Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Quatrième partie. Passée l’horreur, l’aurore ?

Chapitre XII. L’avenir selon les radicalismes critiques : du postmoderne à l’antémoderne ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour qu’un homme comprenne à quel point le matin peut être doux à son cœur et à ses yeux, il faut que la nuit lui ait été cruelle.
B. Stoker1

Il faut que l’obscurité tombe pour que nous nous rendions compte de la majesté des étoiles au-dessus de nos têtes.
S. Zweig2

Dans l’horizon d’une autonomie de l’histoire, et après le manque de vigilance exercée à l’égard du nationalisme et du racisme évoqué plus haut, ce furent les dérives néolibérales d’après-guerre que la république ne parvint pas à maîtriser. Puis, dans l’horizon d’une société civile dans laquelle la composante libérale capitaliste l’emporte toujours davantage sur une composante sociale prolétarienne dont les « représentants » échouent à pondérer suffisamment la première, l’individualisme a régressé en égocentrisme de « l’individu total » (Gauchet). Il est vrai que les théoriciens politiques du libéralisme ont largement accrédité cette pratique régressive en vulgarisant constamment leur naturalisme et leur anti-étatisme juridiq...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540