Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Quatrième partie. Passée l’horreur, l’aurore ?

Passée l’horreur, l’aurore ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les ténèbres sont dissipées et l’Aurore luit.
Ovide1

Je contemple l’aurore, j’annonce d’avance que le soleil va se lever.
Saint Augustin2

L’aurore, guide éclatant des libéralités, est apparue ; radieuse, elle nous a ouvert les portes. Branle des êtres vivants, elle a révélé nos richesses ; l’aurore éveille toutes choses. Repoussant les haines, incitatrice de bienfaits, lève-toi, Aurore : tu es la plus belle de toutes les beautés.
Rig-Veda, I, 1133

L’intentionnalité de la conscience a constamment été interprétée ici comme le mouvement d’un arrachement à soi du singulier visant à s’ouvrir sur un universel au sein duquel il cherche sa reconnaissance dans la joie. Notre phénoménologie a pu reconstituer les composantes de ce mouvement d’abord dans la sublimation psychique des « pulsions » ou plutôt des « désirs » dont nous fait état la psychanalyse, sublimation, à la fois négation et conservation sur un plan supérieur des désirs et pulsions sublimés politiquement et esthétiquement ; puis elle ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540