Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique des micro-décisions

 | 
Florian Sprenger

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans Protocol, Alexander R. Galloway a très bien décrit l’importance de l’architecture protocolaire (...)
  • 2 La problématique de la gouvernance d’Internet, des enjeux politiques de la définition des protocole (...)

1Chaque bit qui nous parvient sur notre terminal sous la forme d’un paquet de données du fin fond des réseaux numériques pour y être transformé en texte, en image ou en son avec d’autres bits a effectué un très long voyage à travers des infrastructures invisibles. Ces paquets de bits traversent de nombreux nœuds où une série de micro-décisions sont prises le temps d’un stockage temporaire de très courte durée selon des protocoles déterminés : Quel chemin emprunter pour atteindre l’objectif ? Quelle vitesse de traitement ? À quel paquet entrant faut-il accorder la priorité ? Ces micro-décisions interrompent le flux de données pour en contrôler la distribution. Ces décisions ne découlent pas de l’action de décideurs individuels, mais sont prises de façon automatique en très grand nombre et en un très bref laps de temps selon un ensemble de règles déterminé, ce qui les rend d’autant plus efficaces1. Ces décisions ont une dimension à la fois sociale et technique : d’une part, leur protocole est défini lors de processus de négociation entre divers groupes d’intérêts et elles relient ou séparent les utilisateurs de terminaux ; de l’autre, elles sont implémentées techniquement avec des protocoles contraignants pour garantir le bon déroulement du processus2. Leur séquence est strictement définie et leur fonctionnement entièrement automatique et indépendant des personnes qui communiquent et du contenu de la communication. Elles émergent à partir de considérations politiques et économiques, ces dernières étant le point de départ de tout développement technique des réseaux numériques. Dans cet ensemble complexe, les micro-décisions représentent une dimension du contrôle et de la surveillance au xxie siècle encore trop peu étudiée, et qui a pris de nouvelles formes dans les réseaux numériques. Elles sont à la fois la plus petite unité ainsi que la condition technique d’une politique des réseaux contemporaine, et de la résistance contre cette politique.

2Les micro-décisions semblent être avant tout une conséquence des évolutions actuelles ainsi que la manifestation technique de l’exercice mondial du pouvoir. Pourtant, cette perspective est insuffisante pour l’analyse. Vu la portée géographique et sociale de cette pénétration par les divers formats de transmission numérique, l’ancrage de ces micro-décisions dans notre monde contemporain n’en est que plus évident. Sans être exhaustif, cet essai se penche sur les lieux et les moments de ces micro-décisions car seules leur localité et leur temporalité peuvent nous renseigner sur leur dimension politique. Ces décisions ne sont pas prises dans les parlements, dans les sièges des partis politiques ou dans les postes de police, mais dans les centres informatiques ou les grappes de serveurs, à savoir dans des infrastructures techniques. Elles sont implantées dans nos ordinateurs, nos appareils et nos gadgets domestiques, et habitent les nœuds de réseau.

3La temporalité des micro-décisions est l’interruption qui se produit au niveau des nœuds à chaque transmission pour décider de leur direction et de leur priorité. Sans ces décisions, aucune transmission possible. Le fait que la transmission soit interrompue en permanence signifie non seulement qu’elle ne peut pas avoir lieu en temps réel, comme on le suppose généralement, mais aussi qu’elle ne relie jamais les êtres humains sans intermédiaire et qu’elle ne permet aucun accès direct au monde. Ces interruptions ont une autre dimension : elles sont la condition des décisions, lesquelles ont besoin de temps pour se réaliser. Une interruption est rendue possible grâce au temps de stagnation accordé à la temporalité de la transmission. Cette pause a lieu là où sont prises les décisions, à des endroits localisables, à savoir au niveau des nœuds des réseaux soumis au pouvoir d’État ou économique et qui utilisent les derniers progrès techniques. Pour dresser une carte de ces décisions, il est nécessaire de savoir quand, où, comment et pourquoi la transmission a été interrompue au lieu de considérer l’interruption comme un dysfonctionnement temporaire de la communication.

4Toutes les décisions de transmission dans telle ou telle direction ou dans tel ou tel ordre dépendent de conditions géographiques et temporelles spécifiques. Cependant, ces décisions ne doivent pas être considérées comme le résultat d’un acte humain intentionnel. En revanche, leur automatisation, leur volume massif et leur vitesse en garantissent l’efficacité. Elles dépassent les capacités humaines parce qu’elles sont prises à chaque seconde de la transmission des paquets de bits. Les micro-décisions sont toujours prises par des ordinateurs pour des ordinateurs. Leur mise en réseau n’est pas uniquement structurée au niveau du code binaire selon une logique décisionnelle, mais aussi au niveau des protocoles qui décident des connexions et des déconnexions ainsi que de la participation ou de l’exclusion.

5L’objectif de cet essai est de réaliser la généalogie des architectures d’Internet, comprises comme des règles et des plans qui en organisent la charpente, puis d’en étudier la géographie et la temporalité et, par conséquent, quelques-unes des conditions techniques et des implications politiques et économiques dans une perspective historique. Le but affiché est de faire ressortir la politique des micro-décisions et leur implication pour la constitution des liens sociaux. En effet, ces micro-décisions sont un très bon indicateur du système politique et social dans lequel elles sont prises. Si le niveau protocolaire a déjà été examiné en détail, tout particulièrement par Alexander R. Galloway (2004) et Eugene Thacker (2004), et si plusieurs chercheurs, entre autres Janet Abbate (1999), Sebastian Gießmann (2009 et 2014) et Mercedes Bunz (2008), ont déjà écrit l’histoire d’Internet, nous nous pencherons ici sur le rôle des décisions. Pour saisir notre situation et l’état actuel des cultures numériques, il y a urgence de mieux comprendre la portée de ces décisions afin d’intervenir en amont et de mettre en avant d’autres alternatives.

Guerre civile sur Internet

  • 3 Christopher M. Kelty (2014b) avance que la liberté dans les cultures numériques doit être implément (...)

6Si les conditions de ces décisions peuvent encore sembler abstraites, leurs conséquences n’en sont pas moins très concrètes. À en croire les propos, sans aucune ambiguïté, du théoricien des réseaux Harry Halpin, nous assistons actuellement à une Immaterial Civil War, une guerre civile immatérielle pour la souveraineté des réseaux numériques, où s’affrontent les représentants d’un nouveau monde et ceux qui souhaitent importer les conditions de l’ancien monde pré-numérique dans notre nouvelle ère. Les micro-décisions, dont les standards, les architectures et les protocoles sont actuellement à disposition, représentent l’instrument central de l’exercice du pouvoir d’une souveraineté valable dans les deux mondes (Halpin 2013). Pour H. Halpin, ainsi que pour un grand nombre d’activistes, l’architecture initiale d’Internet est une garantie de la pérennisation de sa fonction démocratique et de sa fonction de gardien de la paix et des libertés, et la neutralité des réseaux représente un droit numérique fondamental. Cependant, cette architecture, même conçue pour être démocratique, ne saurait se passer de décisions. Sans contrôle (ce qui n’est pas synonyme de surveillance), pas d’Internet et pour qu’il y ait transmission, il doit y avoir exercice du pouvoir (non discriminatoire)3.

7Nous sommes tous égaux devant les protocoles qui gouvernent les décisions. Tâche qui incombe au protocole, les hiérarchies et les conventions ne sont établies qu’après l’implémentation de celui-ci. Mais tout ce sur quoi portent les décisions et qui peut être transmis doit, selon Alexander R. Galloway, avoir la forme prescrite par le protocole à des fins de traitement : « La standardisation est la tactique réactionnaire politique qui permet une ouverture radicale » (Galloway 2004 : 143). La possibilité d’envoyer différents types de données sur Internet repose sur des standards rigides mis en place par les protocoles en vue des décisions. Si un élément ne présente pas la forme prédéterminée, il ne fera pas son apparition sur Internet. Cependant, le contenu de ces formes (nos emails, nos conversations téléphoniques et notre historique de navigation) est séparé de ces décisions. Cette séparation du contenu de la transmission du processus même de transmission fait actuellement l’objet de nombreux débats et un grand nombre de personnes s’efforcent de connaître le contenu de la communication ou de rendre sa transmission plus rentable.

8Certaines lignes de front s’organisent sous le mot d’ordre « neutralité des réseaux ». Au vu des révélations d’Edward Snowden, les enjeux sont évidents. La réflexion que j’engage dans le présent ouvrage s’inscrit entre les deux pôles que sont la neutralité du réseau d’une part et la surveillance menée par la National Security Agency (NSA) d’autre part, deux dimensions par ailleurs indissociables bien que rarement associées. Toutes les deux se basent en grande partie sur les possibilités, identiques, que renferment les micro-décisions du point de vue des techniques des médias. Les lieux et les moments où disparaît la neutralité du réseau et où commence le contrôle par la NSA, aussi bien sur un plan technique que politique, sont en grande partie identiques. Il est donc d’autant plus important de tenir compte du contexte des deux débats : ils sont les deux faces d’une même médaille gravée à la fois par les technologies et les architectures de la transmission. Force est de reconnaître qu’ils diffèrent également à de nombreux égards : il s’agit d’autres économies, d’objectifs politiques différents et d’autres fondements juridiques. Mais dans la perspective de la théorie des médias, leurs enjeux sont étroitement liés et leurs positions actuelles très proches.

9Lorsque nous parlons de contrôle dans le présent ouvrage, il est fait référence à la distribution des données aux nœuds et sur les réseaux fédérateurs des fournisseurs d’accès. Par conséquent, le contrôle comme comparaison de l’état actuel et de l’état souhaité implique d’une part l’accès à l’en-tête afin d’examiner si un paquet satisfait les exigences du protocole et d’autre part la possibilité d’influencer les décisions de transmission, par exemple concernant le destinataire et le moment de la transmission d’un paquet. En revanche, j’entends par surveillance les tentatives d’obtenir des informations sur les réseaux sociaux des communicants en accédant au contenu des paquets ou par l’analyse des métadonnées ainsi que par des applications graphiques et théoriques. Cette différence entre contrôle et surveillance est importante parce que le contrôle d’un réseau peut être automatisé et représente un élément nécessaire de l’architecture d’un réseau. Si la surveillance est potentiellement comprise dans le contrôle, sa concrétisation n’est pas inévitable. Malgré la multiplication des possibilités d’automatisation, la surveillance dépend toujours d’une intention et n’a donc rien d’arbitraire. En effet, un grand nombre d’acteurs a non seulement intérêt à disposer d’une connaissance générée par une telle surveillance automatisée, mais a la capacité de définir les protocoles ou de déjouer les règles des protocoles. Les fournisseurs d’accès souhaitent faire la différence entre des données critiques d’un point de vue temporel et des données moins critiques afin d’effectuer leurs prestations dans le souci du client et de maintenir le bon fonctionnement de leur réseau. Les services secrets et les cybercriminels vivent de cette connaissance.

10Au cours des dernières années, de nombreux débats ont eu lieu autour de la revendication exigeant des fournisseurs d’accès, qui donnent accès au réseau moyennant paiement et qui possèdent des nœuds Internet et des hubs où passe l’ensemble du trafic des données, qu’ils transportent les paquets de données sans discrimination et sans intervention ou consultation du contenu des paquets. Ces débats, sur lesquels nous nous pencherons dans le premier chapitre de cet essai, ont été alimentés par une réalité extrêmement controversée, à savoir le fait que la surveillance du trafic de données implique la remise en question de la neutralité du réseau. En revanche, c’est tout le contraire du contrôle comme forme de gestion : celui-ci représente la condition non seulement du trafic de données, mais aussi de sa neutralité. Dans les protocoles Internet habituels, le contrôle garantit la possibilité de la transmission parce que tous les paquets bénéficient du même traitement. En cela, les décisions portant sur la séquence, la vitesse et la fiabilité des transmissions sont censées être neutres, ce qui signifie que le contrôle de la distribution des paquets ne doit pas tenir compte du contenu, du volume, de l’identité des utilisateurs, des services et des applications. Ces micro-décisions ne peuvent être neutres que lorsque le contenu de la transmission reste inconnu. Tel est le cas du protocole Internet TCP/IP, idéalement ou en raison de son cryptage, parce que ce dernier ne permet que la lecture de l’en-tête. Actuellement, c’est justement ce qui est remis en cause par les fournisseurs d’accès et menacé par la NSA et d’autres agences de surveillance, tandis que des institutions telles que la Federal Communications Commission (FCC) aux États-Unis tentent de poser les bases juridiques d’une neutralité des réseaux à long terme. Avec les mêmes fondements techniques, les équipements utilisés par tous les acteurs s’inscrivent dans le même endroit au même moment, à savoir dans l’interruption de la transmission à des fins décisionnelles.

  • 4 Le statut juridique de ces métadonnées reste flou. Si le gouvernement américain avance que les méta (...)
  • 5 Une personne qui a le système d’exploitation Android sur son smartphone et qui a synchronisé ses se (...)

11Le contrôle se base sur les métadonnées de l’en-tête d’un paquet qui, comme l’étiquette d’un colis, doivent être lisibles pour chaque nœud. Elles contiennent l’adresse du destinataire et de l’expéditeur ainsi que des consignes de traitement4. En cas de contrôle dans le sens de la gestion du réseau, ces métadonnées ne sont généralement pas stockées. Avec des procédés issus de la théorie des graphes, il est possible, à partir de leurs modèles, de tirer des conclusions sur leurs contenus. Elles présentent des interconnexions et des critères cibles. Les métadonnées de médias mobiles sont bien plus informatives que celles des adresses statiques car elles permettent de dresser des profils de déplacement5. Par conséquent, la surveillance ne doit pas nécessairement cibler les contenus, mais peut également se baser sur des modèles, des schémas et des adresses sujets au contrôle. Ainsi, un acte de surveillance peut secrètement prendre pour cible une transmission en apparence neutre et en corrompre la neutralité. Même le trafic surveillé par la NSA peut être transmis en toute neutralité, mais il s’agit là d’une neutralité au rabais.

12Les débats sur ces questions sont la plus récente et peut-être la plus passionnante expression du souhait de voir les réglementations négociées en public et non pas de façon privée ou secrète, au plus grand mépris des personnes concernées. Constat lourd de conséquences, il s’est avéré au cours de ces débats que les aspects techniques d’Internet s’inscrivent également dans des revendications politiques d’une constitution démocratique des réseaux : la politique des réseaux ne peut se passer de connaissances techniques et les réseaux techniques sont incontestablement politiques. Mes réflexions suivent l’intuition de Christopher M. Kelty (2014a), qui nous invite à considérer les réseaux non pas comme des explications, mais comme un phénomène à expliquer. De ce point de vue – et pour reprendre la pensée de Geert Lovink (2014) – les révélations d’Edward Snowden ont mis fin à l’ère des « nouveaux médias » et balayé les derniers restes de cette cybereuphorie naïve pour nous enseigner qu’Internet est un espace clairement politique.

13Pour comprendre les enjeux de cette évolution, le deuxième chapitre de cet essai, basé sur une approche davantage basé sur l’archéologie des médias, se penche sur un rapport technique rédigé en 1964 par Paul Baran. Ce document intitulé « On distributed communications networks » représente la base théorique de ce que nous appelons aujourd’hui Internet (Baran 1964d). Avec le mot-clé packet switching (commutation de paquets), ce texte formule pour la première fois le principe de création d’un réseau de transmission de données numériques organisées en paquets sur la base de micro-décisions à chaque nœud et non plus en fonction du traitement du côté de l’expéditeur ou du destinataire. Il sert de modèle pour les débats actuels car il nomme les lieux et les moments de la décision, inchangés depuis. Au vu de l’évolution des défis, la lecture de ce document nous montre clairement à quelles conditions épistémologiques les procédés techniques actuels continuent d’obéir, comment ces procédés ont réussi à cacher ces conditions et où se trouvent leurs potentiels ou leurs risques politiques.

Socialité et technique

14Parler de décisions, emprunter ce concept à la théorie sociale et postuler une dissociation dont l’ampleur doit être déterminée par quelqu’un ne signifie pas forcément qu’il existe une quelconque intention derrière leur procédure. Au contraire, dans le cas de chaque micro-décision prise dans les réseaux numériques avec l’aide de protocoles, le pouvoir décisionnel a été arraché aux mains de décideurs humains pour être confié aux machines. Bien entendu, les machines qui prennent ces décisions sont fabriquées et gérées par des êtres humains, tout comme la définition et la programmation de leurs protocoles et de leurs algorithmes. Les critères de décisions sont également déterminés lors de longues négociations institutionnelles. Cependant, le volume de micro-décisions ne peut être qu’à la charge d’ordinateurs et ces micro-décisions sont soumises aux définitions techniques d’une communication numérique réussie dans les réseaux assistés par ordinateur. Leur efficacité dépend justement de leur capacité à contourner la complexité des modalités décisionnelles propres à l’être humain.

15L’acte décisionnel ne doit pas être confondu avec celui qui consiste à choisir entre différentes options. Il est au contraire le résultat de protocoles et d’algorithmes. Dans un contexte technique et mathématique, une décision est également bien plus que l’exécution d’un protocole prédéterminé ou d’un algorithme programmé. Les micro-décisions ne sont pas des procédures purement mécaniques, déterminées et dénuées de toute complexité. En tant qu’interruptions, elles représentent une composante fixe de toute communication dans les réseaux numériques.

16Les connexions et les séparations entre les participants du réseau sont le résultat de ces décisions. La condition de chaque connexion est son interruption. Au lieu de parler de détermination technique de processus sociaux ou de l’antériorité d’intentions sociales à des procédés techniques, notre perspective ici est celle d’une escalade procédurale entre exécution automatisée et intérêt politique, entre la technique et le social. Aussi importante que soit la définition des algorithmes et des protocoles pour la compréhension des cultures numériques, elle ne suffit pas pour appréhender l’acte décisionnel. Ces actes ont leur propre dynamique politique, loin des pratiques des commissions qui établissent les protocoles. C’est pourquoi une analyse du pouvoir dans les cultures numériques actuelles devrait s’inscrire dans les infrastructures techniques et leurs reconfigurations de la sphère sociale, et par conséquent ne pas dissocier les acteurs humains et des acteurs techniques.

17Ce qui nous intéresse n’est pas seulement la façon dont les individus se regroupent à travers la mise en réseau numérique, mais la capacité d’agir de ces groupes. Cette collectivité qu’Eugene Thacker (2004) désignait par le terme d’« aggregation of individuated units » ne peut voir le jour qu’avec des connexions dans les réseaux et une connectivité basée sur des fondements matériels. En se regroupant, les individus s’organisent en vue de l’action collective. Par conséquent, la connectivité est une condition de la collectivité, de l’existence de groupes pourvus d’intentions et capables d’agir, mais la connectivité n’entraîne pas automatiquement l’émergence d’une collectivité. E. Thacker ne mentionne pas explicitement le revers de cette thèse, à savoir le fait que la destruction de la connectivité empêche la collectivité. Qui est connecté à qui détermine qui peut faire quoi ensemble et comment. La capacité de décider des connexions, des séparations, du maintien des connexions ou de leur empêchement revient à exercer un pouvoir qui, compte tenu de la multiplication des relations entraînée par les médias numériques et de l’exploitation économique de celles-ci, augmente de façon presque quotidienne.

  • 6 Voir par exemple Baxmann, Beyes & Pias (dir. 2014).

18Ce qui peut sembler schématique à ce stade de cet essai nous intéresse en réalité au plus haut point, à savoir l’histoire de ces mises en réseaux parallèlement à l’histoire des mouvements politiques et des reconfigurations consécutives de la sphère sociale6. Les défis de la mise en réseau de l’ère pré-numérique et de ses technologies concernaient déjà le monde du vivant. En effet, ces défis portaient sur la façon dont les êtres humains entraient en contact ou étaient séparés. Il ne fait aucun doute que la Révolution française est tout aussi indissociable du pamphlet écrit que le Printemps arabe ne l’est de Twitter et de Facebook, même si le lien entre chaque événement et ses médias ne saurait être monocausal. Cependant, tandis que ces thèses célèbres oscillent, dans leur prétention de conceptualiser les liens entre la société et la technique, entre la vision d’une technique neutre d’un côté et un déterminisme technique de l’autre, ce qui suit place l’accent sur un autre niveau, négligé jusqu’à maintenant dans les débats théoriques : les lieux et la temporalité des micro-décisions relatives aux transmissions, les techniques de la synchronisation (Kassung & Macho dir. 2012) qui coordonnent les processus techniques, concrètement les infrastructures qui permettent la distribution de paquets de données numériques sur Internet, qui produisent des connexions et des interruptions et qui limitent ou font sauter les réseaux. Cette histoire fait ressortir le fait qu’un grand nombre de nos connaissances sur le monde et des choses que nous pouvons accomplir se situe sur le plan des médias techniques, indépendamment de tout contenu, et de leurs limites.

  • 7 Voir aussi Saar (2008).

19Cet essai, dont le but est d’examiner les lieux et la temporalité des décisions, s’adresse aux activistes du Net ainsi qu’aux historiens des médias, aux pirates et aux archéologues, aux responsables politiques et aux théoriciens de la culture. Si cet essai tente de mettre en évidence le développement d’un champ politique, il essaiera également d’expliquer que l’histoire d’un médium est toujours politique et qu’il ne peut s’extraire d’un présent qu’il a lui-même contribué à façonner. Cependant, il reste fidèle à la prémisse formulée par Georges Canguilhem (2006), à savoir que l’épistémologie a toujours lieu en arrière-garde. Nous ne pouvons pas nous confronter au présent parce que nous l’habitons. Nous pouvons agir dans le présent, nous l’approprier et ainsi le comprendre, mais nous ne pouvons pas en comprendre l’épistémologie, ses systèmes de connaissance. Depuis une perspective historique, nous parvenons néanmoins à formuler une critique du présent sans développer pour autant un rapport obsessionnel à l’actualité qui rendrait obsolète les faits exposés dans ce livre dès son impression. Selon Michel Foucault (1992), une généalogie raconte l’histoire d’un devenir et confronte le résultat de ce devenir à sa contingence : tout aurait pu être différent et il se peut que tout le devienne à l’avenir7. Par conséquent, même et voire tout particulièrement pour ce qui est des connexions et des séparations, élaborer une critique revient à créer un espace pour ce qui n’est pas inévitable et à invalider ce qui semble aller de soi.

20À cet égard, parler de décisions revient également à rappeler que celles-ci ne sont pas inéluctables et que chaque décision aurait pu être prise différemment, qu’il est possible de les améliorer mais aussi que leur issue peut s’avérer catastrophique. Cependant, même une mauvaise décision est préférable à l’absence de décision, qui ne laisse de place à aucune amélioration. Prendre une décision anticipée ou abolir l’acte décisionnel représente toujours une limitation des possibles.

Notes

1 Dans Protocol, Alexander R. Galloway a très bien décrit l’importance de l’architecture protocolaire d’Internet comme mode d’exercice du pouvoir dans les sociétés du contrôle : « Le protocole, c’est le mode d’existence du contrôle technologique après la décentralisation » (Galloway 2004 : 8). En s’inspirant de cette approche, les réflexions contenues dans cet ouvrage se penchent sur les micro-décisions qui découlent de cette architecture. Si pour A. Galloway, les mécanismes du pouvoir restent peu spécifiques, avec des protocoles en apparence neutres, nous nous interrogerons ici sur les conditions, les lieux et les moments de leur exercice. Malgré les dix années qui se sont écoulées depuis la parution de ce livre, ses thèses restent d’actualité. C’est pourquoi il est judicieux de les compléter avec les réflexions récentes sur la neutralité des réseaux et les révélations d’Edward Snowden.

Sauf mention contraire explicite, toutes les citations en français sont de la traductrice (NdE).

2 La problématique de la gouvernance d’Internet, des enjeux politiques de la définition des protocoles et des standards ou des difficultés de leur implémentation a été étudiée dans le détail par Laura DeNardis (2014).

3 Christopher M. Kelty (2014b) avance que la liberté dans les cultures numériques doit être implémentée dans les technologies pour en garantir son efficacité et pour résister à sa neutralisation.

4 Le statut juridique de ces métadonnées reste flou. Si le gouvernement américain avance que les métadonnées ne sont pas privées parce qu’accessibles pour l’envoi de messages, ce qui implique que l’expéditeur donne son consentement à une lecture par une tierce partie, cette question n’a pas encore été tranchée par la justice. Pour le moment, la collecte massive des métadonnées par la NSA est légitimée par l’article 215 du Patriot Act, lequel autorise de telles mesures dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, et ce même en l’absence d’ordre judiciaire. C’est pourquoi Barack Obama a souligné dans sa première déclaration publique sur Edward Snowden que le gouvernement fait clairement la distinction entre les contenus et les métadonnées (The White House 2013). Depuis, le Patriot Act a été abrogé. En Europe, cette décision avait déjà été prise : les métadonnées telles que l’adresse IP y sont considérées comme privées conformément à la législation européenne relative à la sphère privée.

5 Une personne qui a le système d’exploitation Android sur son smartphone et qui a synchronisé ses services basés sur la localisation avec Google Maps peut voir les données de mouvement enregistrées par Google à l’adresse <http://maps.google.com/locationhistory/>.

6 Voir par exemple Baxmann, Beyes & Pias (dir. 2014).

7 Voir aussi Saar (2008).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter