Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

I. Des Anciens Régimes aux Lumières

La croissance de Londres : une description par le vocabulaire des formes urbaines (xvie-xixe siècle)

James Higgins

Texte intégral

Fig. 1. Londres et Westminster vers 1630. La ligne continue indique la muraille médiévale de la City et la ligne pointillée (« Outer London, 1643 ») la levée de terre édifiée pour la défense de Londres pendant la guerre civile.

1Ce texte a pour propos de donner un cadre linguistique qui permette de décrire la croissance de Londres depuis le début de la Réforme dans les années 1530 jusqu’à la création du London County Council en 1888. On examinera surtout la construction d’habitations et le marché immobilier, en insistant sur les rapports entre la production de l’espace urbain et les formes de la propriété foncière et de sa mise en valeur. On étudiera ces processus d’un point de vue historique et topographique, en essayant d’éclairer la façon dont les contemporains ont créé et fait évoluer un vocabulaire des formes urbaines pour décrire et définir les changements dont ils étaient témoins.

  • 1 On rendra area (terme le plus neutre pour désigner une partie ou région de l’espace) par « secteur (...)

2On considérera successivement cinq grandes périodes en reprenant les découpages dynastiques conventionnels de l’historiographie politique britannique, qui se trouvent être aussi ceux qu’utilise l’histoire de l’architecture anglaise : les Tudors et les premiers Stuarts (1530-1660), les derniers Stuarts (1660-1714), la période georgienne (1715-1810), la Régence (1810-1830) et la période victorienne (1837-1900). Du point de vue topographique, ce travail porte sur les quatre grands secteurs1 qui correspondent au cœur historique et aux premiers suburbs (faubourgs, banlieues) du Grand Londres : la City of London et la City of Westminster, l’East End, Southwark et la South Bank, enfin le West End. Les « divisions » de la ville que nous étudierons – le terme n’est pas usité en anglais pour décrire l’espace urbain – envisagent l’espace selon différents points de vue et à différentes échelles. Quand on s’intéressera aux divisions urbaines dont les fonctions sont administratives, nous rencontrerons notamment les termes city, borough ou parish. Quand il s’agira de réalités sociales ou économiques, nous rencontrerons suburb, neighbourhood, square ou, à une échelle plus fine encore, street, alley ou court.

Westminster, la City et le Borough sous les Tudors et les premiers Stuarts (1530-1660)

  • 2 On a pris le parti de traduire les mesures britanniques en unités métriques. S’agissant souvent d’ (...)

3La tendance de la population de Londres à croître plus vite que celle des capitales provinciales fut de plus en plus marquée entre les années 1530 et 1689, date à laquelle Londres atteignit un demi-million d’habitants – soit plus de la moitié de la population urbaine de la Grande-Bretagne –, ce qui en faisait la plus grande ville d’Europe. Cette croissance accélérée, qui inquiétait beaucoup les autorités, résultait principalement d’une immigration venue des provinces et qui s’établissait pour une large part hors des limites des 260 hectares2 administrés par la Corporation of the City of London. À la fin du xviie siècle, plus de la moitié des habitants vivait donc dans des unités urbaines qui, d’un point de vue administratif, étaient des paroisses (parishes) et allaient le rester jusqu’à la création des metropolitan boroughs dans le cadre du County of London en 1899.

4L’accroissement du rôle de l’État sous les Tudors conduisit à un développement des fonctions administratives localisées à Westminster, dans Whitehall Palace et ses environs où sont aujourd’hui encore concentrées les principales administrations de l’État (fig. 1). La cour royale était un élément plus mobile de l’appareil d’État, et Henry VIII avait un bon nombre de palais à Westminster et dans les environs. Le plus utilisé pour les cérémonies de cour sous les Tudors était Hampton Court dans le Middlesex, mais Henry avait aussi construit un palais à Nonesuch, dans le Surrey. Les premiers Stuarts, Jacques Ier et Charles Ier, préféraient Whitehall Palace, agrandi au début du xviie siècle par Inigo Jones, qui fut aussi l’architecte du palais construit à Greenwich pour la reine Henrietta Maria.

  • 3 Quand developer désigne un agent qui fait profession de mettre en valeur des terrains par des amén (...)
  • 4 Le terme estate – qu’il s’agisse d’un urban estate ou d’un rural estate – sera traduit par « domai (...)

5La dissolution des grands ordres monastiques par Henry VIII en 1539 eut un impact physique considérable sur la forme et la structure urbaines de la City of London. L’ambassadeur de Venise remarquait en 1551 « de nombreux grands palais ayant belle apparence, mais […] défigurés par les ruines d’une multitude d’églises et de monastères ». Les propriétés monastiques furent attribuées par le roi à ses amis et courtisans ou vendues à des constructeurs immobiliers (developers)3. Le monastère de Blackfriars revint à Sir Thomas Cawarden qui démolit l’église paroissiale et remplaça le monastère par des boutiques et des maisons, dont dix-huit mansions (grandes maisons patriciennes). Le réfectoire des moines fut transformé en théâtre et Ben Johnson ainsi que Shakespeare possédèrent une maison dans le périmètre. Une nouvelle « division » de la ville naquit ainsi au milieu de ce qui restait des bâtiments monastiques. Elle prit le nom du monastère : Blackfriars, mais c’était désormais un housing estate4 relevant d’une paroisse située dans l’enceinte de la City.

6Le périmètre de St Bartholomew fut pour une part transformé en hôpital par la Corporation, mais il fut aussi – autre exemple de spéculation immobilière – construit de plusieurs rues : Middle Street, Newbury Street et Cloth Fair, bordées de maisons de trois ou quatre étages. Le nouveau propriétaire, Sir Richard Rich, un officer d’Henry, fit de Lady Chapel sa propre résidence au centre du nouvel housing estate auquel le chœur de l’église monastique servit d’église paroissiale.

7Le prieuré de Holy Trinity fut attribué au Lord Chancellor, Thomas Audley. Deux cours (courtyards) d’habitations furent construites et les chapelles médiévales qui entouraient le cloître furent transformées en tenements (maisons à loyers divisées en plusieurs logements). Le prieuré de St John of Jerusalem à Clerkenwell devint un lieu d’amusement où se donnaient des mascarades et des pièces, des fêtes et des tournois. Beaucoup des premières représentations des œuvres de Shakespeare eurent lieu à cet endroit. La crypte fut transformée en une cave à vin et en une public house (taverne, « pub ») connue sous le nom de Old Jerusalem Tavern. Le plus vaste domaine monastique était la Charterhouse, achetée par Sir Richard North qui y bâtit une mansion moderne, assez vaste pour que la reine Elizabeth s’y arrête en 1558 et 1561. Elle fut achetée en 1565 par le duc de Norfolk et devint une école (public school) en 1611.

8Au moment de la Dissolution, il y avait quelque vingt-trois monastères avec leurs cloîtres et leurs vastes bâtiments, souvent entourés de jardins et de vergers. Lorsque ces terrains furent réaffectés, beaucoup des jardins furent bâtis et peu d’espaces libres préservés. La principale exception fut les Inns of Court : Lincoln’s Inn et Gray’s Inn au nord de Fleet Street, Inner Temple et Middle Temple entre Fleet Street et la Tamise. Ces institutions constituaient, en effet, l’Univetsité de Londres bien avant que l’université moderne fût construite à Bloomsbury à partir de 1829. Étant des organisations séculières, elles ne furent pas affectées par la dissolution et évoquent aujourd’hui encore des sites monastiques médiévaux semblables aux collèges d’Oxford et Cambridge.

9Sur l’autre rive de la Tamise, se trouvait South Bank, un secteur de Londres renommé pour le théâtre et la prostitution, auquel on accédait par London Bridge, le seul pont qui existât avant la construction de Westminster Bridge au xviiie siècle et qui, bâti sur toute sa longueur, constituait en lui-même une communauté distincte de boutiques et d’habitations. Le pont appartenait à la Corporation of London et faisait par conséquent partie de « The City », terme qui désignait et désigne encore exclusivement le secteur dépendant de la juridiction de la Corporation. Par opposition, Southwark était désigné comme « The Borough », sa partie riveraine de la Tamise étant appelée « South Bank ». Le secteur qui se trouvait à l’ouest des abords du pont s’appelait « Bankside » et les résidents de Londres et de Southwark pouvaient y trouver des combats de coqs et d’ours, des jeux de boules et des tavernes, des bordels et des théâtres. Parmi ces derniers, les plus célèbres étaient The Rose, reconstruit sur le modèle du Curtain Theatre de Shoreditch, et The Globe, celui de Shakespeate. Tout aussi réputées étaient les maisons de prostitution, appelées « The Stews », dont les tenanciers payaient loyer à l’évêque de Winchester, propriétaire du terrain – d’où le nom de « Winchestet Geese » donné à la communauté des prostituées. Le palais de l’évêque aussi se trouvait à Bankside et constituait l’une des nombreuses propriétés de ce genre qui bordaient la rivière, la plupart étant toutefois situées sur l’autre rive. Ce domaine était une « liberty » qui avait ses propres pouvoirs et privilèges et ne relevait ni de la juridiction de la City ni de celle du Borough.

10Parmi les propriétés ecclésiastiques situées hors des murs de la City, la Dissolution mit sur le marché les palais urbains des évêques de province, qui constituaient une division distincte de la ville s’étirant sur un kilomètre et demi le long de la rivière, de la City à Westminster Hall, et donnant à l’arrière sur le Strand. Chacune de ces vastes mansions, appelées inns (hôtels) comme les Inns of Court à l’intérieur de la City, formait un ensemble de bâtiments palatiaux et de collèges, de cours intérieures, de salles de cérémonie et de chapelles. Certaines furent conservées, d’autres agrandies, d’autres encore reconstruites après qu’elles furent tombées aux mains de grands seigneurs laïcs. Le Lord Protector of Somerset construisit Somerset House en 1547 sur l’emplacement de l’une des inns d’un prince de l’Église, mais il fut décapité sur Tower Hill en 1552, juste au moment où son palais de style Renaissance franco-italienne allait être terminé. Entre Somerset House et le Temple, le duc de Norfolk bâtit Arundel House et la famille Deveraux, Essex House. À l’ouest de Somerset House fut construit Savoy Palace, puis Burleigh House par Lord Cecil et Bedford House, jouxtant Covent Garden de l’autre côté du Strand par Lord Russell. Venait ensuite le palais du prince-évêque de Durham, Durham House, jusqu’à ce qu’à la fin du xviiie siècle son emplacement fut utilisé par Adam pour construire l’Adelphi. Plus loin en direction du palais de Westminster, furent édifiés York House – le palais du duc de Buckingham –, Northumberland House et Suffolk House.

11Chacune de ces résidences aristocratiques, comme les inns épiscopales auxquelles elles succédaient, étaient de véritables communautés, à la manière des villages dépendant des grands seigneurs fonciers dont elles étaient les palais urbains. Lorsque, plus tard, ces mêmes aristocrates se mirent à construire leurs autres domaines urbains – créant ainsi « The West End » – ces propriétés furent démolies et les terrains réutilisés. La plupart devinrent des housing estates au cours de la fin du xviie siècle et du xviiie siècle, réalisée par des constructeurs immobiliers comme Nicholas Barbon et Robert Adam, la première opération de ce genre étant Covent Garden, réalisé par le duc de Bedford en 1635 – nouvelle division dans le tissu urbain du Strand, qui finira par donner son nom au secteur dans son ensemble.

12Le roi se réserva les plus somptueuses de ces demeures épiscopales et ajouta à sa collection de quatorze palais royaux de Londres et ses environs York House, qui avait appartenu au cardinal Wosley – ainsi que son Hampton Court – et qui devint le palais de Whitehall et, depuis lors, le centre de l’administration gouvernementale britannique. « Whitehall » en vint à désigner les alentours urbains du palais et la principale voie qui y conduisait, mais aussi l’ensemble de l’appareil administratif du gouvernement. De la même façon, « Westminster », le nom administratif de la City où siège le Parlement, est devenu synonyme de « pouvoir législatif » et Downing Street, une impasse donnant sur Whitehall construite en 1680 pat Sir George Downing et où habitent le Premier ministre, le chancelier de l’Échiquier et le chef de la majorité parlementaire, est devenu synonyme de « pouvoir exécutif ». En 1776, Somerset House fut reconstruit – innovation majeure – en vue d’abriter les départements du gouvernement central, en complément des locaux de Whitehall Palace désormais entièrement conquis par les bureaux.

Le développement de l’East End

13L’East End, le secteur d’environ 780 hectares limité à l’ouest par la City of London et à l’est par la rivière Lea, correspond à peu près à la juridiction du manoir médiéval de Stepney, dont le seigneur était l’évêque de Londres. Cette zone, qui a toujours été communément désignée comme « The Manor », était une ancienne juridiction seigneuriale qui fit partie jusqu’en 1652 de Hackney, unité administrative relevant de la juridiction civile du comté de Middlesex. Defoe écrivait en 1719 : « Cette town de Hackney est d’une grande étendue et ne contient pas moins de douze hamlets [hameaux] ou villages [villages] distincts, bien que maintenant certains d’entre eux se sont rejoints. » (Defoe 1769, éd. 1962, 2 : 1). Huit de ces hameaux étaient compris dans la paroisse de Stepney : Mile End Old Town, Mile End New Town, Limehouse, Ratcliff, Spitalfields, Wapping, Poplar et Shadwell. On a remarqué récemment que « les “villages perdus” ne correspondent exactement à aucun neighbourhood [voisinage] ou autre division [actuelle] » (Cox 1997 : 11).

  • 5 Confession chrétienne pratiquant une stricte observance du repos du dimanche. (NdT.)

14La population du Manor connut une croissance rapide sous les derniers Tudors et les premiers Stuarts, passant de 16 000 habitants en 1590 à 48 000 en 1630. Ce secteur était la principale destination des immigrants venus des îles Britanniques et des Pays-Bas, particulièrement après l’invasion de ceux-ci par le duc d’Albe en 1567. Vice Iniquity, un personnage de Ben Johnson, allait à East Smithfield pour « boire avec les Hollandais ». La diversité des origines des immigrants se reflétait dans leurs lieux de culte, qui comprenaient vers 1700 une chapelle luthérienne allemande, une chapelle danoise, la synagogue Bevis Marks construite en 1701, trois chapelles baptistes et d’autres sabbatarienne5, indépendante et quaker. L’Église d’Angleterre officielle fit face à cette population croissante en élevant les « Tower Hamlets » au statut de paroisses et en construisant des églises anglicanes à Shadwell (1669), Wapping (1694), Bow (1719), Spitalfields (1729), Limehouse (1730), Shoreditch (1736) et Bethnal Green (1743).

  • 6 On traduira gentry par « petite noblesse », équivalent adéquat pour la période étudiée ici. Dans u (...)

15Shoreditch, situé au nord-est de la City et qui demeura un hamlet relevant de Hackney jusqu’à ce qu’il soit élevé au statut de paroisse en 1736, était nettement la partie la plus gentrified6 de l’East End. C’est un exemple précoce du culte du square comme forme de construction urbaine : Hoxton Square fut bâti en 1683 par un constructeur immobilier, à peu près en même temps que Soho Square par Gregory King (1681) dans le West End et Red Lion Square par Nicholas Barbon dans Holborn. Shoreditch est un exemple caractéristique de ce que Pevsner a décrit comme « une architecture domestique outer suburban [des faubourgs éloignés] » (1952 : 321) et conserva son caractère de gentility tant que la croissance démographique resta relativement modérée. La population de Londres était passée de 675 000 à 859 000 habitants entre 1700 et 1801, date à laquelle Soreditch comptait 35 000 habitants. Entre les recensements de 1801 et de 1831, la population de la paroisse doubla, passant à 69 000, et cette arrivée massive eut pour résultat la subdivision des maisons en tenements et une forte surpopulation. Cette croissance débordait sur Bethnal Green, encore rurale vers 1800 et entièrement construite de terraced houses (maisons en bande) ouvrières quarante ans plus tard. L’âge du slum housing (taudis) avait sonné pour Londres.

16Notons que c’est à Londres que le mot slum est entré dans le vocabulaire urbain, initialement (1824) pour désigner une pièce dans une maison en mauvais état, particulièrement le « back parlour » (pièce de réception sur l’atrière), souvent désigné aussi comme « back slum ». Ce terme dérivait d’une façon de caractériser péjorativement le jargon des bohémiens : « une manière slummy de parler ». Dès 1751, le romancier Henry Fielding avait décrit ce qu’on appellera par la suite slum dans son Enquiry into the Causes of the late Increase of Robbers :

Fig. 2. Un secteur caractéristique de la City of London après la reconstruction qui suivit le grand incendie (1666). La ligne sinueuse indique la limite de la paroisse de St. Stephen Coleman et la ligne brisée celle du city ward. Les limites des city wards (unités administratives civiles et électorales relevant de la Corporation of the City of London) ne coïncident qu’accidentellement avec celles des paroisses (unités administratives ecclésiastiques relevant de l’évêque de Londres). La structure des alleys, courts et inns apparaît, ainsi que quelques jardins survivants.

Quiconque considère les Cities of London and Westminster, avec la vaste addition récente de leurs Suburbs, la grande Irrégularité de leurs Bâtiments, l’immense Nombre de Lanes, Alleys, Courts et Bye-Places, doit penser que si elles avaient été conçues dans le But même de la Dissimulation elles n’auraient pas été mieux agencées. Vu de cette façon, l’ensemble apparaît comme un vaste Bois ou Forêt, dans lequel un Voleur peut se réfugier avec autant de Sécurité que les Bêtes sauvages dans les Déserts d’Afrique ou d’Arabie.

17Par comparaison, la définition de slum que l’Oxford English Dictionary emprunte au English Spy de Westmacoot (1825-1826) est relativement sobre :

Une street, alley, court, etc., située dans un district congestionné [crowded] […] et habitée par des gens de classe inférieure [low class] ou par les très pauvres ; un certain nombre de ces streets ou courts formant un voisinage [neighbourhood] densément peuplé ou un district où les maisons et les conditions de vie sont d’un caractère sordide et misérable [squalid and wretched].

18La mention des alleys et courts renvoie à deux des manières dont le tissu urbain fut densifié à Londres (fig. 2). Dans le cas des alleys, les espaces disponibles entre des bâtiments existants étaient construits en parcelles longues et étroites, tandis que les courts étaient bâties dans les jardins arrière, un passage les reliant à la rue. Le parc de logements existants fut ainsi bourré de constructions généralement de mauvaise qualité et qui manquaient souvent des équipements sanitaires les plus élémentaires. Le vocabulaire du slum évolua au fur et à mesure que la classe moyenne prit conscience de l’ampleur de cet « insanitary housing » (habitations insalubres) dans l’East End et réagit de plus en plus vivement au phénomène. Vers 1860, « to go slumming » signifiait fréquenter les slums dans un but inavouable, la prostitution. En 1884, cette implication immorale avait disparu au profit d’une autre, charitable et philanthropique, comme dans : « Une dame riche went slumming dans les Dials l’autre jour ». Cette activité était particulièrement à la mode à Londres à la fin de la période victorienne, et Gladstone, qui fut quatre fois Premier ministre, était l’un de ses plus célèbres pratiquants et professait une grande sollicitude pour le sort des prostituées de Londres.

19Sous la Régence et dans la période victorienne, un autre terme entra dans le vocabulaire courant à Londres : rookery, qui désigne « un amas de mauvaises maisons à loyer [tenements] densément peuplées de gens de la classe la plus basse [of the lowest class] », usage attesté en 1829 dans : « une rookery de prostituées à Bethnal Green » (Oxford English Dictionary 1933). Le mot suburb et, surtout, l’adjectif suburban n’étaient pas non plus dépourvus de connotations négatives. La première attestation de suburb concerne « cette partie des Suburbs de Londres communément appelée Covent Garden » (1665) et, dans les années 1660, John Evelyn, le mémorialiste, note dans son journal : « Je suis allé au Ghetto, où habitent les juifs, isolés comme dans un suburbe. » En 1817, suburban signifiait « avoir les manières inférieures, l’étroitesse de vue, etc., attribuées aux habitants des suburbs » (Oxford English Dictionary 1933).

20Le surpeuplement qui transforma en slums de vastes secteurs de l’East End fut accéléré par le déplacement de population qui résulta de la grande vague de construction de docks en aval de la City à partir du début du xixe siècle. La construction des West India Docks (1804), des London Docks (1805) et des East India Docks (1806), avec leurs immenses entrepôts fermés, eut pour conséquence la destruction de secteurs entiers de Wapping et de la plus grande part de Shadwell. Cette dernière localité était une « new town » du début du xviie siècle construite par Thomas Neale, Master of the Mint, qui avait acheté le terrain dans les années 1620 au chapitre de la cathédrale St Pauls et y avait édifié 289 maisons, une chapelle – devenue église paroissiale en 1669 –, un marché et un système d’adduction d’eau. « Shadwell était au xviie siècle un lieu de travail et une town autosuffisante » (Cox 1997 : 90).

21Les docks de Londres furent agrandis en 1824 par la construction de St Katherine’s Docks entre ce qui avait été Shadwell et la Tour. Onze mille trois cents occupants furent expulsés de leurs maisons pour créer deux docks, chacun de deux hectares, et des entrepôts fermés de quatre étages dont l’architecte était Thomas Telford, et l’entrepreneur Thomas Cubitt, qui avait construit le Bedford Estate à Bloomsbury et, plus tard, le Grosvenor Estate à Belgravia. Cubitt lui-même bâtit une « new town » pour ses propres ouvriers et son entreprise, connue sous le nom de « Cubitt Town » et située à Isle of Dogs, sur la rive nord de la Tamise, en aval des docks et en face du Greenwich Royal Hospital de Wren. Le déplacement des populations entraîna une forte pression sur les secteurs adjacents, comme « The Highway » – un district appelé ainsi à cause de la route principale conduisant à la City depuis l’est – Mile End, Limehouse et Poplar. À cela s’ajoutait une importante immigration de manœuvres irlandais, écossais et gallois venus construire les docks, qui s’installaient souvent dans l’East End à la fin des chantiers. En outre, l’East India Company avait importé une main-d’œuvre chinoise à bon marché pour le déchargement des navires et Limehouse devint la « Chinatown » de l’East End, avec ses blanchisseries et ses fumeries d’opium. Enfin, il fallait loger des marins en nombre croissant, comme le signale Dickens dans Our Mutual Friend : « Là-bas vers les Docks on “board seamen” [loge les marins en pension] dans les eating bouses, les public houses, les coffee shops, les tally shops, dans toutes les sortes de shops avouables ou inavouables. » Dans les années 1820, « les hamlets du bord de la rivière formaient désormais un tissu urbain continu » (Cox 1997 : 75).

22La transformation des secteurs jadis peu denses de l’East End en slums par la surpopulation, la construction anarchique d’alleys et de courts et la conversion de town houses (maisons de ville occupées par une seule famille) en tenements n’est nulle part mieux étudiée qu’à Spitalfields et Mile End Town (Sheppard 1957). Spitalfields fut la principale destination de quelque quinze mille huguenots français qui émigrèrent après la révocation de l’édit de Nantes en 1685. Au xviiie siècle, il y avait 12 000 à 15 000 métiers à tisser la soie et 30 000 ouvriers dans cette zone. Mile End New Town, un hamlet de Stepney, fut érigé en paroisse en 1690 pour accueillir les tisserands. Ces localités furent construites à la fin du xviie et au xviiie siècles sous la forme d’une série de petits domaines urbains : le St John and Tillard Estate, le Wood-Mitchell Estate, le Halifax Estate, le Tenter Ground Estate et le Fossan Estate à Spitalfields, le Tylney Estate et le Halifax Estate à Mile End Town. Bâti à l’origine surtout pour les marchands de soie huguenots par des dizaines d’entrepreneurs spéculatifs, tout le secteur commença à décliner socialement et matériellement au début du xixe siècle.

Les origines du « West End » (1600-1666)

23La carrière de Inigo Jones comme Surveyor of the Kings Works eut pour résultat de notables additions au patrimoine de la Couronne à Londres au début du xviie siècle. C’est lui qui fit construire Queen’s House à Greenwich (1616) – qui devint le cœur du Greenwich Hospital et du Royal Naval College –, Banqueting House à Whitehall Palace (1619) et Queen’s Chapel à St James’s Palace (1623). Les principales forces qui produisaient la croissance étaient néanmoins d’ordre démographique. Londres et ses suburbs comptaient 120 000 habitants en 1550 et plus de 200 000 au début du xviie siècle lorsque Inigo Jones se tourna vers la construction résidentielle. Comme le reste de son œuvre, son travail dans ce domaine fut entièrement original pour l’Angleterre et il créa la division spatiale qui devait être la plus caractéristique de Londres pendant deux siècles et demi : le square.

24Sir John Russel, comte de Bedford, avait acheté le terrain d’un couvent au nord du Strand lors de la dissolution de Westminster Abbey et, en 1631, il obtint une autorisation royale pour bâtir dans ce qui allait s’appeler Covent Garden « autant de maisons et de bâtiments convenables pour l’habitation des gentilshommes et hommes de talent » qu’il lui plairait. Jones s’inspira de la piazza de Livourne en Toscane et ouvrit la façade des maisons sur une arcade. Les écuries au fond des jardins à l’arrière des propriétés avaient un accès distinct : ce furent les premières mews, élément qui allait se répandre ensuite largement. Covent Garden fut un grand succès commercial et marqua le début d’un boom immobilier qui allait couvrir de constructions les champs situés à l’ouest de la City. Le square devint l’élément architectural central du housing estate aristocratique à Londres, équivalent urbain du grand domaine foncier de l’Angleterre rurale et pour une part financé par les ressources de ce dernier. Le domaine urbain était une unité de propriété aristocratique, administrée par un bureau central et conçue comme une communauté dont le point de mire social était la town house du propriétaire foncier. À Covent Garden, Bedford House occupait le côté sud du square. Sur le côté ouest, s’élevait l’église St Paul’s dessinée par Inigo Jones et connue comme « l’église des acteurs », les théâtres s’étant déplacés de Bankside vers cette partie du Bedford Estate, appelée « Theaterland » depuis la fin du xviie siècle. Au centre du square – ce fut ensuite souvent le cas dans ce genre d’opération –, Bedford construisit un marché. Lorsque celui-ci devint dans les années 1820 un marché de fruits et légumes en gros, les habitants les plus riches partirent pour des quartiers à la mode plus à l’ouest, les commerçants du marché les remplacèrent et le caractère du domaine se modifia en conséquence.

25Le deuxième square de Londres fut Lincoln’s Inn Fields, pour lequel l’autorisation fut obtenue par l’un des premiers constructeurs immobiliers importants, William Newton. Inigo Jones dessina pour ce square une maison qui devint le prototype de la town house georgienne d’Edimbourg à Dublin et de Boston à Sydney. La composition en était syméttique. Les façades étaient caractérisées par de hautes fenêtres à fronton triangulaire au premier étage, celui des pièces de réception et de séjour. Au-dessus de ce piano nobile, les étages suivants avaient des fenêtres de moins en moins grandes jusqu’à former des carrés parfaits au dernier étage. La plupart des maisons de ces deux premiers squares furent achetées ou louées par de petits nobles ruraux qui venaient à Londres en nombre croissant pour y faire éduquer leurs fils ou visiter les bordels et les théâtres de la capitale. Lincoln’s Inn Fields était complètement habité vers 1658 et suffisamment à l’écart du cœur de la City pour ne pas être touché par le grand incendie de 1666.

  • 7 Cette forme de production immobilière est décrite par un lexique qui n’a pas toujours d’équivalent (...)

26Celui-ci détruisit 176 hectares de propriétés immobilières dans la City of London : 13 000 maisons, 87 églises paroissiales, 44 bâtiments de compagnies, ainsi que le Guildhall, le Royal Exchange et la cathédrale St Paul’s. Dix jours plus tard, John Evelyn et Christopher Wren, professeur d’astronomie à Oxford, avaient l’un et l’autre produit des plans pour reconstruire la City. Les deux plans étaient basés sur des principes inspirés de la Renaissance et du baroque romain et parisien, avec de larges rues droites, des places carrées et des ronds-points. Cette conception, trop radicale et trop indifférente au parcellaire et aux droits de propriété dans la City, devait fournir une esquisse au développement du West End qui commençait alors. Evelyn avait observé en 1665 que le comte de Southampton construisait à Bloomsbury « un noble square ou piazza, a little towne ». La « little towne » dont Bloomsbury Square était le centre était bâtie sur le terrain qui entourait la mansion urbaine du comte, et le Southampton Estate mit au point l’organisation économique qui allait être la plus répandue dans la construction urbaine à Londres pendant deux cent cinquante ans. Les trois côtés du square qui n’étaient pas occupés par la mansion du propriétaire foncier furent divisés en parcelles louées pour un faible loyer à des particuliers afin qu’ils y construisent leur maison. Au terme d’un bail foncier habituellement conclu pour « three lives » – soit quatre-vingt dix-neuf ans – le propriétaire du sol prenait possession des constructions7. C’était un remarquable mécanisme pour assurer, grâce à la construction résidentielle spéculative, la mise en valeur de la richesse foncière aristocratique et son transfert entre générations.

27Au moment où Evelyn notait dans son journal ses observations sur Bloomsbury Square, Pepys écrivait dans le sien que « la construction dans St James’s par Lord St Albans bat son plein » (Pepys 1660-1669). Henry VIII avait créé St James’s Palace à partir d’un hôpital confisqué à St Margaret’s Westminster et St Albans avait compris les potentialités du secteur aristocratique en train de naître dans ce qu’on appelait désormais « St James’s ». Adoptant la même stratégie que Southampton, il acheta quelques champs du domaine royal de St James’s Palace, construisit St James’s Square comme centre de son domaine urbain et commença en 1663 à conclure des baux avec des amis et des entrepreneurs spéculatifs. Ce secteur – qui incluait Pall Mall, une promenade dont le nom venait du jeu de paume français qui se pratiquait non loin de là – devint rapidement le plus recherché dans l’aristocratie et la petite noblesse.

28Avec le développement du West End et l’incroyable accumulation à long terme de propriétés immobilières dans les domaines londoniens, la hiérarchie du rang et de la richesse au sein de l’aristocratie anglaise, basée jusque-là sur la possession de grands domaines fonciers ruraux dans les comtés du cœur de l’Angleterre – qui remontait souvent à la conquête normande de 1066 – fut progressivement modifiée. Un processus d’accumulation du capital, commencé avec la distribution de la propriété ecclésiastique par la Couronne après la dissolution des monastères dans les années 1530, devint ainsi un puissant moteur de la création d’espace urbain dans la métropole en expansion. En même temps, un modèle de division de la ville qui allait se répéter pendant plus de deux siècles avait pris forme : l’unité morphologique, architecturale et sociale que constituait chacun des grands domaines urbains des familles aristocratiques constituait une « division » urbaine durable, inscrite dans les constructions comme dans les toponymes, et à bien des égards plus concrète pour les habitants que des découpages administratifs dans la gestion desquels ils n’étaient pas, ou peu, impliqués.

Londres sous les derniers Stuarts (1660-1714)

29La puissance de la City of London et des capitales provinciales fut un facteur décisif dans la victoire du Parlement lors de la guerre civile du milieu du xviie siècle, mais les menaces sur leur autonomie n’en furent pas éloignées pour autant. Les édits Quo warranto pris par Charles II en 1683 déclarèrent forclos les privilèges de la Corporation of the City of London et, de fait, l’existence même de celle-ci. Beaucoup d’autres corporations (municipalités) durent renoncer à leurs chartes, que la Couronne remplaça par de nouvelles qui stipulaient que la nomination des officiers municipaux était subordonnée à l’approbation royale. Les pouvoirs originels des municipalités furent restaurés par la Glorieuse Révolution de 1689 et ce compromis constitutionnel entre la Couronne et les autorités locales fut désormais intouchable (Webb & Webb 1908). Ce fut donc l’accès au trône de William et Mary plutôt que la guerre civile qui inaugura l’ère de la non-intervention durable de la Couronne ou du Parlement dans les affaires des autorités locales.

30Après 1689, l’époque de la création de nouveaux palais royaux étant révolue, les principaux changements de la société londonienne liés au cadre politique n’étaient plus associés à la Cour mais à l’oligarchie whig, la nouvelle élite de grands propriétaires ruraux qui domina la vie politique britannique pendant la période georgienne et fut aussi le principal agent de la construction du West End. Il fallut attendre la Régence pour que la Couronne redevienne un acteur important sur le marché foncier et immobilier de Londres. Aucun gouvernement ne tenta d’interférer avec les pouvoirs et privilèges des grands propriétaires et des municipalités urbaines jusqu’à ce qu’en 1832 le Parlement affirme son pouvoir en réformant la Chambre des Communes et qu’en 1835 le Municipal Reform Act crée les chartered and incorporated boroughs.

31À la fin du xviie siècle, le secteur compris entre Charing Cross et les parcs royaux (St James’s Park, Green Park et Hyde Park) commença à être identifié comme « The West End », une zone qui, pour l’essentiel, relevait administrativement de la City of Westminster. Ce terme ne désignait pas seulement la plus vaste « division » de la métropole, mais aussi bien le type de personnes qui y habitaient et, finalement, la partie la plus élégante de toute ville anglaise de quelque importance sociale et culturelle. Cette réputation de plus en plus marquée conduisit à la création de nouveaux squares, tantôt par des propriétaires fonciers urbains aristocratiques, tantôt par des constructeurs immobiliers. Le comte de Leicester aménagea à partir de 1670 environ Leicester Fields, qui devinrent Leicester Square. Suivit en 1681 King’s Square, dont le nom n’est pas emprunté à Charles II mais au constructeur Gregory King, un grand représentant de l’« arithmétique politique » d’alors. L’endroit fut ensuite rebaptisé Soho Square et Soho devint finalement le nom de cette « division » qui resta à la mode jusqu’à ce que Nash construise Regent Street qui la coupait des secteurs plus distingués de St James, Piccadilly et Mayfair.

32Suivant la voie ouverte par William Newton et Gregory King, Nicholas Barbon fut le plus important constructeur immobilier de Londres à la fin du xviie siècle. Il édifia Red Lion Square à Holborn et de vastes secteurs du Strand sur des propriétés d’origine monastique abandonnées par de grands aristocrates partis pour le West End. Selon le modèle des domaines urbains aristocratiques, il donna aux rues le nom de leurs anciens propriétaires. George Street, Villiers Street, Duke Street et Buckingham Street furent ainsi construites sur l’emplacement de York House, l’ancienne résidence de George Villiers, duc de Buckingham. Moins distingué que le côté de St James’s Square donnant sur St James’s Palace, celui qui donnait sur Westminster Palace avait l’avantage d’être proche du Parlement et des administrations de Whitehall. C’est là que, en 1704, furent construits Queen’s Square et Park Street, les meilleurs exemples de l’architecture domestique moyenne de l’Angleterre urbaine.

Divisions administratives, forme urbaine et structure sociale dans la période georgienne (1715-1810)

33La réforme avait attribué constitutionnellement les compétences en matière d’administration ecclésiastique aux autorités laïques de la paroisse – les vestrymen – techniquement responsables des ornements du culte, des meubles et des bâtiments des églises. Les parish vestries, qui en vinrent peu à peu à gouverner la population urbaine du Grand Londres, furent appelées metropolitan vestries et leurs pouvoirs s’accrurent en taillant dans ceux des magistrats des comtés adjacents de Middlesex, Essex, Kent et Surrey. Lors de la « révolution municipale » de 1835 – qui transforma 187 corporations municipales en municipalités modernes (Webb & Webb 1908) – la puissance de la Corporation of London empêcha que ces changements fussent appliqués à la capitale. Au début du xixe siècle, Joshua Toulmin Smith, un expert en gouvernement municipal, remarquait que « la situation actuelle de cette énorme métropole constitue en Angleterre l’anomalie la plus extraordinaire. Alors qu’elle regorge de richesse et d’intelligence, de loin sa plus grande partie est absolument dépourvue de tout gouvernement municipal ». Smith fut nommé membre de la commission royale qui fut chargée en 1833 de réformer le gouvernement municipal et qui élabora le Municipal Reform Act de 1835. En dépit du point de vue exprimé par Smith, ni les metropolitan vestries ni la City of London ne furent affectées par la réforme et si les premières furent supprimées en 1888, la City a résisté à toute réforme jusqu’à nos jours. Les metropolitan vestries devinrent néanmoins les premières « démocraties de contribuables » d’Angleterre et le fait qu’elles étaient des assemblées représentatives les protégea du zèle des réformateurs radicaux de 1835. Leur situation était toute différente de celle des « pocket boroughs » où le grand propriétaire était assuré de l’élection de la personne de son choix à la Chambre des Communes – parfois parce qu’il n’y avait qu’un seul candidat et que l’élection était alors constitutionnellement inutile – ou des « rotten boroughs » où le même résultat était obtenu en achetant à grand frais les électeurs.

34Sous Elizabeth Ire, Westminster avait reçu de Burleigh en 1585 une Constitution urbaine faible, précisément pour éviter qu’elle ne gagne un pouvoir comparable à celui de la City of London alors qu’elle était le siège du gouvernement royal. La City of Westminster demeura donc un ecclesiastical borough un peu modifié, sans grand pouvoir. Avec la croissance de la population, cela posa de nombreux problèmes auxquels les citadins parvinrent à faire face au moyen d’actes privés du Parlement en 1761 et 1765 qui autorisaient à lever un impôt pour le pavage et l’éclairage des rues (Summerson 1945). Un ensemble d’institutions, administrées pour l’essentiel par des commissioners non élus, se développa ainsi et donna à Westminster et aux paroisses urbaines de Londres des pouvoirs pour procéder à des « improvements » (améliorations) comparables à ceux dont disposaient les corporate boroughs établis depuis longtemps, dont la City of London elle-même. Ces organismes – Paving Commissioners, Lighting Commissioners, Improvement Commissioners, Police Commissioners -avaient des fonctions très diverses et constituaient des « entreprises semi-privées détenant les pouvoirs nécessaires à l’exercice de compétences particulières sur des territoires très limités » (Jackson 1945 : 35). Ils étaient autorisés à lever des impôts locaux sur les résidents pour financer le coût de leurs opérations, la présence de représentants élus par les contribuables constituant parfois une ébauche de démocratie locale. Ces organismes n’étaient pas dominés par la vieille oligarchie foncière urbaine et échappaient aux restrictions qui régissaient l’appartenance aux incoporated boroughs : leurs membres pouvant ne pas être de confession anglicane, ils étaient souvent catholiques, juifs ou non-conformistes, ce qui avait une certaine importance car le non-conformisme était très répandu à Londres et l’appattenance aux vestries limitée aux anglicans. Ces institutions jouèrent ainsi un rôle crucial dans l’expansion de la métropole : en gérant l’environnement urbain, elles constituaient un lien entre les magnats urbains et les officiers administratifs du gouvernement local.

35Un changement radical s’était produit dans l’architecture domestique et urbaine anglaise avec la mort de la reine Anne en 1714 et l’accès au trône de George Ier. Le principal protagoniste de ce goût nouveau fut le jeune Lord Burlington qui, en 1715, réaménagea Burlington House, sa majestueuse mansion urbaine sur Piccadilly qui devint pat la suite la Royal Academy. Il la fit reconstruire dans le style d’un palais de Palladio à Vicence qui l’avait impressionné lors de son Grand Tour en Italie, conclusion de l’éducation d’un aristocrate anglais au xviiie siècle. Burlington, comme Bedford, Southampton et Leicester, avait la chance de posséder un domaine champêtre à la limite ouest de Londres qui pouvait être bâti pour les Londoniens distingués et fortunés. En 1717, Burlington entreprit de le mettre en valeur et construisit Burlington Gardens, Old Burlington Street, Clifford Street et Saville Row dont le style néo-palladien devait influencer massivement l’architecture anglaise urbaine et rurale.

36En 1715, le deuxième comte d’Oxford commença à construire son vaste domaine urbain au nord d’Oxford Street, rue à laquelle il avait donné son nom. New Road – aujourd’hui Marylebone Road – fut ouverte en 1756 pour desservir les rues et squares distingués de ce domaine et devint la première radiale urbaine en réorientant la circulation ouest-est de sorte que les grosses voitures n’eurent plus à passer par le West End. Oxford créa une division qui comprenait Cavendish Square, Wimpole Street et Harley Street, dont les noms venaient de membres de sa famille. Dans les années 1760, le reste du secteur fut construit par les Estates Portman et Portland, les noyaux de cette division étant Portman Square (1764), Manchester Square (1776) et Portland Place (1775), Baket Street complétant l’opération peu après 1800. Robert Adam, un Écossais talentueux et énergique qui lui-même édifia l’Adelphi en bordure du Strand et était le membre le plus en vue d’un groupe d’architectes appelés « les néo-classiques », contribua à fixer le style et la qualité de cette division destinée à des juges, des généraux et des évêques irlandais absentéistes.

37Au sud d’Oxford Street, le plus grand propriétaire était le Grosvenor Estate qui avait acquis 50 hectares dans ce qu’on appelait Mayfair, grâce au mariage de Sir Thomas Grosvenor, un propriétaire foncier du Cheshire, avec une héritière âgée de douze ans – 160 hectares entre Hyde Park et la Tamise complétant la transaction. La première partie du domaine fut développée à partir de 1737 autour du noyau de Grosvenor Square et la deuxième à partir des années 1820 reçut le nom de Belgravia. Le Berkeley Estate, plus petit, fut détaché du Grosvenor Estate de Mayfair à la suite d’un mariage arrangé entre deux aristocrates encore mineurs et Berkeley Square fut commencé en 1738, ainsi que Burton Street (1738), Hill Street (1745) et Charles Street (1750). La petite noblesse rurale et les grands marchands qui firent construire des town houses sur ces domaines de Mayfair se conformèrent à la retenue digne et à l’architecture relativement uniforme du style georgien londonien, mais les intérieurs exprimaient richesse et statut par une décoration somptueuse et une architecture qui ménageait des espaces novateurs à l’abri des façades austères.

38Adam fut également impliqué dans le développement de Fitzroy Estate, situé entre Bloomsbury et Portland Estate, dont la rue principale était Charlotte Street et le noyau Fitzroy Square. Ce domaine devint un secteur d’artistes et d’intellectuels qui fut appelé « Fitzrovia » par les contemporains et reste connoté depuis de prétentions esthétiques et culturelles. Les propriétés ayant été mises sur le marché pendant les guerres contre la France, l’opération fut un échec commercial retentissant jusqu’au congrès de Vienne.

39Le riche et puissant Bedford Estate, qui avait été à l’origine du développement du West End et de l’adoption du square comme forme urbaine à Covent Garden en 1635, mit en œuvre à la fin du xviiie siècle deux autres innovations formelles sur son Bloomsbury Estate (fig. 3). Bedford Square, commencé en 1775, est le plus bel exemple d’urbanisme georgien et le premier square de Londres à avoir été dessiné et bâti dans un style uniforme, à la manière française. Avec l’opération liée de Gower Street, les Bedford créèrent une divison de town houses très respectables pour juristes et autres membres des professions libérales. Ce n’était pas un quartier destiné à l’aristocratie mais à la classe moyenne supérieure et, matériellement comme socialement, il ne faisait pas partie du West End, plus distingué. Le développement du Bedford Estate reprit en 1800 avec Great Russell Street et Russell Square. Nouvelle innovation, ce square fut le premier à être dessiné par un professionnel, Humphry Repton. Au même moment, un constructeur immobilier non aristocrate, James Burton, bâtissait six cents maisons sur des terrains acquis à bail du Foundling Hospital adjacent, qui constituaient une partie de la dotation reçue par cet hôpital créé en 1742. Entre 1775 et 1859, presque tout Bloomsbury fut construit. Le processus fut achevé par le grand entrepreneur de bâtiment Thomas Cubitt qui remplaça Burton sur le Foundling Estate, puis vint travailler sur le Bedford Estate. Il créa quatre nouveaux squares qui fixèrent la forme urbaine de Bloomsbury : Tavistock, Gordon, Woburn et Torrington, chacun d’une taille et d’une forme différentes. Les institutions universitaires de Londres commencèrent à coloniser Bloomsbury en édifiant University College sur Gower Street en 1825, afin de fournir un enseignement supérieur différent de celui dispensé aux Inns of Court.

Fig. 3. La structure de Southampton Estate, Bedford Estate et Foundling Estate. Ces estates Jurent construits à Bloomsbury par Burton et Cubitt pour leurs propriétaires fonciers respectif.

Fig. 4.Schéma des principaux estates du Nord-Ouest de Londres.

Divisions administratives et « metropolitan improvements » pendant la Régence (1810-1830)

40Vers 1800, il y avait quatre-vingt-dix metropolitan parish vestries dont la population variait entre 1 500 et 60 000 habitants. Ces « démocraties urbaines », comme on les appelait, étaient des open vestries, les vestrymen étant élus lors de réunions de paroisse ouvertes à tous les communiants mâles de l’Église d’Angleterre. Les plus grandes vestries dont la population ne cessait de croître, comme St Pancras et Marylebone, devenaient ingouvernables par ce système et furent transformées en select vestries par des actes privés du Parlement pris à l’initiative des nobles et des grands propriétaires fonciers : ce fut le cas en 1819 de St Pancras, à la demande du duc de Bedford, du marquis de Camden et des Lords Southampton, Calthorpe et Somers, ces familles devenant ainsi une oligarchie urbaine autodésignée qui pouvait contrôler le contexte politique et administratif dans lequel elle mettait en valeur ses propriétés. Leurs noms, fixés dans le cadre bâti de leurs domaines, sont encore familiers aux Londoniens d’aujourd’hui : Bedford Square, Camden Town, Southampton Row, Calthorpe Street et Somers Town.

41Depuis le Poor Law Act de 1601, les parish vestries étaient tenues de pourvoir aux « logement, surveillance, entretien et emploi de tous et chacun des pauvres dans la paroisse ». Leur durabilité tint en effet aussi à leur capacité à assurer un certain contrôle social sur la population de Londres qui s’accroissait rapidement : elle atteignait le million d’habitants au xviiie siècle, avait doublé à la date du recensement de 1841 et encore doublé lorsque le London County Council fut créé en 1888. La première autorité véritablement métropolitaine fut justement une institution de contrôle social : la Metropolitan Police, créée par Peel en 1829 et inspirée du style colonial de contrôle social et politique qu’il avait mis au point en Irlande. Le territoire de compétence de la Metropolitan Police couvrait un rayon de douze miles à partir de Charing Cross, à Westminster. Par la suite, le territoire du London County Council étendra ce rayon à quinze miles, limites qui indiquent mieux que toute autre quelle était la taille effective de la conurbation du grand Londres.

42L’apogée de la création de nouvelles communautés à Londres par les propriétaires fonciers aristocratiques fut le fait du plus grand magnat foncier d’Angleterre, le roi George IV, qui exerça la Régence, après que son père fut devenu dément, de 1811 à 1820 et régna de 1820 à 1830. En 1811, une vaste portion de presque 200 hectares du domaine de la Couronne connu sous le nom de Marylebone Fields se trouva disponible pour être construite à l’expiration du bail dont le duc de Portland était titulaire. Le prince régent décida de développer ce secteur comme un exercice de « metropolitain improvement », terme utilisé alors par les propriétaires fonciers et les constructeurs immobiliers. Du point de vue administratif, St Marylebone était une paroisse gouvernée par une closed metropolitan vestry, comme sa voisine St Pancras. Au début du xixe siècle, les deux paroisses étaient la partie de Londres qui croissait le plus rapidement : elles comptaient 96 000 habitants au recensement de 1801, soit les trois quarts de la population de la City of London (128 000) et les six dixièmes de celle de la City of Westminster (161 000) ; en 1841, elles avaient atteint 268 000 habitants, plus du double de la City (123 000) où les affaires avaient commencé à remplacer les résidences, et presque un cinquième de plus que Westminster (229 000). Tout au long de la période, les vestries n’eurent aucun rôle à jouer ni aucune autorité pour intervenir dans le développement du secteur par la famille royale. En 1832, St Marylebone devint un parliamentary borough, mais elle resta une paroisse sans pouvoir administratif jusqu’à la création des metropolitan boroughs en 1899.

43Sous les Hanovres, la nouvelle demeure que le duc de Buckingham s’était fait construire était restée à la périphérie de l’extension que Westminster allait connaître tout au long du xviiie siècle. Après que George III fut parvenu à acheter Buckingham House en 1762, Nash transforma le site pour créer Buckingham Palace et relia celui-ci – cas unique d’aménagement urbain réalisé pour la Couronne – à Regent’s Park par le Mall, Trafalgar Square, Piccadilly Circus, Portland Place et Park Crescent. Exactement comme les autres grandes familles foncières (fig. 4), la famille royale entreprit alors de développer ses domaines urbains du West End (Summerson 1945). Cette opération était à la fois la phase ultime de la construction de la Londres georgienne et le premier exemple d’une nouvelle échelle de town planning. Bien que ce terme ne soit pas entré dans la langue anglaise avant 1906, le mot plan était en usage dans ce genre de contexte dès le début du xviiie siècle, avec des attestations imprimées en 1728, 1737 et 1748. Plusieurs « plans » furent établis et celui de John Nash fut retenu, pour son expérience d’architecte du Royal Pavilion de Brighton et son travail avec Repton, mais aussi pour des raisons de nature plus personnelle (Pevsner 1952 : 347).

44L’idée proposée par Nash en 1811 était beaucoup plus audacieuse que celle des architectes officiels du Land Revenue Office qui répétaient le modèle en squares et rues de Bloomsbury. Le plan de Nash comprenait toute une série d’innovations centrées sur un parc public, qui fut finalement ouvert sous le nom de Regent’s Park dans la deuxième année du règne de Victoria (1838), après une période de gestation de vingt-sept ans. Le parc devait être une rus in urbe solument anglaise, un ensemble de palais disposés en terraces formant cercle autour d’un vaste paysage de jardins parsemé de « villas », c’est-à-dire de petites country houses. Ce projet, dont l’ampleur n’avait alors d’autre équivalent en Europe que la Saint-Pétersbourg de Pierre le Grand, faisait appel au snobisme et à l’amour des Anglais pour la campagne, les terraces évoquant sur une grande échelle les majestueuses demeures rurales de l’aristocratie foncière. Les sept terraces reçurent pour nom ceux de titres royaux, dans la tradition établie par les aristocrates sur leurs grand domaines urbains. Elles étaient conçues comme des communautés distinctes, dotées chacune d’une forme architecturale particulière et uniforme – dans le style classique – et constituaient l’équivalent, en forme de terrace, des squares du West End de la génération précédente. Comme dans ceux-ci, il y avait un jardin privé, situé à l’avant des bâtiments, entre l’allée à voitures qui donnait accès à la propriété et la grande voie qui desservait l’ensemble du parc, The Inner Circle. Au première étage, des balcons de style Régence surplombaient ce jardin et, au-delà, donnaient sur le vaste paysage du parc que partageaient les terraces voisines. Un autre trait de ce projet de garden city aristocratique avant la lettre était une série de vingt-six villas disséminées dans le parc, qui inspirèrent tout au long du xixe siècle de nombreuses constructions de même type aux alentours de chaque ville de la province anglaise.

45Le projet comprenait aussi une section ouvrière, constituée de longues rues de terraced houses construites en briques à l’arrière des résidences et qui permettaient de loger les domestiques tout en formant un cordon sanitaire entre le Royal Estate et Somers Town, le domaine adjacent et moins salubre de Lord Somers. Elles étaient l’équivalent, mais à beaucoup plus grande échelle, des rues modestes qui formaient la limite extérieure des squares du xviiie siècle dans le West End. Trois marchés étaient localisés dans ce secteur ouvrier. L’un d’entre eux, Cumberland Market, comportait une innovation : un bassin relié à Regent’s Canal facilitait l’arrivée de viande fraîche et de légumes fournis par les maraîchers des environs de Londres. Non sans rapport avec l’obsession de l’époque de tenir la classe ouvrière sous contrôle, une caserne fut construite au nord d’Albany Sreet, la principale artère du quartier ouvrier. Le projet comprenait aussi des portes monumentales flanquées de pavillons, un hôpital général et un autre spécialisé dans les maladies oculaires, une public house, un jardin zoologique auquel on accédait par une promenade qui passait par un tunnel ménagé sous Regent’s Canal, des écoles et des boutiques pour les ouvriers à l’arrière du décor.

46Plus au nord était situé un dernier élément du grand projet : Park Village East et Park Village West, deux opérations très novatrices construites pour la classe moyenne et qui furent des prototypes pour des housing estates semblables qui allaient être construits dans les suburbs des villes anglaises tout au long du xixe et même du xxe siècle. Chaque maison était différente : certaines étaient de style italien, d’autres gothiques, d’autres Tudor. Toutes étaient petites et charmantes, comme l’antithèse de la pompe des Royal Terraces, et elles furent décrites par Summerson comme « les ancêtres de tout le pittoresque de suburbia » (1945 : 168).

47Une via triumphalis reliait l’ensemble à Carlton House, le palais du prince régent à Westminster qui dominait St James’s Park. Elle incorporait Portland Place que les frères Adam avaient commencé à construire en 1774 et était reliée par Langham Place à Regent Street, qui allait jusqu’à Waterloo Place et Carlton House. Afin d’assurer l’unité architecturale du Quadrant, qui articulait Regent Street à Piccadilly Circus et devint le cœur de la partie distinguée de Londres, Nash s’occupa lui-même de construire et commercialiser les terrains. Quant au circle, c’était la forme urbaine à la mode de l’urbanisme georgien : un cercle de bâtiments de style classique qui avait pour origine le modèle établi à Bath pat John Wood et ne fut pas seulement imité par Nash mais aussi par le Pittville Circus à Cheltenham, une autre grande ville d’eau de la période georgienne. Aujourd’hui encore, Piccadilly Circus symbolise tout ce que pouvait représenter le West End et la signalisation particulière des rues du secteur rappelle encore qu’il s’agit d’une partie du Crown Estate et de la City of Westminster.

Topographie sociale et administration de Londres pendant la période victorienne (1837-1900)

48Piccadilly Circus et Regent Street, qui définissaient désormais le cœur du West End distingué, entraînèrent un vaste déplacement des hôtels (hotels) depuis la City vers le nouveau secteur du Crown Estate dessiné par Nash : entre 1820 et 1830, Warren’s, au n° 1 de Regent Street, Golden Cross sur le West Strand et Garland’s sur Suffolk Street devinrent des institutions sociales et des repères spatiaux importants, précédant les grands hôtels de l’âge des chemins de fer qui s’établiront tous hors du West End, et, pour la plupart le long de la New Road aux gares de Paddington, Euston, St Pancras et Kings Cross. Ces vastes établissements étaient les successeurs des auberges (inns) de la City et de Southwark où logeaient les voyageurs des xvie et xviie siècles, mais aussi des grands palais des dignitaires ecclésiastiques et laïques qui, alignés le long de la Tamise et du Strand, remplissaient une fonction semblable à la fin du Moyen Âge. Ceux-ci étaient à leur manière de petites communautés villageoises, de petites divisions de la ville, et leur similitude architecturale avec les inns du début des temps modernes et les hotels du xixe siècle est remarquable. Le Savoy, l’hôtel le plus élégant de Londres, donne encore son nom au secteur qui l’entoure et comprend le Savoy Theatre dont le directeur créa l’hôtel dans les années 1880 sur le site du palais médiéval de John of Gaunt. Il était conçu pour supporter la comparaison avec les meilleurs hôtels d’Amérique, avec six ascenseurs hydrauliques, soixante-dix salles de bains, l’éclairage électrique partout et une décoration intérieure signée par le Parisien René Sergent.

49Le monde social des grands hôtels victoriens, où descendaient hommes d’affaires, professions libérales et industriels de province, était le point de contact entre la culture de la métropole et le reste de la société anglaise. Les hôtels étaient représentatifs de la mobilité et de la fluidité sociales, professionnelles et géographiques qui, de plus en plus, caractérisaient la Grande-Bretagne victorienne. Un fort contraste opposait ce monde à celui des clubs londoniens, dont la culture était patricienne et plouto-cratique. Les clubs du West End étaient des espaces beaucoup plus fermés : enclaves exclusivement masculines, héritiers des coffee houses où la classe supérieure allait jouer, ils étaient la marque de la qualité aristocratique des secteurs les plus riches de Londres. White’s, établi sur St James’s Street en 1736, fut longtemps le plus élégant, comme St James’s, autour du square et du palais, était le secteur le plus élégant de Londres. Boodle’s et Crockford’s partagèrent d’abord leurs locaux avec Almack’s Club, fondé en 1762 sur Pall Mall, puis s’installèrent dans leurs propres murs sur St James’s Street en 1775. Brook’s, construit en 1777 en face de Crockford’s, devint le tripot aristocratique le plus fameux de tous. Leurs façades à fenêtres vénitiennes et leurs intérieurs luxueux aménagés de bars, salles à manger, bibliothèques et appartements forment le paysage urbain caractéristique de cette division de Londres connue sous le nom de « Clubland ». Celle-ci connut un profond changement après la mort de George IV qui entraîna la dispersion du groupe de Carlton House auquel Nash était étroitement associé et qui constituait jusque-là une cour royale de fait. Une nouvelle époque de construction de clubs commença, qui employa les meilleurs architectes du temps, avec le bâtiment du United Service Club intégré par Nash à Waterloo Place (1827) et ceux du Carlton Club sur St James’s Street (1827), du Grecian Atheneum (Decimus Button, 1830), du Traveller’s Club (Charles Barry, 1832) et du Reform Club (Barry, 1837), ces deux derniers de style italien. En l’absence d’une réelle cour royale dans le centre de Londres, après 1830, ces clubs devinrent quasiment des institutions d’État. Leurs impressionnantes façades symbolisaient la solidité du pouvoir de la classe dominante anglaise et marquaient le paysage du centre de Londres.

50Clubland et l’urbanisme de Nash, en contribuant à structurer comme masculin le territoire central de la classe dominante, avaient aussi défini celui de la prostitution. La division jadis élégante de Soho, désormais séparée par Regent Street des grands domaines urbains de la Couronne et des Grosvenor, devint peu à peu un un secteur de théâtres et de prostituées, stratégiquement placé pour servir la clientèle du West End, et un slum. Lord Shaftesbury, grand réformateur, y ouvrit une rue nouvelle en 1877, Shaftesbury Avenue, qui fut un premier exercice de slum clearance. Sa propre adresse londonienne était 24 Grosvenor Square, au cœur de l’élégante division de Mayfair construite par Lord Grosvenor au xviiie siècle comme quartier aristocratique entre le Crown Estate et Hyde Park.

51L’exode des habitants élégants de Soho offrit aux Grosvenor de nouvelles possibilités pour développer les terrains qui leur restaient dans un secteur appelé The Five Fields. C’était le dernier à n’être pas construit dans la City of Westminster parce qu’il était marécageux, mais son potentiel augmenta lorsque, à partir de 1826, George IV fit transformer Buckingham House en palais, le mur du jardin étant la limite entre le Crown Estate et Five Fields. Cubitt fut choisi pour réaliser l’opération et les travaux commencèrent en 1826 sur le premier et le plus majestueux des huit squares projetés, Belgrave Square, nom emprunté à l’un des titres mineurs de Grosvenor, un village de son vaste domaine rural près de Chester. Il en résulta une nouvelle division urbaine qui fut communément appelée « Belgravia » et eut un immense succès : « La vaste entreprise de Belgravia […] donna à Londres son quartier le plus aristocratique » (Pevsner 1957 : 554).

52Le succès de Belgravia est d’autant plus remarquable que les terraces de Regent’s Park étaient au même moment en voie d’achèvement et trouvaient difficilement preneur, la beauté de leur conception ne compensant pas leur situation peu commode pour une élite sociale et politique basée au Parlement, à Whitehall et dans le West End. Ce succès très modéré n’empêcha pas les propriétaires d’autres grands domaines de construire, pour la même catégorie de locataires, le Bedford Estate à Bloomsbury et le Grosvenor Estate à Belgravia. Tous deux avaient pour principal entrepreneur Cubitt qui inventa alors la technique de ce qu’on appelle aujourd’hui la « maison modèle » : tout en préservant l’unité des façades de chaque square, conçues dans le nouveau style des clubs du West End, il ne construisait que lorsque le client avait passé commande et pouvait ainsi personnaliser les intérieurs. Les opérations de construction s’étalaient donc sur un temps plus long : Belgrave Square et Wilton Crescent ne furent achevés qu’en 1850, alors que Belgrave Place et Upper Belgrave Street, Eaton Square et Chester Square étaient encore en chantier. La construction d’Eccleston Square ne commença qu’en 1835 et celle de Warwick Square en 1843.

53Toutes les divisions résidentielles de la partie ouest de la métropole ne furent pas des réussites. Un bon exemple est le secteur connu sous le nom de « Pimplico », finalement abrégé en « Pimlico ». Ce terme aux origines obscures – une tribu indienne disparue, un oiseau tropical ou un tissu d’Extrême-Orient sont les principales hypothèses – désignait un secteur de prairies marécageuses au bord de la Tamise entre Millbank et Chelsea, une ancienne dépendance du manoir médiéval de Ebury à proximité de laquelle fut construit en 1705 ce qui était alors Buckingham House. Encouragé par le succès de Belgravia, Cubitt entreprit de bâtir sur ces terrains humides une division résidentielle aux rues de laquelle il donna des noms aristocratiques à souhait : Cambridge, Cumberland, Warwick et Winchester. Mais les façades étaient monotones, les maisons, conçues pour la classe moyenne, étaient plus petites qu’à Belgravia et le district, une vingtaine d’années après, avait décliné socialement. Les maisons furent divisées et converties en tenements, sans jamais pour autant devenir des slums.

54Le concurrent de Pimlico était à l’époque South Kensington, dont la principale artère était Cromwell Road. À l’entrée occidentale de la grande ville, ce qu’on appela bientôt « South Ken » était marqué par Queen’s Gate et construit de larges rues bordées de belles maisons et de grands musées – le Victoria and Albert Museum et le Natural History Museum étaient les projets favoris du prince consort allemand Albert, d’où le nom d’« Albertopolis » ironiquement donné à la zone. Malgré l’admiration que Taine exprimait en 1862 pour South Kensington, le secteur était dédaigné par les grandes familles titrées qui ignoraient tout ce qui pouvait exister au-delà de Belgravia et il n’attira que des nouveaux riches qui avaient fait fortune dans le commerce et l’industrie. Le déclin de la zone commença dès les années 1890 et les grandes maisons de Cromwell Road et Queen’s Gate furent converties en hôtels pour la classe moyenne et en appartements.

55Du côté nord de Hyde Park, le long de l’ancienne Great West Road qui sortait de Londres dans le prolongement d’Oxford Street, un autre district résidentiel s’était développé au début de la période victorienne. Désigné par les contemporains comme « la splendide new town de Bayswater », son plan en squares, crescents et rues était celui qui était devenu traditionnel à l’ouest de Londres. Il ne cherchait pas à rivaliser avec Belgrave Square ou le Portman Estate construit dans le secteur d’Oxford Street une décennie plus tôt. Destiné à une classe moyenne prospère et en plein développement, il trouva durablement son marché.

56Bayswater ne serait certainement pas considéré comme « town » aujourd’hui, mais l’usage de ce terme pour désigner certains types de divisions urbaines était fréquent aux xviiie et xixe siècles, dans l’East End comme dans le West End. Il était aussi utilisé en combinaison avec les noms de propriétaires fonciers aristocratiques – comme dans « Somers Town » ou « Camden Town » – ou de constructeurs immobiliers – comme dans « Cubitt Town ». Un secteur de Chelsea à l’ouest de Five Fields, qui avait été construit par Henry Hilland dans les années 1770 sur 45 hectares loués sur le domaine de Lord Cadogan, fut appelé « Hans Town » – du nom de Sir Hans Sloane – et sa partie principale devint Sloane Square. Le caractère élégant de Chelsea avait été auparavant relevé par Defoe qui la décrivait en 1728 comme « une town de palais, et qui semble être promise par les nouveaux agrandissements de ses bâtiments à devenir un jour ou l’autre une partie de Londres. Je veux dire Londres dans sa nouvelle définition élargie et si cela doit se produire un jour, quel monstre Londres sera devenue » (Defoe 1769, éd. 1962 : 11). Defoe écrivait aussi : « Les towns adjacentes à Londres sont Kensington, Chelsea, Hammersmith, Fulham, Twickenham, etc., toutes voisines ou riveraines de la Tamise, […] par la beauté de leurs bâtiments [elles] font l’excellence de la rive nord de la rivière. » Ces divisions du début de la période georgienne, en particulier à Chelsea, on conservé leur charme propre, notamment pour l’élite artistique et littéraire, en dépit de toutes les variations de la mode dans la période victorienne. Et la prédiction de Defoe sur l’absorption de Chelsea par Londres s’est finalement réalisée.

Fig. 5. Boundary Street Estate à Bethnal Green (1895). Un exemple précoce de coucil estate : slum clerance et reconstruction par le London County Council.

57À partir de 1835, et surtout vers la fin du xixe siècle, une nouvelle législation tendit à simplifier les structures administratives urbaines. Des lois sanitaires encadrèrent de façon plus stricte la construction de logements (1872 et 1875), autorisèrent les municipalités à entreprendre des opérations de slum clearance (1875), puis à construire des logements pour la classe ouvrière (1889). Un Metropolitan Board of Works fut créé par le Parlement en 1855 avec de larges pouvoirs pour administrer les égouts et la voirie (Gauldie 1974) et constitua dès lors la plus importante des nombreuses autorités chargées des différents aspects de l’administration urbaine de Londres. Le Municipal Corporations and County Councils Act de 1888, qui réformait l’administration des comtés et des zones rurales, mit en place un London County Council (lcc) à qui furent attribuées les compétences des parish vestries et du Metropolitan Board of Works et dont les limites coïncidaient avec celles qu’avait définies le Metropolis Management Act de 1855. En 1899, le gouvernement local de Londres fut à nouveau réformé avec la création des metropolitan borough councils, premières municipalités modernes couvrant uniformément l’ensemble du territoire du comté – à l’exception notable de la City.

58Le lcc devint rapidement l’archétype de la housing authority moderne en entreprenant des opérations de slum clearance à grande échelle et en construisant ce qu’on appelle aujourd’hui council houses et council flats. Des secteurs entiers de Londres furent rasés et reconstruits de cette manière, un exemple notable étant le Boundary Street Estate construit par le LCC à Bethnal Green en 1895 (Tarn 1973) (fig. 5). Ainsi, à partir de la fin du xixe siècle, le mot estate prit, à Londres comme dans le reste du pays, un sens entièrement nouveau aux connotations sociales diamétralement opposées à celles qui lui étaient associées depuis le xviie siècle.

59Au moment où fut créé le London County Council, le contraste entre les secteurs élégants de Londres et les secteurs de slums de l’East End n’avait jamais été si marqué. Dans l’East End comme dans le West End, les propriétaires fonciers décidaient du type de bâtiments à construire, mais la topographie sociale de chaque division urbaine était déterminée par le caractère de ses habitants. Dans les années 1880, Andrew Mearns, dans The Bitter Cry of Outcast London, faisait cette description apocalyptique d’un secteur habité par les ouvriers :

Peu de personnes extérieures peuvent imaginer ce que sont ces pestilentielles rookeries humaines où des dizaines de milliers de gens sont entassés au milieu d’horreurs qui évoquent les navires des négriers. […] Pour s’y rendre, il faut pénétrer dans des courts empestées de gaz empoisonnés et malodorants qui émanent des égouts et des détritus, […] des cours dont beaucoup ne sont jamais visitées par un souffle d’air frais et qui connaissent rarement les vertus d’une goutte d’eau purifiante (Mearns 1883 : 84).

60Les propriétaires construisaient de façon dense sur les propriétés foncières plus petites de l’East End, et celles-ci n’étaient pas protégées contre une densification ultérieure par subdivision des parcelles et bourrage de celles-ci par des constructions insalubres. En revanche, sur les grands domaines aristocratiques du West End, les titulaires des baux fonciers étaient liés par des restrictions concernant la taille et la qualité des maisons qu’ils étaient autorisés à construire, et les vastes espaces libres plantés qui augmentaient la valeur des propriétés étaient protégés par le cahier des charges. Au xixe siècle, ces facteurs contribuèrent à une différenciation sociale croissante de Londres qui conduisit à une ségrégation effective des classes sociales en secteurs nettement définis. Au fil du siècle, ces distinctions devinrent plus subtiles, mais les contemporains n’en avaient qu’une connaissance limitée jusqu’à ce que les enquêtes statistiques de Charles Booth (1889-1903) offrent la première analyse spatiale moderne de l’étendue et de la misère physique et sociale qui caractérisait de nombreux secteurs ouvriers de Londres à l’aube du xxe siècle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aston, Michael & James Bond. 1976. Landscape of Towns. Londres, Dent.

Beames, Thomas. 1855. The Rookeries of London : Past, Present and Prospective. Londres, Thomas Bosworth.

Bird, James. 1964. « The Growth of the Port of London », in John T. Coppock & Hugh C. Prince (éd.), Greater London. Londres, Faber and Faber.

Boswell, James. 1762-1763. Boswell’s London Journal 1762-1763. Édité par Frederick A. Pottle. Londres, Heinemann, 1950.

Campbell, R. 1747. The London Tradesman : Being a Compendious View of All Trades, Professions, Arts […] Now Practised in the Cities of London and Westminster. Londres, édité par T. Gardner. Réédition en fac-similé, Newton Abbot, David and Charles, 1969.

Colquhoun, Patrick. 1800. A Treatise on the Commerce and Police of the River Thames. Londres Joseph Mawman.

Coppock, John T. & Hugh C. Prince (éd.). 1964. Greater London. Londres, Faber and Faber.

Cox, Jane. 1997. London s East End : Life and Traditions. Londres, Phoenix Illustrated.

Cox, Margaret. 1996. Life and Death in Spitalfields, 1700-1850. York, Council for British Archeology.

Daniels, Stephen. 1992. « Victorian Britain, 1837-1900 », in Robin Glasscock (éd.), Historic Landscapes of Britain from the Air. Cambridge, Cambridge University Press.

Davies, John. 1988. Reforming London : The London Government Problem, 1855-1900. Oxford, Clarendon Press.

Defoe, Daniel. 1769. A Tour through the Whole Island of Great Britain. Londres, imprimé pour J. & F. Rivington. Rééd. Londres, Dent, 1963, 2 vol.

Dyos, James & Michael Woolf (éd.). 1973. The Victorian City : Images and Realities. Londres, Routledge and Kegan Paul.

Fielding, Henry. 1751. Enquiry into the Causes of the Late Increase of Robbers. Londres, édité pour A. Miller.

Gauldie, Enid. 1974. Cruel Habitations. Londres, Allen and Unwin.

Harding, Vanessa. 1990. « The Population of London 1550-1700 : A Review of the Published Evidence », London Journal, 15 : 111-128.

Hobhouse, Hermione. 1971. Thomas Cubitt, Master Builder. Londres, Macmillan.

Hobsbawm, Eric J. 1987. « Labour in the Great City », New Left Review, 166 : 39-51.

Hoon, Elizabeth E. 1938. « The Organisation of the Port of London », in The Organisation of the English Customs System, 1696-1786. New York, D. Appleton.

Jackson, William Eric. 1945. Local Government in England and Wales. Harmondsworth, Penguin.

Mearns, Andrew. 1883. The Bitter Cry of Outcast London : An Enquiry into the Condition of the Abject Poor. Londres, Congregational Union. Rééd. Leicester, Leicester University Press, 1990.

Morris, Eleanor Smith. 1997. British Town Planning and Urban Design. Harlow, Addison Wesley Longman.

Olsen, Donald J. 1982. Town Planning in London : The Eighteenth and Nineteenth Centuries. New Haven, Yale University Press.

The Oxford English Dictionary on Historical Principles. 1933. Préparé par William Littel, H.W. Fowler et J. Coulson, revu et édité par C.T. Onions. Oxford, Clarendon Press.

Pepys, Samuel. 1660-1669. The Diary of Samuel Pepys. Édité pat Robert Lathom et William Matthews. Londres, George Bell, 1970-1983, 11 vol.

Pevsner, Nikolaus. 1952. The Buildings of England. London except the Cities of London and Westminster. Harmondsworth, Penguin.

— 1957. The Buildings of England. London : The Cities of London and Westminster. Harmondsworth, Penguin.

Porter, Roy. 1994. London : A Social History. Harmondsworth, Penguin.

Rudé, George. 1971. Hanoverian London, 1714-1808. Londres, Secker and Warburg.

Sheppard, Francis H.W. (éd). 1957. Survey of London. Vol. xxvii Spitalfields and Mile End New Town. Londres, Athlone Press, University of London.

Stow, John. 1598. A Survay of London : Containing the Originall, Antiquity, Increase, Moderne Estate, and Description of that Citie, etc. Edité par C. L. Kingsford. Oxford, Clarendon Press, 1908, 2 vol.

Summerson, John. 1945. Georgian London. Londres, Pleiades Books.

Tait, James. 1936. The Medieval English Borough. Manchester, Manchester University Press.

Tarn, John Nelson. 1973. Five Percent Philanthropy : An Account of Housing in Urban Areas between 1840 and 1914. Cambridge, Cambridge University Press.

Trevelyan, George Macauley. 1955. English Social History. Londres, Arnold.

Webb, Sidney & Beatrice Webb. 1908. English Local Government : The Manor and the Borough. Londres, Frank Cass.

Westmacott, Charles Molloy. 1825-1826. The English Spy : An Original Work, Characteristic, Satirical, and Humorous. Londres, Sherwood, Jones and Co.

Williamson, Tom. 1987. Property and Landscape : A Social History of Land Ownership and the English Countryside. Londres, G. Philip.

Winter, James. 1993. London’s Teeming Streets, 1830-1914. Londres, Routledge.

Wohl, Anthony S.1977. The Eternal Slum : Housing and Social Policy in Victorian London. Londres, Edward Arnold.

Young, Ken & Patricia L. Garside. 1982. Metropolitan London : Politics and Urban Change, 1837-1981. Londres, Edward Arnold.

Notes

1 On rendra area (terme le plus neutre pour désigner une partie ou région de l’espace) par « secteur », parfois par « localité » ; district (plus déterminé et évoquant une notion de limite) par « district » ou « zone » ; precinct (espace défini par des limites précises) par « périmètre » ; quarter (un lieu ou une région habitée, souvent par un groupe particulier) par « quartier » ; neighbourhood (qui implique des rapports de proximité entre habitants) par « voisinage » ; division, qu’utilise l’auteur – souvent avec des guillemets – en référence au titre français du présent ouvrage, sera rendu selon les contextes par « secteur », « section » ou « division ». (NdT.)

2 On a pris le parti de traduire les mesures britanniques en unités métriques. S’agissant souvent d’ordres de grandeur, on arrondira. (NdT.)

3 Quand developer désigne un agent qui fait profession de mettre en valeur des terrains par des aménagements et des constructions et d’en faire commerce (property developer), on le rendra par « constructeur immobilier ». (NdT.)

4 Le terme estate – qu’il s’agisse d’un urban estate ou d’un rural estate – sera traduit par « domaine » lorsqu’il désigne une propriété foncière déterminée et plus ou moins d’un seul tenant. Lorsque estate signifie l’ensemble du patrimoine foncier et immobilier d’une famille aristocratique, il sera traduit par « patrimoine ». On laissera en anglais housing estate (ensemble de logements construits sur un même domaine foncier) et, pour le xxe siècle, council estate (ensemble de logements construit par une autorité municipale) : « domaine » serait alors incongru, « lotissement » techniquement inadéquat et « grand ensemble » anachronique. Estate ne sera pas traduit lorsqu’il entre en combinaison dans un toponyme (même tombé en désuétude) ou pour désigner un patrimoine aristocratique considéré comme institution. (NdT.)

5 Confession chrétienne pratiquant une stricte observance du repos du dimanche. (NdT.)

6 On traduira gentry par « petite noblesse », équivalent adéquat pour la période étudiée ici. Dans une acception plus large et plus actuelle, gentry, gentility, gentrified évoquent le statut d’une couche sociale qui n’appartient pas à la upper class mais prétend s’en rapprocher en se distinguant par ses manières du gros de la middle class. Lorsque ces termes comportent cette connotation, on a pris le parti de les laisser en anglais. (NdT.)

7 Cette forme de production immobilière est décrite par un lexique qui n’a pas toujours d’équivalent en français. Dans la division du travail la plus développée, le ground landlord (propriétaire foncier) consent un long lease (bail foncier, bail emphytéotique) ou building lease (bail à la construction) à un developer (lotisseur, aménageur), tout en conservant le freehold (propriété du sol nu). Le developer assure le lay out des terrains (tracé des voies et division en parcelles) et revend le leasehold (propriété du bail foncier) des parcelles à des lessees ou leaseholders (titulaires du bail foncier) qui s’obligent à édifier des maisons dans certaines conditions fixées par un cahier des charges (covenant) et font à leur tour appel à un contractor (entrepreneur de bâtiment). Les maisons une fois construites pourront être occupées par le leaseholder lui-même ou par des tenants (locataires) de celui-ci. Le freeholder ou ground landlord reçoit du leaseholder une ground rent (loyer foncier) pendant la durée du lease et, au terme de celui-ci, prend possession du terrain et des constructions. Les combinaisons effectives de ces positions sont nombreuses : le ground landlord peut assurer lui-même la fonction de developer, le developer peut être un building contractor, l’entrepreneur de bâtiment peut être un speculative builder (entrepreneur spéculatif) qui ne construit pas sur commande d’un leaseholder mais pour vendre lui-même les maisons, etc. (NdT.)

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Londres et Westminster vers 1630. La ligne continue indique la muraille médiévale de la City et la ligne pointillée (« Outer London, 1643 ») la levée de terre édifiée pour la défense de Londres pendant la guerre civile.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 2. Un secteur caractéristique de la City of London après la reconstruction qui suivit le grand incendie (1666). La ligne sinueuse indique la limite de la paroisse de St. Stephen Coleman et la ligne brisée celle du city ward. Les limites des city wards (unités administratives civiles et électorales relevant de la Corporation of the City of London) ne coïncident qu’accidentellement avec celles des paroisses (unités administratives ecclésiastiques relevant de l’évêque de Londres). La structure des alleys, courts et inns apparaît, ainsi que quelques jardins survivants.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Légende Fig. 3. La structure de Southampton Estate, Bedford Estate et Foundling Estate. Ces estates Jurent construits à Bloomsbury par Burton et Cubitt pour leurs propriétaires fonciers respectif.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1240/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Légende Fig. 4.Schéma des principaux estates du Nord-Ouest de Londres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1240/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 5. Boundary Street Estate à Bethnal Green (1895). Un exemple précoce de coucil estate : slum clerance et reconstruction par le London County Council.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1240/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

Auteur

James Higgins, géographe, University of Birmingham

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable