Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique des micro-décisions

 | 
Florian Sprenger

Chapitre 2. Un flux lisse : Packet Switching et l’instantanéité de la transmission

Texte intégral

1Bien que la portée de son influence a fait l’objet de nombreuses controverses, l’article de Paul Baran de 1964, « On distributed communications networks », peut être considéré comme un des principaux travaux sur la théorie des réseaux à avoir anticipé Internet. Le modèle développé par P. Baran pour l’architecture des réseaux est à l’origine de la structure de pouvoir dans laquelle les micro-décisions sont prises sur la base des protocoles. Ces conditions techniques de la distribution numérique ont donné lieu à une nouvelle politique des réseaux, restée inchangée depuis. Nous sommes alors passés de l’écoute ciblée de connexions individuelles à la surveillance diffuse de toutes les connexions, chose qui distingue les pratiques de la NSA des précédents services de renseignement. Pourvu des conditions techniques qui permettent des transmissions neutres basées sur des décisions prises aux nœuds d’un réseau, le modèle de P. Baran contient également la possibilité de défaire cette même neutralité.

  • 1 Voir Barabási & Bonabeau (2003). À l’aide de la description de réseaux sans échelle où de nombreux (...)
  • 2 Dans diverses publications, Wolfgang Ernst a présenté des arguments similaires sur les médias basés (...)

2Les réseaux construits plus tard et Internet diffèrent des machines de P. Baran, qui n’existaient que sur le papier. Au lieu d’être distribuées, ses machines sont sans échelle ; leurs nœuds individuels fonctionnent comme des hubs et ils sont capables de traiter un très grand nombre de connexions1. Ce n’est pas avant les années 1970 que quelques idées de P. Baran ont été adoptées, après quelques détours, dans le cadre de la construction de l’Advanced Research Projects Agency Network (Arpanet), suite à la décision définitive de l’armée et de la société de télécommunications AT&T d’engager la transition de la transmission analogique à la transmission numérique (Brand 2003). Néanmoins, son texte présentait une toute nouvelle approche des aspects techniques de la transmission dans des conditions de temps critiques et des synchronisations micro-temporelles des informations sur les réseaux2. Il démontre avec la plus grande clarté que le succès des réseaux dépend inévitablement des micro-décisions prises pendant une transmission. P. Baran situa ces micro-décisions au milieu du processus de transmission et donna des instructions sur la façon dont elles doivent être prises. Son modèle permet d’observer dans quelle mesure une théorie de la communication peut être exposée à des modalités, des économies et des contradictions. Il permet également d’identifier les obstacles théoriques et historiques qui ont été contournés avant une mise en œuvre technique. Ces obstacles sont principalement des contraintes temporelles ; ils sont théoriques et techniques, axés sur les temps propres et les micro-temporalités des réseaux et sur le désir naturel de dépasser ces limites temporelles, à savoir un désir de transmission immédiat.

3Le paradoxe de transmissions à la fois limitées dans le temps et intemporelles se résume en deux métaphores : l’« explosion » et le « flux ». Le fonctionnement idéal d’un réseau de communications électronique serait un flux fiable, continu et ininterrompu. Cependant, ces transmissions peuvent également être traduites comme des « explosions d’information » (Abbate 1999 : 19), comme des livraisons de paquets qui sont constamment interrompues pendant l’acheminement, avec une perte de temps à chaque nœud. Parallèlement aux explosions, nous maintenons l’image du flux, qui doit être identique à tout endroit. Il ne faut pas confondre ces métaphores avec les détails techniques des fréquences et des oscillations dans les câbles ou dans les ondes. Elles appartiennent plutôt à une dynamique historique qui, comme j’aimerais le démontrer, remonte aux sciences du xviiie siècle qui avait pour objet l’électricité et refait surface dans le modèle de Paul Baran. La discussion suivante est une tentative de compréhension des deux modes d’explosion et de flux comme articulation d’une approche très ancienne de la temporalité des médias techniques. D’un point de vue politique, ces deux modes ont des conséquences opposées, chose essentielle pour notre perspective des réseaux contemporains : si tout devait être connecté à toute chose, nos actions potentielles changeraient radicalement, ce qui ne serait certainement pas en notre faveur. En effet, si la communication immédiate était la règle, toutes les décisions seraient déjà prises d’avance, il n’y aurait aucune place et pas une seule seconde pour les interruptions, et donc aucune possibilité d’intervenir sur la communication.

4L’argument mis en avant dans ce chapitre se situe à deux niveaux différents. D’une part, je me pencherai sur les aspects techniques du modèle de P. Baran du point de vue de sa temporalité et de la capacité de transmission ; d’autre part, je ferai un rapprochement avec l’histoire de l’immédiateté telle qu’elle a émergé dans la recherche sur l’électricité, avant de refaire surface dans le texte de P. Baran. En associant (dans un registre très différent de celui du chapitre précédent) des perspectives sur l’ingénierie, la technologie, la communication et l’histoire des sciences, j’espère faire ressortir les hypothèses qui ont été formulées sur la temporalité dans ces contextes. Ces hypothèses s’avèreront fondamentales pour la politique des réseaux, la critique de cette politique et pour notre conception des médias. C’est du point de vue de la temporalité que les micro-décisions ont toute leur importance, tout comme le danger qu’elles soient cachées et invisibles. Mon objectif est de souligner ce que Jacques Derrida a appelé la « cohérence dans la contradiction qui exprime la force d’un désir » (Derrida 1976 : 423). Dans ce cas, la cohérence de la contradiction entre l’explosion et les flux accompagne l’histoire des médias. Elle est profondément ancrée dans la condition technologique contemporaine. Une telle « cohérence dans la contradiction » ne devrait pas être considérée comme une solution car elle n’est ni juste ni fausse. Cependant, elle exerce une sorte d’influence subliminale sur l’économie du texte et de l’imaginaire politique de P. Baran. Suivre ces pistes revient à suivre la dimension fantasmatique des médias techniques et de leur influence culturelle.

  • 3 Pour des informations sur l’archéologie en général, voir Parikka (2012).

5C’est en cela que les réflexions suivantes peuvent être comprises comme des approches vers une archéologie des infrastructures techniques contemporaines. Elles sont censées compléter les perspectives du chapitre précédent, axées sur la situation actuelle3. Les infrastructures ne sont pas de simples outils ou moyens de production. Elles ont une dimension politique car des micro-décisions y sont prises en réponse aux questions suivantes : Qui peut communiquer ? Qu’est-ce qui peut être communiqué et quels sont les contenus non autorisés ? Qui est connecté et qui est exclus ? Nous ne devrions pas laisser ces questions aux ingénieurs, voire même aux responsables politiques (dont le jugement est basé sur l’expertise des ingénieurs). Dans une certaine mesure, nous devrions devenir ingénieur ou au moins lire ce que ces derniers ont écrit et défaire leurs constructions.

6De ce point de vue, P. Baran considère que les relations que les personnes ont créées à travers les réseaux sont des relations neutres sujettes à des processus techniques. Qui est connecté avec qui reste secondaire pour P. Baran, et on ne s’interroge jamais sur les conséquences du blocage des relations sociales (cela s’explique certainement par le fait que le réseau de P. Baran était destiné aux institutions de l’État et aux universités, où ceux qui souhaitaient communiquer se connaissaient de toute façon). Cependant, le fait que les connexions soient créées de façon temporaire dans le réseau pour chaque transmission est décisif. Elles ne sont pas nécessaires, mais accidentelles. Cela signifie que la sociabilité potentiellement générée à travers ces connexions doit être examinée à un autre niveau. On ne saurait les confondre avec les relations sociales actuelles. Au contraire, elle entraîne l’émergence de nouveaux types de relation.

7Paul Baran cherche des solutions techniques à des problèmes techniques. Aujourd’hui, nous constatons que ni le problème ni sa solution ne sauraient être dissociés des questions sociales. Avec l’extension de la mise en réseau à pratiquement tous les êtres humains, le réseau technique a été recouvert de réseaux sociaux où des connexions existent déjà et sont parfois nécessaires afin de maintenir le réseau. Si les réseaux techniques et sociaux convergent, à savoir si des possibilités techniques pour la connexion recouvrent des connexions sociales existantes et si de nouvelles connexions sociales sont créées par des connexions techniques, comme nous l’observons de nos jours tout autour de nous, les relations sociales ne peuvent plus être pensées sans réseaux techniques de communication, contrairement à l’époque de P. Baran. Ce qui était bien sûr déjà le cas avec les messagers, la poste ou le téléphone acquiert une nouvelle dimension à travers la temporalité, l’espace et la disponibilité mondiale d’Internet dont les défis politiques nous sont apparus clairement au cours de la dernière décennie. C’est pourquoi la première partie de cet essai était indispensable avant de montrer dans une deuxième partie que la neutralité technique d’Internet, ainsi que la nécessité d’un contrôle des distributions, reposait sur l’exclusion du social, chose désormais impossible. En cela, repenser la dimension technique des nouveaux médias de la mise en réseau, même en les termes posés par Friedrich Kittler, alors non connecté, nous impose inévitablement de réfléchir aux relations qu’elle crée. Le niveau relationnel de la socialité est basé sur la technicité des micro-décisions.

Recherches réalisées pendant la guerre froide

  • 4 Opérationnel signifie ici la possibilité de donner l’ordre de contre-attaquer.
  • 5 Parallèlement à P. Baran, mais sans aucune connaissance de ses travaux, D. Davies développe un proc (...)

8Le texte mentionné précédemment est un résumé de douze travaux importants réalisés par Paul Baran, émigré polonais, pour le compte du groupe RAND, financé par l’aviation américaine (Research and Development) au début des années 1960. Dans le contexte d’un think tank influent à l’époque de la guerre froide, P. Baran s’interroge sur la possibilité de survie d’un réseau de communication en cas d’attaque (nucléaire) et sur les formes de connectivité qui permettrait d’obtenir un réseau opérationnel compte tenu de ce danger ultime4. Il est alors impensable que ce réseau puisse s’imposer dans le monde entier, y compris en Russie. Chose habituelle dans ce genre de travaux, on joue des scénarios de guerre avec l’expertise et la technique existantes. Outre l’armée, le rapport RAND mentionne également la recherche dans l’intelligence artificielle, la théorie des organisations avec l’accent placé sur la communication dans les organismes et les entreprises, l’intérêt porté par les mathématiciens aux réseaux, aux graphiques ou à la programmation ainsi que des ingénieurs spécialisés dans les circuits téléphoniques comme groupes cibles (Baran 1964c : 2). C’est à ces spécialistes que s’adressent les bases théoriques du procédé, qui sera baptisé plus tard packet switching par Donald Davies5. Il s’agit d’une méthode de transmission de données codées numériquement qui les répartie dans des paquets individuels et les transporte d’un ordinateur vers un autre sans aucune connexion directe. Elles sont envoyées par des voies individuelles à travers un réseau de nœuds égaux, puis assemblées une fois arrivées à destination. À chaque nœud se décide la suite de l’acheminement.

Fig. 2. Diagramme d’un réseau

Fig. 2. Diagramme d’un réseau

Source : Baran (1964d : 1).

9P. Baran distingue trois types de réseau dans un schéma qui est depuis devenu une icône de l’ère Internet (fig. 2) : des réseaux centralisés, décentralisés et distribués. P. Baran propose une topologie de réseaux distribués comme une alternative à des réseaux centralisés et décentralisés, particulièrement menacés en raison de leur concentration sur des nœuds déterminés. Il mentionne comme caractéristique essentielle la redondance de leurs connexions, potentialisée avec le codage numérique des données, parce que les paquets peuvent être reproduits à volonté. Un réseau centralisé pourrait être rendu non opérationnel par une simple attaque sur le nœud central tandis qu’un réseau distribué avec le plus grand nombre de nœuds égaux et un nombre au moins tout aussi important de connexions non hiérarchisées peut être à peine éliminé. Inversement, pour les réseaux sans échelle actuels, le retrait de quelques hubs importants peut entraîner de graves dommages (Barabási & Bonabeau 2003). La solution des réseaux distribués consiste à étendre et à multiplier les objectifs potentiels d’une attaque contre une infrastructure de communication. Ce modèle de réseau a pour conséquence la nécessité de repenser entièrement la communication sur un plan technique : comme une interruption continue transmise à chaque nœud et qui donne au final l’impression de reposer sur une connexion directe.

  • 6 Peter Galison fait remonter la pensée du réseau à l’enquête Operations research du strategic bombin (...)

10Dans ce qui suit, je ne me pencherai ni sur l’émergence de ce réseau de communication, où l’on peut fortement douter de l’influence de P. Baran dans la mise en œuvre – connue sous le titre Arpanet (Advanced Research Projects Agency Network) et sous la direction de Ivan Sutherland – de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), ni sur les conditions sociales ou politiques des réseaux de communication distribués dans les années 1960. Tel que l’ont montré toute une série d’études, le texte de P. Baran fait ressortir les craintes et les contraintes politiques de l’époque pour lesquelles on recherche des solutions techniques dans le domaine de la recherche appliquée6. Le concept n’a sciemment pas été breveté ou gardé secret afin de donner à l’Union soviétique la possibilité de développer un réseau de communication sûr, ce qui aurait représenté pour les États-Unis une sécurité supplémentaire. Comme de nombreuses théories de l’époque, celle-ci émerge sous l’égide d’une menace de destruction et n’est pas sans accent apocalyptique : il convenait d’éviter le pire. Pour détruire un réseau distribué, l’ennemi doit frapper massivement et éliminer n nœuds sur n. Si un seul nœud est détruit, il existe suffisamment de connexions entre les autres nœuds. Il est évident que cette constellation a été pensée dans une logique de montée en puissance, où une série d’attaques nucléaires pourraient éliminer toute trace de vie sur terre (fig. 3).

Fig. 3. Destruction des nœuds

Fig. 3. Destruction des nœuds

Source : Baran (1964d : 2).

11Lorsqu’on lit ce texte dans son contexte, à savoir une tentative par un des plus importants think tanks de la guerre froide pour conjurer le risque de première frappe nucléaire, c’est non seulement le contraste par rapport à la situation actuelle et ses antagonismes qui ressort, mais aussi le fait que des vestiges de cette menace et de la réaction qu’on lui opposait persistent jusqu’à nos jours, même si les menaces sont de tout autre nature ou ont complètement disparu. Le contexte historique du texte de P. Baran est marqué par le fait que la communication par des procédés postaux ou en réseau ne peut plus fonctionner sans entrave. Certes, la communication à distance n’a jamais été entièrement libre – « Le contrôle a toujours existé » (Galloway 2004 : 142) – mais ce texte représente l’émergence après la Seconde Guerre mondiale d’un contrôle de la distribution des informations déclenché et rendu possible par l’ordinateur. On ne saurait comprendre notre époque sans prise en considération de ce contrôle.

Nœuds décisionnels

12Dans le climat anxiogène de la guerre froide, perceptible dans chaque ligne du texte de P. Baran, la communication change alors de fonction : il ne s’agit plus d’envoyer un message le plus rapidement possible de A à B. Pendant longtemps, tel était l’objectif principal de nombreuses techniques de communication (Beniger 1986). Dans le cadre de la recherche sur le retard de la transmission, cet objectif a permis le développement de la télégraphie et de ses connaissances physiques. Le type idéal de cette vision de la communication est caractérisé par des connexions directes entre les lieux, ce qui contredit l’architecture technique et les avantages économiques des réseaux depuis la télégraphie optique, telle qu’établie en France à la fin du xviiie siècle. Celle-ci reliait des lieux par transmission à des stations intermédiaires, des relais ou des nœuds (Siegert 1993). Le réseau construit par Claude Chappe à la demande de Napoléon est certes centralisé vers Paris, mais couvre un très grand nombre de stations de transmission dans tout le pays. Généralement, les réseaux historiques de la télégraphie optique, et plus tard électromagnétique, se caractérisent par quelques nœuds centraux où convergent de nombreuses lignes, pour une transmission la plus rapide et directe possible, mais vulnérable face aux attaques ciblées capables de paralyser le réseau en une seule frappe.

13Pour P. Baran, l’objectif d’une transmission sûre au-delà de la rapidité ne peut être atteint et son réseau ne peut être stabilisé comme un « new common-user system » (Baran 1964d : 5) que si le nombre de nœuds d’un réseau est accordé au nombre de connexions. Pour cela, on utilise tout d’abord un procédé de codage numérique protégé contre les agressions par la redondance et qui peut être automatisé, ainsi qu’une infrastructure de communication qui dispose d’un plus grand nombre de canaux que nécessaire. Dans un tel réseau, il ne s’agit pas de pouvoir atteindre un nœud à partir d’un autre nœud à travers une connexion directe, mais de garantir la stabilité des connexions temporaires. Au milieu du xxe siècle, la mise en réseau n’implique plus de devoir relier tous les récepteurs entre eux. D’après ses calculs, pour garantir cette stabilité, une connectivité de seulement trois connexions partant de chaque nœud suffit. La conséquence logique est l’investissement, non plus dans la vitesse de transmission, mais dans la distribution des nœuds. Ainsi, d’après P. Baran, le facteur vitesse pourrait être remplacé par le facteur économie de coûts par message.

14Selon son concept, chaque message numérique est divisé en blocs standards de 1 024 bits et se voit assigner un en-tête avec des informations sur l’adresse et sur l’expéditeur ainsi que des numéros d’identification. Chose typique pour ce procédé de commutation de paquets, ces paquets empruntent des chemins différents et ne sont reconstitués qu’une fois arrivés à destination grâce aux informations contenus dans l’en-tête. Ces paquets sont certes relativement petits même pour l’époque, mais leur volume important joue un rôle particulier. Pour résumer, nous pourrions avancer que la méthode de commutation des paquets redéfinit, à chaque nœud et au moyen d’un tableau chronique où figurent les dernières heures de transmission, le meilleur chemin à emprunter par le message entrant pour arriver à destination ; aujourd’hui, cette procédure est réglementée par le protocole TCP/IP. Pour chaque paquet, une décision est prise pour déterminer le chemin que celui-ci doit emprunter. Si un nœud est défaillant ou surchargé, d’autres chemins peuvent être empruntés. Étant donné que le chemin est déterminé à chaque nœud, le paquet doit y être enregistré pour une courte durée. La transmission est alors interrompue en permanence.

15Au lieu de créer le plus grand nombre de connexions directes et supposément rapides, à savoir sans interruption, l’interruption d’une connexion devient le moment de sa sécurisation : à chaque nœud, un paquet peut emprunter un nouveau chemin en fonction de la charge du réseau. À travers les décisions prises à ce moment, l’interruption de la communication est alors la condition de sa stabilité. Pour cela, un aperçu des durées de transmission et l’état du réseau doivent être disponibles à chaque nœud.

16Dans le modèle de P. Baran, aucune information qui circule dans les réseaux postaux, télégraphiques, téléphoniques ou numériques n’est envoyée directement de A à B, mais est répartie petit à petit d’un nœud à l’autre où elle est stockée de façon provisoire. Une fois arrivée au nœud, l’information ne peut continuer à être acheminée que si des informations sont disponibles sur le réseau. Pour cela, on lit l’en-tête, qui, outre des informations sur la destination et sur l’expéditeur, dispose d’un handover number tag actualisé à chaque nœud, avec l’état du parcours effectué et la durée de transmission. Dans l’acheminement des paquets, caractéristique d’un tel réseau de communication avec des milliers de paquets, cette valeur aide à déterminer l’état actuel du réseau.

17Le numéro « handover » est une balise contenue dans chaque bloc de message réglé sur zéro à la transmission initiale du bloc de message dans le réseau. À chaque fois que le bloc de message est transmis, le numéro handover est incrémenté. La balise du numéro handover de chaque bloc de message indique la durée dans le réseau ou la longueur du chemin (Baran 1964d : 7).

18Ce procédé sert à la fois à protéger le système de communication contre les attaques et à en augmenter la productivité. Au lieu d’envoyer des informations à travers un seul canal, qui fonctionne soit en surcharge soit en sous-charge, les charges peuvent être distribuées de façon homogène par commutation, moyennant stockage provisoire aux nœuds ou transmission vers d’autres nœuds. Selon le principe que Peter Galison appelle « vigilance constante contre recréation de nouveaux centres » (Galison 2001 : 20), presque toutes les infrastructures de communication à la fois décentralisées et sans échelle en fonction de leur architecture, ainsi que leur protocole, reposent sur des modifications techniques (Galloway 2004).

  • 7 Ce processus a été complété plus tard par le time-to-live : étant donné qu’il n’existe aucun parcou (...)
  • 8 Le bruit de signaux analogiques utilisés à l’époque dans la transmission téléphonique augmente à ch (...)

19L’acte d’interruption sert à déterminer la suite de l’acheminement d’un paquet, d’où son caractère critique d’un point de vue temporel. Lors d’une transmission télégraphique, des signaux sont transmis par ordre chronologique et s’ils ne sont pas envoyés comme bit-stream, ils sont néanmoins transmis discrètement. Aucun message télégraphique n’est communiqué comme message, mais sous la forme d’un groupe d’éléments. Aucun message ne traverse le réseau intact comme au moment de son expédition ou de sa livraison au destinataire, où il est reconstitué. Si un paquet fait défaut, il est commandé à nouveau7. Si des canaux sont occupés, un autre est choisi, à commencer par le plus court. La nouveauté du modèle de P. Baran est l’association de la numérisation, de paquets et de chemins variables, donc la fragmentation du message en sous-ensembles redondants qui empruntent leur propre chemin et qui arrivent dans n’importe quel ordre8. La base de ce procédé est l’introduction, envisagée comme solution technique, d’une interruption constante, dont l’utilisation a depuis évolué.

Immédiateté des flow et interruption des bursts

20« On distributed communications networks » est un appel indirect à une instantanéité de la transmission et à un idéal de connexion, lesquels vont néanmoins de pair avec leur impossibilité technique. C’est dans le contexte de ces réflexions qu’il faut comprendre le rôle des micro-décisions dans le modèle de P. Baran. Celui-ci fournit un outil qui nous permet de décrire la communication comme une constante interruption temporelle à des fins de décision de la transmission de paquets et de situer dans cette interruption la stabilité du réseau. En même temps, ce modèle évoque des images qui suggèrent au contraire présence et continuité de la transmission, lesquelles cachent la nécessité des décisions.

21Ma grille de lecture a pour objectif l’articulation d’une tension, qui se rapproche souvent d’une réflexion sur la communication ou les médias, selon laquelle la communication ou les médias annuleraient la séparation, créeraient une immédiateté ou nieraient la différence dont ils sont pourtant dépendants (Peters 2000 ; Chang 1996). Si le but de la communication est de rapprocher ce qui est séparé, elle parvient en cas de réussite à donner l’impression d’avoir supprimé cette séparation. Le point de départ de ma réflexion est que, sauf de façon purement fantasmagorique, un moyen de communication ne peut pas être direct ou immédiat parce qu’il inscrirait le lien direct entre les éléments d’une relation où se joue une transmission spécifique et un acte de communication dans une relation d’immédiateté. Il y aurait alors annulation de la séparation et de la transmission (Sprenger 2012).

Un troisième précède le second ; il existe un troisième avant l’autre. […] Avant de parvenir au but, je dois passer par un entre deux. Il y a toujours un medium, un centre, un intermédiaire. (Serres 1987 : 97)

22D’après Michel Serres, les médias sont la condition de l’association directe de deux éléments, car l’immédiateté implique une relation entre deux éléments ou plus. Par conséquent, sans média, pas d’immédiateté. Historiquement, notre représentation des médias est imprégnée d’un idéal d’immédiateté sans média.

23Cette tension, que l’on observe dans de nombreuses manifestations dans l’histoire, acquiert une importance toute particulière à travers le fait que l’application de P. Baran est celle d’un réseau dans lequel une décision doit être prise pour chaque processus de distribution, même ceux qui ont lieu entre les plus courtes étapes de transmission :

Un système de communication électrique idéal peut être défini comme un système qui permet à n’importe quelle personne ou machine de communiquer de façon fiable et instantanée avec une combinaison de personnes ou machines, et ce n’importe où et n’importe quand, à un coût nul. (Baran 1964b : 1)

  • 9 Matthew G. Kirschenbaum (2008) a observé la dimension idéologique de la théorie des médias : d’aprè (...)

24P. Baran dit clairement que cet objectif est illusoire et inatteignable. Un véritable système de communication est toujours un compromis, jamais instantané, et ne saurait relier tous les partenaires de communication en même temps. Comme je souhaiterais le démontrer, P. Baran exclue cette instantanéité et l’intègre en même temps, ce qui représente le risque de rendre la politique inscrite dans ce modèle diffuse alors qu’elle obéit à des règles strictes9.

  • 10 Je reprends les termes utilisés par Jussi Parikka lors de sa présentation « A Public Philosophy for (...)

25Cet idéal d’un réseau de communication électrique ou électronique consiste en un flux de transmission homogène et sans interruption. Le fait que des décisions, qui renferment un potentiel de pouvoir, sont prises en permanence devrait passer inaperçu pour que l’accès au réseau semble stable. L’idée d’une « compression spatiotemporelle », qui trouve un écho jusque dans les débats des années 1990 sur l’« autoroute de l’information » et qu’on évoque encore de nos jours avec la transmission ou la connexion en « temps réel », se retrouve dans les principes théoriques du modèle de réseau numérique développé par P. Baran. Techniquement, il décrit cette transmission indirecte et à travers un réseau comme des « explosions d’informations » (Abbate 2000 : 19, ma traduction), comme une accumulation irrégulière de paquets de données caractérisée par une alternance de fonctionnement à vide et de retards. Cependant, il utilise en même temps l’image d’un flux réglementé, omniprésent, sans interruption et continu10.

  • 11 Hans Blumenberg (2012) a décrit dans le détail l’histoire de la métaphore du flux dans ses manuscri (...)
  • 12 Sur cette question, j’invite le lecteur à lire un autre texte fondamental des années 1960 sur les r (...)

26P. Baran jouent avec ces deux métaphores et avec la tension qui résulte de cette contradiction. Il ne peut pas y avoir effervescence là où il y a flux car la régularité du flux serait interrompue11. Dans le flux, la continuité implique une immédiateté, tout d’abord parce que chaque élément du flux précède un autre à intervalle régulier et, deuxièmement, parce qu’en raison de cet enchaînement, un mouvement à une extrémité entraîne un mouvement à l’autre extrémité. L’impression d’un flux ou d’un bit-stream (Baran 1964a : 2) est renforcée car il ne coule pas dans le réseau, mais d’un point A vers un point B et parce que tous les éléments envoyés empruntent le même chemin12. La structure en réseau des canaux de communication contemporains et de leurs flux d’informations est généralement conçue comme une connexion directe entre un utilisateur et une offre ou entre deux partenaires de communication bien qu’il n’existe dans les réseaux numériques aucune connexion directe. La métaphore du flux cache le fait que, d’un point de vue technique, c’est tout le contraire qui se produit. Un réseau n’est pas constitué de flux. Le fait que cette métaphore suggère qu’il y aurait un réseau dans un flux est la preuve que, aussi bien dans ce cas que dans la vision d’Internet, la question de la transmission et de ses détails techniques a été ignorée. L’économie de la transmission, dans laquelle une chose peut se trouver à deux endroits à la fois, s’impose et s’avère efficace pour décrire des communications qui ne doivent pas être interrompues ou perturbées. Pour P. Baran, un des buts est l’absence de perturbation. Les moyens techniques qui lui permettent d’y parvenir sont néanmoins tout le contraire de ce que suggère la métaphore du flux.

27En 1866, Werner von Siemens a utilisé une image comparable dans le contexte des transmissions électriques par câble et pour remédier au problème des retards de transmission :

Pour se représenter ce processus, on pourrait s’imaginer qu’on tente d’aspirer de l’air à travers un long tuyau fin dont les parois seraient élastiques. À proximité de la pompe, le tuyau s’élargirait à chaque évacuation en raison de la pression exercée par l’air aspiré. Cet élargissement se produit de façon décroissante jusqu’à l’autre extrémité du tuyau et l’évacuation de l’air n’atteint son intensité maximale qu’une fois que le tuyau aura pris la forme d’un cône. Une fois l’air entièrement évacué, le tuyau retrouve son diamètre normal et l’air restant s’échappe de l’extrémité du tuyau. Si un deuxième coup de piston se produit avant que cet écoulement ne soit terminé, l’air ne sort pas de façon discontinue de l’extrémité, mais le flux est au contraire ininterrompu et l’air s’échappe en permanence, même à vitesse variable. (Siemens 1866 : 37 sqq.)

28Si Werner von Siemens conçoit dans cette dernière phrase la transition des explosions à un flux dans le sens d’oscillations et de fréquences qui nécessitent du temps pour commencer, Paul Baran décrirait ce changement à un autre niveau également comme un obstacle épistémologique (je reviendrai là-dessus infra). Les « explosions d’informations » qui arrivent dans un réseau distribué à des nœuds arbitraires sont séparées. Dans ce cas, une vitesse absolue ou constante est impensable, même si la métaphore du flux instantané le suggère.

29Cette remarque ne signifie pas que mon intention a été de faire ressortir un « niveau réprimé » dans l’œuvre de P. Baran, de critiquer ses erreurs ou d’affirmer que le rêve d’un réseau de communication sûr restera un rêve. L’existence parallèle de ces deux métaphores est centrale dans l’argumentation de ce chapitre. Lorsqu’on soumet le texte de P. Baran à une lecture attentive de ses contradictions, on se rend compte qu’il repose sur une série d’hypothèses implicites qui nous amènent à nous interroger sur la question de l’instantanéité de la transmission. Le constat que le modèle de P. Baran, bien que théorique et avant toute application, représente un tournant historique dans notre compréhension des techniques de communication, est encore plus évident à la lumière de nos interrogations sur l’immédiateté de la transmission et sa simultanéité. Depuis les premières expériences réalisées dans le cadre de la recherche sur l’électricité et de la télégraphie, cette question a fortement influencé les tentatives de communication sur de longues distances et perdure dans les théories sociologiques des réseaux qui traitent des conséquences de ces réseaux techniques. Avant de nous pencher sur l’argumentation de P. Baran et de la replacer dans son contexte, retraçons sa généalogie.

Électricité et instantanéité

  • 13 Voir Sprenger (2012) pour plus d’informations.

30Pendant une chaude journée d’été de l’année 1729, le teinturier et physicien Stephen Gray tend un fil en cuivre à travers son jardin, dans le sud de l’Angleterre. Quand il frotte une extrémité avec un cylindre de verre, de petits morceaux de feuilles d’or commencent à danser sur le fil à l’autre extrémité, comme des petits papillons, et à se poser sur le fil (fig. 4). À l’autre bout de la cour, sans pouvoir constater le résultat de ses propres yeux mais grâce à l’écho de la voix de son ami Granvile Wheler à l’autre extrémité du câble, S. Gray fut convaincu d’avoir généré une « vertu électrique », à savoir une attraction, une puissance électrique. S. Gray appelle ces câbles des « lignes de communication » (Gray 1731-1732 : 27)13.

31Pour que l’électricité puisse communiquer, trois conditions sont requises : deux communicants à chaque extrémité et un intermédiaire. L’expéditeur et le destinataire doivent être séparés, sinon il n’y aurait pas de canal ou de connexion. Sans différence, sans fossé, pas de communication possible. Toute connexion nécessite une séparation. Cependant, l’électricité n’enjambe pas ce fossé, mais semble annuler la séparation. Elle réalise une transmission dans le sens où elle rend la différence de temps imperceptible et supprime la distance. Elle rend leur mesure impossible, malgré le recours à un bout de câble.

Fig. 4. Lignes de communication

Fig. 4. Lignes de communication

Source : Doppelmayr (1744 : tableau 1).

32S. Gray ne peut pas dire si l’électricité a une vitesse. Celle-ci semble ne pas avoir besoin d’intermédiaire ou de code. Elle est là, de façon instantanée, sans « différence perceptible » (Gray 1731 : 28) à chaque extrémité du canal. Ce qui se passe aux extrémités du câble semble se produire de façon simultanée. Un jardin entier peut les séparer, et bientôt le monde entier, les deux reliés par un câble de cuivre, mais aucune, aucune seconde, aucun moment, même pas un battement de cils et sans aucun délai de transmission. Dans la recherche sur l’électricité, cette actio in distans, qui trouve son origine dans la lenteur des sens et dans le manque de précision des instruments de mesure, est tout à fait productive. Avec l’émergence de la télégraphie, elle prend une tout autre ampleur. On l’appelle alors electric unio (Van Rensselaer 1858 : 5) bien qu’il soit dès le début évident, aussi bien d’un point de vue physique que technique, que chaque transmission s’inscrit dans la durée et qu’il ne saurait y avoir d’instantanéité. Avec la recherche sur la conductibilité électrique au moyen de câbles depuis 1730, avec l’émergence de la télégraphie électromagnétique depuis 1830, puis la mise en place d’un réseau de communication électromagnétique dans le monde entier, l’électricité est perçue comme étant instantanée, sa communication intemporelle et ses effets simultanés.

33Ce fantasme d’immédiateté repose sur le caractère direct des connexions qui relient deux lieux, deux appareils ou deux personnes tout en supprimant toute contrainte spatio-temporelle. Pour la physique de cette époque et jusqu’à nos jours, ce fantasme est irréalisable. Cependant, on ne cesse de le cultiver dans l’esprit de la « cohérence dans la contradiction », surtout là où cette impossibilité est manifeste. Même le physicien britannique Charles Wheatstone, qui entreprend avec succès les premières mesures de la vitesse de l’électricité, lui attribue un caractère instantané, lequel nie sa vitesse parce qu’une transmission instantanée à deux endroits est simultanée, hors du temps, de l’espace et sans média, donc immédiate (Wheatstone 1834). Il n’est ici pas uniquement question d’une vision d’une instantanéité impossible. Cette question s’inscrit dans les principes fondamentaux de la physique et concerne, dans sa version philosophique, la causalité, les effets à distance, l’éther et finalement la cohésion de l’univers (Hesse 1961). Ces principes ont été étudiés depuis le début de l’Antiquité. Même s’ils n’apparaissent pas dans le travail de P. Baran, ce problème demeure entier. Les questions relatives à la synchronisation, critique d’un point de vue temporelle, d’événements à distance, qui jouent un rôle central chez P. Baran, ne se résument pas entièrement à leurs dimensions techniques et physiques. La tension contenue dans les métaphores des explosions et des flux est le produit de cette histoire, laquelle, malgré toutes les évolutions, relie les débuts de la recherche sur l’électricité à la problématique de la commutation de paquets.

34L’influence de ces fantasmes sur les théories des réseaux ressort dans leur versant sociologique, par exemple chez Manuel Castells, lorsqu’il parle de « suppression de l’espace et du temps par des moyens électroniques » après une analyse extensive des pratiques de synchronisation des temps sociaux et des flux dans un contexte de mise en réseau et d’interdépendance globale. M. Castells décrit les interactions en temps réel à la base des espaces et des liens sociaux, lorsque, grâce aux médias, les lieux partagent la même temporalité et les mêmes acteurs peuvent intervenir dans le même espace malgré la distance qui les sépare. On en déduit alors que la société des réseaux est « sans référence au passé ou à l’avenir » (Castells 1998 : 386). Ainsi, M. Castells contredit dans les dernières pages de son ouvrage tout ce qu’il a scrupuleusement décrit précédemment et annule les contingences de la globalisation, tout comme il ignore les répercussions de la convergence entre les technologies et les pratiques sociales. Ses propos s’inscrivent dans la continuité généalogique des discours populaires qui, au rythme des découvertes techniques du xixe siècle, ont fait de la télégraphie le médium instantané d’un « organisme mondial » (Kapp 1877 : 100), lequel se dissoudra finalement dans l’« immédiateté électrique » de Marshall McLuhan (McLuhan & Nevitt 1973 : 2). Leurs points communs sont néanmoins les métaphores du flux, l’idée d’une continuité sans interruption et d’une immédiateté instantanée, ce qui nous permet d’ores et déjà d’avancer qu’elles empêchent de reconnaître la nécessité d’un lieu et d’un moment de l’interruption pour la prise de décisions.

Perfect switching

  • 14 En cela, le réseau distribué ressemble à la baleine, que Hermann von Helmholtz utilise de façon mét (...)

35Le but de ce procédé est la compensation de charge ; son résultat est la désinstantanéisation. Lorsque l’augmentation de la vitesse n’est plus l’objectif principal, la transmission intemporelle perd de son attrait et n’est pas recherchée comme solution technique. Le fait que l’instantanéité refasse néanmoins surface dans le texte de P. Baran comme effet discursif tient à l’économie sur laquelle repose son idée de perfect switching. Cette forme de communication idéale est associée à l’information que possède le réseau sur son propre état ainsi qu’à la vitesse de transmission de cette information14. Le perfect switching fait ressortir la façon dont le fantasme de l’instantanéité intervient dans la politique des réseaux.

Fig. 5. Tableau des numéros de transfert

Fig. 5. Tableau des numéros de transfert

Source : Baran (1964d : 7).

36P. Baran décrit les avantages de son procédé en utilisant l’analogie du postier dans le Midwest. À travers un système qualifié de store-and-forward, également appelé message switching et par lequel des messages entiers sont renvoyés à chaque station, le postier reçoit « simultanément » (Baran 1964d : 7) des messages de San Francisco qui ont été envoyés à des moments différents. En comparant leur durée à l’aide du tampon, il peut déterminer le meilleur chemin que doit emprunter la réponse si les canaux de communication sont bidirectionnels. « Chaque lettre porte une indication implicite de la longueur de son chemin de transmission » (Baran 1964d : 7).

   

37Il est ici décisif que le postier puisse extraire l’information sur le meilleur chemin à emprunter simplement en regardant la date d’expédition qui figure sur le tampon de chaque courrier, tout comme un handover number tag sur chaque paquet de données. Le message porte l’information de sa transmission, dans son cachet ou dans son en-tête. Les valeurs de ce tag indiquent la durée qui a été nécessaire pour parcourir la distance jusqu’alors et informent, à travers leur masse d’informations, sur l’état du réseau ainsi que sur sa charge (fig. 5). Elles sont regroupées dans un tableau d’aperçu et sont disponibles à chaque nœud. Ainsi, pour chaque paquet, il est possible de déterminer le meilleur chemin à un moment déterminé par extrapolation à partir des valeurs du passé. Au début, toutes les entrées du tableau sont réglées sur des valeurs élevées qui évolue en fonction du chemin emprunté. Le système apprend, peut s’auto-ajuster et actualise son propre statut sans qu’il y ait un centre où cette information serait rassemblée. Étant donné que le réseau distribué ne dispose pas d’un tel centre, chaque nœud a sa propre image du réseau, à savoir son propre tableau. Mais quelle est la composante temporelle de cette image ?

  • 15 Dans son étude Die Verbundenheit der Dinge, Sebastian Gießmann a dressé la généalogie d’Arpanet à p (...)

38La commutation (switching) est le processus accompli à chaque nœud (également dans un réseau centralisé) pour la commutation d’un message d’un canal vers un autre canal qui, à l’aide des informations du tableau, l’amènera à destination ou l’en rapprochera. D’après P. Baran, la commutation traditionnelle n’épuise pas les possibilités de la redondance parce qu’elle impose à chaque fois un chemin au lieu de choisir parmi une multitude de chemins. À partir d’un nœud central, il existe peu de possibilités pour atteindre un but. D’après le modèle de P. Baran, dans un réseau, la conséquence concrète de cette méthode est l’augmentation des besoins de calcul et de stockage aux nœuds. Cependant, compte tenu de l’amélioration des mini-ordinateurs, ces besoins restent limités. En 1969, un réseau comparable équipé de sept nœuds est mis en place aux États-Unis : l’Arpanet, ancêtre d’Internet15.

39Le perfect switching, que P. Baran laisse entrevoir, sont des méthodes de routing « capables de trouver les meilleurs moyens de survie dans un réseau fortement endommagé » (Baran 1964c : 1). Il est étroitement rattaché à l’hypothèse d’une instantanéité de la transmission et de son temps réel : « […] le plus court chemin disponible à travers le réseau doit être trouvé, sachant que le statut du réseau changera rapidement » (Baran 1964d : 6). Le perfect switching ne signifie pas une connexion directe, mais la possibilité d’emprunter de nombreux chemins à partir desquels le chemin optimal sera identifié compte tenu de la charge des nœuds environnants à un moment déterminé. « Le perfect switching apporte une limite supérieure à la performance attendue du système pour un réseau maillé ; la diversité des cas d’assignation fournit une limite inférieure » (ibid. : 4). Cependant, pour le perfect switching, des informations sur l’état du réseau doivent être disponibles à chaque nœud.

40Par conséquent, des processus de synchronisation, qui mettent cette information à disposition à tous les nœuds spécialement pour leur mise en réseau individuelle, sont nécessaires. Alors que P. Baran associe les paquets avec l’information sur leurs heures de transmission et s’en sert à des fins d’actualisation, il fait néanmoins face aux problèmes physiques fondamentaux de la relativité et de la synchronisation : la transmission de l’information, nécessaire pour déterminer l’état des nœuds, a elle-même besoin de temps (Galison 2003). Tel que démontré par Sebastian Gießmann (2009 : 245), le « régime temporel disparate » de cette transmission est critique dans la mesure où, en plus de la réduction de la durée pendant la transmission, le statut du réseau et la charge des nœuds changent. Chaque paquet porte une partie de cette information ; ensemble, ils fournissent au nœud les données nécessaires pour former un tableau utilisable. Cependant, étant donné que l’information concernant les durées de transmission est périmée au moment où elle arrive au nœud – la transmission de la valeur de la durée de transmission ayant besoin de temps – elle ne peut que renseigner sur le passé. Pendant la durée nécessaire au déplacement d’un paquet d’un nœud à l’autre, ce qui semblait être la meilleure solution au moment de l’envoi du paquet, le nœud en question pourrait déjà être occupé par d’autres paquets. Aussi sophistiqué soit-il, le perfect switching a besoin d’informations exactes sur l’état de la situation et donc d’un temps réel, ce qui est techniquement impossible. Ce décalage relativiste, qui mine toute possibilité de temps réel, ne peut pas être solutionné techniquement ou physiquement parce qu’aucun signal n’est envoyé instantanément et parce qu’aucune action à distance ne saurait se faire sans intermédiaire. En temps réel ne peut que signifier que les signaux arrivent à la vitesse à laquelle ils peuvent être traités le plus rapidement possible : à temps et non pas en temps réel. Le temps réel s’inscrit toujours entre deux points et ne saurait par conséquent être instantané. La tension inhérente à toute communication électrique ou électronique intervient ici.

  • 16 Une des notes de bas de page de Baran (1964d : 6), qui concerne l’importance de la « vitesse de pro (...)
  • 17 TCP/IP intègre un retard sous la forme d’un délai ou d’une tolérance calculée d’avance en cas d’éca (...)
  • 18 Voir le concept de Rechtzeitigkeit chez Rohrhuber (2009) et Pias (2009).

41Le réseau n’a ni la connaissance, ni le contrôle de sa condition présente, mais plutôt des conditions passées à partir desquelles a été extrapolée une distribution optimale des paquets pour l’avenir. Le processus de synchronisation réduit des temporalités divergentes en un seul dénominateur commun sans pouvoir atteindre le temps réel ou la simultanéité. La synchronisation est la coordination de niveaux temporels multiples, il s’agit d’une tentative d’harmoniser divers agencements techniques afin d’opérer avec des différences16. Son objectif ne peut pas être la convergence, mais les valeurs limites, entre lesquelles peut se trouver l’événement souhaité, à savoir ici la réussite de la transmission. Deux processus ou événements sont synchronisés lorsqu’ils ne dépassent pas un intervalle temporel nécessaire pour le déroulement du processus technique. Chaque synchronisation contient un reste de transmission temporelle qui ne saurait être simultané. Au mieux, elle peut être suffisamment rapide pour que le retard soit supprimé par la trame du traitement ou de la mesure17. Pour que la commutation réussisse techniquement, l’information doit être suffisamment rapide pour choisir un chemin alternatif. En tant que processus, la synchronisation ne revient pas à produire du temps réel (Echtzeit), mais à garantir le respect de délais (Rechtzeitigkeit) car elle est dépendante de valeurs limites18. Cette absence de retard qui permet le bon fonctionnement du imperfect switching consiste dans le respect de valeurs limites. Il n’est pas ici question de précision métaphysique d’un présent de la simultanéité. P. Baran qualifie son procédé de « hot-potato-routing » parce que les paquets sont transmis le plus vite possible comme des pommes de terre chaudes à chaque nœud afin d’éviter la congestion ou de se brûler les mains : « Chaque message est considéré comme une “pomme de terre chaude” ; au lieu de tenir la pomme de terre chaude, le nœud passe le message à son voisin qui essayera de se débarrasser du message » (Baran 1964d : 7). Pour reprendre cette métaphore, disons que la synchronisation opère avec le temps entre la prise de la pomme de terre chaude et l’apparition de la douleur.

42Lorsque le chemin parfait est disponible instantanément, l’information du nœud correspondant doit être mise à jour, ce qui est impossible. Le tableau devrait indiquer en même temps l’état de tous les nœuds afin de garantir un perfect switching, ce qui signifie que l’information doit être omniprésente. Un flux d’informations ou un flux continu serait nécessaire là où n’arrivent que des explosions. Le perfect switching implique une instantanéité de la commutation, dont la condition est une instantanéité dans la transmission de l’information nécessaire à la commutation. Le réseau serait présent à lui-même et la cascade terminerait dans une présence à soi, comme dans le cas de la voix, laquelle ne représente pas un média pour la personne qui parle car elle n’en est pas le destinataire : « Tout devait être estimé instantanément pour que la voix soit transmise car la voix ne tolère aucun retard » (Baran 2002 : 5). Dans la présence de la voix à elle-même, il n’y a pas de place pour l’interruption (Derrida 1979). Pourtant, il y a bel et bien interruption. Le réseau, stabilisé par l’interruption, semble s’effondrer.

Déconnecter la connexion

43Et pourtant, comme nous en faisons l’expérience, les réseaux distribués fonctionnent, malgré le retard, opèrent et agissent. C’est du moins le constat que nous faisons au quotidien lorsque nous sommes en ligne. L’immédiateté et l’interruption n’ont aucune pertinence pour le quotidien. P. Baran souligne que le type de transmission qu’il a inventé peut sembler direct, comme un véritable signal électrique, alors qu’elle se déroule en plusieurs temps :

L’utilisateur en réseau qui a appelé une « connexion virtuelle » à un terminal et qui a transmis des messages à travers les États-Unis en une fraction de seconde peut également considérer le système comme une boîte noire qui donne l’impression d’une connexion en circuit dans tout le pays. (Baran 1964d : 6)

44Comme l’écrit P. Baran, une connexion en circuit a lieu en temps réel parce qu’il n’y a pas de nœuds, mais une connexion directe entre A et B. La transmission peut sembler en « temps réel » parce que l’électricité est soi-disant instantanée et parce qu’aucun nœud n’interrompt la transmission. Un utilisateur qui reçoit des données, écoute une voix au téléphone, voire lui répond, peut appréhender la transmission par packet switching comme étant « presque en temps réel » (ibid.), comme si elle avait été générée par circuit switching de connexions télégraphiques directes. L’utilisateur a l’impression d’interagir sans pause, sans retard ou séparation et dans une présence platonicienne de la parole, ou dans une navigation sur le Web. Certes, le partenaire de communication se trouve à un endroit éloigné. Cependant, la connexion simultanée que le réseau semble créer permet d’annuler cette distance.

45Les réflexions épistémologiques de P. Baran sur la connectivité concerne le statut précaire des médias qui, d’un point de vue théorique, peut être rendu

lisible, audible, visible et perceptible, tout en manifestant la tendance à s’auto-annuler et à annuler leur participation dans cette expérience sensorielle pour devenir imperceptible et anesthétique (Engell & Vogl 1999 : 10).

46Plus tard, P. Baran résume comme suit, avec une transparence d’ingénieur, l’illusion dans laquelle agit l’utilisateur à travers l’invisibilité du média :

Ce choix signifiait qu’il n’y aurait aucune connexion physique en temps réel entre le transmetteur et le récepteur. Cependant, il me semblait que la solution serait d’avoir un débit de données suffisamment élevés pour donner l’illusion à l’utilisateur d’une connexion en temps. (Baran 2002 : 4)

47L’idée de P. Baran se rapproche de celle qu’envisageait Marshall McLuhan pour rendre les médias invisibles à leurs utilisateurs : « En effet, rien de plus typique que le fait que le contenu d’un média nous rend aveugle sur le caractère du média » (McLuhan 1964 : 9). Cette thèse sur la disparition des médias, bien établie dans les Media Studies (Mersch 2004 ; Jäger 2004) et désignée par le terme de « neutralité aisthétique » (Krämer 2003 : 81) est exprimée par P. Baran dans le cadre d’un modèle d’inspiration technique, particulièrement concluant, car l’illusion de l’utilisateur est le revers des connaissances de l’ingénieur. L’illusion est le flux alors que la transmission est explosion, et les deux sont imbriqués sur le niveau imaginaire du texte.

48D’un point de vue pragmatique, et pour notre expérience directe, il se peut que l’illusion reste sans conséquence. Qui communique par l’intermédiaire d’un réseau n’est pas censé avoir conscience du fait qu’une série de décisions imperceptibles sont prises sur les paquets de données qui constituent sa communication. Cela n’a aucun impact sur notre perspective phénoménologique, pour nos interactions sociales et pour toute théorie de la communication qui se limite à l’étude du succès de la communication.

49Au contraire, l’autre personne que j’arrive à joindre est « présente » d’une façon emphatique et immédiate. Elle est avec moi « simultanément », mais pas dans le sens où elle accomplirait une action en même temps que moi. Elle est « simultanée » dans la mesure où son activité est également intelligible pour moi à tout moment, et vice versa (Konitzer 2005 : 196).

50Même si les dysfonctionnements et les interruptions peuvent nous empêcher de comprendre quelqu’un au téléphone ou de charger un site web, nous parvenons malgré tout à communiquer d’une façon convaincante. Pour la réussite de la communication, il suffit de savoir que l’autre est presque présent.

  • 19 Voir par exemple McLuhan & Nevitt (1973) et Virilio (1992). Pour une description plus détaillée de (...)

51Ce qui à cet égard semble ne jouer aucun rôle dans notre expérience directe est d’autant plus important d’un point de vue politique et de la théorie des médias. C’est précisément le lieu de la transmission évoqué par P. Baran, avec ses retards, sa différence et les interruptions pendant lesquelles les décisions sont prises, qui concerne directement l’utilisateur « trompé » : la capacité d’interrompre la communication est une forme de pouvoir. De plus, une telle action sans surveillance est une façon d’exercer une sorte de pouvoir invisible. Un tel pouvoir menacera de devenir inattaquable si l’instantanéité n’est pas remise en question. L’illusion de la connexion mentionnée par P. Baran empêche la politique des réseaux basée sur les interruptions et qui découle directement de son modèle, tout comme les théories des médias qui mettent en avant l’instantanéité de la transmission19. Dans ce contexte, nous ne parviendrons pas à relever les défis ni de la surveillance par les services secrets et ni de la neutralité des réseaux, même si le texte de P. Baran a contribué à leur émergence.

Notes

1 Voir Barabási & Bonabeau (2003). À l’aide de la description de réseaux sans échelle où de nombreux nœuds disposeraient de seulement quelques connexions alors que d’autres auraient au contraire de nombreuses connexions, par exemple Facebook ou Twitter, Martin Warnke (2014) a montré comment la participation de tous les utilisateurs Web 2.0 est sujette aux conditions de ces grands fournisseurs.

2 Dans diverses publications, Wolfgang Ernst a présenté des arguments similaires sur les médias basés sur des processus et avec de fortes contraintes temporelles. Dans son œuvre, il s’écarte rarement de la théorie pour discuter de technologies spécifiques (Ernst 2007).

3 Pour des informations sur l’archéologie en général, voir Parikka (2012).

4 Opérationnel signifie ici la possibilité de donner l’ordre de contre-attaquer.

5 Parallèlement à P. Baran, mais sans aucune connaissance de ses travaux, D. Davies développe un procédé similaire au British National Physical Laboratory (Davies 2001). Le modèle de P. Baran n’est en aucun cas unique mais, compte tenu des questions épistémologiques qu’il soulève, reste un très bon exemple d’une évolution similaire dans des contextes différents à l’époque.

6 Peter Galison fait remonter la pensée du réseau à l’enquête Operations research du strategic bombing survey, réalisée pendant la Seconde Guerre mondiale, et décrit le rapport entre cette connaissance et le changement de perspective, de personnes qui bombardent à des personnes potentiellement bombardées (Galison 2001). Christoph Engemann a représenté les procédés techniques comme des stratégies de survie (Engemann 2011 ; Schröter 2004 : 43 ; Gießmann 2009).

7 Ce processus a été complété plus tard par le time-to-live : étant donné qu’il n’existe aucun parcours fixe, il peut arriver que les paquets passent d’un nœud à l’autre pendant longtemps. Pour éviter cette perte de temps, le nombre d’étapes de transmission est limité. Si un paquet a franchi la dernière étape sans atteindre sa cible, il est supprimé (Galloway 2004 : 44).

8 Le bruit de signaux analogiques utilisés à l’époque dans la transmission téléphonique augmente à chaque nœud. C’est pourquoi ces méthodes sont inutilisables pour les buts recherchés.

9 Matthew G. Kirschenbaum (2008) a observé la dimension idéologique de la théorie des médias : d’après cette théorie, les médias numériques sont dématérialisés et fugaces tandis que son analyse des infrastructures matérielles de leurs objets révèle le contraire.

10 Je reprends les termes utilisés par Jussi Parikka lors de sa présentation « A Public Philosophy for Data Capture Systems » à la conférence Network Archaeology qui s’est tenue à l’université de Miami/Ohio du 19 au 21 avril 2012. Thomas Sutherland (2012) s’est également penché sur la métaphysique du flux.

11 Hans Blumenberg (2012) a décrit dans le détail l’histoire de la métaphore du flux dans ses manuscrits posthumes.

12 Sur cette question, j’invite le lecteur à lire un autre texte fondamental des années 1960 sur les réseaux de communication, Communication Nets, de Leonard Kleinrock (1964). Ce texte parle d’explosions au lien de flux et fait la distinction entre flux continu et discontinu.

13 Voir Sprenger (2012) pour plus d’informations.

14 En cela, le réseau distribué ressemble à la baleine, que Hermann von Helmholtz utilise de façon métaphorique pour décrire la lenteur des nerfs de son cerveau : « Heureusement, les distances que doivent parcourir nos sensations sont courtes avant de parvenir au cerveau. Dans le cas contraire, notre conscience traînerait derrière le présent, voir derrière la perception du son […]. Pour une grande baleine, cela est peut-être pire car il est très probable qu’elle ne ressente la blessure à la queue qu’après une seconde et qu’elle ait besoin d’une deuxième seconde pour commander à la queue de se défendre » (Helmholtz 2003 : 880).

15 Dans son étude Die Verbundenheit der Dinge, Sebastian Gießmann a dressé la généalogie d’Arpanet à partir de ces idées sur le réseau (Gießmann 2014 : 355 sqq.).

16 Une des notes de bas de page de Baran (1964d : 6), qui concerne l’importance de la « vitesse de propagation sur de longues liaisons », est tout particulièrement parlante à cet égard : « 3 000 miles à ≈ 150 000 miles/s ≈ durée de transmission de 50 ms, T. message de 1 024 bit à 1 500 000 bits/s ≈ durée du message de 2/3 ms, M. Par conséquent, T >> M ». Dans ces formules, tout le modèle est défini comme un processus de synchronisation, parce que la communication ne fonctionne que si la durée de transmission et la durée de traitement sont coordonnées. La standardisation des données dans des blocs d’information traitables rapidement doit être comprise comme une réponse au problème de synchronisation.

17 TCP/IP intègre un retard sous la forme d’un délai ou d’une tolérance calculée d’avance en cas d’écart temporel. Ainsi, la différence est inhérente à ce protocole.

18 Voir le concept de Rechtzeitigkeit chez Rohrhuber (2009) et Pias (2009).

19 Voir par exemple McLuhan & Nevitt (1973) et Virilio (1992). Pour une description plus détaillée de cette question, voir Sprenger (2012).

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Diagramme d’un réseau
Crédits Source : Baran (1964d : 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 3. Destruction des nœuds
Crédits Source : Baran (1964d : 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 4. Lignes de communication
Crédits Source : Doppelmayr (1744 : tableau 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5. Tableau des numéros de transfert
Crédits Source : Baran (1964d : 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter