Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

#info

 | 
Arnaud Mercier
, 
Nathalie Pignard-Cheynel

Première partie. Tactiques de partage d’informations

Chapitre 5. Facebook pour s’informer ?
Actualité et usages de la plateforme par les jeunes

Arnaud Mercier, Alan Ouakrat et Nathalie Pignard-Cheynel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour une grande partie de la population française, Facebook est devenu un lieu central des activités culturelles, informationnelles et communicationnelles sur Internet. Au premier trimestre 2017, d’après les chiffres communiqués par Facebook1, il y aurait eu 33 millions d’utilisateurs actifs mensuels en France dont 26 millions sur mobile (et 22 millions d’utilisateurs actifs quotidiens). Le succès de la plateforme encourage les organisations culturelles et médiatiques à l’investir pour y promouvoir et y véhiculer les contenus qu’elles produisent. En lançant le service Instant Articles, pour accélérer notamment le temps de chargement des contenus médiatiques sur mobile tout en maintenant l’utilisateur sur le réseau social, la plateforme marque sa volonté stratégique de contribuer à jouer un rôle de pourvoyeur d’informations2. Pourtant Facebook, comme d’autres infomédiaires tel Google, refuse de prendre part à l’activité (risquée et coûteuse) de production originale de contenus et sou...

Auteurs

Arnaud MERCIER est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Institut français de presse (université Panthéon-Assas – Paris 2), et chercheur associé au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476). Il travaille sur les mutations du journalisme, la communication politique et les réseaux socionumériques. Il a dirigé récemment l’ouvrage : La communication politique (nouv. éd. revue et augmentée, Paris, CNRS Éditions, 2017).

Alan OUAKRAT est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Institut de la communication et des médias de l’université Sorbonne-Nouvelle – Paris 3. Il mène des recherches au sein de l’équipe Institut de recherche médias, cultures, communication et numérique (IRMECCEN, EA 1484) sur la publicité, la socio-économie des médias et la communication numérique. Ses dernières publications portent sur les métriques de l’audience dans les rédaction web (Études digitales, 2017) et la médiatisation du réchauffement climatique (Reuters Institute for the Study of Journalism, 2017).

Nathalie PIGNARD-CHEYNEL est professeure-assistante en journalisme numérique à l’Académie du journalisme et des médias (université de Neuchâtel), et chercheuse associée au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476). Elle travaille sur les mutations numériques des pratiques journalistiques : usages des réseaux socionumériques et des supports mobiles, nouveaux formats d’écriture et participation des internautes. Elle a codirigé, avec Pierre Morelli et Didier Baltazart : Publics et TIC. Confrontations conceptuelles et recherches empiriques (Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Questions de communication – série Actes ; 31 », 2015).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540