Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pandanus rouge

 | 
Pascale Bonnemère

Chapitre II. L’organisation sociale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

LES UNITÉS SOCIALES, LA TERRE, LA RÉSIDENCE

Clans, lignages, groupes locaux

En 1990, l’ensemble de la population actuelle des trois vallées ankave se répartissait en vingt-neuf clans dont quatre étaient des clans de groupes linguistiques voisins (Iqwaye et Kamea), représentés par des femmes mariées à des hommes ankave ou bien par des enfants de femmes ankave mariées à l’extérieur, qui, une fois veuves, sont revenues vivre dans leur groupe d’origine. Tous ces clans sont démographiquement très inégaux et plusieurs d’entre eux sont même en voie d’extinction1. Le clan le plus important est celui des IdƷadƷe qui regroupe jusqu’à 50 % de la population dans la vallée de la ʃuowi. C’est d’ailleurs le seul à être subdivisé en lignages qui, bien que non nommés, sont clairement opératoires en matière d’exogamie et d’attribution des portions du territoire. En fait, la nature des unités exogames varie selon les clans. Les IdƷadƷe sont les seuls à se marier régulièrement entre eux (voir pp. 79 et ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540