Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

Introduction

Christian Topalov

Texte intégral

Les divisions de la ville : une approche par les mots

1Les villes sont divisées, partout et depuis longtemps, en parties distinctes et contrastées. Mais c’est rarement de la même façon que découpent et nomment ces parties ceux qui y vivent, ceux qui les administrent et ceux qui les étudient. On pourrait croire que les mots que les uns et les autres utilisent désignent des choses qui sont déjà là : c’est ce qu’implique l’acte de dénomination. Les mots, pourtant, contribuent à la division même de l’espace et à sa qualification. C’est par eux que les locuteurs désignent des lieux, distinguent des parties de la ville, les regroupent, les classent et les ordonnent. Les mots sont des formes d’objectivation de la diversité spatiale et sociale des villes, et des moyens pour s’y mouvoir et en jouer. L’évidence que l’on accorde aujourd’hui à un plan de ville usuel qui distingue les arrondissements par des couleurs, ou à la carte du géographe qui divise le territoire urbain en fonction de la morphologie ou des activités de ses parties, doit être interrogée. Qui y souscrit, dans quelles situations et à la suite de quelles conventions historiquement établies ? Qui la récuse ou la néglige en pratiquant et énonçant au quotidien d’autres dénominations des lieux ou d’autres découpages de l’espace ? L’enquête sur les mots des divisions de la ville vise à recueillir les traces dans les lexiques et leurs usages de la variabilité historique, sociale et situationnelle des façons de partager l’espace urbain.

2L’ouvrage que l’on va lire repose sur un pari : en prenant les mots pour objet, l’on peut mieux comprendre les divisions des villes. On aperçoit, sous l’apparente simplicité des découpages spatiaux de l’administration moderne, les traces d’institutions anciennes, les mises au présent du passé, les revendications spatiales des groupes. Le lecteur est invité à un voyage dans l’espace et dans le temps, dans les langues et dans les disciplines, en parcourant une série de cas, de l’Occident à l’Orient, de l’Afrique aux Amériques, des mises en ordre entreprises au siècle des Lumières aux explosions urbaines les plus contemporaines. L’échelle de l’enquête est toujours une ville singulière – plus rarement une série de villes – et non une langue ou un pays entier, cette méthode permettant d’étudier la dimension locale des situations de création lexicale. Deux points de vue sur le thème sont privilégiés.

3Une première série de questions concerne les formes de classement et de qualification des espaces qui résultent de l’action des institutions. On s’intéresse ici aux noms communs plutôt qu’aux noms propres, aux logiques ou régimes classificatoires dans lesquels s’inscrivent les désignations des parties de la ville. On regarde ces dernières comme un système de catégories plutôt que comme une collection d’unités. On met la focale sur des périodes, qui peuvent être très espacées dans le temps, où sont mises en place les divisions administratives modernes. Celles-ci sont territoriales : elles découpent exhaustivement l’espace en unités dont les limites sont susceptibles d’être représentées par une carte. Cette forme particulière de division de l’espace, relativement récente dans l’histoire, suppose et contribue à instaurer l’homogénéité des territoires et des individus. Elle vient remplacer ou déplacer d’autres divisions spatiales organisées par des institutions qui segmentaient ou hiérarchisaient les populations. L’enquête s’attache particulièrement aux moments de passage d’une division spatiale à base sociale à une division territoriale moderne, aux difficultés de ce processus et à leurs traces dans la langue.

4Un second ensemble de questions concerne les toponymes et leurs usages sociaux. Les noms propres des divers espaces dont une ville singulière se trouve composée ont une histoire, faite d’inventions et de réinterprétations, de négociations entre les parlers communs et les désignations officielles. Ces noms sont chargés de significations et de connotations qui peuvent être observées dans des corpus oraux ou écrits. Leurs origines et modes de formation, leurs contenus sémantiques, les formes dans lesquelles ils se présentent à l’observation ou sont susceptibles d’être représentés – comme la carte, la liste, l’opposition binaire ou la désignation singulière – offrent autant de directions pour la réflexion. En outre, les toponymes s’offrent comme des ressources diversement utilisées. Les parties de la ville peuvent être nommées à des échelles et à l’aide de noms différents selon le locuteur, sa position dans l’espace, l’identité dont il se réclame, le contexte d’interlocution : l’enquête sociolinguistique vient ici compléter l’enquête historique.

5Chaque étude de cas prend généralement en compte les deux dimensions d’analyse que l’on vient de distinguer tout en mettant l’accent sur l’une d’elles. D’où le choix d’organiser l’ouvrage par grandes catégories de situations historiques plutôt que par thèmes. La variété des villes étudiées permet de mettre en lumière et d’explorer la diversité des formes de la division sociale de l’espace qui précédaient les divisions territoriales modernes et qui, souvent, coexistent encore avec celles-ci. Elle permet aussi d’observer la diversité des registres de langue dans lesquels s’opèrent les divisions de la ville et le poids des disputes qui portent sur les mots. Les modalités de l’enquête sont diverses, du travail sur archives au recueil d’énoncés oraux, et entraînent nécessairement des différences d’accent. L’attention aux usages communs est néanmoins présente chez les auteurs qui privilégient les sources administratives et l’étude des périodes anciennes est parfois prolongée vers le présent par des approches d’inspiration anthropologique ou sociologique. De la même façon, ceux qui pratiquent l’enquête de terrain ne laissent pas de côté les vocabulaires du registre bureaucratique.

6Une première partie du livre s’arrête sur divers cas de passage des « anciens régimes » à la modernité territoriale, en privilégiant l’époque des Lumières. Celle-ci apparaît comme cruciale dans l’évolution des lexiques administratifs italiens, qui sont analysés depuis la Renaissance jusqu’à l’Unité, et même au-delà (Brigitte Marin). L’étude détaillée de Livourne s’attache particulièrement aux réformes du xviiie siècle, qui se révèlent tout aussi décisives qu’elles le furent à Naples ou à Rome (Samuel Fettah). Le cas de Mexico, examiné du xviie au début du xixe siècle, permet aussi d’observer le tournant des Lumières, qui inaugure ce que l’Indépendance conclura (Andrés Lira). L’étude de Londres porte sur la longue période, depuis la Réforme jusqu’à l’avènement, à fin du xixe siècle, d’une autorité municipale, l’accent étant placé sur les formes urbaines et le vocabulaire qui les énonce (James Higgins).

7La deuxième partie envisage une série de situations où le choc des impérialismes occidentaux vient, au xixe siècle ou au début du xxe, imposer ou surimposer une nouvelle administration territoriale aux anciennes divisions de l’espace urbain. Les réformes interviennent parfois dans une situation coloniale, comme à Bombay (Preeti Chopra) ou Kairouan (Mohamed Kerrou), parfois dans le cadre de modernisations soumises à la pression de l’Occident, comme à Tokyo (Yorifusa Ishida) ou Shanghai (Christian Henriot et Zheng Zu’an). On observe le contraste entre les découpages urbains liés aux institutions et usages autochtones et les logiques des administrations coloniales ou modernisatrices. On aperçoit aussi dans quelles étroites limites les nouvelles divisions de la ville et leurs lexiques, pourtant repris par les autorités après les indépendances ou renaissances nationales, parviennent à entrer dans les usages des citadins.

8La troisième partie, enfin, s’attache aux modernisations contemporaines, souvent dans des situations d’explosion urbaine. A São Paulo dans le premier xxe siècle (Margareth da Silva Pereira), à Abidjan dans le second (François Leimdorfer et al.), la ville s’étend brusquement et divers acteurs entrent en concurrence pour donner des noms aux nouveaux espaces ainsi apparus, les toponymes signalant souvent des classements sociaux en cours de redéfinition. Les cas d’Oussouye (Marie-Louise Moreau) et de Fès (M’hammed Idrissi Janati) mettent en lumière la faible prégnance des divisions administratives et l’apparente solidité des divisions spatiales anciennes, supports d’identités sociales elles-mêmes constamment renégociées.

9Cet ouvrage a été écrit par une vingtaine d’auteurs d’une dizaine de nationalités différentes, qui ont accepté de jouer, pour l’occasion, une partie commune : celle de s’intéresser de plus près aux mots de la ville. Mais leur travail s’inscrit habituellement dans des conversations scientifiques distinctes et les différences entre leurs questionnements, leurs méthodes d’enquête, les genres auxquels appartiennent leurs textes apparaîtront bientôt. Les comparaisons auxquelles ce livre invite sont donc assez complexes. Ce ne sont pas simplement des villes qui sont offertes à la réflexion, mais des strates de mots posés sur elles : des traditions disciplinaires et nationales, des décalages entre langues.

10S’agissant d’un livre qui porte sur les mots, cette dernière question ne peut être esquivée. Les chapitres qui le composent ont été écrits en français, en anglais ou en espagnol, souvent pour traiter d’une autre langue que celle dans laquelle ils ont été écrits. Dissimulée sous l’apparente uniformité de la langue de publication, la question de la traduction est donc omniprésente.

11Dans des travaux d’histoire urbaine ou d’histoire sociale plus traditionnels, ce problème est généralement résolu d’une façon simple : après avoir décrit la chose que désigne le mot inconnu du lecteur, l’auteur adopte un parti de traduction en prenant les précautions nécessaires lorsque l’équivalence n’est qu’approximative – ce qui est toujours le cas en matière d’institutions et, particulièrement, de découpages de l’espace. Parfois, il se tient constamment à sa solution, parfois, observant que le mot change de sens selon les contextes d’usage, il fait varier la traduction au fil des analyses. Consulter des ouvrages traitant des mêmes sujets en anglais, en allemand ou en espagnol est édifiant : les équivalents adoptés dans ces langues sont souvent plus éloignés encore de la traduction française que ne l’était de celle-ci le mot de la langue originale – bien que l’anglais, du fait de son hégémonie dans le commerce international de nos disciplines, joue un tôle très particulier dans la fixation des langues savantes.

12Un usage prudent de la traduction est néanmoins raisonnable lorsqu’il s’agit de faire comprendre au lecteur des situations éloignées de celles qui lui sont familières. Mais dans un livre comme celui-ci où l’attention est portée aux mots eux-mêmes et à leurs variations sémantiques au cours du temps et selon les registres de langue, il fallait s’interdire une telle option. La première raison, la plus forte, est que traduire suppose une stabilité de la signification du mot dans la langue originelle, ce qu’il s’agit précisément de mettre à l’épreuve. La seconde, plus attendue, est que cela suppose en outre une correspondance suffisante du mot étudié avec un mot du français. Il faudrait ajouter : du français tel que le lecteur l’entend, c’est-à-dire du français d’aujourd’hui. Or, dans certains cas, la variabilité n’est pas moindre dans la langue de traduction que dans la langue traduite, situation intéressante qui ne doit pas être effacée.

13Le parti général a donc été de ne pas traduire les mots sur lesquels porte l’analyse. Il en coûtera au lecteur un peu d’inconfort mais, au moins, les questions que nous souhaitons poser restent ainsi constamment présentes dans la matérialité même du texte qu’il aura sous les yeux. Les mots étudiés seront donc toujours donnés dans leur langue d’origine, en italique s’il s’agit d’un nom commun, en romain s’il s’agit d’un toponyme ou du nom d’une institution singulière. Ils seront ainsi clairement distingués des mots utilisés pat les auteurs dans leur commentaire. L’austérité d’un tel dispositif a été toutefois tempérée par la mention d’équivalents français possibles, toujours précédés ou suivis du mot dans sa langue originale.

14Dans certains chapitres, les auteurs ont été attentifs à la variabilité au cours du temps des solutions de traduction vers le français ou vers l’anglais, travaillant ainsi sur un double glissement sémantique. Leurs analyses nous placent devant des situations analogues dans leur forme avec celle où nous nous trouvons en publiant ce livre. La traduction devient alors autre chose que le médium de la transmission des significations. Elle apparaît pour ce qu’elle est à nos yeux : une solution qui est en elle-même un problème, bref comme une matière de l’analyse historique.

Auteur

Christian Topalov, sociologue, École des hautes études en sciences sociales, Paris et Cultures et sociétés urbaines (CNRS), Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable