Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

II. Le choc de l'expansion occidentale

La ville imaginée : nommer les divisions de Bombay coloniale (1800-1918)*

Preeti Chopra

Texte intégral

  • * La rédaction de ce chapitre fut rendue possible par une subvention de la Taraknath Das Foundation, (...)
  • 1 Sur les origines du Shiv Shena, voir Gupta 1982 : 39-69. Le mouvement naquit officiellement à Bomb (...)
  • 2 On rendra « Bombay Municipal Corporation » (instituée en 1865 par le gouverneur britannique) par « (...)

1Un article dans un journal de Bombay – dont le nom officiel est aujourd’hui Mumbai – attirait récemment l’attention sur un mouvement de protestation contre le projet de changer le nom d’un rond-point (circle), ce type de changements étant de plus en plus fréquents depuis que la ville est dirigée par le Shiv Sena, parti fondamentaliste hindou régional1. Un élu municipal2 de ce parti avait affirmé que Khodadad Circle portait le nom d’un dieu « afghan » – ce qui signifie ici « musulman », communauté à laquelle le Shiv Sena est violemment opposé – et ce propos soulevait l’indignation de certains habitants qui objectaient que cette place importante portait le nom d’un résident de la ville, Khodadad Irani, membre la communauté des zoroastriens. L’élu municipal du Parti du Congrès, minoritaire, qui représentait la circonscription de Dadar où se trouve le rond-point en question, soutenait que « les axes (roads) et rues (streets) ayant des noms indiens ne peuvent être changés » (Bharucha 1998), contrairement aux noms anglais dont la plupart avaient déjà été remplacés. Dans une ville caractérisée par une grande diversité régionale, linguistique et religieuse de la population, on observe une opposition croissante aux efforts agressifs du Shiv Sena pour redéfinir la ville comme hindouiste et maharastrienne au moyen de ces changements de noms. Mais, si inquiétante que soit la situation, il ne s’agit que d’une nouvelle strate dans une histoire longue de la ville.

  • 3 Les termes anglais qui expriment les divisions de l’espace urbain ont rarement des équivalents exa (...)

2L’affaire évoquée montre en tout cas que l’acte de donner ou de changer un nom peut être l’affirmation d’une propriété sur un espace3. Je vais examiner ce phénomène à Bombay entre 1800 et 1918, des deux points de vue, indien et britannique, dont j’étudierai l’interaction. Les différentes façons de définir les divisions de la ville montrent comment les habitants interprètent, imaginent et vivent différemment les mêmes espaces. J’essaierai d’établir que les Britanniques regardaient la ville principalement d’un point de vue racial, tandis que les Indiens la vivaient et la lisaient de façon plus complexe, prenant en compte des bâtiments, des réservoirs, des statues, des marchés et des localités habitées par des populations diverses. Les Britanniques, ou certains d’entre eux, ont dû toutefois s’approprier une partie de ce savoir local pour mieux contrôler la ville réelle.

Donner des noms, changer des noms comme prise de possession : la version britannique

  • 4 Native, qui ne comporte pas de connotation péjorative dans l’anglais d’aujourd’hui, a été traduit (...)

3Pour les Britanniques, qui voyaient la ville en termes de couleur de peau et d’occupation du territoire, les Indiens vivaient dans ce qu’ils appelaient black town (ville noire) ou native town (ville indigène4), caractérisée par une haute densité de population et de constructions, par les bazars et l’enchevêtrement des rues. Les Européens vivaient dans the European quarter (le quartier européen) ou alors, au-delà des bazars, dans des suburbs (banlieues) de bungalows spacieux entourés de jardins, zones de basse densité où la proportion de résidents européens était en effet élevée. Cette lecture des divisions de la ville exprimait une tentative pour simplifier l’immense complexité de Bombay.

Fort, Black Town, suburbs : la séparation des races

4Le Fort, construit entre 1715 et 1743, constituait encore le noyau de l’établissement colonial après que ses murs eurent été détruits en 1862 (pl. III). Il était lui-même divisé en deux sections selon des critères raciaux : les Britanniques habitaient le Sud et les Indiens, riches pour la plupart, le Nord. Dans son guide de Bombay, James Mackenzie Maclean (1835-1906), rédacteur en chef de Bombay Gazette et membre de la municipalité, décrit South Fort comme the European quarter et North Fort comme « the native bazaar [le bazar indigène], occupé surtout par les Parsis » (1880 : 224-225). Au centre du Fort et divisant ses deux parties, se trouvait Bombay Green, un espace poussiéreux entouré des principales institutions coloniales. En 1772, le gouverneur émit un règlement interdisant à quiconque n’était pas européen de construire au sud de Church Street, ce qui contraignit les résidents autochtones à bâtir de nouvelles maisons au nord de cette rue ou à l’extérieur des remparts (Gazetteer of Bombay… 1909, 2 : 120).

5Il semble que des Indiens habitaient dans le Fort dès l’origine aux côtés des Européens. Lorsqu’en 1746 de nouveaux terrains furent alloués à la construction hors les murs, Européens et autochtones furent encouragés à y construire. En 1750, certaines maisons bien connues étaient occupées hors du Fort par des Européens, comme la Villa Nuova à Mahim, que possédait Thomas Whitehall, la vieille Mark House à Mazagon, louée par le gouvernement à Mr Thomas Byfield en 1750 et Governor’s House à Parel, un ancien monastère portugais confisqué aux jésuites en 1720, où le gouverneur Hornby fut le premier à résider de 1771 à 1780 (Gazeetter of Bombay… 1909, 2 : 110-112 et Handbook of the Bombay Presidency… 1881 : 138). Bien avant 1750, il « devait y avoir à Mazagon de nombreuses résidences et country houses [maisons de campagne] de riches Portugais et d’autres » (Douglas 1883 : 178). Des officiers de l’armée britannique avaient vécu à Coloba sous des tentes ou dans des constructions précaires avant que, au cours du dernier quart du xviiie siècle, un cantonnement militaire y soit officiellement installé (Kosambi 1986 : 43). Il est toutefois difficile de savoir si les Européens résidaient en grand nombre à l’extérieur du Fort avant 1750 et il est probable que l’installation du gouverneur dans sa maison de Parel en 1771 les incita à le faire. En 1852, un observateur note qu’« un petit nombre de familles anglaises préfèrent résider dans le Fort pour la commodité d’habiter près des bureaux », ce qui implique qu’alors la plupart résidaient hors du Fort. À cette époque, Malabar Hill était encore peu construite, le bungalow du gouverneur qui s’y trouvait étant décrit comme « une retraite rurale » (Life in Bombay… 1852 : 243).

6En 1787, les « intrusions » (encroachments) dans le Fort étaient devenues si nombreuses qu’un comité fut nommé pour examiner les maisons privées construites par les Indiens, ainsi que les saillies des devantures des boutiques et, par ailleurs, la largeur des rues et la hauteur des bâtiments, les marchandises déposées sur le Green ou les autres espaces libres de la ville (Edwardes 1901a : 103-104). Lorsqu’un incendie dévasta un tiers du Fort en 1803, les Britanniques furent obligés d’opérer certains changements envisagés depuis longtemps : si une nouvelle ville commençait à apparaître au nord des remparts dès le milieu du xviiie siècle, la principale conséquence de l’incendie fut qu’une native town se développa rapidement dans ce secteur (Douglas 1883 : 183 ; Gazetteer of Bombay… 1909, 2 : 111).

7S.M. Edwardes, ancien membre de la municipalité et chef de la police de Bombay, compilateur de trois volumes de documents d’histoire locale et auteur de plusieurs livres sur la ville, remarque que le gouvernement avait souhaité depuis longtemps que se développe une « black town » semblable à celle qui existait à Madras. Il écrit dans un rapport du recensement :

  • 5 Jardins plantés de cocotiers. Le mot oart, transformation du portugais orta ou horta, est utilisé (...)

Il devait probablement sembler préférable à tous points de vue d’allouer un espace dans les oarts5 adjacents au fort et à l’esplanade, pour la construction d’une black town comme à Madras ; ou de séparer progressivement la ville et les fortifications comme à Calcutta (Edwardes 1901a : 104).

8Pendant de nombreuses années la nouvelle ville fut appelée the Black Town et, plus tard, the Native Town. Un auteur anonyme la décrivait ainsi en 1838 dans Asiatic Journal :

The Black Town, comme on l’appelle, étend ses innombrables habitations dans un bois de cocotiers – un curieux quartier [quarter] actif, affairé, mais sale, grouillant d’hommes mêlés aux animaux inférieurs, montrant toutes les variétés de types humains que l’Asie peut produire (cité ibid. : 117).

9En 1880, Maclean appelle ce secteur the Native Town (1880 : 243) mais on ne sait pas exactement quand apparut ce terme. Le même Maclean explique qu’il était situé au nord du Fort, au-delà de l’Esplanade, et s’étendait jusqu’à Grant Road, qui en était la limite nord. Au-delà se trouvaient les northern suburbs de Tardeo, Byculla, Mazagon et Parel, où « l’élément européen de la population est à nouveau prédominant » (ibid. : 251). À l’ouest, se trouvait Malabar Hill, qui deviendra à la fin du xixe siècle le lieu de résidence le plus recherché par les Indiens riches et les Européens. Si Maclean utilise souvent suburbs, on ne rencontre ce terme qu’une seule fois dans une description de Bombay écrite en 1838 par Mrs Marianne Postans, épouse du capitaine Postans puis remariée à un missionnaire du nom de Young et auteur de plusieurs livres sur l’Inde. Décrivant la gamme des véhicules que l’on trouve à Bombay, elle écrit : « Une heure de voiture depuis le port jusqu’aux suburbs permettra d’observer une curieuse variété de goûts » (Postans 1839 : 12).

10Mrs Postans note aussi qu’il y avait à l’intérieur du Fort deux vastes bazars : China Bazaar et Thieves Bazaar. Les « très grands bazars », cependant, étaient situés de l’autre côté de l’Esplanade. Pendant l’été, de nombreux Européens construisaient des bungalows temporaires sur l’Esplanade, qui étaient démontés au début de la mousson, tandis que leurs occupants allaient s’installer dans « les grosses maisons qui se trouvent soit à l’intérieur du fort, soit à Girgaum, Byculla, Chintz Poogly et d’autres lieux au-delà des bazars, où les résidents européens ont construit des groupes de belles maisons de pierre [pucka built], avec d’excellents jardins et dépendances » (ibid. : 14, 25 et 48-49).

11La division de la ville par les Britanniques selon un critère racial limitait la façon dont ils pouvaient se la représenter et la vivre. La plupart d’entre eux résidaient dans les suburbs, tandis que la majorité de la population indienne habitait ce qu’ils appelaient « the native town ». Celle-ci comprenait de multiples divisions en termes d’activités et d’identités religieuses, mais la plupart des Britanniques la regardaient comme une seule division de la ville. The native town leur paraissait être un vaste et unique bazar, dont se détachait un petit nombre de bâtiments publics signalés par les guides touristiques : un temple, une mosquée, une rési-dence pour pèlerins (rest house) ou un refuge pour animaux (animal asylum). C’était un endroit où l’on se rendait en excursion pour faire une visite aux bazars, voir les foules indigènes ou assister à leurs fêtes. Les Britanniques étaient, de cette façon, incapables de connaître, de lire la complexité d’une grande part de Bombay ou d’en faire l’expérience, sinon à un niveau très superficiel.

Malabar Hill et la politique des noms

12Malabar Hill devint le secteur résidentiel privilégié des Britanniques et de l’élite indienne à partir des années 1860, et surtout dans les années 1880 lorsque les Britanniques furent chassés de Byculla et Parel par le développement de l’industrie. Cet exemple permet d’observer à la fois le changement de nom d’un secteur entier de Bombay et l’anglicisation des mots indiens pour nommer des divisions de la ville. En m’inspirant des travaux de Paul Carter (1989) sur l’utilisation de noms aborigènes pour nommer les paysages australiens, je voudrais montrer que les Britanniques procédèrent de la même manière pour redessiner le paysage de Bombay et en prendre le contrôle. Le cas de Malabar Hill est d’autant plus intéressant que les résidents britanniques y étaient en concurrence avec les fidèles et les habitants de deux très anciens sanctuaires hindous.

13James Douglas (1826-1904), qui fut homme d’affaires à Bombay pendant trente ans et auteur de nombreux livres sur la ville, discute les origines de « Cumballa Hill », une partie de la chaîne de collines connue sous le nom de « Malabar Hill ».

14Malabar Hill n’est pas un nom nouveau. Ce qu’on appelle aujourd’hui Cumballa Hill était inclus dans ce nom au siècle dernier et constitue simplement un soulèvement de la même chaîne (Douglas 1886 : 65-66 cité in Karkaria 1915 : 572-573).

  • 6 Joshi était un hindou de la caste des brahmanes, mais on ne connaît rien de plus à son sujet, sino (...)
  • 7 Sur ce point, voir Sheppard 1917 : preface ; Gazeetter of Bombay… 1909, 1 : preface, i-iii ; Edwar (...)

15Samuel T. Sheppard, historien de Bombay et rédacteur en chef du Times of India, a publié un petit livre sur les noms de lieux à Bombay (1917) auquel je ferai souvent référence dans ce chapitre. Son projet naquit du désir de comprendre pourquoi de si nombreuses voies (roads) de Bombay avaient reçu des noms anglais. Il admet volontiers avoir pillé les écrits d’autres auteurs – qu’il cite – et consulté divers savants. Parmi ceux-ci, Rao Bahadur PB. Joshi, qui écrivait lui aussi pour les gazettes de Bombay et a traité de la période hindoue dans un rapport du Recensement faisant la chronique de l’histoire de Bombay6. Par ailleurs, R.P. Karkaria, auteur d’une anthologie parue sous le titre The Charm of Bombay (1915), a assisté Sheppard en visitant de nombreuses rues dont le nom avait une origine incertaine. Sheppard explique qu’il ne donnera pas ses sources lorsqu’il n’y a qu’une seule théorie sur l’origine d’un nom, mais qu’il le fera seulement lorsqu’il y en a plusieurs divergentes7.

  • 8 La compilation de Macnabb Campbell de matériaux sur Bombay fut publiée dans Bombay Gazetteer, vol. (...)

16Sheppard mentionne deux étymologies différentes de « Cumballa ». La première est celle de Sir James Macnabb Campbell (1847-1903) : « Kamballa Hill, apparemment le bosquet de Kambalou Kamal, appelé aussi shimti ou Odina wodier8 ». Sheppard écarte cette hypothèse, car il n’y a aucun arbre local dont le nom ressemble, même de loin, à ce mot, et adopte plutôt l’opinion de Joshi, qu’il cite en ces termes :

À mon avis, le nom exact de la colline est Khambala et non Cumballa. L’endroit est connu des vieux habitants comme Khambala tekdi ou hill. La colline est proche de Gowalia Tank où les Gowalas, ou éleveurs de vaches de Bombay, menaient boire le bétail de la localité. La colline était une jungle et, au fil du temps, comme un certain nombre de khambs y furent placés, l’endroit fut appelé Khambalaya ou Khambala, c’est-à-dire la demeure ou le lieu des khambs. Mais qu’étaient ces khambs ? Quiconque est familier du folklore et des coutumes religieuses des hindous des basses classes de l’ancien Bombay vous dira que ces khambs étaient les demeures ou lieux de repos des esprits de certains ancêtres défunts […] (Sheppard 1917 : 55).

  • 9 Voir par exemple les commentaires de Postans 1839 : 141-142.

17Si les Britanniques s’amusaient souvent de la mauvaise prononciation des mots anglais par les Indiens9, eux-mêmes prononçaient mal les noms indiens. Dans la plupart des cas, et en particulier dans les localités où ils habitaient, ils adoptaient le nom donné à un lieu par les Indiens et, en le prononçant à leur manière, le transformaient en un mot à consonance anglaise. D’où l’anglicisation de « Khambala » en « Cumballa », qui résulte de la difficulté des Britanniques à prononcer la consonne « kh », ou de « Bhayakhala » en « Byculla » – un suburb habité par les Britanniques – à cause des consonnes « bh » et « kh ». « Chinz Poogly », mentionné plus haut par Mrs Postans, est en réalité « Chinchpokli », qui signifie « vallon des tamariniers » (du marathi : chinch, tamarinier et pokli, vallon). La prononciation de chinch en marathi est en effet proche de chintz, mais il est difficile d’approcher pokli en anglais.

18Ni la signification, ni la prononciation correcte de ces mots ne semblaient importer aux Britanniques. Comme l’écrit Paul Carter, « corrects ou pas, les noms, transcrits, fixés dans des cartes et des récits, avaient du sens » (1989 : 329). N’importe quel nom aborigène, ou plutôt n’importe quel son, permettait aux premiers voyageurs et explorateurs de tracer la carte du paysage australien et de désigner un lieu. Il en était de même à Bombay. Si Sheppard recherchait l’origine et la signification de « Cumballa » en faisant appel à des informateurs locaux, ce n’était pas pour en restaurer la prononciation correcte ou rendre le lieu aux khambs, mais pour affirmer une autorité sur un nom en le plaçant « à l’intérieur de la compétence rhétorique du discours géo-historique des Blancs ». C’est le Blanc, en effet, qui « décide si un nom sera ou non conservé et, s’il l’est, c’est parce qu’il a autorité sur la citation. » (ibid. : 328).

  • 10 Les Anglais rebaptisèrent des villes de la même façon : ainsi « Pune », en Inde de l’Ouest, devint (...)

19Dans le cas de « Cumballa », l’anglicisation eut pour premier résultat d’effacer le nom originel et sa signification. En 1917, les résidents de l’élite avaient monopolisé la colline et probablement bâti leurs maisons là où se trouvaient jadis les khambs des classes inférieures. Les plus âgés connaissaient encore le lieu sous le nom de « Khambala tekdi » (du marathi : tekdi, colline), mais la génération suivante l’aura sans doute oublié. Le second résultat est que, même si « Cumballa Hill » ne signifie rien en anglais, il ressemble à un son anglais et devient la façon correcte ou acceptée de le prononcer, y compris pour l’élite indigène anglicisée. C’est ainsi que les Anglais donnèrent un nouveau nom à ce secteur10.

20Cumballa Hill n’est qu’une partie de Malabar Hill, nom auquel Douglas attribue l’origine suivante :

  • 11 Douglas fait référence à John Fryer, A New Account of East India and Persia in 8 Letters, Londres, (...)

La première évocation de Malabar Hill sous ce nom se trouve chez Fryer en 1673, soit onze ans après que nous fîmes notre première apparition sur l’île de Bombay. Mais pourquoi Malabar ? La côte de Malabar commence beaucoup plus au sud, après Coorg. Il nous semble que Fryer lui-même nous donne son origine lorsqu’il décrit le réservoir qui se trouve au bout de la colline, et dit qu’il devait se baigner là où « les Malabars viennent surtout pour cela », en réalité un lieu de pèlerinage fréquenté par les gens de la côte du sud de Bombay, qui étaient alors tous confondus sous le nom générique de « Malabars ». D’où Malabar Hill (Douglas 1886 : 65-66)11.

21Malabar Hill n’est toutefois pas le nom le plus ancien de l’endroit, qui est le site de l’un des sanctuaires les plus sacrés de Bombay, le temple de Walkeshwar. Douglas note que l’extrémité caractéristique de la colline fut très tôt remarquée par les géographes et qu’un portuaire de 1583 le signale comme « Cap Bombaim », mais il ajoute que son nom le plus ancien était « Walkeshwar » (Douglas 1886 : 67).

22Le vénérable sanctuaire de Walkeshwar est situé au bout de Malabar Hill, à proximité de Government House, un des principaux symboles de la domination coloniale. Quelques marches conduisent, en contrebas de la route principale, au réservoir de Banganga autour duquel sont groupés de nombreux temples, des dharamshala-s ou maisons de repos de pèlerins et des résidences formant le village de Walkeshwar, lieu de grande sainteté. Pendant le règne des rois Silhara (810-1260), ceux-ci nommèrent l’endroit « Srigundi »/« Shri-gundi » (du télugu : gunde, ou du tamoul : kundi, trou, puits ou creux) qui signifierait « la pierre de chance » à cause d’un rocher sur la colline dont la forme particulière évoque le yoni, symbole de la puissance féminine. L’endroit et le temple devinrent rapidement un lieu important de pèlerinage pour la population du royaume de Konkan, ce qui donna naissance à l’une des plus ancienne routes du secteur. Le nom du lieu fut d’abord « Srigundi », mais les brahmanes lui donnèrent un peu plus tard celui de « Walkeshwar » et, enfin, les Britanniques nommèrent l’extrémité du cap, marquée par une falaise rocheuse, « Malabar Point » (Edwardes 1901a : 8).

23Par le nom de « Walkeshwar », les brahmanes avaient adopté une histoire locale du sanctuaire qui le reliait à une antique légende, incorporant ainsi une tradition populaire à la tradition lettrée. Le Dr J. Gerson da Cunha (1842-1900), médecin et orientaliste connu qui avait quitté Goa pour s’installer à Bombay dont il écrivit plus tard l’histoire, a proposé une étymologie de « Walkeshwar » :

Walukesvara, appelé aujourd’hui Malabar Hill, vient de deux mots d’origine sanscrite – (valûka), qui veut dire « sable », et (isvara), « seigneur » ; Waluke’sevara signifie donc « le seigneur du sable » (Da Cunha 1874 : 247).

24Da Cunha s’appuyait sur un Mr Yashvant Phondba Nayak Danaita, qui avait lu un ancien manuscrit sanscrit, le Wâlukeshvara Mahâtmya, ou « la grandeur de Walukesvara », où l’on trouvait la légende de ce temple dans sa version brahmanique. Selon celle-ci, le Seigneur Rama, héros de l’épopée du Ramayana, en route pour le Sri Lanka pour secourir son épouse Sita enlevée par Ravana, s’arrêta avec son frère Lakshmana à l’endroit aujourd’hui appelé Walukesvara et y fit un lingam avec du sable. Le lingam de Rama fut placé dans un temple et se jeta dans la met lorsqu’il vit les premiers Mlechcha-s, ou envahisseurs étrangers (Da Cunha 1874 : 247-248).

25Si le temple de Walkeshwar et Government House marquent l’une des extrémités de Malabar et Cumballa Hills, le temple de Mahalakshmi marque l’autre, à l’ouest de Breach Candy. Il est intéressant que les mythes de fondation de ces deux temples, qui comptent parmi les plus importants de Bombay, incorporent les dominations musulmane, portugaise et britannique. Ils nous permettent d’imaginer à nouveau ces parties de Bombay comme des espaces sacrés témoins d’événements qui eurent lieu dans des temps très reculés.

26Le nom de « Mahalakshmi » est composé de maha, grand et lakshmi, prospérité, soit « grande prospérité » (Da Cunha 1900 : 54). Dans l’histoire associée à la fondation du temple, des déesses hindoues viennent au secours des Britanniques. Lorsque les musulmans atteignirent Bombay au xive siècle, les trois déesses qui résidaient à Varli/Worli sautèrent dans la mer pour échapper à la profanation. À partir de 1680, les Britanniques tentèrent sans succès de relier Bombay et Worli par une digue. Heureusement, une nuit, l’entrepreneur de travaux publics Ramji Sivaji fit un rêve dans lequel les trois déesses exprimèrent le désir de revenir sur la terre ferme, ce qui indiquait que, cette fois, la construction de la digue aboutirait. Ramji jeta un filet à la mer et les ramena vers le rivage, puis raconta ce qui s’était passé aux autorités britanniques qui offrirent la terre aux déesses : les deux îles furent ainsi reliées entre elles (ibid. : 56). La chronique du Gazetteer of Bombay ajoute que « la proximité du sanctuaire de Mama Hajiyani (la mère pélerin) a donné naissance à un dicton selon lequel, sous la domination britannique, Mama et Mahalakshmi se sont donné la main, en d’autres termes que la vieille animosité entre les saints musulmans et les dieux hindous a disparu » (Gazetteer… 1910 : 356-357). On peut soupçonner que cette affirmation est d’origine entièrement britannique.

  • 12 Da Cunha signale une substitution semblable de « Ganesh Candy » à « Ganesh Khind » dans la ville d (...)

27Malabar-Cumballa Hill a été nommée de différentes façons par les autorités britanniques. En 1864, le Times relevait que, parmi les subdivisions (areas) de Bombay définies par le gouverneur, étaient mentionnées « Breach Candy » et « Malabar Hill » (cité in Edwardes 1901a : 134), qui correspondent au secteur dont nous parlons. Breach Candy est une dépression entre la bordure nord de Malabar Hill et la bordure sud de Cumballa Hill, et porte un nom dont Da Cunha rend compte de façon un peu confuse. Il en ressort que breach est utilisé à Bombay depuis le milieu du xviiie siècle pour désigner cet endroit, et que « Candy » est le nom que les Britanniques ont substitué au mot indien khind, ou col (Da Cunha 1900 : 57-58)12. En 1865, la municipalité nouvellement instituée divisa la ville en wards, eux-mêmes subdivisés en sections, pour faciliter l’établissement de l’assiette des impôts. Malabar Hill Ward (n° 8) était composé des sections de Walkeshwar et Mahalakshmi. En 1872, une nouvelle distribution du secteur intervint et le Ward D contenait désormais les sections de Chowpatty, Walkeshwar et Mahalakshmi (Edwardes 1901a : 134). En 1917 encore, la municipalité appelait les sections du Ward D Walkeshwar et Mahalakshmi, et non Malabar Hill et Cumballa Hill (Administration Report… 1918 : 125-133). En 1909, cependant, une publication gouvernementale signalait nettement Malabar Hill et Cumballa Hill sur une carte, comme si c’étaient des sections officielles de la ville (planche III).

28Malgré les désignations officielles de la municipalité, les Européens continuaient de nommer ces localités Malabar Hill et Cumbala Hill, et Breach Candy demeurait un endroit important. Sir Edwin Arnold, journaliste et ancien résident de Bombay, de retour en Inde après vingt ans d’absence, parle des « hauteurs de Malabar Hill ponctuées de bungalows » (1886 : 54). W.S. Caine (1842-1900), homme politique anglais qui s’est intéressé à l’Inde, écrit dans un guide pour voyageurs européens :

Si l’on se rend en voiture à Malabar Hill un matin ou un soir, cela vaut la peine de voir le temple et le réservoir de Walkeshwar […]. Il y a aussi un groupe de temples à Breach Candy qui méritent d’être vus […] (Caine 1890 : 12-13, cité in Karkaria 1915 : 564-565).

29Caine suppose donc que « Walkeshwar » désigne les temples et le réservoir et constitue une partie de « Malabar Hill ». Il situe l’autre groupe de temples à « Breach Candy » et non à « Mahalakshmi ». Encore en 1905-1906, Sidney Low, journaliste au London Standard qui accompagne le prince et la princesse de Galles dans leur visite de l’Inde, appelle le secteur « Malabar Hill » et « Cumballa Hill ». À cette époque, les Anglais avaient déjà été chassés par les riches indigènes qui, lors de l’épidémie de peste qui frappa Bombay en 1896, s’étaient aperçus que les Anglais, dans leurs « spacieux enclos », avaient échappé au pire. Low observe :

Le résultat est qu’aujourd’hui les bungalows anglais se comptent presque sur les doigts d’une main à Malabar Hill et Cumbala Hill. Presque toutes les plus belles maisons sont occupées par des indigènes qui y vivent sut un grand pied […] (1907 : 33-34).

  • 13 Le Muhurram est un deuil annuel observé surtout par les musulmans chiites pour commémorer l’assass (...)
  • 14 Voir par exemple Wacha 1920.

30Il était donc important pour les Britanniques de remplacer, dans l’usage quotidien, les noms de « Walkeshwar » et « Mahalakshmi » par ceux de « Malabar Hill » et « Cumballa Hill ». Les noms indiens ne venaient pas, en effet, de noms d’arbres ou de pratiques oubliées, mais faisaient référence à des espaces sacrés intensément utilisés qui attiraient chaque jour des ascètes et des fidèles. Lors des fêtes, ceux-ci venaient en grand nombre et se livraient à des pratiques – des processions par exemple – qui appartenaient au monde de la native town, celle que les Britanniques voulaient maintenir à distance. Une chose était d’aller à la ville indigène pour assister aux processions au moment du Muhurram13, comme le faisaient de nombreux Occidentaux, une autre était de les avoir sous ses fenêtres. Les Indiens occidentalisés eux-mêmes employaient les noms de « Malabar » et « Cumballa Hill », et ils continuent de le faire14. Ces noms en vinrent à symboliser une adresse distinguée et un certain mode de vie de la classe supérieure britannique et indienne. Ils formaient une barrière repoussant vers l’extérieur les noms, les mondes et les pratiques de « Walkeshwar » et « Mahalakshmi ».

La version indienne

31Les Indiens, à l’inverse, remplaçaient des noms anglais par des noms indiens. On peut observer ce phénomène de façon particulièrement nette à propos du Fort : celui-ci, ses portes, l’espace libre en son centre et les principales institutions qui y étaient groupées reçurent des noms indiens. Par ces actes de nomination, de traduction, les Indiens s’appropriaient ces espaces et ces bâtiments.

32Il n’y avait pas une version unique de la façon dont les Indiens nommaient la ville et ses divisions. Bombay avait une population très diverse qui parlait de nombreuses langues. Au début du xxe siècle, les cinq langues principales de l’île de Bombay étaient le marathi, le gujarati, l’hindoustani, le kutchi et l’anglais (Edwardes 1901b : 38-41). Les quatres langues locales, indo-aryennes, possèdent de nombreux mots en commun, parfois prononcés différemment, et ont incorporé des mots empruntés au sanscrit, au persan et à l’arabe. Toutes mes sources indiennes étant en anglais, il n’est pas toujours possible de déterminer quel groupe utilisait un mot donné lorsque la source ne le précise pas. Difficulté supplémentaire, il y a plus d’une façon de transcrire un mot indien en caractères romains.

Les Indiens nomment la ville des Britanniques

33L’origine du mot « Bombay » était une question disputée entre les hindous et les Portugais. Un observateur note en 1852 que le nom indigène de la ville était « Moombay » et avait pour origine la déesse « Bomba ou Momba Devi » (devi, désse). Les Portugais, de leur côté, affirmaient que l’île avait été nommée « Bombay » après que leur premier gouverneur, commentant la beauté et la sécurité du port, eut décrit celui-ci comme « Bom Bahia » (portugais : bonne baie).

34Le Fort fut construit sur l’ancienne île de Bombay et, pour de nombreuses personnes, en 1874, le Fort était Bombay.

Les indigènes qui vivent à Kulaba, Walukesvara et Mazagânw disent, même aujourd’hui, qu’ils « vont à Bombay », c’est-à-dire au Fort, ce qui pour un auteur moderne paraîtrait probablement absurde (da Cunha 1874 : 294).

35Sir Dinshaw Wacha, un éminent citadin parsi de Bombay, a laissé une importante description de la ville d’un point de vue indigène. Au début du xixe siècle, un grand nombre de Parsis vivaient à North Fort et Wacha mentionne de nombreux noms utilisés pour parler du Fort dans les années 1850 et qui étaient presque oubliés au début du siècle suivant (Wacha 1920). Les Indiens nommaient le Fort « Kote » (sanscrit : fort) ou « Killa » (persan et arabe : fort). Entouré d’un chur (probablement sanscrit : fossé) ses portes fermées la nuit, « Kote » désignait le Fort comme une frontière et ce qui se trouvait à l’intérieur, tandis que tout ce qui se trouvait à l’extérieur était « Kotebahar » ou « Bharkote » (sanscrit : bhar / bahar, hors de, sans). « Kote » et « Bharkote » séparaient ainsi la ville en deux subdivisions de base. Un autre Parsi, le Dr Jal F. Bulsara, parle des bâtiments religieux parsis qui se trouvent « dans la ville [city] à l’intérieur et à l’extérieur du Fort, soit “Kote et Baharcote”« (1973 : 26-29) – citation qui montre que le souvenir de ces termes existait encore récemment. Il est possible, mais non établi, que ceux-ci aient été particulièrement en usage chez les Parsis.

36En dehors du Fort se trouvait l’Esplanade, « Esplanade » étant aussi le nom d’une division administrative. Le Gazetteer of Bombay observait que « la section de l’Esplanade, comme son nom l’indique, est la représentante moderne de l’ancien maidan sur lequel, selon Fryers, paissaient les buffles et les vaches » (1909, 1 : 33-34). Le terme maidan (persan : champ ouvert, plaine ou champ de bataille) était largement utilisé par les Indiens et a persisté jusqu’à aujourd’hui où certaines parties de l’Esplanade sont appelées « Azad maidan » (azad, libre) et « Cross maidan ».

37Les Indiens avaient donné des noms aux trois portes du Fort. Church Gate et Churchgate Street avaient reçu leur nom de la cathédrale protestante St. Thomas, le bâtiment le plus imposant du pourtour de Bombay Green. Les Indiens appelaient cette porte « Powun-Chukkee Gate » (du sanscrit : powun/povan, vent et chukkee, moulin), écartant ainsi church comme terme de référence. Elle fut nommée ainsi parce qu’il y avait un moulin à vent à cet endroit vers la fin du xviiie siècle, et son nom est devenu pour certains un mot de la vie quotidienne : le Dr Jivanji Jamsetji Modi, un habitant parsi de Bombay, disait que, lorsqu’il était jeune, « aller au povanchaki signifiait franchir la porte [du Fort] pour prendre l’air » (Sheppard 1917 : 47-48).

  • 15 Sheppard cite Campbell in Bombay Gazetteer, vol. XXVI, part III : 595. On notera comment les difér (...)

38Au centre du Fort se trouvait le Green (fig. 1), que différents groupes d’habitants nommaient différemment. En 1863, un cercle de bâtiments de style uniforme ayant été édifié sur son pourtour, il fut rebaptisé « Elphinstone Circle ». Au milieu du xixe siècle, c’était un lieu de récréation apprécié des garçons et des filles parsis qui habitaient le Fort. Ces enfants, qui parlaient gujarati, appelaient ce terrain de jeu « Chakri » (gujarati : cercle) à cause de sa forme circulaire (Wacha 1920 : 149). Les bouviers l’appelaient « Amliagal » (du gujarati : amli, tamarinier et agal, en face de), un vieux tamarinier se trouvant au nord-est de la cathédrale (Sheppard 1917 : 62-6315).

39Wacha relève que l’hôtel de ville et la cathédrale, les deux bâtiments les plus importants à l’intérieur du Fort, étaient nommés « Tondal » et « Deval » (Wacha 1920 : 148). « Tondal » était la prononciation indienne de « Town Hall » et « Deval » signifie temple en marathi (deval/dewal étant une déformation du sanscrit devalaya, temple). Regarder la cathédrale comme un deval était une façon pour les Indiens d’interpréter cette institution chrétienne au sein de leur propre culture. Et cela continue : lorsque je faisais une enquête de terrain en 1998-1999 dans un secteur principalement musulman de Bombay, une synagogue de Tantanpura Street était appelée « Israeli Masjid », la « mosquée des juifs ».

Fig. 1. Elphinstone Circle vu de l’hôtel de ville de Bombay (vers 1880). « View from the Town Hall ». Photographie.

40Les Indiens réinterprétaient aussi les statues que les Britanniques avaient érigées dans la ville. Une des premières, celle du marquis de Cornwallis, placée dans Elphinstone Circle, était considérée comme un autel et appelée « Chota Dewal » (de l’hindi et marathi : chota, petit), le « petit temple », par opposition avec la cathédrale à laquelle elle faisait face. Les indigènes lui rendaient un culte, à la consternation des Britanniques :

Il y a un très beau monument à Cornwallis sur Elphinstone Circle. Allez-y quand vous voudrez, vous y verrez des fleurs posées sur le livre ouvert ou des guirlandes sur les personnages. Cette coutume n’est pas nouvelle. En 1825, les indigènes croyaient que c’était un lieu de culte et l’appelaient Chota Dewal Le gouvernement essaya d’y mettre un terme et fit faire des affiches en langue locale expliquant que c’était une erreur. Mais sans résultat, car lorsque de tels sentiments s’emparent des indigènes, il n’est pas facile de les éradiquer (Douglas 1900 : 16).

41Des statues qui n’étaient pas religieuses étaient un phénomène nouveau dans l’environnement urbain en Inde et il n’est guère surprenant que les personnages qu’elles figuraient aient été interprétés comme des dieux. Mais cette prédiction de Douglas ne se vérifia pas pour autant :

La déification des Anglais par les indigènes de l’Inde est un curieux phénomène […]. Je suis certain que les indigènes, d’ici une génération, feront pooja [vénéreront] la statue équestre du prince de Galles par Sir Albert Sassoon. Regardez la statue à presque n’importe quelle heure de la journée et vous verrez un groupe qui la fixe. Ils s’efforcent énormément de comprendre pourquoi la statue de la reine est blanche (c’est du marbre) et celle du prince, noire (c’est du bronze) (ibid. : 15-16).

42La statue fut inaugurée en 1879 dans un site marquant, à la croisée de Rampart Row et de Forbes Street, qui était la limite de South Fort (Maclean 1880 : 202), puis déplacée en 1965 dans Victoria Gardens (aujourd’hui Veermata Jijabai Bhonsle Udyan) lorsque diverses statues érigées dans la ville par les Britanniques furent l’objet d’actes de vandalisme. L’endroit continue pourtant d’être appelé du nom familier de la statue, « Kala Ghoda », qui signifie « cheval noir ». Il y a maintenant un « Kala Ghoda Arts Festival », avec en 1999 un défilé du « Kala Ghoda heritage » à travers le « Kala Ghoda neighbourhood » (Khan 1999 et Balaram 1999). Il y eut peu de statues royales à l’époque coloniale et, sans doute, les Britanniques voulaient que les Indiens fussent impressionnées par cette image de leur prince. Mais ce fut le cheval et non le prince qui donna son nom à l’endroit.

Conflits sur les noms et pouvoir des localités imaginées

43Pour les Indiens, qui imaginaient la ville d’une façon beaucoup plus complexe que les Britanniques, la native town n’était pas indifférenciée mais se composait de parties qui avaient leur individualité propre. Vers la fin du xixe siècle, par exemple, on trouvait les danseuses à Khetwadi et les prostituées à Kamathipura (Edwardes 1901a : 152). Réservoirs, temples, autels, statues et mosquées ponctuaient tout le paysage de Bombay et permettaient de désigner les voisinages d’une autre manière que les divisions officielles de la ville. « Gamdevi », par exemple, est le voisinage du temple de ce nom. C’est ainsi qu’à Bombay des noms persistent comme des souvenirs d’un passé à la fois révolu et actualisé. Les noms des réservoirs d’eau, notamment, bien que ceux-ci soient comblés depuis plus de quatre-vingts ans, continuent à désigner des localités : un chauffeur de taxi vous conduira à « C.P Tank » alors que Cowasji Patel Tank n’existe plus depuis longtemps.

44Un grand nombre d’immigrants s’installèrent à Bombay, venus notamment des régions voisines de Maharasthra et de Gujarat, après que les Britanniques eurent pris le contrôle de l’île en 1661 et promis la liberté de culte et la protection du commerce. Les personnes appartenant à la même caste, secte, communauté ou région tendaient à se concentrer dans certaines parties de la ville. Ces regroupements, sauf peut-être quelques exceptions, n’avaient pas de caractère obligatoire. Ils tenaient pour une part au fait que ces communautés appartenaient aux mêmes groupes de revenus et de statut et exerçaient souvent les mêmes métiers. Toutefois, aucune caste ne monopolisant un métier donné, les castes ou communautés de même métier tendaient à vivre dans les mêmes secteurs ou dans des secteurs adjacents (Masselos 1974 : 8).

45Ces quartiers jouaient le rôle de « petite patrie » (homeland), parfois longtemps après qu’une communauté eut cessé d’y habiter. Edwardes remarquait que « les Bene-Israel possédaient leur Samuel Street et leur Israel Moholla » (Edwardes 1901a : 152). Un siècle plus tard, lors de mon enquête de terrain, j’ai constaté que, bien que les Bene-Israel ne vivent plus là, beaucoup continuent à se réunir dans leur synagogue de Samuel Street, la plus ancienne de la ville. Ils patient toujours de « Israel moholla » (rue, district, quartier) et un livre sur leur histoire contient des photographies et des commentaires sur les rues de ce secteur qui portent des noms qu’ils leur ont donnés (The Religious and Cultural Heritage… 1984 : 53-54)

46Un autre groupe d’immigrants était formé par les Bhattias, hindous venus de la région de Gujarat et qui jouaient un rôle majeur dans le commerce de la ville. Wacha évoque le secteur de Fort North où résidaient les riches Bhattias dans la seconde moitié du xixe siècle, connu sous le nom de « Bhattia Wad » (Wacha 1920 : 426), wad ou wada signifiant en marathi « haie », « enclos », « district ou quartier d’une ville ». Bhattia Wad ne peut être situé sur une carte coloniale.

47L’important, ici, est qu’une communauté d’immigrants imagine et, ainsi, construise réellement son propre quartier dans la ville, un quartier sans murs ni portes, sans reconnaissance officielle, mais qui rien est pas moins réel. Sa force apparaît dans le cas du « Bhattia Bag » (du persan : bag / bagh / baug, jardin), ainsi nommé parce que, quand ce jardin fut construit sur Fort Street à la fin des années 1860, la population bhattia était prépondérante sur son côté sud (ibid. : 426-427).

48À l’instar de Gayatri Spivak (1994), « mesurer les silences » des documents coloniaux est une des méthodes que j’ai suivies dans ce chapitre.

49Le cas de Bhattia Bagh en est un exemple : son nom officiel était « Bazar Gate Garden », et les rapports de la municipalité l’appelaient ainsi jusqu’au jour où ils furent finalement obligés de reconnaître son nom d’usage. Dans celui de 1914-1915 on lit que « les travaux de réaménagement de Bazar Gate Garden (Bhattia Bag) ont commencé cette année » (Administration Report… 1914-1915 : 219), mais c’était précisément au moment où l’endroit allait être entièrement transformé. Deux ans plus tard, le rapport observe que « le gazon du Bhatia Baug garden [sic] (appelé aujourd’hui “Victoria Square”) est en place et le groupe central de palmiers a été planté » (id. 1916-1917 : 14).

50Il est intéressant d’observer que Sheppard consacre une notice à « Bhattia Bagh » dans son livre sur les noms de lieux sans mentionner que « Bazar Gate Garden » était auparavant son nom officiel, ce qui suggère qu’il était plus communément connu sous celui de « Bhattia Bag ». Quant à la nouvelle appellation de « Victoria Square », Sheppard cite le Times of India de mai 1917 qui note qu’elle provient évidemment du Victoria Terminus, imposante gare de style néo-gothique qui « constitue l’une des limites du secteur ainsi rebaptisé [rechristened] ». Le journal poursuit par une critique et une mise en garde :

La municipalité ne peut en aucun cas se permettre d’être accusée de prendre une décision sans avoir dûment examiné les différents noms proposés. Elle a délibérément écarté le nom d’un quarter de grand intérêt historique malgré sa petite taille et, comme notre correspondant à Calcutta le soulignait dans une lettre publiée hier, lorsque le nom d’un quarter ou district n’est pas lié à une rue, il court souvent le danger de disparaître (cité in Sheppard 1917 : 34).

  • 16 Government of Maharashtra Secretariat Record Office, Elphinstone College Building, Mumbai. « Colle (...)

51Les Bhattias étaient peut-être conscients qu’en perdant « Bhattia Bag », ils risquaient de perdre le nom de leur quartier. En 1913, une organisation de leur communauté, le Bhattia Mitra Mandai, protesta contre la décision de la municipalité de donner un nouveau nom au jardin. Selon Mangala Purandare (1997 : 136), la municipalité accéda à cette demande, mais les choses ne se sont cependant pas passées ainsi : en 1917, le jardin fut effectivement « rebaptisé » et nommé Victoria Square. Les autorités semblent toutefois être revenues par la suite sur leur décision car la Collector’s Map de 192616 signale le jardin sous le nom de « Bhattia Bag ».

  • 17 Enquête de terrain.

52De telles disputes sur les noms furent peu nombreuses à Bombay, peut-être parce que, en dépit des noms officiels, les diverses fractions de la population connaissaient ces lieux par d’autres noms et que leurs cartes des divisions de la ville étaient, de toute façon, très différentes de celle de la municipalité. Mais savoir qu’existait le nom « Bhattiawad », par exemple, permet d’imaginer l’une de ces cartes et invite à chercher par quelles institutions les Bhattias structuraient leur localité. Dans North Fort, elles comprenaient un lieu de culte utilisé aussi par d’autres groupes hindous, le Shri Govardhannathji ni Haveli, construit sur Modi Street vers 189217. Et un hôpital, le Bhattia Plague Hospital, qui fonctionna lors de l’épidémie de peste de 1896 (Campbell 1898 : 143-144).

Gérer les « demeures héréditaires [hereditary homes] »

53Les résidents autochtones de Bombay avaient des secrets qui interdisaient de pénétrer dans leurs mondes, mais la police coloniale, chargée du contrôle de la ville, était tenue de reconnaître et comprendre ces autres mondes et ces autres mots. S.M. Edwardes, qui fut Police Commissionner de 1909 à 1916, décrit la célébration annuelle du Muhurram dans son histoire de la police de Bombay. Pendant de nombreuses années, la célébration donna lieu à des effusions de sang. C’était le moholla, la principale institution qui organisait les cérémonies, chacun des moholla-s collectant de l’argent pour construire et décorer son tazia et son tabut, qui représentaient respectivement la tombe et le cercueil de l’imam Hussein. Edwardes raconte :

Un toli, ou groupe de fidèles, était attaché à chaque tabut et l’accompagnait lorsqu’il sortait pour la procession. […] Dans certains cas, ces tolis avaient peu à peu été autorisés à atteindre une taille gigantesque, comme, par exemple, celui des tisserands Julhai de Ripon Road (Madanpura) qui comprenait deux ou trois mille hommes, tous armés de lathis [longs et forts bâtons] aux extrémités renforcées de cuivre ou de plomb. De même, les fameux Rangari moholla (Abdul Rehman Street), Halai Memon moholla, Kolsa moholla et Chuna Batti moholla pouvaient compter sur la présence de plusieurs milliers de suiveurs (Edwardes 1923 : 182).

54Le mot moholla, qu’utilise Edwardes, vient du persan mahalla et signifie une rue, un district ou un quartier dans une ville (Sheppard 1917 : 11). La plupart de ces moholla-s étaient aussi identifiés par une communauté particulière – le Halai Memon moholla, par exemple, étant celui des Halai Memon – et les conflits entre moholla-s opposaient ces communautés. Edwardes précise la localisation de certains moholla-s en donnant leur correspondance avec des noms de rue officiels : Abdul Rehman Street est une rue importante dont les Indiens nommaient différemment les différents segments, parmi lesquels Rangari moholla ou rue des teinturiers ; Madanpura tient son nom de Madan, un célèbre tisserand musulman de la caste des Julhai et ces derniers se rassemblaient dans ce secteur bordé par Ripon Road. Dans un rapport de la municipalité, Kolsa moholla, par exemple, est nommé « Kolsa street » mais, dans les listes officielles de noms de rue, on ne trouve aucune mention de Halai Memon moholla (Administration Report… 1917-1918 : 125-133). Lorsqu’il ne s’agit pas d’une rue, mais d’un quarter comme Bhattia Wad, la localisation et les limites d’un moholla peuvent nous rester inconnues.

55Ces commentaires d’Edwardes montrent que certains officiels qui administraient la ville – dans le gouvernement, la municipalité, l’armée, la police et le Bombay Port Trust – avaient une image de la ville beaucoup plus complexe que celle de la plupart des Européens.

56Les dirigeants des communautés ou des castes étaient un lien important entre les autorités coloniales et leurs communautés. Dès 1672, Gerald Aungier, un des premiers gouverneurs de Bombay, mit en place des panchayat-s ou conseils chargés de gouverner leur caste, de régler ses conflits internes et de définir des règles de conduites pour ses membres (Gazetteer of Bombay… 1909, 2 : 61). Les hommes les plus en vue de la communauté étaient élus au panchayat et, souvent, un ou plusieurs chefs de la communauté représentaient celle-ci auprès des autorités en cas de conflit ou de pétition (Masselos 1974 : 9-10). Lors des opérations de recensement, S.M. Edwardes dut faire appel aux chefs de certaines « communautés bien connues » ainsi qu’à d’autres « personnalités ayant une influence locale », pour qu’ils agissent comme médiateurs entre le personnel du recensement et les populations locales (Edwardes 1901b : 2-3).

  • 18 City of Bombay Improvement Trust, Scheme n° XXXVII : Sandhurst Road to Crawford Market Road Street (...)
  • 19 Mr James P. Orr to Sir George Clerk, 22 June 1911 et « Interview with Memons regarding Scheme 37 » (...)
  • 20 S.M. Edwardes to L. Robertson, 3 July 1911 (GD, 1912, vol. 45 : 47-51) et S.M. Edwardes to Secreta (...)

57Certains officiels britanniques avaient de la sympathie pour les communautés locales et intercédaient parfois auprès du gouvernement en leur faveur, mais le régime colonial ne tolérait guère d’opposition dans ses propres rangs. En témoigne le cas du projet n° 37 du City of Bombay Improvement Trust, organisme créé pour assainir la ville après l’épidémie de peste de 1896, qui consistait à ouvrir une rue de trente mètres de large dans l’est de la ville18. Le 19 juin 1911, trente dirigeants des Memons, une communauté musulmane sunnite, se rendirent en délégation auprès de Mr James Orr, président de l’Improvement Trust, pour lui demander de revoir un projet qui présentait de graves inconvénients pour leur communauté. Le tracé de la voie, en effet, passait à travers le quartier Memon, Memonwada, détruisant plusieurs jamaat-s (assemblées) et mettant en cause la coutume qui exigeait que les membres d’une même jamaat vivent à proximité les uns des autres comme les membres d’une famille19. Un petit groupe de Memons s’adressa aussi à S.M. Edwardes, alors Police Commissioner. Celui-ci, tout en déclarant à la délégation qu’il était « très favorable » au projet, comprenait aussi leurs préoccupations et promit d’intercéder en leur faveur auprès des autorités. En s’adressant à celles-ci, il admettait n’avoir aucun titre à intervenir dans cette affaire, mais disait que, en dépit du fait que les Memons étaient des « gens étranges » et lui avaient « parfois causé des ennuis – par exemple lors du Muharram », il ne pouvait « s’empêcher de leur venir en aide ». Le projet, affirmait-il, avait entraîné « beaucoup de ressentiment chez les Memons, la rue devant passer au coeur de leur hereditary home (à Bombay) ». Bon connaisseur de ce groupe, Edwardes fit aussi la « démarche inhabituelle » d’adresser un rapport officiel au gouvernement exposant l’histoire et les coutumes des Memons, leurs institutions et leurs façons de vivre à Memonwada. Si des membres de la communauté devaient être déplacés, il souhaitait que tout le possible soit fait pour qu’ils soient réinstallés de façon à recréer la famille et la vie communautaire qui auraient été perdues20.

  • 21 « Mr. Orr’s Speech in the Bombay Corporation Debate on 16th and 20th November », in Selections… 19 (...)

58Ce projet fut l’objet de beaucoup de controverses publiques et s’attira une importante opposition. Orr, son auteur, admit dans un discours devant la municipalité qu’il ne s’était pas rendu compte avant la publication du projet du nombre de Memons qui en seraient affectés. Soucieux des « souffrances importantes » causées aux Memons du fait de leurs « coutumes collectives particulières », il avait décidé de reconsidérer la question avec soin. Mais il avait découvert que la situation était moins grave que les Memons ne le prétendaient : environ dix mille d’entre eux vivaient dans le quartier affecté par le projet, mais « seulement » un quart de cette population serait déplacé et des terrains adjacents étaient disponibles pour sa réinstallation. Orr concluait qu’avec l’assainissement de leur quartier et l’acquisition de terrains à proximité, « d’un mal résulterait beaucoup de bien » pour les Memons21.

  • 22 « Demi-official correspondance responding to Governor’s comments », 2 July 1911 (GD, 1912, vol. 45 (...)
  • 23 Mr James Orr to L. Robertson, 4 July, 5 July, 6 August 1911 (GD, 1912, vol. 45 : 75-89 et 113)

59Edwardes fut rapidement convaincu du bien-fondé de la position des autorités, mais il était néanmoins sensible au fait que la rue devait passer par « le cœur » de la « demeure héréditaire » des Memons. Il comptait parmi les officiels qui témoignaient de la sympathie pour les Indiens : alors qu’il parlait affectueusement des Memons comme de « gens étranges », un autre officiel colonial stigmatisait « les Bohras [un groupe chiite] et Memons ignorants, dont l’agitation est surtout une affaire d’intérêt »22. Orr, tout en s’affirmant soucieux de préserver les modes de vie des Memons, ne comprenait aucunement à quel point il était important pour eux de préserver l’intégrité de Memonwada. Il s’appuyait sur les résultats du recensement pour montrer que le secteur concerné, bien qu’il s’appelât « Memonwada », comprenait un faible nombre de Memons et que le « Menton quarter au sens propre » était situé plus au sud23. Et sa solution était moins coûteuse que d’autres qui n’auraient affecté aucune communauté de façon aussi brutale.

Rencontres entre anciennes et nouvelles divisions de la ville

60Les Britanniques acquirent des Portugais en 1661 un groupe d’îles qu’au cours des siècles suivants ils relièrent entre elles par des chaussées et des digues. Les terres que celles-ci délimitèrent furent peu à peu asséchées et l’île ainsi formée fut en outre agrandie par d’autres assèchements le long des côtes, en particulier à l’est, entre Colaba et Sewri. Le Hornby Vellard – dont la construction fut attribuée à William Hornby, gouverneur de Bombay de 1771 à 1784, bien que les travaux eussent commencé dès la fin du xviie siècle – franchissait le plus large des détroits entre Mahalakshmi et Varli. Après son achèvement, des travaux d’assèchement qui se poursuivirent au long du xixe siècle donnèrent naissance à un secteur nommé « The Flats ». Un plan de Bombay des années 1812-1816 signale un secteur « inondé pendant la mousson » (fig. 2) et, en 1850 encore, les terres que parcourait Clerk Road en direction de Mahalakshmi étaient un marécage pendant la plus grande partie de l’année. La construction du Colaba Causeway reliant le sud de l’île de Colaba à l’île de Bombay débuta en 1835 (Gazetteer of Bombay… 1909, 1 : 65-68 ; Sheppard 1932 : 74-75).

  • 24 Il faut cependant noter que, lorsque le pouvoir de Maratha fut écrasé en 1818 et que les Britanniq (...)

61Ces îles, avec leurs villages de pêcheurs, temples, arbres, criques et collines ont donné aux divisions de Bombay des noms qui sont encore utilisés aujourd’hui. En 1673, Gerald Aungier étant gouverneur, les sept îles s’étaient réduites à quatre : Coloba ou Old Woman’s Island ; la forêt de palmiers de Bombay : Mazagon, Parel, Matunga, Sion et Dharavi ; Mahim ; enfin, Worli ou Varli (Gazetteer of Bombay… 1909, 2 : 65). Comme une partie des îles était régulièrement inondée par la mer, les premiers écrits anglais sur Bombay évoquent surtout Colaba, le Fort, l’Esplanade, Malabar Hill, Mazagon, Parel, Mahim et Varli. De rares mentions sont faites de villages comme Sion, Sewri et Walkeshwar, qui donnèrent par la suite leur nom à des divisions administratives. À l’exception du Fort, de Malabar Hill, des zones asséchées et des noms de routes, le régime colonial utilisait des noms indiens pour nommer ces espaces24.

  • 25 Le rapport du recensement affirme par ailleurs qu’il y avait six grands Koliwadas à Bombay (Edward (...)
  • 26 Le xerafim (Xs) était une monnaie portugaise qu’adoptèrent pendant un temps les gouverneurs britan (...)

62Dans la terminologie ancienne des autorités coloniales, Bombay comprenait en 1727 deux towns : Bombay et Mahim ; huit villages : Mazagon, Varli, Parel, Vadala, Naigam, Matunga, Dharavi et Colaba ; ainsi que sept hamlets, deux dépendant de Vadala, deux de Dharavi et trois de Parel. Il y avait en outre cinq quarters koli, les Kolis étant une population de pêcheurs et les premiers habitants de ces îles (ibid. 1 : 3025). La ville a également été appelée kasba, d’un mot arabe qui désigne le chef-lieu d’un distria (Kosambi 1986 : 31), comme en témoigne cette citation du xviiie siècle : « La valeur locative estimée de the town or Kasba of Bombay était Xs. 30,42426 » (cité in Edwardes 1901a : 75). Quant au terme « island of Bombay », il désigne l’île formée par les sept îles originelles. Par la suite, Bombay fut souvent décrite par les mots town and island. Le rapport du recensement, celui de 1901 par exemple, porte sur « Bombay (Town and Island) ». Toutefois, les trois volumes du Gazetteer of Bombay City and Island, compilés par Edwardes et publiés en 1909 et 1910, remplacent finalement town par city.

Fig. 2. Plan de l’île de Bombay (1812-1816). « The Island of Bombay […] by Captain Thomas Dickinson ».

63Le mot town était souvent utilisé aussi pour nommer des parties de Bombay. En 1775, pour un voyageur du nom de Parsons, « the town of Bombay » était l’espace situé dans l’enceinte du « Fort of Bombay ». Mais la même année, Forbes, auteur de Oriental Memoirs, parle de « the Black Town » qui, à l’intérieur de la forteresse, contient les bazars (Gazetteer of Bombay… 1909, 2 : 121-123). Pour l’un, town désigne la partie urbanisée de Bombay, le Fort, pour l’autre, une partie déterminée de celui-ci. Au xviiie siècle, se développa un secteur nommé « Madagascar Town », un quartier d’esclaves sur la rive de Back Bay. Il surgit lorsque à partir de 1736 des esclaves furent importés de Madagascar et il disparut avec ce commerce qui dura pendant une quarantaine d’années (Sheppard 1932 : 121). Nous avons déjà indiqué qu’une black town ou native town se développa au-delà de l’esplanade, particulièrement après 1803. Edwardes, pour sa part, utilise le terme town pour évoquer toute la zone d’expansion urbaine : « The town s’étendait peu à peu sur les terres asséchées les plus hautes, vers l’ouest le long de Back Bay et vers le nord en direction de Byculla […] » (Edwardes 1901a : 115).

  • 27 Pour compliquer encore les choses, ce qui avait été jadis « New Bombay » – secteur d’immeubles imp (...)

64En 1864, un an avant d’instituer une municipalité, la Bombay Municipal Corporation, le gouverneur définissait le territoire de celle-ci comme « The Island of Bombay and Colaba and Old Woman’s Island », en le subdivisant ainsi : « Colaba, Fort, Mandvi and Bunders, Bhuleshwar, Breach Candy, Malabar Hill, Kamathipura, Mazagon Mount, Chinchpokli, Mahim Woods et Matunga » (Times of India cité in Edwardes 1901a : 134). Après qu’en 1865 le Municipal Commissioner eut divisé la ville en dix wards, Mandvi, Umarkhadi et le secteur qui les entourait furent appelés « The Old Town » et le secteur qui s’étendait entre eux et Byculla prit le nom de « The New Town » (Gazetteer of Bombay… 1909, 1 : 30-31). On ignore toutefois si la population utilisait ces termes27.

65Sur son passage, l’urbanisation rencontrait et absorbait d’anciens villages : Cavel, au centre de l’île, était l’un deux. Situé au nord de l’Esplanade, ce village couvrait l’ensemble d’un secteur qui, à la fin du xixe siècle, se trouva scindé par Kalbadevi Road entre Cavel proprement dit et l’ancienne Hanuman Lane. Cavel était jadis presque entièrement occupé par les Kolis, qui furent convertis au catholicisme par les Portugais. Cavel serait une déformation due aux Portugais de « Kol-war », hameau des Kolis (Da Cunha 1900 : 7), ou bien une déformation du mot portugais capela, chapelle. Sheppard indique que en 1917 encore, les Goanais, communauté venue de la possession portugaise de Goa, associaient Cavel à l’église connue sous le nom de « Cavel Church » ou « Nossa Senhora de Saude » (Notre-Dame de la Santé), construite comme église de famille au plus tard en 1794. Le nom autochtone de la localité est « Gaewadi », gae signifiant vache et étant de genre féminin, d’où wadi, féminin de wad, quartier. Sheppard pense que ce nom vient de ce qu’on y vendait jadis de la viande de bœuf : en 1917, il restait encore une ou deux boutiques dans la localité. L’autre explication qu’il propose est que des vaches étaient élevées à cet endroit (Sheppard 1917 : 43 ; Da Cunha 1900 : 8).

  • 28 D’après Da Cunha, il semblerait que Cavel incluait le secteur de Old Hanuman Lane qui se trouve au (...)

66Si l’origine exacte du nom « Cavel » est sans importance, il est intéressant, en revanche, que deux histoires liées et concurrentes soient attachées à ce nom : celle des Kolis et celle des Portugais et de l’Église catholique. Gae signifiant vache en hindi, en gujarati et en marathi, le nom « Gaewadi » pouvait être utilisé par diverses communautés : je le regarderais volontiers comme un commentaire sur la vente de bœuf et les pratiques alimentaires d’un groupe par d’autres groupes qui, étant hindous, ne mangent pas cette viande. Lorsque Da Cunha, originaire de Goa, visita Cavel pour la première fois en 1860, c’était le cœur de la communauté catholique de l’île, et celle-ci grossissait chaque année d’immigrants venus de Bassein, Salsette, Daman et Goa, qui s’employaient à Bombay comme domestiques (Da Cunha 1900 : 7-8). Au tout début du xxe siècle, une publication officielle affirmait que « les Goanais et les indigènes chrétiens sont très attachés à Cavel, l’ancien foyer [home] de certains des premiers convertis au catholicisme romain » (Gazetteer of Bombay… 1909, 1 : 200). Mais ce n’était plus tout à fait vrai. Une dizaine d’années auparavant, da Cunha écrivait déjà : « Cavel, jadis le siège des chrétiens convertis par les Portugais, a été envahi depuis longtemps et est maintenant presque entièrement occupé par les Vanias à l’aide du seul pouvoir de l’argent. » Ce n’était pas seulement les Vanias – hindous appartenant à la caste la plus associée au commerce – mais aussi les Bhattias – une autre puissante communauté de commerçants – qui s’étaient installés en grand nombre dans le secteur et avaient déplacé les Kolis et les catholiques. Ces mêmes Bhattias qui s’agitaient en 1913 contre le changement de nom de « Bhattia bag » contribuèrent ici à remplacer les petites villas aérées et leurs jardins plantés de croix par des immeubles locatifs massifs privés d’air et de lumière (Da Cunha 1900 : 8 ; Gazetteer of Bombay… 1909, 1 : 200). Cavel était depuis longtemps dépassé. Lorsqu’en 1872 la municipalité divisa les wards en sections, Cavel fut scindé entre B Ward et C Ward et entre les sections de Dhobi Talao et de Market (Gazetteer of Bombay… 1909, 1 : 200). La localité fut par la suite prise entre deux grands axes, Kalbadevi Road et Girgaum Road, le secteur historique de Cavel étant considéré comme situé dans la section de Dhobi Talao (ibid. : 31)28. « Market » évoquait les trois marchés aux tissus qui se trouvaient dans cette section, mais signalait peut-être aussi aux catholiques, ceux que Da Cunha appelait « la gentry rurale la plus ancienne de Bombay », que l’argent et le marché régnaient désormais sur l’île et qu’ils devaient leur céder la place.

67En 1909, le gouvernement commença à mettre en œuvre une politique qui visait à réserver la rive ouest aux classes riches et devait marquer le développement de la ville pour les vingt années à venir (Report on the Development Plan… 1964 : xxviii). Ses effets se font encore sentir aujourd’hui, les rives est et ouest étant marquées par une différence de classes.

68Le gouvernement avait autorité pour délimiter et nommer les divisions officielles de la ville, mais les résidents de celle-ci, Britanniques et Indiens, la divisaient autrement. Leurs manières d’imaginer ces divisions étaient intimement liées à leurs expériences et à leurs savoirs à l’égard de la ville. Les Britanniques ont décrit Bombay dans de multiples comptes rendus, mais les préjugés de la culture coloniale limitaient leur implication dans la ville. Les Indiens avaient une autre façon de diviser celle-ci, en utilisant un cadre qui comprenait des temples, des églises et des mosquées, des réservoirs, des statues et des voisinages. Ils témoignaient ainsi de leur appropriation et de leur connaissance intime de Bombay, et jouaient un rôle créatif dans les façons d’en nommer les parties. Ces noms et ces divisions n’appartenant pas au discours officiel, ils étaient parfois éphémères et furent oubliés, ou bien ignorés et effacés par les autorités. Sans doute, le pouvoir des autorités coloniales et des habitants britanniques sur le système du savoir leur assurait que les noms qu’ils avaient choisis survivraient. Mais les Indiens ordinaires, ceux qui « fixaient » la statue de Kala Ghoda, pat le pouvoir de l’usage quotidien et de la mémoire, nous ont aussi laissé en héritage leurs noms et leurs divisions de la ville.

Bibliographie

Bibliographie et sources

Bibliographie

Administration Report of the Municipal Commissioner for the City of Bombay for the Year 1914-1915 ; 1915-1916 ; 1917-1918.

Arnold, Edwin. 1886. India Revisited. London, Trubner & Co.

Balaram, Gunvanthi. 1999. « City’s Footloose Get a Walkie-Talkie on Local History », Times of India (Mumbai ed.), 14 février : 3.

Bharucha, Nauzer. 1998. « Move to Rename Khodadad Circle Shocks Residents », Times of India (Mumbai ed.), 27 mars : 1.

Bulsara, Dr Jal F. 1973. « Parsis the Most Urbanised Community on Earth », in M.D. Petit et al., The B.D. Petit Parsee General Hospital, 1912-1972, Bombay, Editorial Board of the B.D. Petit Parsi General Hospital Executive Committee.

Burnell, John. 1933. Bombay in the Days of Queen Anne : Being an Account of the Seulement. Travaux de la Hakluyt Society, 2e Série n° 72. Londres, imprimé pour la Hakluyt Society.

Caine, W. S. 1890. Picturesque India : A Handbook for European Travellers. Londres, George Routledge & Sons.

Campbell, Sir James Mcnabb (Chairman). 1898. Report of the Plague Commission Appointed by Government Resolution No. 1204/720P, on the Plague in Bombay, for the Period Extending from 1st July 1897 to the 30th April 1898. Bombay, « Times of India » Steam Press.

Carter, Paul. 1989. The Road to Botany Bay : An Exploration of Landscape and History. Chicago, University of Chicago Press.

Da Cunha, Dr J.Gerson. 1874. « Words and Places in and about Bombay », Indian Antiquary, 3 : 247-249, 292-295.

— 1875. « Words and Places in and about Bombay (continued from Vol. III) », Indian Antiquary, 4 : 358-361.

— 1900. The Origin of Bombay. Réédition, New Delhi, Asian Educational Services, 1993.

Douglas, James. 1883. A Book of Bombay. Bombay, Bombay Gazette Steam Press.

— 1886. Round about Bombay. Bombay, Bombay Gazette Steam Press.

— 1900. Glimpses of Old Bombay and Western India. Londres, Sampson Low, Marston and Co.

Edwardes, S.M. 1901a. Census of India – 1901, Vol. X, Bombay (Town and Island), Part IV. History. Bombay, « Times of India » Press.

— 1901b. Census of India1901, Vol. XI, Bombay (Town and Island), Part V. Report. Bombay, « Times of India » Press.

— 1923. The Bombay City Police ; A Historical Sketch, 1672-1916. Londres, Oxford University Press.

The Gazetteer of Bombay City and Island. Vol. I, II. Bombay, Times Press, 1909.

The Gazetteer of Bombay City and Island. Vol. III. Bombay, Times Press, 1910.

Gupta, Dipankar. 1982. Nativism in a Metropolis : The Shiv Sena in Bombay. New Delhi, Manohar Publications.

Handbook of the Bombay Presidency with an Account of Bombay City. 1881 (2nd edition). Londres, John Murray.

Joshi, Purshottam Balkrishna. 1902. A Short Sketch of the Early History of the Town and Island of Bombay, Hindu Period. Bombay, Times of India Press.

Karkaria, R.P (éd.). 1915. The Charm of Bombay : An Anthology of Writings in Praise of the First City in India. Bombay, D.B. Taraporevala, Sons & Co.

Khan, Sameera. 1999. « City’s Heritage Gains Ground, Tile by Tile ». Times of India (Mumbai ed.), 12 février : 3.

Kosambi, Meera. 1986. Bombay in Transition : The Growth and Social Ecology of a Colonial City, 1880-1980. Stockholm, Almqvist & Wiksell International.

Life in Bombay, and the Neighbouring Out-Stations. 1852. Londres, Richard Bentley.

Low, Sidney. 1907. A Vision of India : As Seen During the Tour of the Prince and Princess of Wales. Londres, Smith, Elder & Co.

Maclean, James Mackenzie. 1880. A Guide to Bombay : Historical Statistical and Descriptive. 5e éd. Bombay, Bombay Gazette Steam Press.

Masselos, J. C. 1974. Towards Nationalism : Group Affiliations and the Politics of Public Associations in Nineteenth Century Western India. Bombay, Popular Prakashan.

Postans, Mrs. Marianne [Young]. 1839. Western India in 1838. Londres, Saunders & Otley, 2 vol.

Purandare, Mangala. 1997. « A Case Study of the Bhatia Community (A History) ». Dissertation, University of Mumbai.

The Religious and Cultural Heritage of the Beni-Israels of India. Bombay, Gate of Mercy Synagogue, 1984.

Report on the Development Plan for Greater Bombay 1964. Bombay, Government Central Press.

Selections from the Bombay Corporation’s Proceedings and Debate on the City of Bombay Improvement Trust’s Sandhurst Road to Crawford Market Street Scheme. 1911. Bombay, Times Press.

Sheppard, Samuel T. 1917. Bombay Place-Names and Street-Names. An Excursion into the By-Ways of the History of Bombay City. Bombay, The Times Press.

— 1932. Bombay. Bombay, Times of India Press.

Spivak, Gayatri Chakravorty. 1994. « Can the Subaltern Speak ? », in Patrick Williams & Laura Chrisman (éd.), Colonial Discourse and Post-Colonial Theory : A Reader. New York, Columbia University Press : 66-111.

Wacha, Sir D.E. 1920. Shells from the Sands of Bombay : Being my Recollections and Reminiscences – 1860-1875. Bombay, K. T. Anklesaria.

— 1910. A Financial Chapter in the History of Bombay City. Bombay, Commercial Press, 1910.

Sources d’archives

Government of Maharashtra Secretariat Record Office, Elphinstone College Building, Mumbai. « Collector’s Map of Bombay », 1926.

Government of Maharashtra Secretariat Record Office, Elphinstone College Building, Mumbai. « General Department », 1912, vol. 45 et 46.

Sources citées par d’autres sources

Campbell, Sir James Macnabb (compiled). Bombay Gazetteer, Vol. xxvi, Parts I-III. Également référencé sous Bombay Town and Island materials, Parts I-III. Éditeur inconnu.

Fryer, John. A new account of East-India and Persia, in 8 letters. Being 9 years of travels, begun 1672. And finished 1681… Londres, Chiswell, 1698.

Mackintosh, Sir James. Memoirs of the life of Sir James Mackintosh, édité par son fils, Robert James Mackintosh. Londres, E. Moxon, 1835.

Notes

* La rédaction de ce chapitre fut rendue possible par une subvention de la Taraknath Das Foundation, à laquelle je suis très reconnaissante pour son aide. Je remercie Christian Topalov pour ses utiles commentaires sur les versions successives de ce texte, ainsi que Dell Upton, Barbara D. Metclaf, Thomas R. Metcalf, Emily Meredith, Vandana Date et Andreas Ferreira Clüver pour les leurs. Je remercie aussi Ved Prakash Vatuk pour son aide dans la clarification de l’éty-mologie de certains mots hindis et sanscrits.

1 Sur les origines du Shiv Shena, voir Gupta 1982 : 39-69. Le mouvement naquit officiellement à Bombay en 1966, sous la direction charismatique d’un auteur de bandes dessinées, Bal Thackeray. À la fin des années 1950, celui-ci commença à produire son propre hebdomadaire, Marmik, qu’il utilisait pour propager une idéologie fondée sur l’idée que les Maharastriens étaient dépossédés des emplois et des potentialités économiques par les non-Maharastriens qui immigraient en ville. Ses cibles furent d’abord les Indiens du Sud, puis les migrants des autres régions et les musulmans. Après cinq ans de lutte, l’État monolingue du Maharasthra fut créé en 1960 avec Bombay pour capitale, son territoire étant découpé entre les deux régions linguistiques du Maharasthra et du Gujarat. « Shiv Shena » signifie « l’armée de Shivaji », célèbre roi guerrier du Maharasthra au xviie siècle.

2 On rendra « Bombay Municipal Corporation » (instituée en 1865 par le gouverneur britannique) par « municipalité », municipal commissioner (de l’époque coloniale) par « membre de la municipalité », et corporator (contemporain) par « élu municipal ». On rendra governement tantôt par « gouvernement », tantôt par « autorités coloniales », entendant par là l’ensemble constitué par le gouverneur et ses services, l’armée et la municipalité. (NdT.)

3 Les termes anglais qui expriment les divisions de l’espace urbain ont rarement des équivalents exacts en français. Area (qui dans certains contextes signifie simplement « surface ») est le terme le plus neutre pour désigner une partie ou région de l’espace : on le rendra par « espace », « lieu », « endroit » ou, lorsque la notion d’étendue est importante, « secteur ». District est plus déterminé et implique une notion de limite, éventuellement fixée par des autorités : on le rendra par « distria » ou « zone ». Dans son acception générale, section sera rendu par « partie ». Quarter renvoie à un lieu ou une région habitée, souvent par un groupe particulier : on le rendra par « quartier », bien que quarter n’ait ni la connotation administtative ni l’éventuelle connotation affective du « quartier » français. Neighbourhood implique des rapports de proximité entre habitants et sera rendu par « voisinage ». Ward étant un terme du vocabulaire administratif, on ne le traduira pas, de même que section lorsqu’il est employé dans le même contexte. (NdT.)

4 Native, qui ne comporte pas de connotation péjorative dans l’anglais d’aujourd’hui, a été traduit par « indigène » quand il s’agit du vocabulaire et de documents de l’époque coloniale et par « autochtone » quand il s’agit des commentaires de l’auteur. Bombay étant une ville d’immigrants, « autochtone » doit être entendu dans un sens très large. (NdT.)

5 Jardins plantés de cocotiers. Le mot oart, transformation du portugais orta ou horta, est utilisé dans l’ouest de l’Inde (voir Sheppard 1917 : 12).

6 Joshi était un hindou de la caste des brahmanes, mais on ne connaît rien de plus à son sujet, sinon que les Britanniques le récompensèrent de ses services en lui attribuant le titre honorifique de « Rao Bahadur ». Voir aussi Joshi 1902.

7 Sur ce point, voir Sheppard 1917 : preface ; Gazeetter of Bombay… 1909, 1 : preface, i-iii ; Edwardes 1901a : introductory note.

8 La compilation de Macnabb Campbell de matériaux sur Bombay fut publiée dans Bombay Gazetteer, vol. XXVI, part III, cité par Sheppard 1917 : 55.

9 Voir par exemple les commentaires de Postans 1839 : 141-142.

10 Les Anglais rebaptisèrent des villes de la même façon : ainsi « Pune », en Inde de l’Ouest, devint « Poona ».

11 Douglas fait référence à John Fryer, A New Account of East India and Persia in 8 Letters, Londres, 1698.

12 Da Cunha signale une substitution semblable de « Ganesh Candy » à « Ganesh Khind » dans la ville de Pune par Sir James Mackintosh en 1804 (sa référence est Memoirs of the Life of Sir James Mackintosh, Londres, 1835).

13 Le Muhurram est un deuil annuel observé surtout par les musulmans chiites pour commémorer l’assassinat de l’imam Hussein, dernier petit-fils du Prophète, et de ses fidèles par les forces de Yezued à Karbala. Au xixe siècle, dans de nombreuses régions de l’Inde, parmi lesquelles Bombay, les musulmans sunnites et les hindous prenaient part aux processions.

14 Voir par exemple Wacha 1920.

15 Sheppard cite Campbell in Bombay Gazetteer, vol. XXVI, part III : 595. On notera comment les diférentes langues de Bombay se reflètent dans les noms : tamarinier se dit chinch en marathi (d’où « Chinchpokli ») et amli en gujarati (d’où « Amliagal »).

16 Government of Maharashtra Secretariat Record Office, Elphinstone College Building, Mumbai. « Collector’s Map of Bombay », 1926.

17 Enquête de terrain.

18 City of Bombay Improvement Trust, Scheme n° XXXVII : Sandhurst Road to Crawford Market Road Street Scheme.

19 Mr James P. Orr to Sir George Clerk, 22 June 1911 et « Interview with Memons regarding Scheme 37 », 19 June 1991 (archives manuscrites du General Department [ci-après GD], 1912, vol. 45 : 31-33 et 35-37).

20 S.M. Edwardes to L. Robertson, 3 July 1911 (GD, 1912, vol. 45 : 47-51) et S.M. Edwardes to Secretary of Government, No. 6180/6, 1 July 1911 (GD, 1912, vol. 45 : 55-63).

21 « Mr. Orr’s Speech in the Bombay Corporation Debate on 16th and 20th November », in Selections… 1911 : 1 et 50.

22 « Demi-official correspondance responding to Governor’s comments », 2 July 1911 (GD, 1912, vol. 45 :45).

23 Mr James Orr to L. Robertson, 4 July, 5 July, 6 August 1911 (GD, 1912, vol. 45 : 75-89 et 113)

24 Il faut cependant noter que, lorsque le pouvoir de Maratha fut écrasé en 1818 et que les Britanniques acquirent de vastes territoires en Inde de l’Ouest, les parties les moins peuplées de la Presidency of Bombay reçurent des noms anglais. Elles comprenaient des collines et panoramas où les Anglais venaient souvent pour se protéger du climat de Bombay. Le paysage de Mahabaleshwar, une sanitary station où le gouvernement de la Presidency siégeait pendant plusieurs mois de l’année après 1828, est parsemé de noms anglais comme : Elphinstone Point, Kate’s Point, Saddle Hill et Malcolm Hill (Life in Bombay… 1852 : 65-112).

25 Le rapport du recensement affirme par ailleurs qu’il y avait six grands Koliwadas à Bombay (Edwardes 1901a : 75).

26 Le xerafim (Xs) était une monnaie portugaise qu’adoptèrent pendant un temps les gouverneurs britanniques (Da Cunha 1874 : 294).

27 Pour compliquer encore les choses, ce qui avait été jadis « New Bombay » – secteur d’immeubles imposants qui bordaient, entre Elphinstone College et Treacher & Co, le « stately boulevard » construit après la destruction des murs dans les années 1860 – devait être appelé « Frere-Town » (Wacha 1910 : 77), du nom du gouverneur de Bombay qui avait conçu et réalisé ce projet, Sir Bartle Frere.

28 D’après Da Cunha, il semblerait que Cavel incluait le secteur de Old Hanuman Lane qui se trouve au-delà du côté est de Kalbadevi Road, dans la section de Market.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Elphinstone Circle vu de l’hôtel de ville de Bombay (vers 1880). « View from the Town Hall ». Photographie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Fig. 2. Plan de l’île de Bombay (1812-1816). « The Island of Bombay […] by Captain Thomas Dickinson ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 477k

Auteur

Preeti Chopra, historienne de l'architecture de l'architecture et de la ville, University of California Berkeley

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable