Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique des micro-décisions

 | 
Florian Sprenger

Conclusion. Vers une politique des réseaux basée sur les interruptions

Texte intégral

1L’objectif du contrôle des réseaux numériques sur le modèle de Paul Baran, à savoir à travers des décisions, est de résoudre des problèmes techniques concrets. Ce contrôle émerge à un moment historique déterminé et peut servir divers buts. Les micro-décisions ne sont ni bonnes ni mauvaises en soi. Cependant, pour le fonctionnement d’un réseau numérique, elles sont indispensables. C’est pourquoi il est important de les protéger contre toute appropriation et de connaître les contextes historiques où elles sont devenues plausibles afin de maintenir intact le potentiel de leur particularité. Si nous parvenions à développer une politique des réseaux qui allierait cette perspective historique aux événements présents, si la politique des réseaux avait conscience de l’histoire de l’architecture d’Internet et de son lien avec les débats actuels sur la neutralité et la surveillance des réseaux, un retour aux débuts pourrait nous ouvrir de nouvelles perspectives d’avenir. Nous constaterions que les décisions, bien que nécessaires, ne doivent pas toujours être prises en amont d’une transmission donnée ; qu’il ne peut y avoir transmission sans exercice du pouvoir, mais que les réseaux permettent la distribution du pouvoir ; et que, même s’il est impossible que le trafic existe sans contrôle, il précède toujours le contrôle en question. Ce type de politique des réseaux permettrait, en réponse au déluge de connexions auquel nous faisons face au quotidien, de garder un espace pour les déconnexions et de tracer les limites qui séparent le contrôle de la surveillance.

2En guise de conclusion, je devrais à nouveau me pencher sur les connexions et les déconnexions qui résultent de ces décisions. Dans cet essai, je me suis concentré sur certains moments et lieux où ont émergé les conditions des micro-décisions au moyen du principe du protocole. Nous pourrions ajouter l’établissement du protocole X.25 pour les réseaux téléphoniques, le développement d’Arpanet et le réseau français connu sous le nom de Cyclades, les nombreuses étapes de l’implémentation de TCP/IP et le développement actuel de l’Internet des objets, qui permet de contrôler notre environnement. Ces exemples ont en commun le fait qu’il n’y a pas uniquement des endroits et des moments où les standards des micro-décisions seraient déterminés institutionnellement ; en revanche, ils ont leurs endroits dans le réseau et obéissent à une temporalité à part entière. Les décisions sont prises à ces endroits pour que les choses puissent se faire indépendamment dans cette temporalité. On peut aborder ces endroits et ces moments à travers une perspective d’archéologie des médias, qui ne saurait être envisagée indépendamment de ses implications en termes de politique des réseaux.

3Compte tenu de leurs effets, les modes d’exploitation de réseaux techniques et de leurs médias doivent être avant tout appréhendés du point de vue de la façon dont ils utilisent la synchronisation pour traiter les différences. Les transmissions de données numériques dans des réseaux distribués ou sans échelle, de la navigation à l’Internet des objets en passant par le High-Frequency-Trading, sont efficaces parce qu’elles opèrent certes à la vitesse maximale, mais avec des interruptions permanentes. Compte tenu de l’histoire de ces réseaux, on peut même affirmer qu’ils ne sont possibles que parce que leur transmission n’est pas et ne peut pas être instantanée. Un flux annule toutes les différences, y compris la séparation qui est la condition sine qua non des médias. La dissimulation ou l’occultation de l’interruption, dont il existe des preuves dans divers contextes historiques, a des conséquences techniques et théoriques ainsi qu’un impact politique. Si on conçoit la transmission en termes de dépassement de la distance, comme dans le concept de Manuel Castells (1998 : 379) d’« anéantissement de l’espace et du temps par des moyens électroniques », nous perdrons de vue, à la façon de l’utilisateur dupé dont nous parle P. Baran, les modes opérationnels des réseaux numériques et par conséquent les enjeux politiques de la connexion et de la déconnexion. Ce qui semble nous parvenir à l’écran sous la forme d’un flux continu n’est en fait qu’une série d’explosion d’informations. Pour chaque explosion, des décisions sont prises, chacune comportant des implications politiques. Elles déterminent qui est connecté et qui est déconnecté. Si les données formaient un flux, la transmission serait instantanée et il n’y aurait aucune décision parce qu’elles n’auraient ni temps ni espace. La décision serait toujours déjà prise et ne pourrait pas être modifiée. En d’autres termes : les théories de l’immédiateté invitent à l’impuissance. En occultant les moments et les lieux où sont prises les décisions, nous risquerions de perdre de vue la possibilité de décrire ces processus de transformation des standards techniques et des modes de distribution par les flux interrompus. Ils déterminent qui est connecté avec qui et qui est déconnecté de qui. Pour que les flux produisent des remous, nous devons leur faire barrage.

4Le but ultime de l’économie de la communication de P. Baran n’est pas d’éviter les coûts élevés engendrés par les canaux ou les nœuds non utilisés en raison des pauses et des moments creux entre les transmissions. Le problème des nœuds surchargés n’existait pas au début des années 1960. À la lumière des excédents de capacité à l’époque, la neutralité et la priorisation n’étaient pas à l’ordre du jour. L’intégration sur un plan technique d’une sorte de neutralité qui doit tout d’abord servir à la compatibilité du matériel, des applications et des contenus, ne semblait guère être un acte politique. Cependant, aujourd’hui, les choses ont changé : la priorisation et la surcharge ne sont plus des problèmes uniquement techniques, mais aussi sociaux et politiques. On constate néanmoins que les solutions techniques des années 1960, trouvées dans un autre contexte, restent efficaces de nos jours. Le modèle de P. Baran fournit par conséquent le cadre qui nous permet de réfléchir sur la nécessité de la gestion de la bande passante et sur le statut politique des micro-décisions. Cependant, en 1964, ces dernières étaient déjà inscrites dans l’architecture des réseaux et représentaient également des décisions politiques. Il en a toujours été ainsi, même si, en 1964, elles étaient prises de façon non discriminatoire, ce qui donnait l’impression d’un dispositif démocratique jusqu’à ce que les réseaux commencent à être surchargés. Avant cela, elles n’accordaient la priorité à personne. Le succès qu’il a rencontré depuis les années 1990 a conduit à politiser Internet non seulement dans le sens habituel du terme, à savoir par l’existence de forums de discussion, d’interventions et d’organisations, mais aussi en faisant de cette infrastructure un élément central de la formation de nouveaux tissus sociaux dans le monde entier. Les relations sociales et la technique sont alors devenues fortement imbriquées sans que l’une de ces dimensions ne précède l’autre. La remise en question de cette infrastructure, voire de sa fonctionnalité, rend inévitable les répercussions sur la constitution de la sphère sociale.

5Ces observations ont de nombreuses conséquences sur la politique des réseaux basée sur les interruptions et sur la résistance contre les décisions. Le processus de décision en soi ne peut pas être rejeté car cela signifierait un rejet de l’objet des décisions, à savoir la transmission des données dans les réseaux numériques. Il est impossible de négocier le fait que des décisions sont prises car cela reviendrait à démanteler le fondement de l’objet même de la négociation. La difficulté de trouver une perspective d’opposition tient au fait que ces décisions permettent ce pour quoi nous luttons. L’abolition des micro-décisions signifierait la fin d’Internet. Dans ce contexte, il est difficile d’adopter une position claire. En revanche, nous disposons d’une stratégie discursive, adoptée par le Chaos Computer Club et la Electronic Frontier Foundation, qui responsabilise les utilisateurs des cultures numériques et offre des cours d’auto-défense : d’un côté cette stratégie implique l’extension des débats sociaux et une exigence de transparence pour les fournisseurs ; de l’autre, elle implique également de former les personnes aux processus de cryptage et aux techniques afin d’opposer la non-transparence de l’anonymat à l’obligation de transparence.

  • 1 Même dans l’ouvrage d’A. Galloway, il est question de transmission instantanée : « Tout comme Marx (...)
  • 2 Dans des conditions numériques, l’analyse du discours pourrait être appliquée – et j’ai cru compren (...)

6Ce pragmatisme accepte les données techniques afin de les améliorer et de contrer la perte de contrôle que le blogueur Michael Seemann (2014) a décrite comme étant la conséquence de la connectivité numérique. À un autre niveau, il a recourt au type d’analyse qu’Alexander Galloway et Eugene Thacker (2007) ont effectué dans leur livre The Exploit1. Leur objectif est d’étudier les protocoles et les standards des réseaux qui régulent le devenir des données temporisées et déterminent qui peut être connecté avec qui et ce qui peut être dit et fait, ou non2. A. Galloway et E. Thacker veulent mobiliser ces forces : « Dans les réseaux protocologiques, les actes politiques se déroulent généralement non pas en déplaçant la puissance d’un endroit à un autre, mais en exploitant les différentiels de puissance qui existent déjà dans le système » (Galloway 2004 : 81). Dans le langage des pirates, un exploit est un des endroits où les forces en présence sont utilisées à d’autres fins. Pour arriver à ces endroits et utiliser des dynamiques immanentes au système, dans une tactique à la fois indirecte et réactive au moment présent, il est nécessaire de connaître la structure de ce qu’on souhaite modifier, et ce dans les couches les plus profondes. Ce n’est qu’en maîtrisant les règles que nous pouvons agir comme opérateurs à même de contourner, d’affirmer ou de modifier ces règles. Il ne s’agit pas de contrôler qui a accès à quelles données. Ces tentatives de maintien d’une souveraineté qui relie le contrôle à un sujet sont vaines. Qui doit savoir qui a accès à quelles données ? Les conditions d’une telle souveraineté ont changé de façon si radicale qu’il est temps de réexaminer leurs bases technologiques. Personne n’a le contrôle dans les réseaux numériques parce que les réseaux numériques émergent du contrôle de leur distribution, au niveau des décisions prises à leurs nœuds.

7Une telle politique devrait commencer au niveau des micro-décisions, à savoir aux lieux et aux moments où se produisent les interruptions : aux lieux parce qu’ils sont des nœuds dans le réseau et donc des lacunes de connexions directes ; aux moments parce que les décisions prennent du temps et ne sont jamais aussi rapides qu’on le voudrait, bien que la durée soit la condition de leur existence. Elles sont ce que Edward Snowden a appelé les « one-stop-shops » (Mestmacher-Steiner 2014) : à cet endroit, plusieurs choses peuvent être effectuées en une seule étape, en peu de temps et à un seul endroit. Il n’est pas nécessaire de surveiller chaque appareil. Les nœuds suffisent. Une politique des réseaux alternative s’organiserait autour des interruptions, des temporisations, des retards et des différences. Au-delà des exploits, que A. Galloway et E. Thacker ont défini comme des points faibles dans les systèmes de puissance capables d’être modulés, une politique de réseau alternative devrait non seulement faire des interruptions son mode opérationnel, mais aussi comprendre les interruptions comme étant de la communication. L’interruption est le mode opérationnel primaire de chaque réseau. Parce qu’il y a interruption, il y a transmission.

8En guise de conclusion, je propose que nous nous donnions comme objectif la recherche de formes alternatives d’organisation dont le but ne serait plus de produire des connexions immédiates, mais qui seraient au contraire fondées sur les interruptions, lesquelles sont inévitables, et sur l’incidence des connexions. Un tel collectif devrait comprendre ses propres déconnexions – l’interruption de ses connexions – non pas comme une menace à être combattue, mais plutôt comme un avantage par rapport à ceux qui nécessitent la connexion pour ensuite la perdre pour cause d’interruption. Non seulement des connexions sont établies, mais aussi des séparations-déconnexions. Les interruptions pourraient par conséquent aboutir à un mode organisationnel basé sur la désorganisation. Une « organisation de la désorganisation », pour reprendre la revendication du théoricien social Rodrigo Nunes (2014), pourrait être appréhendée comme une affirmation de l’interruption qui aurait conscience du fait que des décisions sont prises sur ses connexions, que le contrôle est inévitable, mais que ce contrôle peut être contourné. Parallèlement, de nouvelles architectures de réseau telles que la RINA (Recursive InterNetwork Architecture) pourraient ouvrir des possibilités pour modifier les problèmes de l’architecture actuelle dont nous avons parlé dans cet essai tout en restant fidèle aux principes fondamentaux (Day 2008).

9En d’autres termes : à l’ère post-Snowden, la différence entre le contrôle et la surveillance dans les réseaux numériques est devenue plus évidente, ainsi que la nécessité de contrôler le contrôle et de contourner la surveillance. La condition de ce procédé est technique, à savoir l’absence d’instance centrale décisionnelle et l’application locale du mode protocolaire du pouvoir à chaque nœud (Galloway 2004 : 82). L’architecture donne au politique un statut précaire dans les réseaux : changer le protocole signifie agir au niveau des conditions de sa propre action. Compte tenu de la masse des décisions, contrôler l’application du protocole n’est possible qu’avec d’autres protocoles. Identifier les micro-décisions comme des décisions, écrire leur histoire et reconnaître leurs lieux et leurs moments signifie certes d’en faire la critique, mais concrètement, cela ne change rien. Cela permet cependant de donner une base solide à la tâche laborieuse qu’est la politique des réseaux, telle qu’elle est menée dans les débats publics sur la neutralité des réseaux.

10Dans cet essai, j’ai analysé les techniques culturelles de la synchronisation (Kassung & Macho, 2012) qui permettent la simultanéité de la communication et par conséquent mis en place quelques éléments d’une archéologie du temps réel ainsi que d’une généalogie de ses fantasmes. À travers leurs imbrications, ces perspectives nous montrent que l’histoire des médias et celle de l’immédiateté sont étroitement liées. D’autre part, elles montrent à quel point les micro-décisions de la transmission sont ancrées dans la « condition technique » (Hörl 2011) de notre époque. Telles sont les bases de l’évolution de la neutralité des réseaux et des conséquences politiques des révélations de la NSA. Malgré notre obsession apparente avec notre époque contemporaine, nous avons besoin de leçons d’histoire pour rester responsables dans notre approche des cultures numériques.

11En résumé, la question est de savoir si nous souhaitons vivre dans un monde qui semble fluide parce que chaque décision aurait été prise à l’avance, de façon opaque, alors que nous n’avons pas accès aux interruptions et aux décisions permanentes prises en coulisse, ou si nous souhaitons vivre dans un monde qui ne sera jamais présent à lui-même et où, malgré l’absence d’immédiateté, chaque décision à chaque nœud peut être modifiée et reste ouverte à de nouvelles possibilités. Nous ne pouvons pas faire l’économie de cette réflexion car nous sommes déjà pris dans son réseau. En revanche, nous pouvons utiliser la puissance de l’interruption. L’état d’exception, qui consiste en une durée permanente de la décision, elle-même non interrompue, peut être suspendu si les décisions peuvent être identifiées comme des décisions individuelles parce que nous aurions connaissance de leur contexte spatio-temporel. Lorsque la décision devient normale et un acte tout à fait quotidien, alors, comme l’a suggéré Giorgio Agamben en 2014, l’idée de crise, laquelle a toujours désigné un moment de la prise de décision, perdra son indice temporel et deviendra une chose tout à fait normale. Elle sera alors sans interruption et lisse. Dans ce sens-là, les cultures numériques devraient être des cultures de crises (Chun 2011).

12Il se peut qu’un autre défi, encore plus grand, nous attende ailleurs : les micro-décisions sont prises par des machines pour des machines sur des données. Bien que nous puissions encore identifier des décisions individuelles, nous aurons toujours une longueur de retard parce que leur nombre et leur vitesse dépassent nos capacités. Si les machines ne communiquent qu’avec les machines et si les personnes ne sont que des accessoires aux extrémités des nœuds, si les intérêts du pouvoir ne servent que des machines encore plus nouvelles et précises et si les décisions ne sont prises par personne, cela pourrait déplacer le problème. Il se peut alors que les langages utilisés habituellement pour décrire la réalité, les concepts d’homme et de machine, de création, de travail et d’activité deviennent trop imprécis pour appréhender la situation et identifier les auteurs de la surveillance. Peut-être ne suffisent-ils plus pour comprendre les machines, qui ni ne rendent les êtres humains superflus, ni ne sont conçues selon notre modèle. Dans ce contexte, comment définir le contrôle et la surveillance ? C’est sur cette interrogation que je conclus cet essai.

Notes

1 Même dans l’ouvrage d’A. Galloway, il est question de transmission instantanée : « Tout comme Marx est descendu dans la structure interne de la matière première pour interpréter ses rouages dans le contexte de la production dans son ensemble, je dois descendre dans les réseaux distribués, les langages de programmation, les protocoles informatiques et les autres technologies numériques qui ont transformé la production au xxie siècle en une masse vitale de flux immatériel et de transactions instantanées » (Galloway 2004 : 20). Là aussi, l’idée de « cohérence dans la contradiction » est évidente dans le sens où A. Galloway démontre le contraire de ce que la métaphore implique.

2 Dans des conditions numériques, l’analyse du discours pourrait être appliquée – et j’ai cru comprendre que cette nouvelle orientation est désormais évidente – non seulement au niveau des archives, mais aussi au niveau des micro-décisions, des protocoles ou des algorithmes. Comme les instruments traditionnels du pouvoir, ils déterminent également ce qui peut être dit et vu. La prochaine étape pourrait consister à reformuler les méthodes de l’analyse du discours et de l’archéologie des médias à ce niveau afin de rester en phase avec les évolutions techniques. En d’autres termes, l’objectif serait d’analyser ce que les réseaux ont permis ou non au moyen des connexions et des séparations.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter