grâce au goût néo-classique.

13Silva nous introduit également au vocabulaire qui désigne la ville et ses environs. Arrabalde, par exemple, est un « Bairro situé hors des murs de la Cidade ou Villa ». Il nous apprend aussi qu’au xve siècle encore, un bairro était un « Quartel [quartier] de la Cidade formé de certaines rues », ceux qui étaient habités par la noblesse constituant des territoires francs qui ne relevaient pas de la juridiction de la Couronne jusqu’aux ordonnances philippines qui les firent disparaître à la fin du xvie et au début du xviie siècle. Subúrbio, bien que répertorié comme un synonyme d’arrabaldes, semble être peu employé : Silva ne cite qu’une occurrence, une phrase de la Gazeta de Lisboa qui fait référence en 1720 aux « subúrbios de Rome ».

14L’installation de la cour portugaise à Rio de Janeiro et l’ouverture des ports à partir de 1808 font apparaître un regard critique sur le territoire à différentes échelles et introduisent des pratiques discursives nouvelles sur l’expérience urbaine et la ville. Ce mouvement s’accentuera avec la fin du statut colonial et l’indépendance du pays en 1822. Le document décisif pour l’introduction de nouveaux mots de la ville est la loi du 1er octobre 1828 qui réglemente l’organisation municipale sous le nouveau régime impérial (Laxe 1868).

15Le nouveau lexique urbain s’oppose à l’héritage des structures administratives coloniales, mais aussi au rôle que l’Église catholique avait eu jusqu’alors dans la sphère publique. Ainsi, le mot municipio gagne une nouvelle importance et les différences de son usage sont nettes entre Portugal et Brésil. Le Diccionario de Silva, publié au Portugal, relevait encore en 1813 : « Municipio ; s.m. Cidade qui avait le droit de servir les magistratures romaines et de voter dans les assemblées, mais qui était gouvernée par ses lois particulières. » Dans le Brésil indépendant, c’est justement le mot município qui est choisi pour désigner le territoire administrative-ment attaché à chaque cidade et parfois divisé en freguezias et capelas curadas ou curatos. Les municípios et les villas (dépourvues du privilège d’avoir une chambre) formaient un ensemble de comarcas et celles-ci constituaient une província, soumise à l’autorité d’une assemblée et d’un président de province. La loi de 1828 dispose que les câmaras municipales, bien qu’il s’agisse de corporations seulement administratives (Laxe 1868 : 37), devront partager leur termo (territoire) en distritos et établir le rang hiérarchique de chacun de ceux-ci – curato, freguezia ou villa –, autorité qui sera transférée aux assemblées provinciales en 1834 (ibid. : 65)

  • 3 Il continuera d’être utilisé par des spécialistes jusqu’à la fin du xixe siècle. Voir Jardim 1875  (...)

16Pendant les premières décennies du siècle la désignation des aires d’expansion péri-urbaines commence aussi à changer. Le mot arrabalde, d’usage général pendant la période coloniale, commence à subir la concurrence d’autres termes3, comme subúrbio ou circunvizinhança. À Recife, subúrbio apparaît, par exemple, en 1819 dans le rapport administratif du gouverneur Luis do Rego sur la situation des routes aux environs de la ville (cité par Lira 1999). À São Paulo, le mot est déjà présent dans un plan de 1840 figurant l’ensemble du territoire communal, où sont marqués la ville à proprement parler et les subúrbios (Bresser ca.1840). À Rio, son usage semble plus tardif, mais se répand après la publication, en 1877, de la carte d’Alexandre Speltz intitulée « Cidade do Rio de Janeiro e subúrbios ».

  • 4 Biblioteca Nacional, Rio de Janeiro, Seção de Iconografia.

17De nombreux étrangers qui visitent les principales villes du pays ou s’y installent jouent un rôle dans ces changements, surtout après l’indépendance. Tout au long du siècle, des récits de voyage ou des rapports techniques – parfois écrits dans d’autres langues – circulaient dans les milieux lettrés brésiliens. Ces textes ont sans doute été une des forces contribuant aux tensions qui ont fait la « fortune » de certains mots, avant que n’intervienne la masse des immigrants elle-même. Le mot faubourg, par exemple, se trouve en français dans la légende d’une gravure d’Engelmann (1825) représentant le Catete à Rio, de même que suburbs apparaît en anglais dans les écrits du voyageur J. Henderson sur Recife (Lira 1999 : 38). C.A. Lebsché grave en 1835 un « Prospectus e horto subur-bii de Mata Cavallos in aqueductum Sebastianopolis »4, ce qui signale la faveur des expressions gréco-latines à la cour de Rio, qui commençait à établir ses académies d’enseignement supérieur et ses institutions savantes. La Cidade de São Sebastião do Rio de Janeiro – nom de la ville lors de sa fondation – sera désormais et jusqu’au début du xxe siècle fréquement nommée Sebastianopolis.

18Ainsi, pendant la première moitié du xixe siècle et surtout à partir de 1840, les changements et les hésitations autour d’un nouveau vocabulaire sur la ville deviennent de plus en plus perceptibles. Du point de vue du discours administratif, le rapport adressé à la Chambre municipale de Rio de Janeiro par Henrique de Beaurepaire Rohan pour accompagner le premier plan de « réformes » d’une ville au Brésil est un document qui témoigne d’un nouveau regard technique sur la ville parmi les ingénieurs et permet d’observer les glissements dans l’usage des mots qui accompagnent ce processus (Rohan 1843). Ce n’est pas arrabalde, par exemple, qui est utilisé pour parler des environs de la ville, mais circunvizinhanças. Parochia et freguezia – chargés d’un sens religieux et en usage tout au long la période coloniale – continuent ainsi à être utilisés pour désigner le territoire dont les habitants sont soumis au pouvoir spirituel d’une église paroissiale, ou un ensemble de foyers ayant un parocho commun (Vieira 1871). Bien que procédant d’origines différentes – freguesia du latin frequens : fréquentant, usager ; parochia du grec para : à côté, proche, et oikos : maison – comme le relèvent le Diccionario de Antonio Maria Couto (1842) et celui de José Maria de Lacerda (1859), ces mots sont utilisés comme des quasi-synonymes.

  • 5 Voir, par exemple, Candido 1851 : 6 et 11 en ce qui concerne Rio de Janeiro et la loi de 1858 sur (...)
  • 6 Voir, par exemple, Pillar 1845 en ce qui concerne Rio de Janeiro.

19En fait, dès les années 1840, ils commencent à être remplacés par le mot distrito. Celui-ci prend alors son essor à Rio pour désigner des divisions de l’espace urbain pour les circonscriptions judiciaires et de police (distritos de paz et distritos das delegacias de polícia) et pour les services postaux. À partir des années 1850, il est également employé dans différents ports pour la surveillance sanitaire (distritos sanitaires institués par les Commissions d’hygiène publique) (Candido 1851 et 1852) et, à partir des années 1870, il entre dans le langage des concessions de services urbains à commencer par celle des égouts (Relatório do engenheiro fiscal… 1873, Contracto… 1877). Dans les années 1840 à 1860, on observe également la mise en circulation, à Rio comme à São Paulo, des expressions extra-muros et intra-muros5. Étant donné que les villes brésiliennes n’ont jamais été limitées par des enceintes à proprement parler, ces expressions – ainsi que le toponyme Cidade Nova6signalent une difficulté conceptuelle pour nommer les aires les plus proches de la ville ancienne alors que la croissance démographique et l’extension urbaine prennent un rythme inconnu jusqu’alors.

  • 7 Le mot n’apparaît pas dans le textes des règlements municipaux approuvés pour Rio en 1830, 1836 et (...)

20L’impact de ces changements peut être mesuré par des mots employés pour désigner les divisions plus fines de la ville. Le mot bairro, par exemple, bien qu’il soit mentionné dans le dictionnaire de Silva, daté de 1813, n’était plus en usage : jusqu’aux années 1840, il ne figure pas dans les règlements concernant Rio de Janeiro et São Paulo7. C’est vers la fin des années 1850 que les premières occurrences du mot pour désigner une division des parties internes de la ville sont observables au Brésil. Ainsi, Antonio Pedro de Figueredo, en décrivant les trois parties de la ville de Recife, séparées par des ponts, explique que celle-ci comptait quatre freguezias, elles-mêmes incluses dans trois bairros (Lira 1999 : 20). Ces occurrences sont contemporaines de la parution du Diccionario da Lingua Portugueza para uso dos Portugueses e Brazileiros de 1859 qui mentionne déjà son acception comme « chacun des quartiers [quarteis] dans lesquels se partage une ville et qui sont ordinairement formés de plusieurs rues » (Lacerda 1859).

  • 8 Par exemple, bairros figure dans les rapports sur les services urbains pour désigner les quartiers (...)

21Le mot, problablement, se généralise au Brésil vers 1870. Dans le município de São Paulo, une loi de 1869 faisait référence au bairro de Sant’Anna localisé dans la freguezia de Santa Iphigênia (Telles 1875 : 32). Concernant d’autres régions de la province de São Paulo, deux lois de 1873 parlaient du bairro de Bom Jesus do Alambary et du bairro de Água Comprida dans le município de Bananal (ibid. : 10-19). Le mot est utilisé en outre dans la publicité d’un lotissement parue dans la presse en 1877 (Província de São Paulo cité par Toledo 1989 : 40). Bairro se généralise parallèlement à distrito et se consolide avec les pianos de melhoramentos qui se multiplient alors en diverses villes8.

22Pendant cette décennie 1870, qui représente un grand tournant dans la constitution du lexique moderne des villes brésiliennes, le Grande Diccionario Portuguez (1871), dédié par son auteur, Domingos Vieira, à l’empereur Pedro II, permet un nouveau bilan (Vieira 1871). Vieira est attentif aux différences qui s’accumulent entre le langage des Portugais et celui des Brésiliens. Pour bairro, il note : « Du bas latin barrium, ensemble de maisons dans les arrabaldes d’une cidade ; le nombre de maisons à l’intérieur des murs de la ville, les murs de la ville selon Du Cange. […] Chacune des parties selon lesquelles se partage une cidade ou villa : ainsi Lisbonne actuellement est partagé en quatre bairros […]. En général, une certaine aire du territoire d’une povoação. » Subúrbio est défini par : « arrabaldes d’une cidade ». On observe, d’autre part, que le sens du mot villa s’était à nouveau restreint depuis le Diccionario de Silva (1813). Pour Vieira, c’est seulement « un peuplement [povoação] de rang inférieur à cidade et supérieur à aldeia. Elle a un juge, une chambre et un pelourinho ».

23Au Brésil, entre le début du siècle et les années 1860, nous n’avons retrouvé aucune occurrence du mot villa pour désigner une habitation à la campagne. Dans cette acception, c’est apparemment dans des récits d’étrangers – comme par exemple celui, en français, de Charles Expilly (1862) – que le mot apparaît. La dénomination de ce type de résidence au Brésil, après avoir hésité autour du mot quinta, largement utilisé au Portugal, sera généralement chácara après l’indépendance. Au cours des années 1870, ce sont ces propriétés, devenues des aires possibles de l’expansion urbaine, qui seront au centre des enjeux immobiliers et c’est sur elles que chaque ville construira ses nouvelles formes, ses frontières sociales et les mots qui les signalent.

Les divisions de la São Paulo moderne : la polarité des mots dans le temps

Villa

24C’est à la veille de l’instauration de la République que São Paulo commence à sécréter sa nouvelle forme et un nouveau lexique. À partir du milieu des années 1870, des initiatives privées et publiques se multiplient. Le recensement de la population date de 1874 (Langenbuch 1971 : 77), l’arrivée du chemin de fer de 1875 et un premier recueil des règlements de police urbaine paraît la même année (Telles 1875). Parmi ces premiers signes des grands changements qui marquent la « refondation » de la ville, il faut citer également un premier projet d’extension urbaine proposé en 1877 par un typographe français, Jules Martin, avec la création d’un via-duto-boulevard (Toledo 1989 : 48). Ce viaduc, qui sera construit avec des modifications, a reçu le nom de « Viaduto do Chá » et sera, avec le développement des voies ferrées, un des facteurs les plus importants de l’expansion de la ville au-delà de ses anciennes limites. Celles-ci tenaient en effet pour une part à la topographie, la ville occupant un haut plateau en forme de triangle, délimité par les rivières Anhangabaú et Tamaduateí jusqu’à leur confluent. Ce sont ces barrières naturelles que le projet du viaduc-boulevard venait essayer de vaincre. Le projet de Martin montrait aussi l’importance que l’idée d’embellissement urbain commençait à acquérir auprès des élites locales tout en assurant une démarcation des espaces réservés au nouveau mode de vie de la bourgeoisie paulista naissante. Enfin, il ouvrait de nouvelles possibilités d’affaires non seulement à des entrepreneurs comme lui, mais aussi aux proprétaires des nombreuses chácaras qui entouraient alors la ville.

Fig. 1. Villa Buarque (vers 1906).

25Au début des années 1880, déjà, de nombreuses opérations immobilières procédaient à un nouveau découpage de la ville en multipliant les lotissements bourgeois. Le premier fut le Campos Elísios, immédiatement suivi par celui de la Villa Buarque (fig. 1). C’est alors que le mot villa s’est réintroduit dans le langage urbain à São Paulo en gagnant des acceptions nouvelles. Regardé retrospectivement, le Grande Diccionario Portuguez de Domingos Vieira, à peine paru, était déjà devenu obsolète : villa, désormais, ne désignait plus seulement un peuplement de rang intermédiaire, mais avait gagné au cours des années 1870, à Rio et à São Paulo, deux nouvelles acceptions. La première, proche de bairro, est une partie de la ville qui a fait l’objet d’un lotissement. Les exemples les plus anciens sont la Villa Isabel, entreprise à Rio à partir de 1872, et ceux qui commencent à se multiplier à São Paulo, dont la Villa Buarque. Ces premières villas étaient destinées aux couches sociales en ascension qui fuyaient la ville ancienne et ses conditions d’hygiène. C’est à l’intérieur de ce même mouvement que le mot villa gagne, ou plutôt retrouve, un autre sens : un type de résidence, non plus située à la campagne, mais isolée au milieu de la parcelle et entourée de verdure. En effet, au moment de lotir les chácaras, leurs propriétaires se réservaient parfois des terrains plus importants pour se faire construire ces nouvelles villas dessinées par des entrepreneurs étrangers récemment établis dans la ville. À São Paulo, une des premières occurrences du mot dans ce second sens a sans doute été la Villa Maria, résidence bâtie en 1884 (Homem s.d. : 61). Dans cette acception, villa en vient à désigner un nouveau type de construction résidentielle urbaine, « la villa », que la culture bourgeoise du xixe siècle diffusait un peu partout dans le monde.

26Ce mouvement de découpage des anciennes propriétés et d’expansion urbaine était nourri par des vagues d’immigrants attirées par l’essor économique de São Paulo qui, après quatre siècles, avait atteint 20 000 habitants en 1870 et plus de 47 000 quinze ans plus tard (Langenbuch 1971 : 77 ; Rolnik 1997 : 53). À partir de 1883, commence à paraître un répertoire de renseignements relatifs aux services administratifs et aux activités commerciales et industrielles, certainement destiné à « guider » cette population qui afflue à la ville de São Paulo, désormais appelée également la Capital (Almanach… 1883). Il nous apprend, par exemple, que dans le municipio de la Capital le mot districto a commencé à se généraliser : le territoire de São Paulo se partageait alors en neuf districtos pour le service de la poste, alors que l’administration le découpait en un nombre plus restreint de circonscriptions : deux freguezias – nommées respectivement Freguezia do Norte et Freguezia do Sul da Sé (la Sé étant l’église siège de la paroisse) – et cinq paróquias – da Consolação, Santa Ephigenia, Braz, São Bernardo et Parochia do O’. Dans les pages qui exposent les divisions de la ville, un nouveau mot est introduit pour décrire d’une manière plus fine le territoire des freguezias et de certaines paróquias : quarteirão. Au début du siècle, le Diccionario de Silva définissait quarteirão comme étant à la fois le quart d’une centaine, la division d’une rue par une ou plusieurs rues transversales ou, enfin, « un pâté de maisons (massa de casas) que forment deux rues et deux transversales, formant un carré ou un carré allongé ». C’est dans ce dernier sens qu’il se fixera désormais dans le lexique urbain.

27Ce ne sont pas seulement les nouvelles formes d’habitat bourgeois dans des aires d’expansion et la « danse des mots » qui signalaient ce nouveau cycle de l’histoire urbaine. Les structures de la ville ancienne, elles aussi, se transformaient. Sous la pression d’une population qui augmentait sans cesse, les résidences traditionnelles étaient divisées et occupées par plusieurs personnes ou familles et on voyait se développer dans le triangle ancien différentes formes d’habitation populaire très critiquées du point de vue hygiénique. Deux textes législatifs sont adoptés en 1886 pour contrôler l’expansion de celles-ci : le Código de Posturas et le Padrão Municipal (Código de Posturas… 1886). Dans ces documents, le mot Cidade est devenu un toponyme qui désigne cette partie ancienne de la ville par opposition aux zones d’expansion dont la désignation est floue ou encore hésitante. Par ailleurs, le Padrão fait référence à une zone de règlements spéciaux, le perímetro do comércio, situé dans l’acropole de la ville ancienne – mais dont nous n’avons pas pu établir exactement les limites. Dans ce périmètre, est interdite la construction de « cortiços, casas de operários ou cubículos » (« Padrão Municipal » in Código de Posturas… 1886, éd. 1921 : 67 ; Rolnik 1997 : 35-36), ce qui délimite nettement les lieux où les plus pauvres ne pouvaient plus habiter. Par ailleurs, le texte du Código de Posturas, par d’autres règles, visait plutôt à anoblit certains espaces de l’acropole, au moyen notamment de l’interdiction de certaines activités ou pratiques dentro da Cidade. Interdites les fabriques de savon, d’huile, de bougies, de feux d’artifice, les distilleries et autres industries provoquant des nuisances. Interdit le passage du bétail par le centro da cidade, sauf les animaux de charge. Dans la freguezia da Sé – la seule spécifiquement nommée dans ces textes, ce qui nous fait penser que le perimetro do comércio correspondait à ses limites – il était interdit d’élever des volailles (Código de Posturas… 1886, éd. 1921 : 24, 14 et 19). À travers les pages de ce texte encore sous maints aspects archaïque, on observe non seulement l’abandon de vieilles pratiques du monde rural, mais un effort de contrôle et de répression de certaines mœurs en conflit avec un nouveau mode de vie en ville. Ainsi, les batuques et cateretês des Noirs (danses au son des tambours) sont interdits non seulement dentro da Cidade mais dans toutes ses povoações (« Padrão Municipal » in Código de Posturas… 1886, éd. 1921 : 46). Par ailleurs, une première hiérarchie apparaît en ce qui concerne les voies de circulation : les avenidas à créer sont differenciées des ruas par leur plus grande largeur (ibid. : 64).

28Le nouveau découpage de l’espace urbain était presque imperceptible dans le vocabulaire de ces textes administratifs. La Cidade et tout le territoire communal y étaient, comme dans l’Almanach, divisés en freguezias et le mot districto y apparaît une seule fois comme synonyme : ce sont donc les mots anciens de la langue portugaise qui sont utilisés. Les zones d’expansion les plus proches de la Cidade sont désignées le plus souvent négativement : c’est tout ce qui n’est pas à l’intérieur de la ville. Une seule fois dans les soixante-huit pages du texte de ces deux règlements, ces zones sont nommées arrabaldes. Le mot subúrbio qui était apparu sur le plan de la ville dans les années 1840 n’est pas employé non plus pour désigner les aires nouvelles de lotissement, ni les noyaux urbanisés en discontinuité au tissu urbain. Ceux-ci sont appelés povoações.

29Sur ce point, São Paulo présentait des différences par rapport à Rio, par exemple, où de nouveaux mots – comme distrito, bairro et subúrbio – déjà s’imposaient. La prolifération des mots dans le domaine des travaux publics avait même inspiré à l’ingénieur André Rebouças, à l’instar de ses collègues d’autres parties du monde, d’établir un lexique brésilien des expressions techniques : Ensaios de um vocabulário dos termos technicos da arte de construir e das sciencias acessórias (1868). En effet, le Dictionnaire historique et pratique de la voirie, de la police municipale, de la construction et de la contiguïté de Liger (1867), le Dictionnaire général des termes d’architecture en français, allemand, anglais, italien de Ramée (1868), le Dictionnaire technologique dans les langues française, anglaise et allemande de Tolhausen (1873-1876), notamment, circulaient déjà sur les étagères de l’Escola Polytéchnica de Rio, comme pour montrer que le temps des villes, c’est le temps des dictionnaires, des institutions et des études des langues et des mots.

30À São Paulo, malgré une présence plus forte de l’administration qui s’exprime au moyen des lois réunies dans un Padrão Municipal et un Código de Posturas, ce sont surtout, pour l’instant, des entrepreneurs, fréquemment étrangers, qui œuvrent à la création de nouvelles formes urbaines et à l’introduction ou à la légitimation de nouveaux lexiques. Ainsi, on l’a noté, le mot bairro, que les textes législatifs emploient timidement, est mis en circulation par la presse dans le cadre de la propagande pour le viaduc-boulevard de Martin (Província de São Paulo, 5 octobre 1877, cité par Toledo 1989 : 40). Ce sont aussi les entrepreneurs qui paraissent percevoir le plus rapidement les pressions vers une expansion des zones urbanisées. Ainsi, par exemple, c’est encore Martin qui contribue, par le discours iconographique et le discours parlé, au cadrage des environs de São Paulo. En l’absence de carte de la ville et devant la faiblesse de la notion d’arrabaldes dans le langage et la vision administrative – comme le montre l’unique occurrence du mot dans les textes de 1886 – c’est lui qui dresse, le premier et à peine quatre ans plus tard, la « Planta da Capital do Estado de São Paulo e seus arrabaldes », qu’il publie au lendemain de la proclamation de la République, en 1890 (fig. 2).

Fig. 2. Plan de São Paulo et de ses arrabaldes (1890). « Planta da Capital do Estado de São Paulo e seus arrabaldes ». Par Jules Martin.

31Avec le nouveau régime, les changements de São Paulo prennent un nouveau rythme et des mots, les uns anciens, d’autres entièrement nouveaux, entrent en usage. La nouvelle administration républicaine, tout en conservant les limites des anciennes freguezias, adoptera le terme districtos de paz pour découper le territoire de la ville. En 1890, le municipio avait déjà commencé à annexer à son territoire d’autres freguezias et se divisait en sept districtos : Norte da Sé, Sul da Sé, Braz, Santa Ephigênia, Consolação, Penha N. Sra. do Ó et Consolação. En 1900, après de nouvelles annexions et démembrements, ils sont déjà douze avec la création des districtos de Sant’Anna, Santa Cecília, Belenzinho, Villa Mariana et São Miguel. En 1910, il y en a dix-huit, avec la création des districtos de Butantam, Cambucy, Bella Vista, Bom Retiro, Lapa et Mooca (Cococi & Costa 1905 ; Egas 1925 : 453-464).

32Au cours de la décennie 1890 la division fonctionnelle et sociale de la ville commence à s’affirmer en même temps que les premiers mots forts du lexique de la distinction. Les causes sont nombreuses, mais la plus visible est la croissance spectaculaire de la ville : 65 000 habitants en 1890, 120 000 en 1893, 240 000 en 1900. Ce mouvement relève toutefois aussi de causes plus complexes. Des hésitations se manifestent dans le milieu technique et administratif autour de nouveaux dispositifs juridiques relatifs aux coûts de l’urbanisation ou au régime de concession des services urbains. On note également des solutions différenciées apportées aux problèmes de la « croissance illimitée de la ville », aux compétences des divers services administratifs et aux modalités de gestion de la vie urbaine. En dépit de nombreux débats (Blay 1985 : 81-85 ; Rolnik 1997 : 124-126), se noue une association entre les opérateurs immobiliers et certaines des instances de décision politique ou technique (Sampaio 1994 : 19-33). Cette association s’appuie aussi sur le pacte établi entre le discours hygiéniste et la politique d’attraction de la main d’oeuvre immigrée vers l’État de São Paulo.

33Un rapport rendu en 1893 par une commission municipale sur les logements ouvriers dans le Districto de Santa Ephigenia – qui passe de 14 025 habitants en 1890 à 43 715 en 1893 et fut gravement touché par la fièvre jaune en 1892 – contribue à fixer le nouveau découpage social de la ville (Relatório… 1893). Les diverses formes d’habitations ouvrières y sont finement décrites et leur précarité du point de vue hygiénique est dénoncée (Rolnik 1997 : 36-38). Le rapport recommande de combattre la multiplication de ces logements en interdisant de nouvelles constructions de ce type et en favorisant l’ouverture de nouveaux lotissements destinés aux ouvriers. Le Code sanitaire que le gouvernement de la Province fait approuver en 1894 met en œuvre les propositions de ce rapport : les règlements de 1886, qui rendaient difficile l’installation de la population ouvrière dans la zone centrale par l’interdiction des cortiços sont maintenus et la construction de villas operárias est encouragée en dehors du péri-mètte urbain (ibid. : 37-38). Le gouvernement provincial entreprend l’assainissement de terrains marécageux, la canalisation des rivières, la construction de ponts. Dans la Cidade et ses environs immédiats sont réalisés des melhoramentos urbanos qui se traduisent par des travaux de plantation, pavage et construction de jardins, écoles et viaducs qui concourent à l’anoblissement de ces aires. L’administration intervient ainsi, directement ou indirectement, sur les conditions des investissement privés (Blay 1985, Bonduki 1994). L’initiative privée, devenue partie prenante de la politique publique, sera favorisée par différents mécanismes fiscaux en faveur de ceux qui construisent des villas populaires : transferts de propriétés municipales, exemptions temporaires d’impôts sur les maisons construites, garanties de taux d’intérêt sur les investissements, concessions pour l’exploitation des services de transports publics, entre autres. Les autorités elles-mêmes participent souvent directement aux entreprises engagées dans ces initiatives (Rolnik 1997 : 109 ; Sampaio 1994).

34Les mouvements du marché immobilier dans les arrabaldes répondent à ces incitations : il sufit de comparer le plan de São Paulo dressé en 1890 par Jules Martin et celui de Gomes Cardim, l’intendant des travaux municipaux, à peine sept ans plus tard (Cardim 1897). Les nouveaux lotissements – tous appelés villa – s’étaient multipliés : Villa Cerqueira César, Villa Clementino, Villa Mariana, Villa Gomes Cardim, Villa Bernardino de Campos, Villa Prudente. En parallèle à cette première explosion des villas lotissements populaires, sont également créées des villas dites operárias, des cités ouvrières à proprement parler (fig. 3), soit dans les interstices des zones urbanisées, soit dans les noyaux de population formés le long des voies de chemins de fer : le long de la São Paulo Railway jusqu’à la Villa Prudente, dans Pari, Bras, Mooca, Ipiranga, le long de la Central do Brasil jusqu’à la Villa Gomes Cardim et dans le Belenzinho, à Penha enfin, en bordure de la São Paulo Railway et de la E.F.Sorocabana dans le Bom Retira, Barra Funda, Água Branca, Lapa et Pinheiros (Langenbuch 1971 : 77-130). C’est donc au cours des années 1890, et surtout après la parution du Code sanitaire, que mot villa fut de plus en plus associé aux couches populaires.

  • 9 Backheuser 1906 et Januzzi 1909 publient des décrets et rapports qui permettemt d’observer l’évolu (...)

35Avant 1893-1894, les termes qui désignaient les nouveaux types d’habitation souhaités pour celles-ci par les pouvoirs publics sont restés hésitants. Pendant trente ans, les commissions successives, décrets et rapports, parlent d’abord de habitação higiênica, burgos para operários, casas bygiênicas suburbanas para o povo, casas econômicas, avant de se fixer sur villas opération9. Backheuser, ingénieur municipal à Rio et membre d’une commission mise en place par le ministère de la Justice et des Affaires intérieures pour étudier la question des habitações operárias, mettait encore entre guillemets, en 1906, le mot villa appliqué aux lotissements ouvriers. En outre il notait :

La « villa operária » est et elle n’est pas une petite ville [cidadesinha]. Si par le groupement des maisons elle peut être considérée une petite ville, lui fait défaut cette caractéristique primordiale de se développer dans un lieu jusqu’alors inhabité. La « villa operária » est enclavée parmi des terrains habités, de sorte que son expansion n’est pas aussi aisée et facile que dans les autres agglomérations [agglomerações] (Backheuser 1906).

36À Rio, ces enclaves se développent plus lentement, notamment parce que les favelas naissantes dans la période 1890-1900 viennent pallier les conséquences des impasses juridiques que rencontrent les premières concessions accordées pour la construction de ce nouveau type d’habitation. Des villas ont néanmoins été construites dans le centre-ville de Rio et c’est seulement en 1901 que leur construction est interdite sur les terrains de certaines rues centrales. A São Paulo, par contre, le perimetro do comércio étant protégé depuis longtemps, les lotissements ouvriers ou bourgeois forment rapidement une immense « mosaïque » d’enclaves de riches ou de pauvres.

Fig. 3. Villa operária de la Companhia Vidraria Santa Marina (en 1911-1917).

Fig. 4. Higienópolis, Villa Penteado (vers 1906).

37Les lotissements bourgeois qui prennent forme alors, comme Higienópolis et Avenida Paulista, se distinguent par une réglementation particulière et par des noms qui les désignent comme espaces urbains. Higienópolis, par exemple, formé par deux lotissements, a été d’abord nommé « Boulevards Bouchard I » et « II » et la presse vante les avantages du nouveau bairro (Homem s.d. ; Rolnik 1997 : 109). Le mot bairro en vient désormais à être employé en opposition à villa, terme de plus en plus dévalué. Ces quartiers sont régis par une série de normes qui les différencient des autres : les parcelles, plus larges que longues, sont situées le long des avenidas et boulevards ou dans leur proximité immédiate ; les bâtiments sont placés au centre du terrain avec des redents obligatoires par rapport à l’alignement de la voie ; enfin, le trait peut-être le plus évident, chaque immeuble est destiné à une seule famille (Homem s.d. ; Rolnik 1997). Entre 1890 et 1910 des villas entourées de jardins – au sens, cette fois, de résidence urbaine – sont construites sur ces grandes parcelles d’Higienópolis, comme Villa Uchoa, Villa Penteado (fig. 4), en dépit des ambiguïtés de plus en plus sensibles dans l’emploi du mot, nées de la multiplication des villas operárias.

38Déjà vers les années 1900 les familles bourgeoises commencent à employer d’autres mots pour désigner leurs résidences dans les nouveaux lotissements. Les élites demeurent ainsi dans des palacetes tandis que les couches moyennes vivent dans des chalets, des cottages ou des villinos. Les voies qui desservent ces résidences sont des avenidas et des alamedas – élégantes mais moins nobles –, termes qui se substituent à boulevard, devenu désuet vers le tournant du siècle. Dans les règlements de 1886, avenida désignait simplement une voie plus large. Avec la multiplication des initiatives visant à bénéficier des avantages des lois sur la construction des habitations hygienicas ou economicas, le mot a été employé pendant une courte période pour désigner une forme d’habitat populaire : les maisons en bande (Backheuser 1906 : 107-110). Ce type de construction, né d’opérations immobilières de moindre envergure, sera toutefois rapidement nommé villa, surtout à São Paulo.

39Une nouvelle logique marquait désormais les territoires des deux pôles extrêmes de l’échelle sociale et s’imposait à travers la réglementation. Pour les quartiers bourgeois, et particulièrement pour Higienópolis et Avenida Paulista, de nouvelles lois (1894, 1898 et 1906) vinrent renforcer les règlements précédents pour interdire certaines activités et pratiques considérées comme archaïques, nocives ou insalubres (Rolnik 1997 : 111). Pour les couches ouvrières, furent d’abord interdits certains types de résidences et de parcelles dans la Cidade (1886 et 1894), puis une loi de 1900 délimita les aires où ne pouvaient être construites des villas operárias (ibid. : 124). La Cidade, que l’on commence à appeler Triângulo Central (Martin, Pestana & Danorden 1905), tend désormais a être vouée au commerce et aux services. Il reste à ses habitants, riches ou pauvres, et aux nouveaux arrivants la possibilité d’habiter, selon leurs moyens et leur insertion sociale, l’un des deux grands lotissements bourgeois, ou des Villas dont le toponyme s’écrit avec un V majuscule, les villas operárias à proximité des usines ou, simplement, les nombreuses autres villas composées de petits ensembles de maisons en bande qui s’éparpillaient, sans obéir à aucune norme, partout où un lotisseur trouvait la possibilité d’une affaire.

40C’est dans un second temps extrêmement court, entre 1900 et 1915, que va s’effacer définitivement l’usage du mot villa pour désigner les résidences bougeoises bâties entre Higienópolis et Avenida Paulista, tandis que se consolideront les différents murs de la ségrégation sociale.

Jardim

41Deux grandes entreprises favoriseront le rapprochement des lexiques techniques et économiques avec la forme urbaine : la São Paulo Tramway Light and Power, créée à New York et Montréal et installée à São Paulo en 1899, et la City of São Paulo Improvements and Freehold Land Company Limited, créée en 1911 à Londres (McDowall 1988 : 48-79 ; Reale 1982 ; Wolff 1997 ; Andrade 1998).

  • 10 Backheuser, ingénieur municipal lui aussi, dresse un bilan des débats depuis le congrès de Paris d (...)

42Entre 1900, date de l’inauguration de la première ligne de tramways électriques à São Paulo, et 1911, date où la Light obtient le monopole de divers services urbains – notamment, de l’électricité –, l’entreprise était devenue un « État dans l’État » (Eletropaulo 1990 : 13). Déjà en 1900, la délimitation du périmètre urbain correspondait de façon évidente à ses intérêts : elle désignait le territoire destiné à être desservi en priorité par les nouveaux services de la Light et radicalisera le processus de division sociale de la ville et des espaces de résidence. L’action du Setor Municipal de Obras Públicas, dont la création en 1899 sous la responsabilité de l’ingénieur Victor da Silva Freire résultait d’une nouvelle vision administrative, ne parviendra pas à infléchir cette tendance. Au cours de ces années marquées par le discours libéral, les techniciens municipaux élaborent sans doute un nouveau regard sur la ville qui vise une certaine maîtrise de sa croissance, mais ils sont freinés par des critiques qui craignent le développement d’un « socialisme municipal »10.

43Après l’installation de la Light, les cartes de la ville établies successivement par les services municipaux sont de plus en plus rigoureuses. La première est la « Planta Geral da Cidade de São Paulo » (1905) des ingénieurs Cococi et Costa, membres de la commission géographique et géologique. Elle fait figurer les limites des distritos, des delegacias (commissariats de police) et des bombeiros (pompiers) et deviendra le document « officiel » utilisé par les services administratifs de la mairie. Et pourtant, à peine publiée, cette carte est déjà obsolète, voire incomplète. São Paulo est à l’époque effectivement divisé en cinq delegacias mais en ce qui concerne les districtos, celui de São Miguel, créé en 1891, n’y figure pas. La croissance de la ville connaît un dynamisme que la « Planta Geral » n’arrive pas a saisir. Poursuivant une tendance de la réorganisation du territoire du município qui s’étale jusqu’à 1910, la loi n° 975 du 20 décembre 1905 change les noms des Districtos do Norte et do Sul da Sé – qui leur avaient été donnés en 1833 – en Districtos Liberdade et da Sé, respectivement. En décembre de l’année suivante est créé le Districto de Cambucy et, en septembre 1907, celui de Butantam. Enfin, en 1910, seront créés les Districtos de Bella Vista, Bom Retiro, Lapa et Mooca, configurant le découpage moderne de la ville jusqu’en 1929, année où son territoire s’agrandit par une nouvelle vague d’annexions et de remembrements.

44La division sociale de l’espace urbain que la Light introduit par l’installation de ses réseaux, particulièrement celui des transports, se superpose à ce découpage administratif. Depuis 1900 elle assure, par exemple, la desserte des bairros de Higienópolis et de l’Avenida Paulista à peine occupés par quelques résidences, tandis que les nombreuses villas surgies dans les années 1890 restent, dans la plupart des cas, sans connexion avec la ville ancienne. L’action de l’entreprise canadienne entraînera entre 1900 et 1910 une véritable « explosion » de nouvelles constructions de Villas, villas operãrias et villas tout court, dans les périmètres urbain et suburbain, particulièrement dans les interstices des réseaux de chemin de fer et à proximité des terminus des lignes de tramway de la Light.

45Quand la City of São Paulo Improvements commence ses opérations à l’initiative de Joseph-Antoine Bouvard (Caldeira et al. 1987 ; Andrade 1998), les structures administratives sont encore récentes et modestement organisées, mais la logique de distinction est déjà à l’oeuvre. Bouvard vient à São Paulo en 1911 pour examiner les projets de melhoramentos de la vallée du fleuve Anhangabaú qui visaient à débarrasser de son apparence encore rurale le centre d’une ville qui commençait à occuper une « place d’honneur parmis les agglomérations sud-américaines » (Freire 1911 : 107). Dans le texte où il rend son avis technique sur la ville et les projets alors en discussion, Bouvard semble ignorer la fièvre constructrice de Villas bourgeoises et de villas populaires, et même la création des bairros d’Higienópolis et de l’Avenida Paulista : pour lui, ces opérations immobilières ne représentaient pas de « grands » investissements et il minimise le rôle des financements fournis par la municipalité ou l’État de São Paulo, dont pourtant le milieu technique faisait l’éloge (Toledo 1989 : 64 ; Freire 1919). C’est en effet qu’il envisage, en tant que conseiller du banquier Fontaine de Laveleye pour ses investissements en Amérique latine, la formation de la City à laquelle s’associeront d’autres banquiers européens, comme Lord Balfour de Burleigh et des figures du monde politique brésilien, comme l’ancien président de la République Campos Sales, le député fédéral pour São Paulo Cincinato Braga et des investisseurs, parmi lesquels l’avocat Horácio Belfort Sabino (Andrade 1998 : 181-185).

  • 11 Estado de São Paulo, 1er septembre 1915.
  • 12 Du moins jusqu’à ces dernières décennies. En effet, la construction d’une nouvelle polarité opposa (...)

46De 1911 à 1915, sur les conseils de Bouvard, la City achète plus de douze mille hectares de terrain au sud-ouest du périmètre urbain fixé en 1900 (Reale 1982 ; Wolff 1997). Dès l’origine, ses lotissements sont desservis par toutes les infrastructures fournies par la Light (électricté, gaz, tramway, plus tard téléphone) et par les pouvoirs publics (eau et égouts). Quand l’entreprise commence à vendre les terrains de son premier lotissement, celui-ci est présenté comme un nouveau subúrbio, qu’on appelle aussi Garden City11. Quand cette opération trouvera sa forme et son nom définitifs, le mot Villa aura disparu du vocabulaire de la distinction à São Paulo12.

47En 1914, sur la « Planta geral da cidade de São Paulo » (Cardoso 1914), en continuité de l’avenida Paulista et à proximité de la région déjà considérée comme la plus valorisée de la ville, figure un lotissement à moitié construit sous le nom « V. América ». Il s’agissait de la Villa América, lotissement quelque peu bourgeois entrepris peu de temps auparavant par Horácio Belfort Sabino, dont nous avons vu qu’il était un des associés de la City. Lorsque celle-ci commence ses opérations en 1915, c’est à Raymond Unwin – le concepteur, avec Barry Parker, de Letchworth, la première garden city anglaise mettant en œuvre les idées de Ebenezer Howard – qu’est confiée la tâche de redessiner le plan des terrains encore non commercialisés de la Villa América. Dès 1916, le nouveau tracé est publié dans Garden Cities & Town Planning Review, avec ses rues courbes et ses espaces libres plantés (Andrade 1998). C’est toutefois quand Barry Parker séjournera à São Paulo que ce lotissement de la City trouvera son profil et, surtout, son nouveau nom : « Jardim América » (fig. 5). L’architecte anglais, qui a travaillé avec Unwin jusqu’en 1914, habitera deux ans au Brésil de 1917 à 1919 et s’occupera non seulement de ce lotissement, mais aussi des bairros de Pacaembu et Alto da Lapa – commercialisés dans les années 1920 et 1930 – et d’autres aires de la ville, notamment la vallée de l’Anhangabaú. Ainsi, c’est avec le passage de Parker à São Paulo que la City introduit le second mot fort dans la logique de la division de la ville : jardim, d’après le nom et l’expérience du Jardim América.

48Le processus a donc commencé, du fait de la présence d’Unwin et de Parker, par l’emprunt du terme anglais garden city. Mais d’autres facteurs interviendront pour que l’expression jardim se fixe à São Paulo et y devienne synonyme de distinction. Au moins trois processus articulés doivent être pris en compte, tous marqués par la vision technique libérale de la gestion de la croissance urbaine qui domine alors. Tout d’abord, la conception des nouveaux lotissement de la City, de matrice anglaise.

Fig. 5. Plan du Jardim America (dessiné en 1915-1916). « City of São Paulo Improvements & Freehold Co. Ltd. Jardim America. Projectado por Barry Parker & Raymond Unwin, FE.R.I.B.A. »

49Ensuite, celui qui mène localement à l’approbation des règlements particuliers de Jardim América. Enfin, celui, déjà exposé, de la desserte privilégiée de certaines aires par les services urbains, qui confirme le statut privilégié de Jardim América.

  • 13 Estado de São Paulo, 1er septembre 1915.

50Du point de vue de la conception des lotissements du type garden cities réalisés par la City, il ne s’agit déjà plus de l’utopie howardienne mais, comme à Hampstead Garden Suburb (1905), de « faubourgs-jardins pour toutes les classes sociales » (Miller 1994). À la suite de la publication par Unwin de Town Planning in Practice (1909), les garden cities sont devenues un principe « appliqué » à la planification de l’expansion des villes et comme un nouvel outil pour construire la « banlieue salubre ». Comme São Paulo allait aussi le montrer, ces faubourgs jardins pouvaient devenir de simples lotissements – certainement verdoyants et dotés de rues courbes – dont les fins et la clientèle étaient très différentes de celles imaginées par Howard. Localement, l’expression subúrbio garden city, diffusée dans la presse pour nommer le premier lotissement de la City, ne permet pas de doutes à ce propos13.

51L’analyse d’une série de textes, publiés entre 1911 et 1915 dans la Revista Polytechnica par Victor Freire – le directeur du département municipal des travaux jusqu’en 1926 – permet de comprendre comment les règlements exclusifs de la City ont été bien reçus dans le milieu des ingénieurs-architectes de São Paulo et même considérés comme des modèles, ce qui contribua à la fortune du mot jardim dans la ville.

52Entre 1900 et 1910, Freire a assisté à quelques uns des principaux congrès internationaux de l’urbanisme naissant et il participe ensuite activement aux débats sur les projets de melhoramentos pour São Paulo. Dans un long article de 1911, il introduit les thèmes du zoning, du plan d’extension et des espaces libres (Freire 1911 : 120-145). S’agissant de la division fonctionnelle ou sociale de la ville, son lexique présente quelques innovations. Dans ce texte de 1911, il emploie très souvent le mot aglomeração pour parler de la ville de manière générale, tandis que, pour lui, le mot Cidade désigne le centro ou le Triângulo commercial, ce qui témoigne de l’affirmation fonctionnelle de cette partie de la ville par rapport au vocabulaire en usage au début du siècle. Il n’utilise jamais les mots subúrbio et arrabaldes mais il s’intéresse aux nouveaux quartiers construits autour de jardins qu’il avait visités à Londres et en Allemagne, et qu’il compare parfois à Higienópolis.

53Deux articles publiés par la suite témoignent encore, en matière d’expansion urbaine, d’une vision très libérale et plutôt centrée sur le dessin de la ville. « A cidade salubre » (Freire 1914) critique les distorsions provoquées par certaines dispositions du nouveau Code sanitaire approuvé en 1911 par le gouvernement provincial, que Freire considère comme la « ruine des propriétaires du centro da Capital » (ibid. : 327) et « une action violente contre le droit de propriété » (ibid. : 337), sans pour autant résoudre les problèmes d’hygiène publique qui se posaient dans certains bairros. « A planta de Belo Horizonte » (Freire 1916) développe une critique des tracés de villes de Saturnino Brito, le grand nom de l’urbanisme de la génération précédente. La nouveauté de ce texte est l’apparition, pour la première fois dans un texte technique au Brésil, du néologisme urbanismo dans le sens moderne d’une pratique d’intervention et de réforme des villes (ibid. : 159). L’idée de division de la ville en zonas y était également présente (ibid. : 164), en même temps qu’une conception de l’urbaniste comme « bâtisseur de la ville », très inspirée de l’expérience et de la terminologie allemandes. En même temps qu’il écrit ces textes, Freire continue d’observer les expériences qui lui semblaient constituer un compromis entre les aspects fonctionnels, économiques et juridiques de l’expansion urbaine, parfois à l’occasion de voyages à l’étranger. C’est après l’installation de la City à São Paulo qu’il visitera Letchworth et Hampstead, avec le managing director de l’entreprise au Brésil pour guide (Andrade 1998 : 186). Ces faits, et les contacts réguliers qu’il maintiendra avec Barry Parker pendant le séjour de celui-ci à São Paulo, semblent montrer que, pour le directeur du département municipal de travaux, l’initiative de Bouvard, la constitution de la City et leurs projets de suburbios garden cities exclusifs étaient tout à fait conformes aux règles du jeu libéral. Pour Freire, l’action des urbanistes semble se résumer à assembler « plusieurs cubes de toutes les tailles, depuis le plus petit qui correspond à la maison isolée de l’artisan jusqu’au plus grand que représente la grande usine » et à les « classer et les séparer en catégories, qu’il disposerait en différentes régions de la ville, celle-ci [à son tour] partagée en zonas » (Freire 1916 : 164).

54Le discours cartographique accompagne la maturation des débats au sein du milieu technique. Entre 1913 et 1916, au moins quatre plans de la ville sont établis. En 1913, sept ans après leur plan de la Cidade de São Paulo, les ingénieurs Cococi et Costa en dressent un nouveau (Cococi & Costa 1913). Cette fois-ci, outre les districtos, étaient aussi indiquées les zonas de construction compacte qui montraient la densification du Triângulo commercial par oposition à l’étalement de la ville dans différentes directions par des opérations immobilières, encore appelées villas. La légende indique que la ville possédait déjà plus de vingt-huit villas operárias. Ce plan de la ville produit dans une visée commerciale fut supplanté l’année suivante par un document plus « officiel » réalisé sous la coordination du supérieur hiérarchique de Cococi et Costa, l’ingénieur en chef de la Commission géographique et géologique lui-même (Cardoso 1914). En 1915, un plan établi par un ingénieur de la Light pour circuler dans un milieu plus restreint montrait la ville bâtie par l’entreprise en quinze ans. Les limites de l’urbanisation signalées à grands traits en 1897 dans la carte de Gomes Cardim étaient ainsi consolidées. Cependant, le dessin des lignes implantées par l’entreprise canadienne parfois s’arrêtait en un point apparemment « abstrait », parfois retournait en boucle, signalant dans ce discours sans mots où s’arrêtait la ville.

55La Mairie elle-même, par sa Division du cadastre, apparemment poussée par le début de la commercialisation du subúrbio garden city de la City, finit par établir en 1916 le premier plan officiel de la ville où sont marqués les nouveaux périmètres des trois zonas : central, urbana et suburbana (Diretoria de obras… 1916). Ces trois zones n’opèrent pas un découpage social net mais plutôt une division fonctionnelle et administrative du territoire municipal qui servira de base au projet de nouveau code de la construction privée à São Paulo mis en discussion par la Chambre municipale à partir de 1917, tandis que le code sanitaire était à nouveau réformé par le gouvernement de l’Etat.

56À partir de 1919 commence une bataille soutenue de la part du milieu des ingénieurs-architectes et des premiers urbanistes pour une intervention plus affirmée des pouvoirs publics dans certains domaines de la vie urbaine. Tandis que cette campagne visait en particulier à modifier les termes des concessions municipales octroyées à la Light, de façon à restaurer la « connexion perdue » entre les différentes parties de la ville tout en répondant, enfin, aux revendications de la population plus pauvre (Freire 1919 : 312-313 et 331), le Jardim América déjà marchait tout seul. Bien qu’il présentât certains traits courants dans d’autres lotissements, il se démarquait déjà par la taille des terrains, beaucoup plus grands que la moyenne – 900 m2 au minimum. Les maisons y étaient en retrait par rapport aux voies et aux limites de la parcelle tout en gardant le rapport avec la nature assuré par des jardins. Les avenidas et ruas boisées étaient beaucoup plus larges que ce qu’exigeaient les règlements de 1886 encore en vigueur et présentaient des tracés sinueux et pitorescos, jusqu’alors pratiquement inconnus dans les lotissements de la ville. Des normes contractuelles strictes permettaient de contrôler les conditions d’accès à la propriété et interdisaient tout morcellement des terrains et, notamment, la construction de maisons en bande. Le Jardim América disposait de tous les services d’infrastructure et l’installation d’industries à proximité ainsi que toute activité commerciale y étaient interdites (Reale 1982 ; Wolff 1997). Enfin, signe parmi les signes de distinction, à la différence des zones d’habitat populaire qui se montraient de plus en plus tributaires de l’expansion des services de transport, au Jardim América l’implantation des tramways avait été limitée à une seule voie réservée à cette fin. Le lotissement naissait avec l’âge de l’automobile, ce qui assurait l’au-toségrégation recherchée. En somme, comme le proclamait une brochure publicitaire illustrée que la City publiait en 1923 sur son subúrbio jardim : « Aujourd’hui, doté d’un système moderne d’installation de services publics, avec ses résidences nouvelles, ses rues tracées en avenidas larges et sinueuses entourées de vastes pelouses, le Jardim América est le bairro de grande distinction dans la capital de São Paulo » (Jardim América 1923). Tous ces attraits correspondaient exactement au programme fixé par Barry Parker dans un rapport rédigé lors de son départ : « Le secret du succès financier [du Jardim América] était de doter l’affaire d’un caractère de distinction supérieur à celui des concurrents » (Parker 1919). En ce qui concerne les mots et la ville, dans le petit texte de la brochure de la City le mot subúrbio est employé une seule fois, en association avec jardim, quand l’origine anglaise de ses concepteurs est évoquée. La référence au lotissement comme bairro ou par le toponyme « Jardim América », en revanche, est fréquente. Une seule fois, il est appelé bairro de residencias.

57Dans des articles du Boletim de Engenharia de cette période, on peut observer les usages du mot bairro, dans la plupart des cas associé à des qualificatifs (Oelsner 1921) : bairros de residencias, comme le Jardim América, bairros para classe média (pour les classes moyennes), bairros para operários (pour les ouvriers). Ce dernier usage indique une nouvelle tendance dans la désignation des quartiers populaires, qui résultait du développement d’autres types de résidences populaires que les villas, entre autres par le moyen de concours publics (Andrade 1998 : 347). Dans d’autres documents de l’époque, comme le Código Municipal de Obras approuvé en 1929, on observe que bairro pouvait être employé également pour désigner des povoações de la zone rurale du municipio, y compris des Villas comme la Villa Prudente ou la Villa Clementino (Cavalcanti, Nogueira & Azevedo 1933 : 16)

58La multiplicité des acceptions et des usages du mot bairro limitait sa circulation comme vocable associé à des formes urbaines exclusives et de distinction. De ce point de vue, l’usage du mot jardim, employé comme nom commun dans la brochure de 1923 pour désigner le lotissement du Jardim América – « l’unique jardim de ce genre qui existe au Brésil » – est symptomatique. Depuis 1921, ce terme était associé au programme formel, social et idéologique du Jardim América, mais deux ans plus tard commence la commercialisation d’un lotissement contigu au Jardim América mais n’appartenant pas à la City sous le nom de « Jardim Europa » et, tout de suite après, celle de « Cidade Jardim ». Le mouvement s’accélère ensuite : en 1925, à des kilomètres de distance dans la zone suburbaine, se vendaient les terrains du « Jardim Japão », dans le Alto da Boa Vista. Vers la fin des années 1920, le mot commençait aussi à être employé comme signe de distinction par les habitants des quartiers limitrophes du Jardim América, alors que, du point de vue formel, rien n’y faisait penser aux tracés sinueux des avenues boisées du lotissement de la City. À peine quelques années après la mise en vente des terrains du Jardim América, le mot jardim a ainsi englouti des vestiges de quelques anciennes villas du périmètre urbain dont le profil social des habitants se rapprochait de celui du Jardim America. La « Villa América » de Horácio Sabino, par exemple, disparaissait, en même temps que la « Villa Tupi », en prenant le nom de « Jardim Paulista ».

59L’étude des archives de la City a montré que la plupart des acheteurs du Jardim América étaient issus des couches moyennes et dépendaient des financements de l’entreprise pour acquérir les terrains et bâtir les maisons (Wolff 1997). Des fortunes fraîchement acquises, des épargnes récemment réunies, une expérience de la vie urbaine également récente : ces traits expliquent peut-être le succès de l’idéologie et du programme des bairros jardins, mais aussi ceux des nombreuses villas, bien plus modestes, de São Paulo. Le rêve d’une vaste nature à contempler ou d’un petit morceau de terre à labourer semble, encore de nos jours, ancré dans la mentalité des paulistas, qui font preuve d’une grande résistance à adopter pour la vie en famille les immeubles collectifs. Par ailleurs, peut-être beaucoup plus que dans n’importe quelle autre ville brésilienne, prévalent ici des formes de vie dans des communautés homogènes – par l’héritage ethnique, l’insertion sociale ou l’activité professionnelle.

60Tout au long des années 1920 d’autres voix, particulièrement celle d’Anhaia Mello (1929, 1930a , 1930b), allaient rejoindre celle de Victor Freire dans la lutte pour une plus grande intégration des différentes couches sociales et des divers segments culturels, intégration que les mouvements successifs d’ordre législatif, spéculatif, idéologique, économique ne faisaient que décourager. Les innombrables Villas lotissements, villas ouvrières ou villas maisons en bande continuaient à ne pas mériter le moindre effort de la part des pouvoirs publics pour les intégrer à la ville, tandis que les habitants des jardins s’enfermaient eux-mêmes par des normes et des murs à l’époque invisibles, de la même façon qu’aujourd’hui, comme une répétition du même scénario, se construisent les vraies forteresses des condomínios fermés. C’est toutefois dans cette période que s’affirmèrent les tendances à la ségrégation et à l’autoségrégation sociale qui, depuis l’action de la Light et de la City, s’expriment dans l’appropriation des mots vila et jardim. Dans la « Planta da cidade de São Paulo » établie par la Directoria de Obras e Viação (Saboya 1929), largement diffusée, les autorités trouvaient même naturel de partager les voies de la ville en quatre types, parmis lesquels les voies « non officielles ».

61L’usage social de ces mots à São Paulo pose depuis lors une question de base : qu’est-ce qui définit une ville ? Un constat, au moins, semble possible : la ville, jusqu’à l’âge du libéralisme et de tant d’autres révolutions, a été avant tout une certaine expérience de la différence, une forme de sociabilité et un espace où se construit l’idée de la liberté avec autrui. Peut-être, à travers l’histoire sociale de l’usage des mots vila et jardim, pouvons-nous commencer à nous interroger sur un type d’urbanisation « effectivement libérale » dont la complexité et l’avenir commencent à peine à se dévoiler.

Bibliographie

Références bibliographiques

Almanach administrativo, commercial e industrial da Provincia de São Paulo para o anno de 1884. 1883. São Paulo, Éd. Jorge Seclker.

Andrade, Carlos Roberto Monteiro de. 1998. « Bary Parker : um arqui-teto inglês na cidade de São Paulo ». Thèse de doctorat, Faculdade de Arquitetura e Urbanismo da Universidade de São Paulo [fau-usp].

Backheuser, Everardo. 1906. Habitações populares. Relatório apresentado ao Ministro J. J. Seabra. Rio de Janeiro, Imprensa Nacional.

Blay, Eva. 1985. Eu não tenho onde morar. Vilas operárias na cidade de São Paulo. São Paulo, Nobel.

Bonduki, Nabil. 1994. « Origens da habitação social no Brasil ». Thèse de doctorat, fau-usp.

Bonduki, Nabil & Raquel Rolnik. 1978. « Formação da Periferia na Grande São Paulo ». XXX reunião da Sociedade Brasileira para o Progresso da Ciência, São Paulo.

Caldeira, Vasco et al. 1987. « São Paulo ». Bulletin d’informations architecturales (Institut français d’architecture), supplément au n° 116.

Candido, Francisco de Paula. 1851. Exposição da Junta de Hygiene Pública, sobre o estado sanitário da Capital do Império e meios de conseguir o seu melhoramento. Rio de Janeiro, s. éd.

— 1852. Exposição do estado sanitário da Capital do Império apresentado ao Ministro do Império pelo presidente da junta de Hygiene Pública. Rio de Janeiro, s. éd.

Cavalcanti, J. F., Paulo Teixeira Nogueira & Paulo Vidigal Azevedo (éd.). 1933. Código Municipal de Obras lei n° 3427 de 19/11/1929. [São Paulo], s.d. [1933].

Código de Posturas do Municipio de São Paulo – 6/10/1886. 1886. Nouv. éd. São Paulo, Casa Vanorden, 1921.

Contracto elaborado entre o governo Imperial e Joseph Hancox para a execução do projeto de esgostos de águas pluviais em uma parte da cidade de S. Sebastião do Rio de Janeiro. 1877. Rio de Janeiro, Typ. Nacional.

Couto, Antonio Maria. 1842. Diccionario da maior parte dos termos homonymos e equívocos da lingua portuguesa aumentada com uma grande copia de vocábulos téchnicos. Lisbonne, A.J. da Rocha.

Doncher, Francisco, Luiz Laureys & Eduardo dos Guimarães

Bonjean. 1892. Saneamento do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Typ. Moreira Maximiano.

Egas, Eugênio. 1925. Os Municípios Paulistas. São Paulo, Seção de Obras do Estado de São Paulo.

Eletropaulo. 1990. A cidade da Light 1899-1930. São Paulo, Superintendência de Comunicação-Departamento de Patrimônio Histórico, 2 vol.

Expilly, Charles. 1862. Le Brésil tel qu’il est. Paris, Arnaud de Vresse. Folha de São Paulo, suplemento 1967.

Freire, Victor da Silva. 1911. « Melhoramentos de São Paulo », Revista Polytechnica, 6, 33 : 91-145.

— 1914. « A cidade salubre », Revista Polytechnica, 8, 48 : 319-354.

— 1916. « A planta de Belo Horizonte », Revista Polytechnica, 9, 52 : 159-174.

— 1919. « O future Regimem das Concessões Municipaes », Revista Polytechnica, 11, 60 : 259-334.

Freitas, Antonio de Paula & M. Buarque de Macedo. 1875.

Abastecimento d’água da cidade do Rio de Janeiro. Relatório apresentado em 24/07/1874 pela Comissão nomeada pelo Ministro da Agricultura. Rio de Janeiro, Typ. Nacional.

Gomes, H. Almeida. 1936. « Como vivem o municipio, a cidade e a metrópole no Brasil », Revista da Directoria de Engenharia, 3, 1.

Homem, Maria Cecília Naclério. s.d. Higienópolis – grandeza e decadência de um bairro paulistano. São Paulo, Prefeitura Municipal-Departamento do Patrimônio Histórico.

Januzzi, Antonio e Filhos. 1909. Pelo Povo. Monographia sobre as Casas Operárias. Rio de Janeiro, Typ. do Jornal do Commercio de Rodrigues e Companhia.

Jardim, Jeronymo Rodrigues de Moraes. 1875. Relatório dos trabalhos executados pela Inspecão de Obras Públicas da Corte no anno de 1874. Rio de Janeiro, Typ. Nacional.

Jardim America, São Paulo, Brazil. 1923. São Paulo, The City of São Paulo Improvements and Freehold Land Co.

Lacerda, Araujo Correa de & José Maria d’Almeida.1859. Diccionario da Lingua Portuguezapara uso dos Portugueses e Brazileiros. Lisbonne, Francisco Arthur da Silva.

Langenbuch, Juergen Richard. 1971. A estruturação da grande São Paulo. Estudo de geografia urbana. Rio de Janeiro, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatistica.

Laxe, João Baptista Cortines. 1868. Regimento das Camaras Municipaes ou lei de 1° de outubro de 1828. Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert.

Liger, François-Joseph. 1867. Dictionnaire historique et pratique de la voirie, de la police municipale, de la construction et de la contiguité. Paris, l’Auteur.

Lira, José Tavares Correa. 1999. « Freguesias Morais e Geometria do Espaço Urbano ». Communication au I Seminário Latino-Americano « As Palavras da Cidade ».

McDowall, Duncan. 1988. The Light : Brazilian Traction, Light and Power Company Limited 1899-1945. Toronto, Univetsity of Toronto Press.

Maricato, Ermínia. 1976. « Autoconstrução, a arquitetura possivel ». XXVIII reunião da Sociedade Brasileira para o Progresso da Ciência, Brasilia, julho de 1976.

Maricato, Ermínia (éd.). 1979. A produção capitalista da casa (e da cidade) no Brasil industrial. São Paulo, Ed. Alfa-Ômega.

Martin, Jules, Nereu Rangel Pestana & Henrique Danorden. 1905. São Paulo Antigo et São Paulo Moderno. São Paulo, Os Autores.

Mello, Luiz de Anhaia. 1929. Problemas de Urbanismo. Bases para a resolução do Problema Técnico. São Paulo, Escolas Profissionaes Salesianas.

— 1930a. « Natureza, classificação, características econômicas dos serviços de utilidade pública », Boletim do Instituto de Engenharia, 58 : 117-127.

— 1930b. « Regulamentação dos serviços de utilidade pública : os meios de proteção do interesse público », Boletim do Instituto de Engenharia, 59 : 183-209.

Miller, Mervyn. 1994. « L’évolution de la cité-jardin en Angleterre. De Port Sunlight à la cité-jardin de Welwyn », in La ville : architecture en Europe, 1870-1993. Paris, Centre Georges-Pompidou : 117-180.

Morse, Richard M. 1950. São Paulo, Raízes Oitocentistas da Metrópole. Tradução de Rosa Rosenthal, São Paulo, Imprensa Oficial do Estado.

— 1954. De comunidade à Metrópole. Biografia de São Paulo. Traduction de Maria Aperecida Madeira Kerberg, São Paulo, Comissão do IV Centenário.

Oelsner, A.C. 1921. « Terrenos – seu melhoramento para as habitações », Boletim de Engenharia, 4, 13 : 24-26.

Parker, Barry. 1919. « Relatório final », in Silvia Ferreira Santos Wolff, « O bairro do Jardim America e sua arquitetura ». Mémoire de qualification au doctorat, fau-usp, 1997.

Penteado, Antonio Rocha. 1958. « Os subúrbios de São Paulo e suas funções », in A Cidade de São Paulo. Estudos de Geografia Urbana. São Paulo, Companhia Editora Nacional.

Pestana, Paulo. 1921. « A Metrópole Paulista, População, Demografia, Edificação Aluguéis », Boletim da Diretoria de Indústria e Comércio, 5-6.

Pillar, João Silveira. 1845. Relatório à Camara Municipal. Rio de Janeiro, Typ. do Diario.

Ramée, Daniel. 1868. Dictionnaire général des termes d’architecture en français, allemand, anglais, italien. Paris, G. Reinwald.

Reale, Ebe. 1982. Brás, Pinheiros, Jardins. Três bairros, três mundos. São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo/Pioneira.

Rebouças, André. 1868. Ensaios de um vocabulário dos termos technicos da arte de construir e das sciencias acessórias. Rio de Janeiro, Instituto Politecnico.

Relatório do engenheiro fiscal do governo junto à Companhia City Improvements. 1873. Rio de Janeiro, Typ. americana.

Relatório da Comissão de Inspeção de residências e cortiços dos trabalhadores do districto de Santa Efigênia para a Câmara Municipal de São Paulo. 1893.

Rohan, Henrique de Beaurepaire. 1843. Relatório do estado das obras muni-cipais apresentado à Ilma. Câmara Municipal Rio de Janeiro, Typ. do Diario official.

Rolnik, Raquel. 1997. A cidade e a lei. Legislação, política urbana e território na cidade de São Paulo. São Paulo, Fundação da Amparo à Pesquisa de Estado de São Paulo-Studio Nobel.

Sampaio, Maria Ruth do Amaral. 1994. « O papel da iniciativa privada na formação da periferia paulistana », Espaço & Debates, 37 : 19-33.

Sampaio, Maria Ruth & Carlos A.C. LEMOS. 1978. Habitação popular paulista : autoconstrução. São Paulo, fau-usp.

Secreteria de Economia e Planejamento. 1971. Piano Metropolitano de Desenvolvimento Integrado – Grande São Paulo. São Paulo, Governo do Estado de São Paulo, s.d. [1971].

Silva, Antonio de Moraes. 1813. Diccionario da Lingua Portuguesa. Lisboa, Lacerdina. Fac-similé de la 2e édition, Rio de Janeiro, Oficina da S.A. Lith-Typographica Fuminense, 1922.

Souto, Luis Rafael Vieira. 1875. Melhoramento da Cidade do rio de janeiro. Crítica dos Trabalhos da Respectiva Coleção. Rio de Janeiro, Lino Teixeira.

Souza, Alberto & José Jacintho Ribeiro. 1898. Repertorio das leis promulgadas pela Assemblea Legisativa Provincial de São Paulo desde 1876 a 1889. São Paulo, Typ. do Diario officiai.

Telles, João Carlos da Silva. 1875. Repertorio das leis promulgadas pela Assemblea Legisativa Provincial de São Paulo desde 1835 até 1875. São Paulo, Typ. do Correio Paulistano.

Toledo, Benedito Lima de. 1989. Anhangabahú. São Paulo, Federação das Indústrias do Estado de São Paulo.

Tolhausen, Alexandre. 1873-1876. Dictionnaire technologique dans les langues française, anglaise et allemande. Leipzig, B. Tauchnitz, 3 vol.

Unwin, Raymond. 1909. Town Planning in Practice. 2e éd. Londres, T. Fisher Unwin, 1911.

Valladares, Licia do Prado (éd.). 1983. Repensando a Habitação no Brasil. Rio de Janeiro, Zahar Ed.

Vieira, Domingos. 1871. Grande Diccionario Portuguez ou Thesouro da Lingua Portugueza. Porto, Ernesto Chardon e Bartholomeu H. de Moraes.

Viterbo, Joaquim de Santa Rosa. 1798-1799. Elucidario das palavras, termos e frases que em portugal antigamente se usaram e que hoje se ignoram. 2e éd. Lisbonne, A.J. Fernandes Lopes, 1865.

Wilheim, Jorge. 1965. São Paulo Metrópole 1965. Subsídio para seu piano director. São Paulo, Difel.

Wolff, Silvia Ferreira Santos. 1997. « O bairro do Jardim América e sua arquitetura ». Mémoire de qualification au doctorat, fau-usp.

Cartographie

Bresser, C.A. ca. 1840. « Mapa da cidade de São Paulo e seus subúrbios feita por Ordem do Ex. Sr. Presidente Marechal de Campo Manoel Fonseca Lima e Silva », in São Paulo Antigo. Plantas da Cidade, São Paulo, Comissão do IV Centenário da cidade de São Paulo, 1954.

Cardim, Gomes. 1897. « Planta Geral da Capital de São Paulo », in São Paulo Antigo. Plantas da Cidade, São Paulo, Comissão do IV Centenário da cidade de São Paulo, 1954.

Cardoso, João Pedro. 1914. « Planta geral da cidade de São Paulo. Com indicações diversas organizada pela Comissão Geographica e Geológica » (Biblioteca Nacional [ci-après BN], Rio de Janeiro).

Cococi, Alexandre Mariano & Luiz Frutuoso Costa. 1905. « Planta Geral da Cidade de S. Paulo. Adoptada pela Prefeitura Municipal para uso de suas Repartições. Eng. da Comissão Geographica e Geológica » (BN, Rio de Janeiro).

— 1913. « Planta Geral da Cidade de São Paulo », Cia. Lith. Hartmann-Reichenbach (BN, Rio de Janeiro).

Diretoria de Obras e Viação. 1916. « Planta da cidade de São Paulo levantada pela divisão cadastral da 2a seção », Lith. Hartmann-Reichenbach (BN, Rio de Janeiro).

Martin, Jules. 1890. « Planta da Capital do Estado de São Paulo e seus arrabaldes », in São Paulo Antigo. Plantas da Cidade, São Paulo, Comissão do IV Centenãrio da cidade de São Paulo, 1954.

[Saboya, Arthur]. 1929. « Planta da cidade de São Paulo, levantada e organizada pela 7a Seção da Diretoria de obras e Viação, Prefeitura municipal quando Pref. O do Rio e Diretor de Obras o eng. Arthur Saboya », 1929, folhas 01 à 04 (BN, Rio de Janeiro).

[São Paulo Tramway Light and Power]. 1927. « Planta da cidade de S. Paulo e municipios circunvizinhos organizado pela repartição de Eletricidade da The São Paulo Tramway Light and Power », décembre 1926, modifiée en juin 1927, São Paulo, Comp. Ypiranga (BN, Rio de Janeiro).

Notes

1 Plusieurs réformes de l’orthographe de la langue portugaise étant intervenues au long du xxe siècle, nous avons pris le parti de transcrire les mots dans la forme où ils paraissent dans les documents. Villa, comme tous les mots comprenant « ll », devient vila à la suite de la réforme de 1943.

2 Licia do Prado Valladares (1983) a publié un premier bilan critique des recherches qui ont traité de la periferia au long des années 1970. Sa bibliographie détaillée signale comme premières contributions sur le thème les travaux des architectes et sociologues attachés à la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université de São Paulo (fau-usp), tels que Maricato, Sampaio, Bonduki et Rolnik. La notion se fixe, cependant, avec la publication de l’ouvrage collectif dirigé par Erminia Maricato (1979).

3 Il continuera d’être utilisé par des spécialistes jusqu’à la fin du xixe siècle. Voir Jardim 1875 : tabela ; Freitas & Macedo 1875 : 11 et 20 ; Doncher, Laureys & Bonjean 1892 : 42.

4 Biblioteca Nacional, Rio de Janeiro, Seção de Iconografia.

5 Voir, par exemple, Candido 1851 : 6 et 11 en ce qui concerne Rio de Janeiro et la loi de 1858 sur les impôts sur la constructions de cimetières à São Paulo (citée in Telles 1875 : 14).

6 Voir, par exemple, Pillar 1845 en ce qui concerne Rio de Janeiro.

7 Le mot n’apparaît pas dans le textes des règlements municipaux approuvés pour Rio en 1830, 1836 et 1848 (Código de posturas… 1886) ni dans le texte de Henrique de Beaurepaire Rohan, daté de 1843. Pour São Paulo, on ne le trouve pas non plus dans la série de règlements approuvés (lois de 1837, 1866, 1868, 1870, 1871, 1873, 1875 et 1878) et ni même dans celui de 1886 (Código de posturas… 1886) analysé ci-après. Voir également Telles 1875 et Souza & Ribeiro 1898.

8 Par exemple, bairros figure dans les rapports sur les services urbains pour désigner les quartiers périurbains de Botafogo et Catumbi (Relatório do engenheiro fiscal… 1873 : 72-73) et dans les débats sur le second grand plan de « réformes » (désormais appelé de melhoramentos) pour la ville de Rio de Janeiro proposé en janvier 1875 (Souto 1875).

9 Backheuser 1906 et Januzzi 1909 publient des décrets et rapports qui permettemt d’observer l’évolution des expressions concernant les formes nouvelles d’habitation destinées aux couches populaires.

10 Backheuser, ingénieur municipal lui aussi, dresse un bilan des débats depuis le congrès de Paris de 1889 sur l’intervention des pouvoirs publics en matière d’habitations économiques et pose la question du « socialisme d’État » et du socialisme municipal (1906 : 55-57 et 125). Il considère ce dernier comme un recours face aux initiatives encore timides de l’initiative privée. Backheuser montre aussi qu’au début du siècle de nombreux réformateurs à Rio étaient opposés à ce que la population ouvrière soit éloignée du centre-ville – comme c’était de plus en plus le cas à São Paulo.

11 Estado de São Paulo, 1er septembre 1915.

12 Du moins jusqu’à ces dernières décennies. En effet, la construction d’une nouvelle polarité opposant periferia et condomínio a fait que vila commence à perdre sa connotation péjorative. Ainsi, d’anciennes Villas situées à proximité des quartiers-jardins ou du centre sont investies comme quartiers bourgeois et accueillent de nouveaux types d’habitat comme, déjà dans les années 1950 et 1960, Villa Mariana et, au cours des années 1980 et 1990, Villa Nova Conceição. Ce phénomène s’était produit auparavant avec deux autres Villas (Villa América et Villa Tupy) qui, du fait de leur proximité avec Jardim América, furent renommées Jardim Paulista ou, simplement, Jardins.

13 Estado de São Paulo, 1er septembre 1915.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Villa Buarque (vers 1906).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 2. Plan de São Paulo et de ses arrabaldes (1890). « Planta da Capital do Estado de São Paulo e seus arrabaldes ». Par Jules Martin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Fig. 3. Villa operária de la Companhia Vidraria Santa Marina (en 1911-1917).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 4. Higienópolis, Villa Penteado (vers 1906).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 5. Plan du Jardim America (dessiné en 1915-1916). « City of São Paulo Improvements & Freehold Co. Ltd. Jardim America. Projectado por Barry Parker & Raymond Unwin, FE.R.I.B.A. »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

Auteur

Margareth Da Silva Pereira, historienne de l'architecture et de la ville, Universidade Federal do Rio de Janeiro

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable