Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

I. Des Anciens Régimes aux Lumières

Nommer et diviser la ville portuaire : le lexique politico-administratif toscan et Livourne (XVIIIe-XIXe siècles)

Samuel Fettah

Texte intégral

Fig. 1. Plan de Livourne et ses fortifications (1749). « Pianta di Livorno e sue fortificazioni come sono l’anno MDCCXLIX » (détails).

1Les caractères originaux de Livourne expliquent l’attention toute particulière que l’administration toscane lui porte. Fondation princière (fin du xvie siècle) dont la croissance coïncide avec la construction du grand-duché de Toscane, elle est la deuxième ville de cet État et son premier port. Livourne a aussi une dimension internationale : c’est un des grands ports de commerce de la Méditerranée, dont l’activité dépend de réseaux négociants transnationaux.

2Bien qu’elle soit intégrée à l’organisation administrative du territoire toscan, Livourne présente les caractéristiques d’une ville portuaire et cosmopolite. La composition de la population locale diffère sensiblement de celle des autres villes du grand-duché par l’importance des populations liées à la mer (négociants, portefaix, marins, bateliers…), dont certaines, mal fixées dans la ville, peuvent être qualifiées de flottantes. L’originalité de la composition démographique de Livourne tient aussi à l’importance des mouvements migratoires et à la forte présence de groupes allogènes non catholiques (orthodoxes, protestants et surtout juifs), certes minoritaires, mais reconnus par le souverain et organisés en communautés, les nazioni (par exemple la nazione ebrea di Livorno ou la nation juive de Livourne).

3Outre cette assise pluriséculaire, il convient de prendre en compte le contexte propre à la période étudiée : croissance de la population et des faubourgs suburbains, réforme de l’État et étoffement progressif de la bureaucratie toscane, développement de la surveillance policière, en particulier en direction des populations portuaires et faubouriennes, importance croissante des préoccupations hygiénistes, progrès de la société civile et des idéaux du Risorgimento… Autant de traits qui marquent le passage de la ville d’Ancien Régime à la ville contemporaine et font évoluer les modes de désignation de l’espace urbain.

Livourne et les réformes de l’État toscan

4L’organisation territoriale et administrative du grand-duché de Toscane a été réformée à l’époque du despotisme éclairé. Le système de monarchie administrative mis en place à cette époque a perduré – si l’on excepte la courte période d’annexion à la France (1808-1814) – jusqu’au rattachement de la Toscane au nouvel État italien (1860). Les réformes de cette période, voulues par le grand-duc Pierre Léopold (1765-1790), représentent un effort de rationalisation administrative dont l’objectif initial est de revitaliser le contrôle exercé sur les habitants et le territoire du grand-duché (Sordi 1991, La Rosa 1992). Les villes sont les instruments et l’objet privilégié de cette politique de renforcement de l’État. L’administration urbaine est réorganisée entre 1774 et 1780. Le pouvoir central souhaite surtout favoriser la progression des rentrées fiscales et développer son contrôle sur l’espace urbain : action sur l’urbanisme, avec l’apparition des premiers plans régulateurs, développement des règlements municipaux et contrôle accru des déplacements dans la ville.

  • 1 Les marchandises entrant dans le port ne sont pas soumises à des droits de douane, pourvu qu’elles (...)

5C’est en partie dans le cadre de cette politique générale que l’administration centrale traite Livourne. Cependant, elle doit tenir compte des singularités fonctionnelles de la cité portuaire. Livourne est tout à la fois un port et une place forte. L’enceinte fortifiée, mise en place au moment de la fondation, ne commence à être démantelée qu’à la fin du xviiie siècle à la faveur de l’expansion urbaine et, dans le premier tiers du xixe siècle, elle reste encore un élément fondamental de délimitation de l’espace urbain. Car Livourne est aussi une exception douanière. Port franc depuis 1676, son périmètre intra-muros coïncide avec l’espace des franchises portuaires1. Pour l’administration toscane, Livourne intra-muros est le porto franco de Livourne, par opposition au territorio riunito (le reste de la Toscane). Les entrées et les sorties du périmètre urbain représentent donc, plus que dans d’autres villes toscanes, un enjeu fiscal important, ce qui confère à l’administration des douanes un rôle majeur dans la définition et la surveillance des limites urbaines. Du fait de l’imposant dispositif de contrôle sanitaire mis en place par les grands-ducs, la santé maritime est une autre administration très présente dans Livourne. Elle gère en particulier les trois vastes lazarets dont est dotée la ville. La présence policière, qui s’étoffe dans la première moitié du xixe siècle, complète ce dispositif de surveillance des limites de la ville franche.

6Les particularités du dispositif administratif appliqué à cette ville sont donc largement liées à sa fonction portuaire. Or, l’enveloppe urbaine dans laquelle l’espace du port et l’espace de la ville se confondent est remise en cause par la croissance démographique, autre particularité de Livourne. Tandis que la population des autres centres urbains de la Toscane stagne jusqu’au milieu du xixe siècle, Livourne passe de 50 000 à plus de 80 000 habitants entre la fin du xviiie et le milieu du xixe siècle. Ce dynamisme démographique est le principal facteur d’expansion de l’espace urbain hors les murs. Pour l’administration toscane, cette croissance rend Livourne plus problématique encore, non seulement parce que l’activité portuaire ne suffit plus à absorber la demande d’emploi, mais aussi parce qu’elle remet en cause le système urbain conçu au moment de la fondation de la ville. Toute la difficulté est de maintenir les franchises portuaires, nécessaires à l’équilibre économique et social de Livourne mais édictées pour la ville intra-muros, dans une situation d’expansion de l’espace urbain. Livourne a été conçue comme une ville au service du port, mais l’espace de la ville et celui du port, désormais, ne coïncident plus. Entre le milieu du xviiie et le milieu du xixe siècle, la plupart des réformes de l’organisation urbaine engagées par l’État toscan tendent d’abord à maintenir la cohésion de la cité.

La production du langage administratif

  • 2 Il existe des corps de spécialistes intervenant sur l’espace urbain, dont le plus important est ce (...)
  • 3 C’est le sentiment que donne l’écart existant entre les rapports très fermes vis-à-vis de la contr (...)

7Le corpus étudié ici livre un vocabulaire non pas technique mais généraliste, au sens où il n’est pas produit par un corps de spécialistes pouvant se prévaloir d’un savoir spécifique, mais par des individus dont le point commun est d’avoir pour tâche de maintenir l’ordre urbain et l’intégration de la ville dans l’État toscan2. Pour élargir le lexique et repérer d’éventuelles oppositions au sein de l’administration toscane, j’ai constitué ce corpus en relevant les mots employés par tous les échelons, du souverain au simple agent de police. Leurs vocabulaires, toutefois, vont en règle générale dans le même sens, cette homogénéité du lexique montrant que les échelons inférieurs de l’administration ont bien intégré, au moins formellement, l’orientation des directions. Il faudrait déterminer jusqu’à quel point ces échelons subalternes, par ailleurs mal connus, adhèrent au discours des dirigeants et s’y conforment dans leur pratique de la ville. Autrement dit, s’ils n’ont pas un double langage, écrit et administratif d’une part, oral et pratique de l’autre3.

8À ce problème s’ajoute celui des groupes peu représentés dans l’administration toscane. Les négociants, qui constituent l’élite de la richesse livournaise, occupent une place très marginale dans le système administratif toscan, pour des raisons culturelles (les postes administratifs importants sont occupés par des docteurs en droit sortis des universités), professionnelles (diriger la ville suppose l’otium, c’est-à-dire de disposer de son temps pour gérer les affaires publiques, ce qui n’est pas toujours le cas du négociant), religieuses (la majorité des grands négociants sont des étrangers non catholiques, ce qui leur interdit les fonctions publiques) et censitaires (beaucoup de négociants n’ont pas le cens nécessaire – constitué sur la propriété de biens immeubles – pour être élus membres du conseil des prieurs qui dirige la ville). Leur approche de la ville doit être envisagée par d’autres sources. Il en est de même en ce qui concerne la plèbe livournaise. Ces deux types d’acteurs sont très présents dans les sources administratives, mais surtout comme objets.

9Si Livourne apparaît comme une cité-problème, c’est aussi parce que l’administration du grand-duché de Toscane est dirigée par l’aristocratie florentine. La littérature administrative est d’abord un reflet de ses conceptions et de l’ordre étatique imposé à la ville à partir de Florence. Par ailleurs, si l’élite toscane qui dirige l’administration est traditionnellement urbaine, ses revenus proviennent majoritairement de la rente foncière. La cour et les échelons supérieurs de l’appareil d’Etat sont peuplés de membres de l’aristocratie toscane, au sein de laquelle ne figure qu’un nombre très réduit de Livournais. L’administration locale est dirigée par des propriétaires qui appartiennent en général à la noblesse toscane, et la municipalité est composée de propriétaires locaux. Il y a donc, à la direction des échelons centraux et locaux, une certaine unité sociale.

10Une autre limite inhérente au corpus tient au statut des administrations municipales. L’État les considère d’abord comme un instrument du pouvoir central. Le self-government n’est pas totalement absent, mais le langage utilisé à l’échelon local et municipal tend à se conformer aux orientations données par le centre. Le discours de la municipalité est érigé en point de vue local clairement explicité lorsqu’il s’agit du domaine pour lequel le centre reconnaît un droit de proposition et de représentation aux autorités municipales : la défense des intérêts des propriétaires. La municipalité intervient en effet le plus souvent sur le taux de l’impôt direct, lequel pèse sur la rente immobilière et foncière. Ce vocabulaire obéit aussi à des temporalités différentes : certains mots sont fortement employés lorsque le problème livournais devient plus difficile à gérer ou lorsqu’il s’agit d’appliquer des décisions modifiant l’espace urbain, comme dans les années 1830. D’autres tiennent davantage de la longue durée, et représentent le rapport pluriséculaire que les élites toscanes entretiennent avec la mer et le port.

11Il faut donc tenir compte de tendances lourdes qui encadrent le champ lexical utilisé. Certaines sont communes à toutes les villes de Toscane (forte volonté de contrôle étatique et poids de l’élite propriétaire dans l’administration), d’autres propres à Livourne (ville portuaire, population cosmopolite, importance de l’enceinte, situation douanière spécifique, composition originale des élites locales, évolution démographique divergente des autres villes).

12Les mots que l’administration toscane utilise pour diviser la ville peuvent être classés en deux catégories. La première est constituée des mots qui ordonnent la ville, fixent ses divisions et définissent les cadres de lecture et d’intervention de l’administration. La plupart rendent compte de créations étatiques, mais d’autres de réalités préalables qui se sont imposées à l’administration. La seconde catégorie est constituée de mots qui illustrent, précisent et qualifient les divisions de la ville. Trois thématiques, liées entre elles, dominent ce vocabulaire : la clôture, le privilège, le danger. Elles permettent de préciser ce que les « mots-cadres » laissent entrevoir, c’est-à-dire une perception de la ville portuaire à la fois comme un système cohérent et comme un espace-problème.

Les mots du découpage administratif

13L’administration toscane utilise surtout deux mots pour désigner Livourne : comunità et città.

  • 4 Règlement de la municipalité de Livourne édicté en 1780 (Bandi e ordini… 1784, XVIII).

Premièrement, dans tous les sens voulus et exposés dans la présente décision, on devra entendre par Comunità di Livorno la Città di Livorno et toute cette estensione di Campagna [extension de Campagne] adjacente connue sous la dénomination de Capitanato Vecchio [Vieille Capitainerie]…4.

Comunità et comunisti

14À partir de 1774, la comunità est la division administrative fondamentale de la Toscane, qui sert de cadre aux opérations se rapportant au cadastre, à la fiscalité, aux recensements. Dans la langue de l’administration, le terme de comunità remplace celui de capitanato pour désigner Livourne, les deux mots recouvrant une unité territoriale comprenant la ville et la campagne qui en dépend. Le capitanato était une circonscription territoriale dont l’organisation répondait à des impératifs de défense, la comunità est davantage tournée vers l’administration civile et, surtout, étant une communauté humaine, se réfère à un self-government local. Elle est organisée et dirigée par la ville dont elle porte le nom : « Comunità di Livorno ».

  • 5 Cet aspect ne s’est d’ailleurs pas perdu : aux xviiie et xixe siècles, le terme de comunità est pa (...)

15Ce changement, qui n’entraîne pas de modification substantielle du territoire livournais, a pour objectif premier l’efficacité administrative, l’État cherchant avant tout à s’appuyer sur des structures locales. Auparavant, le terme de comunità n’était pas spécifiquement utilisé dans ce sens : il s’appliquait aussi à des groupes, dotés d’un statut et reconnus par les autorités supérieures de l’État5. Tout en recouvrant un espace désormais centré sur la ville, il garde une bonne partie de son acception antérieure car, tout autant qu’un territoire, il désigne une communauté dont les habitants peuvent être appelés comunisti.

16Ce mot, dans le langage administratif courant, ne désigne pas tous les habitants de la comunità, mais seulement ceux qui détiennent des propriétés dans ce territoire et peuvent à ce titre être membres de la municipalité. Bien que la résidence en ville soit nécessaire à toute intégration aux cadres dirigeants locaux, une partie des comunisti de Livourne n’habite pas la ville ou n’y a pas de propriété : la comunità, en tant qu’institution politique, inclut en effet les hommes en fonction d’un statut social et non de leur résidence sur le territoire urbain : tous les abitanti ne sont pas comunisti, et certains comunisti ne sont pas pour autant abitanti. La création des comunità est la reconnaissance d’une communauté de propriétaires qui constitue l’élite locale reconnue par l’Etat et considérée comme apte à l’administration locale. Par extension, comunità est employé dans le sens de comune ou municipio, c’est-à-dire de municipalité, laquelle représente les comunisti. C’est parmi ces derniers que sont choisis les membres du conseil municipal (Consiglio Generale) et du collège des prieurs (Magistrato).

  • 6 Mémoire du 8 octobre 1816 relatif à la vacance du siège épiscopal de Livourne (Archivio di Stato d (...)

17L’usage du terme comunità est donc double : il désigne une circonscription administrative et une communauté d’où est issue la représentation locale. Cela reflète l’ambiguïté des réformes administratives dans la Toscane des Lumières, la municipalité devant être tout à la fois un rouage administratif au service de l’administration centrale et un organe de représentation des propriétaires. Cette ambiguïté est aussi celle de la politique d’intégration de Livourne à la Toscane, politique autoritaire qui vise à contrôler davantage l’espace livournais tout en favorisant la création d’une citadinité commune aux élites locales sur lesquelles le souverain cherche à s’appuyer. Le principal enjeu de la réforme municipale est ainsi l’émergence d’une generalità dei comunisti6 livournaise.

18Le terme ne suffit pourtant pas à définir les élites locales, généralement évoquées par les dénominations collectives il negozio (ou il commercio) et il possesso.

  • 7 Registre des délibérations, règlement de la chambre de commerce de Livourne édicté le 8 septembre  (...)

Est institué et autorisé, à Livourne, un corps de négociants qui représentera légalement il commercio di detta città [le commerce de la dite ville], sous la dénomination de Camera di Commercio di Livorno [chambre de commerce de Livourne]7.

  • 8 Rapport du 21 juillet 1842 (Archivio di Stato di Livorno, Comunità 649).

[…] il Possesso livornese [la Propriété livournaise], qui est lié à la prospérité de la ville qui le contient8.

  • 9 Censimento del 1841, f°s 12127-12130 (Archivio di Srato di Firenze, Srato civile della Toscana).

19La première dénomination désigne le groupe des négociants, qui sont les plus riches et les plus nombreux. Le groupe bénéficie d’une reconnaissance : c’est un corpo, représenté par des députations ponctuelles puis, à partir de 1801, par les députés de la chambre de commerce. La seconde désigne le groupe des propriétaires, qui coïncide avec l’ensemble des comunisti et comprend aussi des négociants. Les deux termes font référence aux deux modes reconnus d’appartenance aux élites, l’un dépendant d’un système de représentation sociale toscan (possesso), l’autre plus proprement livournais. La fréquence, dans le recensement de 1841 et dans les enquêtes administratives, de l’expression negoziante e possidente, montre que nombre d’individus ont intégré les deux modèles9. Néanmoins, le prestige local des négociants ne leur permet pas, en tant que tels, d’accéder au pouvoir municipal : il faut pour cela être propriétaire. À ce dispositif institutionnel s’ajoute la défiance des grands-ducs et de l’administration centrale vis-à-vis des négociants livournais, de sorte que ce groupe, dont les compétences professionnelles et le rôle essentiel dans l’économie portuaire sont largement reconnus, est néanmoins l’objet d’une stigmatisation. Celle-ci a une fonction très politique : elle sanctionne, dans les représentations dominantes, la supériorité de l’aristocrate sur le négociant et la prépondérance de Florence sur Livourne.

Città et cittadini

20L’usage de ces termes est antérieur au xviiie siècle. Les grands-ducs ont concédé à Livourne la qualité de città en 1606. La città est le siège traditionnel du pouvoir et, avant la création de l’État toscan, des villes comme Florence ou Pise étaient indépendantes. Au xvie siècle, lorsque l’État régional s’impose aux anciennes cités-États médiévales, la ville perd son indépendance mais, lieu de résidence des élites locales, elle reste un lieu de pouvoir sur les campagnes. À partir des réformes léopoldines, elle est le centre de la comunità. Les comunisti résident pour la plupart dans la ville, et c’est bien souvent à eux que l’administration se réfère lorsqu’elle évoque les cittadini, préférant utiliser le mot abitanti pour désigner l’ensemble des habitants de la ville. D’où aussi l’emploi générique de la formule possidenti e abitanti, pour désigner les habitants d’un quartier ou d’un village.

21Città désigne l’espace urbain, le territoire qui se voit reconnaître les qualités de l’urbanité. A Livourne, elle est le pentagone clairement délimité à l’époque de la fondation par les murs et les fortifications, si bien que la città est assimilée à la ville intra-muros. C’est un espace préalablement planifié par le prince et ses architectes, avec un tracé des rues orthogonal inspiré des cités idéales de la Renaissance. L’enceinte fortifiée est la limite qui permet de déterminer l’appartenance à la città. D’ailleurs, l’administration toscane distingue souvent abitanti della città et abitanti dei sobborghi (faubourgs).

22L’administration toscane utilise très souvent città en opposition avec un autre mot qui désigne un autre espace, si bien que città se définit par ce qu’il exclut. Ainsi, le couple città et campagna, la campagna de Livourne étant le territoire non urbain compris dans la comunità et qui dépend de la ville (on dit parfois agro livornese) mais en est fondamentalement différent. Pour qualifier les groupes humains de la campagna on emploie, plutôt que abitanti della campagna, le terme de popolani (habitants d’un popolo, unité de population campagnarde). La muraille matérialise et perpétue cette division ville/campagne, et cela d’autant plus qu’il est longtemps interdit de construire dans la zone des fortifications. Jusqu’au derniers tiers du xviiie siècle, un glacis inconstructible permet ainsi de rejeter nettement hors des limites de l’urbain les édifices construits extra-muros.

23Città et porto est un autre couple fondamental évoqué dans les sources. La città e il porto di Livorno est fréquemment employé pour désigner la ville. L’espace portuaire se confond avec la ville intra-muros, non sur le plan morphologique puisque les installations portuaires se limitent à une partie de la ville, mais sur le plan douanier. Dans Livourne port franc, l’espace des franchises est appelé porto franco et comprend toute la ville intra-muros.

24Le langage administratif définit donc souvent la città de Livourne par des oppositions binaires, pratique sémantique que l’on observe aussi avant la période considérée ici. Ce qui est nouveau, à partir de la fin du xviiie siècle, c’est l’apparition d’une triade città/sobborghi/campagna, qui alterne avec le couple città/campagna dans les sources administratives. Le terme sobborghi (on dit parfois subborghi) est très fréquemment employé dans les décennies 1780-1830. Il concurrence puis remplace le mot borgo, auparavant utilisé pour désigner des concentrations d’habitants de la comunità bien distinctes de la città, ensuite absorbées par l’expansion urbaine : dans ce cas, le borgo devient sobborgo, le glissement sémantique entérinant l’évolution spatiale. Désignant les faubourgs, sobborgo qualifie ce qui participe de l’urbain mais n’est pas compris dans la ville intra-muros. Avec la Restauration, la ville est divisée en deux commissariati, un dit de l’interno et l’autre dei sobborghi. Cette reconnaissance des sobborghi, dans le lexique puis dans les institutions, représente donc une rupture avec la division antérieure ville/campagne.

25Les trois faubourgs du début du xixe siècle sont San Jacopo (sud-ouest), Porta a Pisa (nord) et Porta dei Cappuccini (sud). L’appellation des faubourgs est souvent liée au nom d’une porte de la ville, l’expansion suburbaine se faisant le long des voies qui s’étendaient radialement à partir des portes. Les faubourgs sont contigus à l’enceinte et se sont surtout développés à partir de 1776, lorsque, sous la pression de la croissance démographique, de la cherté des loyers intra-muros et des nouveaux besoins de la population, il est devenu possible de construire dans la zone des servitudes militaires (décret du 15 décembre 1776). Mis à part le faubourg San Jacopo, qui reste longtemps un échec, la création des faubourgs n’est pas due à l’intervention administrative, mais à l’initiative privée. Celle-ci s’impose à l’État et à la municipalité, qui greffent ensuite sur cette réalité des cadres administratifs, comme les commissariati.

Cure ou parrocchie

26S’agissant des divisions de la ville plus réduites, les termes les plus fréquemment employés sont quartiere et parrocchia. Les paroisses sont les divisions de base de la comunità, qui ont un rôle d’encadrement de la population, à la fois religieux et administratif (état civil, recensement, cadastre). Intra-muros, les églises paroissiales servent à nommer les quartieri fiscaux, mais elles ne correspondent pas exactement à leur tracé (sauf pour la Venezia), ce qui est en revanche le cas des quartieri di campagna. On distingue les paroisses della città et celles di campagna ou suburbane. La reconnaissance des faubourgs comme composantes de la comunità se traduit, au xixe siècle, par l’usage du terme suburbane pour désigner les paroisses hors les murs. Le nombre de paroisses croît en conséquence (8 à la fin du xviiie siècle, 12 en 1829, 24 en 1861). Certaines d’entre elles sont des cures attachées à un groupe ou à une communauté (cure militaire, cure hospitalière, cure des Arméniens…).

27Liés au cadre paroissial, les termes « église » (chiesa) et surtout « cime-tière » (cimitero) sont fréquemment utilisés comme repères, surtout dans les faubourgs. Mais le nombre important des cimiteri hors les murs tient à la tolérance dont jouissent les différentes communautés religieuses de la ville (cimitero degli Inglesi, cimitero della nazione olandese-alemana…). Il apparaît ainsi que le cosmopolitisme, bien qu’il soit contenu dans les limites du privilège communautaire, participe lui aussi à la définition de l’espace urbain et s’impose dans le vocabulaire administratif.

Quartiere/i

  • 10 Commentant le décret du 20 décembre 1836, qui impose aux propriétaires d’immeubles la fermeture de (...)

28Le mot quartiere a deux sens, recouvrant des réalités et des échelles différentes. Il peut désigner, dans un immeuble, l’unité d’habitation et comprend en général un étage ou une partie d’étage10. Mais, à partir de 1783, le quartiere est aussi une division administrative de la comunità : on divise la città en cinq quartieri puis la campagna en trois quartieri. Il y a là un objectif fiscal : le recouvrement de l’impôt direct qui pèse sur les revenus immobiliers. Enfin, le langage des administrateurs utilise quartiere pour désigner des parties de la ville présentant des caractéristiques morphologiques et humaines particulières. Le terme est parfois accolé aux topo-nymes des faubourgs, mais le plus souvent il désigne deux espaces singuliers de la ville intra-muros, le quartier de la Venezia (ou de la Venezia Nuova) et celui des Israeliti.

  • 11 L’usage des termes de « Venezia » et de « Veneziani » renvoie à la morphologie particulière de ce (...)

29La Venezia est le quartier du négoce. Elle a une forte singularité paysagère (canaux, entrepôts) et une population dans laquelle les négociants, les bateliers et les portefaix sont plus représentés qu’ailleurs. La Venezia n’a donc pas une existence seulement administrative. Certains mots (fossi : les canaux, scali : les plans inclinés reliant les canaux à la voirie, ponti : les ponts, magazzini : les entrepôts), tous liés à la présence de l’eau, permettent de qualifier les particularités paysagères de La Venezia. L’on trouve d’ailleurs le terme de « Veneziani » pour qualifier ses habitants, ce qui n’apparaît pas pour les autres quartieri, mis à part celui des juifs11. C’est aussi la présence d’une communauté humaine distinguée par des attributs spécifiques qui qualifie de quartier toute la zone à l’arrière de la cathédrale, peuplée essentiellement de juifs (quartiere degli Israeliti), et cela sans qu’existe un quartier fiscal correspondant à cet espace.

  • 12 Rapporti sciolti del primo caporale di polizia, 12 janvier 1819 (Archivio di Stato di Livorno, Com (...)

[…] une quantité de sel étranger fut déchargée d’une petite barque appartenant à Silvestro Fedi, contrebandier notoire et habitant de Venezia [le quartier], et transportée chez lui. Matilde Petracchi, elle aussi de Livourne, habitant près du pont de Venezia, d’où elle se livrait à son habituelle vente au détail pour le compte dudit Fedi, le soit dernier […] dit clairement au caporal Giuseppe Falconi, qui intervint dans cette affaire, d’aller au diable, lui et le grand-duc qui interdisait […] [suite illisible]12.

  • 13 Énumérant les travaux publics opérés à Livourne sous son règne, le grand-duc Léopold II lui-même u (...)

30Cette distinction s’accompagne d’une stigmatisation. Ainsi les Veneziani, qui ont une réputation d’indiscipline, sont considérés comme les principaux responsables de la délinquance urbaine. Les juifs ne sont pas enfermés dans un ghetto et leur quartier n’est pas clos par des murs et des portes. Outre la liberté de culte et de mouvement dans la ville, ils peuvent posséder librement des biens dans l’espace communal. Mais l’existence d’un fort sentiment antisémite, au sein tant des élites que de la plèbe catholique, les maintient dans un statut de minorité protégée par le souverain. Par ailleurs, le confinement des juifs est une pratique courante dans les villes italiennes de l’époque. C’est donc une division imposée par la volonté sociale qui explique que le quartier juif soit parfois qualifié de ghetto13. Cette stigmatisation doit aussi être reliée aux termes de nazioni ou universitas, qui désignent des groupes allogènes jouissant de privilèges communautaires et dans lesquels les populations liées à l’activité portuaire sont dominantes (nazione dei Greci di rito orientale, universitas degli Ebrei…).

Les mots qui qualifient : seuils, dangers, privilèges

  • 14 Prospetto della comunità di Livorno, 4 août 1830 (Archivio di Stato di Livorno, Comunità 644).
  • 15 Mémoire du 9 novembre 1816 envoyé au gouvernement sur la situation de Livourne (Archivio di Stato (...)

[…] les sobborghi [faubourgs], entièrement ouverts sut la campagna [campagne], offrent en tous points une entrée facile aux malfaiteurs, sans que les yeux de quiconque puissent exercer une meilleure vigilance, laquelle est mise en défaut pat les multiples et occultes passages qui sont toujours ouverts au délit et dont on ne peut se garder, ni prévenir la città chiusa [ville close], laquelle a avec les sobborghi une trop immédiate et trop importante communication14.
Et donc, au lieu d’un déploiement de moyens de surveillance plus important, plus coûteux et de surcroît incertain, nous croyons préférable une plus grande et plus efficace simplification de ces passages. On pourrait sûrement l’obtenir en enserrant les faubourgs dans une barrière15.

31Les mots – noms ou adjectifs – que l’on peut relier à une perception de la ville par la limite, la clôture, le seuil, le passage sont particulièrement importants. L’entrée dans la ville par le port est évoqué par le terme la bocca del porto. À côté de mots signifiant l’entrée, l’issue : ingresso, sbocchi, les lieux de passage sont en effet des repères essentiels : porte, ponti, barriere, comme les mots qui évoquent la fermeture, la clôture : cinta, circonvallazione, città murata, città chiusa…

32L’ambivalence passage/fermeture est bien évoquée par les fossi, un terme essentiel pour se repérer intra-muros. Ces canaux, utilisés par les bateliers pour transporter des marchandises de l’entrée du port aux entrepôts de la ville, assurent la transition entre la mer et la terre, le port et la ville, mais en même temps véhiculent, aux yeux de l’administration, la délinquance et le danger venu de l’extérieur, la contrebande surtout.

33Les porte (portes) sont avec les fortifications le repère essentiel pour déterminer le passage dans la ville intra-muros. C’est leur nom qui sert à nommer la plupart des faubourgs, lesquels se développent à partir de ces portes. Elles sont donc ambivalentes, car elles identifient la ville mais contribuent aussi à perturber l’ordre urbain, puisqu’elles ouvrent sur les dangers venus de l’extérieur. Le danger, en effet, est lié à deux facteurs de désordre : la mer et, de plus en plus, les faubourgs. À ces espaces sont associés des termes comme delitti, vagabondi, fuga, occulti, insinuarsi, garantirsi, emergenti, tous liés au mouvement clandestin et indiquant une anxiété du contrôle. Ces mouvements dans la ville, du port à la ville, des faubourgs à la ville intra-muros, mettent en péril, aux yeux des administrateurs, la sûreté de la ville close dans son enceinte. Ils menacent les ressources fiscales et la stabilité de l’État. Ils sont porteurs de délits dont il faut protéger la ville princière.

  • 16 Rapporti giornalieri, Commissariato della città e porto, 20 mars 1837 (Archivio di Stato di Livorn (...)

[…] pendant qu’au nombre d’une vingtaine, sortant de la gargote des Cavalleggeri et parcourant les rues des sobborghi [faubourgs], ils proféraient les cris de Liberté, ils s’insinuèrent in città [en ville] par la porte San Leopoldo […]16

  • 17 Rapporti sciolti dei primo caporale di polizia, 23 juin 1819 (Archivio di Stato di Livorno, Commis (...)

[…] deux individus qui se trouvaient dans une petite barque et se dirigeaient vers l’intérieur de Livourne […] ont répondu ne pas vouloir accoster et, ayant fait force mouvements de rames, ont pris la fuite, si bien que les gardes, avec un soldat, se sont, en hâte, employés à les rejoindre par la voie de terre, et ont finalement réussi à arrêter la dite barque à un scalo [quai de chargement] de Livourne, près de la Fortezza Nuova ; mais un de ces individus s’était déjà enfui, de telle sorte qu’on ne sait s’ils avaient eu, à bord ou sur eux, des marchandises soumises à taxation ou de contrebande […]17.

34Le privilège est un autre élément important de définition et de division de la ville. Le terme de privilegio, mais surtout ceux de franco/a (città franca, porto franco) et de franchigia sont souvent utilisés. Le privilège est lié, comme on l’a vu, à des groupes sociaux, communautés d’allogènes (nazioni) ou groupe professionnel (corpo dei negozianti, dei mezzani : courtiers, dei facchini : portefaix…). Mais il s’attache aussi au territoire, comme dans le cas du faubourg San Jacopo, qui bénéficie d’exemptions fiscales destinées à attirer des habitants. Certaines parties de la ville sont ainsi marquées par des privilèges spécifiques. Dans le premier tiers du xixe siècle, le principal privilège territorial reste attaché à la limite de la franchise et échappe au régime douanier du territorio riunito, lequel inclut la campagne et les faubourgs.

35Dans le deuxième tiers du xixe siècle, il n’y a pas création de privilèges nouveaux et ceux qui existent sont discutés. La contiguïté des faubourgs avec la ville intra-muros perturbe le système et génère une forte contrebande. L’anxiété administrative est liée à la remise en cause par l’extérieur du système urbain. Clore la ville, de ce point de vue, consiste aussi à uniformiser les statuts et à remettre en cause les avantages accordés à des groupes, certes nécessaires au fonctionnement du port franc, mais jugés de plus en plus dangereux.

L’ordre des mots : système binaire et cité duale

36Très souvent, les mots se répondent, formant des couples qui montrent un discours administratif très marqué par la dualité : vecchia città/nuova città ; aperti/chiusi ; esterno/interno ; via di terra/via di mare ; città/porto, città/sobborghi… Ces couples renvoient tout à la fois à la nature du système livournais et aux difficultés qu’il rencontre au xixe siècle. La dualité est un élément fondamental de l’ordre urbain (città/porto) mais elle est en même temps porteuse de menace (città/sobborghi, perturbant l’ordre città/campagna). Elle conduit à réfléchir en termes d’évolution et de contradictions.

37Au début de la période considérée, l’administration toscane crée des termes qui nomment et divisent la ville. Cette grille de lecture doit cependant tenir compte de réalités, anciennes (les paroisses) ou plus récentes (les faubourgs), qui s’imposent, bon gré, mal gré, dans le langage administratif.

38Ce langage est structuré par une forte dialectique de la clôture qui recouvre deux tensions. La première est consubstantielle au système urbain mis en place dès la fondation de Livourne au xvie siècle et s’articule sur la relation ville/port. Fondation de l’État régional qui s’était imposé aux anciennes communes indépendantes, la ville de Livourne n’a pas, à la différence des autres grandes villes de Toscane, de passé d’autonomie communale. Elle est la création urbaine des grands-ducs de Toscane et le modèle d’une politique. Son plan orthogonal, entouré d’une enceinte, reprend le schéma princier des cités idéales de la Renaissance. Mais elle est aussi fondée pour être le port du grand-duché et un emporium méditerranéen inséré dans les réseaux du grand capitalisme commercial. C’est pourquoi la ville se définit dualement, autour des couples terre/mer, port/ville, négoce/propriété… On peut ainsi associer dans la ville deux ensembles de mots, l’un autour de città/possesso/terra et l’autre autour de porto/negozio/mare.

  • 18 On reliera cette anxiété à la thématique de la répulsion du rivage (voir Corbin 1988 : 11-30).

39Le principal élément de tension du système tient à la contradiction entre l’ouverture sur la mer et la clôture sur terre, qui se manifeste spatialement par un vaste territoire maritime tissé par les négociants et un territoire urbain étriqué. La mer apporte le désordre (population flottante non intégrée à l’ordre urbain, épidémies, contrebande…), sans parler de l’anxiété provoquée par l’élément liquide dans une Toscane où la terre est la base de la richesse et de la stratification sociale18. Le cosmopolitisme, surtout, constitue un problème. Il fait la richesse de Livourne mais apparaît comme un facteur essentiel de désordre. Si bien que les mots servant à désigner les groupes d’habitants liés au port (professions, communautés) sont des éléments indispensables pour identifier la ville, mais servent aussi à stigmatiser : que l’on pense aux Veneziani, considérés comme des délinquants et des fauteurs de troubles. Il y a là une contradiction, une tension fondamentale, accentuée par le fait que l’administration toscane soutient une politique économique favorable au libre-échange et souhaite développer la circulation commerciale. Au xixe siècle, bien que la vogue des bains de mer marque le recul de la répulsion du rivage, cette tension est alimentée par la peur des révolutions. La mer et le port sont l’objet d’une surveillance particulière, car c’est par là qu’arrivent et transitent les écrits séditieux, les armes destinées aux révolutions et les suspects politiques. Les mots de la ville traduisent aussi la crispation d’une administration qui assimile opposition politique et délinquance.

  • 19 Voir sur ce thème le cas français étudié par Merriman 1994, en particulier : 41-106.

40La deuxième tension fondamentale se greffe sur la première et concerne les faubourgs, qui sont considérés comme un véritable problème urbain. Ils apparaissent comme un deuxième front dans l’attaque que subirait l’ordre urbain (contrebande, désordre politique, risque épidémique…). Ils représentent un facteur d’anxiété pour les dirigeants de la ville, car ils brouillent la limite clairement établie entre l’espace des franchises et le territoire réuni, entre l’urbain et le rural, entre l’enclos et l’ouvert. Ils constituent un élément étranger dans l’ordre binaire de la cité. Les faubourgs sont perçus comme un lieu de refuge pour la délinquance et un lieu de fuite pour les fauteurs de troubles, un passage vers la campagne ouverte, l’incontrôlable19. Ils représentent donc un danger sournois, participant de l’urbain tout en brouillant la perception de celui-ci.

41Un des thèmes le plus souvent abordés par l’administration grand-ducale des années 1830 est la constitution d’une città sola. Léopold II rappelle dans ses mémoires :

Faire de tout le fabbricato [bâti], subborgbi [faubourgs] compris, una città sola, un solo porto franco [une seule ville, un seul port franc], paraissait à tous une bonne intention (cité in Pesendorfer 1987 : 191-192).

42En 1834, cette volonté d’unité urbaine débouche sur la mise en place d’une nouvelle enceinte englobant les faubourgs. La réponse est donc de conserver l’ordre urbain en intégrant la nuova e la vecchia città, la ville intra-muros et les faubourgs, dans une nouvelle clôture. Cette nouvelle enceinte servit jusqu’à l’abolition du port franc, en 1868. Le souci de clôture est d’ailleurs confirmé en 1836, avec l’obligation faite aux habitants de fermer les portes extérieures des immeubles passé minuit.

43Le vocabulaire administratif met en évidence la volonté du pouvoir central, mais aussi des élites locales, de préserver la ville de l’instabilité. Les réformes administratives de la fin du xviiie siècle ne sont, à cet égard, qu’un moyen d’intégrer davantage le port franc cosmopolite à l’ordre étatique, une bonne dose d’illusion techniciste conduisant à penser qu’il est possible de régler les contradictions fondamentales de la société urbaine par des règlements ou des mesures de redécoupage de l’espace. Ce conservatisme réformateur, qui se prolonge dans la première moitié du xixe siècle, doit être rattaché à la peur des révolutions et à l’inquiétude croissante des élites face aux classes populaires.

44L’analyse du corpus montre qu’il s’agit aussi de préserver un ordre urbain dual hérité de l’Ancien Régime. Bien qu’il fût source de contradictions, cet ordre avait assuré la réussite du port, offrait à l’État comme au grand négoce une source de revenus bien établie et intégrait la ville franche dans le grand-duché. De ce point de vue, les réformes des Lumières refondent et prolongent, plus qu’elles ne les modifient, les équilibres urbains de l’Ancien Régime, fondés sur le privilège, les communautés et la franchise.

45Loin d’être édifiée contre toute la société locale, la réforme administrative léopoldine tient compte des demandes des élites et tente de les concilier avec les réaménagements nécessaires de l’ordre urbain. Le langage administratif toscan mêle ainsi les divisions apparues avec la réforme et celles héritées du passé. Il innove, mais reprend à son compte des divisions de la ville produites par la société locale. Il donne non seulement à voir la façon dont un pouvoir considère et gère une ville atypique – dominée tout en étant nécessaire – mais aussi la complexité des rapports établis entre ce pouvoir et la société urbaine.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bandi e ordini del Granducato di Toscana. 1784. Florence.

Corbin, Alain. 1988. Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage. Paris, Aubier.

Cresti, Carlo & Luigi Zangheri. 1978. Architetti e ingegneri nella Toscana dell’Ottocento. Florence, Uniedit.

Fettah, Samuel. 2002. « Les consuls de France et la contrebande dans le port de Livourne au temps du Risorgimento », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48, 2-3 : 148-161.

La Rosa, Giovanni. 1992. « Apparenza e realtà del potere. Le amministrazioni locali nella Toscana di Pietro Leopoldo », Nuova rivista storica, 76 : 99-134.

Matteoni, Dario. 1992. Pasquale Poccianti e l’acquedotto di Livorno. Rome-Bari, Laterza.

Merriman, John M. 1994. Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, 1815-1870. Paris, Seuil.

Pesendorfer, F. (dir.). 1987. Il governo di famiglia in Toscana. Le memorie del granduca Leopoldo II di Lorena (1824-1859). Florence, Sansoni.

Rombai, Leonardo (dir.). 1993. Imago e descriptio tusciae. La Toscana nella cartografia dal XV al XIX secolo. Venise, Marsilio.

Salvestrini, A. (dir.). 1969-1974. Pietro Leopoldo d’Asburgo Lorena. Relazioni sul governo della Toscana. Florence, 3 vol.

Sordi, Bernardo. 1991. L’amministrazione illuminata. Riforma delle comunità e progetti di costituzione nella Toscana leopoldina. Milan, Giuffrè.

Sources d’archives

Archivio di Stato di Livorno : Comunità (1780-1808) (1808-1860) ; Commissariati di polizia (1818-1848), puis Delegazioni di governo (1848-1860) ; Governo civile e militare di Livorno (1764-1808) (1814-1860) ; Auditore del governo di Livorno (1814-1848) ; Deputazione per le opere di pubblica utilità e ornato (1837-1860) ; Capitaneria di porto di Livorno (1841-1860).

Archivio della Camera di commercio di Livorno, Registri di deliberazioni (1801-1860).

Archivio di Stato di Pisa : Camera di soprintendenza comunitativa (1814-1848).

Archivio di Stato di Firenze : Avvocato regio (1777-1860) ; Stato civile della Toscana, Censimento del 1841 ; Presidenza del Buongoverno (1784-1808) (1814-1848), puis Ministero dell’interno (1848-1862).

Consiglio e Segreteria di Finanze (1737-1808) (1814-1848), Capirotti della segreteria di finanze (1781-1861) ; Segreteria di Stato (1765-1808) (1814-1848) ; Consiglio di Stato (1848-1860).

Notes

1 Les marchandises entrant dans le port ne sont pas soumises à des droits de douane, pourvu qu’elles soient réexportées ou consommées sur place. Si elles sont destinées à l’hinterland, elles sont taxées par la douane de Livourne.

2 Il existe des corps de spécialistes intervenant sur l’espace urbain, dont le plus important est celui des ingénieurs-architectes du grand-duc. Leur rôle dans la politique d’urbanisme toscane est essentiel, mais nécessiterait une étude spécifique (voir Cresti & Zangheri 1978, Rombai 1993, Matteoni 1992).

3 C’est le sentiment que donne l’écart existant entre les rapports très fermes vis-à-vis de la contrebande aux portes de la ville, et les tolérances permettant à cette contrebande de se déployer à grande échelle de part et d’autre de l’enceinte urbaine (voir Fettah 2002).

4 Règlement de la municipalité de Livourne édicté en 1780 (Bandi e ordini… 1784, XVIII).

5 Cet aspect ne s’est d’ailleurs pas perdu : aux xviiie et xixe siècles, le terme de comunità est parfois appliqué aux communautés urbaines composées de minoritaires (au sens ethnique et religieux), comme la comunità israelitica di Livorno.

6 Mémoire du 8 octobre 1816 relatif à la vacance du siège épiscopal de Livourne (Archivio di Stato di Firenze, Segreteria di Stato 2585, 2).

7 Registre des délibérations, règlement de la chambre de commerce de Livourne édicté le 8 septembre 1815 (Archivio della Camera di commercio di Livorno).

8 Rapport du 21 juillet 1842 (Archivio di Stato di Livorno, Comunità 649).

9 Censimento del 1841, f°s 12127-12130 (Archivio di Srato di Firenze, Srato civile della Toscana).

10 Commentant le décret du 20 décembre 1836, qui impose aux propriétaires d’immeubles la fermeture des portes après minuit, l’auditeur Cerboni précise ainsi qu’il s’agit de « la fermeture de la porte externe, outre celle, interne, de l’habitation [quartiere] » (Archivio di Stato di Firenze, Presidenza del Buongoverno 3183, Affaire 446, 1837).

11 L’usage des termes de « Venezia » et de « Veneziani » renvoie à la morphologie particulière de ce quartier : construit dans le deuxième tiers du xviie siècle, il est entouré et traversé de canaux, ce qui rappelle aux contemporains, toute proportion gardée, le modèle vénitien.

12 Rapporti sciolti del primo caporale di polizia, 12 janvier 1819 (Archivio di Stato di Livorno, Commissariati di polizia 22).

13 Énumérant les travaux publics opérés à Livourne sous son règne, le grand-duc Léopold II lui-même utilise le terme ghetto pour désigner le quartier juif de Livourne : « Le ghetto, sans tenir compte des réticences des juifs, fut purgé de la grande quantité d’immondices accumulée dans ses cours » (cité in Pesendorfer 1987 : 195).

14 Prospetto della comunità di Livorno, 4 août 1830 (Archivio di Stato di Livorno, Comunità 644).

15 Mémoire du 9 novembre 1816 envoyé au gouvernement sur la situation de Livourne (Archivio di Stato di Firenze, Segreteria di Stato 2585, 2).

16 Rapporti giornalieri, Commissariato della città e porto, 20 mars 1837 (Archivio di Stato di Livorno, Commissariati di polizia 27).

17 Rapporti sciolti dei primo caporale di polizia, 23 juin 1819 (Archivio di Stato di Livorno, Commissariati di polizia 22).

18 On reliera cette anxiété à la thématique de la répulsion du rivage (voir Corbin 1988 : 11-30).

19 Voir sur ce thème le cas français étudié par Merriman 1994, en particulier : 41-106.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de Livourne et ses fortifications (1749). « Pianta di Livorno e sue fortificazioni come sono l’anno MDCCXLIX » (détails).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

Auteur

Samuel Fettah, historien, Université de Provence, Aix-en-Provence

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540