Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

II. Le choc de l'expansion occidentale

Réformer et nommer les divisions de la ville à Tokyo : machi et ku depuis la Restauration Meiji*

Yorifusa Ishida

Texte intégral

  • * Le traducteur remercie vivement Guillaume Carré, historien de la période d Edo, pour son aide génér (...)

1Au Japon, les divisions des villes, leurs caractéristiques et les noms qui leur furent donnés ont profondément changé au cours des deux derniers siècles, en même temps que les structures sociales et les systèmes d’administration des zones urbaines. On examinera ici le cas de Tokyo depuis la Restauration Meiji (1868), ce qui nous conduira à évoquer Edo – nom de Tokyo dans la période féodale – car une des tâches importantes du gouvernement Meiji fut de remplacer son ancien système de divisions urbaines par un système moderne d’administration.

  • 1 Le mot ku (littéralement « division ») étant au centre de cette étude, il ne sera pas traduit. Les (...)
  • 2 Dans ce qui suit, « secteur » sera exclusivement employé pour traduire l’anglais area, le terme le (...)
  • 3 On rendra par « bourgeois » les habitants des machi-chi, ou chônin (littéralement « habitant d’un c (...)

2La réforme réalisée entre 1869 et 1878 consista pour l’essentiel en deux mesures. D’une part furent instaurés pour la première fois des districts administratifs (ku) qui découpaient le territoire urbain de façon uniforme et continue1. D’autre part, de plus petites divisions (machi) qui n’existaient jusque-là que dans les secteurs2 de la ville où résidaient les habitant ayant le statut de bourgeois3 furent généralisées en même temps que furent abolies les différences de statut juridique des sols et des personnes. Au cours de ce processus, certains noms anciens de parties de la ville furent parfois conservés alors qu’étaient redéfinis les espaces qu’ils désignaient, d’autres disparurent ou furent transformés, tandis qu’étaient aussi forgés de nombreux noms nouveaux. À l’intérieur du cadre radicalement réformé introduit à l’époque Meiji, il y eut, tout au long du xxe siècle, une série d’autres changements administratifs avec lesquels les manières dont les habitants se représentaient et nommaient les parties de Tokyo ne purent que se modifier.

Les divisions d’Edo : statuts du sol et des hommes

  • 4 Pour une vue d’ensemble de l’urbanisation d’Edo, voir par exemple Naitô 1966, Ichikawa 1994 et jinn (...)

3Au milieu du xixe siècle, Edo, la capitale du shogunat, était une vaste métropole de plus d’un million d’habitants et d’environ 56 km2 de superficie4. Son territoire était réparti en trois catégories de sols selon la classe de population qui y résidait : les secteurs des guerriers (buke-chi), ceux des temples et sanctuaires (jisha-chi) et ceux des bourgeois (machi-chi). Chaque catégorie de population et de sols était administrée par des institutions d’autogouvernement spécifiques que réunissait seulement leur commune soumission au gouvernement du shogun et dont les territoires de compétence étaient parfois fragmentés et imbriqués comme un puzzle. Une exception à la correspondance entre statut des sols et statut des personnes était les monzen-machi (littéralement « ville en face de la porte d’un temple ou sanctuaire », que l’on rendra par « ville de temple ») : bien que ces secteurs soient inclus dans jisha-chi, leurs résidents appartenaient à la classe des bourgeois (chônin) et ils furent placés en 1745 sous la juridiction des prévôts (machi-bugyo) qui administraient les bourgeois et les sols machi-chi.

  • 5 Kôji signifie « rue étroite » et Daimyô-kôji (littéralement « rue des daimyôs ») désignait le quart (...)
  • 6 Les buke-chi couvraient 3 865,3 ha (68,58 % de la superficie totale), les jisha-chi 879,9 ha (15,61 (...)

4Dans la plus grande partie d’Edo, en particulier dans les secteurs centraux, chaque catégorie de sols formait de vastes surfaces groupées et continues. Il en était ainsi dans Daimyô-kôji5, où étaient situées les demeures principales (kami-yashiki) des daimyôs les plus puissants et qui correspond au secteur de Marunouchi d’aujourd’hui. Il en était de même dans Nihonbashi et Kyôbashi où étaient concentrées les boutiques des grands marchands. Dans d’autres parties de la ville, particulièrement dans ses secteurs périphériques, les trois catégories de sols étaient entremêlées et formaient comme une mosaïque. On a évalué que, à la fin de la période d’Edo, les buke-chi occupaient environ environ 70 % de la superficie de la ville, les jisha-chi et les machi-chi environ 15 % chacun6.

5À Edo, le sol appartenait exclusivement au shogunat, les occupants des terrains ne disposaient en principe que de droits d’usage et toute transaction sur les terrains était interdite. Dans les secteurs des bourgeois, cependant, il existait une propriété foncière de fait, attestée par des titres nommés koken, et les occupants pouvaient vendre ou hypothéquer leur droit d’usage du sol. Il y avait des cartes cadastrales de machi-chi appelées koken-ezu (littéralement « carte des titres fonciers »).

Les structures urbaines duales d’Edo

  • 7 On estime la densité moyenne des machi-chi à 673,19 habitants à l’hectare, celle des buke-chii 168, (...)

6La structure urbaine d’Edo était duale à de nombreux égards (Ishida 1991). Tandis que les secteurs des bourgeois avaient une très haute densité – d’environ 600 habitants par hectare –, la densité des secteurs des guerriers était relativement basse, notamment pour ceux où résidaient les daimyôs7. En outre, à l’intérieur de chacun des secteurs, ceux des bourgeois comme ceux des guerriers, la structure urbaine était duale.

7Les secteurs des bourgeois (machi-chi) étaient généralement divisés en îlots carrés de cent mètres de côté, eux-mêmes découpés en parcelles sur rue d’environ neuf mètres de profondeur (omote-chi) et parcelles arrière (ura-chi). Les premières étaient occupées par de riches marchands et les secondes bâties de maisons à loyers (ura-nagaya) de basse qualité et de haute densité où habitaient les pauvres.

  • 8 Voir des exemples dans Terashima 1991 et Fujimoto 1990.

8Dans les secteurs des guerriers (buke-chi), il y avait aussi une structure duale qui opposait les résidences des daimyôs (daimyô-yashiki) et celles des guerriers de classe inférieure dont une grande part relevait directement du shogun. Sur les cartes détaillées d’Edo publiées à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, une résidence de daimyô apparaît comme un domaine bâti d’un seul tenant. Cependant, ces résidences couvraient souvent plusieurs hectares et comprenaient de nombreuses parties distinctes, depuis le palais du daimyô (goten) jusqu’aux longs casernements (nagaya) des guerriers de classe inférieure, et elles étaient parcourues de nombreuses rues et ruelles. La résidence d’un daimyô n’était rien d’autre qu’une petite ville dans la ville et présentait, elle aussi, une structure duale8.

Les divisions d’Edo et les noms de lieux

  • 9 Par exemple, aujourd’hui, dans gakkai (milieux universitaires) ou zaikai (milieux d’affaires).

9Deux types de divisions urbaines étaient en usage dans le langage commun d’Edo. Le mot kaiwai, utilisé surtout en composition pour former des toponymes, ne désignait pas une division de l’espace reconnue par les autorités, mais des secteurs plus ou moins vastes dont les noms étaient connus de tous (Ishida 1996). Le kanji kai signifie « limite » ou « frontière », ainsi que l’espace inclus à l’intérieur de celle-ci, et, dans certains contextes, peut signifier aussi « société ou groupe de personnes »9. Quant au kanji wai, il signifie originellement l’état d’un espace à la topographie compliquée et dépourvue de perspective et, par dérivation, un secteur urbain fermé sur lui-même et difficile à observer de l’extérieur. Kaiwai ne renvoie donc pas à une fraction d’espace urbain en général, mais plutôt à une partie de ville, plus ou moins étendue, qui a son individualité propre sans avoir toujours de limites nettement établies. Les noms des kaiwai d’Edo dérivaient d’anciens noms de lieux ou de villages – comme Kanda ou Komagome, qui deviendront tous deux plus tard des noms de ku – ou parfois indiquaient la méthode utilisée pour urbaniser le secteur – comme Tsukiji, qui signifie littéralement « terre artificielle », récupérée sur la mer.

  • 10 Le japonais fut d’abord une langue parlée et les caractères chinois (kanji) importés au ve siècle c (...)

10Les machi, d’autre part, catégories formelles du droit et de l’administration urbaine, n’existaient que dans les secteurs des bourgeois (machi-chi), ce qui avait pour conséquence que 85 % de la superficie d’Edo n’avait pas de nom de machi. Le mot machi de la langue parlée peut être écrit aujourd’hui de sept façons associées à des significations différentes10. Dans l’une de ses formes écrites, son kanji peut être lu tantôt machi, tantôt chô.

  • 11 Dans l’ancien Kyoto, on appelait ho un ensemble de quatre chô, et hou un ensemble de quatre ho (Nai (...)

11Historiquement, chô désignait l’unité urbaine élémentaire dans les secteurs des bourgeois. À Kyoto aux viiie et ixe siècles, c’était un îlot carré entouré de murs mesurant 121,21 mètres de côté11, avant de désigner au xvie siècle l’espace situé de part et d’autre d’une rue ou d’une ruelle. À Edo, le chô mesurait 109 mètres de côté et les chô commencèrent à être numérotés en 1590 dans les machi de Nihonbashi. Ces sections numérotées s’appellent chôme, mot composé de chô et me, le kanji me étant dans ce cas le suffixe des nombres ordinaux. Par conséquent, 1-chôme (itchôme) signifie le premier îlot de 109 mètres et, par exemple, Hongô-itchôme la première partie, longue d’environ un chô, de l’avenue Hongô-dôri. Le mot chôme, utilisé originellement pour indiquer la localisation de sections de machi le long d’une même rue, désigna ensuite des sections de machi lorsque ceux-ci étaient très étendus.

  • 12 NdT. On rendra monzen-machi par « ville de temple ».

12Quant à machi, ce mot était surtout utilisé aux xve et xvie siècles pour caractériser de petites agglomérations qui avaient diverses origines et fonctions : jôka-machi (ville seigneuriale, littéralement « ville sous le château »), minato-machi (« ville port »), monzen-machi (« ville en face d’un temple »12) distincte de jinai-chô (« ville temple »), ichiba-machi (« ville marché ») ou shukuba-machi (« ville relais de poste »). Machi sera ainsi longtemps en usage pour désigner une catégorie d’agglomération de population distincte de la ville (shi) aussi bien que du village (mura) et en général dotée d’institutions d’autogouvernement. En outre, à Edo et dans les grandes métropoles, machi était utilisé pour désigner les secteurs de l’agglomération urbaine réservés à la classe des chônin, les marchands et artisans (ou « bourgeois », « gens de la ville ») placés au bas de la hiérarchie sociale. Dans ce contexte, machi désignait donc une division élémentaire de l’espace urbain, ce qui le rapprochait de chô. Mais cette « ville dans la ville », si l’on veut, était, à l’époque d’Edo, exclusivement associée à un statut juridique particulier des habitants et des sols. D’où l’opposition du langage commun entre shitamachi, la ville basse ou des petites gens, et yamanote, la ville haute ou ville des grands.

13Les noms des machi-chi dérivaient de la profession principale de leurs habitants, de leur région ou ville d’origine, du nom du fondateur ou du daimyô qui avait fait construire le secteur. On trouvait ainsi à Edo plusieurs Tansu-machi ou « machi des fabricants de coffres » – l’un d’entre eux existant encore aujourd’hui dans le ku de Shinjuku. Il y avait aussi Owari-chô, qui correspond aujourd’hui à une partie de Ginza yon-chôme et donne son nom à un carrefour, et qui reçut son nom du domaine du daymio responsable de son urbanisation – Owari étant l’ancien nom de la région de Nagoya (Noguchi 1997 : 4-10).

  • 13 Une carte d’Edo au 1/3000 fut publiée en 1670 et fut la base de nombreuses cartes détaillées publié (...)

14Dans la période d’Edo, furent publiées à diverses reprises de superbes cartes détaillées gravées sur bois appelées kiri-ezu (littéralement « cartes divisées »)13. Sur ces cartes figuraient les secteurs des bourgeois avec leur nom de machi et, dans les secteurs des guerriers et des temples, était mentionné le nom de l’occupant : un seigneur féodal (daimyô), un vassal direct du shogun (hatamoto), un groupe de guerriers, et le nom du temple ou du sanctuaire. Les villes de temple étaient mentionnées par le nom de l’édifice religieux suivi de monzen (littéralement « en face de la porte ») (voir illustration de couverture).

15Comment les résidences des guerriers étaient-elles désignées dans la conversation ou dans les écrits, alors qu’elles n’avaient pas de nom de machi ? On en trouve des exemples dans un manuscrit de Saitô Gesshin, Bukô-Nenpyô (Chronologie d’Edo), achevé en 1878 et résultant d’une compilation de documents de la période d’Edo. Lorsque sont énumérés avec précision des incendies qui eurent lieu dans des résidences de guerriers, on rencontre trois solutions : le nom des occupants suivi du nom communément utilisé du kaiwai ; le nom des occupants suivi de celui d’un repère connu, comme un pont, une porte ou une pente ; enfin, le nom des occupants, parfois un groupe de guerriers, suivi du nom d’un machi voisin. Cette dernière solution était principalement utilisée lorsqu’il s’agissait d’un secteur de guerriers de classe inférieure, dont le nom ne figurait généralement pas sur les kiri-ezu. Ainsi, le grand tremblement de terre de l’ère Ansei du 2 octobre 1855, qui détruisit une partie des buke-chi, était décrit de la façon suivante :

  • 14 Yashiki, dans ce cas, est un pluriel et signifie « résidences ». Kumi signifie littéralement « grou (...)

Le secteur de guerriers [buke-chi] voisin du pont de Ryûkeibashi à Koishikawa brûla ; l’incendie éclata dans la demeure de Matsudaira Awaji [nom d’un daimyô] dans Teppôzu ; la demeure du seigneur Mizuno dans Hamachô fut réduite en cendres ; la résidence de groupe de guerriers [kumi-yashiki]14 voisine de Ishihara-chô [nom d’un machi] et d’autres s’effondrèrent et furent brûlées (Saitô 1977 : 147-153).

Réformes de l’administration et des divisions de la métropole au début de l’Ère Meiji (1868-1872)

  • 15 Il fut d’abord nommé Edo-fu (juillet 1868), puis Tokyo-fu (septembre 1868) lorsque le nom de la vil (...)

16En 1868, immédiatement après la Restauration Meiji, fut créé un « gouvernement de Tokyo » (Tokyo-fu) avec à sa tête un gouverneur nommé par le centre15. Cette institution eut d’abord pour seule fonction de se substituer au système administratif des bourgeois et pour seul territoire de compétence les anciens machi-chi, tandis que les secteurs des guerriers et ceux des temples étaient placés sous la juridiction du gouvernement central. Dans l’ensemble du pays, des « départements » furent créés – appelés fu à Tokyo, Kyoto et Osaka, et ken ailleurs – mais ils coexistèrent avec les domaines féodaux (han) jusqu’à ce que, en août 1871, le gouvernement central annonce l’abolition de ces derniers et leur remplacement par des départements, réforme qui fut nommée haihan chiken (littéralement « suppression des han et établissement des ken »). Les gouverneurs des nouveaux départements étaient nommés par le gouvernement central, principalement parmi les hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, ce qui faisait du gouvernement de Tokyo une branche de ce dernier plutôt qu’une autorité locale. Ce système resta en vigueur jusqu’en 1947.

  • 16 Dans les premières années de la restauration Meiji, le gouvernement s’attribua les anciens impôts e (...)

17Le système administratif féodal hérité du shogunat présentaient de graves inconvénients du point de vue de ceux qui voulaient mettre en place une administration moderne. Il y avait un organisme distinct pour chaque catégorie de sol, il n’existait pas de divisions administratives et pas de noms de machi pour 85 % de la superficie de la ville, autant d’obstacles sérieux à l’introduction d’un nouveau système fiscal et du système moderne d’enregistrement des familles et des terrains qui en était la condition16. Dans diverses villes de la période d’Edo – mais pas à Edo même – ces fonctions administratives étaient remplies non par des magistrats du shogunat, mais par des institutions locales appelées machi-kaisho (conseil de machi-chi ou bureau des bourgeois). Le gouvernement de Tokyo s’attacha donc à résoudre trois problèmes : étendre sa juridiction aux anciens buke-chi et jisha-chi, diviser le territoire de la ville en districts administratifs de taille convenable et donner des noms de machi aux anciens buke-chi et jisha-chi.

Fixation des limites de Tokyo et instauration de cinquante ku numérotés (1869)

  • 17 Par la suite, ces limites connurent des modifications répétées mais légères, de sorte que la superf (...)
  • 18 On rendra dans ce qui suit shubiki-nai par « zone urbaine » et shubiki-gai par « zone rurale » – so (...)

18En avril 1869, les limites de Tokyo furent fixées en suivant celles d’Edo17. Le nouveau gouvernement (Tokyo-fu) fut donc divisé en une partie urbaine, que l’on appela shubiki-nai (littéralement « à l’intérieur de la ligne rouge ») et une partie rurale, shubiki-gai (« à l’extérieur de la ligne rouge »)18. Dans la zone rurale, les anciennes circonscriptions furent maintenues : les machi (villes ou bourgs) et mura (villages) restèrent des institutions autogouvernées et les gun (comtés) furent placés sous l’autorité de trois préfectures (ken) nouvellement créées.

19La zone urbaine, en revanche, fut divisée par le bureau préfectoral en cinquante districts administratifs appelés ku (littéralement « division ») ou ban-gumi (littéralement « groupe ou district numéroté »). On a pu dire que ce système visait à introduire des districts autogouvernés qui assumeraient les fonctions des anciens machi, avec une population standard de 10 000 habitants (Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 2 : 119-144). La norme fut appliquée avec peu d’exceptions : en moyenne, un ku ou ban-gumi comprenait 19,6 machi, 2 412 ménages et 10 074 personnes, le plus vaste ban-gumi (n° 5) ayant 14 872 habitants et le plus petit (n° 17) 3 701. La numérotation fut opérée de façon systématique : elle commençait à Nihonbashi Hon-chô, le secteur commercial le plus prospère, puis, tournant dans le sens des aiguilles d’une montre, contournait le palais impérial, franchissait la rivière Kanda-gawa, passait sur l’autre rive de la rivière Sumida-gawa et finalement s’arrêtait à Yoshiwara, le quartier de plaisir, considéré comme illégal et hors des limites urbaines. Comme on l’a indiqué plus haut, ce système s’appliquait seulement aux anciens secteurs des bourgeois (machi-chi) et laissait de côté les anciens buke-chi et jisha-chi, qui avaient été placés sous le contrôle du gouvernement central.

20Pour chaque ban-gumi fut créé un bureau appelé machi-yô toriatsu-kai-sho (littéralement « bureau responsables des services du machi ») à la tête duquel furent nommés des toshi-yori (littéralement « anciens », par extension « personne expérimentée ou administrateur »). Ces administrateurs étaient considérés à la fois comme des représentants des habitants et des officiels rémunérés par le gouvernement de Tokyo. Ils formaient une hiérarchie en quatre rangs, depuis les responsables de plusieurs ban-gumi jusqu’à ceux qui avaient la charge d’un ou plusieurs machi et qui étaient généralement des administrateurs de maisons de rapport de basse catégorie (yanushi) ou des agents de propriétaires immobiliers (sahai).

Fig. 1. Changements des limites des machi et des noms de machi : le cas de Ginza (1880-1969). 1a : Années 1880 ; 1b : Années 1930 ; 1c : Après l’introduction du système de numérotation des îlots et des maisons en 1969.

Fusions de machi (1869)

  • 19 Les descriptions qui suivent sont principalement basées sur Takeuchi 1978. Sur les kiri-ezu d’Edo, (...)

21Peu après la création des cinquante ku, le bureau préfectoral de Tokyo procéda en juin 1869 à une réorganisation des machi-chi et monzenmachi en fusionnant des petits machi. II en résulta la disparition de nombreux noms traditionnels de la période d’Edo, en général ceux des machi les moins anciens, notamment dans les zones de réinstallation (kae-chi ou dai-chi) où avaient été déplacés des habitants chassés par un incendie ou par l’ouverture de rues ou d’espaces libres. On évoquera quelques exemples de noms de machi éliminés en 186919.

22Minami-abura-chô, un très petit machi bordé par une rue latérale dans le ku de Nihonbashi, fut fusionné avec Kawaseishi-chô et perdit son nom. Le mot abura signifie huile, ce qui laisse supposer que le quartier avait quelque chose à voir, au moins à l’origine, avec ce produit. Un autre machi qui comportait abura dans son nom, Tôri-abura-chô, et qui s’étendait de part et d’autre d’une rue commerçante prospère, conserva en revanche son nom jusqu’en 1932.

23Il y avait deux Hamamatsu-chô dans la période d’Edo, respectivement situés dans les secteurs communément appelés Kanda et Shiba, qui devinrent des noms de ku en 1878. Hamamatsu était le nom du château où résidait le premier shogun avant qu’il ne s’installât à Edo en 1590. Kanda-hamamatsu-chô, un très petit machi créé au début du xixe siècle, fut rattaché à Kanda-iwamoto-chô et perdit son nom. Ce ne fut pas le cas de Shiba-hamamatsu-chô, un grand machi-chi bordant la route de Tokaidô, qui fut divisé en quatre chôme et conserve encore son nom aujourd’hui.

24Hatchôbori-kinroku-chô avait été créé en 1724 comme une petite zone de réinstallation (dai-chi) pour la population d’une partie de Kyôbashi-kinroku-chô transformée en espace coupe-feu (hiyoke-chi). Ce secteur fut fusionné avec un machi voisin et perdit son nom. Le nom de machi Kinroku-chô était aussi utilisé par ailleurs dans le ku de Kyôbashi et le resta jusqu’en 1931.

  • 20 Sur la reconstruction après le grand incendie de 1872, voir Inagaki 1979 : 120-128 et Fujimori 1982 (...)

25Shin-ryôgae-chô, littéralement « chô du nouveau marché des changeurs », n’était pas un petit machi qui aurait été regroupé avec un autre plus important. Il reçut néanmoins le nom de Ginza, qui était communément utilisé pour désigner le secteur dans la période d’Edo (fig. 2). La reconstruction qui suivit le grand incendie de 1872 en fera un secteur de grands bâtiments de brique à l’occidentale (Ginza-renga-gai) et le nom de Ginza deviendra le symbole du secteur commercial moderne20.

26Le résultat de ces fusions de 1869 fut la réduction à 982 du nombre des machi, avec une population moyenne de 521,9 habitants et une superficie moyenne de 0,91 hectare (Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 2 : 133-144). En décembre 1870, furent nommés 218 administrateurs de machi (machi toshiyori) rémunérés par le gouvernement de Tokyo et généralement choisis parmi les agents des propriétaires.

Abolition des buke-chi et jisha-chi et généralisation des machi (1869-1872)

27En décembre 1869, l’administration des secteurs de guerriers et des secteurs de temples et sanctuaires fut transférée du gouvernement central à celui de Tokyo. Lorsque en 1872 commença l’enregistrement des titres fonciers et que fut mise en application la loi d’enregistrement des familles, il devint nécessaire de donner un nom de machi et des numéros de parcelles aux anciens buke-chi et jisha-chi, à l’exception de quelques villes de temple dispersées (monzen-machi) qui avaient été réorganisées en 1869 et avaient déjà reçu alors des noms de machi. Le nombre des machi augmenta donc considérablement, passant de 982 en 1869 à 1385 en 1872 (ibid. : 377-380).

28La partie centrale de Tokyo correspondait à six ku parmi les quinze qui couvraient le territoire de la ville dans l’organisation des ku qui prévaudra après 1878. Si l’on utilise ces unités spatiales, on peut comparer l’évolution du nombre des machi dans chacun de ces ku centraux à l’issue des réformes du début de l’ère Meiji (tableau 1).

Tableau 1. Nombre de machi dans le centre de Tokyo

Tableau 1. Nombre de machi dans le centre de Tokyo

– : indéterminé.

Source : Takeuchi 1978.

29À Nihonbashi et Kyôbashi se trouvaient des machi-chi anciens qui remontaient au début de la période d’Edo et ceux-ci furent pour la plupart maintenus en conservant leur nom lors de la réforme des premières années Meiji. Il y avait aussi des terrains plus récents récupérés sur la mer qui étaient pour la plupart buke-chi, avec quelques machi-chi dispersés. Tandis qu’à Nihonbashi les buke-chi furent généralement incorporés dans les machi-chi voisins, à Kyôbashi la plupart des buke-chi furent expropriés pour l’usage du gouvernement et les machi qui y furent créés couvraient de vastes surfaces et reçurent de nouveaux noms.

30Kôjimachi et la partie occidentale de Kanda étaient principalement formés de buke-chi, d’où l’importante augmentation du nombre de machi après 1872.

31Shitaya et Asakusa, où se trouvaient de nombreux temples et sanctuaires grands et petits, comprenaient toutes les catégories de sols urbains : jisha-chi, monzen, buke-chi et machi-chi. En outre, ces deux ku créés en 1878 comprenaient des secteurs situés auparavant hors de la limite de la ville (shu-biki-gai) où les sols étaient classés hyakushô-chi (littéralement « terres de paysans »). Le processus de création de machi y fut particulièrement complexe. Les noms de machi donnés aux anciens secteurs ruraux désormais inclus dans la zone urbaine (shubiki-nai) furent tantôt celui de l’ancien village (mura), tantôt celui d’une section de village (ko-aza).

Attribution de noms de machi aux anciens buke-chi et jisha-chi (1872)

  • 21 Ônawa-chi veut dire un îlot loué à un groupe de guerriers de classe inférieure et subdivisé en parc (...)

32Le problème de l’attribution d’un nom de machi se présentait et fut résolu de façon différente selon qu’il s’agissait de constituer en machi une ou plusieurs résidences de daimyô, un grand temple ou sanctuaire, ou bien un secteur résidentiel de guerriers (ônawa-chi21), ou encore un secteur de temples et sanctuaires, ou enfin d’amalgamer un ancien buke-chi ou jisha-chi à un machi-chi voisin dont il suffisait alors de conserver le nom. On évoquera quelques exemples de noms de machi attribués en 1872 (Takeuchi 1978).

33Koishikawa-chô fut le nom de machi donné au vaste site de la demeure principale (kami-yashiki) des Tokugawa de Mito – l’une des trois maisons apanagées Tokugawa parmi lesquelles étaient choisis les shoguns – qui fut exproprié par le gouvernement central et transformé en usine de munitions. Le nouveau nom était celui d’un ancien village situé dans le secteur et fut utilisé jusqu’en 1964.

34On donna le nom de Kioi-chô au machi formé de quatre fameuses résidences de daimyôs, dont celles des Tokugawa de Kishû, des Tokugawa d’Owari et des Ii de Hikone. Le nom de Ki-o-i fut formé des premières lettres des noms de ces trois daimyôs. Ce secteur aussi fut exproprié et utilisé par l’empereur pour loger les membres de sa famille. Cas exceptionnel, les limites et le nom de ce machi furent conservés jusqu’à aujourd’hui, alors que le secteur est désormais couvert par des hôtels, des immeubles de bureau et un campus universitaire.

35Eiraku-chô était le nom de machi attribué à un secteur (la partie nord du Marunouchi actuel) occupé dans la période d’Edo par plusieurs résidences de daimyôs, qui fut exproprié par le gouvernement central. Après le grand tremblement de terre de Kantô et la reconstruction qui suivit, ce secteur reçut en 1929 les nouveaux noms de Marunouchi itchôme et Marunouchi nichôme.

36Un autre secteur occupé pendant la période d’Edo par la résidence d’un daimyô et des habitations de guerriers de classe inférieure (ônawa-chî) fut loti après la Restauration Meiji par le daimyô – du nom de Abe Masatsugu – qui divisa sa vingtaine d’hectares en parcelles à construire qu’il mit en location. Le secteur reçut pour nom de machi Komagome Nishikata-machi. Komagome était le nom d’un ancien village des débuts d’Edo qui fut donné au ku où se trouvait le secteur. Le nom de Nishikata-machi (littéralement « machi du côté ouest de la rue ») dérive de celui du machi voisin. Celui-ci, qui s’appelait Kata-machi (littéralement « machi d’un côté de la rue »), absorba en 1869 et 1872 des villes de temple voisines et plusieurs petits temples et reçut alors le nouveau nom de Komagome Higashi-kata-machi (littéralement « machi du côté est de la rue »).

37Dans un autre cas, des terres de guerriers furent annexées au machi voisin Esashi-chô. Celui-ci figure sur une carte détaillée de 1853 sous le nom de Naka-tomisaka-chô, une note précisant qu’il était communément appelé Esashi-chô. Ce nom désignait peut-être la profession des habitants dans la période d’Edo, car esashi était le nom de métier des oiseleurs qui capturaient de petits oiseaux à l’aide d’un mât garni de glu, pour la nourriture des faucons d’élevage. En 1942, les limites de Koishikawa Esashi-chô furent modifiées et son nom historique disparut. Ce secteur correspond aujourd’hui à une partie de Tomisaka itchôme et de Kasuga sanchôme.

38Ueno-kouenchi (littéralement « terrain pour le parc d’Ueno ») est le nom de machi qui fut donné en 1872 à un jisha-chi de la période d’Edo où étaient situés le temple Kan’eiji, un temple de la famille du shogun, et d’autres petits temples. Ce nom de machi fut changé en 1924 en Ueno-onshi-kouen (littéralement « le parc d’Ueno offert par l’empereur ») et, finalement, en 1964, en Ueno-kouen (« parc d’Ueno ») dans Taito-ku.

39Le machi de Asakusa Matsuba-chô couvre un secteur situé à l’ouest du célèbre temple de Senjôji (nommé Asakusa Kannon) où de nombreux temples se trouvaient dans la période d’Edo. La formation de ce nouveau machi s’opéra en deux temps. Les sols du secteur étaient principalement jisha-chi et comprenaient des monzen-machi (villes de temple), mais il y avait aussi des machi-chi et buke-chi dispersés, de sorte que les trois catégories de sols de la période d’Edo y étaient entremêlées. Asakusa Matsuba-chô fut d’abord institué en 1869 par la réunion de plusieurs villes de temple dispersées et de très petits secteurs de bourgeois qui avaient chacun son nom de machi. En 1872, y furent réunies les terres de nombreux temples et de terres de guerriers, ces dernières très fragmentées en comparaison avec les terres des daimyôs. Le nom de Matsuba-chô fut utilisé jusqu’en 1965, date à laquelle ce machi devint une partie de Matsugaya-chô dans le ku de Taitô.

Stabilisation et évolution du système des ku

40L’organisation des divisions administratives de Tokyo resta instable au début de la Restauration Meiji jusqu’à ce que le gouvernement de Tokyo introduise en novembre 1878 une division en quinze ku, en application de la loi d’organisation des comtés et municipalités (gunku-chouson hen-sei-hô) promulguée la même année. Le système des quinze ku instauré alors fut maintenu jusqu’en 1932, quand la ville fut agrandie jusqu’à ses limites actuelles et le nombre de ku porté à trente-cinq. Le nombre et les limites des quinze ku de l’ancienne zone urbaine (kyû-shi) restèrent toutefois inchangés pour l’essentiel jusqu’à ce que le gouvernement métropolitain de Tokyo réorganise en 1947 les trente-cinq ku pour les réduire à vingt-trois.

Vers la stabilisation du système administratif : les quinze ku (1878)

41Les réformes de la période 1871-1898 permirent à la fois de remplacer le système d’administration féodale par des divisions territoriales uniformes et centralisées, et d’introduire finalement une forme limitée d’autonomie municipale à Tokyo.

42La loi sur l’enregistrement des familles (koseki-hô) – ou état civil – fut promulguée en mai 1871 et le gouvernement central mit en place dans tout le pays un registre des familles géré par de nouvelles administrations territoriales nommées ku. Le système comportait deux niveaux : dai-ku (littéralement « grand ku ») et shô-ku (littéralement « petit ku »), les ku créés en 1869 devenant des shô-ku. Les officiels nommés par les gouverneurs pour administrer ces deux types de districts, appelés respectivement ko-chô (chef de ku) et fuku-ko-chô, se virent attribuer la responsabilité de toutes les affaires locales. Ce nouveau système centralisé rompait nettement avec l’administration locale féodale : les noms et limites des anciens comtés (gun), bourgs (machi) et villages (mura) furent supprimés, les anciennes divisions furent fusionnées et redécoupées et un numéro fut donné à chacune des nouvelles.

43Dans le gouvernement de Tokyo, le nombre et les limites des grands ku et des petits ku furent plusieurs fois réajustés jusqu’à ce qu’en 1874 il y eût sept grands ku et soixante-dix-sept petits ku à l’intérieur de la zone urbaine (shubiki-nai) et cinq et trente-trois respectivement à l’extérieur de celle-ci (shubiki-gaî). Les grands ku, qui étaient numérotés en partant du centre et en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre – comme les arrondissements à Paris – comprenaient deux autres niveaux de divisions territoriales : ainsi, le Dai-ku n° 1 (Dai-ichi dai-ku), qui correspondait au centre de Tokyo, était divisé en seize petits ku et 374 machi. En 1876, le bureau préfectoral de Tokyo édicta des règles d’administration des ku (ku-mu kokoroe) et le système des ku commença à ressembler à un système d’administration locale (Fujihara, Imai & Ohe 1972 : 34-35 ; Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 2 : 145-164).

44En 1878 fut adoptée une nouvelle législation composée de trois lois : sur l’organisation des comtés et municipalités (gun-ku chô-son hensei ho), sur l’assemblée de fu (faken-kai hô) et sur la fiscalité locale (chihô-zei hâ). C’était l’époque où un mouvement libéral et démocratique actif réclamait du gouvernement central une Constitution et l’élection de la Diète nationale, et les réformes de 1878, tout en modernisant et centralisant le système d’administration locale au profit du gouvernement central, démocratisèrent et décentralisèrent le pouvoir au profit des mouvements de citoyens.

  • 22 Certains shô-ku furent séparés de dai-ku existants pour former les quatre nouveaux ku : sept formèr (...)

45En application de la loi, le système des dai-ku et shô-ku fut supprimé en novembre 1878 et le territoire du gouvernement de Tokyo réorganisé en quinze districts (ku) à l’intérieur des limites urbaines et six comtés (gun) à l’extérieur. La zone urbaine de Tokyo fut alors rebaptisée ku-bu, littéralement « la zone des ku » (fig. 2). Une assemblée du fu de quarante-neuf membres fut élue et les représentants des quinze ku de la zone urbaine furent réunis dans une assemblée spéciale appelée kubu-kai (« réunion sectionnelle des ku ») qui remplit l’office d’assemblée municipale de Tokyo (Ishikuza & Narita 1986 : 41-45 ; Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 2 : 798-803 ; Ishida 1987 : 69-108). Des assemblées furent élues un peu plus tard dans les ku de la zone urbaine, ainsi que dans les bourgs (machi) et villages (mura) de la zone rurale. Les nouveaux ku, plus petits que les anciens dai-ku mais beaucoup plus grands que les anciens shô-ku22, avaient désormais le double caractère de départements du gouvernement de Tokyo et de municipalités aux pouvoirs limités. Bien que le droit de vote fût limité aux propriétaires fonciers, le gouverneur nommé par le gouvernement central et les administrateurs des ku par le gouverneur, une première étape de la démocratisation et de la modernisation de l’administration locale était réalisée et stabilisée pour un long moment. Au gouvernement de Tokyo comme dans les ku, il demeurait cependant des tensions entre l’assemblée élue et le chef nommé (Tokyo-to Kôbunsho-kan 1984 ; Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 2 : 783-807).

46La loi sut l’organisation des villes (shi), bourgs et villages (chôson, soit l’ensemble constitué par machi et mura) promulguée en 1888 (shi-sei chôson-sei ho) permettait à toutes les villes, à tous les bourgs et villages de devenir des municipalités avec une assemblée et un chef élus. Les trois métropoles : Tokyo, Kyoto et Osaka étaient toutefois régies par un système d’exception (tokubetsu-shi-sei) qui, à Tokyo, disposait que le gouverneur du fu, nommé par le gouvernement central, remplirait les fonctions de maire de la ville. Dans ce contexte, les assemblées de ku (ku-kai) organisées par le gouvernement de Tokyo eurent une importance très limitée (Ishikuza & Narita 1986 : 52-53 ; Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 2 : 1369-1388). Ce système d’exception fut aboli en 1898 après de longues et rudes campagnes de l’opposition. L’assemblée municipale de Tokyo désigna alors le premier maire élu de Tokyo, Michio Matsuda. Mais si le caractère municipal de la ville de Tokyo s’affirma, celui des ku s’affaiblit et ceux-ci devinrent de plus en plus des divisions purement administratives (gyôsei-ku). La zone urbaine prend le nom de Tokyo-shi (« la ville de Tokyo ») en 1889 et le gardera jusqu’en 1943.

Extension de la zone urbaine et création de vingt nouveaux ku (1932)

47Dès la fin du xixe siècle, l’urbanisation déborda les limites de la zone urbaine de Tokyo – qui correspondait à l’ancienne Edo – pour se répandre dans les bourgs (machi) et villages (mura) suburbains et, lorsque la loi d’urbanisme de 1919 fut promulguée, elle ne s’appliquait pas seulement à la zone urbaine de Tokyo, mais aussi aux secteurs extérieurs en cours d’urbanisation. Cette expansion fut considérablement accélérée par les destructions causées à la zone bâtie par le grand tremblement de terre du Kantô en 1923.

  • 23 En 1936, deux villages du comté de Kitatama, Kinuta et Chitose, qui avaient été inclus dans la zone (...)

48En 1932, après un long débat, la ville de Tokyo annexa quatre-vingt-deux bourgs (machi) et villages (mura) appartenant à cinq comtés (gun) où l’expansion urbaine était très rapide (Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 5 : 629-644). La ville de Tokyo devint ainsi une vaste mérro-pole dont la surface était de 554 km2 et dont la population atteignait 5,51 millions23d’habitants. Elle commence alors à être communément appelée Dai-tokyo (« le grand Tokyo »), tandis que l’ancienne zone urbaine était appelée kyû-shi et la nouvelle – qui coïncidait approximativement avec le territoire d’application de la loi d’urbanisme de 1919 – shin-shi.

49Aux quinze anciens ku, dont les noms et les limites ne changèrent pas malgré la forte diminution de leur population depuis le tremblement de terre, furent ajoutés vingt nouveaux ku, soit un total de trente-cinq. Décider des limites et des noms des nouveaux ku fut une tâche difficile et controversée. La règle générale fut de diviser le territoire des cinq anciens comtés en districts ayant une population de 140 000 à 200 000 habitants. Dans la plupart des cas, les noms des nouveaux ku dérivaient d’un ancien nom de province ou de comté – comme Kamata ou Adachi respectivement, utilisés l’un et l’autre depuis des temps très anciens – ou du nom d’une rivière qui y coule – comme Arakawa, l’ancien nom de la rivière Sumida-gawa. Jôtô-ku (littéralement « à l’est du château »), en revanche, reçut son nom de sa localisation par rapport au palais impérial.

50Les ku de la ville de Tokyo n’étant pas des autorités locales mais des subdivisions du gouvernement de Tokyo, les quatre-vingt-deux municipalités annexées perdirent leur autonomie. Lorsqu’en juillet 1943 le régime de guerre supprima le gouvernement (Tokyo-fu) et la ville de Tokyo (Tokyo-shi) pour les remplacer par la métropole de Tokyo (Tokyo-to), les habitants perdirent en outre leur maire élu au suffrage indirect depuis 1898, tandis que les ku étaient aussi privés de toute autonomie (Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 5 : 1209-1225).

Réduction du nombre des ku à vingt-trois (1947)

  • 24 Il s’agit de Nerima qui fut alors séparé de Itabashi.

51En mars 1947, après la fin de la Seconde Guerre mondiale et juste avant la promulgation de la loi sur l’autonomie locale, le gouvernement métropolitain de Tokyo réorganisa les trente-cinq ku pour les réduire à vingt-deux, un vingt-troisième s’y ajoutant en août de la même année24 (fig. 3). La population des quinze ku centraux de l’ancienne zone urbaine avait beaucoup diminué à la suite des changements d’usage du sol et des destructions provoquées par la guerre : elle n’était plus en 1945 qu’un cinquième de celle d’avant guerre. La réorganisation des ku visait à obtenir une population d’environ deux cent mille habitants par ku et les ku de l’ancienne zone urbaine annexèrent des secteurs adjacents pour s’approcher de ce nombre. Il y eut aussi des fusions de ku dans l’ancienne zone urbaine : ainsi Kanda et Kôjimachi formèrent Chiyoda, Akasaka, Azabu et Shiba formèrent Minato. Les noms des nouveaux ku furent choisis au terme de laborieux compromis qui firent disparaître de nombreux noms traditionnels comme Kanda, Fukagawa, Nihonbashi, Kyôbashi et d’autres. Un cas particulièrement absurde est celui du ku résultant de la fusion de Ômori et de Kamata, qui portaient deux anciens noms de provinces : il fut appelé Ôta, nom qui ne signifie rien mais est formé de deux kanji empruntés aux noms des ku qui avaient fusionné, soit Ômori et Kamata.

  • 25 L’élection des chefs de ku fut supprimée en 1952, puis restaurée en 1974.

52La loi sur l’autonomie locale (chihô-jichi hô) d’avril 1947 institua pour Tokyo un système spécial (tokubetsu ku-sei) qui accordait aux ku de la capitale une autonomie relativement plus large qu’ailleurs, notamment avec l’élection des chefs de ku (ku-chô). Les campagnes pour ériger les ku en véritables municipalités n’ont cependant pas cessé depuis25.

Machi et noms de machi au xxe siècle

53Si les machi, divisions urbaines fines, ont existé à Tokyo de façon permanente depuis la période d’Edo jusqu’à aujourd’hui, leurs caractéristiques, leurs limites et leurs noms ont été souvent modifiés. Ces changements répétés intervinrent parfois à l’occasion d’opérations d’urbanisation ou de rénovation urbaine, mais aussi à la suite d’évolutions démographiques résultant de changements d’usage du sol ou pour les besoins de l’administration.

Fig. 2. Limites des quinze ku de Tokyo (1878).

Fig. 3. – Limites des vingt-trois ku de Tokyo (1947).

Les machi et la reconstruction après le grand tremblement de terre de Kantô (1923)

54Les opérations de remembrement urbain (tochi kukakuseiri jigyô), outils majeurs de l’extension et de la rénovation urbaines au Japon, visent à amé-liorer le tracé des rues et à mieux adapter les formes des îlots et parcelles aux usages du sol attendus et aux nouveaux bâtiments. Ces opérations s’accompagnent de changements dans les limites et noms de machi et les numéros de parcelles (chômei chiban seiri), procédure complexe et coûteuse lorsqu’elle n’accompagne pas une opération de remembrement.

55Le grand tremblement de terre qui frappa la région du Kantô – et donc Tokyo et Yokohama – le 1er septembre 1923 causa des destructions très sévères et la reconstruction qui suivit entraîna des changements importants dans les secteurs centraux de Tokyo. Les projets de remembrement urbain et la reconstruction touchèrent environ 3 600 hectares, soit 46 % de la superficie de la zone urbaine. La résidence et le commerce de détail reculèrent au profit des bureaux et du grand commerce, la population diminua, les structures des machi changèrent profondément et de nombreux anciens noms de machi disparurent : on peut dire que le tremblement de terre de 1923 fut la fin d’Edo.

56Le cas de Ginza illustre clairement ce processus d’agrandissement des machi, de réduction de leur nombre et de disparition de leurs noms, seuls demeurant les plus fameux ou favorables. En 1923, Ginza comprenait vingt-six machi, cinq d’entre eux étant eux-mêmes divisés en sections numérotées (chôme), au nombre de quinze au total, soit en tout trente-six unités élémentaires. Après le tremblement de terre et bien que le tracé des rues et la forme des îlots fussent restés presque inchangés dans ce secteur, le programme de redéfinition des numéros de parcelles et des noms de machi (chômei chiban seiri) aboutit à réduire le nombre de machi à deux, qui furent nommés Ginza et Ginza-nishi, chacun étant divisé en huit sections numérotées (chôme). Le nombre des unités élémentaires qui divisaient le ku fut donc réduit à seize, soit 44 % de leur nombre antérieur (Noguchi 1997 : 12-13 et 300-301) (fig. 1b). De même, dans les ku de Nihonbashi et de Kyôbashi, le nombre de machi passa respectivement de 145 et 154 en 1878 à 73 et 132 en 1940 (tableau 1).

57En 1940, les opérations de remembrement urbain, de changements de noms de machi et de nouvelle numérotation des parcelles qui suivirent le tremblement de terre de 1923 venaient juste de s’achever. Jusqu’à la réorganisation en vingt-trois ku de 1947, le nombre des machi changea peu dans l’ancienne zone urbaine et augmenta sensiblement dans la nouvelle (tableau 2).

Tableau 2. Nombre de machi avant et après la guerre

Tableau 2. Nombre de machi avant et après la guerre

* : estimation.

Source : Ishizuka & Narita 1986.

58Dans l’ancienne zone urbaine, toutefois, la partie orientale du ku de Yotsuya, qui n’avait pas été touché par les opérations des années 1920 et 1930, connut une vaste consolidation de machi qui en réduisit le nombre de trente-cinq à treize (Takeuchi 1978 : 869). De nombreux noms historiques disparurent à cette occasion, comme Tansu-machi, Oshi-chô et Ôban-chô. Les noms donnés aux nouveaux machi furent souvent produits en accolant deux kanji empruntés aux noms des anciens machi fusionnés, ce qui donnait des noms sans signification, mais qui entrèrent ensuite dans l’usage commun. Ainsi le nouveau nom de machi Daikyô-chô fut composé de kanji présents dans Ukyô-machi et Ôban-chô, deux noms utilisés depuis 1872, celui d’un guerrier et celui d’un groupe de guerriers qui vivaient dans le secteur à l’époque d’Edo. Le nouveau nom combinant les deux kanji ô et kyô peut être lu Ôkyô-chô, mais il peut l’être aussi d’une autre façon : le kanji qui signifie « grand » peut en effet être lu ô dans la prononciation indigène, mais aussi dai dans la prononciation phonétique, d’où Daikyô. Dans d’autres cas, les nouveaux noms de machi furent choisis de façon à changer un nom défavorable en un nom favorable. Ainsi plusieurs machi fusionnés, parmi lesquels Tani-machi (littéralement « machi dans une vallée », et figurativement « machi sans lumière du soleil »), reçurent le nom de Wakaba-chô (littéralement « machi des jeunes feuilles », et figurativement « machi au futur brillant »).

59Dans la nouvelle zone urbaine, l’augmentation significative du nombre des machi était le résultat d’accroissements dans certains ku et de diminutions dans d’autres. À Edogawa, par exemple, il y avait 172 machi en 1932 quand le ku fut institué par la fusion de trois bourgs (machi) et de quatre villages (mura), mais il n’y en avait plus que 82 en 1938, soit deux tiers de leur nombre six ans auparavant. La diminution fut respectivement de 29 % et 25 % dans les anciens bourg et village de Komatsugawa et de Kasai, où avaient été donnés aux machi, notamment dans le secteur de l’ancien village de Kasai-mura, des noms de ko-aza, anciennes petites sections de village qui désignaient des champs de riz, désormais asséchés pour être construits. En revanche, le nombre de machi fut multiplié par 2,8 dans le ku de Mizue et augmenta aussi de façon importante dans le secteur Nagasaki de Toshima-ku et dans Itabashi-ku où l’urbanisation et la croissance de la population étaient très rapides (ibid. : 801 et 791).

60De façon générale, les noms historiques des machi de faible taille, mais familiers depuis très longtemps aux habitants, disparurent au profit de machi plus vastes dotés de noms célèbres ou favorables et divisés, lorsqu’ils étaient trop vastes, en de nombreuses sections numérotées (chôme).

Introduction du système de numérotation des îlots et des maisons (jûkyo-hyôji) (1962)

61En 1962, la loi sur le système d’identification des maisons (jûkyo-hyôji hou) fut promulguée, qui introduisait une numérotation des îlots et des maisons afin d’identifier facilement chacune de celles-ci. Ce système fut progressivement appliqué à Tokyo et fut une occasion de réajuster les limites des machi et d’en changer les noms. On peut toutefois douter que le système des adresses de Tokyo permette d’y trouver une maison facilement (WuDunn 1996). Les changements de nom opérés alors s’inspiraient des mêmes principes que ceux des années 1940 décrits plus haut : des noms défavorables furent remplacés par des noms favorables et les noms de machi célèbres utilisés pour désigner des secteurs plus vastes qu’auparavant.

62Ainsi, Yoshikubo-chô (dans le ku de Meguro) reçut le nouveau nom de Higashi-ga-oka et fut divisé en deux sections numérotées (chômé). Le nom de Yoshikubo, qui signifie littéralement « dépression ou basse terre où poussent les roseaux », était utilisé depuis le Moyen Âge et avait été gardé malgré une opération de remembrement urbain des années 1930. Quant à Higashi-ga-oka, il signifie « les collines à l’est » (sous-entendu du ku de Meguro). Avant l’urbanisation des années 1930 les habitants du secteur, pour la plupart agriculteurs, vivaient au pied de la colline ou à proximité des rizières le long d’un ruisseau, c’est-à-dire sur des terres basses (kubo). Les nouveaux venus, principalement des cadres du secteur tertiaire, habitaient, en revanche, en haut des collines (oka). Le changement de nom du machi symbolisait sans doute ces changement de population, mais avait aussi pour effet de remplacer un nom défavorable par un autre favorable. De nombreux noms de machi traditionnels mais défavorables disparurent ainsi lorsque fut introduit le système de numérotation des îlots et maisons.

63À l’inverse, des noms de machi célèbres et désirables furent empruntés par des secteurs voisins. Il en fut ainsi avec le nom de Ginza qui était apparu dans la période d’Edo comme un autre nom de Shin-ryôgae-chô et était devenu un nom officiel de machi en 1869. Peu à peu, les secteurs dont le nom de machi incluait le mot Ginza s’étendirent et se multiplièrent. En 1930, lorsque furent achevés le remembrement urbain et la reconstruction du secteur, le machi de Ginza fut agrandi vers le sud le long du boulevard Ginza-dôri et un nouveau machi nommé Ginza-nishi fut créé à l’est du secteur reconstruit. En 1951 l’ancien Kobiki-chô reçut le nom de Ginza-higashi et, finalement, la mise en œuvre du système de numérotation des îlots et maisons conduisit à fusionner les trois machi sous le nom unique de Ginza, le nouveau machi étant divisé en huit sections (chôme) numérotées du nord au sud (fig. 1c).

Machi et chônai-kai

64Il est nécessaire d’aborder, même brièvement, la question complexe des rapports entre machi et chônaikai, ou associations de voisinage (Ishizuka & Narita 1986 : 254-258 ; Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1979, 5 : 956-1010 et 1329-1332). À l’époque féodale, le machi était une unité spatiale au sein de laquelle les habitants avaient des relations sociales fortes et il a gardé depuis le double caractère de communauté d’habitants et d’unité élémentaire de contrôle administratif. Déjà à l’époque d’Edo, on disait que le ôya (littéralement « propriétaire des maisons locatives », en réalité le représentant de celui-ci) était un administrateur local bienveillant et le père des habitants, mais en même temps il surveillait ceux-ci, car il constituait l’échelon de base de l’office des prévôts chargés des secteurs des bourgeois (machi bugyô-sho). Au début de l’époque Meiji, cet aspect du machi fut conservé et utilisé par le gouvernement pour contrôler les habitants de l’ancienne capitale du shogun.

65Les relations sociales entre habitants du machi étaient entretenues par une sorte d’association participant aux rituels d’un sanctuaire, souvent nommée chôkai ou chônai-kai, qui existe encore aujourd’hui mais a perdu son importance administrative. En 1937, lorsque le Japon commença une guerre d’agression contre la Chine, le gouvernement central et celui du fu de Tokyo commencèrent à réorganiser les chônai-kai et à mettre en place, à une échelle plus fine encore, des groupes de voisins (tonari-gumi). Chônai-kai et tonari-gumi devinrent rapidement les institutions chargées de mobiliser la population sur le front intérieur pour participer à l’effort de guerre. En 1941, il y avait 2 347 chôkai à Tokyo, soit presque autant que de machi, et 110 762 tonari-gumi, chacun de ces derniers organisant en moyenne 61 habitants (tableau 3).

Tableau 3. Machi, chôkai et tonari-gumi (1941)

Tableau 3. Machi, chôkai et tonari-gumi (1941)

Source : Ishizuka & Narita 1986.

66Après la guerre, ces associations furent considérées comme des produits du fascisme et du militarisme et abolies en avril 1947 sur ordre du quartier général des troupes d’occupation américaines. Cet ordre fut annulé en 1953 et les chônai-kai revinrent peu à peu à la vie. Ils existent toujours comme associations semi-officielles auxquelles adhèrent la plupart des habitants et ils ont le double caractère d’amicales de résidents et de délégations du gouvernement local.

Le présent et le futur des ku et machi

67Dès le début de la période Meiji, le gouvernement central et celui du fu de Tokyo se sont efforcés de mettre en place des divisions urbaines adaptées à une administration locale moderne. Elles comprenaient deux niveaux : le machi prolongeait une divison urbaine traditionnelle des secteurs des bourgeois de la période d’Edo, tandis que le ku était une division nouvelle introduite par le gouvernement central.

68Le terme ku est utilisé depuis l’époque Meiji, mais ses caractères ont substantiellement changé depuis les origines jusqu’au système actuel (tokubetsu-ku). Avant l’époque Meiji, des noms traditionnels étaient communément attachés à des secteurs de la ville que l’on n’appelait pas ku, mais kaiwai. La réforme de 1869 introduisit un système de divisions administratives désignées par des numéros (ku ou ban-gumi), comme pour écarter les noms historiques des kaiwai et affimer une volonté de modernisation. Il en fut de même avec le système des grands et petits ku (dai-ku et shô-ku) de 1871. Le caractère purement bureaucratique des ku fut contesté dès l’origine et, peu à peu, leurs fonctions d’autogouvernement ont pris de l’importance, jusqu’aux tokubetsu-ku actuels. Un problème est celui du volume de la population administrée par les ku. Dans le système des ku numérotés de 1869, la population moyenne d’un ku était de 10 000 habitants, dans le système de quinze ku de 1878, elle passa à 100 000 et dans le système de 1947 à 200 000. Aujourd’hui, la population du plus vaste tokubetsu-ku dépasse 800 000 habitants, ce qui est presque la population de Tokyo dans les années 1870. Les gouvernements de certains tokubetsu-ku ont divisé leur territoire en plusieurs secteurs plus petits, appelés chiku ou jûku, dont la population se compte en dizaines de milliers. Ce n’est rien d’autre que le début d’un programme qui vise à ériger le tokubetsu-ku actuel en un gouvernement local indépendant (seirei-shitei-toshi) qui comprendrait plusieurs divisions administratives (gyôsei-ku).

  • 26 Soit l’adresse : « Moegino 25-7, Aoba-ku, Yokohama 227-0044 ». Elle peut être exprimée entièrement (...)

69À la différence du ku, division plus vaste et plus administrative, le machi présente des caractéristiques d’unité de voisinage ou de communauté. À l’origine, le machi avait pour base des relations sociales étroites dans un secteur urbain de taille réduite et son nom symbolisait cette identité communautaire. Ses réorganisations successives furent entreprises en vue de mieux l’adapter aux nécessités de l’administration, notamment celles de l’enregistrement foncier, de l’enregistrement des familles, du service postal et du système de police. Deux moments importants de ce processus furent le programme de redéfinition des noms de machi et de numérotation des parcelles (chômei chi-ban seiri) qui a suivi le remembrement urbain des années 1920 et 1930, puis l’introduction en 1962 du système de numérotation des îlots et maisons (jûkyo-hyôji). Le nouveau système de codes postaux à sept chiffres introduit en février 1998 correspond exactement à la division en machi et, si l’on en croit le ministre des Postes et Télécommunications, toute adresse peut être exactement donnée sous forme numérique : numéro de la section du machi, numéro de l’îlot, numéro de la maison26. Ces dispositifs n’ont pas manqué de modifier la conscience que les citadins pouvaient avoir de leur voisinage.

70Les noms historiques traditionnels des machi ont peu à peu disparu au profit de noms plus fameux ou plus favorables, mais moins distinctifs. Le nombre des machi n’a pas fortement diminué, mais beaucoup de noms de machi ont été remplacés par des sections numérotées (chôme). Les noms des associations de voisinage (chôkai ou jichi-kai) diffèrent d’ailleurs souvent de ceux des machi.

71Il existe dans la société urbaine japonaise des divisions spatiales bien plus petites que le machi que nous ne détaillerons pas ici : ainsi le mukô-sangen ryô-donari, qui renvoie à des relations de face-à-face entre voisins immédiats et signifie littéralement cinq ménages : trois de l’autre côté de la ruelle et deux à droite et à gauche du même côté. Une notion de très petite division urbaine existe encore aujourd’hui dans les unités appelées han ou kumi et dans les associations de voisinage (chônai-kai ou jichi-kai). Bien que ces unités soient devenues informelles avec la Restauration Meiji, certaines d’entre elles ont pu jouer un rôle comme unité élémentaire d’administration des populations. C’est apparemment le cas des gonin-gumi (littéralement « groupe de cinq personnes ») à l’époque d’Edo et des tonari-gumi (littéralement « groupe de voisins ») pendant la Seconde Guerre mondiale.

72La question des divisions urbaines est actuellement discutée chez les professionnels de l’administration urbaine du point de vue de la participation des citadins à la gestion locale. Les ku, divisions administratives les plus vastes, ont une population trop nombreuse pour qu’elle puisse participer à la discussion des problèmes d’administration locale, malgré le fait que le chef du ku (ku-chô) et son assemblée soient élus. Dans la plupart des ku, les autorités organisent des réunions pour informer la population des plans généraux (sôgô-keikaku ou kihon-keikaku) et en discuter les options. En outre, dans certains ku, de nouvelles divisions, appelées chiku ou jûku, ont été instituées pour faciliter de tels débats et une antenne de l’administration du ku a été installée dans chacune d’elles. Par ailleurs, dans les secteurs concernés par un plan de rénovation ou de réhabilitation de détail (machi-dukuri), une participation plus directe des citadins est recherchée. Bien que ces secteurs opérationnels correspondent souvent à un machi, parfois à deux, les associations amicales conventionelles comme les chônai-kai ou jichi-kai sont considérées comme peu adaptées pour débattre des problèmes. Dans de nombreux cas récents, une nouvelle organisation nommée chiku-kyôgi-kai (« conférence de district » ou « conseil de communauté ») a été mise sur pied dans ce but. Elle réunit en général les dirigeants des associations locales et des volontaires, les organisateurs de campagnes sur les sujets en discussion et les spécialistes qui résident dans le secteur. Leurs fonctions, modalités de fonctionnement et efficacité sont encore largement en débat (Nawata 1998), mais il est possible qu’un âge nouveau de décentralisation et de participation fasse naître de nouvelles divisions urbaines.

Références bibliographiques

Edo Kiri-ezu no Sekai [Le monde des belles cartes des districts d’Edo]. 1998. Tokyo, Shin-jinbutsu-ôraisha.

Fujihara Akira, Imai Seiichi & Ohe Shinobu (éd.). 1972.Kindai Nihon-shi no Kiso-chishiki [Encyclopédie de l’histoire moderne du Japon]. Tokyo, Yûhikaku.

Fujimori Terunobu. 1982. Meiji no Tokyo Keikaku [La planification urbaine à Tokyo dans l’ère Meiji]. Tokyo, Iwanami-shoten.

Fujimoto Tsuyoshi. 1990. Uzumoreta Edo – Toudai chika no daimyô yashiki [Edo enfoui – La demeure de daimyô sous l’Université de Tokyo]. Tokyo, Heibon-sha.

Ichikawa Hiroo. 1994. « The Evolutionary Process of Urban Form in Edo/Tokyo to 1900 », Town Planning Review, vol. 65 : 179-196.

Inagaki Eizô. 1979. Nihon no Kindai-Kenchiku, [Architectures modernes japonaises, vol. 1]. Tokyo, Kashima-shuppankai.

Ishida Yorifusa. 1987. Nihon Kindai-Toshikeikaku-shi Kenkyû [Études sur l’histoire de la planification urbaine moderne au Japon]. Tokyo, Kashiwa-shobou.

1988. « Chronology on Urban Planning in Tokyo, 1868-1988 », in Ishizuka, Hiromichi & Ishida, Yorifusa (éd.), Tokyo : Urban Growth and Planning, 1868-1988. Tokyo, Tokyo Metropolitan University (Center for Urban Studies).

1991. « Achievements and Problems of Japanese Urban Planning : Ever Recurring Urban Dual Structures », Comprehensive Urban Studies, vol. 43 : 5-19.

1996. « Japanese Equivalent for French “Quartiet” in Professional and Popular Languages ». Kogakuin Daigaku Kenkyûhôkoku [Report of Kogakuin University], n° 81 : 213-220.

Ishizuka Hiromichi & Narita Rûichi. 1986. Tokyo-to no Hyakunen [Cent ans de la métropole de Tokyo]. Tokyo, Yamakawa Shuppan.

Jinnai Hidenobu. 1995. Tokyo : A Spatial Anthropology. Traduit par Kimiko Nishimura. Berkeley, University of California Press.

Naitô Akira. 1966. Edo to Edo-jyou [Edo et le château d’Edo]. Tokyo, Kashima Shuppankai.

Nawata Korehiko. 1998. Komyunitii no Hou-riron [Le principe juridique de communauté]. Tokyo, Sôbunsha.

Noguchi Kôichi. 1997. Ginza Monogatari [Histoire de Ginza]. Tokyo, Chûou-Kôronsha.

Saitô Gessin. 1977. Bukô Nenpyô [Chronologie de Tokyo, 1590-1873]. Édité par Kaneko, Mitsuharu. Tokyo, Heibonsha.

Suzuki Masao. 1976. Edo to Jôkamachi [Edo et la ville sous le château]. Tokyo, Shin-jinbutsu Ourai-sha.

Takeuchi Rizou (éd.). 1978. Kadokawa Nihon Chimei Jiten : 13 Tokyo-to [Dictionnaire des noms de lieux, vol. 13 : Tokyo métropole]. Tokyo, Kadokawa-shoten.

Terashima Kouichi. 1991. « Kaga-han Edo-hantei Ato no Hakkutsu » [Les fouilles de la demeure de Kaga-han à Edo], in Edo Iseki Kenkyûkai (éd.), Yomigaeru Edo [Edo ressucité]. Tokyo, Shin Jinbutsu-ôrai-sha : 23-53.

Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai [Comité éditorial de l’histoire centenaire de Tokyo] (éd.). 1979a. Tokyo Hyakunen-shi, Dai 2 kan [Histoire centenaire de Tokyo, vol. 2].Tokyo, Gyousei.

1979b. Tokyo Hyakunen-shi, Dai 5 kan [Histoire centenaire de Tokyo, vol. 5].Tokyo, Gyousei.

1980. Tokyo Hyakunen-shi, Dai 6 kan, Nenpyou [Histoire centenaire de Tokyo, vol. 6, Chronologie]. Tokyo, Gyousei. Tokyo-to Kôbunsho-kan [Archives métropolitaines de Tokyo]. 1984. Shichôson-sei to Tokyo [La mise en œuvre du système municipal à Tokyo]. Tokyo, Tokyo-to [Gouvernement métropolitain de Tokyo].

WuDunn Sherryl. 1996. « Tokyo : Where Streets Are Noodles », New York Times International, 16 Juillet.

Yamori Kazuhiko. 1974. Toshi-zu no Rekishi – Nihon-hen [Histoire des cartes ut haines japonaises]. Tokyo, Kôdan-sha.

Notes

* Le traducteur remercie vivement Guillaume Carré, historien de la période d Edo, pour son aide généreuse et compétente.

1 Le mot ku (littéralement « division ») étant au centre de cette étude, il ne sera pas traduit. Les caractéristiques de cette unité administrative changeant au cours du temps, l’auteur propose trois traductions successives en anglais : district de 1869 à 1878, ward de 1878 à 1947 (ce sont alors des départements administratifs du gouvernement de Tokyo, ce type de ku étant appelé gyôsei-ku, littéralement « ku administratif ») et borough depuis 1947 (ce sont alors de quasi-municipalités, ce type de ku étant appelé tokubetsu-ku, littéralement « ku spécial »). On pourrait le rendre en français par « arrondissement ». (NdT.)

2 Dans ce qui suit, « secteur » sera exclusivement employé pour traduire l’anglais area, le terme le plus neutre pour désigner une partie ou région de l’espace, utilisé par l’auteur notamment pour rendre le japonais chi. Le kanji chi signifie « terre », « terrain, sol » ou « lieu ». (NdT.)

3 On rendra par « bourgeois » les habitants des machi-chi, ou chônin (littéralement « habitant d’un chô ») : ce sont les « gens de la ville », marchands ou artisans, par opposition aux guerriers et aux prêtres d’une part, aux paysans de l’autre. Le mot machi ne sera pas traduit. (NdT.)

4 Pour une vue d’ensemble de l’urbanisation d’Edo, voir par exemple Naitô 1966, Ichikawa 1994 et jinnai 1995.

5 Kôji signifie « rue étroite » et Daimyô-kôji (littéralement « rue des daimyôs ») désignait le quartier où étaient concentrées les demeures des daimyôs. Dans l’ancien Kyoto, la largeur standard des kôji fut fixée au xe siècle à 12,12 mètres et celle des ôji (« rue large ») à 24,24 mètres et plus.

6 Les buke-chi couvraient 3 865,3 ha (68,58 % de la superficie totale), les jisha-chi 879,9 ha (15,61 %) et les machi-chi 891,3 ha (15,81 %) (Naitô 1966 : 133).

7 On estime la densité moyenne des machi-chi à 673,19 habitants à l’hectare, celle des buke-chii 168,16 et celle des jisha-chi à 56,82, mais les chiffres de population eux-mêmes sont incertains (Naitô 1966 : 133-138). Au début des années Meiji, un des machi issus d’un ancien secteur de bourgeois avait une densité de 1 180 habitants à l’hectare (Ishida 1987 : 71).

8 Voir des exemples dans Terashima 1991 et Fujimoto 1990.

9 Par exemple, aujourd’hui, dans gakkai (milieux universitaires) ou zaikai (milieux d’affaires).

10 Le japonais fut d’abord une langue parlée et les caractères chinois (kanji) importés au ve siècle constituèrent son premier système d’écriture. Deux systèmes d’écriture syllabique furent introduits plus tard, hiragana et katakana, qui donnent seulement la prononciation des mots. Toutefois, si la langue comporte des accents, elle ne comporte pas, comme le chinois, des tons qui permettent de distinguer des mots semblables. Il y a donc en japonais de nombreux mots prononcés de la même façon mais qui n’ont pas le même sens. En outre, la plupart des kanji peuvent être lus selon la prononciation phonétique dérivée du chinois ou selon la prononciation indigène. Par conséquent, pour déterminer la signification exacte d’un mot, il faut souvent connaître à la fois le kanji au moyen duquel il est écrit et la prononciation de celui-ci.

11 Dans l’ancien Kyoto, on appelait ho un ensemble de quatre chô, et hou un ensemble de quatre ho (Naitô 1966 : 118).

12 NdT. On rendra monzen-machi par « ville de temple ».

13 Une carte d’Edo au 1/3000 fut publiée en 1670 et fut la base de nombreuses cartes détaillées publiées ensuite, celles appelées Edo kiri-ezu datant de la seconde partie du xviiie siècle. Les plus belles et célèbres d’entre elles – qui faisaient figurer les noms des daimyôs, des chefs militaires, des temples et sanctuaires – furent publiées plusieurs fois dans les années 1840 et 1850 par Kingodou et Owariya (Yamori 1974 : 149-160). Voir, en illustration de couverture, les secteurs d’Edo d’après un kiri-ezu publié par Owariya en 1857 (ici, une partie de Atoga-hita). Le blanc représente les secteurs de guerriers (buke-chi), le rouge les secteurs de temples et sanctuaires (jisha-chi), le gris les secteurs de citadins (machi-chi), l’orange les rues, places et ponts, le vert les bois, rives, terrains d’équitation, pépinières et le bleu l’eau.

14 Yashiki, dans ce cas, est un pluriel et signifie « résidences ». Kumi signifie littéralement « groupe » et, dans ce cas, « groupe de guerriers » (de classe inférieure). Il y avait de nombreux kumi, par exemple les kobushin-gumi (kumi modifié par une liaison) : « groupe de guerriers du génie » ou les sakite-gumi : « groupe de guerriers de l’avant-garde ».

15 Il fut d’abord nommé Edo-fu (juillet 1868), puis Tokyo-fu (septembre 1868) lorsque le nom de la ville fut changé en Tokyo (« capitale de l’Est »). Nous donnerons toutes les dates dans le calendrier solaire, bien que celui-ci n’ait remplacé le calendrier lunaire qu’à la fin de 1872. Chronologie établie à partir de : Ishida 1988 ; Tokyo Hyakunen-shi Henshû-iinkai 1980 : 6 ; Ishikuza et Narita 1986 : 10-15. NdT : On conviendra de traduire fu (département spécial créé seulement à Tokyo, Kyoto et Osaka) par « gouvernement » et ken par « département ».

16 Dans les premières années de la restauration Meiji, le gouvernement s’attribua les anciens impôts en nature prélevés par les daimyôs. Ce n’est qu’à partir de 1872 et de l’attribution de certificats de propriété que put être levé un impôt immobilier qui constituera environ 70 % des ressources de l’État en 1890.

17 Par la suite, ces limites connurent des modifications répétées mais légères, de sorte que la superficie de la ville ne changea guère jusqu’en 1932, date où elle fut étendue à celle qu’elle a encore aujourd’hui.

18 On rendra dans ce qui suit shubiki-nai par « zone urbaine » et shubiki-gai par « zone rurale » – sous-entendu « du gouvernement de Tokyo » (Tokyo-fu). (NdT.)

19 Les descriptions qui suivent sont principalement basées sur Takeuchi 1978. Sur les kiri-ezu d’Edo, voir Edo Kiri-ezu… 1998.

20 Sur la reconstruction après le grand incendie de 1872, voir Inagaki 1979 : 120-128 et Fujimori 1982 : 1-44.

21 Ônawa-chi veut dire un îlot loué à un groupe de guerriers de classe inférieure et subdivisé en parcelles à construire. Dans ce cas, ô signifie « grand », nawa « règle à mesurer » et chi « terrain ». Par conséquent ônawa-chi veut dire un groupe de terrains mesurés en commun.

22 Certains shô-ku furent séparés de dai-ku existants pour former les quatre nouveaux ku : sept formèrent Nihonbashi, six Kyôbashi, trois Kanda et trois autres Kôjimachi.

23 En 1936, deux villages du comté de Kitatama, Kinuta et Chitose, qui avaient été inclus dans la zone couverte par la loi de planification urbaine dès 1922 mais restaient en dehors de la nouvelle zone urbaine, furent inclus dans celle-ci et incorporés au ku de Setagaya.

24 Il s’agit de Nerima qui fut alors séparé de Itabashi.

25 L’élection des chefs de ku fut supprimée en 1952, puis restaurée en 1974.

26 Soit l’adresse : « Moegino 25-7, Aoba-ku, Yokohama 227-0044 ». Elle peut être exprimée entièrement par des chiffres : « 227-0044 25-7 ». « 227 » signifie : « bureau de poste du ku de Aoba à Yokohama » ; « 0044 » : « machi de Moegino » ; « 25 » est le numéro d’îlot et « 7 » le numéro de parcelle.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Changements des limites des machi et des noms de machi : le cas de Ginza (1880-1969). 1a : Années 1880 ; 1b : Années 1930 ; 1c : Après l’introduction du système de numérotation des îlots et des maisons en 1969.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tableau 1. Nombre de machi dans le centre de Tokyo
Légende – : indéterminé.
Crédits Source : Takeuchi 1978.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 2. Limites des quinze ku de Tokyo (1878).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. – Limites des vingt-trois ku de Tokyo (1947).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 2. Nombre de machi avant et après la guerre
Légende * : estimation.
Crédits Source : Ishizuka & Narita 1986.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 3. Machi, chôkai et tonari-gumi (1941)
Crédits Source : Ishizuka & Narita 1986.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Yorifusa Ishida, historien de la planification urbaine, Kogakuin University, Tokyo

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable