Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

II. Le choc de l'expansion occidentale

Les divisions de la ville à Shanghai (XIXe-XXe siècles)

Christian Henriot et Zheng Zu’an

Texte intégral

1Shanghai offre un cas d’espèce singulier pour l’étude des « divisions de la ville ». Bien que toutes les villes puissent revendiquer une spécificité, Shanghai compte au nombre des cités qui se sont développées à l’époque contemporaine sur la base d’une segmentation très marquée de leur territoire. Nombre de cités d’Asie ont fait l’expérience du colonialisme et d’une structuration de leur espace fondée sur la ségrégation. Bien qu’une telle ségrégation ne fût pas absolue dans la plupart des cas, on distinguait bien souvent la « ville indigène » de son pendant colonial, désigné par des termes différents selon les villes et les pays. L’absence de désignation explicite ne préjugeait d’ailleurs nullement de la réalité de la ségrégation spatiale (Delissen 2000). On retrouve à Shanghai ce moule commun, porté à un haut degré par l’existence pendant près d’un siècle de concessions étrangères qui ont laissé une trace, encore perceptible jusqu’à nos jours, dans l’espace et dans les esprits.

2Ce chapitre examine la manière dont les « divisions de l’urbain » ont été rendues en chinois, en prenant la ville de Shanghai comme champ d’enquête. Notre analyse n’aura donc pas une portée générale, applicable à toutes les villes de Chine. Néanmoins, si certains termes sont spécifiques à Shanghai, toutes les expressions communes du vocabulaire de l’urbain se rencontrent dans cette ville. Nous présenterons d’abord un bref historique du développement de la grande métropole du bas-Yangzi. Nous étudierons ensuite les mots appliqués aux grandes divisions de l’espace urbain au cours des deux derniers siècles. Enfin, nous nous attacherons à cerner le vocabulaire né de l’intervention du pouvoir, notamment à la suite de mesures de réforme territoriale ou administrative, et celui qui est issu de la langue vernaculaire, en mettant en lumière les manières qu’ont ses habitants de percevoir l’espace urbain.

De la ville fortifiée à la métropole internationale : fragmentation, expansion, intégration

3À la veille de son ouverture forcée par les puissances européennes en 1845, Shanghai est un centre commercial prospère qui abrite entre 300 000 et 350 000 âmes. La ville tire sa richesse du commerce du coton, que la région environnante produit en abondance, et de son rôle de plate-forme d’échanges et de transbordement entre les provinces de l’intérieur et les autres régions côtières. Elle se situe cependant encore derrière Suzhou, le principal centre urbain de la région du bas-Yangzi. Les effets conjugués des ravages causés par la révolte des Taiping (1851-1864) – Suzhou est rasée – et de l’ouverture du port au commerce avec l’étranger renversent définitivement la hiérarchie urbaine de la région. À l’arrivée des Occidentaux, Shanghai est constituée de sa partie centrale, protégée par une longue muraille circulaire, et de faubourgs plus ou moins développés, essentiellement au sud et à l’est, le long des rives du fleuve Huangpu (fig. 1). La plus grande partie de la population vit à l’intérieur de la ville fortifiée, parcourue de multiples canaux, où sont concentrés tous les bâtiments officiels et les principaux temples. Les faubourgs sont composés d’habitat plus ou moins précaire, d’ateliers divers et d’entrepôts.

4Le destin urbain de Shanghai change avec l’implantation successive à sa périphérie septentrionale, des concessions anglaise (1846), américaine (1848) et française (1849). Les deux premières ont fusionné en 1863 pour donner naissance à la concession internationale, tandis que la concession française optait pour la préservation de son autonomie politique et territoriale. Situées à l’origine sur des terrains agricoles et des marécages, les concessions se sont étendues à plusieurs reprises. Alors qu’elles ne représentaient qu’une infime partie de la zone urbanisée et de la population d’origine, les concessions ont connu un développement soutenu au point de surpasser les quartiers chinois en surface et en population vers 1910, voire dès le tournant du siècle. L’expansion urbaine de Shanghai ne s’est toutefois pas limitée aux concessions étrangères. Des quartiers nouveaux sont apparus au nord et à l’ouest des concessions, en territoire sous juridiction chinoise. Le noyau de ces quartiers était les villages environnants, progressivement assimilés, mais dont on retrouve clairement la trace dans la trame urbaine (Ged 1997).

5Pendant plusieurs décennies après l’implantation des concessions étrangères, l’espace urbain de Shanghai a ressemblé à une mosaïque en trois morceaux, qui s’ignoraient mutuellement. Le rapprochement inexorable de leurs frontières respectives, lié à l’urbanisation de leurs territoires, a entraîné une fusion progressive de cet espace urbain segmenté pour donner naissance à la ville de Shanghai (Johnson 1995 ; Meyer 1985). Toutefois, pendant près d’un siècle (1849-1943), les trois principales composantes de la cité – concession française, concession internationale et municipalité chinoise – ont été administrées de manière indépendante, selon des règles différentes (ou sans règles) et sans le moindre effort sérieux de coordination. L’espace sous juridiction chinoise s’est trouvé écartelé entre le pôle d’origine – la ville fortifiée – et les nouveaux quartiers du nord (Zhabei, Hongkou) et de l’ouest. Les concessions étrangères sont devenues le véritable cœur de la ville, tandis que la ville fortifiée – la muraille est rasée en 1912 – était marginalisée et ravalée au rang de simple quartier.

Fig. 1. Shanghai : la vieille ville fortifiée et ses faubourgs vers 1870.

6Shanghai a vécu sur ce mode d’administration tripartite jusqu’à la fin de la guerre sino-japonaise en août 1945, même si les concessions ont été formellement rétrocédées au régime chinois de collaboration en juillet 1943. Les années de guerre civile qui ont suivi n’ont pas permis à la ville de prendre un caractère marqué qui se distingue du passé, bien que des plans ambitieux aient été dressés par le pouvoir nationaliste victorieux (MacPherson 1995). L’année 1949 marque un second basculement fondamental, mais à l’exact opposé de ce qui s’était produit après 1842. Le régime communiste qui s’installe adopte une politique délibérément anti-urbaine, les villes étant perçues comme des lieux de consommation et de dissipation des richesses matérielles produites par les masses laborieuses. Les nouveaux dirigeants reprochent aussi à Shanghai, outre cette tare fondamentale portée au plus haut point, son péché originel, sa naissance issue d’une union honnie avec les puissances impérialistes. La ville est soumise à un régime drastique de reconversion en citadelle industrielle révolutionnaire (Howe 1993).

7Le régime communiste a repris de son prédécesseur nationaliste la conception d’une municipalité à deux niveaux, une zone urbaine restreinte et une large zone rurale. A la différence de son prédécesseur, toutefois, il en a fait des zones quasi étanches. La mise en place d’un système rigoureux de contrôle de la population, dûment enregistrée comme « urbaine » ou « rurale », se traduit par la disparition progressive de toute mobilité résidentielle entre les deux parties de la ville, et plus encore entre la ville et les zones rurales extérieures à la municipalité. Avec la confiscation de la quasi-totalité du parc immobilier et l’institution de tickets de rationnement pour tous les biens essentiels, la population perd toute liberté de mouvement. L’emploi, le lieu de résidence, le rattachement au « pré carré » urbain – un statut privilégié – relèvent désormais du pouvoir politique et de sa bureaucratie. Les mesures de contrôle des autorités n’empêchent cependant pas un accroissement régulier de la population, résultat d’une démographie vigoureuse jusqu’au milieu des années 1970. Pendant les trente premières années du régime, la configuration générale de la ville a peu changé, sinon à ses marges, avec l’érection en grappe de barres d’immeubles destinées aux nouveaux prolétaires.

  • 1 Pour une étude générale et une appréhension visuelle des mutations de Shanghai dans la longue durée (...)

8La fin de l’hibernation urbaine s’est amorcée au début des années 1980 avec l’extension des réformes au secteur moderne de l’économie et, par suite, aux villes. À Shanghai, le dégel a été particulièrement lent. La métropole a manqué le premier train de réformes faute d’une direction ambitieuse et visionnaire, faute aussi d’une autonomie que lui a longtemps déniée le pouvoir central (Henriot 1991a). Le véritable réveil s’est produit après 1990 avec, sur le plan urbain, l’adoption du vaste projet de développement de Pudong. En l’absence de moyens de franchissement du fleuve, la rive orientale du Huangpu était restée à l’état de jachère urbaine, malgré l’existence d’installations portuaires et de quelques cités ouvrières (Williams 1995). Dès lors, c’est toute la ville qui a été prise d’une frénésie de démolition et de construction. Les habitations anciennes disparaissent par quartiers entiers. Des milliers de tours et de gratte-ciel remodèlent non seulement la ligne d’horizon, mais toute l’organisation de l’espace urbain. Les repères passés s’effacent et font place à un univers physique et symbolique inachevé, incertain et fluctuant. La dernière décennie écoulée a davantage bouleversé la donne urbaine que les quatre décennies de socialisme triomphant, voire que les trente glorieuses du premier décollage urbain (1919-1949)1.

Dénominations et divisions de l’espace à Shanghai

9Nous examinerons dans cette partie les registres de termes employés pour désigner les parties constitutives de la ville, qu’il s’agisse du langage « informel » ou des dénominations qui ressortissent au langage officiel de l’administration. Ces deux registres se croisent sans s’interpénétrer totalement. Pour la période antérieure à 1949, nous étudierons comment les différents locuteurs – Chinois et Occidentaux – désignaient les espaces où ils vivaient et où les « autres » vivaient. Force est de constater que, bien qu’il y eût des recoupements, liés au recours au langage officiel, les termes utilisés respectivement par chaque groupe renvoyaient à une conception différente de la ville, de la même ville.

La ville fortifiée

10La ville fortifiée constitue le bloc urbain originel qui a dominé Shanghai pendant des siècles. La muraille, érigée au xiiie siècle, n’avait pas seulement une vocation politique et de défense, elle instituait de fait l’espace urbain. Dans la Chine impériale, la muraille symbolise l’élévation d’un centre urbain au rang de « chef-lieu » d’un comté (xian). C’était un privilège exclusif accordé par le pouvoir central. Les monographies locales (difangzhi) du xve au xviiie siècle ne font mention que de xiancheng (chef-lieu fortifié), qui désigne le centre administratif du comté protégé par sa muraille (cheng). Les cartes ne font pas encore mention de faubourgs. Au xixe siècle, le vocabulaire qui désigne cet espace et ses autres parties constituantes est issu du temps long et reflète la manière dont les traits physiques majeurs de la ville ont imprégné le langage. L’élément distinctif par excellence reste la muraille qui enserre la ville, ou plus exactement le « compartiment » (chengxiang) à l’intérieur de la muraille. Celle-ci délimite l’intérieur et le dehors, le « dans la ville » (chengxiang nei) et le « hors la ville » (chengxiang wai), la « vraie » ville et ses faubourgs. Il est difficile de dater l’apparition de ces quartiers extérieurs car les cartes officielles omettent délibérément les faubourgs (fig. 2). Aux yeux des mandarins, la ville, c’est-à-dire le siège du pouvoir que sanctionne le privilège de la muraille, n’existe qu’à l’intérieur de celle-ci. Dans les représentations cartographiques produites par les élites locales, en particulier les « gazettes locales », les faubourgs sont en revanche bien pris en compte (fig. 1), mais leur datation reste problématique.

  • 2 Voir notamment la carte intitulée « Shanghai chengxiang neiwai zujie beishi lüetu », qui figure dan (...)

11Les témoignages sur la vie dans la ville fortifiée opèrent toujours la distinction entre l’intérieur (nei) et l’extérieur (wai) pour désigner un lieu particulier. Les cartes chinoises produites à la fin du xixe siècle ont progressivement fusionné les deux notions pour désigner la ville dans son ensemble (Shanghai chengxiang neiwai), à l’exclusion des concessions étrangères2. Le terme est devenu une expression figée qu’utilisent par exemple les notables locaux qui mettent sur pied en 1905 la première administration municipale chinoise. Celle-ci s’appelle Chengxiang neiwai zong gongchengju (Bureau général de construction des rues de la cité). Le terme est resté en usage jusqu’à la destruction de la muraille en 1912. Ensuite, la distinction entre « dedans » et « dehors » n’ayant désormais plus lieu d’être, elle a disparu. En outre, l’emprise croissante des concessions a miné le statut même de cet espace.

  • 3 Le nom « Zhabei » a été remplacé en 1906 par « Beishi » (marché du nord), qui désignait anciennemen (...)
  • 4 On notera que l’institution qui a précédé le Chengxiang neiwai zong gongchengju (Bureau général de (...)
  • 5 Le terme est resté dans la langue, puisqu’il désigne un arrondissement urbain de la municipalité ac (...)

12La croissance de la métropole, en particulier celle des concessions, entraîne une redistribution des rôles et des appellations. Les termes nouveaux qui apparaissent pour désigner des espaces spécifiques à l’intérieur de la ville sont parfois liés à des évolutions politiques ou institutionnelles. Dans les quartiers nord, les notables tentent au tournant du siècle de prendre en main l’administration urbaine que néglige la bureaucratie impériale et que menacent les concessions. Au sud de la rivière Suzhou, deux hameaux, Laozhao (vieille écluse) et Xinzha (nouvelle écluse) ont donné naissance à un embryon de quartier au début du xixe siècle. Ils ont été incorporés à la concession internationale en 1899. Pour prévenir une nouvelle extension, les notables locaux forment en 1900 un organe d’administration des quartiers « au nord de l’écluse », donnant naissance à une nouvelle division pérenne de l’espace urbain, « Zhabei ». Au sud de la ville fortifiée, les faubourgs acquièrent une identité distincte et sont de plus en plus souvent appelés « Nanshi » (marché du sud), par opposition à « Beishi » (marché du nord), qui désigne initialement les concessions, puis Zhabei (Shanghai zhinan 1914)3. L’espace intermédiaire — les faubourgs de l’est, le long de la rivière —, est désigné du nom de « Shiliupu » (les seize boutiques). Progressivement, pourtant, l’ensemble urbain méridional tend à se fondre en une seule entité indistincte qui ne s’oppose plus qu’aux concessions4. Ainsi, au début des années 1920, « Nanshi » désigne toute la zone située au sud et à l’est de la concession française, y compris l’ancienne partie fortifiée5. « Shiliupu », bien que resté en usage, n’a plus désigné qu’une partie de « Nanshi ».

Fig. 2. Shanghai : la vieille ville fortifiée et ses principaux édifices vers 1840.

13Les différentes parties de l’espace urbain sous juridiction chinoise étaient toutes désignées par un toponyme dont la source était le nom du village principal du lieu, noyau du nouveau quartier. Ainsi Hongkou, Xujiahui, Xinzha sont autant de hameaux qui ont été grignotés, puis absorbés. Hongkou, qui est inclus dans la concession américaine, ou Xujiahui, base des missionnaires jésuites, sont restés des quartiers à part entière, alors que Xinzha a perdu toute existence propre pour se fondre dans la trame urbaine. On pourrait citer bien d’autres noms de villages encore présents au milieu du xixe siècle qui n’ont laissé, au mieux, qu’un nom repris plus tard par l’administration municipale chinoise pour désigner un arrondissement urbain. Au tournant du siècle, la ville sous juridiction chinoise est constituée de deux entités urbaines majeures, Nanshi, l’ancienne ville fortifiée et ses faubourgs, au sud et Zhabei au nord.

  • 6 « Hu » désigne toujours Shanghai aussi bien dans des expressions littéraires que dans les documents (...)
  • 7 « Huxi » (Shanghai-ouest) a été utilisé au milieu des années 1930, mais il désignait la partie occi (...)

14Certaines expressions ont connu des fortunes plus diverses, sans toutefois réussir à pendre racine. Elles sont nées spontanément, plutôt qu’à la suite d’une intervention du pouvoir politique. On peut citer dans cette catégorie les quatre expressions « Hudong » (Shanghai-est), « Hubei » (Shanghai-nord), « Huxi » (Shanghai-ouest) et « Hunan » (Shanghai-sud). Dans ces termes, hu est un mot ancien qui désigne à l’origine une sorte de piège à poissons et qui désigne le lieu où s’est érigé Shanghai6. Seules les trois dernières expressions ont reçu une onction officielle, mais à des époques différentes : « Hunan » en 1927-1937, pour désigner le grand arrondissement urbain du sud, et « Huxi » en 1937-19457. « Hubei », qui désignait à l’origine les concessions, puis les quartiers au nord des concessions, réapparaît brièvement pendant la guerre pour désigner l’un des arrondissements du nord de la ville. « Hudong » évoquait les quartiers nord-est de la concession internationale. De fait, ces termes désignaient des espaces trop vagues pour faire vraiment sens, d’où leur caractère changeant et éphémère.

15La manière dont les Occidentaux désignent la ville chinoise ne recèle pas la même variété de termes. Au milieu du xixe siècle, lorsqu’ils s’établissent au nord de la ville fortifiée, le terme le plus usuel est celui de walled city, dont le sens est tout à fait neutre. C’est celui qui est utilisé sur la plupart des cartes de l’époque. Un second terme est employé concurremment, celui de native city, qui renvoie cette fois à un distinguo plus net entre « nous » et « eux », entre Occidentaux et indigènes. L’expression est en partie paradoxale car la population des concessions était constituée à près de cent pour cent par des Chinois. Toutefois, dans l’imaginaire colonial, les uns bénéficiaient des bienfaits d’une administration moderne, tandis que les autres vivaient dans un espace pour lequel le terme d’« indigène » se suffisait à lui-même. Sur nombre de cartes produites par les Occidentaux, la ville chinoise, avec ou sans ses fortifications, n’est tout simplement pas représentée. Un trait circulaire définit un espace blanc dénommé native city ou « ville chinoise » (fig. 3). Il va de soi que, comme pour les Chinois, l’expression walled city a perdu sa raison d’être après l’arasement de la muraille. Les cartes, en revanche, continuent de représenter Shanghai comme si les concessions en étaient la seule partie pertinente.

Les concessions étrangères

  • 8 Très exactement, le mot yang désigne la mer, soit en l’occurrence les « gens venus de la mer ».
  • 9 « 10 li » renvoie à l’extension (10 li = 5 km) que représentent les concessions au nord de la ville (...)

16On retrouve la même dichotomie dans les manières dont les Occidentaux et les Chinois désignaient les concessions étrangères, un terme lui-même connoté et biaisé comme on le verra plus loin. Au début, le terme conventionnel zujie (concession) n’est pas utilisé. Les Chinois lui préfèrent l’expression yichang (espace des barbares), tant dans la langue courante que dans les documents officiels. Bien que le terme n’ait pas une connotation méprisante dans la langue chinoise, les Occidentaux se sont émus de ce qualificatif et ont demandé son abandon. Après 1858, les documents officiels n’en font plus mention, mais elle subsiste encore longtemps dans le langage, avant d’être supplantée par yangchang (espace des Occidentaux)8. Ce dernier terme a été décliné avec divers qualificatifs, en particulier shili yangchang (espace des étrangers de dix li)9 qui est resté, jusqu’à aujourd’hui, une référence obligée à Shanghai pour désigner les concessions étrangères du passé. Un autre terme, yangjingbang, a aussi servi à désigner l’espace occupé par les étrangers : c’était le nom du canal qui séparait les deux concessions. Dans la seconde moitié du xixe siècle, jusqu’au comblement du canal en 1916, « Yangjingbang » constitue une métaphore courante dans la presse et les livres pour nommer les concessions étrangères (Wang 1870). Il convient d’ajouter « Beishi » (marché du nord), évoqué plus haut, ou « Beili » (espace du nord) et « Hubei » (Shanghai-nord), termes éphémères qui disparaissent pour ressurgir au xxe siècle, désignant alors les quartiers situés au nord… des concessions (Zheng 1999 : 78-80).

  • 10 Les concessions anglaise et américaine ont fusionné officiellement en 1863, mais elles ont conservé (...)

17Le terme officiel, zujie, s’est toutefois imposé dans la langue commune. Il faut relever d’emblée qu’il véhicule un sens très différent de celui qu’ont adopté les Occidentaux. Zujie signifie littéralement « territoire cédé en location ». Il n’implique aucune cession de territoire. Les résidents occidentaux étaient des occupants pro tempore, même si les termes des traités ne fixaient pas de limite au bail. Le terme zujie a naturellement été décliné, selon l’époque, en fonction du nom de l’occupant principal (Yingzujie ou Yingjie pour Concession anglaise, Meizujie ou Meijie pour Concession américaine, Fazujie ou Fajie pour Concession française), avant de se fixer définitivement vers 1899 sur la simple dicho tomie entre « Fazujie » (Concession française) et « Gonggong zujie » (Concession internationale)10. Le terme de concession anglaise est toutefois resté en usage au début du xxe siècle, de même que « Hongkou » (« Hongkew » en anglais) pour désigner la concession américaine.

Fig. 3. Plan de la Concession française de Changhai [Shanghai] (1934).

18Chez les Occidentaux, les termes employés expriment à l’inverse leur volonté d’inscrire fermement leur présence sur le sol chinois. Les Anglo-Saxons emploient le mot settlement, tandis que les Français, plus péremp-toires encore, parlent de concession. Or il ne s’agit ni de l’un, ni de l’autre. Settlement renvoie très clairement à une « installation humaine » – pour prendre un terme du registre actuel – mais de type colonial. Le settlement était le préalable à la colonisation d’un territoire « libre de population ». La concession traduit de manière plus nette l’acquisition de territoire « concédé » à l’occupant. Or les termes formels inscrits dans les traités, « leased territory » ou « territoire à bail », certes un peu lourds, sont relégués dans le registre diplomatique et juridique. Au cours de la phase initiale d’installation des concessions étrangères, le domaine français s’est acquis une réputation sulfureuse en raison d’une concentration d’établissements comme les maisons de jeux, les fumeries d’opium et les maisons de tolérance. La municipalité en a tiré une bonne part de ses revenus pendant quelques années (Henriot 1997 : 311-313). Cette notoriété peu glorieuse lui a valu le sobriquet de « Frenchtown » dans la presse de langue anglaise et même dans la correspondance diplomatique britannique. Le terme désignait indéniablement un espace mal policé. Il a rapidement disparu de la langue écrite avec la réorganisation de la concession française sur des bases moins contestables. Un dernier espace s’est introduit dans la langue, tant en chinois qu’en anglais ou en français, pour désigner les extensions de facto des concessions au-delà de leurs limites formelles, à l’ouest et au nord de la ville, dans les années 1920. Toutefois, les routes extérieures ou extra-settlement roads (traduit littéralement yuejie zhulu quyu en chinois) ne désignaient en fait que l’extension occidentale, zone résidentielle par excellence des riches marchands occidentaux. L’extension nord, habitée par la communauté japonaise, n’était pas incluse dans cet espace mental, sauf pour les Chinois pour qui il y avait bien un double empiètement sur leur territoire.

19Les grands repères spatiaux qui viennent d’être énoncés sont ceux qui structuraient la perception de l’espace urbain à Shanghai, avec des registres parfois communs, parce que issus d’un vocabulaire technique ou politique, mais parfois aussi très divergents. Sur le sens même des mots, la divergence de sens est tout aussi remarquable. Le fait le plus notable est cependant cette forme d’exclusion mutuelle qu’on trouve de manière caricaturale dans l’expression cartographique, mais aussi dans le binôme « indigènes / Occidentaux » pour les étrangers ou « hua (chinois) / yang (étranger) » pour les Chinois. Bien que la population chinoise fût dominante dans tous les quartiers de la ville, ses habitants en avaient une carte mentale articulée autour de l’opposition « entre nous / entre eux ». Enfin, comme nous le verrons plus loin, on note aussi une différence fondamentale entre Occidentaux et Chinois dans la manière de se repérer dans l’espace. Pour les premiers, les rues, avec leurs noms propres et leurs numéros, constituent le point d’ancrage essentiel. Pour les seconds, les édifices publics, les parcs, et toutes sortes d’éléments distinctifs – cela peut être un grand magasin – fournissent les marqueurs qui guident les pas des citadins. Mais, pour trouver un médecin en urgence ou une maison close, mieux valait bien connaître sa géographie locale !

Le nouveau Shanghai

20La richesse de vocabulaire qui caractérisait le Shanghai prérévolutionnaire a fait place à un registre plus banal et largement standardisé. De nombreux référents spatiaux ont disparu, soit qu’ils aient été détruits (temples, guildes), reconvertis (champ de courses, temples) ou rebaptisés pour être plus conformes à l’ordre nouveau. De fait, les divisions administratives se sont progressivement imposées aux esprits et à la langue. Les termes nouveaux qui sont apparus pour désigner des espaces spécifiques à l’intérieur de la ville sont liés le plus souvent à des évolutions politiques ou institutionnelles. Ainsi l’ancienne ville fortifiée, devenue « marché du Sud » (Nanshi) a perdu son aura commerciale pour être rangée au registre de « vieille ville » (jiuchengqu ou laochengqu), comme on dirait le « Vieux Lyon », mais sans la connotation sympathique que véhicule l’expression en français (Huang 1995 ; Jiang 1995 ; Chen 1995). La « vieille ville » évoque la congestion des voies, un habitat insalubre, la surpopulation. Elle est opposée à l’image des xincun (nouveaux villages), qui sont construits à partir des années 1950 pour éliminer les taudis et les bidonvilles ou pour absorber la croissance démographique (Shanghai shi penghuqu… 1965). Plus récemment, la propagande officielle a promu haut et fort les huayuan jumin xiaoqu (quartiers-jardins de résidents), symbole de la nouvelle réno-vation urbaine, mais le terme n’a pas fait florès dans le langage commun.

  • 11 Le terme « Pudong » est répertorié dans les Shanghai xianzhi (monographies locales de Shanghai, pré (...)

21Après 1949, une expression est apparue spontanément au sein de la population, reprise ensuite dans les écrits universitaires, pour différencier deux grands espaces. Cette expression oppose le « coin d’en haut » (shang-zhijiao) au « coin d’en bas » (xiazhijiao), le nord-est et le sud-ouest de la ville, sa zone industrielle et sa zone résidentielle. Les deux coins ne sont pas égaux : au premier les pollutions sonores et chimiques dans un quartier densément peuplé, hérissé de barres d’immeubles, sans espaces verts ; au second une tranquillité relative, un habitat individuel (même s’il est surpeuplé) et les espaces verts, les bonnes écoles et les meilleurs hôpitaux. Le « coin d’en haut » correspond au grand quartier industriel historique de Shanghai, tandis que le « coin d’en bas » n’est autre que l’ancienne concession française, dont l’héritage et les avantages ont été en partie préservés au profit de la nomenklatura locale. Une autre dichotomie, opposant cette fois les quartiers situés de part et d’autre du fleuve Huangpu, a vu le jour avec le lancement du plan d’aménagement de la nouvelle zone de Pudong (Pudong xinqu) en 1990. Une nouvelle opposition, née du génie de la bureaucratie, se situe désormais entre « Puxi » (À l’ouest du fleuve), qui désigne tout l’ensemble urbain d’origine, et « Pudong » (À l’est du fleuve), le nouveau Manhattan local en devenir Le premier terme de ce nouveau binôme n’a pas pris dans la langue vernaculaire, ni même dans la presse, et reste l’apanage des documents officiels et d’articles scientifiques. Sa faiblesse principale réside dans le fait qu’il évoque un espace flou et indifférencié arbitrairement opposé à une zone qui n’évoquait pas, il y a peu encore, un espace urbanisé. Le second, « Pudong », était au contraire une notion bien ancrée11 – l’au-delà agricole du fleuve, la réserve verte de la ville (fruits et légumes) – même si elle fut affublée du titre de « nouvelle zone » (il serait plus correct de dire « nouvel arrondissement » au regard de la hiérarchie administrative chinoise, mais sa taille démesurée – 500 km2 – appelle plus volontiers le terme de zone).

22On a essayé ici de brosser un rapide état des lieux des termes employés pour nommer les principaux espaces qui structurent la ville et qui reflètent leur perception par ses habitants. En un siècle et demi, l’éventail des mots s’est élargi et diversifié, avant de s’étioler avec l’endormissement de la ville après 1949. Les termes les plus connotés, souvent en lien avec un caractère physique (canaux, muraille) ou symbolique (lieux de perdition), ont disparu avec ce qui leur avait donné une raison d’être. De plus en plus, le vocabulaire officiel s’est imposé à la langue de tous les jours, même si toutes les greffes n’ont pas pris. Jusqu’en 1949, la perception de l’espace urbain par la population chinoise est resté profondément ancrée dans un système de marqueurs physiques que le pouvoir révolutionnaire a ensuite presque systématiquement détruits. Seuls les parcs ont survécu à l’acharnement iconoclaste qui a effacé temples, lieux de culte, guildes, maisons de thé, et autres lieux de la sociabilité chinoise.

Divisions administratives et perceptions de l’espace

Territoire municipal et administration urbaine

  • 12 Bien que les désignations de ces divisions aient évolué dans le temps, de même que leur surface, la (...)

23La Chine n’a pas de tradition historique d’administration municipale, bien qu’elle ait été sans conteste la première société urbanisée, et à un haut degré, de la planète. Sous l’empire, le territoire était découpé en sheng, fu, dao et xian, termes traditionnellement rendus en français par « provinces », « préfectures », « circuits » et « comtés »12. Chacune de ces entités territoriales avait à sa tête un représentant de l’Etat chargé d’administrer la population, d’assurer la sécurité, de collecter l’impôt et de dispenser la justice. Cette forme d’organisation de l’espace ne faisait pas de distinctions entre villes et campagnes. Il n’y avait pas de « municipalités » en tant qu’entités administratives. Au contraire, le territoire d’une même cité était bien souvent partagé entre deux comtés. Ainsi le territoire de Shanghai avant la révolution de 1911 était partagé entre le comté de Shanghai et celui de Baoshan. La ville de Canton relevait des comtés de Panyu et de Nanhai. Il n’y avait aucune forme d’autorité municipale. À la fin du xixe siècle, un changement s’amorce avec le rôle croissant de l’intendant de circuit (daotai) qui fait office, notamment aux yeux des résidents étrangers, de « maire ». D’autre part, cette période voit aussi émerger des instances spontanées d’autogouvernement à l’initiative des élites lettrées et marchandes locales (Elvin 1969 et 1974). Néanmoins, avant le xxe siècle, on ne peut pas parler d’administration municipale en Chine.

  • 13 Carte « chengxiang fenputu » dans Shanghgai xian xuzhi 1919. Curieusement, sous la République, ces (...)
  • 14 Cette dimension reste difficile, sinon impossible à explorer dans la mesure où les archives impéria (...)

24Sous l’empire, il n’y avait pas de division administrative formelle de la ville, hormis la distinction, évoquée plus haut, entre territoire sous juridiction chinoise et concessions. Au xixe siècle, il ne semble pas davantage y avoir eu d’« arrondissements » ou autres divisions spatiales. Toutefois, comme il fallait bien lever l’impôt et enregistrer la population, des cartes ont été dressées qui montrent une division de l’espace en seize pu (boutique), dont quatorze à l’intérieur de la muraille et deux à l’extérieur13. Il s’agit d’une dénomination qui recouvre en fait le système traditionnel du baojia dans les campagnes, qui avait pour seul objet d’enregistrer et de compter les habitants dans un territoire donné. Il existait aussi à cette époque des notables locaux, appelés dibao (garants des terres), qui faisaient fonction de « notaires » dans une zone délimitée. Les transactions foncières étaient enregistrées auprès des ces représentants informels de l’administration impériale, choisis sur la base de leur notoriété comme relais entre l’État et la population. Au sein de la seule cité murée de Shanghai, il y avait plusieurs dibao, qui connaissaient parfaitement leur portion de territoire dont la surface était nécessairement limitée. Bien que ces personnages eussent reçu l’onction des autorités, qui en surveillaient l’activité, la zone qui se trouvait sous leur juridiction informelle n’avait pas valeur de division administrative. Ils ne détenaient eux-mêmes aucun pouvoir officiel au-delà de la validation des titres de propriété foncière. Les divisions – en pu ou dibao – n’avaient donc pas de fonction d’administration urbaine et ne constituaient pas une organisation formelle de l’espace14.

25Il faut attendre le début du xxe siècle pour qu’apparaissent des formes officielles de division administrative de la ville. Ces instances nouvelles, qui découpent et définissent l’espace urbain, vont engendrer aussi une recomposition du vocabulaire. Les premières sont associées à l’installation d’instances municipales plus ou moins formalisées dans les concessions étrangères. À Shanghai, les concessions internationale et française ont connu des extensions successives en quatre ou cinq vagues entre 1849 et 1914. Pour administrer les questions d’ordre public, d’hygiène et de construction, les autorités des concessions ont divisé leur territoire en districts (concession internationale) ou secteurs (concession française) qui portaient des noms indiquant soit leur localisation dans l’espace (« Central », « Eastern », « Northern », « Western »), soit le nom des commissariats de police qui leur étaient attachés (concession française). En chinois, ces divisions étaient rendues par un même caractère, qu, qui désigne une « zone » délimitée, mais de taille indéterminée. Ces « zones » constituent sans doute la première référence explicite à une division administrative du territoire urbain en Chine.

  • 15 « Shanghai tebieshi zanxing tiaoli » [Règlement provisoire de la municipalité spéciale de Shanghai] (...)
  • 16 « Tebieshi zuzhifa » [Loi d’organisation des municipalités spéciales] et « Shi zuzhifa » [Loi d’org (...)

26L’instauration d’un tel système est plus tardive dans le reste de la ville. Après la formation du gouvernement nationaliste en 1927, Nankin (la capitale) et Shanghai ont été désignées « municipalités spéciales » (tebieshi) (Henriot 1991b). Il n’y avait alors pas d’autres municipalités. Un texte réglementait l’organisation administrative et spatiale de ces deux cités15. Toutefois, bien qu’il fût fait mention dans le chapitre II de ces règlements du « territoire municipal » (shi quyu), il ne s’agissait que de la délimitation de ses frontières extérieures. Le règlement ne faisait pas mention de délimitation d’entités au sein de la ville. Trois ans plus tard, le gouvernement national a promulgué deux nouveaux textes : la Loi d’organisation des municipalités spéciales (tebie shi zuzhifa) et la Loi d’organisation municipale (shi zuzhifa)16. Du fait de leur portée générale, aucune de ces deux lois ne définissait de limites territoriales générales, mais elles ne prévoyaient pas davantage de modalités de partage des villes en arrondissements ou autres subdivisions de l’espace.

27Finalement, en 1932, le gouvernement central a repris ces deux textes pour les fusionner en une Loi d’organisation des municipalités (shi zuzhifa) (Zhonghua minguo… 1937 : 270-276). Ce nouveau texte, au contraire des précédents, exposait de manière très détaillée les modalités de division de l’espace municipal et les organismes qui leur étaient attachés. Ainsi une ville devait être divisée en qu (arrondissement), qui étaient eux-mêmes subdivisés en fang (« quartier »). Ces derniers étaient à leur tour partagés en yu (« section ») et en ling (îlot). Les qu et les fang étaient dotés d’organismes administratifs (qugongsuo et fanggongsuo) et d’organes représentatifs en principe élus (assemblée d’arrondissement et assemblée de quartier). Le terme employé pour désigner les arrondissements qu’était le même que celui utilisé dans les concessions étrangères de Shanghai et dans les villes chinoises à l’heure actuelle. Les fang devaient représenter un dixième d’arrondissement.

  • 17 Voir plus bas, le baojia.

28En réalité, ce système n’était pas qu’une simple division administrative de l’espace, il était aussi conçu comme un système de contrôle et d’enregistrement de la population (Henriot 1991 b : chap. II). La réglementation municipale du régime nationaliste intégrait la division du territoire urbain au système de gestion de la sécurité publique. Les ling et les yu ne constituaient pas tant des unités territoriales que des groupements de population. Selon la loi, un ling comportait cinq foyers, soit vingt à trente personnes, avec un chef de ling. Un yu comptait cinq ling, soit cent à cent cinquante personnes, avec un chef de yu. Un fang comportait vingt yu, soit deux mille à trois mille personnes. En réalité, ce système idéal n’a jamais été mis en œuvre. Le gouvernement municipal de l’époque rien avait pas les moyens sur le plan politique et organisa-tionnel. En outre, il apparaît clairement que ces « quartiers » n’étaient pas des entités naturelles, mais bien des constructions administratives sans fondement social. Le seul élément tangible que l’on puisse retirer de cette analyse est le souci récurrent des autorités chinoises d’instaurer dans les villes des systèmes d’encadrement de la population17.

29À défaut d’organiser le territoire municipal selon les canons de la loi, le gouvernement municipal chinois de Shanghai a découpé son espace en sept arrondissements urbains (qu) et en dix comtés ruraux (xian). Les arrondissements de Zhabei (Zhabei qu) et Nanshi (Hunan qu) formaient les deux hémisphères de cet espace urbain auquel on a adjoint les marges urbaines qui grignotaient encore à peine les cinq autres arrondissements classés en zone urbaine (Pusong, Yangjing, Yinxiang, Fahua, Caojing). Shanghai offre le premier exemple, en Chine, de formation d’une municipalité (shi) dotée d’un cœur urbain (la « vraie » ville) et d’une large périphérie rurale, néanmoins administrée comme une partie intégrante de la ville. La distinction arrondissement/comté (qu/ xian) soulignait une différence de statut du point de vue administratif, mais ne posait aucun obstacle à la mobilité de la population. Chaque arrondissement avait un nom propre fondé sur un toponyme (Zhabei, Nanshi et le principal village dans chaque comté). En 1929, toutefois, la municipalité met en œuvre un ambitieux plan d’urbanisation avec la création ex nihilo d’un nouveau « centre civique » (shi zhongxin : un terme habituellement tendu pat « centre-ville » en chinois contemporain) à la périphérie nord-est de la ville. Ce shi zhongxin est élevé au rang d’arrondissement sous ce même nom (ibid. : ch. VII).

  • 18 Entre 1945 et 1949, la municipalité compte 16 arrondissements urbains et 16 arrondissements ruraux (...)

30Cette structure a prévalu jusqu’en 1949 sans modification majeure, sinon dans la taille des arrondissements, redécoupés à chaque changement de régime, et leur dénomination, cependant toujours appuyée sur un toponyme18. Pendant l’occupation japonaise (1937-1945), les puissances occidentales ont dû rétrocéder leurs concessions aux autorités chinoises de collaboration. Celles-ci, soucieuses d’effacer de la langue toute référence à ce passé, rebaptisèrent la concession internationale « arrondissement n° 1 » (diyiqu) et la concession française « arrondissement n° 8 » (dibaqu). L’expression avait été créée par la municipalité précédente, mais n’avait jamais été utilisée que dans ses documents internes. La ville compte alors six autres arrondissements désignés par des numéros ou de grand repères géographiques : Centre (shi zhongxin), Nord (Hubei), Ouest (Huxi), Pudong nord (Pudong bei), Pudong sud (Pudong nan) et Nanshi.

  • 19 Voir sur ce sujet Rowe 1979.

31Avant la République, l’administration impériale avait instauré le système dit du baojia, qui était une forme d’organisation de la population à des fins de contrôle social. Néanmoins, son application était très inégale même dans les campagnes et, dans les villes du sud du pays, notamment Shanghai, il ne semble pas qu’il ait été sérieusement mis en œuvre19. Les études récentes d’histoire urbaine n’en font pas mention. Ce système n’a toutefois pas été oublié par les régimes contemporains. Pendant l’occupation japonaise, les autorités de collaboration ont, sous l’injonction de l’armée japonaise, instauré ce système dans les villes qu’elles contrôlaient. Il reprenait dans les grandes lignes la trame des dispositions de la loi de 1932. Seuls les noms ont changé (jia, bao, lianbao). À Shanghai, l’ensemble du territoire municipal, concessions étrangères comprises, a été soumis à ce régime destiné à prévenir tout acte de résistance à l’occupant. Des entités territoriales et humaines nouvelles ont ainsi été créées à partir de blocs d’habitations (un îlot au centre de quatre rues principales). Le système a été maintenu, sans grande efficacité, par l’administration nationaliste après 1945. Celle-ci a par ailleurs procédé à un nouveau découpage des arrondissements qui rayait définitivement de la carte les anciennes concessions. Ces espaces « fonctionnels » n’ont jamais pris dans le langage usuel de la population qui, hormis ses référents spatiaux traditionnels, se définissait par rapport aux arrondissements officiels.

  • 20 Naturellement, le terme qu désigne toujours l’échelon administratif de référence qu’est l’arrondiss (...)

32De l’exposé qui précède, il apparaît que dans la tradition administrative chinoise un même mot a été le plus souvent employé pour désigner un espace délimité au sein de la ville : qu (« zone »). Dans toutes les grandes villes, ce terme désigne ce que nous appelons en général « arrondissement » en France. Les entités situées au niveau inférieur n’ont en général pas eu de reconnaissance officielle. On a vu plus haut qu’il s’agissait plutôt de petites communautés humaines constituées artificiellement, par une opération comptable, à des fins de contrôle social. Ces systèmes n’ont jamais vraiment bien fonctionné, hormis durant la période 1942-1945. Après 1949, le terme qu a été repris avec le même sens d’arrondissement, mais il a connu une large extension de son champ d’utilisation. Dans les années 1980, avec l’accélération de la croissance urbaine, le retour à la planification urbaine et l’augmentation des problèmes sociaux de tous ordres, des formes variées de « zone » sont apparues20. Elles relèvent toutes du registre de la langue administrative et ne sont pas utilisées, sauf s’il s’agit d’une zone bien identifiée (zone de développement scientifique et technique, équivalent approximatif de nos zones industrielles).

  • 21 Le terme jiao signifie « à l’extérieur de la ville ». Dans le cadre des municipalités, il s’est sub (...)

33L’organisation administrative de l’espace urbain dans les villes chinoises depuis 1949 n’a pas connu de grands changements. Les grandes villes comportent des arrondissements urbains (shiqu) et des arrondissements ruraux (xianqu) : on retrouve le même terme qu, auquel est accolé tantôt « ville » (shi), tantôt « comté » (xian), la division territoriale de base en Chine, en dehors des villes, pratiquement depuis les origines. Les grandes municipalités sont donc restées divisées en arrondissements (qu) dont le nombre, au sein d’une même ville, a pu varier dans le temps. Pékin comptait vingt arrondissements dans les années 1950 contre dix à l’heure actuelle (et huit arrondissements ruraux). Au début, les noms propres ont été abolis et remplacés par des numéros, comme dans les villes françaises. Très vite, toutefois, chaque arrondissement a retrouvé un nom propre (Beijing shiyong… 1992 : 8-9). À Shanghai, les arrondissements ont été fusionnés après 1954. La ville n’en compte plus que vingt-deux contre trente en 1949, avec toujours la distinction entre arrondissements ruraux (jiaoqu) et arrondissement urbains (shiqu)21. Ce dernier terme désigne aussi la zone urbaine dans son ensemble. Les changements principaux opérés par le pouvoir ont consisté en reclassements successifs de rural en urbain et inversement. La tendance générale a cependant été l’inclusion de patries croissantes de l’espace rural dans le territoire « urbain », même si les zones concernées n’avaient aucun caractère urbain (le dernier exemple en date est la « nouvelle zone de Pudong », massivement rurale).

  • 22 Nous nous sommes inspirés du terme qui désignait, sous l’empire, l’entité qui regroupait plusieurs (...)
  • 23 Le Guide pratique de la ville de Pékin (Beijing shiqing shouce 1994 : 36) ne mentionne les lots qu’ (...)

34Au niveau inférieur, chaque arrondissement est divisé en jiedao, terme qui signifie « voirie, rue » dans la langue commune. Depuis 1949, il désigne un espace défini par ses rues, d’où le choix du terme de « circuit de rues » pour le rendre en français22. Selon la taille des villes, la taille des qu varie, tandis que celle des jiedao varie non seulement en fonction de ce même critère, mais aussi au sein d’un même qu. Il semble que plus la densité de population est élevée, plus la surface du circuit est petite. En général, il y a cinq à six jiedao par qu. Les qu comme les jiedao sont dotés d’organes administratifs, gouvernement d’arrondissement (quzhengfu) et bureau de circuit (jiedao banshichu). Pour l’administration municipale, le partage administratif du territoite se limite à ces deux niveaux. En dessous de ceux-ci, il existe une dernière subdivision qui, dans les villes du nord, s’appelle pian (lot). Un lot est un territoire avec des limites définies, correspondant à une unité du cadastre, mais il n’est pas doté d’organe administratif. Dans les documents officiels (manuels, guides, annuaires statistiques, encyclopédies urbaines, etc.), le « lot » n’est presque jamais mentionné23.

  • 24 Voir les cas de Jing’an et de Yangpu dans Henriot & Zheng 1999 : 115-117.

35Cela étant, la Chine a une particularité : en dehors des services admnistratifs, le pouvoir est représenté par des organes à caractère politique. Au niveau de l’arrondissement comme à celui du circuit de rues correspond un comité du parti qui double l’appareil municipal. Au-dessous du niveau des circuits, les résidents sont regroupés en jumin weiyuanhui (comité de résidents) qui correspondent à une unité territoriale bien définie. Cet espace n’est pas une instance administrative, mais son rôle est considérable, aussi bien pour les questions de gestion des services de proximité que pour encadrer – surveiller – la population (Guo 1992). Ce sont des entités de taille relativement homogène en termes de population, mais très variables en termes de surface24.

L’espace dans la vox populi

36Quelle que soit la culture – chinoise ou occidentale –, les habitants d’une ville ne s’inscrivent pas dans un espace vide. Une ville représente pour tout individu un vaste domaine d’opération. L’identité d’un individu est liée à son lieu de résidence (famille, voisins, services de proximité, etc.), mais au sein de la ville, il est amené à fréquenter d’autres espaces (emploi, achats, loisirs, etc.). Il se peut qu’il se rende aussi dans certains magasins, restaurants, installations sportives, lieux de loisirs, maisons de thé, cinémas, temples, etc., qui lui sont particulièrement familiers. De tous les lieux, celui qui lui est sans doute le plus familier est son « quartier ». La question qui se pose est donc double : quels référents spatiaux les Chinois utilisaient-ils à Shanghai ? Quelle conception ou appréhension concrète du « quartier » possédaient-ils ? Comment le langage a-t-il exprimé ces notions au cours du temps ?

37Du point de vue officiel, la notion de « quartier » n’existe pas en Chine, à la différence des villes françaises où le terme de quartier fait partie intégrante du lexique officiel des municipalités. Selon l’époque, la ville se divise en arrondissements (qu), en circuits (jiedao), etc., mais la notion générique de quartier n’apparaît pas. Du point de vue de l’analyse sociologique, le contenu social concret respectif des arrondissements ou d’autres entités est difficile à mesurer. Les divisions administratives ou politiques ne nous disent pas grand-chose sur la perception concrète de l’espace et de l’environnement urbains par les habitants eux-mêmes. La principale difficulté d’une telle recherche réside dans le manque de matériaux historiques. La voix du peuple laisse souvent peu de traces dans les archives. Nous avons approché l’identité territoriale des habitants au sein de la ville à travers la presse, les guides, des textes littéraires ou encore les mémoires de résidents célèbres. Ces sources se recoupent incontestablement sur la manière d’exprimer les « repères » et le « quartier ».

  • 25 Il y avait à l’origine six portes (au sud et à l’est, elles étaient doublées). Entre 1849 et 1911, (...)

38Au xixe siècle, à l’intérieur même de la ville fortifiée, il ne semble pas que les habitants distinguaient des entités particulières ou quartiers. Les références à un espace donné étaient exprimées par la mention d’une construction, le plus souvent un bâtiment, mais aussi un pont ou une porte. On a indiqué plus haut que les lieux du pouvoir étaient concentrés à l’intérieur de la muraille, de même que les principaux temples et nombre de guildes professionnelles. Ces constructions étaient autant de repères qui désignaient en général un espace plus large que la construction elle-même. Ainsi « Chenghuangmiao » désigne tout autant le temple du dieu protecteur de la ville, que le parc formé par ses jardins, ou tout le quartier alentour. On pourrait aussi citer « Jiumudi » ou « Kongzimiao » (temple de Confucius). En l’absence de marquage des rues et des canaux, les ponts constituent aussi un élément essentiel du repérage spatial. Enfin, les portes qui permettent le franchissement de la muraille aux quatre points cardinaux sont aussi utilisées comme un référent spatial essentiel car elles valent pour l’intérieur et l’extérieur de la muraille25. Au début du xxe siècle, avec le comblement croissant des canaux, les ponts ont perdu toute signification. Les portes, en revanche, bien qu’elles aient disparu, ont continué de servir de référent spatial jusqu’en 1949.

39Cette logique s’est appliquée à tout l’espace urbain à mesure qu’il s’est développé. Sous la République, il se décline toujours en entités topony-miques qui ont d’ailleurs perduré bien après l’établissement de municipalités modernes et n’ont véritablement disparu qu’après 1949. La ville chinoise a donc des « quartiers » que la vox populi définit et désigne à partir d’un « haut lieu » qui en constitue le centre. La notion neutre ou commune de « quartier » n’existe pas ; il n’existe que des « lieux ». L’objet de référence peut être extrêmement varié dans sa nature et son étendue : hôpital (renji yiyuan), imprimerie (mohai shuguan), parc, temple (jing’ansi), champ de courses (paomachang), centre d’amusement (da shijie), quais (nan matou, caojiadu), etc. Ces référents spatiaux ne sont pas constants dans le temps. Ils peuvent disparaître, à la suite d’une restructuration urbaine, avec l’entité qui lui a donné naissance ou au contraire lui survivre bien après sa disparition (par exemple les « portes » de la muraille disparue, divers ponts comme Baxianqiao, Nichengqiao, Xieqiao, Tilanqiao).

  • 26 Ces processus sont très bien décrits dans Zheng 1988, ch. VII.

40Il y a un renouvellement régulier des divisions de l’espace dans la carte mentale qui guide les habitants de Shanghai. Certains termes se sont enracinés. Le plus célèbre est « Waitan » ou « Bund » pour les étrangers. Ces termes, encore en usage aujourd’hui, désignent la longue promenade, autrefois dotée d’un parc, le long du fleuve Huangpu. Jusqu’en 1949, Jing’ansi (temple de Jing’an), Beizhan (gare du Nord), Baxianqiao (pont des Huit Immortels), Laoximen (vieille porte de l’Ouest), Xujiahui, Shiliupu sont autant d’espaces clairement définis, quoique sans existence formelle et, pour certains (Baxianqiao, Laoximen), sans la moindre trace d’existence physique. Le processus est partout le même : la formation d’un espace construit autour d’un lieu, parfois en relation avec l’émergence d’un marché (shi), à mesure que la nappe urbaine s’étend vers l’extérieur ou qu’une excroissance surgit spontanément et se fond ensuite dans le tissu urbain. Xujiahui était un village éloigné des marges urbaines lorsque les jésuites s’y installent en 1851 et contribuent à un développement urbain local. Le village est devenu ensuite un quartier de Shanghai26.

41À l’époque contemporaine, dans la presse ordinaire comme dans les revues académiques, on ne trouve guère de trace de la langue populaire, ni même souvent de reflet de la vie ordinaire des citoyens. De ce fait, il n’est pas très facile de rencontrer les termes employés par les citadins eux-mêmes, sinon par une enquête orale directe qui était hors de notre portée. Sur la base d’une approche limitée aux sources écrites, il semble que trois termes soient principalement utilisés pour définir l’espace dans lequel les individus s’inscrivent : arrondissement (qu), rue (lu) et ruelle (lilong). Selon la personne à laquelle on s’adresse et son degré, supposé ou réel, de familiarité avec la ville concernée, on aura recours à l’un ou l’autre terme.

42L’arrondissement est toutefois une unité plutôt vaste avec laquelle un résident ne peut guère s’identifier pleinement. Son univers de référence se situe à un niveau plus réduit. Dans le cas de la Chine, le « circuit » pourrait apparaître sans doute comme un espace de référence, un « quartier ». En réalité, la population ne considère pas le « circuit » comme un « quartier ». Le jiedao a des fonctions administratives (enregistrement de la population, formalités administratives diverses, contrôle de la natalité, etc.). Il a aussi une dimension économique puisqu’il existe des entreprises de circuit (jiedao qiye). Certains auteurs soulignent l’importance de cette dimension économique, notamment les multiples stands de proximité qui servent la population résidente (Li 1994). De fait, un jiedao n’est pas très grand : à Pékin, il compte en moyenne six mille résidents (Beijing shiyong… 1992 : 15-18), à Shanghai, il en compte dix fois plus. On concédera que, à ce niveau élevé, on ne peut guère parler de « quartier », même s’il s’agit d’entités de petite taille (2,1 km2 en moyenne). Les citadins ont aussi parfois recours au terme de pian (lot), qui correspond à un espace nettement plus réduit que le circuit. Son utilisation dans le langage courant est avérée dans le nord de la Chine seulement. Il n’est jamais utilisé de façon générique, mais en association avec un toponyme : « J’habite le lot Untel ». Un « quartier » a toujours un nom propre, un « identifiant » qui souligne le lien d’appartenance de la population à une zone donnée.

  • 27 Bien que le terme générique le plus courant soit li, les lilong de Shanghai sont baptisés d’une fou (...)
  • 28 À titre d’illustration, on notera qu’il y avait à Shanghgai 365 lilong dont le nom commençait par l (...)

43Si l’on se penche maintenant sur un échelon plus petit encore, on trouve un espace qui représente à notre sens le véritable point focal de l’identité urbaine. Pékin est célèbre pour ses hutong, Shanghai l’est pour ses lilong (appelés aussi longtang avant 1949)27. Il est incontestable que ces ruelles, qui désignent non pas une simple allée mais un ensemble de venelles unissant plusieurs blocs d’habitations, représentent le lieu premier d’identification des citadins à la ville. Même si cette unité est de taille plus réduite, c’est celle qui s’approche le plus du « quartier » au sens français du terme. En effet, un lilong n’est pas qu’un simple espace dans la ville, c’est aussi une communauté. Il y a une culture du lilong, une architecture propre à cette forme d’habitat, un mode de vie qui amène les résidents à des formes variées d’interaction. Enfin, chaque lilong porte un nom qui lui est propre, choisi par le promoteur ou par les habitants, qui est censé le placer sous de bons auspices : ruelle du bonheur, de la félicité, du bonheur du peuple, etc. Le choix est infini28.

44Lorsqu’on se plonge dans la littérature populaire, du moins celle d’avant 1949, les adresses sont toujours formulées par référence à un lilong. Qu’il s’agisse de désigner le domicile, des lieux de plaisirs, les coordonnées d’un médecin, de décrire la vie d’une famille, c’est le lilong ou ses déclinaisons locales qui ressort toujours. Un lilong constitue un espace réduit où vivent quelques dizaines de familles. Bien que cette unité spatiale soit testée essentielle après 1949, elle n’a jamais acquis un véritable statut aux yeux des autorités. On peut y voir le reflet de leur désintérêt pendant longtemps pour la « vie de quartier », sinon à des fins de surveillance. Dans la Chine contemporaine, l’organisation sociale qui a prévalu jusqu’à présent est plutôt l’unité de travail (danwei), devenue l’instance de référence pour la vie quotidienne grâce aux services divers qu’elle apportait à ses membres (logement, soins médicaux, produits alimentaires, etc.). Cette structure est en passe de disparaître et entraînera certainement une modification des habitudes des citadins. Toutefois, les lilong sont en train de disparaître eux aussi, sous les coups des pelleteuses.

  • 29 Ces quartiers ont été érigés en zones expérimentales où les autorités tant centrales que locales on (...)
  • 30 Voir Chang 1993 ; Shu 1993 ; Cai 1994 ; Huang 1994 ; Mei 1995a et 1995b ; Yang 1995 ; Hong 1995 et (...)
  • 31 En 1995, l’Académie des sciences sociales de Pékin a établi un groupe de recherche chargé d’étudier (...)

45Dans les revues académiques et la presse officielle actuelle est apparue une nouvelle notion, celle de « petite zone résidentielle » (zhuzhai xiaoqu, juzhu xiaoqu), pour désigner de nouveaux espaces urbains. C’est un terme qui semble avoir été emprunté au russe lorsque, dans les années 1950, par suite de l’influence soviétique sur la planification urbaine et l’architecture, la Chine a adopté ce concept de « petite zone » (xiaoqu). À cette époque, il faisait référence à des cités ouvrières ou à de petits ensembles résidentiels. Plus tard, cette expression s’est diffusée dans les documents officiels. Dans les années 1960 et 1970, en revanche, avec le ralentissement de la croissance économique et le gel de la planification urbaine, la notion de « petite zone » est tombée en désuétude. Avec les années 1980, elle est réapparue avec force et s’est imposée rapidement dans la littérature spécialisée et officielle (Wang 1994). Ce nouvel engouement pour les « petites zones » a pris sa source dans les politiques de réforme urbaine des années 1980, quand des « zones résidentielles » ont été sélectionnées par le ministère de la Construction pour servir de points d’appui à une nouvelle politique de réhabilitation29. Celle-ci a suscité l’intérêt et la curiosité des chercheurs30 et toutes les revues d’urbanisme ou d’études urbaines y ont consacré de nombreux articles31.

  • 32 Dans quelques villes, les autorités ont inclus des quartiers anciens de lilong dans leurs projets e (...)

46Ces « zones » pourraient s’apparenter aux « quartiers » français, mais un examen de leur structure et de leur contenu social révèle cependant très vite que ces entités ne sont pas des communautés spontanées. On a bien là un terme qui relève du langage des chercheurs et des praticiens de l’urbanisme. D’autre part, d’après la documentation examinée, ces « zones résidentielles » ne sont pas des « quartiers » pris au hasard. Leurs limites sont définies par les autorités : en général il s’agit d’un groupe d’immeubles sur un espace délimité par quatre rues principales, un « block » au sens américain du terme. La plupart sont en fait des grappes de grands ensembles et d’immeubles de taille diverse qui correspondent aux cités ouvrières construites à la périphérie32. À Shanghai, le terme de « zone résidentielle » a aussi été introduit par les techniciens de l’urbanisme, mais le terme le plus usuel pour les cités ouvrières reste l’appellation xincun (nouveau village) adoptée à partir des années 1950.

  • 33 À Chengdu, un « quartier résidentiel » couvre une surface de 52 mu (3,4 ha). Dans une autre ville, (...)
  • 34 Naturellement, il y a aussi de grandes « zones résidentielles ». La zone expérimentale de Zhongshan (...)

47Ces « zones résidentielles » n’ont pas de limites précises, ni de surface de référence33. Leur population se situe autour de cinq cents à un millier de foyers (1 500-2 800 personnes) (Liu 1994, Wang 1994, « Ba xiaoqu… » 1995)34. On peut imaginer que dans un tel espace circonscrit, les résidents ont des relations sociales et des intérêts communs. Dans certaines cités, les habitants ont été impliqués dans le processus de conception de la rénovation de leur « zone résidentielle ». À travers des enquêtes et des courriers, les résidents ont exprimé des avis et des suggestions. En même temps, les « zones résidentielles » sont des unités définies arbitrairement par le pouvoir politique et bureaucratique, dont l’objectif est d’améliorer les conditions de vie de la population concernée et de faire de ces quartiers des zones modèles en y impliquant les meilleures entreprises de construction et en y utilisant les meilleurs matériaux (Zhu & Shi Guozhen 1995). Les « zones résidentielles » sont donc avant tout une composante de chaque municipalité dans son effort de rénovation urbaine, mais elles ne constituent pas de véritables quartiers.

48La tendance la plus récente en matière de catégories de l’urbain est le développement de quartiers de villas (bieshu), un terme apparu dans les années 1920-1930 pour désigner un habitat individuel bourgeois. Dans les années 1990, c’est un phénomène nouveau qui révèle l’enrichissement croissant de la société urbaine chinoise et un désir d’échapper à l’habitat collectif de piètre qualité. Ces espaces sont bâtis principalement à la périphérie où les terrains sont moins chers et où la congestion est moindre. Ils prennent la forme de lotissements dans lesquels les maisons sont construites à l’identique, pratiquement sans espace extérieur privatif. Ce qui les distingue des lotissements français, c’est cet entassement des habitations et leur isolement du reste de la ville. Les villas sont situées dans un espace protégé par un mur et gardé jour et nuit. Résider dans un tel ensemble constitue une marque de distinction sociale qui n’est accessible qu’à une minorité. Le terme bieshu (villa), qui désignait une habitation unique, évoque désormais une enclave huppée, au regard des conditions normales d’habitat en Chine. Le phénomène est encore trop récent pour avoir marqué fortement le langage. De manière intéressante, il est peu présent dans la presse officielle, alors que tout résident urbain identifie immédiatement le statut social de celui qui indique qu’il réside dans une bieshu. Ces lotissements de villas portent aussi toujours un nom qui renforce leur identité.

49L’étude des catégories urbaines à Shanghai révèle finalement deux strates bien distinctes, le vocabulaire officiel et le langage populaire. Le premier s’est imposé au second avec la mise en place d’institutions municipales au xxe siècle et des interventions croissantes dans la gestion de l’espace urbain. La langue vernaculaire a subi un processus paradoxal d’enrichissement à travers l’assimilation d’une partie du registre officiel et d’appauvrissement par l’effacement progressif des référents spatiaux traditionnels. Alors qu’il y a eu une cohabitation des deux registres de langue longtemps après l’installation d’administrations municipales, l’instauration du régime communiste entraîne la disparition totale des termes et des modes de nomination des divisions de l’espace urbain. Ce phénomène résulte de choix politiques, mais aussi d’un processus de modernisation qui appelle un recours à des repères mieux standardisés (rues, numéros).

50Le langage des chercheurs ou des bureaucrates véhicule de nombreux termes qui se réfèrent à des unités spatiales, mais il s’agit d’entités administratives. Ils soulignent l’implication constante et croissante des autorités dans des tentatives récurrentes pour établir des systèmes de surveillance et de contrôle de la population. La terminologie officielle ne reflète que rarement la dimension sociale des quartiers, en particulier après 1949. Les termes auxquels ont recours les citadins dans le langage de tous les jours pour exprimer comment ils appréhendent eux-mêmes leur environnement proche ne se laissent pas facilement saisir. Au niveau le plus élémentaire, il y a une certaine continuité. Les citadins chinois ont un sens du « quartier », mais ce sens est lié à un espace relativement restreint, le quartier de ruelles (lilong). Cette forme urbaine est condamnée à Shanghai. Pour ceux qui habitent dans une zone de grands ensembles, l’expérience est singulièrement différente, bien qu’elle n’exclue pas une perception et une expression de cet environnement.

51Un trait marquant de la culture urbaine chinoise, dans la dénomination des parties de l’espace urbain, est le large usage qui est fait de la toponymie. Les « quartiers », les divisions de l’espace n’existent véritablement qu’à travers des noms de lieux dont la pérennité tranche avec les découpages successifs imposés par le pouvoir municipal. Le quartier de Wangfujing à Pékin n’a aucune réalité administrative, ni de frontières bien délimitées, mais tout Pékinois sait à quoi ce nom renvoie. À Shanghai, Waitan (le Bund) évoque depuis plus d’un siècle et demi cet espace vibrionnant adossé au fleuve, où bat le cœur économique de la ville. Il n’a jamais été institutionnalisé, mais aucune autre « division de la ville » ne possède une telle puissance évocatrice.

Bibliographie

Références bibliographiques

« Ba xiaoqu guanli tigao dao yi ge xin shuiping » [Porter la gestion des « quartiers résidentiels » à un nouveau niveau]. 1995. Chengshi kaifa [Développement urbain], 9 : 23.

Beijing shiqing shouce [Guide pratique de la ville de Pékin]. 1994. Beijing, Zhongguo tongji chubanshe.

Beijing shiyong ziliao daquan [Encyclopédie de documentation pratique de Pékin]. 1992. Beijing, Gaige chubanshe.

Cai Zishen. 1994. « Zhuzhai xiaoqu guanlifa de sikao » [Réflexion sur le mode de gestion des « quartiers résidentiels »], Chengshi wenti [Problèmes urbains], 4 : 29-30.

Chang Shuhai. 1993. « Yi zhuzhai xiaoqu wei daiti kaizhan chengshi guanli de chubu changshi » [Une tentative préliminaire de développement de la gestion urbaine en prenant les « quartiers résidentiels » comme moteur], Chengshi wenti [Problèmes urbains], 5 ; 49-52.

Chen Yewei. 1995. « Shanghai jiuchengqu gengxin gaizao de duice » [La politique de rénovation et de réhabilitation de la vieille ville de Shanghai], Chengshi guihua [Planification urbaine], 5 : 32-33.

Delissen, Alain. 2000. « Denied and Besieged : The Japanese Community of Korea, 1876-1945 », in Robert Bickers & Christian Henriot (éd.), New Frontiers : Imperialism’s New Communities in East Asia, 1842-1952, Manchester, Manchester University Press : 125-145.

Elvin, Mark. 1969. « The Gentry Democracy in Shanghai, 1905-1914 », in Jack Gray (éd.), Modern Chinas Search for a Political Form. London, Oxford University Press : 41-65.

— 1974. « The Administration of Shanghai, 1905-1914 », in M. Elvin & W.G. Skinner (éd.), The Chinese City betweeen Two Worlds, Stanford, Stanford University Press : 239-262.

Ge Yuanxu. 1876. Huyou zazi [Notes variées d’un voyage à Shanghai], 4 vol. (rééd. Shanghai, Guji chubanshe, 1989).

Ged, Françoise. 1997. « Shanghai : habitat et structure urbaine, 1842-1995 », thèse de doctorat, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Guo Yunfei. 1992. « Chengshi juminwei ban shiye he jingmin gong-jian gongzuo guanli » [Les activités des comités de résidents et la gestion du travail de construction collective et de mobilisation de la population], in Chengshi kexue guanli [La gestion scientifique de la ville], Shenyang, Heilongjiang kexue jishu chubanshe : 273-283.

He Shulin. 1994. « Guangzhou shi wuyangcun xiaoqu shishi wuye guanli de ji dian tihui » [Quelques enseignements tirés de la gestion matérielle dans la mise en œuvre du quartier de Wuyangcun à Canton], Chengshi wenti [Problèmes urbains], 4 : 24-28.

Henriot, Christian. 1991a . « Réforme économique et décentralisation en Chine populaire : le cas de la région économique de Shanghai », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 22, 1 : 57-92.

— 1991 b. Shanghai 1927-1937. Élites locales et modernisation en Chine nationaliste, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

— 1997. Belles de Shanghai. Prostitution et sexualité en Chine aux xixe-xxe siècles. Paris, Éditions du cnrs.

Henriot, Christian & Zheng Zuan. 1999. Atlas de Shanghai. Espaces et représentations, de 1849 à nos jours. Paris, Éditions du cnrs.

Hong Liangping. 1995. « Tansuo xiandai zhuzhai xiaoqu de sheji wen-hua » [La culture de conception des « quartiers résidentiels » contemporains], Chengshi guihua [Planification urbaine], 4, 32-35.

Howe, Christopher (éd.). 1993. Shanghai : Revolution and Development in an Asian Metropolis. Cambridge, Cambridge University Press.

Huang Jiande. 1995. « Tigao jiuchengqu zhiliang, wanshan jiuchengqu gongneng » [Élever la qualité des « vieilles villes », améliorer les fonctions des « vieilles villes »], Chengshi kaifa [Développement urbain], 11 : 19-21

Huang Yonglin. 1994. « Kangle xiaoqu zhengti jianshe zhiliang de tansuo » [Enquête sur la qualité de la reconstruction générale du quartier de Kangle], Chengshi kaifa [Développement urbain], 7 : 20-25.

Jiang Hai. 1995. « Kaifa xinchengqu, jianshe xin Tanzhou » [Développer la ville nouvelle, construire un nouveau Tanzhou], Chengshi kaifa [Développement urbain], 10 : 7-8

Johnson, Linda C. 1995. Shanghai. From Market Town to Treaty Port, 1074-1858, Stanford, Stanford University Press.

Li Xiaoguang. 1994. « Zhengchuang shoufu jiedao » [Se battre pour des circuits prospères], Chengshi wenti [Problèmes urbains], 2 :16-20.

Liu Yuanbo. 1994. « Zhengzhou shi lüyun shidian xiaoqu guihua sheji jianjie » [Une brève présentation de la conception du plan du quartier de Lüyun à Zhengzhou], Chengshi guihua [Planification urbaine], 3 :36.

MacPherson, Kerrie. 1995. « La nouvelle zone de Pudong et le développement urbain de Shanghai : une mise en perspective historique », in Christian Henriot (A. Delissen, collab.), Les métropoles chinoises au xxe siècle, Paris, Éditions Arguments : 191-208.

Mei Baohua. 1995a. « Tan tan juzhu xiaoqu de xiandai guanli » [À propos de la gestion moderne des « quartiers résidentiels »], Chengshi wenti [Problèmes urbains], 5 : 44-48.

— 1995b « Shanghai kangle xiaoqu » [Le quartier de Kangle à Shanghai], Chengshi kaifa [Développement urbain], 3 : 17-18.

Meyer, Kathryn B. 1985. « Splitting Apart : The Shanghai Treaty Port in Transition, 1914-1921 », Ph.D. dissertation, Temple University.

Qin Ruidian. 1995. « Zhuzhai xiaoqu gongcheng jianshe shigong zuzhi yu guanli » [La gestion et l’organisation des travaux de construction des « quartiers résidentiels »], Chengshi kaifa [Développement urbain], 10 : 22-23.

Rong Fang. 1995. « Chengdu donggong xingjian gaoceng zhuzhai shi-fan xiaoqu » [La ville de Chengdu se met en branle pour construire des « quartiers résidentiels » de qualité], Chengshi kaifa [Développement urbain], 12 : 34.

Rowe, William. 1979. « Urban Control in Late Imperial China : the Pao-chia System in Hankow », in Perspectives on a Changing China : Essays in Honor of Prof. Martin C. Wilbur, Boulder, Westview Press : 89-112.

Shanghai shi nianjian [Annuaire de la municipalité de Shanghai]. 1946. Shanghai, Zhonghua shuju.

Shanghai shi penghuqu de bianqian [La transformation des bidonvilles de Shanghai]. 1965.Shanghai, Renmin chubanshe.

Shanghai xian xuzhi [Complément à la gazette du xian de Shanghai]. 1919. Rééd. Taibei, Chengwen chubanshe, 1970.

Shanghai zhinan. Guide to Shanghai : A Chinese Directory of the Port. 1914. Shanghai, Shangwu yinshuguan (1re éd. 1909,éd. suivantes 1919, 1920, 1923, 1925, 1926, 1930).

Shu Benchao. 1993. « Chengshi juzhu xiaoqu yu shehuizhuyi jingshen wenming jianshe » [Les « quartiers résidentiels » urbains et la construction d’une civilisation spirituelle socialiste], Chengshi wenti [Problèmes urbains], 6 : 14-15.

Tan Qinglian [ministre de la Construction]. 1995. « Shidian xiaoqu dui women de qishi » [L’avertissement que nous lancent les quartiers expérimentaux], Chengshi kaifa [Développement urbain], 9 : 3-5.

Wang Dehua. 1994. « Chengshi zhuzhai xiaoqu guihua » [La planification des petites zones résidentielles urbaines], Chengshi guihua [Planification urbaine], 2 : 21-26.

Wang Tao. 1870. Yinru zazhi [Notes variées sur le bord de mer]. Rééd. Shanghai, Gujichubanshe, 1989.

Williams, Jack. 1995. « La Tête du dragon : Pudong, Shanghai et la Chine vers le xxie siècle », in Christian Henriot (A. Delissen, collab.), Les métropoles chinoises au xxe siècle, Paris, Éditions Arguments : 209-225.

Yang Queming. 1995. « Juzhu xiaoqu xiandai guanli xitong de ruogan wenti tantao » [Étude de quelques problèmes relatifs au système de gestion moderne des « quartiers résidentiels »], Chengshi wenti [Problèmes urbains], 5 : 49-52.

« Zai zhuzhai xiaoqu wuye guanli de daolu shang kaituo fenjin » [Avancer résolument sur la voie de la gestion matérielle des « quartiers résidentiels »]. 1995. Chengshi kaifa [Développement urbain], 10 : 24-25.

Zhang Xinzhi, Yang Jinhong & Tao Ruping. 1995. « Xiang guoji biaozhun kaolong de zhuzhai xiaoqu : Changzhou honghai xicun guihua sheji gousi de tedian » [Des « quartiers résidentiels » qui s’approchent des standards internationaux : les particularités de la conception de la planification du quartier de Honghai xicun à Changzhou], Chengshi kaifa [Développement urbain], 7 : 10-13.

Zheng Zu’an. 1988. Shanghai diming xiaozhi [Petite monographie des toponymes de Shanghai]. Shanghai, Shanghai shehui kexueyuan chubanshe.

— 1999. Bainian shanghai cheng [Cent ans de la ville de Shanghai]. Shanghai, Shanghai xuelin chubanshe.

Zhonghua minguo xianxing fagui [Encyclopédie des lois et règlements en vigueur en République de Chine]. 1937.Shanghai, Shangwu yinshuguan.

Zhu Jianhong & Shi Guozhen. 1995. « Shidian xiaoqu shi shenmen ? » [Qu’expérimentent les quartiers expérimentaux ?], Chengshi kaifa [Développement urbain], 5 : 23-24.

Notes

1 Pour une étude générale et une appréhension visuelle des mutations de Shanghai dans la longue durée, on consultera Henriot & Zheng 1999.

2 Voir notamment la carte intitulée « Shanghai chengxiang neiwai zujie beishi lüetu », qui figure dans Ge 1876, éd. 1989.

3 Le nom « Zhabei » a été remplacé en 1906 par « Beishi » (marché du nord), qui désignait anciennement, on l’a vu, les concessions étrangères. « Beishi » n’a pas pris racine et dès 1911, « Zhabei » s’impose définitivement.

4 On notera que l’institution qui a précédé le Chengxiang neiwai zong gongchengju (Bureau général de construction des rues de la cité) établi en 1905 s’appelait Nanshi malu shan-hou gongchengju (Bureau de construction et d’entretien de la route de Nanshi). Ce bureau n’était concerné que par le faubourg à l’extérieur de la muraille, où a été construite une route dans le prolongement du Bund (fronton de la rivière) aménagé par les concessions le long du Huangpu. Nanshi ne désigne bien alors que cette partie extérieure de la ville.

5 Le terme est resté dans la langue, puisqu’il désigne un arrondissement urbain de la municipalité actuelle.

6 « Hu » désigne toujours Shanghai aussi bien dans des expressions littéraires que dans les documents administratifs, tout comme chaque province chinoise peut être nommée par un seul caractère qui diffère le plus souvent des deux caractères composant leur nom. La ligne de chemin de fer Pékin-Shanghai est ainsi nommée « jing-hu » (jing pour capitale, hu pour Shanghai).

7 « Huxi » (Shanghai-ouest) a été utilisé au milieu des années 1930, mais il désignait la partie occidentale de la ville extérieure aux concessions étrangères, soit la zone dite « des routes extérieures ». Le terme a été employé par l’administration municipale chinoise pour désigner certaines de ses installations dans cette zone. Il a connu son heure de gloire après l’occupation japonaise lorsque cette partie du territoire chinois est devenue une sorte de no man’s land juridictionnel où ont fleuri casinos, fumeries d’opium et maisons de prostitution. La presse s’en est largement emparée. L’administration municipale de collaboration a ensuite intégré ce territoire comme l’un de ses arrondissements sous le même nom. Après la guerre, une nouvelle division administrative, assortie de renominations, a évacué le terme.

8 Très exactement, le mot yang désigne la mer, soit en l’occurrence les « gens venus de la mer ».

9 « 10 li » renvoie à l’extension (10 li = 5 km) que représentent les concessions au nord de la ville fortifiée.

10 Les concessions anglaise et américaine ont fusionné officiellement en 1863, mais elles ont conservé leurs appellations respectives jusqu’en 1899.

11 Le terme « Pudong » est répertorié dans les Shanghai xianzhi (monographies locales de Shanghai, préparées sous l’égide des élites ou autorités locales) depuis le début du xvie siècle, même si la zone se trouve de fait partagée entre deux comtés, celui de Shanghai et celui de Baoshan.

12 Bien que les désignations de ces divisions aient évolué dans le temps, de même que leur surface, la structure établie sous la dynastie des Han (iiie siècle avant J-C), en particulier l’unité de base qu’est le xian, s’est perpétuée jusqu’à nos jours.

13 Carte « chengxiang fenputu » dans Shanghgai xian xuzhi 1919. Curieusement, sous la République, ces divisions ont disparu, mais l’expression shiliupu (16 pu) est restée pour désigner le faubourg oriental, entre la concession française er les faubourgs du sud.

14 Cette dimension reste difficile, sinon impossible à explorer dans la mesure où les archives impériales n’ont pas survécu au soulèvement de la Société du petit couteau en 1854 et aux destructions ultérieures qui ont affecté la ville fortifiée.

15 « Shanghai tebieshi zanxing tiaoli » [Règlement provisoire de la municipalité spéciale de Shanghai], Dongfang zazhi (La Revue de l’Orient), 24, 9 : 101-103.

16 « Tebieshi zuzhifa » [Loi d’organisation des municipalités spéciales] et « Shi zuzhifa » [Loi d’organisation des municipalités], Dongfang zazhi (La Revue de l’Orient), 25, 19 : 101-103.

17 Voir plus bas, le baojia.

18 Entre 1945 et 1949, la municipalité compte 16 arrondissements urbains et 16 arrondissements ruraux (Shanghai shi nianjian 1946).

19 Voir sur ce sujet Rowe 1979.

20 Naturellement, le terme qu désigne toujours l’échelon administratif de référence qu’est l’arrondissement. Toutefois, toutes sortes de « zones » coexistent au sein de la ville : zone industrielle (gongyequ), zone commerciale (sbangyequ), zone touristique (lüyouqu), etc. Lorsqu’il faut créer un néologisme à caractère technique, c’est encore le mot qu qui est mis à contribution. Ainsi en va-t-il des zones standard de nuisances sonores (zaosheng dabiaoqu). Le terme de qu s’applique également à des espaces sans limites territoriales bien définies. On l’utilise ainsi pour parler de « vieille ville » (jiuchengqu ou chengshi jiuqu) et de « ville nouvelle » (xinchengqu) au sein d’une même cité, sans que cela renvoie nécessairement à des espaces nettement délimités.

21 Le terme jiao signifie « à l’extérieur de la ville ». Dans le cadre des municipalités, il s’est substitué à xian qui désigne uniquement les comtés ruraux. Dans le langage courant, jiaoqu signifie aussi « banlieue », « périphérie », sans connotation autre que géographique.

22 Nous nous sommes inspirés du terme qui désignait, sous l’empire, l’entité qui regroupait plusieurs préfectures (dao) et qui est rendue par convention en français par « circuit ».

23 Le Guide pratique de la ville de Pékin (Beijing shiqing shouce 1994 : 36) ne mentionne les lots qu’en relation avec la rénovation des quartiers délabrés, qui représentent 202 lots.

24 Voir les cas de Jing’an et de Yangpu dans Henriot & Zheng 1999 : 115-117.

25 Il y avait à l’origine six portes (au sud et à l’est, elles étaient doublées). Entre 1849 et 1911, quatre autres portes ont été percées. Alors qu’elles portaient chacune à l’origine un nom propre, celui-ci a été remplacé par l’indication de la direction (nord, sud, est, ouest), déclinée en « grandes » (da), « petites » (xiao) et « nouvelles » (xin) pour les distinguer (Zheng 1988 : 7).

26 Ces processus sont très bien décrits dans Zheng 1988, ch. VII.

27 Bien que le terme générique le plus courant soit li, les lilong de Shanghai sont baptisés d’une foule de termes très variés : fang (quartier), long (ruelle), cun (village), lu (hutte), yuan (jardin), zhuang (hameau), zhai (résidence), xiang (ruelle), xincun (nouveau village), huayuan (cour-jardin), bieshu (villa). Cette variété renvoie aussi aux évolutions de l’habitat, notamment l’émergence de types plus bourgeois.

28 À titre d’illustration, on notera qu’il y avait à Shanghgai 365 lilong dont le nom commençait par le caractère yong (éternel). Celui-ci était combiné à 64 caractères différents pour donner autant d’appellations de lilong. Néanmoins, les homonymies étaient inévitables : il y avait ainsi 56 « yong’an » (paix éternelle), 29 « yongqing » (bénédiction éternelle), 23 « yongxing » (prospérité éternelle) et 21 « yongji » (félicité éternelle). On comprend mieux l’importance de situer le « quartier » de référence de chaque lilong pour éviter de se perdre (Zheng 1988 : 74).

29 Ces quartiers ont été érigés en zones expérimentales où les autorités tant centrales que locales ont mis en œuvre des mesures de planification et d’amélioration de l’habitat. Depuis le début de cette réforme, le ministère de la Construction a publié deux listes de sites expérimentaux. Il y en a environ 4 000 à travers le pays (Tan Qinglian 1995).

30 Voir Chang 1993 ; Shu 1993 ; Cai 1994 ; Huang 1994 ; Mei 1995a et 1995b ; Yang 1995 ; Hong 1995 et les expériences en divers points de Chine rapportées par Chengshi kaifa [Développement urbain], 5, 1995 : 25-28.

31 En 1995, l’Académie des sciences sociales de Pékin a établi un groupe de recherche chargé d’étudier « la gestion moderne des zones résidentielles des villes chinoises » (Zhongguo chenghsi juzhu xiaoqu xiandai guanli yanjiu). Les activités de ce groupe ont été rapportées régulièrement dans la revue Chengshi wenti [Problèmes urbains] et la revue Chengshi kaifa [Développement urbain] a créé une rubrique « Brèves des petites zones expérimentales » (xiaoqu shidian jianbao) : voir par exemple 5, 1995, p. 44 et 1, 1995, pp. 32-33.

32 Dans quelques villes, les autorités ont inclus des quartiers anciens de lilong dans leurs projets expérimentaux de rénovation urbaine. Mais ce sont bien des exceptions (Zhang, Yang & Tao 1995).

33 À Chengdu, un « quartier résidentiel » couvre une surface de 52 mu (3,4 ha). Dans une autre ville, la surface atteignait 1,5 km2. Dans la plupart des articles, les auteurs ne donnent que très peu d’indications statistiques. D’autre part, il semble que les quartiers dont ils traitent n’ont pas de contenu social, ni d’environnement géographique (« Ba xiaoqu… » 1995 ; Rong 1995 ; Qin 1995 ; « Zai zhuzhai… » 1995).

34 Naturellement, il y a aussi de grandes « zones résidentielles ». La zone expérimentale de Zhongshan beili à Tianjin ne compte pas moins de 25 bâtiments et 30 000 résidents. Le quartier de Wuyancun à Canton regroupe 200 bâtiments et une population de 6 445 foyers (environ 22 000 personnes). Dans ces conditions, il devient difficile de parler de quartier, bien que les grands ensembles puissent aussi former des entités sociales spécifiques (Chang 1993 ; He 1994).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Shanghai : la vieille ville fortifiée et ses faubourgs vers 1870.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 2. Shanghai : la vieille ville fortifiée et ses principaux édifices vers 1840.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 3. Plan de la Concession française de Changhai [Shanghai] (1934).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

Auteurs

Christian Henriot, historien, Institut d'Asie orientale, Lyon

Zheng Zu'an, historien, Académie des sciences sociales de Shanghai

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540